En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 09 Mars 2017

Une journée intéressante pour Magnussen et Haas
C'était aujourd'hui le dernier jour de Kevin Magnussen au volant de la Haas avant le Grand Prix d'Australie, et le Danois a porté son total de tours parcourus à 369, effectués durant ses quatre journées dans la monoplace. Si le temps signé est un peu en retrait, la VF-17 a enchaîné les tours sans problème.

"C'était encore une bonne journée, je suis globalement très satisfait de ces essais" explique Magnussen. "Je pense que nous en avons appris beaucoup au sujet de la voiture. Nous savons où il reste encore du travail avant l'Australie et j'ai hâte d'être de retour dans la voiture dans deux semaines."

Un optimisme partagé par Günther Steiner qui se satisfait d'une journée sans problème: "Nous avons quasiment parcouru la distance d'une course. Il ne nous a manqué que quelques tours, une vingtaine cet après-midi pour faire l'équivalent d'une course. Nous avons récupéré beaucoup d'informations et avons appliqué un programme difficile, mais ça s'est bien passé."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne - On doit progresser dans tous les domaines
Les problèmes accumulés par McLaren à Barcelone en sept jours d'essais commencent à être difficiles à justifier, après que la MCL32 a encore rencontré trois soucis mécaniques et s'est montrée incapable de signer des temps corrects. Stoffel Vandoorne en a terminé de ses essais et doit se contenter du peu de roulage effectué cet hiver.

"On doit progresser dans tous les domaines" tranche le Belge. "Nous n'avons pas été capables de montrer des choses sur les longs relais, une partie de notre travail était correct hier mais nous n'avons pas fait les kilomètres espérés."

"Nous avons beaucoup de travail et nous essaierons de travailler en équipe afin d'avoir une meilleure voiture à Melbourne. Fernando a encore une journée dans la voiture demain et j'espère que nous arriverons à trouver des points de progression sur la voiture et le moteur, j'espère que ce sera une meilleure journée."

Vandoorne partage la frustration de son équipier après les ennuis rencontrés cette semaine mais tient à ce que l'équipe reste soudée autour des pilotes afin de renverser la vapeur.

"Chaque tour parcouru en piste est précieux pour nous et nous essayons de pousser l'équipe dans la bonne direction pour les développements futurs. Nous ne pouvons pas attendre sans rien faire. La pire chose à faire serait de se laisser envahir par la frustration et de ne rien tenter pour avancer" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Force India - Une journée extrêmement profitable pour Ocon
Esteban Ocon a connu une journée incroyablement productive avec Force India aujourd'hui. Le Français a bouclé 137 tours aujourd'hui, avec une prime à la performance en plus (et un 3ème meilleur temps). Le quasiment rookie peut se satisfaire de cette journée plus que profitable.

"Ce fut une grosse journée dans la voiture et je suis vraiment heureux de ce que nous avons accompli. Nous avons fait quelques relais plus courts le matin, et des relais plus longs l'après-midi. Et à la fin de la journée, j'étais heureux du ressenti de la voiture. Je suis satisfait de notre rythme et je pense que nous avons fait de bons progrès dans la compréhension de la VJM10. La prochaine fois, je serai dans la voiture à Melbourne, et je suis vraiment excité par le début de saison. Ce fut un hiver occupé avec beaucoup de dur labeur en coulisses, et maintenant, je veux juste courir!"

Tom McCullough, l'ingénieur en chef, se réjouit lui aussi de cette belle journée pour Force India. Il a le sentiment du devoir accompli envers son jeune protégé tricolore.

"Nous avons pu tirer le maximum de notre bonne fiabilité et de mener un programme de test exhaustif. Nous comprenons de mieux en mieux la VJM10 et nous faisons toujours des progrès avec la voiture. C'était le dernier jour d'Esteban avant Melbourne, donc nous avons été capables de continuer le travail sur les procédures dont il aura besoin durant les week-ends de course. Il s'est très bien intégré dans la voiture, vraiment bien. Il a construit une bonne relation de travail avec l'équipe, en bord de piste, et tout le monde à la base."

"Notre sentiment, c'est que nous l'avons préparé du mieux possible pour l'Australie. Nous avions préparé un plan pour lui durant l'hiver et nous avons coché toutes les cases. Le plan pour la dernière journée de tests, c'est de faire la même chose pour finaliser la préparation de Sergio Pérez pour Melbourne."
source: Nextgen-Auto.com

Renault F1 limitée dans son roulage à cause de l'ERS
Renault Sport Formula One Team a conclu l'avant-dernière journée d'essais de pré-saison avec Jolyon Palmer au volant de la R.S.17 sur le Circuit de Barcelona-Catalunya.

Le Britannique a effectué 31 tours en matinée. Son meilleur temps en 1'22"418 le classait huitième de la session avant qu'il ne retrouve la piste l'après-midi pour accomplir 22 boucles de plus.

Les deux pilotes sont prévus d'être en action demain. Nico Hülkenberg sera le premier à prendre le volant.

"C'était une journée assez frustrante avec des interruptions de notre côté, mais aussi d'autres en piste. Nous n'avons jamais semblé pouvoir nous mettre dans le rythme et je n'ai pas eu les mêmes sensations qu'auparavant. Nous examinons en profondeur les données pour comprendre où nous devons progresser, car nous savons que le potentiel est là. J'espère une meilleure journée demain pour conclure les essais", déclare Jolyon Palmer.

Rémi Taffin, Directeur Technique Moteur, explique: "Nous avons un tout nouveau groupe propulseur en 2017 et notre kilométrage a été limité sur un élément nouveau de l'ERS cette semaine."

"Nous avions vu des problèmes similaires lors du développement sur les bancs, mais cela s'est amplifié en piste. Des correctifs sont déjà en route et nous espérons les mettre en place à Melbourne pour atteindre le niveau requis de fiabilité en début de saison. Cela a néanmoins impacté notre roulage à Barcelone et nous avons revu nos plans du jour."

"Jolyon était ainsi au volant aussi bien le matin que l'après-midi afin d'accumuler les tours avec la R.S.17 après avoir subi plus de contretemps que Nico sur ces essais. Sur le plan des performances, nous sommes contents d'avoir accompli un solide pas en avant et il y en aura davantage à venir durant l'année. Nous en apprenons tous les jours sur la voiture, il s'agit donc de progrès constants."
source: Nextgen-Auto.com

Stroll a mis de côté sa mauvaise première semaine
C'est une nouvelle journée productive qu'a connue Lance Stroll avec Williams. Même s'il n'a pas recherché la performance, le Canadien a enchaîné 85 tours, avec le plein d'essence, pour faire quelques simulations de course. Surtout, après avoir pêché en première semaine, il n'a commis aucune faute. De quoi avoir le sourire à la fin de cette journée.

