En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 24 Mai 2017

Vettel estime qu'il aurait pu gagner toutes les courses
Le début de saison de Ferrari a été très bon mais selon Sebastian Vettel, la Scuderia avait le niveau pour remporter les cinq premières courses. Ayant terminé uniquement premier et deuxième lors de ces courses, l'Allemand estime avoir marqué les points qu'il mérite.

"Le plus important est que nous étions au niveau lors de chacune des cinq courses" estime Vettel. "Je pense que nous aurions pu gagner les cinq si les choses s'étaient passées différemment, mais ça n'a pas été le cas. Nous étions parfois du bon côté de la chance, parfois non, mais nous avons une longue saison qui nous attend et je pense que ce genre de choses s'équilibre."

"Nous avons eu des vendredis médiocres, des samedis difficiles, mais nous étions toujours présents en course, ce qui montre que nous avons un bon ensemble et que nous faisons bien les choses. Je pense que nous avons les points que nous méritons jusqu'ici."

Pour lui, le plus important est désormais de rester dans la même dynamique et de signer des résultats en adéquation avec le début de saison, d'autant que la course au développement sera acharnée cette année.

"Nous sommes très heureux de notre début de saison et nous avons maintenant besoin de nous assurer que nous restons à ce niveau. Nous ne sommes pas heureux d'être derrière ou d'être à un niveau similaire, ce qui est toutefois meilleur que les années précédentes, mais nous voulons être devant" affirme Vettel.

Il aborde Monaco de la même manière qu'il a abordé chacune des courses cette saison puisque la voiture a prouvé être polyvalente: "Nous n'avons rien à craindre mais Mercedes était très forte ici les dernières années, donc ce sera l'équipe à battre. Je suis toutefois confiant quant à nos chances."
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg - Difficile de repousser ses limites à Monaco
Nico Hülkenberg a réalisé un très bon début de saison avec Renault en finissant trois fois dans les points et en atteignant à trois reprises la Q3. Un début de saison inattendu tant la Renault semblait en difficultés lors du début de saison, surtout en rythme de course.

"Le Grand Prix d'Espagne a été très bon pour nous bien que j'ai eu de l'aide de certains de mes collègues" déclare-t-il en référence aux accidents qui ont émaillé la course. "La situation est bonne, l'équipe est motivée et travaille dur et nous avons des petites améliorations à chaque course, ce qui est important cette saison."

L'Allemand espère profiter de son niveau en qualifications cette saison pour se positionner sur la grille à Monaco et valider la possibilité d'un bon résultat dimanche. En revanche, il ne s'inquiète pas de la proximité des rails avec les monoplaces plus larges.

"Il faut juste réussir son tour. C'est difficile ici de repousser ses limites et il faut gagner de la confiance tout au long du week-end jusqu'à atteindre son meilleur niveau en Q3. L'an dernier, je me rappelle avoir fait un super tour et j'en étais vraiment heureux."

"Nous avons déjà passé du temps au volant de ces voitures et nous nous habituerons à leur largeur. Nous devrons nous adapter lors des premiers tours demain mais je ne pense pas que ce sera trop difficile ou que ça prendra trop de temps."

Le Grand Prix d'Espagne a montré les limites de la Renault en rythme de course et c'est surtout grâce aux abandons à l'avant du classement qu'il a pu rentrer de nouveau dans les points. Monaco pourrait en revanche ne pas convenir à la RS17.

"Je pense que les virages rapides nous correspondent mieux. Cela dépend toutefois de la piste et des pneus. Le rythme en médiums n'était pas bon mais nous avions une bonne position en piste et on a pu s'y accrocher. On perd parfois en performances quand on ne fait pas fonctionner les pneus dans la bonne fenêtre."

"Je pense que c'est ce qu'il s'est passé avec les pneus médiums à Barcelone et ensuite avec les pneus durs, nous souffrions encore plus, donc c'st très bien que les gommes soient plus tendres ce week-end" poursuit Hülkenberg.

