En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 09 Avril 2017

Pirelli a noté la faible usure des pneus à Shanghai
Lewis Hamilton s'impose sur une piste allant en s'asséchant au fil du Grand Prix, au prix d'une stratégie chamboulée par l'intervention de la voiture de sécurité dans le premier tour.

A l'extinction des feux, le pilote Toro Rosso Carlos Sainz est le seul à s'élancer avec des pneumatiques slicks, quand tous ses rivaux privilégient les intermédiaires avant de basculer sur les mélanges tendres et super-tendres au cours des dix premières boucles.

En se basant sur cette dernière gomme, Verstappen profite d'une stratégie agressive - les choix tactiques se sont révélés particulièrement complexes et ont donné lieu à de belles actions -, qui lui permettent de gagner 13 places par rapport à sa position de départ.

Après un envol sur un asphalte encore humide, les concurrents ont ensuite été épargnés par les averses, permettant d'établir un meilleur tour en progression de quatre secondes par rapport à l'an passé. Soit la plus grande différence enregistrée cette saison, plus que l'Australie, comparativement à 2016.

"Les teams ont abordé ce Grand Prix avec une quantité très limitée de données, dans des conditions encore différentes de celles rencontrées lors de deux premiers jours! Ils ont ainsi dû s'adapter aux circonstances, et malgré un passage par la voie des stands durant l'intervention du Safety Car, la plupart des pilotes évoluant aux avant-postes se sont arrêté à deux reprises, soulignant la faible dégradation de leurs gommes", note Mario Isola.

En effet Esteban Ocon a pu faire 40 tours en tendres alors que Jolyon Palmer en a réussi 30 en super tendres. De quoi pousser Pirelli à aller vers des gommes plus tendres après les 5 premiers Grands Prix de la saison?
source: Nextgen-Auto.com

Lauda - Cette victoire me soulage énormément
Niki Lauda est apparu très soulagé à l'issue du Grand Prix de Chine. La victoire de Ferrari en Australie avait beaucoup contrarié Mercedes, habitué depuis trois ans à remporter la majorité des courses figurant sur le calendrier de la F1.

Lewis Hamilton, en montant sur la plus haute marche du podium à Shanghai, permet à son équipe de rééquilibrer l'équilibre dans la lutte pour le titre face à Maranello.

Le directeur non-exécutif de Mercedes partage l'enthousiasme de son pilote. Pour lui, la victoire est le fruit d'un travail d'équipe, avec Hamilton en piste mais aussi une stratégie qui a permis de triompher face à la concurrence.

"Cette victoire me soulage énormément", avoue-t-il. "Lewis a fait un travail incroyable, et cela, dans des conditions difficiles, parce qu'au début la piste était détrempée. Il a tout fait correctement et, Dieu merci, nous avons riposté et nous avons pu contenir Ferrari. Et c'est ce qui me réjouit tout particulièrement."

"Même au niveau stratégique, tout s'est bien passé. Nous avons pris les bonnes décisions, nous ne nous sommes permis aucune erreur et nous avons gagné la course. Nous ne pouvons pas réclamer plus! C'est pourquoi on ne peut que féliciter toute l'équipe."

Pour le triple Champion du monde, ce qui s'est passé à Shanghai est exactement ce qu'il souhaite voir à chaque course.

"Dans tous les cas, cela me réjouit, c'était une course parfaite, tous les fans peuvent s'en réjouir. Et par chance, c'est de nouveau allé dans le sens de Mercedes."

Une ombre figure à ce tableau défini comme si parfait: l'erreur de Valtteri Bottas derrière la voiture de sécurité. Mais Lauda ne s'en formalise pas.

"Bottas s'est critiqué lui-même très fortement pour son erreur, qu'il pense stupide. Cela peut arriver, surtout dans ces conditions de piste mouillée. Là-dessus, nous ne lui faisons aucun reproche."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen et Ricciardo pessimistes pour les prochaines courses
Même si cela s'est moins vu en Chine en raison des conditions humides, Red Bull demeure en retrait par rapport à Mercedes et Ferrari, avec un retard d'environ une seconde (voire une seconde et demie) au tour.

Max Verstappen s'est montré plutôt pessimiste sur la capacité de son équipe à pouvoir réduire cet écart de manière rapide. Que ce soit du côté du châssis (avec un manque d'adhérence à l'arrière) ou du moteur, il faut progresser dans tous les domaines pour l'écurie autrichienne...

"Nous n'allons pas rattraper ce retard en une nuit" a confié le pilote néerlandais.

Daniel Ricciardo est d'un avis similaire à son coéquipier.

"Nous avons besoin de quelques évolutions vraiment bonnes. Je me sens mieux dans la voiture et elle est plus facile à régler, mais je suis toujours trop lent. L'équilibre est bon et je peux attaquer, mais au bout du compte, nous sommes 1,5 seconde derrière."

"J'ai dit à Melbourne que nous avons besoin d'adhérence à l'arrière, mais j'ai peur qu'en Chine, nous avons aussi manqué d'adhérence à l'avant. Nous ne pouvons plus dire que c'est à cause des réglages, il y a tout au plus deux dixièmes qui sont dus aux réglages. Il nous manque plus que cela."

Et Max Verstappen de préciser:

"Nous n'avons pas d'équilibre entre les virages lents et rapides, nous avons besoin de plus d'adhérence, et nous manquons de puissance. Ce ne peut pas être réglé en l'espace d'une course. Et ce sera difficile de rattraper ce retard parce que les autres progressent aussi avec ces nouvelles règles."

Max Verstappen apparaît donc un peu perdu, et c'est peut-être le plus inquiétant chez Red Bull.

"En 2016, nous n'avons pas commencé parfaitement, mais nous savions quoi faire."

Beaucoup de monde attendaient une performance bien meilleure de Red Bull en ce début de saison, notamment parce que l'écurie compte dans ses rangs un certain Adrian Newey. Et il ne faut pas oublier que Red Bull a beaucoup poussé pour introduire ces nouvelles règles.

"Ils ont inventé ces règles, donc c'est une surprise pour nous de voir qu'ils sont si loin" a confié le directeur de Mercedes, Toto Wolff... qui en revanche, n'avait peut-être pas vu le retour en force de Ferrari.
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg un jour de retour? Prost n'y croit pas
Nico Rosberg a surpris tout le monde en prenant sa retraite à l'issue de la saison 2016. Le pilote allemand n'a que 31 ans et pourrait encore courir plusieurs saisons en F1. L'envie d'un retour pourrait-elle alors le gagner?

