En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 20 Mai 2017

Monaco est un vrai cauchemar logistique pour Haas et Steiner
Günther Steiner et Haas s'apprêtent à disputer leur deuxième Grand Prix de Monaco. Le prestige de la course rejaillit même Outre-Atlantique et comme tout un chacun, le directeur de l'écurie américaine pense que l'épreuve princière est forcément spéciale par son ambiance.

"Pour moi, Monaco est une course comme toutes les autres. Nous sommes aussi là pour performer et marquer des points. Cependant, la course est toujours spéciale en raison de ses paillettes, de son glamour. La plus grande différence à Monaco, c'est la distance: vous devez beaucoup marcher, donc je dirais que c'est l'un des circuits les plus exigeants sur le plan logistique. Et durant la course, c'est assez intense, parce que si vous faites une petite erreur, vous pouvez taper le mur. Dépasser est aussi difficile, donc il y a plus de pression en qualifications que durant le dimanche, parce que le dimanche, les positions sont fixées et à moins que quelque chose de spécial n'arrive, vous finissez où vous commencez. En course, la stratégie est la clef parce que si vous pouvez dépasser, c'est uniquement aux stands. Le samedi sera intense."

Comme le reconnait Günther Steiner, les mécaniciens sont souvent les seuls à ne pas percevoir ce côté strass et paillettes en raison de l'intense charge de travail qui leur incombe.

"J'aimerais qu'ils le peuvent... Cependant, ils ne le peuvent habituellement pas, puisqu'il y a vraiment un dur labeur à mener, et il y a toujours le risque que la voiture tape dans le mur, et alors, la charge de travail s'aggrave. Nos gars ne gaspilleront pas leur temps pour voir tout le glamour de Monaco, mais parfois, le vendredi après-midi, ils peuvent prendre une demi-journée pour sortir et voir un peu la ville. Mais habituellement, quand ils n'ont rien à faire, ils dorment, parce que leur travail les fatigue."

La tâche des mécaniciens n'est d'ailleurs pas simplifiée par la logistique monégasque.

"Il n'y a pas d'espace. Vous avez 50% d'espace en moins pour faire tout ce que vous devez faire, et les distances sont environ dix fois plus élevées que lors de n'importe quel autre Grand Prix. Il faut beaucoup marcher, faire beaucoup de scooter et tout prend beaucoup plus de temps. Vous devez avoir un plan pour ça parce que si vous avez besoin de quelque chose au camion alors il faut rentrer au garage et redescendre au paddock!"

A Monaco, l'on fêtera encore un anniversaire particulier, celui de l'apparition des pneus violets ultra-tendres de Pirelli. Günther Steiner apprécie de voir que Pirelli a fait preuve de moins de conservatisme qu'à Barcelone pour l'épreuve monégasque.

"Nous sommes assez heureux d'avoir l'ensemble des pneus tendres à Monaco [UT, ST, T]. Nous devons trouver comment bien utiliser les ultra-tendres à Monaco. Avec les gros pneus, nous avons besoin des pneus les plus tendres possibles. Nous ne savons pas encore leur durée de vie. Parfois, cette année, nous avons été surpris par la durée de vie des pneus. Le meilleur exemple, c'est Barcelone: les pneus tendres étaient de très bons pneus et duraient très longtemps. Nous avons choisi, à Monaco, beaucoup de pneus ultra-tendres. Si notre choix s'avère mauvais, nous serons en difficulté, mais ce sera aussi le cas des autres. Je pense que les voitures seront assez rapides avec ces pneus."

Les pneus seront certes un facteur-clef, mais l'on dit aussi que c'est surtout le pilote qui fait la différence en Principauté. Qu'en pense Günther Steiner?

"C'est un mélange de tout, mais bien sûr, à Monaco, la performance du pilote compte davantage. La voiture doit toujours être bonne, une bonne voiture est bonne partout. Mais à Monaco, un bon pilote peut faire la différence. Mais c'est difficile d'y parvenir ici. C'est un Grand Prix très bien connu et célèbre, glamour. Donc c'est celui où vous voulez gagner."
source: Nextgen-Auto.com

Latifi a apprécié ses tours au volant de la R.S.17
Le pilote d'essais de Renault, Nicholas Latifi, a effectué cette semaine sur le Circuit de Barcelone sa première sortie au volant de la R.S.17.

