En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 12 Octobre 2015

Newey - Red Bull ne restera pas pour faire le nombre
Adrian Newey, l'ancien directeur technique de Red Bull Racing, aujourd'hui consultant pour l'équipe de Formule 1, est très en colère concernant la situation actuelle.

Pour le Britannique, les rivaux de Red Bull n'ont pas l'esprit sportif en évitant de fournir un moteur à l'un de leurs plus grands concurrents.

"Nous allons peut-être être forcés de quitter la Formule 1 parce que Mercedes et Ferrari ont refusé de nous fournir leurs moteurs par peur que nous les battions. Ils sont inquiets de nous voir les battre avec leurs propres moteurs", déclare Newey à 'Reuters'.

Quant à la possibilité de continuer avec Renault, Newey en doute énormément.

"Malheureusement notre relation avec Renault en est à un stade terminal. Il y a eu trop de choses dites qui mènent à un divorce. La situation est que nous n'avons pas de moteur."

"Des améliorations sont nécessaires sur leur moteur mais il n'y a aucune direction claire donnée pour y parvenir", dit-il, ajoutant que Renault avait refusé la main tendue par Red Bull pour les aider.

Pour Newey, la compétitivité du moteur est essentielle. "Red Bull ne doit pas être mise en position d'être là juste pour faire le nombre."

700 emplois sont en jeu à Milton Keynes selon le Britannique.

"Une décision doit être prise bien avant la fin de l'année parce que le temps de conception et de production exige de savoir ce que vous allez mettre dans la voiture."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean - J'espère qu'on aura toutes les pièces pour réparer
Romain Grosjean a confié après son énorme accident hier lors du Grand Prix de Russie qu'il allait bien mais que le choc l'avait tout de même bien secoué.

"Ça va... je suis encore en un morceau. Aujourd'hui, la technologie est assez impressionnante. J'ai dû taper à 300km/h et je vous parle, donc ça va. Je vais avoir des bleus partout. Je me sens comme si j'étais tombé du 10ème étage d'un immeuble", confie le Français à RMC

Grosjean ne savait pas pourquoi sa voiture était partie d'un coup après l'accident. Faute de pilotage ou problème technique, l'enquête a été lancée.

"C'est un gros survirage à 300km/h, mais on ne comprend pas pourquoi la voiture est partie comme ça. Elle ne se comportait pas aussi bien qu'avant. J'avais pris un très bon départ. Je suis bien au premier virage et Pérez évite Hülkenberg, qui part en tête à queue et qui, du coup, braque à droite et m'arrache l'aileron avant. C'est pour ça qu'on doit s'arrêter au tour 1. Après le safety car, on a changé l'aileron avant, mis les pneus tendres et la voiture ne fonctionnait pas très bien. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé."

Lotus est en manque de trésorerie depuis plusieurs courses mais aussi de pièces détachées. Grosjean admet s'inquiéter avant de penser à la prochaine course, aux USA.

"Il va d'abord falloir réparer la voiture. Les mecs vont avoir beaucoup de travail. J'espère qu'on aura toutes les pièces qu'il faut. Arriver aux Etats-Unis sera spécial pour moi, puisque je serai dans une écurie américaine l'an prochain. J'espère que je vais recevoir beaucoup de soutien et de fans. Je vais devoir me faire à l'accent texan. J'espère qu'on fera un bon Grand Prix et qu'on oubliera celui-là."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton se réconcilie avec Rosberg à la fête de Mercedes
Mercedes fait la fête aujourd'hui à son usine de Brackley, avec tous les employés de l'équipes, les patrons et les deux pilotes.

Lors du discours de Lewis Hamilton, le Britannique a tenu à enterrer la hache de guerre qui avait été déterrée après Monaco puis Spa en 2014. Hamilton a déclaré que Rosberg était "le parfait coéquipier."

