En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 21 Mai 2017

Le retour de la Westschleife incertain au Red Bull Ring
Depuis l'an dernier, l'espoir de voir la célèbre Westchleife réintégrer le Red Bull Ring faisait rêver les fans et les pilotes.

Le retour du tracé initial du circuit de Spielberg était très attendu depuis l'an dernier, depuis qu'il a été évoqué publiquement que les travaux avaient commencé. Le sujet avait été même abordé lors de la conférence des pilotes lors du Grand Prix d'Autriche 2016, et les pilotes avaient accueilli la nouvelle avec un grand enthousiasme.

Mais concrètement, les choses ne sont pas aussi simples qu'Helmut Marko, consultant de Red Bull, le souhaitait.

"Il y a des entraves bureaucratiques, et le fait est que les travaux ne peuvent pas commencer en ce moment."

L'homme de confiance du fondateur et propriétaire de Red Bull, Dietrich Mateschitz, explique ce qu'il aimerait avoir à sa disposition afin que les travaux de la Westschleife puissent enfin se réaliser.

"Pour donner un exemple concret: qu'il n'y ait pas un mouchard (sic) payé par la région qui porte plainte, 1 minute après 18h, parce que son appareil de mesure a enregistré un dépassement de un décibel", dit-il en fulminant, en référence aux lois strictes concernant le bruit dans le pays.

L'Autrichien de 74 ans ne comprend pas qu'il y ait pu avoir une telle déconvenue de la part de l'administration de la Styrie, région où se trouve le Red Bull Ring.

"La région a besoin de faire preuve d'un autre état d'esprit. Combien d'emplois ont été créés ici? Combien d'investissements ont été opérés? Combien d'hôtels, combien de bâtiments, combien de terrains ont été l'objet d'une réévaluation? On doit continuellement se battre face à une résistance étrange, et on se demande pourquoi..."

Un des problèmes qui s'oppose au projet - s'élevant à des centaines de millions d'euros - et dans lequel Volkswagen et KTM seraient aussi impliqués en plus de Red Bull: une poignée d'habitants et le ministère de l'environnement de la République d'Autriche. Mais Marko garde tout de même un espoir de voir le chantier reprendre.

"Nous aurons bientôt une nouvelle élection (un nouveau parlement le 15 octobre) et la réduction de la bureaucratie du pays est un sujet discuté de toute part. Ce sera la condition requise pour qu'il y ait enfin une grande chance que le retour du tracé originel de Spielberg (incluant la Westschleife) revienne."
source: Nextgen-Auto.com

Long terme contre court terme, Brown louange Liberty et tacle CVC
Zak Brown, le directeur exécutif de McLaren, traverse actuellement une passe extrêmement difficile. Tel n'est cependant pas le cas de la Formule 1 en général, revigorée par l'arrivée des nouveaux propriétaires de Liberty. Spécialiste de marketing, l'Américain n'ignore rien des défis à venir mais se montre particulièrement optimiste sur l'arrivée de ces nouveaux investisseurs.

"Nous avons une période favorable devant nous. Les précédents propriétaires étaient des propriétaires financiers avec un horizon à court terme, qui n'étaient pas investis dans le sport. Ils n'étaient pas des mauvais gars mais après 10 années sans investissements, c'est excitant d'avoir un expert des médias et du sport avec une vision à long terme."

La F1 est de plus en plus diffusée sur des chaines payants - Sky Sports Outre-Manche ou Canal+ en France, jusqu'en 2020. N'est-ce pas un problème pour augmenter et populariser l'audience de la discipline? Zak Brown ne le croit pas.

"Le sport maintenant est consommé de tant de différentes manières. Du moment que la baisse de l'audience TV est compensée par une bonne augmentation de l'audience dans d'autres médias, ce n'est pas une perte d'audience, c'est un transfert vers des formes différentes. Nous ne perdons pas des consommateurs, nous avons simplement des consommateurs qui consomment d'une manière différente."

L'un des chantiers de Liberty Media est de considérablement renforcer la F1 Outre-Atlantique. Zak Brown, lui-même citoyen d'Amérique, ne peut qu'approuver.

"Des entreprises de taille mondiale sont basées en Amérique du Nord parce qu'elles ont un débouché vers les USA. Il y a beaucoup plus d'entreprises mondiales, basées aux USA, qui pourraient être probablement en F1, mais la F1 n'est pas assez présente aux USA. Ce dont les Etats-Unis ont besoin, c'est d'une deuxième course. C'est une priorité stratégique pour la F1. Je ne pense pas que nous le verrons en 2018 mais peut-être en 2019."