Le Canadien de 21 ans a roulé dans le cadre des tests de développement des pneus Pirelli 2018, qui se déroulent à huis clos, sur 25 journées tout au long de l'année.

"Pouvoir piloter la R.S.17 mercredi était une expérience fantastique. La journée s'est très bien déroulée", commente Latifi.

"Les nouvelles F1 sont vraiment particulières. On ressent vraiment le surplus d'appui et d'adhérence apporté par le nouveau règlement avec les pneus Pirelli plus larges, rendent l'ensemble de l'expérience au volant encore plus plaisante pour attaquer en courbe."

"Nous avons beaucoup roulé avec 139 tours au compteur et j'ai déjà hâte d'avoir une nouvelle chance d'être à son volant. Mon attention se porte désormais sur la préparation de la prochaine course à Monaco avec mon équipe en Formule 2."

Latifi voudra en effet effacer sa déception après un week-end solide en F2 à Barcelone: le Canadien jouait de malchance alors qu'il tenait la victoire dimanche matin. Alors qu'il semblait en mesure de signer son premier succès, son rétroviseur se désolidarisait de sa monoplace et rebondissait sur son casque. Perturbé, il manquait le freinage suivant et perdait la tête de la course. Après un duel avec son équipier Oliver Rowland, Nicholas devait se contenter de la troisième marche du podium.
source: Nextgen-Auto.com

Circuits urbains, pluie, gravier... Wurz veut rendre la F1 plus extrême
Président du GPDA, l'association des pilotes de Formule 1, dont les directeurs sont Sebastian Vettel et Romain Grosjean, Alexander Wurz est notamment chargé d'assurer une sécurité maximale aux pilotes.

C'est ainsi que le bouclier devrait être introduit à la place du HALO l'an prochain. Mais l'ancien pilote Benetton a aussi une autre priorité: s'assurer que la F1 ne perde rien de son identité. Toute la difficulté est de concilier les deux...

"La F1 doit être authentique, avec les voitures les plus rapides et les meilleurs pilotes du monde, sur les circuits les plus cools. Il s'agit de s'occuper de la perception de la vitesse parce qu'elle change de nos jours avec les jeux vidéo et les films d'Hollywood, donc nous devons nous assurer que notre produit, à la TV, apparaisse comme très rapide et difficile. Quelqu'un qui regarde la TV chez lui doit se dire 'Ouah, je ne pourrais pas conduire ces voitures', juste en regardant les F1, sans l'aide d'un commentateur."

"Les pilotes doivent être des héros, et mon objectif est d'y parvenir. Oui, nous devons aller plus vite, et c'est ce que nous faisons déjà. J'aimerais rendre ces voitures plus sûres, mais ensuite j'aimerais aussi explorer des designs de circuit plus extrêmes. Donc cela signifie que si quelqu'un part au large, il ne doit pas y avoir une zone d'asphalte de 20 mètres, sans conséquence. Il faut un mur, de l'herbe ou du gravier, et il faut des conséquences immédiates."

"J'augmenterais la sécurité de ces voitures de telle sorte que le directeur de course puisse les laisser faire la course de manière plus agressive, et aussi sous la pluie. Nous pouvons aller vers des circuits urbains, avoir plus de circuits extrêmes. Ce semblera bien plus extrême à la TV et sur les réseaux sociaux."

Pour que ces courses plus extrêmes soient sans danger, et Alexander Wurz le sait bien, il faut que la sécurité dans les cockpits soit améliorée. Pour ce faire, le président du GPDA veut faire confiance à un groupe d'experts.

"On a dit que la FIA, le Groupe Stratégie et tous les actionnaires voulaient enquêter sur le bouclier pour en faire une protection supplémentaire pour la tête. Je ne suis pas un promoteur du HALO de toute façon... Je ne le trouve pas beau. Je préfère que la F1 adopte ce que les experts en sécurité disent, puisque depuis 30 ans, ils ont amélioré la sécurité sans menacer la performance. En 30 ans, nous avons eu moins d'accidents, mais plus de popularité, donc avoir des voitures sûres n'empêche pas la popularité."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas vit un rêve éveillé chez Mercedes
Valtteri Bottas a connu un Grand Prix d'Espagne bien plus compliqué que prévu, puisqu'il a dû se résoudre à l'abandon après la panne moteur de son vieux V6 Mercedes qu'il utilisait depuis le début de la saison.