S'il a déjà disputé les 24 heures du Mans, qu'il a remportées au volant d'une Porsche, Nico Hülkenberg ne se voit pas disputer l'Indy 500 comme le fait Alonso cette saison: "Il n'y a rien qui me donne vraiment envie de le disputer. Le Mans, c'était quelque chose et je me vois y retourner. Indy en revanche, non, peut-être dans le futur mais je suis pour le moment heureux où je suis."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen veut rester loin des rails cette année
Max Verstappen estime avoir appris de son très difficile week-end à Monaco l'an dernier, où il avait accidenté sa Red Bull à deux reprises, après avoir remporté le Grand Prix d'Espagne.

De héros à zéro en quelques jours, le Hollandais avait mal vécu cette déconvenue, d'autant plus que Daniel Ricciardo aurait dû s'imposer sans une erreur de Red Bull dans les stands.

"Cette année je veux rester loin des rails, assez loin pour ne pas les taper en tout cas. J'ai beaucoup appris de l'an dernier, il y a beaucoup de petites choses que je vais mettre en pratique cette année, autant sur la voiture que dans mon pilotage. Je me sens donc bien, tout ça c'est le passé", confie Verstappen aujourd'hui.

Le pilote Red Bull se sent-il en mesure d'aller menacer Mercedes et Ferrari, sur un circuit où le pilote compte plus et le moteur moins?

"Sur le papier c'est plus favorable mais nous ne sommes pas aussi proches d'eux que nous l'étions l'an dernier. Mais on ne sait jamais. Nous allons faire de notre mieux et régler une voiture pour être à l'aise ici est un gros plus."

"Nous avons des évolutions mais ce n'est pas une voiture 'B' comme certains l'ont dit. Ce n'est pas possible de faire cela en 4 ou 5 courses. Il y a du potentiel en tout cas et nous allons construire dessus."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon - Mon objectif est de rapidement signer un podium
Esteban Ocon peut être fier de son début de saison après avoir terminé les cinq premières courses dans les points et avoir signé son meilleur résultat en Espagne avec une cinquième place. La seule chose qui lui manque actuellement est de pouvoir rivaliser avec Sergio Pérez, mais le Mexicain n'est pas le premier venu.

"Je suis heureux de mon début de saison, l'objectif était de marquer des points à chaque course et c'est ce que nous faisons, tout en progressant constamment" se félicite le Français.
"Je pense que j'aurais pu faire un peu mieux, j'étais encore en apprentissage lors des trois premières courses et si tout s'était parfaitement passé, on aurait pu faire mieux."

"J'en suis toutefois satisfait après avoir marqué des points à chaque course et avoir progressé tout en me rapprochant de Sergio, car j'ai maintenant des temps au tour similaire et un rythme similaire, donc nous nous battons à un niveau proche, c'est génial et je veux continuer à l'avenir."

Alors qu'il débute à Monaco, son équipe et son équipier restent sur une très belle édition 2016 de la course, certes perturbée par la pluie, où Pérez et Hülkenberg avaient respectivement terminé troisième et sixième.

"Malheureusement je n'ai jamais couru ici, j'ai juste assisté à la course lorsque j'étais pilote de réserve ces dernières années. J'ai passé beaucoup de temps dans le simulateur, c'est comme si je connaissais déjà le circuit car j'ai joué à des jeux vidéos depuis que je suis jeune et je m'y suis régulièrement rendu. J'ai fait beaucoup de recherches sur internet en regardant des temps au tour de Jenson, d'autres gars..."

Avant d'être interrompu par Jenson Button: "Des vieux gars."

"Des vieux gars oui! C'était une bonne chose et je pense que ça m'a aidé dans ma préparation" poursuit Ocon.

Bien qu'il n'ait piloté à Monaco que dans le simulateur, Ocon a toutefois une idée de son virage préféré: "La piscine, et ensuite le droite-gauche qui suit. Je ne connais pas les noms car je suis nouveau mais c'est la combinaison de ces quatre virages. J'aime ces virages qui ont l'air exigeants."

