En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 25 Juillet 2014

Pérez et Gutiérrez excités
Sergio Pérez et Esteban Gutiérrez sont ravis du retour de leur pays, le Mexique, à partir de la saison 2015.

Absent depuis 1992, il fera son retour au calendrier l'année prochaine, et pour cinq ans minimum selon l'accord conclu. Le circuit des frères Rodriguez n'aura donc pas accueilli la F1 depuis 23 ans, il y a des changements à opérer sur le site, la surface de la piste, le paddock, les stands, les endroits dédiés aux spectateurs.

Pour Pérez et Gutiérrez, c'est une grande chance de courir devant leurs supporters, il leur suffit maintenant de conserver leur volant en 2015. "C'est extraordinaire, je suis tellement heureux. J'ai quitté la maison à 13-14 ans, donc je n'ai jamais couru au Mexique, jamais dans mon pays natal", se délecte déjà le pilote Force India.

"C'est magnifique pour mon pays, pour les fans, vous allez être surpris de la grandeur de ce futur événement. Je suis fier, excité, c'est incroyable de pouvoir dire que le Mexique aura un Grand Prix l'année prochaine."

Esteban Gutiérrez, chez Sauber cette année, vient confirmer les attentes de son compatriote. "Le Mexique joue un rôle en F1 depuis des années, avec Checo (Pérez) et maintenant moi. Nous sommes deux mexicains aujourd'hui, c'est une grande avancée d'avoir un Grand Prix." Dommage que la France ne soit pas dans le même cas, elle qui compte au moins trois pilotes sur la grille depuis 2012.

"C'est un rêve qui devient réalité pour beaucoup d'entre nous. J'ai déjà eu la chance de courir à Mexico City (lors des finales 2008 de la Formule BMW), c'était une grande expérience."

C'est un rêve qui devient réalité pour beaucoup d'entre nous. J'ai déjà eu la chance de courir à Mexico City (lors des finales 2008 de la Formule BMW), c'était une grande expérience.
source: ESPNF1.com

Rosberg en quête de constance
Tout ce qui manque à Nico Rosberg pour devenir champion du monde, c'est "de la constance" estime à présent le pilote Mercedes, faisant référence au duel qui l'oppose à son coéquipier Lewis Hamilton.

En Hongrie, ce week-end, le Championnat du monde de Formule 1 bascule dans la deuxième moitié de sa saison et Rosberg compte 14 points d'avance sur Hamilton, alors que personne ne semble en mesure d'aller chercher les deux frères ennemis.

Pourtant, Rosberg n'a gagné que quatre courses et Hamilton cinq. C'est cette régularité qui fera son succès selon lui. "On a chacun nos forces et nos faiblesses et c'est normal", a déclaré le pilote allemand à la 'BBC'. "On sait que ce sera une bataille très serrée jusqu'à la fin et tout ce dont j'ai besoin c'est d'un peu plus de constance que mon adversaire."

À trois reprises cette saison déjà, Hamilton a connu des soucis mécaniques ou commis des erreurs et il a dû se battre pour remonter. Rosberg sait que ça se jouera sur la dernière course et le regrette un peu d'ailleurs puisque cette dernière comptera double, selon une nouvelle règle controversée. "Ce n'est pas vraiment chouette", a-t-il déclaré à la télévision anglaise. "Lorsque c'est très serré et qu'autant de points sont distribués sur une seule course, évidemment, cela rend les choses un peu artificielles et je n'aime pas tellement cela. Mais c'est ainsi il faut l'accepter. Cependant, je ne me projette pas aussi loin. J'essaie de penser course après course. Si vous vous concentrez sur le but ultime, alors vous pouvez perdre vos moyens sur l'objectif du week-end."

Comme son père, Keke, champion en 1982 en remportant une seule course, Rosberg va tenter de faire parler sa régularité tout au long de la deuxième partie de la saison.
source: ESPNF1.com

Le New Jersey, pas avant 2016
Bernie Ecclestone, le président de la FOM (Formula One Management), a déclaré que le Grand Prix d'Amérique ne pourrait avoir lieu avant 2016 au plus tôt. Mais le grand patron de la F1 a encore quelques doutes sur la réalisation du projet.

Annoncé en 2011, l'organisation d'un Grand Prix dans les rues des municipalités de Weehawken et West New York devait permettre à Ecclestone de réaliser un vieux rêve, soit d'ajouter une course en banlieue de New York au calendrier. En effet, un GP sur le futur circuit urbain de Port Imperial, dont le tracé longera les rives du New Jersey s'il voit le jour, aurait comme toile de fond majestueuse les gratte-ciels de la grande métropole américaine, située de l'autre côté de la rivière Hudson.