Mais si l'on replace les choses en perspective, le Finlandais peut légitimement être ravi de sa saison 2017. Il est devenu, en Russie, le plus récent nouveau vainqueur en Grand Prix. Un sentiment qu'il continue toujours de savourer...

"Votre première victoire, c'est quelque chose de spécial. Vous croyez toujours en vous parce que si ce n'est pas le cas, si vous pensez que vous n'êtes pas capable de gagner, alors vous devriez définitivement rester chez vous. Mais, en avoir la confirmation, avoir ce résultat qui le prouve, ça compte dans notre monde. Combien de points, combien de courses, combien de victoires vous pouvez remporter... c'est le principe de ce jeu. Et obtenir cette première victoire m'a donné confiance. J'ai toujours su que j'en avais les capacités. Mais maintenant, c'est fait, je veux simplement y parvenir encore et encore!"

Rien n'aurait été possible si Valtteri Bottas n'avait pas été contacté en urgence par Mercedes pour remplacer le retraité Nico Rosberg.

"Quand j'ai signé mon contrat, alors, j'ai réalisé... c'est difficile à expliquer, mais j'étais bien sûr très heureux. Et ensuite, conduire la voiture pour la première fois, alors vous réalisez que ça arrive vraiment. Bien sûr, c'est un rêve qui devient réalité pour moi - conduire pour une équipe comme celle-là. Je suis très fier d'en faire partie. Elle a fait un travail incroyable ces dernières années, mais même dans toute l'histoire de la F1 et de la course auto. Maintenant, j'en ai appris bien plus sur Mercedes et Daimler, donc je me sens très fier, et j'ai vraiment hâte d'écrire aussi l'histoire de cette équipe."

La F1 W08 est, avec la Ferrari, la meilleure monoplace du plateau. A quoi tient la compétitivité de cette voiture selon Valtteri Bottas?

"Voir le processus de développement de la voiture, voir tous les détails derrière sa conception, à quel point cela importe... oui, je pense que tout se joue dans les détails, tout est une question de petits détails. Je souriais vraiment quand j'ai conduit la voiture pour la première fois, c'était quelque chose dont je n'avais jamais fait l'expérience: ce niveau d'adhérence, de stabilité... J'étais très heureux après mes premiers tours."

"Comparé à Williams, Mercedes est une équipe bien plus importante, avec beaucoup plus d'employés, ce qui signifie plus de ressources, plus de possibilités pour aller creuser dans les détails dans tous les domaines. Quand l'équipe est plus grande, quand les ressources sont plus importantes, vous pouvez réagir plus rapidement."

Valtteri Bottas a également la chance de côtoyer Lewis Hamilton, Toto Wolff ou encore Niki Lauda, de grandes figures de la discipline.

"Toto est le boss! Je le connais depuis longtemps, il m'aidait pour ma carrière depuis très longtemps. Il n'est plus impliqué dans mon management bien sûr, ce pourrait être un conflit d'intérêt sinon. Je pense qu'il est un leader formidable."

"Conduire aux côtés de Lewis est un défi formidable, et que j'apprécie. J'ai toujours voulu avoir un coéquipier très rapide et difficile à battre. Donc je suis vraiment très heureux d'être l'équipier de Lewis, et j'ai hâte de disputer le reste de la saison face à lui."

"Quant à Niki... c'est une légende. Bien sûr, c'est un grand nom de la course. Il a aussi un sens de l'humour génial, c'est vraiment un gars amusant. Je ne le savais pas avant de signer ici. Mais c'est un gars très sympathique, il me soutient beaucoup."
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Red Bull pourrait arbitrer la lutte pour le titre cette année
Red Bull a apporté des évolutions franches à sa monoplace lors du dernier Grand Prix. Mais même avec ces nouvelles armes, l'écart entre Ferrari et Mercedes est toujours conséquent. Christian Horner, même s'il reste réaliste sur la situation actuelle de son écurie, se montre plutôt satisfait de ces nouvelles pièces et du gain ainsi offert à la RB13.