Alain Prost (qui était lui-même revenu d'une année sabbatique en courant pour Williams en 1993, avant de racheter Ligier en 1997) ne croit néanmoins pas à un retour de Nico Rosberg. Pour le quadruple Champion du monde français, sa situation est "complètement différente" de celle de Rosberg.

"Ma retraite en 1993 était définitive. Après 1991, je ne suis pas parti volontairement, j'ai simplement pris du recul en 1992. Mais un pilote peut bien sûr revenir en F1 après la fin de sa carrière, comme Niki Lauda. Rosberg est assez jeune pour être retraité, mais la manière avec laquelle il est parti était vraiment bonne. Il a été critiqué pour cela, mais j'ai pensé que c'était formidable. Je ne peux pas l'imaginer revenir, non."

Alain Prost confie qu'il avait lui-même eu quelques difficultés à abandonner la F1 dans les premiers mois de sa retraite... avant que tout rentre dans l'ordre.

"Quand j'ai vu Ayrton Senna dans ma voiture, je n'étais parti que depuis quelques mois, mais tout semblait déjà si loin. Je n'ai rien regretté. Après quelques mois, le sentiment d'avoir un objectif formidable en tête (m'entraîner et courir pour le titre de Champion du monde) avait disparu en moi. Quand ce sentiment m'a quitté, c'était étrange."
source: Nextgen-Auto.com

Kaltenborn réfute la blessure de Wehrlein dont parle Wolff
Toto Wolff a expliqué hier que Pascal Wehrlein, absent depuis le début de la saison, s'était fracturé une vertèbre cervicale à Miami lors de la course des champions, expliquant son manque de préparation.

Le patron de Mercedes avait justifié être fatigué des théories du complot entourant le remplacement de Wehrlein par Giovinazzi et avait simplement expliqué qu'une blessure sérieuse avait dû être gérée. Monisha Kaltenborn a réfuté cette version des faits.

"Je ne sais pas exactement ce que Toto a dit mais je ne peux pas imaginer que ça n'ait pas été déformé car c'est faux" a-t-elle asséné, expliquant que les fractures dont parle Wolff n'étaient que des micro fractures normales.

"On ne doit pas dramatiser. Tout est réglé médicalement, les médecins l'ont confirmé. Ce n'est donc qu'une question de temps désormais" poursuit-elle.

Wolff s'est toujours montré compréhensif face au besoin d'adrénaline de ses pilotes et leur a laissé la possibilité d'activités externes à la F1, mais ça pourrait changer dans le futur.

"On doit faire en sorte que nos pilotes soient heureux, d'autres vont faire de la motoneige ou du ski, on ne peut pas tout interdire. Mais rétrospectivement, on est toujours plus intelligent" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

La FIA va s'attaquer aux fameux T-Wings
La FIA devrait s'attaquer rapidement aux ailerons en forme de T, baptisés T-Wings, qui ont fleuri sur les capots arrière de nombreuses Formule 1 depuis cet hiver.

Les équipes ont profité d'une petite zone non réglementée pour inventer cet appendice, qui sert davantage à canaliser l'air autour de l'aileron arrière que de dispositif destiné à générer directement de l'appui.

A cet endroit, le dispositif est jugé peu esthétique, sans compter qu'il est assez flexible. Sur la voiture de Bottas, lors des essais libres en Chine, il s'est même rompu.

Alors, dès Barcelone, la FIA va introduire un test de flexibilité pour cet appendice. Un test qui serait si difficile à passer que la plupart des T-wings devraient disparaitre.

Cette décision est soutenue par Ross Brawn, le nouveau manager de la Formule 1.

Concernant le bannissement des ailerons de requin, pas d'avancée, au contraire: Red Bull, qui soutenait leur interdiction au début de l'année, est finalement pour le conserver. Cet appendice bénéficie en effet aux équipes les moins avancées sur le plan aérodynamique. Ce qui est le cas pour la RB13 face aux Mercedes et Ferrari.
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes et Ferrari sont vraiment très proches
Lewis Hamilton et Sebastian Vettel, deux des principaux prétendants au titre mondial, reconnaissent après ce deuxième Grand Prix en Chine que les performances de leurs voitures respectives sont réellement très proches.

Pour la première fois dans l'ère des V6 turbo, Mercedes a un véritable rival dans la course au titre mondial et ce rival, c'est le Cheval Cabré.

La Ferrari de Vettel a gagné en Australie, mais Hamilton a de nouveau réussi à placer sa Mercedes en pole à Shanghai, montrant ainsi que le monde de la F1 peut s'attendre à une lutte très serrée pour le titre en 2017.

"Nous avons un léger avantage sur Ferrari dans les sections à grande vitesse", analyse Hamilton. "Mais dans les virages plus lents, ils ont l'air d'être plus rapides."

"Je pense cependant que nos deux voitures sont extrêmement proches - et c'est fantastique pour la suite de la saison!" se réjouit déjà le Britannique, vainqueur du jour.

Vettel est d'accord avec Hamilton sur le fait que les Flèches d'Argent et les Ferrari sont réellement très proches.

"Je dirais que nous avons une voiture qui est bonne dans toutes les situations, mais nous avons vu que Mercedes reste particulièrement forte en qualifications", déclare l'Allemand.

"Je pense que nous avions une meilleure voiture le jour de la course en Australie, nous pouvions voir que Lewis était un peu en difficulté avec ses pneus."

Ignorer l'issue d'un Grand Prix est devenu inhabituel en F1 depuis 3 ans, puisque Mercedes a dominé sans partage la discipline.

"Cela faisait longtemps que je n'avais pas combattu face à Lewis et c'est très amusant de lutter de nouveau face à lui pour des poles et des victoires. J'aime donc beaucoup cette Formule 1 dans laquelle tu peux piloter en course à la limite, comparé à ce que c'était ces dernières années. C'est redevenu ce que cela devait être", conclut Vettel.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Un nouveau duo avec Alonso? Cela ne va pas arriver!
Lewis Hamilton a donné un signe fort en Chine, ce week-end, concernant la composition de l'équipe Mercedes, qui pourrait encore changer en 2018 si jamais Toto Wolff et Niki Lauda décidaient de ne pas poursuivre avec Valtteri Bottas.

Le triple Champion du monde ne souhaite plus partager le garage de l'équipe allemande avec Fernando Alonso.

