En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 25 Mars 2017

Vandoorne ne dispose pas des évolutions d'Alonso
Stoffel Vandoorne a révélé au micro de la télévision de son pays, la 'RTBF', qu'il ne disposait pas de la même McLaren MCL32 que Fernando Alonso ce week-end à Melbourne.

Victime de problèmes de pression d'essence lors des qualifications, le Belge a dû se contenter du 18ème temps et il partira de l'avant dernière ligne demain à Melbourne.

"Fernando a quelques évolutions sur sa voiture dont je ne bénéficie pas, parce ces évolutions n'étaient pas prêtes pour la mienne", déclare Vandoorne.

"Ce week-end, c'est Fernando qui a reçu ces pièces, ce n'est pas un problème pour moi. Je me concentre sur mon boulot et j'essaie de tirer le maximum du package mis à ma disposition."

"On ne se fixe pas vraiment d'objectif pour la course, on sait que ce sera difficile pour nous, on verra où cela nous mènera! Au niveau de la stratégie, tout le monde devrait n'effectuer qu'un seul changement de pneus, il n'y a pas grand-chose à jouer de ce point de vue."

Vandoorne revient sur sa séance pour le moins agitée.

"C'est exact, cette séance de qualification a été très difficile pour nous, parce que nous avons rencontré des problèmes de pression d'essence en début de séance. Du coup, je n'ai pas pu accomplir le nombre de tours initialement prévu. On a tenté de boucler un tour en fin de Q1, mais le problème était toujours là. C'est dommage, parce qu'après la troisième séance d'essais libres, j'avais un bon feeling dans la voiture, tout allait dans la bonne direction et je gagnais de la confiance. Je pense qu'il était envisageable de placer, comme Fernando, ma voiture en Q2."

"On savait que ce week-end serait difficile pour nous, mais on a quand même fait un petit pas en avant. En performance pure et en fiabilité, c'est peut-être un tout petit peu mieux. On ne sait pas comment va se passer le Grand Prix, espérons que cela se passe sans le moindre problème!"
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg - Je ne suis pas quelqu'un qui abandonne
Nico Rosberg revient sur sa décision surprenante, prise quelques heures après l'arrivée à Abu Dhabi: un départ en retraite... annoncé avant même la remise des prix du Gala de la FIA.

Même si ce choix a pu sembler soudain, il n'en est rien: cela a été la conclusion d'un long parcours. Le Champion du monde en titre a eu beaucoup de mal à rendre public son choix.

"Cela a été une décision difficile à prendre" avoue-t-il aujourd'hui. "J'ai vécu 25 ans pour ce sport, chaque jour que Dieu fait. Et cela a été une expérience énorme. Je fais maintenant basculer ma vie. Ce n'était pas simple d'abandonner tout cela. Le penser était une chose, le faire vraiment une autre! C'était quand même dur. Jusqu'à la fin je ne savais pas si j'allais avoir le courage de mener à bien ma décision."

"Au départ, c'était juste une pensée, qui s'est consolidée course après course. Après la dernière course, j'étais sûr que je ne voulais plus continuer."

Cependant, l'Allemand est très clair sur un point: il aurait poursuivi son rêve de titre mondial jusqu'au bout.

"Si je n'avais pas décroché le titre de Champion du monde, j'aurais continué à piloter. Je ne suis pas quelqu'un qui abandonne. Si je n'avais pas atteint mon but, j'aurais essayé encore une fois, bien qu'il n'est pas possible de s'engager plus que je n'ai pu le faire l'an dernier. Mon rêve était de devenir Champion du monde de Formule 1. C'était clair pour moi: tant que je n'ai pas atteint ce but, je ne rentre pas à la maison. Lorsque j'ai eu le titre, j'ai eu ce sentiment: maintenant, c'est le bon moment."

Beaucoup de pilotes songent bien à l'avance à leur départ en retraite, souvent avant le début de leur dernière saison. Mais pour Rosberg, cela a été différent.

"C'était mieux ainsi. J'ai pu me concentrer complètement sur mon travail et je n'ai pas ruminé là-dessus bien longtemps. Cela a été simplement un sentiment fort et qui s'est imposé à moi: je le fais. Maintenant."

C'est donc plus le fait d'avoir réussi à avoir ce qu'il a toujours voulu qui a provoqué le départ en retraite du pilote, et non, comme beaucoup de rumeurs le prétendaient, le côté exigeant de la vie d'un pilote de F1.

"La pression, les sacrifices, les privations: c'est normal dans le sport. C'est une chose que j'ai même recherchée. Pour cela, nous avons aussi une vie géniale en tant que pilote de Formule 1: les côtés positifs compensent tout cela assez significativement. Cela n'a pas joué un rôle décisif dans ma décision, au contraire même: c'était une partie du défi."
source: Nextgen-Auto.com

La F1 ne manque pas de candidats pour organiser de nouveaux Grands Prix
Nouveau responsable des opérations commerciales de la F1 en remplacement de Bernie Ecclestone, Sean Bratches n'a pas hérité d'une discipline en manque d'attractivité. Selon l'homme fort de Liberty Media, les sollicitations diverses et variées de promoteurs de circuits ne manquent pas. Alors même que les propriétaires américains pourraient encore accroître le nombre de courses au calendrier, la demande semble donc au niveau de l'offre...

"Je pense que nous avons un bon groupe de promoteurs en ce moment, avec qui nous avons des relations excellentes" assure Sean Bratches.

Deux continents en particulier pourraient accueillir davantage de courses à l'avenir...

"Notre intérêt est de continuer à croître d'une manière très intelligente et réfléchie, vers des territoires qui soutiennent l'extraordinaire patrimoine de ce sport, particulièrement en Europe."

"Nous aimerions aussi aller vers de nouveaux marchés, comme en Amérique Latine et en Amérique du Nord, où nous pensons qu'il y a un potentiel de croissance en termes d'audience."

"De mon point de vue, c'est très intéressant de voir le nombre de demandes que j'ai reçues depuis ma prise de fonctions, il y a deux mois. Ces sollicitations viennent de villes, de régions, de municipalités, de pays autour du monde qui sont intéressés pour associer leurs territoires à notre marque extraordinaire et à ce que nous apportons à ces marchés."

Sean Bratches travaillera bien sûr en étroite collaboration avec Chase Carey et Ross Brawn, les deux autres hommes forts de Liberty Media, pour trouver de nouvelles terres d'accueil pour la F1.

"Je pense que l'un des défis que nous aurons, Chase, Ross et moi, sera de décider ce qui fait le plus sens pour notre marque, notre base de fans, et pour notre objectif collectif, qui est d'aller de l'avant. Il n'y a pas de manque d'intérêt pour amener la F1 vers des circuits, à la fois permanents et urbains, autour du monde."

Liberty Media devra néanmoins se frotter à tous ceux qui s'opposent à un calendrier encore plus surchargé, comme Sebastian Vettel, pour qui dépasser les 20 Grands Prix par an ne serait pas raisonnable.
source: Nextgen-Auto.com

McLaren peut gagner sans Honda selon Coulthard
David Coulthard, ancien pilote McLaren, admet être peiné de voir l'équipe de Woking dans cette situation avec son motoriste exclusif, Honda.

Selon l'Ecossais, McLaren paie en ce moment la vision de Ron Dennis: seul le soutien exclusif d'un grand constructeur pourrait permettre à McLaren de revenir au sommet.

C'est ainsi que l'ancien patron avait signé avec Honda pour 2015 et cassé son contrat avec Mercedes, qui disposait pourtant dès 2014 du meilleur moteur de cette nouvelle ère des V6 turbo hybrides.

"Cette situation est le résultat de la vision de Ron Dennis. Selon lui, il faut avoir le soutien d'un grand constructeur pour gagner le Championnat du monde. Et ce ne serait pas possible de le faire avec un moteur client", explique Coulthard.

"Pourtant, Red Bull a démontré encore récemment que ce n'est pas forcément le cas. Ils ont gagné 4 titres en étant client de Renault. Ce qu'il faut? C'est un constructeur qui vous donne un moteur avec le potentiel pour gagner. Et McLaren en disposait largement avec le moteur Mercedes."

Coulthard craint aujourd'hui de voir Fernando Alonso "quitter le navire."

C'est aussi le cas de Johnny Herbert, qui a posé la question suivante à Alonso: si McLaren venait à signer avec Mercedes pour 2018, resterait-il?

"Je ne sais pas", a répondu l'Espagnol.

Eric Boullier écarte en tout cas cette hypothèse.