"Je connais Nico depuis l'âge de 4 ans et nous sommes passés par des hauts et des bas depuis. Mais je dois dire qu'il a été un excellent équipier. La façon dont il se gère et se comporte en tant que membre de l'équipe est géniale. Hier, cela a été une dure journée pour lui, et il en a eu d'autres également cette saison. Je sais ce que cela fait, je suis passé par là aussi, alors je veux juste faire en sorte qu'il soit certain que je l'apprécie beaucoup comme toute l'équipe l'apprécie."

Certains diront que ce discours est plus facile à faire alors que l'on vient de gagner la course et de faire un pas presque décisif vers le titre mondial. Mais Rosberg admet que son équipier a été le meilleur cette saison.

"Il a fait une superbe saison, il a été encore plus constant que l'an dernier. Cela a rendu notre bataille pour les victoires et le titre très dure. Mais ce n'est pas encore fini pour 2015, je vais essayer le battre dans chaque course qu'il reste. Je ne veux rien lâcher tant que c'est mathématiquement possible."

"Cela a été dur à encaisser pour moi hier comme cela a été dur de me rendre ici, à cette fête, parce que je n'étais pas vraiment d'humeur à célébrer quoi que ce soit. C'est encore plus dur parce que la course d'hier était la mienne. Subir ce petit problème d'accélérateur fait vraiment mal."

"Mais voir tous nos collègues heureux, avec le sourire, me rend heureux aussi. C'est bien de voir tout ce que l'on peut réaliser ensemble."

Hamilton est maintenant chargé de conclure le travail pour Mercedes avec la possibilité pour lui de remporter le titre à Austin.

"Ce n'est pas encore fait alors je garde les pieds sur terre. Aujourd'hui nous sommes champions du monde des constructeurs, fêtons cela et pour le reste nous verrons après. Il reste 4 courses et, n'en déplaise à Nico, j'ai aussi envie de les remporter!"
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene a apprécié la lutte entre Vettel et Räikkönen
Si c'est Kimi Räikkönen qui a pris le meilleur départ des deux Ferrari hier à Sotchi, c'est Sebastian Vettel qui était le plus rapide en piste.

Et juste après le retrait de la voiture de sécurité qui a fait suite à l'accident de Romain Grosjean, Vettel a pris l'aspiration de son coéquipier et l'a dépassé d'une manière assez musclée mais correcte. Une manœuvre qu'a beaucoup apprécié son directeur, Maurizio Arrivabene.

"Comme je l'ai souvent dit, je suis impressionné par les capacités de Seb", déclare l'Italien. "Il a prouvé qu'il était un grand atout pour l'équipe et montre lors de chaque épreuve à quel point il est performant. Sa bataille avec Kimi était belle car nos pilotes sont conscients qu'ils doivent d'abord penser à l'équipe."

"Je tiens aussi à féliciter Iñaki Rueda qui a choisi la bonne stratégie en course. Si Kimi avait réussi à passer Bottas en fin de course, cela aurait encore plus accentué le fait que nous avions fait les bons choix."

"Concernant l'accident du dernier tour, les commissaires ont jugé par eux-mêmes mais selon moi, il s'agit d'un incident de course. Seb est maintenant deuxième du Championnat des Pilotes et même si mathématiquement tout reste possible, nous ne pouvons que nous montrer humbles. La priorité sera donc d'essayer de nous maintenir à cette position."
source: Nextgen-Auto.com

Button révèle l'étendue des dégâts sur le V6 Honda
Lorsque Fernando Alonso déclarait à Suzuka disposer d'un moteur de GP2, l'Espagnol n'avait pas vraiment tort: Jenson Button indique qu'à Sotchi, dans certaines phases particulières de la course, il s'est fait dépasser par des voitures qui allaient presque jusqu'à 50 km/h plus vite.

"Notre plus gros problème avec ce moteur c'est que nous ne sommes pas capables d'utiliser l'énergie récupérée sur les très longues lignes droites pendant toute la durée d'un tour", explique Button.

"Les autres pilotes me dépassaient partout lors des premiers tours mais le pire c'est qu'ils essayaient aussi de le faire dans le virage 12, un virage très dangereux, où j'avais un grand différentiel de vitesse. En plus je ne pouvais pas bénéficier du DRS, ce qui signifie que les voitures qui me passaient avaient jusqu'à 45 km/h de plus que moi."