Des travaux d'infrastructure ont débuté et le richissime promoteur Leo Hindery Jr tient toujours à ce que l'événement soit entièrement financé par des fonds privés, 100 M$ étant nécessaires. Le Grand Prix d'Amérique devait être inauguré en 2013, mais la course fut reportée à 2014. Un deuxième report a été annoncé au cours de l'hiver dernier, toutefois Ecclestone n'avait alors "aucun doute" de voir la Formule 1 au New Jersey en 2015. Ce ne sera pas le cas.

"Il y a quelques jours, on m'a dit que (les organisateurs au) New Jersey semblaient avoir réglé leurs affaires", a commenté Ecclestone auprès de 'Forbes'. "Ils auraient l'argent et tout irait bien. Si c'est véritablement le cas ou non, je ne le sais pas. Le plus tôt que (cette course) pourrait apparaître sur le calendrier, c'est en 2016."

Cela signifie que le GP des États-Unis, à Austin au Texas, demeurera la seule destination de la F1 au pays jusqu'à nouvel ordre.
source: ESPNF1.com

Räikkönen a des soucis de pneumatiques
Kimi Räikkönen a vu ses essais de vendredi écornés par des soucis de pneumatiques, à Budapest.

Räikkönen était satisfait des tours qu'il a accomplis avec le pneumatique tendre et il a réussi le sixième meilleur temps, mais il s'est plaint du comportement de sa voiture avec le pneumatique médium, la gomme avec laquelle les pilotes devraient passer le plus de temps lors de la course de dimanche.

"Dans l'après-midi, je suis sorti pour une deuxième série de tours avec les pneumatiques médiums, parce que le comportement de cette gomme semblait être de pire en pire à mesure que la température montait, et cela a affecté le comportement de la voiture, alors que je n'avais pas ces problèmes avec le pneumatique tendre", a déclaré le pilote finlandais.

"Dans la deuxième partie de la séance, j'ai effectué une simulation de course avec les deux types de gomme. Malheureusement, lorsque j'ai chaussé le médium, j'ai eu un problème au pneumatique arrière gauche et j'ai dû m'arrêter plus tôt que prévu. La télémétrie n'a pas relevé de problèmes particuliers sur la voiture, alors j'espère que les données que nous allons récolter vont nous permettre d'aller dans la bonne direction dans les deux prochains jours."

Le directeur de l'ingénierie Pat Fry ne s'attend pas à ce que Ferrari effectue un grand pas en avant pendant ce week-end. "Le niveau de performance sur les courtes et sur les longues séries de tours est similaire à ce que nous avons vu dans les courses précédentes", a-t-il déclaré. "On va vivre un week-end très difficile. Les opportunités pour dépasser sont très peu nombreuses alors plus que n'importe où ailleurs il va être important de bien réussir en qualification."
source: ESPNF1.com

Alonso - ''Ferrari sur la bonne voie''
Fernando Alonso a réussi une journée correcte sur le Hungaroring, avec le quatrième chrono de la journée, Ferrari est sur la ''bonne voie''.

"Nous avons travaillé sur les réglages, essayé d'adapter la voiture au circuit, aux pneumatiques et aux températures élevées", commente l'Espagnol qui a concédé près d'une seconde à Lewis Hamilton, auteur du meilleur temps. "Nous avons plus travaillé que d'habitude le vendredi mais les résultats sont là, nous avons progressé tour après tour. Nous avons encore beaucoup à faire pour atteindre le niveau de compétitivité souhaité mais nous sommes sur la bonne voie."

La F14 T de Fernando Alonso a manqué d'adhérence mais la situation chez Ferrari n'est pas pire que chez les autres écuries. "Il y a moins d'adhérence que lors des dernières années mais c'est pareil pour tout le monde. Des températures comme aujourd'hui (55°C sur la piste cet après-midi) font souffrir les pneus mais les prévisions annoncent plus de fraîcheur pour samedi et de la pluie pour dimanche, nous devons être prêts pour toute éventualité."
source: ESPNF1.com

Bianchi a souffert vendredi
Jules Bianchi a souffert vendredi dans une Marussia handicapée par un manque d'équilibre. Il s'est classé dernier le matin, 20e l'après-midi.