"Les rumeurs... mais il n'y a pas eu de discussions avec Mercedes. Bien entendu nous étudions toutes nos options pour rattraper notre retard mais nous voulons le faire avec Honda, en travaillant beaucoup. Nous sommes avec Honda. Je ne vais pas commenter les rumeurs qui disent que nous pouvons changer de motoriste ou en combien de temps nous pouvons changer de motoriste."

De son côté, Honda a confirmé aujourd'hui avoir tenu des discussions avec d'autres équipes pour fournir une 2ème voire une 3ème équipe, afin de progresser plus vite encore, à partir de 2018. Sauber est la première intéressée...
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton a travaillé ses départs pour éviter les cauchemars de 2016
Lewis Hamilton a certes réalisé la pole aujourd'hui à Melbourne, mais pour éviter toute déconvenue, il devra absolument prendre des meilleurs départs qu'en 2016. Après s'être élancé de manière particulièrement poussive lors de quatre Grands Prix l'an dernier, il avait ainsi perdu des points précieux qui lui avaient finalement coûté le titre mondial.

Cette saison, pour ne rien arranger, la FIA a encore durci les règles des départs. Désormais, les équipes pourront encore moins aider leurs pilotes à s'élancer sans accrocs, ce qui augmentera le suspense autant que l'incertitude.

Le Britannique est bien évidemment conscient du problème. Les départs ont donc fait partie de ses devoirs de vacances pendant l'hiver...

"Nous avons beaucoup travaillé pendant l'hiver, en particulier parce que nous savons que les règles ont changé cette année. Donc nous en avons fait autant que nous le pouvions et nous sentons que nous nous sommes préparés autant que possible."

"A plusieurs reprises, l'an dernier, il y a eu des occasions où ce n'était peut-être pas le cas. Donc nous nous sommes assurés de faire beaucoup d'efforts pour que nous soyons bien préparés - ou pour que je sois bien préparé."

Lewis Hamilton devra tout faire pour conserver sa pole position au départ face à la redoutable Ferrari de Sebastian Vettel. Une pole position obtenue de haute lutte, alors même que l'Anglais ne se sentait pas en grande forme le matin, lors de la troisième séance d'essais libres...

"La journée n'a pas commencé de la meilleure des manières pour moi. Je me suis senti formidablement bien tout le week-end, et aujourd'hui, je me suis senti comme dans un jour sans. Mais en approchant des qualifications, je me suis senti bien mieux. Dans l'ensemble, tout s'est très bien déroulé et bien sûr, nous pouvons toujours essayer de nous améliorer."

"Les tours ne sont jamais parfaits, il y a des petites portions où l'on peut trouver du temps, ici et là. Mais je suis très, très heureux du déroulement de la qualification, et nous sommes dans une situation formidable pour demain. Donc, maintenant, il faut vraiment se concentrer et s'assurer que nous fassions nos devoirs cette nuit, pour s'assurer que nous aurons de quoi répondre à Ferrari."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso ne compte pas sauter du train en marche
Fernando Alonso a démenti les rumeurs selon lesquelles il pourrait arrêter sa carrière en pleine saison, alors que la compétitivité du moteur Honda est sérieusement remise en cause depuis les essais de Barcelone.

L'Espagnol assure à Melbourne qu'il ne sautera pas du train en marche.

"Comment tenir? Travailler dur! Partir? Mais où irais-je? Que ferais-je à la maison? Regarder la télévision sur le canapé et cuisiner le diner? La solution c'est de travailler dur et de demander une réponse à cette situation à toute l'équipe", commente Alonso.

"Ma dernière année chez Ferrari a été aussi dure que les deux dernières chez McLaren. Et je ne suis pas parti en cours de saison. Suis-je heureux? Evidemment je préférerais gagner."

L'Espagnol est heureusement motivé par les nouvelles règles.

"Cela faisait 4 ans que nous pilotions des voitures horribles. Maintenant la situation est améliorée. Je suis plus que prêt à me battre pour un 3ème titre dans ces conditions. Je m'entraine plus que jamais. Dans les virages, personne n'est plus rapide que moi."

Certains pourraient dire que Fernando Alonso a fait de mauvais choix dans sa carrière depuis son dernier titre, il y a plus de 10 ans. D'autres disent qu'il a eu de la malchance...

"Dire que je n'ai eu que de la malchance, ça ne serait pas juste. Mes choix? Malheureusement, je n'ai pas de boule de cristal sinon je pense que j'aurais pu mieux choisir quelles voitures piloter."

Alonso est toujours l'un des pilotes les mieux payés en Formule 1. Serait-il prêt à abandonner une partie de son salaire pour son équipe... pour obtenir un moteur Mercedes?

"Pas un centime! Ce n'est pas la question. C'est une question de projet. Comme on le voit, ils se sont plantés au Japon (chez Honda) et nous devons voir maintenant ce qui ne va pas et ce qu'il faut changer."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber - Giovinazzi a d'abord cru à une blague!
Antonio Giovinazzi n'a certes pas réussi à franchir l'étape de la Q2 à Melbourne, mais il faut dire qu'il a des circonstances atténuantes, et non des moindres. Le jeune pilote italien n'a pas disputé la moindre séance d'essais libres vendredi, puisqu'il a remplacé au pied levé Pascal Wehrlein, insuffisamment préparé suite à sa blessure au dos qu'il a traînée tout l'hiver.

Le vice-champion du GP2 avait déjà remplacé Pascal Wehrlein lors de la première semaine des essais de Barcelone, mais chacun dans le paddock pensait que l'Allemand tiendrait sa place à Melbourne.

Du reste, tout le monde a été surpris par la décision de Sauber, y compris... Antonio Giovinazzi lui-même.

"J'ai reçu un appel simplement ce matin. J'ai reçu un message de Ferrari et de mon manager. Ils m'ont en fait informé hier soir, mais à une heure trop tardive. J'étais déjà dans mon lit! Je l'ai découvert ce matin, quand je me suis réveillé."

"J'ai pensé tout d'abord que c'était une blague! Mais ensuite, j'ai réalisé que c'était vrai, donc je suis arrivé ici et j'ai immédiatement essayé de travailler vraiment vite avec les ingénieurs et avec mon équipe. Pour être honnête, je ne peux pas croire que je sois ici. C'est un rêve qui devient réalité pour moi, un rêve d'enfance: celui de courir en Grand Prix!"

16ème, à deux dixièmes de la Q2 et de son coéquipier, Marcus Ericsson, Antonio Giovinazzi n'a pas à rougir de sa prestation.

"Je suis déjà vraiment heureux de ma performance. Après mon deuxième relais, j'étais un peu derrière Marcus, et j'ai essayé de pousser un peu plus, et j'ai commis une erreur au virage 15".

"Pour être honnête, c'était ma première qualification, donc je m'attendais déjà à avoir moins que ce que j'ai eu! Donc je suis vraiment heureux de ma performance. Être seulement quelques dixièmes derrière Marcus, qui a plus d'expérience dans la voiture, et en F1... je pense que c'est suffisamment bon."

"Demain sera encore une longue course, tout peut arriver. Nous avons simplement besoin de faire le même travail que j'ai fait aujourd'hui. Et nous verrons où nous sommes à la fin."
source: Nextgen-Auto.com

Marko - Un réveil brutal pour Red Bull Racing à Melbourne
Pour Red Bull, ce premier week-end de la saison 2017 semble plus difficile que prévu. Les qualifications ont été une déception pour l'équipe de Milton Keynes, avec Max Verstappen à la 5ème place et Daniel Ricciardo à la 10ème.

Helmut Marko est bien conscient de ce qui arrive et, contre toute attente, alors que l'écurie est réputée pour ses châssis exceptionnels, le problème majeur de l'équipe se situe bien à ce niveau ce week-end. Comme l'Autrichien l'avait déjà évoqué lors des essais hivernaux...

"En qualifications, le rythme était par chance de nouveau à peu près là, c'est en Libres 3 que nous étions complètement hors du coup" explique-t-il.

"Notre châssis a une fenêtre de fonctionnement beaucoup trop étroite. J'espère que pourrons arranger cela lors des deux prochaines courses. Mais je crois aussi que Mercedes, et surtout Ferrari, ont fait un énorme pas en avant dans leurs performances moteur."

Durant toute la pause hivernale, l'Autrichien ne cessait de répéter que Red Bull a la meilleure paire de pilotes de la saison avec Verstappen et Ricciardo. Or, l'un a commis une erreur hier lors des essais libres, l'autre durant les qualifications, ce qui a ruiné les chances de Ricciardo de bien se placer sur la grille de départ.