"Cela ne va pas arriver", répond-il lorsqu'on lui demande s'il se réjouirait d'un nouveau duo avec l'Espagnol.

"L'équilibre au sein de l'équipe est enfin bon. Si vous avez deux kilos d'un côté de la balance, que vous les enlevez pour en mettre 4, quel est le but? Il faut un équilibre."

Le contrat d'un an de Bottas laisse en tout cas les options ouvertes.

"Pour le moment je ne pense pas que Mercedes réfléchit à 2018", poursuit Hamilton. "Nous sommes à fond dans 2017 et il me semble que Valtteri s'intègre bien. Pourquoi changer?"

Toto Wolff s'est déclaré en tout cas ravi de la performance de Bottas en Chine.

"En qualifications, il a réduit l'écart. Il est passé à un millième de la première ligne, à moins de 2 dixièmes de Lewis. C'est une très bonne performance. Et je suis très heureux du fonctionnement de notre duo en matière de travail."

Pour Alain Prost, c'est un bon signe.

"Il y a des pilotes qui s'éteignent lorsqu'ils passent d'une petite à une grande équipe. Dans le cas de Valtteri, j'ai l'impression que c'est le contraire. Il va monter en puissance."
source: Nextgen-Auto.com

Honda ne sait pas quand arrivera son nouveau V6
Honda ne souhaite plus promettre de date particulière pour l'arrivée de son nouveau moteur V6.

Après des essais hivernaux et deux premiers Grands Prix médiocres, le motoriste japonais est plus que jamais sous pression pour accélérer le développement d'un V6 revu et corrigé afin de trouver au minimum 50 chevaux.

C'est le déficit de puissance de Honda par rapport à... Renault, selon les estimations les plus optimistes pour les Japonais.

Le nouveau moteur Honda était initialement prévu pour Monaco mais il pourrait avoir un ou deux Grands Prix de retard.

"Nous ne pouvons pas vous communiquer de date précise", indique Yusuke Hasegawa, le responsable de Honda F1.

"Nous allons avoir un V6 évolué et plus puissant mais nous ne savons pas quand encore. D'ici-là, nous tentons d'améliorer, à chaque course, tout ce que nous pouvons. Comme ce fut encore le cas pour le Grand Prix de Chine."

"Je ne suis pas certain que les pilotes sont d'accord avec moi, mais nous avons fait des progrès substantiels depuis le début de l'année du côté des vibrations notamment. Même si le problème n'est pas complètement résolu."

Hasegawa reconnait que le fait que le système de jetons ait été abandonné est du pain béni pour Honda.

"Oui, ça nous aide. Mais même si nous devons revoir le moteur, certaines restrictions existent encore. Vous ne pouvez pas tout changer comme ça."

Le Japonais se projette-t-il déjà sur les moteurs de 2021?

"Nous avons déjà beaucoup de travail avec l'actuel! Mais oui, nous souhaitons garder le même type de moteur, un turbo hybride. Parce qu'ils sont très efficients et ils ont moins d'impact sur l'environnement. C'est essentiel pour Honda, c'est ce qui a motivé notre direction à revenir en Formule 1."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz - Mes ingénieurs m'ont pris pour un fou
Carlos Sainz était très loin sur la grille de départ, mais c'est en septième position qu'il a franchi la ligne d'arrivée. Il faut dire qu'il a choisi une stratégie très risquée en étant le seul à prendre le départ en pneus slicks sur une piste encore très humide.

"Il fallait voir la tête de mes ingénieurs qui me prenaient pour un fou", plaisante Carlos Sainz. "Je n'arrivais pas à le croire lorsque j'ai vu que tout le monde était en pneus intermédiaires. Ce risque a été payant. Lorsque tout le monde est rentré pour chausser des slicks malgré le fait que c'était encore très mouillé dans les quatre premiers virages, je me suis dit que j'étais le plus malin. Cela a payé, mais lorsque vous êtes loin dans le peloton, il faut parfois prendre des risques."

Après la voiture de sécurité, lorsque tout le monde avait les bons pneus, Carlos Sainz était le plus rapide en piste, car les siens étaient déjà à la bonne température.

"Ce résultat n'est pas seulement dû à notre pari, mais aussi grâce à notre compétitivité sur piste mouillée. Lorsque la voiture de sécurité est rentrée, je me suis vu remonter sur les Ferrari, les Red Bull et les Mercedes! J'étais super excité. Hier, ils avaient un avantage de deux secondes sur moi et aujourd'hui, j'allais plus vite qu'eux. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point ils sont contents dans l'équipe", ajoute le pilote espagnol.

Pour Daniil Kvyat, c'est l'abandon dans ce Grand Prix de Chine

"Quel dommage, nous avons eu une panne hydraulique qui doit encore faire l'objet d'une enquête et j'ai donc dû arrêter la voiture. Juste auparavant, nous étions en train de lutter un peu avec les pneus tendres. Ils étaient un peu difficile à maintenir en température ... Donc, nous étions une cible facile pour tous ceux qui étaient en super tendres."

"Ce n'était pas la course la plus simple, c'est sûr! Pour le positif, nous avons montré que la performance est là et que nous pouvons être solides à l'avenir. Nous devons juste nous assurer que nous marquons bien les points lorsque les opportunités se présentent."

"D'une manière générale, je suis tout à fait content de mon week-end, c'est dommage que nous ayons eu un peu de malchance aujourd'hui, mais ces choses arrivent et nous devons les accepter... Cela fait partie de ce sport! Nous travaillons bien en équipe - et cela me rend très confiant - nous avons le rythme et j'attends avec impatience le week-end prochain à Bahreïn où je reviendrai plus fort!"
source: Nextgen-Auto.com

Haas et Magnussen marquent leurs premiers points de l'année
Après des qualifications difficiles et suite au double abandon de Melbourne, l'équipe Haas avait à cœur de bien figurer en course à Shanghai, afin de lancer vraiment sa saison. Grâce à une course solide de Kevin Magnussen, 8ème sous le drapeau à damiers, la formation américaine marque ses premiers points de l'année.

"C'était une bonne course, je me suis amusé et la voiture a été bonne du début à la fin" se félicite le Danois. "J'ai pris un mauvais départ, donc j'étais heureux de pouvoir attaquer et de me rattraper comme ça. La voiture a été bonne, j'ai pu faire attention à mes pneus avant, ce qui était la clé, et j'ai pu travailler avec l'équipe pour faire fonctionner la voiture dans la bonne fenêtre."