"La F1 est basée en Europe et tend à courtiser des entreprises en Europe. Je pense que vous trouverez beaucoup de gens dans le paddock qui n'ont jamais assisté à des courses de NASCAR. Nous pouvons tous apprendre des autres. Le sport américain se concentre plus sur le divertissement. Commercialement, cela inclut les sponsors et ces sponsors sont davantage intégrés dans le sport. C'est la différence la plus importance avec, disons, le rugby et la NFL, ou la F1 et la NASCAR. Les sponsors sont plus impliqués dans la définition du sport même, et nous pouvons apprendre de ce genre de choses."
source: Nextgen-Auto.com

Les pilotes Haas F1 ne se font pas de souci pour Jenson Button à Monaco
L'engagement de Fernando Alonso à Indy 500 fait beaucoup parler de lui, d'autant plus que l'Espagnol semble compétitif et peut effectivement envisager une lutte pour la victoire dimanche prochain.

Romain Grosjean salue le courage de son ancien équipier chez Renault.

"C'est assez incroyable et il s'est bien débrouillé lors des essais. Indy 500, c'est vraiment une super course. Elle est sympa mais je ne suis pas certain de pouvoir la regarder. C'est juste après l'arrivée à Monaco. Mais c'est certain, je regarderai les temps forts de la course", déclare le Français.

A Monaco, Grosjean retrouvera donc sur la grille de départ un autre vétéran, dans le baquet de la McLaren laissé vacant par Alonso, Jenson Button. Il a quelques conseils.

"La première chose qu'il devra faire c'est s'habituer à la largeur de ces nouvelles F1 (20 centimètres de plus, ndlr). Surtout à Monaco, un circuit très étroit. Mais Jenson est un grand champion, il a été Champion du monde et il sait ce qu'il fait. Il va vite être dans le coup. Peut-être que nous pourrions tirer un avantage qu'il n'a pas d'expérience de sa nouvelle F1, lors des premiers essais libres. Mais je suis certain qu'il sera très vite dans le bon rythme."

Son équipier, Kevin Magnussen, a aussi côtoyé l'Anglais pendant un an chez McLaren.

"Je connais Jenson et je sais que tout ira bien pour lui. Ces monoplaces se comportent un peu différemment de celles qu'il a connues en 2016, il y a bien plus d'adhérence, surtout dans les virages rapides. Mais il y en a peu à Monaco. Il sentira tout de même la différence. Mais ça reste une voiture de course, avec 4 roues et un volant. Jenson n'aura pas de souci."
source: Nextgen-Auto.com

Mick Schumacher - Je n'avais d'yeux que pour mon père
Avec ses sept titres de Champion du monde et ses nombreux records en Formule 1, Michael Schumacher a fait rêver des milliers de fans. Un d'entre eux est particulièrement "fier" de tout ce que le Baron Rouge a accompli dans sa carrière: son fils, Mick.

"Il était le meilleur de son époque et il est toujours le meilleur", déclare-t-il.

"C'est la raison pour laquelle mon père est mon modèle - et que je suis fier de ses succès."

Un exemple très inspirant: le jeune pilote, qui continue de faire son expérience en Formule 3, ne veut pas seulement pouvoir piloter en catégorie reine.

"Pour être tout à fait honnête: devenir Champion du monde de Formule 1 est pour moi le but ultime. Quand j'ai décidé une chose, je veux vraiment la faire. J'adore la course et quand tu gagnes des championnats, cela t'apporte encore plus que le pilotage pur."

A Monza, Mick Schumacher est monté pour la première fois sur un podium de cette saison 2017 de Formule 3.

"Pour le moment, je me concentre sur moi-même, j'essaie de donner le meilleur de moi-même en Formule 3 et j'essaie de montrer ce que je suis capable de faire. Ensuite, j'espère qu'un jour je piloterai en Formule 1."

Le jeune Allemand révèle qu'il apprécie regarder des vidéos du temps où son père rivalisait avec Mika Häkkinen.

"Aujourd'hui, je regarde volontiers des courses d'avant, afin d'apprendre - par exemple, pour voir quelles stratégies réussissaient à l'époque."

Mick Schumacher avoue que, lorsque son père a remporté pour la dernière fois un championnat de F1, il n'a pas vraiment réalisé ce qu'il se passait sportivement sur la piste. C'était en 2004 et il n'avait à l'époque que 5 ans.

"Je n'avais d'yeux que pour mon père..."
source: Nextgen-Auto.com

Stroll explique son début de saison difficile
Lance Stroll admet qu'il a encore beaucoup à apprendre en Formule 1, après un début de saison très difficile pour le jeune débutant.

Le Québécois est certes passé de peu à côté de son premier point, en Russie, mais, en Espagne, c'était un nouveau week-end difficile sur un circuit qu'il connaissait pourtant bien.