"C'est peut-être dû à cause de la pression liée aux attentes des gens. Nous-mêmes, comme nos pilotes, avons espéré que nous pourrions jouer un rôle en tête, et ce fut ici un réveil brutal de se rendre compte que cela n'est pas possible pour le moment."

"Quand une F1 2017 part en survirage, cela se passe de manière abrupte et c'est plus difficile à reprendre. Avec une voiture comme la nôtre, qui est très compliquée à la limite, c'est encore plus sensible."

Marko est par contre "beaucoup plus satisfait des performances de Toro Rosso", mais ne se fait guère d'illusion sur le nombre de dépassements demain

"Je crois que le plus excitant va se passer en milieu de peloton, parce qu'il y a 8 voitures qui ne sont séparées que par quelques dixièmes. Les arrêts au stand et la gestion des pneus sera déterminante. Je pense que le départ sera encore une phase décisive et je crains que nous n'allons pas voir beaucoup de manœuvres de dépassements."
source: Nextgen-Auto.com

Deux mois à attendre pour le nouveau moteur Honda
Eric Boullier l'a annoncé à Melbourne: McLaren travaille sur plusieurs scénarios avec Honda et il n'est donc absolument pas question d'une séparation avec le motoriste japonais.

Yusuke Hasegawa a confirmé que la crise en cours va tenter de trouver une solution dans la construction d'un nouveau moteur. Pour cela il faudra attendre deux mois.

"Il est très cliar qu'il y a une grande différence de puissance entre notre moteur et ceux de nos rivaux", reconnait le responsable du projet Honda F1.

"Pour progresser, nous n'avons pas d'autre solution que d'améliorer la combustion dans notre moteur thermique. Pour cela il faut le revoir. Nous avons lancé le travail mais nous ne verrons le nouveau moteur dans la voiture que dans deux mois."

Soit lors du Grand Prix de Monaco, au mieux... Hasegawa a senti la pression mise par Fernando Alonso. L'Espagnol en a remis une couche.

"Quel dommage de ne pas avoir profité de cette occasion en or de rattraper Mercedes avec les nouvelles règles. Heureusement le développement du moteur n'est plus régulé. Nous avons besoin de beaucoup mieux de la part de Honda. Je suis très motivé, j'attaque les virages à fond mais si je perds 200 mètres à chaque fois dans les longues lignes droites, cela ne sert à rien. C'est très frustrant."

Mais Alonso a aussi demandé aux médias de calmer le jeu.

"N'exagérez pas non plus la situation. Il est très facile de dire que McLare Honda va être dernière ou que nous allons abandonner après quelques tours. On entend de plus en plus de bêtises jour après jour."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli s'attend à un seul arrêt demain mais...
Les performances en nette hausse des monoplaces 2017 permettent au record du circuit de Melbourne d'être pulvérisé dès la session matinale, durant les Essais Libres 3, par la Ferrari de Sebastian Vettel.

C'est ensuite au tour de Lewis Hamilton d'abaisser la référence en qualifications, à bord de sa Mercedes chaussée des pneumatiques P Zero Violet ultra-tendres.

A l'exception de Ferrari, l'ensemble des écuries débute d'ailleurs la séance avec ce type de mélange, mais Vettel se résout tout de même à franchir le cap de la Q1 avec cette gomme.

Au terme des qualifications, le thermomètre affiche 33°C, à un horaire équivalent à celui de la fin du Grand Prix qui devrait se disputer, demain, dans des conditions similaires.

"Les chronos s'étant révélés environ deux seconde plus rapides que l'an passé, la séance qualificative fut particulièrement passionnante et disputée", commente Mario Isola.

"Les pneumatiques utilisés en Essais Libres n'ayant subi qu'une faible dégradation, un arrêt aux stands semble être la stratégie à privilégier en course, mais il faudra également tenir compte des températures de piste. Si elles sont supérieures à celles relevées jusqu'à présent ce week-end, on peut alors imaginer pousser jusqu'à deux pit-stops."

"Ces Formule 1 étant tellement différentes de la génération précédente, et en l'absence de précédents datas, la stratégie est plus compliquée à prédire qu'à l'accoutumée!"
source: Nextgen-Auto.com

Permane espère voir Hulkenberg dans les points demain
Alan Permane, le directeur sportif de Renault F1, revient sur les premières qualifications de l'année de son équipe, qui se sont tenues à Melbourne aujourd'hui.

Pour lui, c'est évident: la marque au Losange a effectué un grand bond en avant durant l'hiver.

"C'était une première séance de qualifications positive avec la RS17, même s'il est frustrant de manquer la Q3 vu notre rythme", dit-il.

"Nico Hülkenberg a accompli un excellent travail en démontrant que nous sommes là où nous voulions être: au cœur du peloton, très près de Williams, Toro Rosso et Haas. Nous nous attendons à de belles batailles demain."

"Il est évident que nous avons effectué un grand bond en avant durant l'hiver et il nous reste encore beaucoup à extraire de la voiture."

Le point noir, c'est "la frustration règne pour Jolyon Palmer. Nous allons étudier de plus près les données et sa monoplace avant le départ puisqu'il est clair qu'il peut beaucoup mieux faire."

Qu'attend-il pour la course demain?

"Ce sera la première course des voitures répondant au nouveau règlement. Ce sera intéressant de voir comment cela se passe. Nico s'élancera tout près des points et son objectif est évident. Jolyon aura beaucoup de travail, mais nous n'avons rien à perdre en usant d'une stratégie ambitieuse."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Nous avons une grosse bataille à mener contre Ferrari
Toto Wolff, le directeur de Mercedes, ne peut être entièrement satisfait après la séance de qualifications à Melbourne, puisque Sebastian Vettel a réussi à s'intercaler entre Lewis Hamilton, le poleman, et Valtteri Bottas, 3ème. La Mercedes a néanmoins affiché un haut niveau de compétitivité qui fait du Britannique le favori pour la victoire demain.

"La première et la troisième places, c'est vraiment une bonne manière de commencer la première course après un hiver marqué par tant de changements. Avec les nouvelles règles, il n'y avait pas de garanties pour nous et nous savions, après les essais, que Ferrari était très forte. C'était excitant d'avoir cette bataille serrée pour la pole, sur le fil, pendant les derniers tours en Q3, et il est clair que nous avons une grosse bataille à mener contre Ferrari."

"Lewis vole littéralement depuis le début du week-end, donc il est formidable de le voir en pole. Du côté de Valtteri, il pourrait être un peu déçu de manquer la 2ème place pour seulement quelques centièmes. Mais vous ne pouvez pas attendre que tout se déroule à la perfection pour ce premier week-end. Il s'est amélioré à chaque relais et il le fera encore, sans aucun doute."

"Maintenant, nous devons faire notre travail et voir ce que demain nous réserve. Peu importe ce qui arrive, ce sera seulement la première partie de la réponse sur les niveaux de compétitivité. Mais j'espère par-dessus tout une formidable bataille pour les fans, pour commencer cette nouvelle ère."

James Allison, le directeur technique de Mercedes, a connu sa première séance de qualifications avec l'écurie allemande et se félicite du travail accompli à l'usine pendant l'hiver.

"Ce fut une session excitante. Je rends un immense hommage à tous les gens dans cette équipe qui, après une année 2016 si solide, ont conçu une voiture pour se conformer au nouveau règlement, et pour revenir en pole position un an plus tard. C'est un effort magnifique de toute l'équipe."

"Mais il est clair que c'est très serré. Nous avons de sérieux concurrents et ce pourrait être le début d'une saison mémorable. Nous devons simplement nous assurer de conserver l'avantage dans la course au développement."
source: Nextgen-Auto.com

Les deux Toro Rosso ont atteint la Q3
Elle est la quatrième équipe à mettre ses deux pilotes dans les dix premiers. Toro Rosso peut avoir le sentiment du devoir accompli à Melbourne, où Sainz et Kvyat ont atteint la dernière phase des qualifications.

"On peut dire que c'était une bonne journée, mais pas une parfaite assène l'Espagnol, qui a devancé son équipier. "Nous avons commencé la séance en étant loin d'un équilibre parfait et sans comprendre pourquoi, nous avons perdu beaucoup de stabilité et je n'étais pas en confiance."

"J'ai fait un pas en arrière en termes de confiance et j'y suis allé petit à petit plutôt que d'attaquer dès le départ, ce n'était pas parfait mais ça s'est bien terminé."