"Il y a eu beaucoup de choses positives à retirer de la semaine dernière... et nous les avons amenées en deuxième semaine."

"Je ne pense pas que les gens le voient vraiment en raison des problèmes qui sont survenus, mais je me sentais déjà en confiance dans la voiture la semaine dernière, et cette semaine, je me sens vraiment en confiance dans la voiture. Il fallait simplement que je me fasse la main, mais demain est une autre grosse journée, et j'ai hâte d'en apprendre plus, et d'arriver avec ce bagage à Melbourne. Je suis un pilote de course et je pousse la voiture, je sens les limites de la voiture. Ce qui est arrivé la semaine dernière, est simplement arrivé. C'est derrière moi maintenant."

"Je n'ai pas encore essayé les pneus ultra tendres. C'est le seul composé qu'il me reste à essayer. Ce serait bon de tester un peu des pneus typés pour les qualifications, et avoir un ressenti sur la voiture avec une adhérence maximale. Mais nous verrons ce que nous ferons demain. Je ne le sais pas encore. Je ferai tout ce que l'équipe me dit de faire. Aujourd'hui, nous nous sommes concentrés sur les relais plus longs, pour avoir un ressenti sur les pneus médiums et tendres."

Lance Stroll ne nie pas les difficultés d'apprentissage qu'il connaît à Barcelone, mais il ne voit rien d'anormal à cela...

"C'est difficile, ça l'est un peu plus pour moi. C'est mon année de rookie, et je n'ai pas beaucoup d'expérience. Mais je pense que c'est nouveau pour tout le monde. Il y a beaucoup d'adhérence. Je pense que la précision est très importante, puisque les voitures seront bien plus rapides Mais c'est bien. C'est un bon défi physique, et simplement, la conduite est plus difficile, donc c'est cool. Je pense que tout cela est excitant pour l'année qui vient."

Felipe Massa, avec 80 tours au compteur, ne s'est pas non plus ennuyé aujourd'hui. Comme son coéquipier, il a enchaîné les tours lents mais avec régularité.

"La voiture a fait 165 tours aujourd'hui. En raison des drapeaux rouges, nous n'avons pas pu faire une simulation de course complète, avec des arrêts aux stands, mais nous avons plus que réussi à couvrir la distance prévue sans problème. La FW40 a couvert une distance équivalente à deux Grands Prix aujourd'hui. Elle est fiable, et c'est positif. Maintenant, je suis simplement prêt pour commencer la saison! Je ne conduis pas demain, mais j'espère que l'équipe aura un autre jour formidable avec Lance. J'espère simplement que nous pourrons bien démarrer la saison en Australie, et que nous pourrons bien utiliser tout ce que nous avons appris ici pendant le test, pour préparer la voiture pour la première course."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton et Bottas se méfient de Ferrari
Après la performance de Sebastian Vettel, qui a flirté avec la minute 18 secondes en retenant son dernier secteur, Lewis Hamilton a émis l'idée que Ferrari a passé une bonne partie de ses essais hivernaux à cacher son jeu face à Mercedes.

"Je pense que Ferrari bluffe et que l'équipe est bien plus rapide que ce qui est montré" a analysé l'Anglais. "Ils sont très proches de nous, c'est difficile pour le moment de dire qui est plus rapide, mais c'est très serré. Quoiqu'il en soit, j'ai hâte de me mesurer à eux."

"C'était une bonne chose de rouler ce matin avec moins de carburant. Nous avons travaillé sur l'équilibre de la voiture. J'ai appris énormément de choses avant de donner le volant à Valtteri, nous avons essayé de simuler un peu plus précisément les qualifications et la voiture se comporte bien avec peu de carburant, tout se met en place."

Valtteri Bottas est également satisfait de la monoplace allemande mais pense toutefois que rien n'assure à l'équipe de mener le peloton et qu'il reste encore des progrès à effectuer pour en tirer tout le potentiel.

"Nous découvrons encore les pièces qui correspondent le mieux à la voiture et nous cherchons à trouver comment tirer 100% de son potentiel" explique le Finlandais. "Chaque jour nous fait apprendre énormément de choses et nous avons encore beaucoup de travail en ce sens."

"La compétition sera très serrée à Melbourne et nous devons tirer le maximum de la dernière journée qui nous attend demain afin d'aligner encore les kilomètres. Nous ne sommes pas confiants quand nous nous posons la question quant à savoir si nous serons devant. Nous ne pouvons pas être détendus car notre situation n'est pas confortable. Les autres équipes ont bien progressé durant l'hiver."

Et parmi les autres équipes, c'est surtout la Scuderia Ferrari qui inquiète Bottas, sans qu'il ne sous-estime pour autant Red Bull: "Ferrari est très forte, Red Bull peut toujours surprendre, et d'autres équipes peuvent également être rapides. Mais la Ferrari semble rapide et fiable, et personne ne sait ce qui sera amené à Melbourne. Nous ne sous-estimons personne, nous ne disons pas non plus que nous sommes en tête, nous continuons juste à travailler."
source: Nextgen-Auto.com

Brown - Melbourne sera compliqué pour McLaren...
Les jours se suivent et se ressemblent hélas pour McLaren. En raison de nouveaux problèmes du moteur Honda, l'écurie anglaise a encore une fois été handicapée et n'a pas pu compléter son programme aujourd'hui.

La crise couve chez McLaren, comme le montre l'agacement de Fernando Alonso. Mais il n'est pas encore question de rompre le partenariat avec Honda du côté de Woking, même si Eric Boullier a admis que la tension était "maximale" entre les deux partenaires.

Zak Brown, le directeur exécutif de McLaren, a réfuté toute rupture anticipée de l'accord.

"Nous avons un contrat à long terme [jusqu'en 2024]. Nous avons gagné beaucoup de championnats avec Honda. Ils ont les bonnes personnes, nous aussi, donc nous allons continuer à travailler pour surmonter tout cela."

Une autre option serait qu'Honda souhaite se retirer, faute d'avoir réussi à parvenir au niveau de la concurrence... Une hypothèse que Zak Brown n'écarte pas immédiatement d'un revers de main.

"Ils n'ont donné aucune indication à ce sujet. Il n'y a pas eu de discussions sur tout autre sujet que de parvenir à l'avant de la grille. Nous avons des problèmes, nous avons clairement des problèmes... mais parler de crise, c'est un peu fort."

Zak Brown s'attend néanmoins à une première partie de saison plus que problématique...

"Melbourne sera compliqué. Je serai surpris si nous sommes où nous voulons être - où nous avons besoin d'être - à Melbourne. Donc ce sera un départ compliqué cette année."