"L'équipe a très bien géré la course, c'était une bonne stratégie de me faire passer en super tendres après les intermédiaires. Il fallait se battre pour doubler, ce n'est pas simple, mais on a de l'adhérence et ça nous permet de prendre des lignes différentes . C'est bien plus amusant quand on se bat pour les points, je suis heureux pour l'équipe."

Empêché de signé un bon tour hier suite au crash de Giovinazzi, Romain Grosjean a été pénalisé pour n'avoir pas assez ralenti sous drapeaux jaunes. Le Français a vécu une nouvelle mésaventure hier et en ressort avec une grande déception.

"C'était une blague hier et aujourd'hui, le même gars s'est crashé devant moi en ligne droite, donc j'ai dû m'arrêter, j'ai perdu beaucoup de temps" explique Grosjean. "Ensuite, Ericsson a laissé trop d'espace avec la voiture devant et j'étais déjà loin. Ocon m'a poussé dans le premier tour, j'ai perdu la moitié du côté droit de la voiture. A partir de là, j'ai attaqué autant que j'ai pu."

"Je n'ai pas réussi à trouver l'ouverture sur Palmer. Une fois que je l'ai fait, j'ai quand même signé de bons temps. Nous avons fait un bon travail mais il était trop tard. Ce n'était pas simple au niveau de la stratégie, les gars ont fait de leur mieux. Nous avons vu le drapeau à damier et les temps étaient corrects. Nous aurions pu faire mieux mais j'espère que ce sera le cas lors de la prochaine course."

La réjouissance est au programme chez Haas après cette deuxième course de la saison. Si le début de saison n'est pas aussi tonitruant que l'an dernier, les performances de la VF-17 sont solides et Kevin Magnussen a bien rattrapé son week-end catastrophique de l'Australie.

"C'est bien de voir l'équipe de Kevin marquer ses premiers points depuis la création de Haas" déclare Günther Steiner, en référence à l'absence de points de Gutiérrez l'an dernier. "C'est super pour Kevin de marquer des points pour sa deuxième course avec nous. Romain a eu un week-end très compliqué. C'était le cas pour Kevin en Australie et ici c'était Romain, même s'il n'a pas été chanceux non plus en Australie. Nous avons quand même montré ce que nous pouvons faire. Il faut le faire régulièrement et on pourra envisager une bonne saison."

"Nos deux pilotes ont disputé une course fantastique, nous avons plus dépassé que les autres équipes, j'en suis très fier et nous avons fait le spectacle. La météo a joué un rôle aujourd'hui mais avec les différentes stratégies, les dépassements sont possibles. C'est difficile, on l'a vu avec Romain qui a eu du mal à dépasser Palmer. Sa course a été bonne une fois que c'était fait. Le voyage retour paraîtra moins long avec quelques points marqués."
source: Nextgen-Auto.com

Course très courte pour Vandoorne
Stoffel Vandoorne apprend son difficile métier de pilote de F1 et malheureusement pour lui, cela ne se passe pas dans les meilleures conditions. Sa McLaren souffre en effet d'une compétitivité très moyenne et d'une vitesse de pointe très faible. Et en plus, cette monoplace n'est pas fiable...

"Cette course a été très courte pour moi", raconte Stoffel Vandoorne. "Fernando et moi avons pris un bon départ, mais nous n'étions plus très bien placés après notre premier arrêt. Après ça, c'était assez délicat en piste, mais nous avions un rythme prometteur. Lorsque nous avons chaussé des sicks, nous étions plutôt compétitifs. J'ai été capable de pousser très fort. La voiture se comportait bien dans les virages. Je me sentais très confiant et j'arrivais à revenir sur les pilotes qui me précédaient. Mais dès que la piste est devenue sèche, il est devenu très difficile pour nous de tenter un dépassement. Nous n'étions pas à la hauteur des autres au niveau de la vitesse de pointe."

"J'ai perdu de la puissance dans le 17ème tour, mais je ne connais pas encore la raison de ça. Je pencherais pour un problème d'alimentation. Dommage de ne pas avoir rejoint l'arrivée, car nous avions du potentiel, notamment dans les virages. Je n'ai pas beaucoup roulé ce week-end en Chine, mais c'est comme ça. J'espère que cela se passera mieux à Bahreïn. Le point positif de cette fin de semaine, c'est le comportement de notre voiture. Fernando et moi sommes en confiance au volant et nous pouvons pousser. A Bahreïn, nous ferons de notre mieux, comme toujours", ajoute le jeune pilote belge.
source: Nextgen-Auto.com

Sauber admet que la Chine a révélé les faiblesses de la C36
Sauber n'a pas tiré profit des conditions délicates pour créer la surprise au Grand Prix de Chine. L'écurie suisse a affiché un manque criant de compétitivité en course. Marcus Ericsson a certes fini l'épreuve, mais à la 15ème place et très loin des points. Le pilote suédois a particulièrement souffert avec les pneus.

"J'ai eu un bon départ et aussi un premier tour convenable. Durant la voiture de sécurité virtuelle, nous sommes passés aux pneus tendres, même si nous savions que la piste était partiellement sèche, et donc toujours humide en même temps. Après cela, c'était assez difficile. Les conditions étaient difficiles car les températures de l'asphalte étaient relativement basses, ce qui a rendu difficile de bien faire fonctionner les pneus. Dans l'ensemble, j'ai souffert avec les pneus durant toute la course, je ne les ai jamais fait marcher dans la bonne fenêtre de fonctionnement."

Antonio Giovinazzi a vécu une course pire encore. Comme en qualifications, il est parti à la faute, et quasiment au même endroit (juste après le dernier virage). L'Italien était en ligne droite quand il a dévissé après avoir roulé dans une zone humide. Deux fautes en deux jours, voilà qui écorne sa réputation...

"Tout d'abord, je veux m'excuser vis-à-vis de l'équipe. Ils ont fait un travail formidable pour que la voiture soit prête pour la course. C'est dommage que je me sois aussi crashé aujourd'hui. C'est une journée pleine de leçons. Je veux juste oublier ce week-end rapidement."

Monisha Kaltenborn, la directrice de l'écurie, a du pain sur la planche pour revenir au niveau de compétitivité souhaité...