Sainz est passé de justesse en Q3, signant le dixième temps de la Q2 juste derrière Kvyat: "C'était très serré, comme prévu, j'étais encore plus inquiet quand j'ai vu que j'étais loin d'être à l'aise dans la voiture et qu'il me fallait beaucoup d'efforts pour faire un tour correct."

"Hier, je faisais des bons tours sans problème et aujourd'hui, c'était très compliqué malgré mes efforts. J'étais en difficulté sur ce point en Q1 et Q2 et d'un coup, tout s'est amélioré en Q3, mais ce n'était pas aussi parfait qu'hier."

Daniil Kvyat partira neuvième sur la grille, juste derrière Sainz, en ayant été le pilote le plus lent de ceux qui ont établi un temps en Q3: "Nous avons eu un niveau de performance régulier tout au long du week-end. C'est très bon, sans franchement de problème, et je dois féliciter l'équipe pour cette réussite, nous avons pu exploiter notre potentiel et obtenir un résultat mérité."
source: Nextgen-Auto.com

Ca (re) démarre bien pour Massa
Felipe Massa peut se féliciter de son retour en F1 après son faux départ de la fin de la saison passée puisqu'il s'est classé à la septième sur la grille de départ du Grand Prix d'Australie. Sa Williams semble compétitive et c'est bon pour son moral.

"Ce fut une bonne qualification", se réjouit Felipe Massa. "C'est la première qualification de la saison et c'est la première fois que j'utilisais les pneus ultra tendres, car j'ai manqué quelques tours hier. Je suis donc content de cette qualification même si la sixième place aurait été géniale pour nous. Mais Romain (Grosjean) a fait du très bon travail et je n'ai pas pu battre son très bon tour. Ceci étant dit, je crois que nous pourrons faire quelque chose en course. Je suis impatient de faire une bonne première course pour bien commencer cette saison."

Paddy Lowe, le nouveau responsable technique de Williams, a lui aussi le sourire. "Cette journée a été très positive pour Felipe. Nous espérions nous placer dans le Top 10 après notre bonne séance ce matin. Felipe a fait du très bon travail en décrochant la 7ème place et je pense qu'il pourra marquer de bons points demain. Mes félicitations à l'équipe qui a réussi à faire une voiture capable de se battre dans le Top 10 dès la première course. La saison 2017 est lancée!"
source: Nextgen-Auto.com

Sorti en Q1, Magnussen ne peut s'en prendre qu'à lui-même
Pour sa première qualification avec Haas, Kevin Magnussen peut certainement être déçu. Alors que son coéquipier, Romain Grosjean, a pris la 6ème place, le Danois a échoué en Q1, au 17ème rang. Il concède lui-même avoir commis deux erreurs consécutives qui l'ont privé d'une meilleure performance.

"Je suis parti au large au virage 12 lors de mes deux tours, et j'en suis vraiment ennuyé. La voiture répondait présente en qualification. Mon tour était assez bon jusqu'à ce que je sorte au large. Les deux fois, mon tour était bon. Je suis déçu. Nous aurions dû être bien plus haut sur la grille. Maintenant, je dois me battre dur en course."

L'ancien pilote Renault peut au moins se satisfaire du niveau de compétitivité de son coéquipier.

"La bonne nouvelle, c'est que la voiture a l'air compétitive. Romain a réussi à passer en Q3, ce qui montre le potentiel de la voiture. Je suis assez sûr que j'aurais pu finir très près de lui si je ne m'étais pas manqué et si je n'étais pas parti au large. Je pense que j'étais simplement trop excité de rattraper mon retard après un début de week-end lent. J'ai repéré plusieurs endroits où je pouvais m'améliorer, et quand vous en êtes en qualifications, vous essayez d'améliorer toutes ces choses, et ce n'est pas optimal. Faire cela en essais libres, ç'aurait été sympathique, mais je me suis manqué en sortant de la piste par deux fois."

"Par deux fois, ça s'est mal passé. La première fois, je suis passé à fond pour voir où était la limite, et je suis parti au large. La deuxième fois, j'ai demandé un peu plus d'aileron avant et je suis arrivé un peu plus lentement pour que ça se passe bien, mais ce ne fut pas le cas."

"C'est très ennuyeux quand vous voyez à quel point la voiture est bonne. Je suis dégoûté de ne pas être plus haut et de ne pas m'avoir donné une meilleure chance."
source: Nextgen-Auto.com

Hulkenberg a impressionné pour sa première qualif chez Renault
Nico Hülkenberg a mené Renault Sport Formula One Team au douzième rang des qualifications du Grand Prix d'Australie tandis que Jolyon Palmer connaissait une séance difficile à l'issue de laquelle il se positionnera en vingtième place sur la grille de départ de l'Albert Park.

En Q2, Nico a signé un tour en 1'24"975, manquant le top dix pour moins d'un dixième de seconde. Plus tôt dans la journée, l'Allemand avait réalisé le cinquième temps en EL3.

"C'était une première séance de qualifications solide avec l'équipe. Nous n'étions qu'à un dixième de la Q3. C'était vraiment jouable, mais j'ai manqué de réussite en luttant un peu avec l'équilibre et l'adhérence sur mon tour le plus rapide en Q2. C'est dur de prévoir à quoi s'attendre demain, mais le peloton est très serré. Ce devrait être une belle bataille en course et l'objectif n'est autre que des points", commente Nico Hülkenberg

Jolyon Palmer a indiqué juste après les qualifications avoir eu un vrai souci avec sa voiture. Avec un peu plus de recul, le Britannique s'est calmé.

"Ce n'est pas vraiment ce qui était prévu aujourd'hui. Je n'avais aucune adhérence et j'ai lutté avec les freins. Nous avons besoin de savoir ce qui a mal fonctionné. J'ai eu des mots durs tout à l'heure, j'étais très frustré."

"Hier, la voiture semblait bien meilleure et j'étais plus rapide en pneus tendres avec une charge de carburant bien plus élevée. Jusqu'à présent, le week-end est assez éloigné du début de saison que j'ambitionnais, mais attendons de voir ce qui arrivera durant la course."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne partira 18e après une qualification compliquée
Les ennuis n'ont pas épargné Stoffel Vandoorne pour cette première séance qualificative de l'année à Melbourne. Le Belge a été coincé pendant quasiment toute la Q1 au garage et n'a pu faire qu'un seul tour rapide, à l'issue duquel il s'est qualifié 18ème.

"J'ai eu un problème de pression de carburant en Q1 et j'ai été contraint de rentrer lors de mes deux premières tentatives car le moteur manquait de puissance" explique-t-il. "C'est dommage car après les derniers essais libres, les choses allaient dans la bonne direction et j'étais en confiance. C'est difficile de n'effectuer qu'un seul tour car on ne peut pas faire d'erreur et il faut quand même être performant."

Vandoorne se montre cependant optimiste quant à la marge de progression de McLaren et face aux progrès affichés par son équipe. De quoi espérer une bonne course demain, en évitant soigneusement de parler fiabilité.

"Nous avons fait de bons progrès ce week-end, Fernando et moi sommes plus à l'aise dans la voiture et cette confiance nous permet d'attaquer un peu plus. Nous avons évidemment beaucoup de travail mais nous pouvons être positifs quant au potentiel démontré ce week-end, et je pense que nous avons les moyens de faire une belle course" conclut Vandoorne.
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean - le meilleur des autres en qualification
Romain Grosjean a décroché la sixième place aujourd'hui en qualification et il ne s'attendait pas vraiment à ça en débarquant en Australie.

"Cet hiver en essais privés, je ne savais pas vraiment où était ma voiture dans la hiérarchie, car je n'avais pas les meilleures sensations", déclare Romain Grosjean. "Mais nous sommes arrivés ici et les gars de l'équipe ont fait un travail incroyable afin de m'offrir une voiture qui convient beaucoup mieux à mon style de pilotage. Nous avons progressé tout au long du week-end en travaillant très dur."

"Nous savons maintenant qu'il y a trois équipes à l'avant (Mercedes, Ferrari et Red Bull) et qu'elles sont imbattables à l'heure actuelle, mais derrière elles, c'est très serré. Nous avons bien sûr reçu de l'aide de la part de Ferrari au niveau du moteur, de la boîte de vitesses et d'autres choses encore et ce n'est pas rien. Mais notre performance est surtout à mettre au crédit des gars de l'équipe qui ont fait un travail fantastique", ajoute le pilote français.
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - 3e, ce n'est pas l'idéal...
Devancé par Lewis Hamilton (pour 293 millièmes) mais aussi par Sebastian Vettel, Valtteri Bottas n'a pas réussi à assurer une première ligne pour Mercedes et devra se contenter de la 3ème place sur la grille de départ. Il n'avait donc pas tout à fait le sentiment du devoir accompli en conférence de presse.