"Je sais qu'en Formule 1 il y a beaucoup de différences, d'un circuit à l'autre. Il y a différents niveaux d'adhérence, des gommes différentes, il faut donc savoir remettre les choses à zéro à chaque week-end et repartir de là. Mais je me sens de plus en plus à l'aise. Il faut que je parvienne maintenant à consolider tout ça même si j'ai encore beaucoup à apprendre. Je ne doute pas que cela va finir par payer", commente Stroll.

Le pilote Williams reste malgré tout satisfait, à titre personnel, de son évolution.

"D'une certaine façon je suis heureux. Bien entendu il n'y a pas encore les résultats, j'ai joué de malchance et j'ai fait des erreurs. Cela fait partie de mon apprentissage. Mais la confiance est de plus en plus présente. A chaque fois que je monte en piste, je me sens mieux."

"Je dois considérer 2017 comme une année d'apprentissage. C'est très difficile. Les pneus sont très durs en Formule 1 par rapport aux capacités des voitures. Cela me change beaucoup de ce que j'ai appris avant. C'est très exigeant du coup en termes de pilotage et je dois donc assimiler ça au mieux."

"Tout cela ne m'empêche pas de pousser au maximum parce que je suis là pour courir contre les autres. Je ne suis pas seulement à l'école."
source: Nextgen-Auto.com

Intimidant, effrayant et grisant, Monaco selon Ricciardo
Daniel Ricciardo revient à Monaco mais cette fois-ci, son espoir de signer la pole position en Principauté est bien moindre que l'an passé. Il faut dire que la Red Bull ne bénéficiera pas de l'évolution moteur Renault à ce stade de la saison (ce fut le cas en 2016). Mais peu importe: le châssis de la Red Bull ne permet pas, à la régulière, de lutter contre Ferrari et Mercedes.

L'Australien disputera d'ailleurs, comme la plupart de ses homologues, une course à domicile en Principauté.

"En théorie je pourrais marcher pour aller au travail, c'est toujours un petit bout de chemin, mais ce serait possible. Heureusement pour moi, nous avons des bateaux pour aller à l'Energy Station, ce qui est un changement sympathique. Etre capable de dormir dans son propre lit, sans se plaindre du bruit, c'est aussi formidable."

"Monaco est définitivement mon circuit favori, c'est si serré et intimidant! Vues de l'extérieur, certaines séquences semblent impossibles à réaliser aux vitesses où nous allons. Une fois que vous êtes dans la voiture, c'est un sentiment incroyable. Si vous embrassez le mur, ça vous donne en fait envie de le refaire, alors que ça devrait vous effrayer. Le spectacle de l'ensemble du week-end rend le Grand Prix vraiment unique et spécial."

En 2016, après avoir signé la pole position, Daniel Ricciardo avait pourtant perdu la première place à la suite d'une stratégie manquée de Red Bull, qui a perdu énormément de temps à trouver les bons pneus dans le garage.

"L'an dernier, ce fut décevant pour moi, puisque je sentais que nous pouvions vraiment gagner par nos propres moyens. Je suis assez vieux et mature pour mettre tout cela derrière moi. J'ai hâte de ressentir à nouveau ce que j'ai ressenti l'an dernier. Je ne pense pas que j'aurais pu aller plus vite sur mon tour de pole. Personnellement, je pense que ce tour s'était vraiment bien passé, ce fut l'un des meilleurs tours de ma carrière."

"Si je gagne, le trophée restera avec moi: je ne veux pas de réplique!"
source: Nextgen-Auto.com

Silverstone va rompre son contrat actuel avec la Formule 1
Silverstone n'a pas le choix et devra rompre en juillet, par anticipation, le contrat signé jusqu'en 2026.

Chase Carey l'a annoncé: il ne compte pas renégocier l'accord signé à l'époque par Bernie Ecclestone. Le nouveau patron de la F1 est prêt à aider Silverstone à être plus attractif mais il n'est pas question de réduire la facture annuelle.

Le circuit anglais devrait donc annoncer, en juillet, exercer sa clause de sortir qui lui permet d'arrêter l'organisation, sans pénalité financière, du Grand Prix de Grande-Bretagne, après l'édition 2019.

"Nous avons été clairs avec le management de la Formule 1: nous ne pouvons plus assumer le contrat actuel au-delà de 2019", confirme le directeur du circuit, Stuart Pringle.

"Nous avons beau attirer la foule et nous vendons presque tous les billets à très bon prix. Malgré cela, nous ne nous en sortons pas."

Silverstone a en effet perdu près de 4 millions d'euros en 2015. Et même si le Grand Prix 2016 est à peu près à l'équilibre, cela ne tiendra pas longtemps: dans le cadre du contrat actuel, le prix du plateau ne cesse d'augmenter de près d'un million d'euros par an jusqu'en 2026.