"Aujourd'hui, ce n'était pas notre journée, en particulier pour Antonio. Nous sommes heureux qu'il aille bien après son accident. Les conditions étaient difficiles, et encore plus quand vous n'avez pas beaucoup d'expérience. Pour Marcus, la course ne fut pas non plus facile, puisque nous n'avons été simplement pas cabales de suivre le rythme de nos concurrents. Cette course a montré les faiblesses de notre voiture."
source: Nextgen-Auto.com

Les deux Force India terminent encore dans les points
L'équipe Force India peut encore se réjouir d'un bon résultat en Chine, en mettant ses deux monoplaces dans les points pour la deuxième fois consécutive. Seules Mercedes et Ferrari ont réussi cette performance. Pérez termine neuvième et inscrit deux points supplémentaires.

"C'est bien de terminer une course aussi animée en marquant des points" se félicite le Mexicain. "Le début de course n'a pas été simple car j'ai pros un mauvais départ et j'ai perdu cinq ou six places avant le premier virage. Dès que j'ai lâché l'embrayage, les roues ont patiné. J'ai repris quelques places dans le premier tour mais j'ai ensuite touché Stroll, ce qui m'a amené une crevaison. Je pense pas qu'il m'a vu car il ne m'a pas laissé d'espace."

"Nous avons donc changé pour mettre les pneus slicks au bon moment et les super tendres étaient le bon choix car j'ai directement repris un bon rythme, ce qui m'a permis de dépasser Massa et Kvyat. On peut toujours regarder en arrière et voir ce qu'on aurait fait mieux, mais je pense que nous finissons là où la voiture le mérite en termes de rythme. C'est un très bon résultat pour l'équipe, c'est notre douzième course consécutive dans les points."

Esteban Ocon avait joué de malchance en qualifications, ses deux tours rapides ayant été perturbés, et malgré un départ en fond de grille, le Français a disputé une course très solide, dans des temps similaires à ceux de son équipier, pour aller chercher la dixième place, comme à Melbourne.

"C'est un bon retour mais je pense que j'aurais pu finir une ou deux places plus haut" tempère le Français. "Nous avions une bonne stratégie et nous avons commencé la course avec les bons pneus, mais il y a eu une incompréhension avec l'équipe au deuxième tour et je suis passé par la voie des stands sans m'arrêter changer mes gommes. Je n'étais pas censé rentrer et ça m'a coûté environ quinze secondes. C'était une conséquence de la confusion du début de course, quand tout le monde est passé aux stands. C'est dommage de perdre du temps comme ça mais nous marquons quand même un point, c'est positif."

"La voiture était bonne aujourd'hui et finir dixième montre que nous pouvons nettement progresser en course. Nous serons à Bahreïn le week-end prochain et contrairement à Melbourne et Shanghai, c'est une piste que je connais bien et où j'ai gagné par le passé. J'ai signé la pole en GP3 en 2015 donc j'y ai de bons souvenirs."

Bob Fernley, directeur adjoint de l'équipe, se félicite d'un beau résultat d'ensemble. En attendant que la VJM10 soit capable de jouer les Top 5 voire les podiums, engranger les points est une bonne chose.

"Les premiers tours étaient assez chaotiques, mais l'équipe a très bien géré sa course une fois que ça s'est calmé afin de mettre les deux voitures dans les points" déclare-t-il. "Sergio et Esteban ont tous les deux disputé une course pleine de maturité, surtout dans des conditions humides. Leurs stratégies différentes ont bien fonctionné, bien qu'il y aurait eu la possibilité de les faire terminer plus haut, avec du recul."

"Nos deux pilotes ont vécu des batailles serrées et ont réussi à hausser leur rythme quand le besoin s'en faisait sentir. C'est encore un résultat solide pour nous et nous pouvons être heureux de marquer de nouveaux points importants aussi tôt dans l'année."
source: Nextgen-Auto.com

Encore une course frustrante pour Renault F1
Renault Sport Formula One Team a connu un Grand Prix de Chine particulièrement frustrant.

Au terme des cinquante-six tours de course sur le Circuit International de Shanghai, Nico Hülkenberg s'est classé douzième devant Jolyon Palmer.

La belle performance réalisée par Hülkenberg lors des qualifications samedi avec la 7èmeme place sur la grille a été compromise par un arrêt précoce aux stands pour mettre des pneus slicks, puis d'un incident en piste requérant une voiture de sécurité virtuelle. Cela a annulé l'avantage que sa stratégie aurait pu lui fournir, mais également celle similaire de Palmer. Les deux hommes n'étaient séparés que de deux secondes à l'arrivée.

Septième sur la grille, Hülkenberg s'élançait avec des Pirelli intermédiaires neufs avant de chausser un train de tendres neufs à la fin du premier tour, puis des supertendres rodés au trente-troisième tour. Son dernier pit-stop lui permettait aussi d'effectuer une pénalité de quinze secondes pour un dépassement sous le régime de la voiture de sécurité.

"Nous avons pris un risque dès la fin de la première boucle en mettant les slicks. La piste était alors sèche partout, à l'exception de la ligne droite des stands. Lorsque j'ai repris la course, Stroll est sorti et cela a provoqué l'intervention de la voiture de sécurité virtuelle. Quand vous ne pouvez pas attaquer dans des conditions humides, vous perdez toute la température des pneus. L'adhérence m'a échappé. C'était comme piloter sur de la glace et je suis parti quelques fois à la faute... À partir de ce moment, la voiture de sécurité virtuelle a ruiné notre stratégie et notre course. C'est dommage, car je crois que la journée aurait vraiment pu nous réussir."

S'arrêtant au terme du tour de formation pour échanger ses intermédiaires en faveur de nouveaux supertendres, Palmer débutait la course depuis la voie des stands. Il y repassait au trentième tour pour passer des gommes tendres neuves.

"C'était une course difficile. Nous avons fait le bon choix en nous arrêtant à la fin du tour de formation, mais j'ai roulé sur une zone humide lors d'une bataille avec une Toro Rosso. Les pneus ont ensuite perdu leur température avec la voiture de sécurité virtuelle. Le premier relais était donc très dur. Dans les points positifs, la monoplace s'est montrée fiable et j'ai désormais une course entière à mon actif. Remettons maintenant les compteurs à zéro pour nous rendre à Bahreïn avec un bien meilleur week-end comme objectif."