"La troisième position, ce n'est pas l'idéal. Dans l'ensemble, je suis content du résultat. J'en suis satisfait, parce que je suis fier de ce que cette équipe a fait avec cette voiture. J'ai seulement vu une petite partie de la préparation de cette nouvelle voiture, pour cette nouvelle ère en F1, mais c'est sympathique de voir que le travail paie."

"A l'avant, les écarts semblent serrés cette année. De mon côté, je n'ai pas fait le moindre tour parfait, donc je ne suis pas satisfait. Demain est le jour qui compte. J'espère que nous pourrons être solides, comme durant les essais libres."

Valtteri Bottas s'en veut particulièrement d'avoir laissé Sebastian Vettel s'infiltrer sur la première ligne aux côtés de son coéquipier.

"Dans l'équipe, ce que nous ne voulons pas, c'est avoir une autre voiture proche d'un de nos pilotes. Je suis toujours optimiste. Je peux être déçu pendant un petit moment mais je sais que nous pouvons faire de bonnes choses demain, et demain est le jour qui compte. Je me fixe des objectifs très élevés. Je ne les ai pas remplis aujourd'hui, mais une longue course nous attend demain."
source: Nextgen-Auto.com

Les Force India échouent en Q2, Pérez sous enquête
Sergio Pérez s'est qualifié à la 11ème place pour le Grand Prix d'Australie, mais le Mexicain est sous enquête pour avoir roulé trop lentement lors de son tour de rentrée aux stands. La FIA est très claire à ce sujet, comme l'indique l'article 27.4 du règlement.

Cet article stipule qu'à "aucun moment, une voiture ne doit être pilotée inutilement lentement, de manière erratique ou qui pourrait être potentiellement dangereuse pour les autres pilotes ou pour n'importe qui."

Dans une qualification décidément animée, Sergio Pérez a été impliqué dans un petit incident avec Felipe Massa, lorsque ce dernier a gêné le pilote Force India, qui a préféré éteindre l'incendie rapidement.

"J'étais dans un tour de chauffe, j'ai vu qu'il était un peu lent. J'ai essayé de le dépasser et il a fermé la porte, tout simplement. Je pense que ça avait l'air plus grave à la télé que ça ne l'était vraiment" a-t-il relativisé.

"Je suis déçu d'avoir manqué la Q3 pour moins d'un dixième de seconde. Cependant, partir 11ème n'est pas une mauvaise affaire et je suis sûr de pouvoir viser les points demain. Toutes les équipes du milieu de tableau sont très proches en termes de performance et les batailles seront intenses."

"La dégradation des pneus est minime et il sera difficile de trouver le bon rythme demain en course. Les dépassements sont compliqués ici et le seront encore plus avec les voitures larges, mais je me battrai. Je suis déterminé à bien démarrer la saison" a-t-il conclu.

Estéban Ocon partira 14ème demain après avoir été dépassé par Fernando Alonso dans les dernières minutes de la qualification. Le Français a souffert mais a évité le piège de la Q1 et n'a pas été ridicule face à Pérez.

"Je n'ai fait qu'apprendre depuis le début de la semaine et je ne suis pas particulièrement satisfait par cette séance de qualifications" se désole Ocon. "C'est la première fois que j'atteins la Q2 mais la voiture peut faire mieux. J'ai beaucoup appris durant cette séance et malgré mon retard sur Sergio en Q1, je me suis rapproché de lui en Q2. Malheureusement, j'ai fait une erreur dans mon dernier tour et j'ai manqué la chance de progresser sur la grille."

"Nous avons vu aujourd'hui à quel point le milieu de peloton sera groupé cette année et le moindre écart peut faire une très grande différence. Nous avons amélioré la voiture durant les qualifications, nous avons amélioré nos procédures et nous avons appris des choses qui nous permettront d'avancer."

Ocon se fixe un objectif et détermine le premier obstacle qui pourrait l'en éloigner: "Je vais disputer la course en visant les points, le premier défi sera le départ qui, avec sa nouvelle procédure, pourrait redistribuer les cartes au premier tour. J'ai hâte de disputer ma première course à Melbourne!"

Force India a un meilleur potentiel que ce résultat ne le laisse entendre. C'est en tous cas l'avis de Bob Fernley, directeur adjoint de l'équipe, qui voit en la course de demain une belle opportunité de prouver le niveau de la VJM10.

"Nous avions le potentiel pour aller en Q3 mais Sergio n'a pas fait un tour parfait en Q2 et il a raté le Top 10 d'un souffle" explique Fernley. "Esteban cherche encore un certain confort avec l'équipe mais il apprend très vite. Il a une approche très mature et il développe sa confiance et sa vitesse. Il sait également qu'il y a mieux à faire, la course sera longue. L'objectif reste de faire rentrer les deux voitures dans les points."

Mise à jour à 10h18: Pérez n'ayant gêné aucun pilote, la FIA décide d'imposer une simple réprimande au Mexicain.
source: Nextgen-Auto.com

Sauber - Ericsson passe en Q2, Giovinazzi y a presque réussi
Même avec son moteur Ferrari 2016, Sauber ne fut pas l'équipe la moins compétitive à Melbourne en qualification, mais n'a guère brillé non plus. Marcus Ericsson (15ème) a tout de même réussi à passer en Q2, alors que Antonio Giovinazzi (16ème) a manqué le coche pour deux dixièmes.

Le Suédois se satisfait d'avoir battu son coéquipier ainsi qu'une Renault, une Haas, une McLaren ou une Williams lors de la Q1.

"C'était une première qualification convenable pour nous. Tout au long du week-end, nous avons travaillé dur pour maximiser notre package actuel. J'ai réussi à faire un bon tour en Q1, ce qui fut suffisant pour nous faire passer en Q2."

"La seconde qualification a bien démarré, mais ensuite je suis parti un peu au large au virage 9, donc j'ai perdu un peu de temps au tour. La 15ème place est une position convenable pour démarrer le premier Grand Prix de la saison."

Antonio Giovinazzi, qui remplace Pascal Wehrlein, forfait, a échoué aux portes de la Q2 pour sa première qualification en F1.

"Ce fut un jour spécial pour moi car j'ai commencé mon premier week-end de Grand Prix en F1. Je suis vraiment heureux de ma performance aujourd'hui. J'étais seulement à quelques dixièmes de la Q2. Ce sera une longue course demain, beaucoup de choses peuvent arriver à Melbourne. Je ferai de mon mieux pour être le plus performant possible."
source: Nextgen-Auto.com

Raikkonen est modérément déçu
Kimi Räikkönen a décroché la quatrième place aujourd'hui en qualification et bien sûr, il est déçu. Les deux Mercedes sont devant lui sur la grille de départ du Grand Prix d'Australie, mais son équipier Sebastian Vettel aussi.

"Cette qualification a été difficile pour moi, car je n'ai jamais réussi à faire un tour parfait", explique Räikkönen. "Cela a été difficile depuis ce matin et je l'ai payé en qualification. C'est un résultat décevant, mais ce n'est pas un désastre non plus. J'ai de très bonnes sensations au volant de la voiture, mais je n'ai jamais réussi à faire un tour à la hauteur de sa compétitivité. Mais la course, c'est demain et nous verrons bien."

"Cette voiture me donne une plus grande confiance, on peut plus la pousser à ses limites. Nous l'avions déjà remarqué cet hiver à Barcelone. Aujourd'hui, cela ne s'est pas très bien passé pour moi, mais demain, ce sera peut-être une autre histoire. Les Mercedes ne sont pas très loin puisque Vettel s'est glissé entre elles deux et moi je suis juste derrière. Mais ce circuit est très particulier, très différent des autres et il n'est pas vraiment représentatif du point de vue des performances", ajoute-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen - Nous n'avons pas le rythme de Mercedes et Ferrari
Max Verstappen a défendu seul les couleurs de Red Bull en Q3 suite à la sortie de piste de son équipier et partira cinquième au départ du Grand Prix, derrière les Mercedes et les Ferrari qui sont clairement dans une autre catégorie de performance, pour le moment.

"Nous n'avons pas le rythme pour nous battre avec elles, je suis réaliste. Je vais certainement vivre une course en solitaire car l'écart est énorme derrière moi aussi" prédit Verstappen.