"Mais Honda nous a donné des garanties. Ils continueront à faire tout ce qu'ils peuvent pour nous donner la meilleure unité de puissance possible. Nous connaissons les problèmes, nous savons comment les régler. Nous voyons des évolutions chaque jour. C'est ce qui est le plus important. Honda travaille dessus."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda n'est pas encore totalement satisfait de la Mercedes
Malgré la constance et le rythme affichés par la Mercedes W08, Niki Lauda a reconnu que la voiture n'est pas encore au niveau attendu et que certaines améliorations installées pour la deuxième semaine d'essais n'ont pas fonctionné.

"Personnellement, je ne suis pas totalement heureux" a expliqué Lauda. "Nous avons essayé différentes évolutions qui n'ont pas fonctionné comme attendu, et c'est pour cela qu'on aura besoin d'une autre journée d'essais demain. Il nous faut faire des changements pour comprendre comment faire mieux fonctionner la voiture, mais je suis sûr que ces problèmes seront résolus à Melbourne."

Lauda ne se risque pas à donner un pronostic précis pour la saison à venir mais lâche quelques indices qui laissent penser qu'il a son idée sur la hiérarchie des premières courses de la saison.

"Je pense que Mercedes va au devant d'une année compliquée mais nous donnerons notre maximum, je suis optimiste. Les trois premières courses nous donneront une idée et après cela, nous aurons une meilleure idée de l'ordre établi. Je dirais que Ferrari, Mercedes et Red Bull sont proches, peut-être séparées par deux ou trois dixièmes, ce qui serait une bonne chose pour le spectacle" poursuit l'Autrichien.

Alors qu'on arrive au terme des deux semaines d'essais, l'ancien Champion du monde commence à se faire une idée précise du niveau de la nouvelle recrue de Mercedes, Valtteri Bottas.

"Valtteri s'est rapproché de Lewis en performance pure. Il ne lui manque que deux dixièmes, c'est très bien. Il doit encore progresser sur les longs relais mais ceci dit, il pilote une Mercedes pour la première fois. Il doit travailler pour apprendre toutes ces choses, c'est certain, mais je suis très satisfait de ce qu'il a montré."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo - Nous ne sommes pas encore au niveau espéré
Très enthousiaste à l'idée de sa première journée de la semaine mardi, Daniel Ricciardo a été obligé de reconnaître que Red Bull a commis des erreurs de réglages aujourd'hui, pour ce qui était la dernière journée d'essais de l'Australien.

"J'aurais aimé que nous cachions un peu plus notre jeu" a plaisanté Ricciardo. "Nous n'étions pas rapides aujourd'hui, je dirais que ma première journée cette semaine était meilleure, nous étions à deux ou trois dixièmes du rythme tandis qu'aujourd'hui, c'était nettement plus."

"Je pensais que nous étions dans la bonne direction après ma troisième journée d'essais mais j'ai eu l'impression aujourd'hui que nous n'avions fait aucun pas en avant. Nos progrès étaient bons et nous nous sommes un peu perdus sur les réglages aujourd'hui. J'espère que nous aurons des réponses ce soir, Max est dans la voiture demain et nous aurons besoin d'une journée supplémentaire pour mieux comprendre la voiture."

Le pilote a également tenu à calmer le jeu face aux problèmes rencontrés par le moteur Renault, notamment celui qui a réduit le roulage de Verstappen hier.

""Nous verrons du mieux à Melbourne, tant au niveau du moteur que de la voiture, car nous amènerons quelques évolutions aérodynamiques. Max a eu une journée compliquée tandis que la mienne était plutôt tranquille. Nous ne sommes pas encore au niveau espéré mais ce sera mieux lors du premier Grand Prix."

Pour lui, il est assez facile de savoir où Red Bull en est face à ses rivales directes: "Nous n'avons pas encore montré un rythme similaire à Ferrari. Si l'on devait estimer ce qu'il en est aujourd'hui, je dirais que la Scuderia est la rivale directe de Mercedes. Nous avons de quoi lutter, mais nous devons encore le trouver."
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso entre légers ennuis et vrais progrès
La journée de Toro Rosso n'a encore pas été parfaite, avec un problème mécanique rencontré dans l'après-midi, mais Daniil Kvyat a toutefois pu aligner près de 100 tours pour ce qui était sa dernière journée d'essais avant le Grand Prix d'Australie.

"Je suis satisfait de ma journée, c'est la première fois cette saison que je me fais réellement plaisir!" s'est satisfait le Russe. "C'était une journée productive pour les ingénieurs et pour moi. Nous avons continué notre préparation en vue de la saison à venir et nous avons accompli des relais de performances et des simulations de courses. Nous avons également pu faire des essais expérimentaux et en tirer des données importantes, je pense que nous sommes globalement prêts pour Melbourne!"

Clairement, l'équipe a avancé aujourd'hui et obtient enfin une quantité de données utile et quasi suffisante pour être au mieux préparée lorsque le premier Grand Prix de la saison arrivera.

"Nous avons autant travaillé sur les courts relais que sur les simulations de course et les données accumulées seront très utiles en vue de la dernière journée d'essais, et pour après" explique Jody Egginton, directeur de la performance. "Les réglages évalués aujourd'hui nous ont permis de voir que l'équilibre de la voiture est correct avec chacun des composés de pneumatiques et que la voiture réagit bien à chaque changement."

"Le comportement des différents pneus sur les longs relais a été intéressant et nous avons évalué différentes façons d'optimiser le fonctionnement des pneus durant les phases de ces relais. Il y aura encore des essais en ce sens demain pour terminer les diverses validations."

La petite Scuderia travaille timidement sur la recherche de performance et peine encore à afficher un rythme suffisant: "Les relais courts axés sur la performance ont été intéressants et nous avons travaillé dur pour comprendre ce qui sera nécessaire afin d'y être le plus efficace. Nous avons un plan de route intense pour Carlos demain et nous espérons faire encore un pas en avant dans nos préparations pour l'Australie."
source: Nextgen-Auto.com

Une journée utile et intéressante pour Sauber
Sauber a continué à faire tourner ses deux pilotes aujourd'hui à Barcelone. Si Pascal Wehrlein n'a fait que 44 tours cet après-midi, son équipier en a fait le double ce matin et les deux hommes ont permis à leur équipe de récupérer un grand nombre de données.

"Ce matin, nous nous sommes concentrés sur la préparation et nous avons pu faire une course de simulation" se félicite Ericsson. "C'était très important et c'est un signe positif pour nous. Nous avons des difficultés en pneus médiums sur les longs relais, on a du mal à les faire fonctionner correctement. D'un autre côté, le long relais en pneus tendres a constitué un bon pas en avant."

La journée de Pascal Wehrlein a été plus calme avec moitié moins de tours parcourus. L'Allemand a effectué des longs relais mais n'a pas parcouru la distance d'une course.