Cyril Abiteboul, Directeur Général, notre que "c'était un week-end finalement frustrant de notre côté. Nous avons montré un solide potentiel en prenant la septième place samedi, mais la course n'a pas débouché sur les résultats escomptés. L'intervention précoce de la voiture de sécurité virtuelle nous a mis immédiatement dans les cordes puisque nous avions arrêté Nico pour le protéger de ses poursuivants. Il a également reçu une pénalité. Jolyon en a aussi été victime et cela a eu des conséquences sur la stratégie. Après cela, il fallait limiter les dégâts. Nous sommes déçus de terminer le deuxième Grand Prix sans point, mais nous avons démontré notre rythme et notre fiabilité en Chine. Nous devons mieux exploiter notre potentiel sur les prochaines épreuves."
source: Nextgen-Auto.com

Un week-end à oublier pour Williams
L'équipe Williams va s'empresser d'oublier au plus vite ce Grand Prix de Chine. Felipe Massa est en effet le seul pilote à l'arrivée, mais en 14ème position et à un tour du vainqueur Lewis Hamilton.

"Je suis très déçu, tout s'est mal passé pour nous aujourd'hui", raconte Felipe Massa. "Mes roues ont patiné au départ et ensuite nous avons fait cinq tours au ralenti derrière la voiture de sécurité et ils se sont refroidis. Je n'arrivais pas à maîtriser ma voiture, c'est comme si je roulais sur de la glace. C'était la pire partie de ma course, car j'ai perdu de nombreuses positions. Ensuite, nous avons pris le risque de nous arrêter avant les autres afin de gagner des positions et du temps, mais cela n'a pas fonctionné. Nous allons maintenant nous concentrer sur la course de Bahreïn."

La course de Lance Stroll s'est résumée à peu de chose puisqu'il n'a pas terminé le premier tour.

"J'ai été touché à l'arrière dans le virage 10 par Pérez et ma course s'est terminée là. Je n'ai pas eu de chance. J'ai eu une crevaison et des dommages sur ma suspension. Cette journée a donc été difficile, mais nous pouvons retenir quelques points positifs de ce week-end, notamment nos performances en qualification. J'attends maintenant la course de Bahreïn avec impatience."
source: Nextgen-Auto.com

'Nico... non, Valtteri' - Quand Mercedes confond Rosberg et Bottas à la radio...
Nico Rosberg a passé six saisons chez Mercedes et son souvenir demeure visiblement vivace dans l'écurie allemande.

Au 44ème tour de piste en Chine, l'ingénieur de piste de Valtteri Bottas a ainsi commis un lapsus révélateur...

"Donc, nous avons toujours le potentiel pour la 4ème place, Nico... je veux dire, Valtteri. Donc continue à pousser."

L'anecdote est sympathique, mais elle révèle aussi combien la tâche de Valtteri Bottas (faire oublier le Champion du monde en titre!) est malaisée.

De manière plus marquante encore, Lewis Hamilton, en plein Grand Prix de Malaisie en 2013, s'était trompé de stand et avait visité le stand McLaren, son ancienne écurie, au lieu de s'arrêter chez Mercedes.
source: Nextgen-Auto.com

Plusieurs pénalités et réprimandes distribuées à Shanghai
Plusieurs pénalités et réprimandes ont été distribuées lors de ce Grand Prix de Chine, disputé dans des conditions difficiles et marqué par l'intervention de deux voitures de sécurité, l'une virtuelle et l'autre bien réelle.

Nico Hülkenberg a effectué des dépassements sous les deux régimes, ce qui lui a valu deux pénalités de cinq secondes. Après avoir dépassé Romain Grosjean sous voiture de sécurité virtuelle, il a réédité sa manœuvre sur Marcus Ericsson derrière la Mercedes de sécurité.

Ces deux pénalités lui ont valu deux points sur son permis, ce qui monte à six son total depuis un an. L'Allemand n'a plus que la moitié de ses points, sans lesquels il sera suspendu une course.

Les commissaires n'ont pas pénalisé Kevin Magnussen pour avoir piloté trop lentement sous régime de voiture de sécurité. Suite à leur enquête, ils ont conclu que "la voiture numéro 20 rencontrait des difficultés techniques qui ont mené à la réduction de la vitesse."

Daniel Ricciardo et Sergio Pérez ont reçu une réprimande pour avoir été en retard à la cérémonie de l'hymne national, quelques minutes avant le départ. Les commissaires ont bien stipulé que ces réprimandes n'ont "rien à voir avec une infraction au volant". C'est la deuxième pour le Mexicain, la première pour l'Australien cette saison.
source: Nextgen-Auto.com

Bottas s'en veut pour son 'erreur stupide'
Valtteri Bottas a certainement raté le podium aujourd'hui en Chine, à la suite d'une erreur qu'il qualifie lui-même de stupide.

Le Finlandais est parti en tête-à-queue avec sa Mercedes, derrière la voiture de sécurité. Cela lui a fait perdre 7 places, le reléguant à la 12ème place. Il a pu remonter jusqu'à la 5ème... alors que son équipier, Lewis Hamilton, s'est imposé.

"Derrière la voiture de sécurité, on essaye toujours de faire chauffer les pneus au maximum. C'est ce que je faisais mais j'en ai trop fait..." confie Bottas à l'arrivée.

"Je suis allé trop loin, j'ai été trop agressif. J'ai fait une erreur, la voiture a dérapé et j'ai perdu beaucoup de places et de temps."

"Après cette erreur, ça a été difficile pendant quelques tours, le temps que les pneus fonctionnent à nouveau. Ensuite, mon rythme était bon."

"A cause d'une erreur stupide de ma part, nous perdons beaucoup de points aujourd'hui. J'aurais pu terminer sur le podium."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen n'a pas brillé aujourd'hui en Chine
Kimi Räikkönen a décroché la cinquième place aujourd'hui en Chine et bien sûr, il n'est pas très content. Ce sont surtout ses pneus qu'il met en cause.

"Cela se passait bien seulement avec des pneus frais, mais ensuite, j'avais beaucoup de problèmes avec mes pneus avant", explique Kimi Räikkönen. "Il n'y avait aucun problème particulier sur ma voiture, mais il est certain qu'elle se comportait mieux avec des pneus neufs. En perdant de l'adhérence sur le train avant, on perd beaucoup de temps sur un tel circuit. Je crois que sans ces problèmes, nous aurions pu signer un meilleur résultat. Mais aujourd'hui, cela s'est passé comme ça."

Kimi Räikkönen est peut-être rentré trop tard lorsqu'il a voulu changer ses pneus pour la deuxième fois, ce qui l'a relégué derrière les deux Red Bull.