"A Barcelone, nous avons apporté un package raisonnablement significatif. Les premières indications sont raisonnablement positives, mais il faut encore attendre pour avoir un verdict définitif. A Barcelone, nous avons procédé à de nombreux changements de réglages pour voir ce qui fonctionnait le mieux. Et ça a bien marché pour nous, suffisamment pour que Daniel signe un podium. Et je pense que Max aurait aussi eu une bonne course, puisque le souvenir de sa source de l'an dernier l'inspirait fortement", confie-t-il au site officiel de la F1.

"D'habitude, si vous amenez quelque chose de plus important, le tout fonctionne rarement de manière immédiate dans la voiture. Tout doit fonctionner en conjonction et en harmonie avec toutes les autres pièces. Mais nous pouvons déjà voir que nous étions déjà plus proches. Seulement deux dixièmes derrière Ferrari et à environ 6 dixièmes de la meilleure marque de Mercedes. Et notre sentiment, c'est clairement qu'il y a plus de potentiel à venir, et nous verrons s'ouvrir plus d'options à exploiter dans les prochaines courses."

En Australie, Red Bull était 1,8 seconde derrière la pole de Mercedes, mais seulement 8 dixièmes à Bahreïn. Horner rappelle que cet écart est "remonté à 1,2 seconde en Russie en raison de la nature du circuit", mais se félicite de voir que Red Bull est maintenant revenue à 6 dixièmes, "une base sur laquelle nous pouvons travailler".

Les futurs progrès naîtront de la prochaine évolution du moteur Renault, dont la date d'introduction n'est pas encore connue.

"L'évolution semble être toujours en cours de développement. Ils disent qu'elle viendra pour le troisième moteur et cela dépend donc de l'introduction de ce moteur. Bien sûr, nous souhaiterions l'avoir le plus tôt possible. Nous espérons que ce sera pour Montréal. Nous allons à l'église chaque dimanche pour prier pour que ce soit le cas!"

"Nous pouvons seulement nous concentrer sur nous-mêmes. Et nous faisons du mieux que nous pouvons avec les ressources que nous avons. Je ne doute pas que la deuxième moitié de saison sera bien plus solide pour nous. Je pense vraiment que la deuxième moitié de saison rebattra les cartes en notre faveur."

Malgré tout l'optimiste de Christian Horner, force est de constater que Red Bull ne peut pour le moment pas jouer autre chose que la 3ème place du classement des constructeurs...

"Nous sommes un peu dans un no-man's land. Nous essayons de commencer à jouer avec les cadors! Et si nous y parvenons, alors, probablement qu'un de nos pilotes pourrait dicter ce qui arrivera au Championnat des Pilotes. Parce que si vous avez 5 ou 6 pilotes qui se battent pour la victoire en Grand Prix, la dynamique devient sensiblement différente."

"Nous avons aussi démontré l'an dernier que nous pouvions être des phénix! Il y a un an, exactement, nous avions le même nombre de points en arrivant à Barcelone et nous avons réussi à rattraper et à battre Ferrari. Personne ne s'y attendait au début de la saison 2016. Donc les choses peuvent rapidement changer. Et l'un des facteurs-clefs pour nous, l'an dernier, c'était l'évolution moteur à Monaco."

Christian Horner semble largement renvoyer la balle dans le camp de Renault, mais n'a-t-il pas aussi son propre mea culpa à faire sur le châssis de sa Red Bull?

"Ce fut un changement massif de règlement et nous devons dire que Ferrari et Mercedes ont fait un meilleur travail que nous, dans l'interprétation et l'exploitation de ces règles. Nous avions quelques problèmes de corrélation que nous comprenons désormais. Nous avons maintenant un bon programme de développement, mais bien sûr, nous devons travailler deux fois plus dur pour rattraper notre retard."