"J'ai piloté la voiture pour la première fois l'après-midi et cette nouvelle demi-journée dans la C36 a été positive. Je suis très heureux de simplement me familiariser avec. J'ai essayé les super tendres et les ultra tendres et c'était très intéressant pour moi de voir leur comportement avec les températures rencontrées l'après-midi" a expliqué pour sa part Pascal Wehrlein.
source: Nextgen-Auto.com

Catalogne II J3 - Vettel reste en tête, McLaren peine toujours
Les chronos n'ont que peu évolué dans l'après-midi de la 7ème journée des essais hivernaux à Barcelone (Espagne), les équipes préférant se concentrer sur les longs relais.

Sebastian Vettel (Ferrari) conserve le meilleur chrono des tests après sa performance de la matinée et termine la journée en ayant été le plus actif en piste. Le pilote de la SF70H précède Lewis Hamilton (Mercedes) qui a cédé sa place à son coéquipier Valtteri Bottas dans la seconde moitié de la journée. Le Finlandais est resté discret en ne signant que le 8ème chrono mais en bouclant près d'une centaine de tours.

Esteban Ocon (Force India) complète le trio de tête. Le Français a également été l'un des plus actifs malgré un léger problème mécanique qui n'a que faiblement perturbé le programme réalisé sur la VJM10.

Daniil Kvyat (Toro Rosso) se classe 4ème en étant le seul pilote du top cinq à avoir signé sa performance en pneus super tendres. Kevin Magnussen (Haas) prend la 5ème place sur la VF-17 devant la Red Bull RB13 de Daniel Ricciardo.

Stoffel Vandoorne (McLaren) a encore vu son roulage limité par les soucis de fiabilité de la MCL32 et n'est même pas parvenu à passer le cap des 50 tours couverts. Pascal Wehrlein (Sauber) se classe 9ème après avoir remplacé son coéquipier Marcus Ericsson qui se classe 11ème derrière la Renault de Jolyon Palmer, également victime d'un souci technique. Les pilotes Williams complètent la feuille des chronos après s'être concentrés sur les longs relais.

Le moteur Mercedes est resté le plus actif cette semaine avec 1265 tours couverts contre un peu plus de 1011 pour le V6 Ferrari. Le Power Unit Renault suit à 804 tours alors que le bloc Honda n'a couvert que 174 boucles du circuit de Catalunya. (voir les résultats)
source: AUTOhebdo.fr

Le départ d'Ecclestone inquiète Gene Haas
Gene Haas a beau être américain, comme Liberty Media, il n'accueille pas pour autant à bras ouverts les nouveaux propriétaires de la F1. C'est en particulier le départ forcé de Bernie Ecclestone et son remplacement par le trio Carey-Brawn-Bratches qui inquiète le propriétaire de la seule équipe états-unienne du plateau. On le sait bien, l'incertitude n'est jamais bienvenue pour tout investisseur...

"Nous n'avons pas vraiment de plan pour voir comment nous allons arriver à l'avant de la grille. Le plan initial était de passer cinq ans à l'arrière de la grille et simplement d'apprendre comment l'ensemble du système fonctionne".

"Je dois vous dire que je suis un petit peu stressé, parce que Bernie n'est plus là. J'ai compris comment Bernie se comportait, mais maintenant, c'est un tout nouveau groupe de personnes, et je me dis simplement, 'Hé! j'ai passé énormément de temps à négocier à la façon de Bernie, à comprendre comment il fonctionnait, et maintenant, ces règles semblent s'être évanouies, et il va y avoir de toutes nouvelles règles'."

"Donc je suis moi-même un petit peu dans la confusion au sujet des prochains événements. Ce serait très frustrant si tout à coup, les nouveaux propriétaires disaient 'Nous allons ouvrir la F1 à n'importe quelle équipe qui veut une licence'. Ils peuvent le faire aussi, je pense",

Gene Haas avait dû débourser la somme rondelette de 20 millions de dollars pour acheter sa place en F1. Il n'espère pas que ce ticket d'entrée disparaîtra à l'avenir... ou que Ferrari choisira d'accompagner une autre primo-arrivante comme elle l'a fait avec Haas,

"Je pense que ça a bien marché pour nous. Mais je ne sais pas si une autre équipe pourrait arriver en F1 et passer un accord avec Ferrari, et je ne sais pas s'ils le voudraient. Je pense que Ferrari voit notre partenariat plutôt comme unique, et je ne pense pas qu'ils voudraient s'asseoir et dire 'Nous allons fournir les équipes avec une grande quantité de notre technologie'."

"Peut-être que les règles ont besoin d'un peu de changement, peut-être que les plus grandes équipes doivent davantage fournir en technologie les plus petites équipes. Je ne parle pas seulement d'argent, mais aussi de technologie, parce que j'ai été d'une certaine manière dépassé par la complexité des voitures, et la course est encore plus compliquée. Donc une petite équipe ne peut être capable de faire tout cela."

"Entrer en F1 était pour nous effrayant. Nous avons été très chanceux d'avoir pu arriver en F1 à un moment où la discipline était ouverte aux nouvelles équipes, Les 4 licences originelles qui avaient été attribuées gratuitement nous manquent un peu, mais nous sommes arrivés après-coup, et nous avons été capables d'obtenir une licence. Ce n'était pas tout à fait gratuit, mais je ne pense pas que beaucoup de petites équipes seraient été capables d'accomplir cela. Mais peut-être que Liberty Media ne recherche pas d'autres petites équipes non plus."
source: Nextgen-Auto.com

Massa se bat contre le déclin des pilotes brésiliens en F1
Impensable il y a une vingtaine d'années dans la patrie d'Aryton Senna et de Nelson Piquet... Si Felipe Massa n'avait pas accepté de sortir de sa retraite pour remplacer Valtteri Bottas, la F1 n'aurait plus compté de représentant brésilien. Le jeune Felipe Nasr a en effet été écarté par Sauber durant l'hiver.

Pour le vétéran de Williams, cette situation problématique ne résulte pas de malchance ou de contingences. Il s'agit d'une déficience structurelle, qui nécessite un programme ambitieux de formation en amont.

"Le problème n'est pas tant le manque de budget, mais le manque de personnes qui peuvent servir d'instructeurs aux jeunes, pour les préparer à partir en Europe pour y courir. Quand j'ai commencé à courir, en Italie, je n'avais pas beaucoup d'argent, mais j'étais prêt techniquement, parce que, dans les formules junior au Brésil, j'avais eu des formateurs formidables, à l'image de beaucoup d'autres Sud-Américains qui couraient à mes côtés. Aujourd'hui, après le karting, il n'y a rien, et même les plus talentueux ne tardent pas à être perdus."