Le pilote français a donc terminé derrière les deux Caterham lors des libres 1, même derrière son équipier Max Chilton, vite arrêté après un début d'incendie consécutif à une fuite d'huile sur ses échappements.

"Les problèmes avec l'équilibre ne nous ont pas aidés à trouver les bons réglages. J'ai eu une matinée très problématique avant des progrès dans l'après-midi, mais pas assez pour devancer (Kamui) Kobayashi. Nous allons continuer à attaquer pour trouver quelque chose avant la qualification et nous assurer une bonne place", a commenté Bianchi.

Pour Chilton, la journée avait donc mal commencé mais son écurie a changé la boîte de vitesses sur sa monoplace. "Bravo à l'équipe pour m'avoir permis de boucler cinq tours ce matin. C'était suffisant pour savoir que la voiture était différente cet après-midi, peut-être aussi à cause de la hausse des températures et d'un manque global d'adhérence. Nous avons progressé mais nous ne sommes pas là où nous voulons être, à savoir devant les Caterham."
source: ESPNF1.com

Bottas se déclare encouragé
Valtteri Bottas apprécie les dernières évolutions apparues sur sa Williams mais il s'attend à une féroce concurrence de la part de Red Bull et Ferrari.

Williams excelle depuis trois courses, où la puissance moteur est capitale, mais le Hungaroring est un circuit qui demande beaucoup d'appuis, pas le point fort de la FW36. Mais les premières conclusions sont encourageantes.

"Nous avons franchi plusieurs pas en avant, je suis satisfait de tout ce que nous avons apporté sur la voiture, elle est bien meilleure. C'est bien de le constater mais ce week-end sera serré", a affirmé Bottas qui reste sur trois podiums de suite. "Ce sera plus difficile ici (face à Red Bull et Ferrari) que sur d'autres circuits. Je n'ai pas encore vu le rythme des autres, c'est donc difficile à dire, mais j'étais assez régulier aujourd'hui."

Valtteri Bottas s'est classé 15e puis 8e des deux séances sur le Hungaroring, c'est loin mais Williams a pris l'habitude de faire mieux le samedi. "Nous sommes toujours meilleurs le samedi que le vendredi, nous pouvons améliorer les réglages de la voiture pour la qualification."
source: ESPNF1.com

Grosjean préfère retenir le bon
Romain Grosjean a peu tourné vendredi sur le Hungaroring, coincé au stand avec un problème sur le système de refroidissement de sa Lotus.

Le Français a cumulé 38 tours seulement sur les deux séances du jour, terminant 17e à chaque fois. "La voiture semble plutôt raisonnable quand même. J'adore ce circuit, je suis donc frustré de manquer de roulage alors que je voulais faire progresser la voiture. Nous avons un gros travail à faire avant la qualification. Nous allons tout faire pour avoir une bonne place sur la grille, capital ici."

Pour Pastor Maldonado, c'est à peine mieux (14e puis 16e) malgré 30 tours de plus que son coéquipier et une E22 fiable. "L'équilibre était correct, il n'y a eu aucun problème sur la voiture, ce qui est toujours positif. Le plus gros challenge ici, c'est de trouver l'adhérence avec les pneus. Il faisait très chaud aujourd'hui, nous nous attendons à la même chose demain."

"C'était un vendredi relativement normal pour nous. Nous avons opéré des évaluations aéro ce matin avant de nous concentrer sur les pneus et les longs relais l'après-midi. Malheureusement, Romain a eu un roulage limité à cause d'un problème. Mais la voiture a du potentiel et nous avons récolté des données intéressantes qui vont nous aider à grimper dans la hiérarchie samedi", a conclu Alan Permane, directeur des opérations piste à Enstone.
source: ESPNF1.com

Vergne perd de la performance
Jean-Eric Vergne était préoccupé par une baisse de performance de sa Toro Rosso, lors de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix de Hongrie, vendredi, mais il a signé le 7e temps le matin, ce qui laisse quelques espoirs pour la suite.

Vergne a signe 1'27"683 en 30 tours dans la matinée. Il a amélioré ensuite (1'26"703, 37 tours), mais reculait à la 12e place.

"Il y a eu du bon et du moins bon aujourd'hui", a déclaré Vergne. "Ce matin, j'étais assez satisfait du comportement de la voiture, mais cet après-midi, l'équilibre s'est dégradé et cela a rendu la voiture difficile à conduire", a-t-il dit. "On doit comprendre pourquoi nous avons perdu en compétitivité dans la deuxième séance de manière à tirer le meilleur de la voiture. Je pense que nous avons du potentiel."