La Red Bull se développe maintenant pleinement avec le concours d'Adrian Newey. Horner s'attend-t-il à ce que l'ingénieur vedette des paddocks enchante la RB13 d'un coup de baguette magique?

"Je ne le crois pas. Oui, Adrian partageait son temps entre Red Bull Advanced Technologies et la F1, mais il a travaillé très dur sur cette voiture, et il a une équipe incroyablement talentueuse autour de lui."
source: Nextgen-Auto.com

Palmer - Tout le monde à l'usine est derrière moi
Jolyon Palmer connaît un début de saison extrêmement compliqué. Alors que Nico Hülkenberg commence à marquer de gros points pour Renault (une 6ème place en Espagne), l'Anglais n'est lui encore jamais rentré dans les points cette saison. Il n'a d'ailleurs jamais terminé plus haut que la 13ème place. En Espagne, il était même 15ème, à des années-lumière de son coéquipier.

La tension commence-t-elle à se faire vive dans l'usine Renault même? Palmer assure aujourd'hui le contraire. L'écurie d'Enstone continuerait de le soutenir du mieux qu'elle le peut.

"J'ai parlé à beaucoup de gens dans l'équipe et ils me soutiennent vraiment. Bien sûr, tout le monde est un peu frustré de cette situation, mais tout le monde est derrière moi."

"Je connais l'équipe depuis un moment maintenant donc c'est sympathique d'avoir leur soutien. Mais au bout du compte, je me mets assez de pression sur moi. Je veux faire du bon travail pour l'équipe et aussi pour moi."

Jolyon Palmer assure qu'il apprend énormément de ses propres erreurs - qui ne sont d'ailleurs pas rares cette saison.

"Je veux simplement comprendre ce qui s'est mal passé, et quand vous comprenez cela, alors, vous devez vous assurer que ça n'arrive plus. Ensuite, vous passez à la prochaine course, vous avez appris vos leçons, et c'est un nouveau départ, un nouveau week-end, et tout peut arriver."

"Il y a trois sessions d'essais libres, des qualifications et une course à disputer. Si nous faisons tout bien, nous aurons alors un bon week-end."
source: Nextgen-Auto.com

Prost est plein d'éloges pour Esteban Ocon
Esteban Ocon a impressionné lors de ses cinq premières courses chez Force India.

Au volant d'une monoplace performante, le Français n'a pas déçu et est à chaque fois rentré dans les points, comme son équipier Sergio Pérez, une vraie référence. A Barcelone, il a même terminé à la 5ème place.

Selon Alain Prost, quadruple Champion du monde et consultant de Renault, Ocon est bien promis à un brillant avenir.

"Il est déjà presque dans la cour des grands, car Pérez c'est quand même un vrai client. On l'a très bien vu avec Hülkenberg quand ils étaient équipiers. Cela fait 15 courses d'affilée que Pérez termine dans les points. Donc c'est bien qu'Esteban l'ait comme équipier, car c'est un pilote solide, une référence. Et pour quelqu'un qui n'est encore quasiment qu'un rookie en F1, Esteban est en train de nous montrer quelque chose de très beau, de très solide", commente Prost au micro de 'Canal+'.

Le Professeur en a ajouté une couche sur 'Europe 1'.

"On a une génération de jeunes pilotes Français, sans les citer, qui me paraissent très, très bons", dit-il. "Esteban montre des choses vraiment très intéressantes. Après, il faut voir ce jeune pilote dans des équipes de pointe des grands constructeurs pour pouvoir gagner. Mais je suis assez confiant."

Alain Prost estime que l'on pourrait enfin revoir un Champion du monde français "dans pas très longtemps".
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen se sent toujours aussi bien chez Haas
Kevin Magnussen admet qu'il apprécie beaucoup l'ambiance chez Haas, une ambiance beaucoup moins oppressante que chez McLaren ou Renault, ses deux précédentes équipes.

Est-ce que cela suffira à enfin faire décoller le Danois en Formule 1? Il l'espère en tout cas.

"J'ai un très bon sentiment sur l'équipe, depuis que je suis arrivé. Chez Haas, tout le monde est très ouvert. C'est relax, les gens ont envie de réussir, ils sont motivés et passionnés. Ils sont comme moi et j'ai toujours le même sentiment quelques mois après", explique Magnussen.