Ocon n'envisage pas de faire, comme Fernando, une pige à Indianapolis ou dans une autre grande course: "Je ne pense pas à Indy ou au Mans actuellement. Je veux me concentrer sur la F1 qui a toujours été mon objectif et je veux y rencontrer le succès. Peut-être que dans le futur je l'envisagerai mais ce n'est même pas certain. Je serais plutôt intéressé par le rallye si je prends ma retraite, c'est quelque chose que je veux essayer."

Après son bon début de saison, Ocon a des objectifs bien plus importants que de rentrer dans les points à chaque course puisqu'il a déjà validé celui-ci: "Mon objectif principal est de signer un podium et le plus vite possible. Cela me donne confiance de démarrer la saison comme ça, et je me sens très bien dans l'équipe. J'y ai été très bien accueilli et j'ai travaillé à l'usine. Je pense que nous pouvons réaliser de grandes choses tous ensemble. J'espère avoir plus de courses réussies comme la dernière et si possible signer un podium."
source: Nextgen-Auto.com

Lewis Hamilton est satisfait par le nouveau règlement technique
Lewis Hamilton est revenu sur le nouveau règlement technique de cette saison, avec des voitures plus agressives. L'Anglais a déjà gagné à deux reprises cette saison et se retrouve déjà en lutte avec Sebastian Vettel pour le titre, mais il reconnaît surtout prendre plus de plaisir au volant.

"J'aime les nouvelles voitures qui sont difficiles à conduire" a déclaré l'Anglais. "C'est comme faire du rodéo sur un taureau qui est prêt à charger. Ce n'est pas simple, c'est un défi et les voitures sont compliquées à régler. J'aime faire face à ce genre de défis. Les ingénieurs et moi-même nous retrouvons à la limite, on doit être plus méticuleux dans les choix que l'on fait et les directions que l'on prend."

"Je dois travailler plus dur sur l'équilibre de la voiture, comme vous l'avez entendu à la radio lors du dernier Grand Prix. Mais au fil de l'année, à mesure que nous comprendrons la voiture, à mesure que nous comprendrons les pneus, nous adapterons les réglages et la voiture sera plus simple à piloter" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo veut avant tout avoir confiance en sa RB13
Daniel Ricciardo se montre confiant quant au progrès possibles de son équipe suite à l'amélioration de la RB13 et espère pouvoir menacer Mercedes et Ferrari dès le Grand Prix de Monaco, où il avait signé sa première pole l'an dernier.

"Nous avons des nouvelles pièces sur la voiture, que nous avions déjà à Barcelone et qui nous ont fait progresser, mais pas assez. Nous avons encore plus ce week-end, des pièces spécifiques à Monaco dont on espère qu'elles nous donneront plus que celles utilisées à Barcelone afin de se rapprocher de la tête" explique Ricciardo, espérant avoir plus confiance en sa voiture avec ces améliorations.

"Je pense que ce week-end est une chance, si l'on arrive à tout faire fonctionner dès les qualifications et que l'on arrive à signer un bon temps au tour. Il faut avoir un grand niveau de confiance et nous verrons ce qu'il se passe. C'est une course amusante. Quand je repense à l'an dernier, j'ai l'impression de ne pas avoir fini le boulot, je ferai ce que je peux. J'arrive ici avec un bon état d'esprit et un grand niveau de confiance."

L'Australien avait vu sa course ruinée par un incident lors des arrêts aux stands et avait perdu son sourire légendaire, mais en plaisante douze mois plus tard: "Il y a eu des techniques de punition à l'ancienne comme les fessées avec des gros blocs de bois similaires à des battes de criquet. En plus de la douleur physique... non je plaisante il n'y a pas eu de douleur physique, du moins pas que je sache!"
source: Nextgen-Auto.com

Les pilotes aimeraient un pneu encore plus tendre à Monaco
Daniel Ricciardo a avoué ce jeudi à Monaco que les pilotes ont proposé à Charlie Whiting d'utiliser à l'avenir un pneu spécial pour Monaco, qui serait encore plus tendre, afin de rendre la course plus palpitante, bien que le manufacturier ait apporté dans la principauté les trois composés les plus tendres.

