En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 04 Février 2016

Nouvelles inquiétantes au sujet de Michael Schumacher
De nombreuses rumeurs courent ces dernières heures sur les réseaux sociaux concernant l'état de santé de Michael Schumacher.

Le pilote français Bruce Jouanny a ainsi confié à 'Entrevue' que le septuple Champion du monde était "très mal en point".

Malheureusement, Luca di Montezemolo, l'ancien président de Ferrari, ne tient pas un discours différent aujourd'hui.

"J'ai eu des nouvelles et ce n'est malheureusement pas bon", a lancé Montezemolo aux journalistes sans donner de détail.

"La vie est étrange. Il était un pilote fantastique et il n'a eu qu'un seul accident (sérieux) avec Ferrari en 1999. Malheureusement c'est un accident de ski qui a eu de sérieuses conséquences", ajoute l'Italien.

Contactée par la 'BBC', sa manager Sabine Kehm a refusé de commenter.
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen et Palmer compatissent pour Maldonado
Les pilotes Renault Kevin Magnussen et Jolyon Palmer ont exprimé leur sympathie à l'égard de Pastor Maldonado, qui aurait initialement dû être l'un des deux titulaires de la marque au losange cette année.

Magnussen, premier bénéficiaire de l'éviction du Vénézuélien, affirme qu'il est désolé pour l'ancien pilote Lotus, lui qui a vécu une situation similaire chez McLaren.

"Je ne sais pas s'il se rendra aux courses cette année", a déclaré le Danois. "J'ai beaucoup de respect pour Pastor, j'ai été dans cette situation moi-même alors je sais ce que c'est. Mais je suis sûr qu'il connaîtra le succès où qu'il décide d'aller prochainement."

Jolyon Palmer, qui a travaillé aux côtés de Maldonado l'année dernière, est également déçu pour son ancien collègue de travail.

"Je suis désolé pour Pastor, c'est une personne très sympathique", commente le Britannique. "J'ai travaillé avec lui durant un an et je me suis très bien entendu avec lui."

"Il y a eu beaucoup d'incertitudes cet hiver et même s'il avait déjà signé son contrat avec Lotus, tout restait incertain au moment où Renault a officialisé le rachat de l'équipe. Je dirais donc que ce qui est arrivé à Pastor n'est pas une surprise totale."
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen - McLaren ne m'a pas aidé comme Dennis l'avait promis
Kevin Magnussen a déclaré hier être heureux d'avoir eu une 2ème chance en Formule 1, ce qui n'est pas donné à tout le monde.

Il a eu le soutien du Danemark, via le sponsor Jack and Jones, mais a-t-il aussi pu compter sur Ron Dennis? Pas vraiment, comme il le révèle.

"Ron Dennis avait déclaré qu'il m'aiderait à trouver un baquet en Formule 1 quand nous avons mis un terme à notre collaboration. Mais en réalité, McLaren ne m'a pas aidé du tout. Comme je l'ai dit, cette année, j'ai envie de prouver beaucoup de choses", explique Magnussen.

Le Danois admet qu'avoir été ainsi lâché par McLaren a été dur à encaisser.

"Cela a été très dur à vivre. Mais j'ai beaucoup évolué depuis. C'est dur aussi de devoir faire plusieurs pas en arrière quand vous avez pu goûter à la Formule 1 et qu'on vous en prive. Mais ce qu'on dit est vrai, les périodes difficiles vous rendent plus fort."

"Ce qui est important, c'est que je me sens bien plus détendu maintenant. J'ai ressenti beaucoup de pression lors de ma première année chez McLaren. Maintenant, je la ressens toujours mais de façon bien plus positive."

"Cela a été incroyablement difficile de voir ma McLaren tourner sans moi à l'intérieur. A plusieurs moments, j'ai été proche d'abandonner la F1. Plusieurs fois, j'ai été à la limite de ne plus croire à ce retour. C'est quand on vous prive de quelque chose que vous vous rendez compte à quel point vous l'aimez."
source: Nextgen-Auto.com

Prost - 2016 sera une année difficile pour Renault
Renault fait son grand retour en Formule 1 cette saison, mais il ne faut pas attendre de grands résultats de l'équipe dès cette année selon Alain Prost.