"Je pense que nous aurions dû rentrer bien plus tôt, mais bien sûr, nous devions tenir compte de ce qui se passait en piste. Avec le recul, c'est toujours facile de dire ça, lorsque la course est terminée. Je n'ai pas fait une très bonne course aujourd'hui, mais c'est comme ça", ajoute le Finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso ravi de sa performance 'surréelle' en Chine
Fernando Alonso a fait encore tout ce qu'il pouvait au volant d'une McLaren souffrant considérablement en ligne droite. Excellemment parti sous piste humide, l'Espagnol a longtemps navigué aux alentours de la 7ème ou 8ème place - une performance absolument remarquable... avant qu'un problème de transmission ne l'oblige à rendre les armes.

Même si le double Champion du monde n'a pas rallié l'arrivée, il se dit absolument enchanté par son niveau de pilotage à Shanghai, qu'il considère encore supérieur à celui de Melbourne.

"C'était incroyable. Je pensais que ma performance en Australie serait unique, mais ici, c'était la même chose, voire même mieux. Les conditions ont aidé et donc nous en avons profité. Les gens partaient en tête-à-queue et nous avons gagné des places plus ou moins gratuitement, et ensuite, quand la piste était humide, nous conservions le rythme des meilleurs, avec un déficit en vitesse de pointe, et c'est assez incroyable. C'est une des meilleures choses qui me soient arrivées."

Le pilote McLaren, sans son problème de transmission, aurait légitimement pu se battre pour les points.

"Je pensais que nous nous battrions contre Pérez et Magnussen pour les derniers points. Je pense que nous aurions pu marquer un point ou deux comme en Australie d'une manière incroyable, parce que rouler devant Bottas, et l'empêcher de dépasser pendant deux ou trois tours, c'était l'une des choses les plus surréelles qui me soient jamais arrivées."

"Il était comme à 300 mètres derrière moi et il m'a dépassé en ligne droite, mais ensuite, j'ai pu faire en sorte de rester à son contact lors du tour suivant, donc c'était l'une des choses les plus surréelles qui me soient jamais arrivées."

La fiabilité de la McLaren demeure cependant catastrophique... ce qui ne surprend guère Alonso après des essais hivernaux désastreux.

"Comme nous l'avons dit en Australie: sans avoir fait d'essais, nous découvrons des nouveaux problèmes course après course. Espérons que nous puissions bientôt avoir une fiabilité normale pour être capable de finir les courses".

A défaut, les performances de l'Ibère se limiteront à de magnifiques coups d'éclat, qui prouvent qu'il est encore l'un des tout meilleurs au monde.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen sur le podium devant Ricciardo
Max Verstappen a pris le départ depuis la 16ème place de la grille de départ et il termine finalement le Grand Prix de Chine sur la plus petite marche du podium, juste devant son équipier Daniel Ricciardo.

"Ce fut une course très difficile", affirme Max Verstappen. "Je crois avoir dépassé 9 voitures avant la fin du premier tour. Je n'ai pas eu beaucoup de temps de piste pour travailler sur les réglages de ma voiture et je n'ai pratiquement pas roulé en qualification. Je ne m'attendais pas du tout à terminer sur le podium. En fin de course, je voulais une piste libre devant moi (Grosjean était devant lui et il s'en est plaint auprès de son équipe), mais finalement, je suis sur le podium."

Daniel Ricciardo a fait les derniers tours de la course dans la boîte de son équipier, mais malgré plusieurs attaques timides, il n'a pas réussi à passer.

"J'aurais voulu que ce soit une bataille plus féroce, mais lorsque je me rapprochais de lui, mes pneus avant souffraient", explique Ricciardo. "Même avec le DRS, je n'arrivais pas à bien me placer pour placer une attaque. J'aurais pu essayer de me placer à l'intérieur, mais c'était encore humide et je n'ai pas voulu prendre ce risque. Je n'aurais pas u faire mieux aujourd'hui avec la voiture que j'avais."

"Nous sommes encore à 45 secondes de la victoire et nous avons donc encore beaucoup de travail devant nous. C'est toutefois un bon résultat pour l'équipe, mais nous devons améliorer notre compétitivité", ajoute le pilote australien.

Christian Horner, le patron, est conscient de ce manque de compétitivité. "Nous avons choisi les bons moments pour changer les pneus et cela nous a permis de passer devant les Ferrari, mais nous n'avons pas réussi à garder nos positions. Nos pilotes ont fait une très belle course et c'est très agréable d'en voir un sur le podium."

"Ils ont démontré qu'ils avaient le droit de se battre l'un contre l'autre, et nous continuerons à voir ça cette saison, mais ni l'un ni l'autre n'avait le rythme pour faire mieux. Max (Verstappen) a fait une course fantastique en partant de loin sur la grille. Les deux ont fait une très belle course aujourd'hui", conclut Horner.
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Dans ses grands jours, Lewis est dans une ligue à part
Mercedes s'est rattrapée d'un Grand Prix d'Australie décevant en allant chercher la victoire en Chine grâce à Lewis Hamilton, redoutable en tête du premier au dernier tour. L'Anglais signe le grand chelem avec la pole, le meilleur tour en course et la victoire tout en n'ayant pas lâché la tête de course à un seul moment.

"Dans ses grands jours, Lewis est dans une ligue à part" félicite Toto Wolff. "Dans une journée difficile et dans des conditions délicates, je ne voudrais personne d'autre dans la voiture. C'était une réponse parfaite, j'étais particulièrement heureux face à Niki car il a parié hier que Seb serait en pole, et je l'ai battu deux fois."

"Nous sommes tous des compétiteurs et nous voulons de la lutte. Les trois dernières années étaient exceptionnelles et ça n'avait jamais été fait avant. Nous sommes désormais dans une nouvelle ère, il faut s'y habituer" poursuit-il, en oubliant manifestement les périodes de domination de Red Bull, Ferrari ou encore McLaren.

La course de Valtteri Bottas a été compromise par une erreur largement évitable du Finlandais, qui est sorti de la piste alors que la voiture de sécurité était en piste. Reparti 12ème, il a été contraint de remonter jusqu'à une décevante 6ème place.

"Valtteri a tout perdu derrière la voiture de sécurité, il doit maintenant s'en remettre" tempère Wolff. "Il reste 18 courses, il a besoin d'analyser ce qu'il s'est passé et d'oublier. Il avait un bon rythme durant la course et ses temps étaient au niveau de ceux de Lewis. Une fois que l'on est décroché du peloton de tête, il faut se rattraper et il a le caractère pour le faire. Nous sommes proches de Ferrari, je pense que ce sera un coup eux, un coup nous, cette saison."