"Sans énergie électrique suffisante, vous consommez encore plus d'essence, c'est un cercle vicieux. Tout cela sera réglé en grande partie en 2016."

Malgré les difficultés, Button a pu rejoindre l'arrivée dans les points.

"Nous avons tout exploité au mieux. Même si la course fut difficile, nous n'avons fait aucune erreur et nous avons quelques points au bout. L'équipe a progressé, un peu, avec les réglages et diverses pièces expérimentales. C'est un bon signe pour la suite mais il y a beaucoup de travail à faire encore. Nous sentons que nous sommes entendus et cela fait plaisir."
source: Nextgen-Auto.com

Nasr - Son changement d'ingénieur a payé à Sotchi
Felipe Nasr s'est félicité en voyant que son changement d'ingénieur a payé ce week-end à Sotchi. Le Brésilien a en effet terminé sixième, soit le deuxième meilleur résultat de sa carrière en F1 après Melbourne en début de saison.

C'est désormais Paul Russell qui est l'ingénieur de course de Nasr, après que le Brésilien et Craig Gardiner se soient séparés à l'amiable.

Et ce week-end en Russie, le Brésilien était parfaitement à l'aise au volant de sa Sauber C34 et a surclassé Marcus Ericsson, qui semblait avoir pris le dessus ces dernières semaines.

"Ce ne fut pas facile de prendre une telle décision et nous avons encore beaucoup de travail devant nous", a déclaré Nasr à l'arrivée à Sotchi.

"Le plus important est que j'ai retrouvé un bon équilibre sur ma monoplace. Cela me rend très confiant pour la suite des événements."
source: Nextgen-Auto.com

Un problème d'accélérateur inquiétant pour Rosberg
Nico Rosberg a été victime d'un problème d'accélérateur qui l'a forcé à abandonner ce week-end en Russie. L'Allemand avoue un moment s'être inquiété pour sa sécurité avec une pédale récalcitrante et revient sur ce Grand Prix qui lui laisse maintenant très peu de chances d'être titré.

"C'était préoccupant. Un problème d'accélérateur n'est jamais réjouissant, tout particulièrement quand il reste coincé. C'est pour ça que j'ai demandé à l'équipe quoi faire, et ils m'ont dit qu'il y avait un mécanisme qui coupe l'accélérateur s'il détecte une forte pression sur la pédale de frein quand l'accélérateur est enfoncé. Sur ce point, c'était rassurant."

"Le problème a commencé pendant la sortie de la première voiture de sécurité, tout de suite après le départ en fait, et à partir de là, je ne pouvais plus relâcher complètement l'accélérateur. Je prenais du coup tous les virages avec un peu de gaz, puis la pédale a commencé à rester tellement enfoncée que je ne pouvais plus passer correctement en courbe."

"Le problème empirant, j'ai fini par essayer de lever la jambe de la pédale mais mon genou venait alors gêner au niveau du volant et je ne pouvais carrément plus tourner."

De récents ennuis de fiabilité très frustrants pour l'Allemand chez Mercedes...

"C'est bizarre, notre fiabilité avait l'air excellente cette année, et c'est surprenant de rencontrer ensuite quelques problèmes qui sont devenus de pire en pire au cours de la saison, tout particulièrement ces derniers mois où nous avons parfois dû abandonner. Il semble que nous n'avons pas progressé autant que nous le pensions à ce niveau-là."

Et cette nouvelle déconvenue paraît sonner définitivement le glas des espoirs de titres pour Rosberg.

"Il faut maintenant être réaliste. Ça fait beaucoup de points. Mon approche reste la même et j'attaque toujours au maximum. Ça ne change donc pas grand-chose, même si c'est décevant puisque j'espérais combler l'écart aujourd'hui. Quoi qu'il en soit, mon but est maintenant de remporter la prochaine course."