"Il ne sera pas possible de faire face aux meilleurs dès 2016", concède le quadruple Champion du monde. "Il n'y a aucun intérêt à mentir aux gens, l'année sera très difficile, notamment au début. Il faudra être patient."

"C'est un projet à long terme, qui porte normalement sur neuf ans mais cela pourrait être encore davantage. Il n'est pas nécessaire de gagner dès la première course en Australie. L'objectif est de rapidement faire partie des trois meilleures écuries, mais cela pourrait prendre deux, trois, voire quatre ans."

Le Français estime que Mercedes sera une nouvelle fois l'écurie à battre cette année.

"C'est évident, mais le championnat pourrait être plus ouvert avec Ferrari. Cela serait positif pour la Formule 1."

Jolyon Palmer, nouveau pilote Renault, est lui beaucoup plus catégorique: Mercedes sera une nouvelle fois seule au monde en 2016.

"Ils dominent depuis deux ans et les règles ne changent pas. Ils ont le meilleur moteur et une très bonne voiture alors oui, je pense qu'ils sont à nouveau les grands favoris", conclut le Britannique.
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen de retour en tant que titulaire grâce à un sponsor
Kevin Magnussen retrouve une place de titulaire en F1 cette année chez Renault, un peu plus d'un an après avoir perdu sa place de titulaire chez McLaren.

Le Danois a profité de l'éviction de Pastor Maldonado, dont les sponsors ne pouvaient pas tenir leurs engagements. Mais le pilote de 23 ans lui-même a pu obtenir cette place grâce au soutien financier du milliardaire danois Anders Holch Povlsen, qui introduit ainsi sa marque "Jack and Jones" en F1.

Lars Seier Christensen, un autre homme d'affaires danois qui était auparavant directeur de Saxo Bank (sponsor de Lotus), se réjouit pour Magnussen.

"Kevin mérite vraiment cette place", déclare-t-il. "C'est un excellent pilote qui a beaucoup travaillé pour ça et c'est aussi une très bonne chose pour tous les fans danois."

"Il est très difficile de revenir en F1 après une absence, ce qui démontre à quel point il en avait avait envie."

Christensen ne cache pas son admiration pour un autre pilote: Romain Grosjean. Le Danois affirme d'ailleurs qu'il est l'un des sponsors personnels du Français, que Saxo Bank pourrait suivre chez Haas, sa nouvelle écurie.

"Je suis l'un des sponsors personnels de Romain Grosjean. Je pense qu'un jour, dans la bonne voiture, il pourrait devenir Champion du monde et je pense la même chose de Kevin."
source: Nextgen-Auto.com

La F1 avance sur la protection des cockpits et les pneus plus rapides
Les acteurs de la Formule 1 ont avancé de manière significative lors des discussions des derniers jours sur la protection des cockpits des monoplaces selon le GPDA.

Alexander Wurz, le président de l'Association des pilotes de F1, s'en réjouit.

"Evidemment, les pilotes sont très heureux de voir que les représentants techniques des équipes se sont mis d'accord pour mettre en place une protection de la tête d'ici 2017, suite aux recommandations faites et aux recherches de la FIA", déclare l'Autrichien.

Plusieurs pilotes de F1 étaient présents à la réunion de Pirelli à Milan et de ce point de vue il y a également eu des avancées pour que la prochaine génération de pneus soit plus rapide et permette aux pilotes d'attaquer sans retenue, ce que souhaitait aussi le GPDA.
source: Nextgen-Auto.com

Renault veut recruter 200 personnes de plus à Enstone
Il semble que Carlos Ghosn a vraiment ouvert le chéquier pour le retour de Renault en Formule 1 avec sa propre équipe.

En plus des investissements très importants à Viry Châtillon pour développer le moteur (avec une liberté totale à partir de cette saison comme révélé par Cyril Abiteboul), Renault va renforcer de manière très importante le staff de l'usine d'Enstone, qui s'occupe du châssis.

Ainsi, d'ici la fin de la saison 2017, Enstone devrait compter pas moins de 200 personnes en plus.