Niki Lauda ne cachait pas sa satisfaction après l'arrivée: "Je suis très heureux. Nous avons répondu après Melbourne et nous avons gagné. Lewis a fait un super travail dans des conditions difficile. Je suis vraiment heureux, Melbourne avait fait mal à toute l'équipe, nous sommes très motivés."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - Je me suis vraiment bien amusé
Sebastian Vettel n'aura pas réussi à gagner ce 2ème Grand Prix de la saison, contrairement à ce qu'il avait fait à Melbourne.

Mais le quadruple Champion du monde reste très satisfait de sa 2ème place, derrière Lewis Hamilton, à Shanghai.

"Quelle course, je me suis vraiment bien amusé. Merci à toute l'équipe Ferrari", déclare Sebastian Vettel.

"Mon départ était normal mais j'ai vite constaté que j'avais beaucoup d'usure avec les pneus intermédiaires."

"J'étais d'accord pour prendre le risque de mettre les slicks pendant la voiture de sécurité virtuelle. Mais j'ai eu de la malchance que la voiture de sécurité sorte ensuite et annule mon avantage. Les pneus pour le sec étaient le bon choix mais je n'ai pas pu prendre quelques secondes d'avance sur Lewis et les autres. C'est comme ça... Les autres se sont arrêtés et n'ont pas perdu de places."

L'Allemand reste satisfait de sa course.

"Oui, elle a été très excitante. J'ai été un peu coincé derrière un train de Red Bull et Kimi au début mais ensuite j'ai pu partir à la chasse de Lewis. On s'est échangé les meilleurs tours, c'était fou."

"Je suis content de voir que, sur ce circuit, nous sommes encore dans le rythme de Mercedes. C'est une bonne course et c'est prometteur pour la suite de la saison."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton n'a pas eu la victoire facile
Lewis Hamilton a remporté la victoire cet après-midi à Shanghai et si cette victoire a semblé assez facile, vu de l'extérieur, ce n'est pas vraiment l'impression que le champion britannique a eu au volant de sa Mercedes.

""Cette course a été très difficile", déclare Lewis Hamilton. "Elle a été incroyable. Cette course a été très difficile pour nous tous. Nous avons tous pris le départ en pneus intermédiaires, mais cela n'a pas été facile."

"Vettel a fait du bon boulot, mais aussi ce jeune gars Max. Je suis extrêmement fier de tous les gars de mon équipe. Nous avons tous travaillé très dur pour que ce résultat soit possible. Seb (Vettel) et moi étions dans les mêmes chronos. S'il n'y avait pas eu cette voiture de sécurité, cela aurait été encore plus serré", ajoute Hamilton.

Le Britannique s'attend maintenant à une lutte corsée cette saison.

"C'est certain que ce sera un championnat très serré, si ce n'est le plus serré, que j'aurai à faire! Je m'attends à une belle bataille, je suis prêt pour ça. Ferrari a fait un travail fantastique en l'espace d'un hiver."

"Vettel et moi, nous n'avons pas arrêté de pousser pendant cette course. Nous nous sommes tous les deux amusés je crois. C'est une bataille dure, avec de supers voitures, sympas à piloter. L'année s'annonce fantastique pour les fans."
source: Nextgen-Auto.com

GP de Chine - Course
Lewis Hamilton (Mercedes) a remporté le Grand Prix de Chine en dominant la course sans avoir jamais avoir été véritablement inquiété par la concurrence. Le Britannique signe son 5ème succès à Shanghai et la 54ème victoire de sa carrière. Après un début de course disputé sur piste humide, les pilotes ont rapidement chaussé les slicks et ont pu s'affronter dans des conditions séchantes.

Sebastian Vettel (Ferrari) a pris la 2ème place et partage désormais la tête du championnat avec Lewis Hamilton. Le quadruple Champion du monde a rallié l'arrivée sans avoir pu venir menacer le leader de l'épreuve. Le podium est complété par Max Verstappen qui a gagné 13 places en course. Le Néerlandais a profité d'une bonne stratégie et d'un bon départ pour s'imposer devant son coéquipier Daniel Ricciardo au prix d'un beau duel dans les derniers tours avec l'Australien.

Kimi Räikkönen (Ferrari) complète le top cinq devant Valtteri Bottas (Mercedes) qui a dû remonter de la 12ème place après être parti en tête-à-queue sous régime de safety car. La course a été interrompue dans les premiers tours par le crash d'Antonio Giovinazzi (Sauber), déjà parti à la faute en qualifications, qui a de nouveau détruit sa C36 dans la ligne droite des stands.

Le top dix est complété par Carlos Sainz (Toro Rosso), Kevin Magnussen (Haas) et les Force India de Sergio Pérez et Esteban Ocon. Romain Grosjean (Haas) a échoué à la porte des points en devançant les Renault de Nico Hülkenberg et Jolyon Palmer. Felipe Massa (Williams) et Marcus Ericsson (Sauber) ont complété le classement.

Les McLaren ont abandonné. Stoffel Vandoorne a été rappelé au garage suite à un problème d'essence, tandis que Fernando Alonso a mis pied à terre en raison d'une casse de l'arbre de transmission alors qu'il évoluait au 7ème rang. Daniil Kvyat (Toro Rosso) a également souffert d'un problème mécanique. Lance Stroll (Williams) n'a pas pu boucler le premier tour après avoir été percuté par Sergio Pérez.

Mercedes est désormais en tête du Championnat des Constructeurs avec un point d'avance sur la Scuderia Ferrari. Red Bull suit à 29 unités de l'écurie étoilée. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Giovinazzi s'élancera depuis le fond de la grille
Ce n'est pas une surprise mais la confirmation n'est intervenue que ce matin: Antonio Giovinazzi devra partir d'ici moins d'une heure depuis le fond de la grille en Chine.

Après son accident hier lors de la Q1, l'Italien a sérieusement endommagé sa Sauber C36 et l'équipe suisse a dû changer sa boîte de vitesses, ce qui signifie une pénalité de 5 places.

Giovinazzi, qualifié 15ème, partira donc 18ème mais pas dernier: hier Romain Grosjean et Jolyon Palmer avaient déjà été pénalisés de 5 places sur la grille pour ne pas avoir assez ralenti lors l'accident du pilote Sauber.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.