"Ce vendredi a été chargé. On a essayé, comme d'habitude, de faire autant de choses que possible. J'aime cette piste, mais je ne suis pas satisfait de l'équilibre de la voiture. On a bien avancé pendant la séance de l'après-midi", a déclaré pour sa part son coéquipier Daniil Kvyat, loin ce matin, mais juste devant Vergne dans l'après-midi. "On doit encore franchir une étape demain."
source: ESPNF1.com

Brembo-Mercedes, pas de réponse
Mercedes et le fabricant de freins Brembo ne savent toujours pas ce qu'il s'est passé sur la voiture de Lewis Hamilton samedi dernier lors des qualifications du Grand Prix d'Allemagne.

Le Britannique avait terminé dans le mur en Q1 à Hockenheim, devant se contenter d'une 16e place, puis d'une 20e après un changement de boîte de vitesses, sur la grille. Il avait couru avec des freins Carbon Industrie comme Nico Rosberg et était remonté jusqu'au podium. Brembo et Mercedes essayent depuis de trouver la raison de ce problème technique.

"Nous n'avons pas encore trouvé la preuve claire d'une défaillance pour une raison préférentielle. Nous poursuivons nos analyses rigoureuses qui prennent en compte les multiples facteurs pouvant expliquer cet incident", apprend-on dans un communiqué commun aux deux entreprises. "Les résultats de ces analyses seront connus dès qu'ils seront disponibles." Un communiqué très utile pour nous expliquer qu'ils n'ont aucune information.
source: ESPNF1.com

Hamilton a manqué d'adhérence
Lewis Hamilton, meilleur temps des deux séances de vendredi, s'est plaint d'un manque d'adhérence après les essais du Grand Prix de Hongrie.

Son coéquipier Nico Rosberg, plutôt satisfait de sa journée lui, a été relégué à 183 millièmes ce matin, à 238 millièmes cet après-midi. Plus rapide en pneus tendres, Hamilton a aussi trouvé un bon rythme sur les longs relais en fin de journée. Mais tout n'a pas été parfait pour celui qui pourrait décrocher une cinquième victoire sur le Hungaroring.

"Nous avons souffert avec l'adhérence de la voiture aujourd'hui", a-t-il commenté. "Je ne sais pas si c'est à cause des pneus ou de la piste mais c'était mauvais pendant les deux séances. Nous devons travailler ce soir pour nous assurer d'avoir les meilleurs réglages pour la suite du week-end, nous ne sommes pas satisfaits de la voiture même si notre rythme de course semble correct."

"Ce sera important d'avoir une bonne position sur la grille après les qualifications de demain. Suivre une voiture ici, c'est difficile comme ça l'est de doubler."
source: ESPNF1.com

Peu de positif pour Ricciardo
Daniel Ricciardo a vécu un vendredi frustrant en Hongrie mais une deuxième ligne sur la grille reste possible samedi, si tout se passe bien.

L'Australien a peu roulé ce matin (8e temps, 16 tours) à cause d'un problème de batterie qui l'a cloué au stand dans les vingt dernières minutes. Il a ensuite concédé huit dixièmes à son équipier Sebastian Vettel lors de la deuxième séance. Le potentiel est là sur la RB10, reste à concrétiser.

"Nous n'allons pas retenir beaucoup de positif aujourd'hui", regrette Ricciardo. "Seb a passé une meilleure journée, j'ai souffert pour essayer de trouver le bon rythme. Nous devons en trouver plus pour les libres 3. Nous pouvons quand même viser la deuxième ligne, on verra où nous serons."

Battu par son coéquipier, l'ancien pilote Toro Rosso a aussi été devancé par les deux pilotes Ferrari, la Scuderia sera la "plus proche rivale de Red Bull de week end" , a-t-il estimé, considérant que Mercedes était encore "plus rapide que prévu."
source: ESPNF1.com

Rosberg surpris par l'écart
Nico Rosberg s'est dit surpris de constater, au terme des essais libres du vendredi en Hongrie, que Mercedes compte plus d'une demi-seconde d'avance au tour sur le reste du peloton.

Il est déjà très clair que la monoplace Mercedes a un net avantage sur ses rivales depuis le début de la saison. Toutefois, les caractéristiques du Hungaroring ne devaient pas favoriser la W05 vu son tracé serré et sinueux, qui limite l'utilisation à pleine puissance de son groupe propulseur hybride à un peu plus de la moitié du tour seulement.