"Nous allons ouvrir de nombreux postes", explique le directeur technique, Nick Chester. "Certains recrutements ont déjà été lancés et d'autres vont être annoncés dans les mois à venir. Nous voulons ajouter 200 personnes à notre équipe châssis."

"D'ici à la fin 2017 nous voulons à nouveau voir 650 personnes à Enstone", confirme Cyril Abiteboul. "Pour 2016, nous devons être réalistes, nous avons du retard à rattraper dans certains domaines. Notre moteur a des lacunes et Enstone également. Notre objectif est d'y remédier au plus vite."
source: Nextgen-Auto.com

Ghosn verrait bien Alonso au volant de la Renault
En 2005 puis 2006, Fernando Alonso triomphait au volant de sa Renault. Mais depuis, le champion espagnol est entre autres passé par Ferrari avant de rejoindre McLaren l'an dernier pour vivre l'une des pires saisons de sa carrière. En dépit de ce revers de fortune, le PDG de Renault, Carlos Ghosn, verrait d'un bon œil de le retour de l'Espagnol.

"Est-ce que j'aimerais recruter Alonso? Évidemment. Mais ce n'est pas de ma responsabilité. C'est l'équipe qui prend ces décisions et je la soutiendrai. Pendant nos années en Formule 1, je me suis fait beaucoup d'amis et ai rencontré de nombreux pilotes de talent, et Fernando est l'un des meilleurs en F1 aujourd'hui."

Après ses titres et une année chez McLaren, l'Espagnol était revenu chez Renault en 2008 et 2009, mais les budgets et les résultats limités ont conduit l'écurie française à vendre Enstone à Lotus.

"Quand nous avons quitté la F1", reprend Ghosn, "d'autres grandes marques comme Honda ou Toyota ont fait de même parce que la crise nous a tous frappés. Nous croyons qu'il est maintenant temps de tirer parti de notre expérience et de continuer à écrire l'histoire de notre marque en Formule 1."

Et pour ce faire, Jolyon Palmer et Kevin Magnussen seront au volant. Ce dernier affirme cependant ne pas savoir s'il peut "parler de la durée des contrats. Je suis ravi d'en avoir décroché un et je suis là cette année. Les portes sont ouvertes pour la suite."
source: Nextgen-Auto.com

Prost - Mon nom aurait pu compliquer le travail de Renault F1
On attendait un rôle plus important pour Alain Prost dans la nouvelle structure de Renault en Formule 1. Mais l'ambassadeur de la marque au Losange restera davantage impliqué en Formule E.

Il s'en explique au micro de 'RTL'.

"Je ne reviendrai jamais comme leader d'une équipe qui prend 100% de mon temps", déclare Prost, qui reconnait que son nom célèbre aurait pu pénaliser le projet Renault F1.

"Ça pouvait même compliquer le travail du management ou des gens qui sont opérationnels. J'ai donc décidé de ne rien faire, pour simplifier", admet-il.

"'ai toutefois beaucoup participé au projet et je suis très heureux aujourd'hui. Cette nouvelle implication de Renault dans la F1, c'était une nécessité pour être compétitif."

"Et il n'y a rien de mieux et, peut-être, de moins onéreux que la Formule 1 pour se faire connaître dans le monde entier et surtout dans les pays émergents."
source: Nextgen-Auto.com

Il faut attendre encore un peu pour découvrir la vraie Renault R.S.16
Hier à Paris, Renault a présenté sa nouvelle structure Formule 1 mais aussi ce que la marque a décrit être comme la Renault F1 R.S.16, sa voiture pour la saison 2016.

Ce n'est pas tout à fait vrai comme l'ont ensuite admis les managers: la voiture présentée est une voiture de démonstration, basée sur la Lotus E23. La vraie voiture sera prête pour Barcelone et nous la découvrirons avec la livrée présentée hier. Cette livrée évoluera ensuite d'ici Melbourne.

"C'est une show car", confirme Cyril Abiteboul. "La vraie R.S.16 sera assemblée la semaine prochaine. Nous avons voulu faire notre lancement maintenant, pour présenter l'équipe et nos couleurs pour les essais. La voiture 2016 sera dévoilée lors des essais privés."