"C'est toujours bon de constater que votre première impression est la bonne, que l'esprit d'équipe est bien réel. Tout le monde fait vraiment partie de l'équipe et le ressent ainsi. C'est à la fois nécessaire et important, c'est très utile."

Bien évidemment l'ambiance ne fait pas tout. Les résultats sont aussi importants et, pour cela, il compte sur d'autres évolutions en cours de saison.

"C'est bien de voir que l'équipe va continuer à pousser le développement. Nous allons voir les résultats des analyses des pièces apportées à Barcelone pour voir quelle direction prendre pour le reste de la saison."

"C'est prometteur en tout cas", conclut le Danois.
source: Nextgen-Auto.com

Horner doute de voir Mercedes aider Honda
Les discussions semblent se poursuivre dans le paddock de la Formule 1 pour que Mercedes puisse aider, d'une manière ou d'une autre, Honda, dans le cadre de la convergence des performances des moteurs instaurée par la FIA.

Toto Wolff a pourtant rejeté l'idée cette semaine et Christian Horner, le patron de Red Bull, doute que cela se produise également.

"Je serais très surpris si cette aide à Honda de la part de Mercedes arrive", déclare le Britannique.

"Honda a recruté Mario Illien, une personne très capable qui, à mon avis, sera en mesure de résoudre leurs problèmes."

Lorsqu'on lui demande si Mercedes pourrait aussi venir en aide à Renault (les deux constructeurs ont de forts accords industriels), Horner doute là aussi.

"Renault et Mercedes? Le problème ce serait Red Bull!", dit-il. Aider Renault reviendrait en effet à aider l'équipe autrichienne également.

Cette discussion sur les moteurs risque de durer encore quelques années, le temps que la règlementation de 2021 (qui reste à définir) soit en place. Horner rappelle que Red Bull a plaidé pour que ces règles puissent favoriser l'arrivée d'un motoriste indépendant tel que Cosworth ou Ilmor.

"Il semble qu'il y ait des discussions saines entre Ross Brawn, la FIA et les différents motoristes, que ce soient les constructeurs ou les indépendants. La Formule 1 a vraiment besoin de résoudre ce problème de moteur, c'est une clé pour l'avenir du point de vue des coûts, des performances, du son et du spectacle. Ce sont les problèmes à résoudre, vraiment."

"Je suis certain que Liberty veut vraiment un moteur indépendant et compétitif parce que cela ne donnerait pas autant de pouvoir aux motoristes. Parce qu'ils peuvent dire à tout moment 'on s'en va' et cela laisserait des équipes sans moteur."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso se place à nouveau 4ème à Indy avant les qualifs
C'était le "Fast Friday" hier à Indianapolis, une journée dédiée traditionnellement à la recherche de la performance avant les qualifications de ce week-end (sur 2 jours).

Et Fernando Alonso a de nouveau réussi à s'illustrer avec un nouveau 4ème temps pour sa McLaren-Honda de l'équipe Andretti avec une vitesse moyenne de 373 km/h lors de cette 5ème journée d'essais.

A noter que la meilleure vitesse revient à Sébastien Bourdais, qui court chez Dale Coyne Racing, avec 375,1 km/h de moyenne sur l'ovale.

"Dans la voiture, à la fin de la journée, vous ne vous rendez pas compte de la vitesse entre deux tours, si vous avez réussi à être 5 ou 10 km/h plus vite. Mais vous voulez toujours grapiller le km/h en plus parce que les écarts sont très faibles", commente Alonso.

"C'était donc une bonne journée pour moi avec le 4ème temps même si cela a été un peu stressant avec la pluie qui menaçait de tomber. Nous avons donc essayé de compléter le plus de tours possibles."

"A la fin de la séance, j'ai pu faire deux simulations de qualification en plus et je suis assez heureux. Maintenant j'espère une bonne qualification demain."
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg - Monaco devrait nous convenir
Dans la foulée du meilleur résultat de l'histoire de l'équipe Renault F1, avec sa sixième place en Espagne, le résident monégasque Nico Hülkenberg retrouve un terrain familier lui offrant toujours plus de confiance pour augmenter son compteur.