Vendredi, Lewis Hamilton a réalisé le meilleur chrono tandis que Rosberg le suivait à moins de trois dixièmes. Cependant, le temps de référence du jour se situe à plus de six dixièmes du troisième rang, occupé par la Red Bull de Sebastian Vettel. C'était inattendu.

"Il semble que nous sommes rapides aujourd'hui, ce qui est surprenant car je pensais que le moteur ne compterait pas beaucoup sur ce circuit", a commenté Rosberg. "Je pensais que les autres seraient beaucoup plus près de nous, Red Bull en particulier. Nous semblons rapides et c'est très plaisant de le constater."

Les suspensions interconnectées (FRIC) ayant été interdites par la FIA (Fédération internationale de l'automobile), toutes les équipes ont retiré leurs systèmes avant le GP d'Allemagne de la semaine dernière. Mercedes, dont le système était le plus sophistiqué, s'attendait à perdre davantage que ses rivales au plan des performances en Hongrie ; Rosberg pense que le contraire s'est produit.

"Nous avons tiré un avantage (du retrait du FRIC) et c'est merveilleux à voir pour le moment, mais je ne sais pas comment cela va se passer demain", a-t-il noté.
source: ESPNF1.com

Vettel, pas dupe avec Williams
Sebastian Vettel n'est pas inquiet pour ce Grand Prix de Hongrie, l'Allemand prédit un rapproché de Red Bull vers le sommet de la hiérarchie. Il va néanmoins garder un œil sur ses rivaux.

Il s'est classé troisième des libres 2 vendredi sur le circuit du Hungaroring avec plus de huit dixièmes sur la meilleure Williams, celle pilotée par Valtteri Bottas. Ce tracé tournant pourrait lui sourire, il masquera en partie les manquements de la RB10. La journée de vendredi s'est bien passée mais il observe beaucoup de changements le samedi.

"Je pensais que nous pourrions être plus près ce week-end mais nous avons vu beaucoup d'écuries progresser entre le vendredi et le samedi, en particulier Williams. Nous devons rester prudents mais nous espérons rester sur ce rythme", a affirmé Vettel.

Renault et Total avaient apporté des évolutions la semaine dernière en Allemagne, elles n'avaient pas fonctionné (6e en qualification, 4e en course) comme attendu. Chez Red Bull, tout n'est pas parfait non plus. "Renault et Total travaillent très dur. Nous n'avons pas récolté les fruits de ces évolutions le week-end passé, nous devons franchir une étape avant la journée de samedi avec un moteur moins utilisé et un surplus de puissance."
source: ESPNF1.com

Capelli à la rescousse
L'ancien pilote Ivan Capelli prend la tête de la lutte pour défendre la place de Monza dans le calendrier. Le circuit le plus souvent emprunté par la F1 a été récemment remis en cause par Bernie Ecclestone.

Le président de la FOM (Formula One Management) prévoit de dire "bye bye" à Monza à partir de 2016, ce qui n'est pas du goût de l'Italie.

Capelli a été élu patron du circuit il y a deux jours. Il sera asisté d'Enrico Radaelli, Pietro Meda, Marco Coldani. Il a hâte de rencontrer Ecclestone. "J'ai lu dans la presse qu'il n'était pas satisfait de l'accord commercial", a-t-il confié à 'Autosport'. "Je n'ai pas encore eu l'occasion de parler avec lui et j'espère pouvoir le faire."

Le pilote aux trois podiums, avec March (1988) et Leyton House (1990), ancien de l'aventure AGS, semble prêt à proposer à Ecclestone une modernisation de l'infrastructure de Monza et une amélioration des capacités d'accueil du public. Il voudrait également que Stefano Domenicali, l'ancien patron de Ferrari, partage sa croisade auprès d'Eccestone.

Le Mexique fera son retour au calendrier en 2015 et l'Azerbaïdjan son apparition en 2016.
source: ESPNF1.com

GP de Hongrie - Essais libres 2
Pas de changement de hiérarchie en haut de la feuille des temps lors de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix de Hongrie, disputée dans la chaleur du Hungaroring. Les écuries ont pu tester la résistance des gommes tendres de Pirelli sur les longs relais, des pneus qui se sont relativement bien comportés sur les longues séquences. Au niveau chronométrique, c'est Lewis Hamilton qui a de nouveau devancé Nico Rosberg en 1'24"482. L'Allemand échoue à 0"238 du Britannique.