"La R.S.16 aura cette livrée. Ensuite, avant Melbourne, nous révèlerons nos couleurs finales."

Cette R.S.16 sera de toute façon basée sur la Lotus E23 de l'an dernier, adaptée au moteur Renault, comme l'a confirmé le directeur technique, Nick Chester.

"Nous n'avons pas eu beaucoup de temps mais comme nous l'avons prouvé avec le crash test déjà réussi, nous savons réagir rapidement et faire du bon travail à Enstone. Nous voulons une bonne base pour la saison et cette première voiture ne devrait donc pas nous réserver de mauvaises surprises. Nous l'améliorerons au fur et à mesure, mais le vrai projet est celui de 2017."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean impatient de découvrir sa nouvelle F1
Romain Grosjean est probablement très impatient de commencer le travail en piste avec sa nouvelle équipe Haas F1. La monoplace est dans les temps, elle sera démarrée pour la première fois le 15 février et sera bien en piste le 22 à Barcelone, sauf imprévu.

Pour le Français, c'est une nouvelle vie qui commence.

"C'est évidemment un gros changement pour moi", confie Grosjean à 'Paddock Magazine'. "Je me sens comme un enfant à Noël, en train de découvrir mes jouets. Ceci dit, chaque équipe de F1 partage à peu près le même ADN avec des ingénieurs, des mécaniciens et de nombreuses personnes qui sont derrière chaque projet. C'est toutefois bon de s'impliquer dans quelque chose de nouveau."

La culture européenne Lotus / Renault n'est toutefois pas la culture américaine...

"Quand j'ai rencontré pour la première fois Gene Haas et Gunther Steiner, j'ai tout de suite su que j'aimais leur philosophie et leur approche. Nous sommes tous très motivés et je pense qu'il y a une véritable fusion des styles entre l'Amérique et l'Europe. La passion de la course est universelle!"

Qu'est-ce qui excite le plus Romain avant la nouvelle saison?

"C'est un nouveau défi pour l'équipe, pour moi... et il est toujours excitant de piloter une nouvelle voiture pour la première fois lors des essais hivernaux. Quand il s'agit d'une nouvelle équipe, c'est encore plus spécial. Cela fait 30 ans depuis la dernière équipe américaine en F1. Arriver à Melbourne avec Haas F1 sera aussi extraordinaire. Je vais faire de mon mieux, c'est mon objectif personnel pour cette 1ère saison: sortir de chaque course en étant fier du travail accompli."

Cela fait donc 21 courses à réussir du mieux possible...

"Oui, le calendrier va être très occupé pour toutes les équipes. 21 courses c'est beaucoup mais il y a des endroits fantastiques dans le calendrier. Évidemment, je souhaite un jour que cela se complète par un retour d'un Grand Prix en France."

La F1 reste très suivie en France malgré tout... mais que faut-il pour que la Formule 1 devienne enfin populaire aux USA?

"J'espère que le succès de Haas F1 permettra d'y arriver!"
source: Nextgen-Auto.com

Vasseur - Il était temps de s'attaquer à la Formule 1
La Formule 1 accueillera en cette saison 2016 un nouveau directeur d'équipe, Frédéric Vasseur, dans une organisation presque similaire à son homologue de McLaren Honda, Eric Boullier.

Avec l'écurie ART Grand Prix, victorieuse à de nombreuses reprises en F3 (sous le nom ASM), en GP2 et GP3, Vasseur s'est forgé un nom dans le sport automobile.

Pour le Français, il était temps de s'attaquer à la Formule 1.

"Ce n'était pas une décision trop difficile à prendre grâce à la bonne saison faite par notre équipe en 2015. Nous avons remporté les quatre titres en GP2 et en GP3 et nous avons aussi connu de bons succès en DTM. J'ai eu le sentiment que c'était le bon moment pour moi. Et puisqu'il s'agit d'un défi français, c'est aussi excitant", xplique Vasseur.

La F1 est un autre monde mais Vasseur a été formé à bonne école et pense avoir appris tout ce qu'il faut avec ses équipes.