Felipe Massa avait ainsi lancé dans son pays natal, en 2010, la Formula Future Fiat, qui était très accessible financièrement pour donner une chance à tous les espoirs. Mais l'expérience n'a malheureusement pas duré très longtemps.

"Cette Formule était accessible financièrement" rappelle Massa. "L'organisation s'occupait de tout, mais les équipes ont trouvé plus avantageux de mettre en vente des jours de tests, et par conséquent, la Formule n'a duré que deux années."

Felipe Massa ne désarme pas pour autant et lance un appel aux instances officielles dans son pays - et dans son continent.

"Une série comme la F4 serait utile, pas seulement au Brésil mais dans toute l'Amérique du Sud. Cela nécessite une mobilisation de la part des fédérations nationales: en Europe, nous avons vu un tel travail, en particulier parce qu'il est soutenu par la FIA."
source: Nextgen-Auto.com

Steiner - Haas doit être plus constant sur les départs
Lors d'un Grand Prix, le départ est un des moments clés, durant lequel on peut autant gagner de places qu'en perdre, ou même ruiner complètement sa course. Tous les cas de figure ont été vécus par les pilotes Haas durant la saison 2016.

Günther Steiner souhaite à ses pilotes de faire mieux que ce qui a été fait l'an dernier dans ce domaine.

"Nous avons vécu de grosses fluctuations dans ce domaine, vers le haut comme vers le bas" constate le directeur de l'équipe américaine.

"Nous étions vraiment inconstants. Nous avons eu de très bons départs, mais aussi de très mauvais. Le plus important est de devenir plus constant."

Un coup de pouce non négligeable va aider l'écurie dans son objectif: la cartographie du système de départ utilisé avec succès par Ferrari, en 2016, se retrouve maintenant sur les monoplaces Haas.

"Nous devons veiller à ce que nos pilotes se sentent à l'aise avec cela."

Le but fixé par Steiner sera toutefois un peu plus difficile à atteindre à cause du nouveau règlement technique, qui a aussi touché à la manipulation de l'embrayage. Kevin Magnussen, qui pilote maintenant pour Haas, ne le sait que trop bien.

"L'année dernière c'était moins difficile, maintenant c'est beaucoup plus dur. Avant, lorsqu'on faisait un mauvais départ, le problème se situait du côté des ingénieurs, qui n'avaient pas bien réglé l'embrayage ou qui avaient mal calculé l'adhérence. On pouvait certes réagir vite à l'extinction des feux mais, à part cela, ce n'était pas de notre ressort. Maintenant c'est un défi plus grand qu'avant, et nous allons certainement voir des différences à ce niveau-là."

Le Danois s'attend à ce que les départs en 2017 soient bien plus excitants.

"Nous allons voir des pilotes qui vont y arriver et gagner beaucoup de positions, alors que d'autres vont en perdre pas mal. Ce sera épique avec ce nouveau système!"
source: Nextgen-Auto.com

Marchionne - Je veux voir Alfa Romeo en F1
Sergio Marchionne sort peu à peu de son silence. Le PDG de Fiat-Ferrari surveille de très près les progrès de la Scuderia à Barcelone, mais, ayant retenu les leçons de 2016, ne souhaite pas s'avancer publiquement dès le début de la saison pour fixer un objectif ambitieux aux siens. C'est ainsi qu'il reste très prudent, même quand on lui demande s'il est confiant avant la saison à venir...

"La seule preuve réelle de notre niveau se trouve sur la piste, donc nous devons attendre et voir où nous en sommes par rapport aux autres équipes. Ce que je peux vous dire, c'est que nous avons procédé à des changements radicaux dans l'organisation et la culture de l'équipe. Le flux de communication est maintenant meilleur et le groupe est plus intégré. Nous avons fait quelques changements de personnel, et avons continué à investir."

"Nous avons le remède avec nous, et je suis sûr que nous avons le bon groupe de personnes, notamment avec deux pilotes très talentueux. Mais en dépit de cet intense travail, nous devons continuer à renforcer nos ressources et la qualité de l'équipe - une chose que j'ai apprise, c'est qu'il ne faut pas faire de prédictions grandiloquentes."

A plus long terme, Sergio Marchionne doit également mener de front le redressement d'Alfa Romeo, marque qui appartient également à Fiat. Pour des raisons marketing, mais aussi de synergies avec Ferrari, Sergio Marchionne envisage-t-il de faire revenir Alfa Romeo en F1?

"La marque Alfa Romeo est vitale. Notre engagement avec Alfa Romeo est l'une de nos priorités pour notre plan quinquennal. Ce n'est un secret pour personne: Alfa Romeo est un des projets sur lesquels nous sommes le plus impliqués, sur le plan opérationnel et sur le plan émotionnel. C'est l'un des projets les plus importants de ma carrière. Pas seulement en raison de la valeur inégalée de la marque, ou des opportunités commerciales qui se présentent. C'est quelque chose de plus. Donner de la chair à la vraie marque Alfa Romeo, la ramener dans une position digne de sa légende, c'est un impératif moral."

"Aujourd'hui, la marque est prête à reprendre la position qui lui revient de droit, comme l'une des marques premium dans le monde. Je veux voir Alfa Romeo en F1. Ce devrait être sa place."

Sergio Marchionne a donc clairement affiché son ambition: faire revenir la marque italienne dans la discipline reine du sport automobile. Mais il n'a pas donné de calendrier précis pour autant.

Une arrivée en Formule E, pour Ferrari ou Alfa Romeo, est-elle également sur la table? On sait que Mercedes l'envisage, et que Renault est déjà engagé en électrique avec Dams...

"C'est difficile à dire. Mais j'ai deux choses à l'esprit. La première, c'est que nous avons besoin d'être engagés en Formule E, en raison de l'électrification via l'hybridation qui fait partie de notre futur. La seconde, c'est le retour d'Alfa Romeo en Formule 1, un jour, parce que je crois très fermement que ce devrait être la place de cette marque. Pour le moment, je ne sais pas à quel point il est probable que ces deux choses arrivent. Mais le fait que nous en parlions, c'est un bon signe en soi."

Sergio Marchionne sait que ses projets ne dépendront pas que de la forme de Fiat, mais encore de l'évolution générale du sport. La F1 vient justement d'être rachetée par Liberty Media, un groupe américain, qui a déjà procédé à une vaste réorganisation en écartant Bernie Ecclestone. Que pense Sergio Marchionne de tous ces mouvements?