"Après un week-end perturbé auquel on s'attendait après les essais hivernaux, c'est le meilleur résultat que nous pouvions espérer. L'équilibre de la voiture est précaire, à chaque fois que nous changeons quelque chose, on récupère soit du survirage, soit du sous-virage sans que ça améliore notre rythme. Nous manquons également de puissance, mais je pense que notre niveau d'adhérence est inférieur à Ferrari et Mercedes."

Il a également tenu à défendre Daniel Ricciardo après la sortie de piste de l'Australien, reconnaissant que les nouvelles voitures pardonnent moins le franchissement de leurs limites.

"Avec les pneus plus larges à l'arrière, c'est quasiment impossible à récupérer du moment où la voiture décroche, car on perd toute l'adhérence d'un coup. Je l'ai expérimenté à Barcelone. Quand la voiture est équilibrée, on n'a pas de survirage et c'est plus simple."

Enfin, le Néerlandais ne se fait pas d'illusion quant au spectacle qu'offrira la course demain: "Au niveau de la compétition, je crains que ce ne soit plus ennuyeux et je pense que demain, celui qui sera en tête au premier virage gagnera la course."
source: Nextgen-Auto.com

Daniel Ricciardo est contrarié par sa sortie de piste
Physiquement indemne après sa sortie de piste en Q3, Daniel Ricciardo est en revanche très déçu de ne pas avoir défendu ses chances lors de la dernière partie des qualifications. Il ne partira pas mieux que dixième, dans l'éventualité où il n'y a pas de changement de boîte de vitesses à effectuer sur sa monoplace.

"Je vais bien, mais je suis déçu par l'issue de ces qualifications" reconnaît-il. "Au moins, ça ne m'est pas arrivé en Q1, et j'essaie de relativiser comme ça. Mon tour de Q3 était un peu limite et je me suis fait avoir par surprise dans le virage 14. Je suis entré dans le virage et l'arrière a décroché, il n'y avait aucune chance de me rattraper."

L'Australien explique plus en détails son accident: "C'est arrivé vite, je sentais que l'arrière était à la limite et ça a décroché d'un coup. Avec plus d'appui et plus d'adhérence, les voitures décrochent plus violemment."

"C'est rare que je sorte de la piste, c'est assez étrange de me retrouver dans les barrières. Les voitures ont plus d'adhérence et collent plus à la piste, mais du moment où les choses se gâtent, c'est bien plus compliqué."

Après s'être excusé à la radio, Ricciardo a tenu à réitérer ses excuses envers son équipe qui va devoir redoubler de travail pour remettre la voiture en état en vue de la course.

"J'ai rajouté du travail à l'équipe, ainsi qu'à moi-même. Je suis désolé pour eux, je sais que le week-end a été long et difficile pour eux. J'espère pouvoir me faire pardonner demain en signant un meilleur résultat" poursuit-il.

Malgré le retard d'une seconde que la RB13 semble accuser face à la Mercedes, Ricciardo assure que son équipe a débloqué de la performance durant la séance qualificative: "Nous progressons. Nous avons fait un pas en avant en Q2, nous avons trouvé quelque chose après une Q1 très moyenne."

La déception prédomine également pour Christian Horner, qui ne sait pas encore les conséquences que cette sortie aura sur la suite du week-end de son pilote. Un changement de boîte de vitesses provoquerait une lourde pénalité.

"Daniel va bien, c'est simplement dommage" admet le directeur de l'équipe. "Il a perdu l'arrière dans le virage 14, il s'est excusé à la radio car il est simplement rentré un peu trop vite dans le virage. Une fois dans la poussière, il n'y a qu'une issue possible. Je ne sais pas s'il faudra changer la boîte de vitesses, les structures sont plutôt résistantes mais nous devrons l'inspecter."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel s'est refait un moral tout neuf
Sebastian Vettel s'est placé sur la première ligne - entre les deux Mercedes - mais le champion allemand se dit qu'il aurait pu faire un peu mieux s'il n'avait pas commis quelques erreurs lors de son dernier tour.

"Nous avons une bonne voiture", se félicite Vettel. "Notre équipe travaille bien. Les choses s'améliorent et c'est agréable de voir ça. La journée d'hier a été mitigée, mais nous avions confiance en notre voiture depuis les essais privés et nous avons démontré en qualification que nous avions raison."

"Malheureusement, je ne suis pas totalement satisfait de mon dernier tour. J'ai bien terminé ce tour, mais je l'ai moins bien commencé. J'ai perdu trop de temps dans les premiers virages. Toutefois, je pense que Lewis (Hamilton) a fait un très bon tour et je ne pense pas que la pole était à ma portée, même si j'aurais aimé la faire", poursuit Vettel.

Mais bien sûr, c'est demain qu'on distribue les points. "Je crois que nous pourrons faire quelque chose de bien en course. Nous avons amélioré la voiture et nous devrions donc être plus compétitifs que vendredi. Cela a été un grand hiver pour nous. Nous avons changé de nombreuses choses ces douze derniers mois et cela va dans la bonne direction. L'équipe est plus forte aujourd'hui et tout le monde travaille d'arrache-pied. Nous sommes très motivés pour demain. C'est au départ qu'il faudra saisir la première opportunité de la journée", conclut Sebastian Vettel.
source: Nextgen-Auto.com

Palmer se plaint de sa Renault mal réparée
Jolyon Palmer est très déçu de sa qualification puisqu'il n'a pas réussi à sortir de la Q1. Il faut dire qu'il a eu un accident hier après-midi et qu'il n'avait signé que le 19ème temps ce matin au volant de sa Renault (mal) réparée.

Cela s'annonçait donc assez mal pour lui au moment de s'élancer en qualification, d'autant plus qu'il a eu quelques soucis techniques supplémentaires.

"Nous avons eu un problème d'alimentation en carburant dès le premier tour et je n'ai donc pas pu terminer ce tour", raconte Palmer. "Ma seconde tentative était aussi mon premier tour du week-end avec les pneus ultra tendres et pour tout vous dire, le comportement de ma voiture était très mauvais."

"La voiture se comportait bien hier, avant mon accident. Je suis responsable. J'étais content de ma voiture avant ça et je faisais de bons chronos. La voiture a été réparée et je dois remercier les gars de l'équipe pour ça, mais malheureusement, le comportement en piste était désastreux. J'étais à une seconde de mon deuxième tour de la séance d'hier matin. Les freins, l'équilibre de la monoplace et la motricité, tout était horrible", ajoute le pilote britannique.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso ne pense pas qu'il aurait pu faire mieux
Fernando Alonso s'est qualifié 13ème pour le Grand Prix d'Australie, loin du fiasco annoncé, mais l'Espagnol ne considère pas que ce résultat nécessite une célébration quelconque. La fiabilité reste encore une grande inconnue pour la MCL32, et Alonso préfère se montrer prudent.

"Je pense avoir extrait la meilleure performance possible de la voiture, donc je suis satisfait en ce sens, mais il n'y a rien à fêter d'avoir terminé 13ème" tempère-t-il.
"Nous n'étions pas certains de notre niveau de compétitivité et de fiabilité. Nous avons été capables de tourner plus ou moins sans problèmes et nous sommes en 13ème place. Nous devrons attendre quelques courses pour savoir où nous en sommes réellement."

Le fait est qu'après un hiver lors duquel la MCL32 n'a pas accompli plus de 11 tours sans problème, ce week-end représente pour le moment une bonne surprise.

"En considérant qu'on a quitté Barcelone en ayant peu roulé et en ne connaissant pas bien la voiture, nous avons réussi à affiner les réglages et tirer le meilleur de la voiture, c'est satisfaisant."

"Comme je l'ai dit à Barcelone, je travaille encore plus dur cette année, je suis arrivé plus tôt que jamais ici, et là je suis une seconde devant mon équipier. C'est le genre de week-end où tout se passe bien" ajoute-t-il, sans prendre en considération le fait que Vandoorne n'a eu qu'un seul tour en Q1.

"Nous sommes qualifiés à la 13ème place, et c'est là que c'est triste, car il n'y a pas d'autre mot."

L'Espagnol ne vise pas spécialement les points demain, arguant que ça ne ferait pas une grande différence, mais surtout qu'il faudrait que les voitures devant aient des problèmes pour viser une place parmi les dix premiers.

"Ce n'est pas important. Marquer un point, ou deux, ou cinq, ou ne pas en marquer, c'est la même chose. Je veux être sur le podium, gagner des courses, et nous n'y sommes pas. Nous ferons de notre mieux demain mais nous aurons besoin d'aide de nos rivaux car nous ne sommes pas assez compétitifs pour marquer des points à la régulière."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Ca va être serré en course avec Vettel
Lewis Hamilton a signé une très belle pole aujourd'hui à Melbourne, la 62ème de sa carrière.