Sebastian Vettel prend la 3ème place à plus de six dixièmes devant la Ferrari de Fernando Alonso, dernière monoplace à moins d'une seconde d'Hamilton. Le Top 10 est complété par la McLaren de Kevin Magnussen, Kimi Räikkönen (Ferrari), Daniel Ricciardo (Red Bull), Valtteri Bottas (Williams), Jenson Button (McLaren) et Felipe Massa (Williams) qui termine à 1"920 de la Mercedes W05 Hybrid de tête. Les monoplaces de Grove sont apparues plus en retrait par rapport à leurs dernières performances en course à Silverstone et Hockenheim.

Les deux Toro Rosso de Kvyat et Vergne échouent aux portes du Top 10 et ont été parmi les plus assidues en piste alors que Romain Grosjean a de nouveau connu des soucis de refroidissement sur sa Lotus E22. Le Français n'a couvert que 14 tours ce vendredi après-midi et devra utiliser la dernière séance demain matin pour parfaire la mise au point de sa voiture sur les longs relais. Jules Bianchi se classe 20ème et devance cette fois son équipier Max Chilton, qui a parcouru 35 tours. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Magnussen a snobé Massa
Kevin Magnussen a balayé les critiques de Felipe Massa suite à leur accrochage dans le Grand Prix d'Allemagne et il affirme même que parler avec le pilote Williams n'en valait pas la peine.

Magnussen et Massa ont eu maille à partir dans les premiers hectomètres à Hockenheim. Le pilote brésilien a fait un tonneau, mais celui qui s'est retrouvé au centre d'une enquête des commissaires qui ont finalement conclu à son innocence dans l'incident. Cela n'a pas empêché Massa d'accuser son collègue et d'une manière générale les jeunes pilotes de négligence et de manquer d'attention envers les pilotes qui sont autour d'eux.

"Il s'est passé ce qu'il s'est passé et c'est bien que personne n'ait été blessé", a déclaré le pilote danois. "En particulier lui parce qu'il a fait un tonneau et ce n'était pas beau à voir. Le plus important c'est qu'il se porte bien aujourd'hui. Savoir qui est responsable de l'accident, ce n'est pas vraiment une question très importante et je ne vais pas entrer dans ce débat. Il revient aux commissaires de juger cela. De leur point de vue, je n'ai rien fait de mal."

Lorsqu'on lui demandait s'il c'était entretenu avec Massa, après l'incident, Magnussen a déclaré: "Non, je pense que nous sommes ici pour parler de longue et plus de l'Allemagne."

Cependant, Magnussen a déclaré qu'il ferait ses choux gras de cet incident. "Tout ce que j'ai fait, c'est de prendre un très bon départ", a-t-il dit. "Je suis arrivé à l'intérieur sur Valtteri Bottas, mais pas suffisamment pour le dépasser au premier virage. Évidemment, j'ai dû lever le pied et ensuite il s'est passé ce qu'il s'est passé. Je ne pense pas, si c'était à refaire, que je ferai quelque chose de différent. Mais vous apprenez toujours de ce genre d'incident, que ce soit de votre faute ou pas, vous en tirez toujours quelque chose."
source: ESPNF1.com

Alonso a motivé Ricciardo
aniel Ricciardo a trouvé que sa bataille avec Fernando Alonso à Hockenheim et les compliments qu'il a reçus de l'Espagnol lui ont donné plaisir et motivation.

Alonso a trouvé son jeune adversaire coriace après que les deux hommes se sont battus dans les derniers tours pour le gain de la cinquième place, finalement revenue à Alonso.

"Je pense que lorsque vous vous battez et qu'il y a du respect entre les pilotes, et c'est une grande satisfaction pour tout le monde", a déclaré Ricciardo. "Que vous gagnez la bataille ou que vous la perdiez, il reste quand même quelque chose de positif. Évidemment, entendre de tels compliments de la part de Fernando, un champion du monde, l'un des leaders de notre discipline, c'est un bel hommage et c'est appréciable de la part de quelqu'un comme lui."

"Cela montre que ce que j'ai appris ces dernières années a pu être mis en application et c'est quelque chose de bien. Je ne sais que dire d'autre ! Cela me pousse également à vouloir d'autres batailles de ce genre, ce fut un grand plaisir, je pense que nous avons pris du plaisir tous les deux. C'est important de se faire plaisir au volant. Nous n'étions pas à la lutte pour un podium, il y avait moins de pression pour les cinquième et sixième places, ce fut un bon moment."