"Il n'y a pas deux circuits comme Monaco. C'est le moment fort de l'année. C'est unique et particulier dans tous les sens du terme. Il me tarde vraiment d'y être puisqu'il s'agit probablement du Grand Prix le plus glamour du calendrier. Aucun autre endroit ne procure autant de frissons et de sensations", confie le pilote allemand.

Il recense de nombreux défis à relever dans la Principauté.

"Ce n'est pas la piste la plus exigeante physiquement, mais il faut vraiment se concentrer et être très précis. Les vitesses sont faibles, tout comme les forces G, mais on est vraiment sollicité, d'où l'importance d'être concentré. Une erreur vous met dans le mur et achève votre course. Tout repose sur la confiance pour le pilote. Les dépassements sont durs, mais c'est une épreuve passionnante et un immense challenge. J'adore vraiment piloter à Monaco."

Est-il confiant avant ce week-end, qui pourrait convenir davantage à sa Renault R.S.17 que les précédents Grands Prix?

"Le tracé devrait nous convenir, notamment avec les pneus super tendres et ultra tendres", reconnait-il. "J'ai hâte d'être à dimanche et je vise évidemment un beau résultat. J'y avais été assez performant l'an passé et les nouvelles voitures apporteront encore plus de sensations. Il faut un bon rythme, être en harmonie avec soi et à l'aise avec la monoplace. Il peut être difficile d'y gagner du temps, mais j'ai bien réussi ces dernières années. Espérons donc une autre prestation solide!"

La clé de la réussite sur une piste en ville telle que Monaco? La patience..

"On doit y aller pas à pas, séance après séance. La chose à éviter à tout prix est le mur. Cela mine la confiance. En qualifications, on atteint un sommet en prenant davantage de risques, en se rapprochant des rails et en frôlant vraiment les limites. Les rues sont néanmoins nos hôtes et nous savons ce que cela implique. Il faut raison garder et être pleinement concentré sur notre tâche."

Et l'Allemand souligne à quel point il est agréable de courir à quelques centaines de mètres à peine de son quartier de résidence.

"Je fais régulièrement du scooter et du vélo sur le circuit, parfois même dans le tunnel! C'est un peu bizarre de rentrer chez soi chaque soir entre les sessions, mais cela change de la routine habituelle!"
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen - Le virage de la Piscine sera le plus chaud de l'année
Contrairement à Barcelone, Max Verstappen n'a pas de souvenir mémorable de son Grand Prix de Monaco avec Red Bull l'an dernier.

Après avoir gagné en Espagne, pour son premier Grand Prix avec l'équipe autrichienne, il avait commis plusieurs fautes et accidents en Principauté en 2016. Cette année, il espère bien se rattraper.

"Il est impossible de faire un tour sans risque à Monaco, cela n'existe pas. Parce que pour y être rapide, vous devez forcément être à la limite. Le crash de l'an dernier (en course) a été très malchanceux mais cela n'a pas d'impact sur ma confiance au moment d'y retourner", assure le Hollandais.

"Cela me donne juste envie de faire mieux cette année et d'apprendre de mes erreurs. Nous avons encore beaucoup à apprendre sur notre voiture en matière de réglages, elle est en développement constant et nous ne l'avons pas encore pilotée sur un circuit sinueux et étroit pour le moment."

"La préparation pour Monaco est un peu différente", ajoute Verstappen, "parce qu'il faut peu à peu trouver le bon rythme au fur et à mesure du week-end. Il est important d'aller tutoyer les limites de manière prudente. Et avec les nouvelles Formule 1 de cette année, je pense que l'enchainement de la Piscine sera le virage le plus chaud de l'année!"

Comme un certain nombre de pilotes, Verstappen est aussi devenu Monégasque d'adoption.

"Je vis à Monaco depuis un peu plus d'un an maintenant et j'apprécie cela à chaque minute. J'ai une bonne bande d'amis, nous nous amusons toujours beaucoup. C'est aussi agréable de pouvoir s'entrainer sous le soleil de la Méditerranée et profiter de la vie nocturne... lors de l'intersaison, bien entendu!"
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.