Le pilote Mercedes était très ému au moment de livrer ses sentiments mais déclare s'attendre à une course serrée avec Ferrari et son équipier, Valtteri Bottas.

"C'est un week-end fantastique pour moi jusqu'à présent. Je viens ici pour la 11ème fois et j'ai l'impression que ma première course ici, en 2007, c'était hier", dit-il.

"Cela a été une sacrée aventure depuis. Aujourd'hui je suis très fier de mon équipe parce que les gars ont travaillé énormément avec ces nouvelles règles. C'est un défi pour tout le monde et Mercedes a su réaliser cette voiture. Je suis fier de les représenter et de représenter leur travail de cette façon."

"Valtteri a aussi fait un travail fantastique, c'est sa première qualification avec nous et il est déjà là. C'est bien pour nous."

"Maintenant j'attends la course avec impatience. C'est très serré entre Sebastian Vettel et nous, comme vous pouvez le voir avec les chronos. Je sens que cette année ça va être très proche."
source: Nextgen-Auto.com

Stroll reste calme dans la tempête
Lance Stroll ne gardera probablement pas un très bon souvenir de sa première séance qualificative en F1, car il s'est fait éliminer dès la fin de la Q1 et ce n'était pas ce qui était prévu.

Il faut dire que sa journée avait très mal commencé puisqu'il avait chiffonné sa Williams FW40ce matin lors de la dernière séance d'essais libres. Ceci explique cela.

"Je veux remercier les mécaniciens, car cela a été une matinée chargée pour eux", déclare Lance Stroll. "Cette journée a été très mauvaise pour moi. Je suis très déçu de ce qui s'est passé ce matin. Ensuite, en qualification, j'ai eu du trafic et cela m'a empêché de faire un bon tour. Nous avons dû tout faire en étant pressé par le temps et cela n'a pas été fait comme nous le souhaitions. Cela n'a pas été une qualification calme. C'est dommage, mais la course, c'est demain. Nous verrons bien."

"Mes performances n'ont pas été à la hauteur de ce qu'elles devaient être. Hier matin, j'étais cinq dixièmes plus rapide qu'en qualification. Ce samedi a commencé très difficilement pour moi et ensuite, j'ai eu du mal à récupérer, mais c'est comme ça. La course se disputera demain et ensuite il y en a encore dix-neuf. Je vais donc rester calme", ajoute-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

GP d'Australie - Essais qualificatifs
L'affrontement entre Mercedes et Ferrari a bien eu lieu durant les qualifications du Grand Prix d'Australie ce samedi matin à Melbourne. Mais si la Scuderia avait pris les devants en EL3, c'est bien Lewis Hamilton qui a eu le dernier mot à l'issue de la séance déterminant la grille de départ.

Au début de Q3, quelques gouttes de pluie font leur arrivée sur l'Albert Park. Mercedes, Ferrari et Red Bull s'élancent immédiatement pour sécuriser un chrono. Si Sebastian Vettel réussit à devancer Valtteri Bottas de deux millièmes au terme de cette première tentative, Lewis Hamilton met tout le monde d'accord une première fois en 1'22"496, trois dixièmes devant la Ferrari de l'Allemand.

Dans la foulée, Daniel Ricciardo (Red Bull) part à la faute au niveau du virage n°14 et termine sa course contre le mur de pneus dans le bac à graviers. Le drapeau rouge est déployé pour évacuer la RB13, endommagée au niveau de l'aileron arrière.

Si la pluie épargne finalement le reste de la session, les deuxièmes tentatives permettent à Hamilton d'améliorer à nouveau en 1'22"188, 293 millièmes devant Valtteri Bottas. Mais le dernier effort de Sebastian Vettel sera suffisant pour hisser la SF70H n°5 en première ligne à 268 millièmes du poleman. Une première ligne retrouvée pour l'Allemand pour la première fois depuis Singapour 2015.

Valtteri Bottas et Kimi Räikkönen se partageront la deuxième ligne devant la Red Bull de Max Verstappen et Romain Grosjean (Haas). Felipe Massa (Williams) réalise le septième temps devant les deux Toro Rosso de Carlos Sainz et Daniil Kvyat et la Red Bull de Daniel Ricciardo, qui n'a pas signé de chrono après sa sortie de piste.

Sergio Pérez (Force India) échoue aux portes du Top 10, après avoir été éliminé dans les derniers instants de Q2 par l'amélioration de Romain Grosjean. Nico Hülkenberg place sa Renault R.S.17 au 12ème rang devant Fernando Alonso (McLaren). Esteban Ocon (Force India) conclut sa première qualification avec sa nouvelle écurie en 14ème position devant Marcus Ericsson (Sauber).

Antonio Giovinazzi (Sauber), qui remplace au pied levé Pascal Wehrlein, était en passe d'améliorer son chrono pour se hisser en Q2 avant une erreur dans le dernier secteur.

Kevin Magnussen (Haas), Stoffel Vandoorne (McLaren), victime d'un souci d'alimentation en essence, Lance Stroll (Williams) et Jolyon Palmer (Renault) complètent le classement à l'issue de cette qualification, mais Stroll devrait s'élancer en dernière position en observant sa pénalité de cinq places sur la grille suite à un changement de boîte de vitesses. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Wehrlein - J'ai pris mes responsabilités en déclarant forfait
Pascal Wehrlein a tenu à défendre sa décision de ne pas prendre le départ du Grand Prix d'Australie.

Deux heures avant le début des essais libres 3, le communiqué de Sauber tombait comme une grande surprise: l'Allemand ne se sent pas assez en forme pour disputer, de manière compétitive, la totalité de la distance de la course, prévue demain.

En conséquence Antonio Giovinazzi l'a remplacé pour le reste du week-end.

"Nous voulons le meilleur pour l'équipe et, ce week-end, nous avons la chance de marquer des points. Cette course est assez imprévisible, la fiabilité n'est pas au top pour tout le monde. Il faut être là pour en profiter. Et si un pilote n'est pas en forme à 100%, il ne faut pas prendre de risques. Du point de vue de l'équipe, c'est le meilleur choix. J'ai pris mes responsabilités en déclarant forfait", commente Wehrlein.

Le pilote Sauber rassure également: ce n'est pas une conséquence directe de sa blessure au dos, contractée lors de la Course des Champions en janvier.

"Non c'est une conséquence indirecte: je n'ai pas pu m'entrainer physiquement autant que je l'aurais voulu, à cause de cette blessure. Je sens que je ne peux pas faire toute la course au meilleur niveau et c'est pour ça que j'ai décidé de ne pas courir."

"Je me sens bien dans la voiture, je ne la piloterais pas s'il y avait un risque pour mon dos. Maintenant, ce que je veux, c'est reprendre la voiture en Chine et ne plus m'inquiéter de mon niveau physique. Je veux pouvoir enchainer deux courses à la suite si on me le demandait. Et pour le moment je sens que ce n'est pas le cas."
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone souhaite voir Ferrari en forme pour le bien de la F1
Bernie Ecclestone n'est pas à Melbourne mais il suit de près ce qui se passe en Australie depuis le Brésil, le pays de sa femme.

Pour celui qui a obtenu le titre de président d'honneur de la Formule 1, il faut que Ferrari soit en forme cette année.

"J'espère vraiment que Ferrari sera forte. La Formule 1 a besoin de voir la Scuderia en forme", confie-t-il après les premiers essais libres.

"Il est vrai que j'ai toujours voir les meilleurs pilotes chez Ferrari. D'abord Alonso puis Vettel. Il est important pour le sport, je le sais, que Ferrari soit compétitive."

"Les nouvelles règles n'ont pas été faites pour aller contre Mercedes", précise Ecclestone. "Mercedes a dominé tout simplement parce qu'ils ont fait un meilleur travail que les autres. Maintenant, voyons comment cela se passe en Australie."

A 86 ans, Ecclestone a choisi de ne pas se déplacer sur ce Grand Prix lointain.

"Je vais bien, je n'ai pas de problème. Les nouveaux propriétaires ont une idée différente de la façon dont il faut gérer le sport et ils ont toute la liberté pour l'implémenter. Je leur souhaite le meilleur."

"Je ne considère pas encore retraité. Je ne suis pas hors de la Formule 1, je reste une sorte de consultant ou de président d'honneur."