"Jusqu'à maintenant, j'ai l'impression qu'il n'y a pas une grosse différence. La structure des équipes est la même. D'accord vous avez plus de personnes mais il y a des ingénieurs, des mécaniciens, des pilotes... Il faut dire la même chose aux mêmes personnes, simplement vous en avez 10 fois plus à votre disposition."

La différence? "Il y a beaucoup plus d'attention de la part des médias. Mais dans ma carrière j'ai eu des pilotes qui venaient de Toyota, McLaren, Red Bull ou Renault. J'ai déjà dû faire un peu de politique! Enfin, Renault F1 prend plus que 100% de mon temps!"
source: Nextgen-Auto.com

Renault promet l'égalité 'moteur' à Red Bull Tag Heuer
Helmut Marko, le consultant au sport automobile de Red Bull, l'affirmait il y a quelques jours: Renault ferait mieux de se concentrer sur Red Bull (aux moteurs rebadgés Tag Heuer) cette année, le temps de reconstruire Enstone.

Cyril Abiteboul lui a indirectement répondu en affirmant lors de la présentation d'hier à Paris que Renault fournirait son équipe d'usine et Red Bull à égalité en matière de moteurs.

"Les deux équipes auront exactement le même moteur. C'est même une obligation du règlement. Mais pour des raisons évidentes, il n'y aura aucune marque Renault ou aucun marketing avec Red Bull. Finalement, par rapport à l'an dernier, vous verrez les mêmes personnes de Renault dans le garage Red Bull. Elles seront habillées autrement, c'est tout", déclare le DG de Renault Sport.

"Red Bull aura les mêmes évolutions, nous ne serons peut-être pas synchronisés parce que Renault peut faire des choix différents de ceux de Red Bull dans l'introduction de nouveaux moteurs en cours de saison. Mais dans notre philosophie comme dans le règlement, Red Bull aura les évolutions si nous les avons. C'est même bien de pouvoir faire tourner notre moteur dans un autre châssis."

Abiteboul a aussi évoqué le contrat, prolongé pour un an seulement.

"Il dure un an avec Red Bull mais il pourrait aller plus loin. Nous pourrions continuer à fournir Red Bull ou fournir une autre équipe si c'est dans notre intérêt stratégique de le faire. C'est le cas cette année, si cela continue l'an prochain, pourquoi pas. Et si nous réussissons à produire de bonnes technologies, je suis certain que d'autres équipes s'intéresseront à notre moteur. Comme quand nous avions un V8 qui gagnait tout le temps, tout le monde voulait notre moteur."

"Pour l'instant la situation semble très différente mais si nous pouvons refaire notre retard, qui sait? Nous avons une équipe d'usine mais nous avons toujours été loyaux envers les équipes clientes et indépendantes."
source: Nextgen-Auto.com

La F1 revient au développement libre des moteurs en 2017
Les quatre motoristes se sont mis d'accord pour un développement presque totalement libre à partir de cette saison!

Le système de jetons devrait être effacé du règlement par le prochain Conseil Mondial de la FIA à en croire Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport. Avec ce système, seulement une partie du moteur pouvait être changée, une partie qui était amenée à être réduite d'année en année.

Puisque les quatre motoristes disposent maintenant de leur équipe d'usine (McLaren Honda étant un cas particulier), les coûts de développement induits par cette décision ne seront donc pas supportés par les clients.

Cela signifie que les moteurs pourront évoluer à chaque fois qu'un motoriste a besoin d'introduire un nouvel élément. C'est cette limitation et les pénalités qui iront avec qui feront office de garde-fou, ainsi que l'accord des motoristes pour limiter à 12 millions d'euros par an le prix de la fourniture d'un moteur à une équipe.

Rien n'empêchera toutefois la bataille financière entre Mercedes, Honda, Ferrari et Renault pour la recherche et le développement.

"Le système de jetons a été rayé du règlement. Nous sommes tous d'accord que la performance des moteurs doit converger et c'est l'une des raisons derrière cette décision. Une F1 dont la performance est dictée par celle du moteur, ce n'est bon pour personne", explique Abiteboul.

"Nous avons aussi décidé que, pour les fans, il était temps d'arrêter la confusion entre les pénalités et le système de jetons."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.