"Je pense que le respect c'est important lorsque vous êtes pilotes. Nous avons tous un ego développé mais il est important de savoir se mesurer avec quelqu'un d'autre. En raison du fait que je sourie souvent, j'ai l'impression de donner l'image de quelqu'un d'amical, mais je pense que j'ai démontré cette année que j'étais capable d'être dur en course. Personne ne m'intimide en piste", a ajouté Ricciardo.

"Même lorsque Red Bull me recruter, ils avaient encore un doute, il ne savait pas si j'étais capable d'être constant à très haut niveau. Je pense que pour l'instant, ça se passe bien, j'ai l'impression de prendre du plaisir et de progresser", a conclu le pilote australien.
source: ESPNF1.com

Hamilton, aucune garantie
Lewis Hamilton s'est déjà imposé quatre fois sur le Hungaroring mais cela ne lui offre aucune garantie de réduire l'écart sur son coéquipier ce week-end.

Avant le Grand Prix de dimanche, 14 points séparent Hamilton de Nico Rosberg. Ses bons résultats acquis par le passé en Hongrie ne vont rien changer à son approche de cette épreuve.

"Je prends toutes les courses sérieusement. J'ai des chances de gagner. Si je reviens ce week-end, ce sera très positif avant de partir en vacances et avant la deuxième partie de saison, où il sera temps d'attaquer", a déclaré Hamilton, vainqueur sur le tourniquet hongrois en 2007, 2009, 2012 et 2013. S'il s'impose dimanche, il sera seul recordman du nombre de victoires sur cette piste, il est aujourd'hui à égalité avec Michael Schumacher.

"Je ne sais pas pourquoi les choses se passent aussi bien pour moi sur ce magnifique circuit où j'adore piloter. Mon style est peut-être plus adapté que pour certains. C'est peut-être de la chance. Je n'en ai pas eu beaucoup cette année donc si je suis devant, nous saurons que ce n'est pas la chance mais mon style de pilotage."
source: ESPNF1.com

Une course en Azerbaïdjan en 2016
L'Azerbaïdjan avait déjà annoncé une course mais le championnat ne l'avait pas encore confirmée. Un accord a bien été trouvé pour une épreuve qui aura lieu à partir de 2016 en reprenant le nom Grand Prix d'Europe, utilisé par plusieurs circuits par le passé.

Le circuit sera tracé dans les rues de Bakou, la capitale du pays. Il sera très différent de celui utilisé par diverses catégories de GT.

"Nous sommes très heureux que Bakou ait rejoint la famille de la Formule 1", déclare Bernie Ecclestone, le responsable des droits commerciaux du championnat. "L'évènement va correspondre aux critères actuels de la F1."

Comme la plupart des nouveaux pays qui accueillent le championnat, l'Aerbaïdjan souhaite avant tout se faire connaître dans le monde entier, en profitant de la popularité de la F1.

"Je suis ravi d'annoncer officiellement que nous avons signé un contrat pour amener la Formule 1 à Bakou en 2016", déclare Azad Rahimov, le ministre de la Jeunesse et des Sports de l'Azerbaïdjan.

"Notre emplacement aux croisements de l'Europe de l'Est et de l'Asie de l'Ouest est une nouvelle frontière pour la course en F1."

"L'Azerbaïdjan est un pays européen moderne qui a établi une réputation de centre de l'excellence sportive."
source: SportAuto.fr

GP de Hongrie - Essais libres 1
Lewis Hamilton a clairement annoncé qu'il ne baisserait pas les bras après le Grand Prix d'Allemagne, et l'a de nouveau démontré ce matin en Hongrie en dominant la première séance d'essais libres sur le Hungaroring. Les deux pilotes Mercedes se sont livrés un véritable châssé-croisé durant la première heure de la session avant que Hamilton ne signe un 1'25"814 que Nico Rosberg ne parviendra pas à améliorer.

Derrière les deux Flèches d'Argent, ce sont les Ferrari F14 T qui se sont montrées à leur avantage avec Kimi Räikkönen qui devance Fernando Alonso. Sebastian Vettel suit en 5ème position devant Kevin Magnussen (McLaren). Excellente 7ème place pour la Toro Rosso de Jean-Eric Vergne qui devance l'autre Red Bull de Daniel Ricciardo, Jenson Button (McLaren) et la Williams de Felipe Massa. Les monoplaces de Grove se sont montrées relativement discrètes dans ces EL1, au milieu d'un peloton qui s'est plaint d'un manque général de grip sur le tourniquet hongrois.