Le pilote Red Bull a reconnu ses craintes de voir les pilotes "parcourir toute la course avec le même train de pneus. Nous avons parlé de l'idée d'un composé encore plus tendre, peut-être même de faire un 'pneu Monaco', ce serait marrant. Il faudrait évidemment les essayer et les valider, c'est plus facile à dire qu'à faire mais ce serait une bonne chose. Ce serait comme un super super super-tendre de manière à forcément faire plus d'un arrêt."

Un avis que partage Felipe Massa, persuadé que les pilotes pourront faire leur arrêt obligatoire au premier tour ce week-end et disputer le reste de la course sans revenir aux stands.

"Surtout sur cette piste, si l'on peut s'arrêter sous régime de voiture de sécurité et ensuite rester dans une bonne position, ce sera une option à essayer. C'est dommage pour cette course, un seul arrêt n'est pas une bonne chose. Je me rappelle que lors du dernier briefing avec Charlie, nous avons discuté de Monaco et certains pilotes ont même proposé d'obliger deux arrêts aux stands afin que ce soit plus sympa et que quelque chose puisse se passer au niveau des stratégies" dévoile le Brésilien.

Sur le registre de la sécurité, la FIA a fait installer à Monaco des barrières TecPro et des nouveaux vibreurs, notamment dans le complexe de la piscine, qui inquiète les pilotes, surtout un vibreur situé dans le virage à gauche.

"Je ne sais pas pourquoi ils l'ont fait" regrette Romain Grosjean, "sûrement pour les Porsche. Mais le plus imposant, il ne faut pas le toucher avec une Formule 1! On dirait une rampe de lancement, si on le touche avec l'aileron avant, il pourrait être arraché pour une simple petite erreur et on terminerait dans le rail. Il y avait déjà un gros vibreur avant qui nous faisait perdre du temps quand on le prenait, donc je suis surpris de voir cela."

Un avis que partage Sergio Pérez, craintif de toucher ce fameux vibreur: "Il est bien trop gros, je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'avoir un vibreur si important. Je pense que celui qu'il y avait avant était largement suffisant et si on le touchait, on était envoyés dans le mur. Si l'on touche celui-ci, je pense qu'on sera envoyés dans les tribunes."
source: Nextgen-Auto.com

Button - Je dois m'habituer à la largeur de la voiture
S'étant uniquement préparé dans le simulateur de McLaren pour sa pige lors du Grand Prix de Monaco, Jenson Button assure qu'il se sent à même de disputer la course dans les rues de la principauté, après avoir pris la décision en consultant son entourage.

"J'ai demandé à mes chiens qui m'ont dit qu'ils pourraient faire sans moi pendant une semaine" plaisante Button. "Ma copine m'a dit que je devais faire ce que j'avais à faire et j'ai dit oui. C'était ma décision, j'aurais pu refuser si je ne voulais pas. Nous avons tous le droit de refuser car personne ne veut d'un pilote démotivé."

Le Britannique avoue toutefois que sa préparation aurait été plus rassurante s'il avait pu prendre le volant de la MCL32, en dépit de son refus de participer aux essais de Bahreïn. Il attend maintenant le test final qui sera de se glisser dans la monoplace.

"Les préparations se sont bien passées, si ce n'est que je n'ai pas piloté la voiture et essayé le nouveau règlement. Une des options possibles était de faire une demi-journée à Bahreïn, ce qui me paraissait inutile tant les deux circuits sont différents. J'ai dit à l'équipe que je pensais qu'il serait plus intéressant de passer des journées dans le simulateur et c'est ce que j'ai fait pour me familiariser."

"Il est surtout question de comprendre comment fonctionne la voiture et j'ai eu des bonnes informations sur les réglages, pour voir comment la voiture réagissait, car c'est ce qu'il faut faire dans le simulateur. La plupart des choses sont les mêmes malgré quelques changements. Je dois apprendre une certaine liste de nouveautés et surtout m'habituer à la largeur de la voiture" poursuit l'ancien Champion du monde.

McLaren n'a toujours pas marqué de points lors des cinq premières manches de la saison et pourrait faire pire qu'en 2015 si elle ne signe pas un Top 10 à Monaco, mais Button ne se met pas de pression supplémentaire.