"Tout d'abord, nous devons remercier Bernie. Il a fait un travail incroyable pendant toutes ces années, et nous devons lui rendre hommage, parce qu'il a fait de la F1 l'un des sports les plus populaires dans le monde. Les nouveaux propriétaires ont déjà dit qu'ils voulaient plus d'interactions avec le digital, et développer le côté divertissement pour attirer un nouveau public. Cela ne peut que nous rendre heureux. Et nous continuerons à travailler avec eux et avec la FIA dans notre intérêt commun: faire en sorte que le sport soit un succès formidable."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel relativise son meilleur temps de ce matin
Tout le monde semble placer Ferrari devant Mercedes en performance pure, et le très bon chrono de Sebastian Vettel ce matin ne semble pas démentir cette tendance.

A la pause de midi cependant le quadruple Champion du monde a tenu à grandement relativiser les choses.

"Nous sommes probablement encore un peu derrière en termes de travail. Il y a beaucoup de choses à faire sur le voiture avant Melbourne. On verra là-bas. La voiture est bien meilleure que celle de l'an dernier mais c'est aussi parce que les Formule 1 ont changé énormément. Cela a du sens mais c'est encore trop tôt pour juger", déclare Vettel.

Et lorsqu'on lui parle de statut de favori, il répond:

"Regardez le nombre de tours qu'a fait Mercedes. Et, historiquement, ils n'ont jamais forcé pendant les essais hivernaux. Lors des courses ce sont eux qui sont à battre. Leurs longs relais le prouvent encore ici: ils sont très rapides. Mais peu importe où nous en sommes par rapport à eux, nous progressons, nous devons continuer à travailler dur, il est important de ne pas être distrait."

Vettel n'aurait toutefois pas cherché le meilleur chrono absolu: en bord de piste il était clair qu'il relachait l'accélérateur bien avant les meilleurs points de freinage. Il sourit.

"Ah je pense que vous avez bien pu voir ce matin que nous faisions. Nous avons été plus vite que ces deux derniers jours et la semaine dernière. Je suis assez heureux de la voiture mais il est encore tôt pour juger notre performance."

"Nous devons surtout faire plus de tours, il nous reste encore un jour et demi et j'espère pouvoir enchainer de nombreux tours cette après-midi et que, demain, les essais se terminent bien avec Kimi."
source: Nextgen-Auto.com

Briatore - Liberty Media n'a pas bien traité Bernie Ecclestone
Flavio Briatore fait partie de ceux qui regrettent le départ précipité de Bernie Ecclestone, écarté par les nouveaux propriétaires de la F1, Liberty Media, au profit d'un trio composé de Chase Carey, Ross Brawn et Sean Bratches.

C'est d'ailleurs pour honorer la carrière de Bernie que Flavio Briatore a organisé un diner "surprise" à Londres, en présence de pontes du paddock, comme le Prince Albert II de Monaco, Toto Wolff, ou encore Luca di Montezemolo.

Dans une vidéo postée sur son fil Instagram, l'Italien, ancien dirigeant de Benetton et de Renault, a remercié tous les participants à sa fête et en a profité pour tacler l'attitude de Liberty Media envers "le grand argentier".

"Toutes les personnes que j'avais invitées étaient présentes, c'était incroyable. Normalement, si vous invitez 100 personnes, vous en avez 60 qui confirment qu'elles peuvent venir, parce que vous parlez à des personnes très occupées, ou qui vivent à des milliers de kilomètres."

"Mais tout le monde est venu à Londres, y compris le Prince Albert de Monaco, le Prince Salman de Bahrain, Luca di Montezemolo, Stefano Domenicali, Piero Ferrari, David Coulthard, Max Mosley, Toto Wolff, Niki Lauda, et bien d'autres."

"C'était une sorte d'hommage à la carrière de Bernie. Il n'a pas été bien traité par les nouveaux patrons de la F1. Les gens oublient facilement tout ce que cet homme a créé. C'était une soirée un peu triste, mais très belle."
source: Nextgen-Auto.com

Jos Verstappen préoccupé par la pression autour de Max
Habitué depuis plusieurs années à être au centre de l'attention, Max Verstappen a franchi un palier en devenant pilote dans une équipe de pointe et vainqueur en Grand Prix. Le Néerlandais est vu depuis longtemps comme l'un des meilleurs pilotes de sa génération et le fait qu'il le confirme année après année attire sur lui une attention que son père ne voit pas d'un bon œil.

"Max ne peut aller nulle part sans être reconnu, il est sous pression" regrette Jos Verstappen. "La situation n'est plus idéale pour lui, il travaille six jours et demi par semaine et même cela devient difficile. Toute cette attention médiatique n'est pas bonne pour lui. Je suis évidemment un père inquiet mais Max reste calme sous la pression."

L'ancien pilote de Formule 1 se montre optimiste mais prudent avant la première saison complete de son fils dans l'une des meilleures équipes: "Tout le monde est optimiste mais on essaie de rester réaliste. Ferrari est rapide, Mercedes est très rapide, mais ça va aussi de notre côté. Personne ne sait vraiment car tout le monde essaie de retenir un peu ses performances. Je pense qu'il est trop tôt pour penser au titre, si Max gagne deux ou trois courses je serais plus que ravi. Si tout se passe bien, 2018 sera son année."
source: Nextgen-Auto.com

Catalogne II J3 (mi-journée) - Vettel améliore la référence
Sebastian Vettel (Ferrari) a réalisé la nouvelle référence aux essais de Barcelone (Espagne). Le pilote de la SF70H a bouclé un tour en 1'19"024 avec sa monoplace chaussée en pneus ultra tendres et a amélioré de trois dixièmes le précédent record réalisé la veille par Valtteri Bottas sur la Mercedes F1 W08. Le quadruple Champion du monde aurait sans doute pu descendre sous la barre des 1'19 s'il n'avait pas levé le pied à plusieurs reprises juste avant la ligne d'arrivée.

Lewis Hamilton (Mercedes) a été le plus proche en pointant à 3 dixièmes de la Ferrari. Esteban Ocon (Force India) a complété le tiercé de tête en terminant à une seconde de la nouvelle référence. Le Français a précédé la Toro Rosso de Daniil Kvyat et la Red Bull de Daniel Ricciardo.

Kevin Magnussen (Haas) a signé le 6ème chrono devant la McLaren de Stoffel Vandoorne qui n'a encore une fois pas été épargnée par les soucis. La MCL32 a été à l'origine des deux interruptions de la matinée suite à un souci mécanique. Le Belge n'a pu couvrir que 33 tours.

Seul Jolyon Palmer (Renault) a été moins assidu avec 2 boucles de moins. Le Britannique a réalisé le 8ème temps devant Marcus Ericsson (Sauber) qui a été à l'inverse le plus présent en piste avec Lance Stroll (Williams) qui complète la feuille des chronos. (voir les résultats)
source: AUTOhebdo.fr

Horner - Mercedes et Lewis sont les favoris évidents
Après les declarations de Lewis Hamilton expliquant que Ferrari était l'équipe la plus à même de dominer cette saison, Christian Horner a préféré tourner en dérision de telles allégations, tant Mercedes a impressionné par le rythme et surtout par le kilométrage effectué lors de la première semaine ainsi que durant les deux premières journées de cette semaine.