"Liberty a de grandes idées et nous soutenons leurs plans pour un meilleur spectacle, une meilleure expérience pour les fans. Mais cela va certainement prendre des années avant que les circuits en profitent. Nous n'avons malheureusement pas le luxe d'attendre."

"Nous devons agir avec des certitudes, pas des possibilités. J'espère sincèrement que nous n'en aurons pas fini en 2019 avec les Grands Prix à Silverstone."

Silverstone espère, en cassant son contrat actuel, pouvoir en renégocier un autre à partir de 2020. La balle est de nouveau dans le camp de Liberty Media... qui en profiterait bien pour tenter de mettre en place un Grand Prix à Londres!
source: Nextgen-Auto.com

Prost sera à Cannes pour présenter le film sur sa vie
Comme nous vous le rapportions en mars 2016, il y a un eu plus d'un an, Alain Prost fera l'objet d'un film, un long métrage réalisé par Julien Leclercq (films Gibraltar et Braqueurs). Le film, qui s'appellera tout simplement "Prost", est produit par Labyrinthe Films et Mars Films.

Nous en savons aujourd'hui un peu plus: le biopic sur le quadruple Champion du monde de F1 sera bien tourné cette année, à partir du mois d'août, à Magny-Cours.

C'est ce qui a été confirmé ces derniers jours et Alain Prost sera présent demain à Cannes pour présenter le projet en compagnie de l'équipe du film dont Leclercq, le réalisateur et Julien Madon, le producteur.

Ce "biopic" passera en revue toutes les étapes de sa vie, de son enfance jusqu'à sa dernière saison en 1993, sans oublier son célèbre duel avec Senna.

Qui incarnera Alain Prost sur grand écran? Il s'agit de Guillaume Gouix (Les Anarchistes, Enragés, Les Revenants, Braqueurs). Olga Kurylenko et Ana Girardot joueront les deux épouses du quadruple Champion du monde. Richard Berry sera également au casting. Reste une grande inconnue: qui jouera le rôle d'Ayrton Senna? Cela n'a pas encore été décidé.

Julien Madon en dit un peu plus sur le déroulement de ce film.

"C'est une histoire en deux parties. Dans la première, nous verrons la vie d'Alain à travers la relation qu'il avait avec son frère Daniel, qui était passionné de course. Il est décédé à l'époque où la bataille Senna-Prost a commencé, ce qui constitue la 2ème partie."
source: Nextgen-Auto.com

Indy 500 - Alonso qualifié pour le Fast 9, multiples fractures pour Bourdais
Fernando Alonso a réussi sa journée d'hier à l'Indy 500: pour la première des deux journées consacrées aux qualifications, il a réussi à se qualifier 7ème (à voir ici) et il participera donc au "Fast 9", qui réunit les pilotes les plus rapides, pour tenter de signer la pole aujourd'hui.

Mais l'évènement malheureux de cette qualification reste l'accident terrible du Français Sébastien Bourdais, ancien pilote Toro Rosso en F1, devenu par la suite multiple champion en Indycar.

Sa voiture est partie en survirage dans le virage n°2, le Français l'a rattrapée mais il est allé droit dans le mur en conséquence. Sa voiture du Dale Coyne Racing - Honda, a fait un tonneau et s'est remise sur ses roues. Bourdais est resté conscient et les secours sont rapidement intervenus.

Durant la nuit, le verdict est tombé: le Français souffre de plusieurs fractures au niveau du bassin et une au niveau de la hanche droite. Bourdais a déjà subi une première opération à l'IU Health Methodist Hospital à Indianapolis, destinées à réduire ces fractures au bassin.

De son côté Alonso a dépassé la barre des 230 miles / heure sur une moyenne de 4 tours avec sa McLaren Honda Andretti, suffisant pour participer à la phase finale des qualifications ce dimanche.

"Et pourtant j'aurais pu améliorer un peu", commente Alonso. "Je n'ai pas sorti le maximum de la voiture. Mais je continue à apprendre et ces leçons me serviront pour demain. Il y a plus à venir, je n'ai notamment pas été au top du potentiel de la voiture dans le 3ème et le 4ème tour."

"Nous devons revoir le niveau d'appuis aérodynamiques selon les conditions. Aujourd'hui il a fait assez chaud et cela a eu un impact. Concernant les autres réglages de la voiture, nous y sommes plus ou moins, c'est du détail maintenant afin d'être plus constant et plus à l'aise."

Alonso a donc une seule chose en vue: la pole.

"Tout le monde va aller plus vite encore dimanche. Nous aussi, nous essayerons d'être un peu plus compétitifs encore. Vous pouvez être certain que je vais aller chercher la pole."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.