Même s'il n'a plus de rôle actif, Ecclestone a tout de même livré quelques conseils à Liberty Media.

"Il est nécessaire pour eux de travailler en étroite collaboration avec les promoteurs. Il faut mieux promouvoir les courses. La Formule 1 doit être plus accessible financièrement. Il faut baisser le prix des billets."

Ecclestone n'est toutefois pas fan de l'idée de Ross Brawn d'organiser une course hors championnat pour tester un nouveau format de Grand Prix.

"Nous en avons souvent parlé mais je n'ai pas changé d'avis: le format actuel fonctionne. La Formule 1 actuelle est le résultat de longues années d'expériences. Brawn a aidé Ferrari et Benetton à gagner mais gérer la F1, c'est autre chose. Attendons de voir ce qu'il va faire avant de le juger."
source: Nextgen-Auto.com

Pénalité de 5 places pour Lance Stroll
Lance Stroll est sorti de la piste avec sa Williams FW40 dans les 10 dernières minutes des essais libres 3 à Melbourne, ce matin, et cela a une conséquence fâcheuse pour lui pour la course: une pénalité de 5 places sur la grille de départ.

En effet, en tapant avec l'arrière droit contre le mur du virage n°10, le Canadien a endommagé sa voiture mais aussi sa boîte de vitesses.

Les mécaniciens de Williams sont dans l'obligation de remplacer cette dernière, ce qui signifie une pénalité pour Stroll. Rappelons que le règlement exige qu'une boîte de vitesses dispute au moins 6 Grands Prix de suite avant de pouvoir être changée sans pénalité.
source: Nextgen-Auto.com

Wolff ne s'inquiète pas (encore) des performances de Bottas
Les performances de Valtteri Bottas n'étaient pas suffisantes lors des essais de Barcelone, les patrons de Mercedes en ont convenu.

Mais le Finlandais n'a guère rassuré Toto Wolff et Niki Lauda hier, en signant des temps à 5 dixièmes de Lewis Hamilton.

Cela n'allait guère mieux ce matin lors des Libres 3. Et même si le Finlandais devance Lewis Hamilton, ce dernier a perdu plusieurs dixièmes dans son tour rapide suite à une erreur.

Alors faut-il s'inquiéter? Pas encore selon Wolff.

"Valtteri a évidemment une grande mission devant lui: remplacer Nico Rosberg. C'est le Champion du monde en titre et Valtteri doit faire en sorte de prendre sa place. Il a eu deux bonnes journées d'essais à Barcelone, à la fin, son travail avec les ingénieurs se passent très bien aussi et ce n'est, ici, que son premier week-end de course. Attendons un peu avant de juger", dit-il.

"Je pense que Valtteri a en tout cas le bon esprit pour notre équipe. Il doit maintenant trouver ses marques et se défier lui-même pour atteindre le niveau de Lewis, probablement le meilleur pilote de Formule 1 de cette génération. Je reste très confiant que Valtteri trouvera le rythme et sa place chez nous."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes retire volontairement un élément de sa suspension
La saga des suspensions actives se poursuit à Melbourne et on a appris que Mercedes avait "volontairement" enlevé une partie de son système de contrôle hydraulique des amortisseurs de la W08.

Même si la version globale de la suspension est considérée comme techniquement légale par la FIA, Mercedes ne veut prendre aucun risque et ne pas subir de réclamation (de la part de Ferrari) à la fin du Grand Prix.

L'équipe allemande justifie ce choix parce que "cette partie du système n'apporte aucun avantage sur un circuit comme Melbourne" selon la presse allemande.

La FIA reconnait que "si nous avions eu le moindre doute nous l'aurions communiqué aux commissaires. Et que croyez-vous qu'ils auraient fait (dimanche soir)?"
Ils auraient lancé une enquête, bien évidemment. Faut-il donc dire merci à Mercedes pour éviter un résultat obtenu sur tapis vert dès le premier Grand Prix de la saison?
source: Nextgen-Auto.com

GP d'Australie - Essais libres 3
Sebastian Vettel a battu officieusement le record du circuit d'Albert Park à Melbourne en bouclant un tour en 1'23"380 avec sa Ferrari SF70H chaussée en pneus ultra tendres lors de la dernière séance d'essais du GP d'Australie. Son coéquipier Kimi Räikkönen a vu sa séance perturbée par une crevaison, mais le Finlandais a tout de même pu prendre la 4ème place à 6 dixièmes de son coéquipier derrière les Mercedes F1 W08 de Valtteri Bottas et Lewis Hamilton qui pointent à plus de 4 dixièmes.

Nico Hülkenberg a complété le top cinq sur sa Renault R.S.17 avec plus d'une seconde de retard sur la référence, tandis que son coéquipier Jolyon Palmer a fini avant-dernier avec les pneus super tendres juste derrière Antonio Giovinazzi (Sauber) qui remplacera Pascal Wehrlein pour le reste du week-end.

Daniel Ricciardo (Red Bull) se classe 6ème devant Romain Grosjean (Haas) et les Toro Rosso de Carlos Sainz et Daniil Kvyat. Kevin Magnussen (Haas) a complété le top dix devant Felipe Massa (Williams) et Max Verstappen (Red Bull). Stoffel Vandoorne (McLaren) s'est classé 15ème entre son coéquipier Fernando Alonso et Esteban Ocon (Force India).

Lance Stroll (Williams) a écopé d'une pénalité de 5 places sur la grille de Melbourne après être sorti de la piste lors de la dernière séance, obligeant Williams à changer sa boîte de vitesses. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Lauda se moque de la livrée de Force India
La nouvelle livrée de la VJM10 a fait beaucoup de bruit. Comment aurait-il pu en être autrement, puisque que la nouvelle monoplace de Force India arbore une couleur peu utilisée dans le monde de la Formule 1: un rose mat qui contraste avec les couleurs ternes vues et revues en catégorie reine, comme le noir, le gris, le blanc et le bleu.

Malgré tout, personne dans le paddock n'a fait de remarque négative quant à cette couleur... Personne sauf Niki Lauda, connu pour ne pas garder sa langue dans sa poche.

"Ça va droit au cœur de ma fille Mia. Elle a la figurine de Princesse Lillifee (personnage issu de la littérature enfantine adapté à la télévision, ndlr) de la même couleur" déclare-t-il.

"On pourrait utiliser la voiture comme voiture de sécurité pour la Regenbogen-Parade (manifestation annuelle se déroulant chaque année à Vienne contre la discrimination des homosexuels, des lesbiennes, des bisexuels et des transgenres, ndlr)."

Malgré ses railleries, le triple Champion du monde sait très bien que l'arrivée de cette nouvelle livrée signifie aussi une belle implication financière de BWT, le sponsor. Cette firme est autrichienne, tout comme lui. Le sens des affaires du directeur non exécutif de Mercedes sait reprendre le dessus.

"Cette entreprise autrichienne sait ce qu'elle fait. Au niveau publicitaire, elle a réussi son coup."

Zak Brown, le directeur exécutif de McLaren, a également critiqué le choix de Force India.

"Je n'aurais pas repeint ma voiture pour un sponsor. Et surtout pas pour la quantité d'argent qu'ils vont en tirer d'après ce que j'ai entendu."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber - Wehrlein forfait pour le GP d'Australie
Sauber a décidé de remplacer Pascal Wehrlein pour le Grand Prix d'Australie, avant le début des essais libres 3.

Le pilote allemand ne se sent pas assez bien pour faire une distance de course à la suite d'un manque d'entrainement selon Sauber. C'est le pilote de réserve de Ferrari, Antonio Giovinazzi, qui roulera à sa place.

"Mon niveau physique n'est pas assez bon pour faire une distance de course complète, à cause de mon manque d'entrainement", reconnait Wehrlein ce matin. "J'ai expliqué la situation hier soir à l'équipe. Sauber a donc décidé de ne pas prendre de risques. C'est dommage mais c'est la meilleure décision pour l'équipe."

L'Allemand insiste sur le fait que cette décision est bien liée à son manque d'entrainement et non à des problèmes de dos qui persisteraient suite à son accident à la Course des Champions.

Monisha Kaltenborn, la directrice de Sauber, ajoute: "nous avons un grand respect pour l'ouverture d'esprit de Pascal et son professionnalisme. Cette décision n'était pas facile à prendre pour lui mais cela souligne son esprit d'équipe. Il doit maintenant se concentrer sur sa forme physique. Et nous ne souhaitons prendre aucun risque inconsidéré dans ce genre de situation. Pascal sera en Chine, comme prévu."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.