"C'est dur, il se passe tant de choses pendant un week-end comme ça. La préparation commence en début de semaine à l'usine, on y discute de tout puis on arrive ici, on livre d'excellentes prestations en qualifications, au départ de la course et dans les premiers virages, tout va comme sur des roulettes et ensuite, on perd de cette manière... c'est très dur."
source: Nextgen-Auto.com

Raikkonen - Mon dépassement sur Bottas n'était pas stupide
Kimi Räikkönen a été pénalisé de 30 secondes sur son temps de course hier à Sotchi (et de 3 points de pénalité sur sa licence) pour avoir accroché la Williams de Valtteri Bottas dans le dernier tour.

Le Finlandais a tout tenté pour obtenir le podium mais a éliminé son compatriote dans l'affaire. Räikkönen a finalement été classé 9ème du Grand Prix, ce qui a permis au passage à Mercedes de décrocher le titre constructeurs.

Räikkönen se défend toutefois d'avoir tenté quelque chose de stupide.

"Je ne pense pas que la manœuvre de dépassement que j'ai tentée était complètement stupide", se justifie Räikkönen après avoir appris la sentence.

"J'aurais pu prendre le virage normalement mais quand il y a deux voitures, il y a plusieurs façons de voir les choses. J'étais là, Valtteri a reconnu qu'il ne m'avait pas vu. C'est ce qui a provoqué le contact. C'est de la malchance pour nous comme pour eux."

"Il est évident que vous faites tout pour éviter des accidents mais cela peut arriver, c'est la course."

Räikkönen a eu le soutien de son patron, Maurizio Arrivabene, qui estime que les commissaires n'ont pas de constance dans leurs décisions.

"C'était un incident de course. A Monaco il y a eu la même chose entre Kimi et Ricciardo, à peu de choses près et c'est comme cela que ça a été jugé, comme un incident de course. Je ne comprends pas pourquoi les commissaires en Russie ont pris une position différente de celle adoptée à Monaco."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff attend Ferrari de pied ferme en 2016
Malgré l'abandon de Nico Rosberg au GP de Russie, la neuvième victoire de Lewis Hamilton a permis à Mercedes de décrocher le titre Constructeurs à quatre épreuves de la fin de saison. La pénalité de Kimi Räikkönen a permis à la marque allemande de disposer de 172 points d'avance sur la Scuderia Ferrari, un écart désormais impossible à combler pour l'écurie de Maranello.

"Nous avions déjà rangé les T-shirts célébrant ce titre dans les cartons afin de les ramener à la maison", a commenté Toto Wolff, le directeur de Mercedes Motorsport, cité sur le site officiel de la F1. "Nous sommes évidemment très heureux d'avoir dû les ressortir et nous les portons avec une immense fierté. C'est une récompense fantastique pour l'équipe et ses employés à Brackley et Brixworth. Le titre Pilotes est désormais le prochain objectif."

L'Autrichien est également satisfait du retour aux avant-postes de Ferrari, seule équipe à avoir vaincu les Flèches d'Argent cette saison avec les victoires de Sebastian Vettel à Sepang (Malaisie), à Budapest (Hongrie) et à Singapour. "C'est bien pour la discipline d'avoir une compétition disputée. C'est d'autant plus motivant pour nous que Ferrari est l'écurie avec laquelle on veut se battre. Nous nous attendons à ce qu'ils soient très forts l'an prochain car ils ont réalisé de belles performances plus tôt que nous ne le pensions. On a pu voir que Sebastian a conservé un très bon rythme (à Sotchi) et cela présage un avenir très intéressant", a ajouté Toto Wolff.
source: AUTOhebdo.fr

Renault pouvait faire mieux
Daniil Kvyat et Max Verstappen ont été les seuls pilotes des équipes motorisées par Renault à marquer des points. Verstappen a cependant été ralenti par un accident au deuxième virage. Daniel Ricciardo et Carlos Sainz ont de leur côté eu des soucis techniques alors qu'ils étaient dans les points.