"Mercedes a remporté plus de 50 Grands Prix durant les trois dernières années, nous en avons gagné 5 et Ferrari 3" justifie Horner. "Ce serait génial d'avoir trois équipes en lutte à chaque course et de devoir tout réussir pour gagner, mais c'est plus une utopie de ce que l'on espère voir."

"Mercedes est l'équipe favorite, Ferrari semble avoir une voiture et nous sommes confiants d'en avoir une bonne aussi, ainsi qu'une très bonne capacité de développement tout au long de la saison".

Pour Horner, ces déclarations sont un moyen pour Hamilton de mettre la pression sur ses rivaux: "Lewis essaie de leur mettre un maximum de pression. Il est l'évident favori, il est de facto numéro un dans son équipe et ses chances n'ont jamais été aussi élevées. Il serait certainement capable de flatter Sauber en ce moment!"

source: Nextgen-Auto.com

La Formule 1 a besoin de héros comme Schumacher selon Brawn
La Formule 1 doit redevenir un sport où les pilotes sont considérés comme des héros par les fans.

C'est ce que pense et souhaite le nouveau manager du sport, Ross Brawn, qui cite en exemple son ami et ancien pilote chez Benetton, Ferrari et Mercedes: Michael Schumacher.

"Michael était un héros. Mais le fait que les pilotes soient des héros n'est plus mis en avant par le sport",, explique-t-il.

"Ces pilotes viennent d'un monde particulier, ce sont de vraies stars, avec des capacités incroyables. Les gens doivent le savoir, ils doivent le reconnaitre."

Brawn a déjà en tête les "héros potentiels" de la F1: Sebastian Vettel, Lewis Hamilton et, bien entendu, Max Verstappen, promis à un brillant avenir.

"Max a un énorme potentiel pour devenir le héros de la F1 pour les prochaines années", reconnait Brawn.
source: Nextgen-Auto.com

Villeneuve défend l'arrivée d'un nouveau sponsor pour Stroll
Jacques Villeneuve a tenu à défendre l'arrivée d'un nouveau sponsor chez Williams, les Canadiens de Bombardier.

Ce sponsoring a été critiqué dans la presse québécoise parce que Bombardier est une société en partie publique alors que Lance Stroll a déjà son baquet largement payé par son père, le milliardaire Lawrence Stroll.

"Un commanditaire canadien qui s'associe à un pilote canadien, que demander de mieux?" rétorque le Champion du monde 1997 au Journal de Montréal.

"Ça fait longtemps que des pilotes canadiens tentent de convaincre des commanditaires locaux pour les soutenir en sport automobile. Il faut saluer ce geste. Puis, qui sait, d'autres compagnies canadiennes seront portées à emboîter le pas à Bombardier. Ça pourrait avoir un effet -d'entraînement."

"On ne peut critiquer cette compagnie de se servir de la F1. C'est une vitrine hors pair. Bombardier, c'est du haut de gamme et c'est international. Le lien avec la F1 est donc logique. Cette discipline parcourt le monde et les distances sont énormes. C'est un marché qui correspond à l'image de ¬Bombarbier", ajoute Villeneuve.

Quant aux critiques venant de son propre pays, concernant l'utilisation de l'argent de Bombardier, elles ne sont pas justifiées selon Villeneuve.

"C'est quoi le problème? Une compagnie, ce qu'elle veut, ce sont des retombées financières, économiques et d'image. Puis, de toute façon, elle doit faire de la publicité d'une manière ou d'une autre. À cet égard, il n'y a pas meilleur véhicule publicitaire que la F1, surtout pour une compagnie spécialisée dans l'aviation comme Bombardier. Ce n'est pas un budget qui est rajouté. Il est déplacé dans différents domaines. Or, de choisir la F1 est très justifié. Cette compagnie a besoin d'une vision globale pour survivre. Tout le monde y gagne dans cette entente, même si on n'en connaît pas les modalités."

Bombardier ne figure que sur le casque de Stroll, pas sur celui de Massa ni sur les voitures, pour l'instant.

"Si ce n'est que le casque", conclut Villeneuve, "ça ne coûte pas cher, surtout pas pour une compagnie comme Bombardier. En fait, c'est ce qui est le moins dispendieux en F1. Si c'était sur la voiture, ça coûterait beaucoup plus cher."
source: Nextgen-Auto.com

Todt va-t-il briguer un 3ème mandat à la tête de la FIA?
Jean Todt ne sait pas encore s'il va se présenter pour un 3ème mandat consécutif à la tête de la FIA.

Le président arrive cette année au terme de son 2ème mandat de 4 ans, après avoir pris la succession de Max Mosley en 2010.

Le Français, aujourd'hui âgé de 71 ans, est apprécié à son poste, même si Bernie Ecclestone n'hésitait pas à le bousculer, l'accusant de faire trop souvent "profil bas".

"J'ai commencé à travail avec mes équipes et les membres de la FIA pour prendre ma décision concernant un nouveau mandat. Cela va me permettre d'annoncer mon choix très rapidement", confie Todt.

"Bien entendu, la FIA est une organisation démocratique, et je pourrais bien avoir un rival qui me bat dans cette élection."

Todt indique qu'il y a toujours une priorité à régler.

"C'est toujours un but très clair que de réduire les coûts en sport automobile. Quel que soit le président."
source: Nextgen-Auto.com

Ericsson - Ce sera très difficile d'être régulier au départ
Rejoignant l'avis de Romain Grosjean, exprimé hier après sa journée d'essais, Marcus Ericsson pense que les erreurs lors des départs seront bien plus nombreuses cette saison suite aux légères modifications apportées au système de départ.

"Je pense que ce sera plus compliqué car il sera impossible pour les équipes de nous aider avec les outils qu'elles avant et qui nous permettaient d'être plus constants sur les départs" précise le Suédois. "Maintenant, on a un embrayage linéaire et l'on doit simplement jouer avec l'accélérateur et le sentir nous-mêmes."

Le pilote Sauber est content de ses essais de départ à Barcelone mais craint qu'avec la pression des week-ends de Grands Prix, il soit plus facile de rater le point de patinage idéal.

"J'ai trouvé cela très dur au début, nous avons ensuite fait un grand nombre d'essais et je me sens plus à l'aise. C'est nettement moins évident qu'avant, il y a de grandes chances que les pilotes fassent des erreurs car nous n'aurons aucun système sur lequel nous appuyer. Cela ne dépend que des mouvements de nos mains et de nos pieds."