Chez les autres Français, Romain Grosjean a de nouveau connu un souci de système de refroidissement sur sa Lotus E22 et prend la 17ème place, alors que Jules Bianchi ferme la marche avec sa Marussia, battu dans les derniers instants par son équipier Max Chilton. Le Britannique avait pourtant mal entamé sa séance, avec un retour aux stands au terme de son premier tour d'installation dans un panache de fumée. Après intervention des commissaires avec des extincteurs, la MR03 a été ramenée dans son box pour un changement de boîte de vitesses. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Parfois ''très difficile'' avec Hamilton
Nico Rosberg admet que "la ligne est mince" entre lui et son coéquipier Lewis Hamilton par moments, alors que chacun tente de remporter le championnat 2014.

À quelques jours du Grand Prix de Hongrie, le pilote Mercedes compte 14 points d'avance sur son rival britannique. Les deux se connaissent depuis très longtemps puisqu'ils couraient ensemble en karting. Mais dans le contexte actuel, chacun ayant la meilleure voiture du plateau et les mêmes ambitions, il arrive parfois que la situation devienne très tendue.

"C'es difficile, très difficile" a répondu Rosberg lorsqu'il lui a été demandé comment il gérait ses relations avec Hamilton. "À l'interne, nous devons trouver un certain équilibre car avant toute chose, nous courons pour Mercedes, nous représentons Mercedes et nous voulons faire du bon boulot pour eux. Nous représentons aussi plus d'un millier de personnes, mes collègues, qui travaillent à l'usine et ont des familles qui dépendent de nous. Alors nous devons travailler comme une équipe, mais vient un moment où vous voulez battre l'autre gars. La ligne est mince."

Il faut s'attendre à ce que les tensions augmentent inévitablement à mesure que progresse la saison, le titre mondial étant en jeu. Selon certains, ce ne serait qu'une question de temps avant que tout éclate entre Rosberg et Hamilton. Ce scénario est passé très près de se concrétiser à Monaco, où Hamilton laissait entendre que son coéquipier avait délibérément raté son dernier tour des qualifications, provoquant ainsi l'apparition des drapeaux jaunes et empêchant tout rival de lui reprendre la pole position.

Mais Rosberg a louangé les dirigeants de Mercedes, qui jouent un grand rôle pour contrôler la situation et calmer leurs pilotes. Notamment Toto Wolff, le patron de l'équipe, Paddy Lowe, le directeur technique exécutif, et Niki Lauda, triple champion et conseiller.

"C'est un travail très, très difficile", a-t-il souligné. "Il y a parfois des périodes plus difficiles en termes de gestion de toute la situation, mais nous sommes très fortunés car tout est vraiment très bien organisé grâce à Niki, Toto et Paddy. C'est davantage le cas avec Toto et Paddy car ils sont plus présents sur une base quotidienne. Je suis reconnaissant envers eux pour la façon dont ils gèrent l'équipe et les différentes situations. Ils font du bon boulot, mais ça demeure un défi."
source: ESPNF1.com

Felipe Massa en colère contre la FIA
L'accrochage entre la Williams du Brésilien Felipe Massa et la McLaren du Danois Kevin Magnussen restera comme l'une des images de la saison 2014. Mais l'incident qui avait envoyé le Pauliste en tonneau au premier virage à Hockenheim dimanche dernier, n'avait pas donné lieu à des sanctions, les commissaires estimant qu'il s'agissait là d'un fait de course.

Cette décision a provoqué la colère du pilote de Grove, qui l'a fait savoir à Budapest, où se déroulera ce dimanche le Grand Prix de Hongrie. "Il y a encore des progrès à réaliser à la FIA", a explique le vice-champion du monde 2008. "Si c'est la manière de penser des commissaires, alors je ne sais pas comment ils fonctionnent. Mais il ne faut pas vivre dans le passé. Nous devons vivre dans le présent et dans le futur. Nous devons maintenant nous concentrer sur le dernier Grand Prix avant la trêve estivale. Le passé reste le passé et ne changera pas. Je comprends qu'il faut désormais ne plus seulement piloter pour soi-même, mais il faut songer à ce que les autres vont faire. Je ne vais pas vivre dans le passé et garder ce qu'il s'est passé en tête. On n'apprendra rien de cela."
source: AUTOhebdo.fr
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.