"Sotchi est une piste très exigeante avec un fort pourcentage de plein régime mêlé à des courbes lentes et serrées", souligne Rémi Taffin, le directeur des opérations de Renault Sport F1.

Renault pouvait espérer mieux: "Le résultat final n'est malheureusement pas à la hauteur de l'effort fourni par les deux équipes au cours du weekend", indique Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport F1. "Nous étions heureux de voir que Carlos allait bien et qu'il pouvait disputer la course après son énorme accident. Le temps de roulage a été réduit pour tout le monde et cela a semblé perturber les équipes châssis y compris nos équipes partenaires."

Il n'y a eu aucun problème de fiabilité du côté de Renault, un signe encourageant avant Austin, où les nouveautés devraient être lancées.

"La fiabilité a (...) été bonne malgré le manque de roulage causé par les nombreuses interruptions à chaque séance", précise Taffin. "Il était possible de scorer plus (...), mais les circonstances n'ont pas joué en notre faveur. Tout cela est néanmoins prometteur en vue des quatre dernières courses de l'année."

Les performances étaient moins bonnes mais Renault veut faire mieux à Austin: "De notre côté nous sommes restés concentrés et avons connu un week-end exemplaire sur le plan de la fiabilité", explique Abiteboul. "La performance était en revanche en retrait sur ce circuit. Nous avons hâte de nous battre pour plus de points à Austin, le prochain rendez-vous. J'aimerais également féliciter Mercedes pour leur deuxième titre des constructeurs. Ils ont fait un travail fantastique et ont fixé la référence à battre."
source: SportAuto.fr

Vers un changement de règles concernant les jetons moteurs en 2016?
Une réunion entre les directeurs des dix écuries présentes cette année en Formule 1 devrait avoir lieu dans les prochains jours afin de discuter du système de jetons de développement des moteurs pour la saison 2016.

La règle stipule pour l'instant que les motoristes n'auront plus le droit de développer leur moteur en cours de saison contrairement à cette année. L'objectif serait ainsi d'annuler cela pour permettre à Ferrari et surtout Honda et Renault de rattraper leur retard actuel sur Mercedes.

"Pour le moment, les quatre motoristes auront le droit de modifier 25 jetons avant le 29 Février 2016", déclare Charlie Whiting. "Mais bien sûr, cela peut encore être modifié. Il faut pour cela l'accord de toutes les écuries du plateau. Un refus et la règle ne sera pas modifiée."

"Si celle-ci change, cela devra être fait dans les prochaines semaines."
source: Nextgen-Auto.com

Prost doute de voir Renault accepter de continuer avec Red Bull
A Sotchi, une solution pour Red Bull semblait émerger: continuer avec Renault.

Bernie Ecclestone aurait fait en sorte que le dialogue soit renoué, le grand argentier ayant une belle arme de négociation avec la prime premium qu'il pourrait verser au cas où Renault reviendrait en parallèle avec sa propre équipe, en rachetant Lotus.

"Il y a des gens qui disent non aujourd'hui mais cela veut dire peut-être. Je ne veux pas m'inquiéter pour Red Bull, il y aura une solution. Je ne pense pas que Mateschitz veuille vraiment quitter la F1. Il le pourrait s'il le voulait mais je ne pense pas", déclare le patron de la FOM.

"Pour le moment Red Bull n'a pas de moteur mais je n'ai pas à m'inquiéter. Il y a plus de possibilités que le gens peuvent le croire."

Du côté de Renault, on a tout de même du mal à avaler la pilule comme l'admet l'ambassadeur de la marque, Alain Prost, sur le plateau de 'Canal +'.

"Beaucoup de mal a été fait et je ne sais pas si cela pourra être réparé. Bernie peut dire ce qu'il veut, cela doit encore se concrétiser. Les faits sont là: Dietrich Mateschitz a annoncé lui-même qu'il ne voulait pas continuer avec Renault comme partenaire et Carlos Ghosn a indiqué que Renault ne resterait pas en F1 comme simple motoriste. A partir de là, je ne vois pas très bien comment la situation pourrait évoluer favorablement..."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.