Et de confirmer, à l'instar de Grosjean, que la marge d'erreur serait minime: "C'est une question de millimètres. Avant, on disposait d'une grande plage d'utilisation pour relâcher la voiture et on prenait un bon départ, mais c'est fini. C'est très facile de lâcher trop vite ou de ne pas assez lâcher."

"Réussir cela au bon moment dépendra aussi du niveau d'adhérence de la piste, qui change d'un circuit à l'autre, de chaque composé de pneus, et ce sont toutes les choses qui rendront difficiles la régularité dans les départs. Je pense que nous verrons des pilotes faire des départs fantastiques, tandis que d'autres rateront le leur, et ce sera l'inverse la semaine suivante. Ce sera très difficile d'être régulier, et je crois que c'était le but de nous compliquer la tâche."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari est plus rapide que Mercedes selon Lauda
On tente déjà de faire changer la pression de camp dans le paddock de Barcelone: Niki Lauda a rejoint Lewis Hamilton en clamant que, pour l'instant, c'est bien Ferrari qui disposait de la monoplace la plus rapide.

Après 6 jours d'essais hivernaux, la SF70H de Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen continue d'impressionner, y compris le triple Champion du monde autrichien.

Lauda, directeur non exécutif de Mercedes, s'est payé plusieurs heures en bord de piste hier.

"La Ferrari semble être la plus rapide. Elle est comme sur des rails. Je trouve que notre Mercedes est un peu plus nerveuse dans les virages. Pour le moment, Ferrari est en haut de ma liste", lance l'Autrichien.

Concernant Red Bull, Lauda est d'accord pour dire que l'équipe autrichienne n'a pas encore impressionné.

"Oui, pour le moment encore une fois, ils n'ont pas créé la grosse surprise."
source: Nextgen-Auto.com

Fernando Alonso - Je suis à mon meilleur niveau
Alors qu'il pestait hier contre son moteur Honda, duquel il a dit qu'il n'est ni rapide ni fiable, Fernando Alonso estime être encore en pleine forme et ne se voit prêt à arrêter.

"Les gens sont pessimistes, je suis optimiste. Les gens s'emballent, je m'inquiète" tempère-t-il. "J'ai confiance en notre compétitivité, je ne sais pas à quel point mais nous le serons, et je veux gagner des courses et signer des podiums. Et si tout va mal, je serai encore d'attaque l'année suivante. J'ai d'autant plus de motivation pour continuer car je n'arrêterai pas de courir sans un bon ressenti et sans le résultat que j'estime mériter."

L'Espagnol se sent plus prêt que jamais à battre ses rivaux s'il en a la voiture: "Si un jour, je remarque au volant que les gars contre qui je me bats font des choses fantastiques, s'ils freinent plus tard que moi, accélèrent plus tôt, qu'ils prennent des meilleurs départs, je me dirais que c'est le moment. Pour le moment, je vois l'opposé, plus que jamais. Je suis à mon meilleur niveau."

D'un point de vue positif, Alonso se dit ravi par les nouvelles monoplaces de Formule 1, nettement plus violentes et rapides, et n'hésite pas à critiquer les anciennes générations de F1.

"Je me sens fort à piloter ces voitures, je peux aussi les piloter avec mon style, mon coup de volant net en entrée de virage, comme avant. Je me fais plaisir, je me sens très fort, le plus fort même. Je suis impuissant mais j'ai du temps" a-t-il conclu.
source: Nextgen-Auto.com

Pérez - La Force India a quelques faiblesses critiques à corriger
Force India n'a pas les ressources des plus grandes équipes et Sergio Pérez s'en est rendu compte lors de la journée d'hier, à Barcelone.

Selon le Mexicain il y a des choses très importantes à corriger sur la première version de la VJM10, celle mise en piste pour cet hiver.

Malheureusement les solutions mettront un peu de temps à arriver.

"Nous avons beaucoup appris sur notre voiture lors de cette journée de mercredi. Nous avons recensé pas mal de problèmes, des faiblesses pour être précis, sur notre voiture. Ces faiblesses sont assez critiques, je dois l'admettre",, reconnait Pérez.

"Il faudra du temps pour les résoudre. Nous avons pu les répertorier, les faiblesses peuvent être corrigées assez facilement mais cela va prendre du temps. J'espère que nous pourrons en résoudre la plupart pour Melbourne, avec des évolutions, des modifications. Mais ce ne sera pas avant la 2ème ou la 3ème course que nous pourrons voir notre véritable niveau."

Selon Pérez, Force India s'attend donc déjà à connaitre un début de saison difficile. Mais la suite devrait mieux se passer.

"Je suis d'un naturel optimiste. Les essais à Barcelone sont une chose, la performance à Abu Dhabi, en fin de saison une autre, et c'est très différent. Il y a beaucoup de développement possible avec ces nouvelles F1. Je suis très optimiste pour cette saison. Nous en saurons plus lors des deux derniers jours sur notre performance pour ces premiers Grands Prix, en attendant les corrections nécessaires sur la voiture."

"Je sais que l'équipe va faire son maximum pour changer le maximum de choses avant l'Australie, d'autant plus que certaines de ces choses sont assez faciles à changer", conclut le Mexicain.
source: Nextgen-Auto.com

Todt - La FIA refuse un retour aux V8, V10 ou V12
Comme l'envisageait très clairement Bernie Ecclestone avant son départ, faut-il que la F1 abandonne définitivement l'ère du V6 Turbo Hybride pour revenir à des propulsions plus classiques (V8,V10 ou V12 atmosphériques), moins coûteuses et plus bruyantes?

Tel n'est en tout cas pas l'avis de Jean Todt. Le président de la FIA estime que la F1 ne devrait pas faire machine arrière au bout de quelques années seulement.

"Nous avons une responsabilité: faire fonctionner une organisation qui est observée par l'ensemble de la société. Et l'ensemble de la société n'acceptera pas un retour aux V8, V10 ou V12."

"Vous ne pouvez pas investir dans des nouvelles technologies chaque année. Ce n'est pas financièrement soutenable, et nous nous plaignons déjà du coût de la F1 - un coût qui est pour moi absurde."

Jean Todt refuse n'est pas pour autant un partisan d'un statu quo intégral. Le Français n'ignore pas que des progrès restent à faire avec les V6, notamment en direction des petites écuries.

"Jusqu'à présent, nous n'avons pas réussi à trouver la solution idéale. Et je suis heureux d'avoir une part de responsabilité dans cet objectif, au nom de l'instance gouvernante. Cela dit, ce n'est pas facile, parce que vous avez besoin de trouver un terrain d'entente commun. De mon côté, j'aime toujours obtenir un certain degré de solidarité quand vous prenez des décisions."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.