"Non, je suis très détendu et j'ai hâte. C'est intéressant C'est intéressant de revenir pour une seule course et Monaco est à part. J'ai gagné ici et j'y ai vécu 17 ans, je ne ressens pas de pression."

"Je ferai de mon mieux, on veut être compétitif et tirer le maximum de la voiture, ça ne change pas. La voiture a bien fonctionné en qualifications à Barcelone, j'ai testé l'évolution dans le simulateur et c'est un vrai progrès. Si tout se passe bien nous devrions être compétitifs."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean - Une bonne carte à jouer à Monaco
Romain Grosjean pense qu'il a une bonne carte à jouer ce week-end à Monaco avec sa Haas VF-17.

Selon le Français, la voiture est capable de faire une bonne performance en qualifications, ce qui serait synonyme de bon résultat en course si tout se passe bien.

"Les évolutions de Barcelone ont été un grand pas en avant, même si nous n'avons pas réussi à bien régler la voiture", reconnait Grosjean à Monaco.

"Nous avons cependant besoin de plus d'évolutions parce que la bataille au sein du peloton est très difficile. Nous avons moyen de faire mieux, parce que c'est très serré. Nous avons ce qu'il faut pour y parvenir, nous n'étions pas à notre vrai niveau lors des deux dernières courses, surtout en qualifications. Les courses étaient meilleures."

"Selon moi, seule Force India est plus rapide que nous... Nous devons toujours mieux faire fonctionner les pneus pour tirer plus de performance de la voiture. Je pense que nous avons une bonne carte à jouer ici avec les pneus les plus tendres."

"Nous avons aussi une nouvelle décoration, espérons que cela rende la voiture plus rapide... et qu'elle l'éloigne surtout des murs ici!"
source: Nextgen-Auto.com

Pérez - L'équipe se surpasse, compte tenu de notre rythme
Après un début de saison impressionnant, Sergio Pérez espère continuer sur sa lancée à Monaco où il avait terminé sur le podium l'an dernier dans des conditions changeantes. Lui et Ocon ont emmené les deux Force India dans les points depuis le début de saison, ce qui en fait la seule équipe à avoir marqué à chaque course avec ses deux voitures.

Avec 53 points et seulement 19 de retard sur Red Bull, Force India effectue le meilleur début de saison de son histoire et a déjà largement distancé Williams, cinquième au classement. L'objectif non avoué est d'aller se battre avec Red Bull en certaines occasions.

"J'aime à penser qu'on le pourrait donc c'est l'objectif" explique Pérez. "Red Bull est encore devant mais Barcelone est l'un de nos pires circuits et si nous continuons à faire mieux que nos capacités initiales, tout peut se passer, surtout ce week-end, et je ne suis qu'à trois points de Ricciardo."

Force India a notamment profité de la fiabilité défaillante des Red Bull pour tenir le rythme en termes de points, surtout après les 22 unités marquées par Pérez et Ocon en Espagne.

"Je ne suis qu'à un point de Verstappen et à trois de Ricciardo alors qu'ils pilotent une voiture qui est certainement plus rapide d'une seconde à chaque Grand Prix. Notre équipe se surpasse compte tenu de notre rythme, nous battons Williams qui est pourtant un peu plus rapide que nous, surtout lors des premières courses de la saison"."

"L'équipe travaille très bien, nous sommes conscients de notre déficit en rythme pur et nous essayons toujours des choses différentes en qualifications, en course, et surtout cette année où la position en piste est essentielle. La fiabilité est très bonne, c'est incroyable de voir que j'ai terminé 15 courses consécutives dans les points d'autant que je n'avais pas toujours le rythme pour finir dans les points."

Pérez est conscient d'une part de chance et s'appuie sur tous les événements possibles pour marquer un maximum de points: "Nous n'étions pas très rapides en début de saison et nous avons fait mieux que ce que nous pouvions espérer. Avec des stratégies différentes, grâce aux accidents devant nous, il s'agit surtout de maximiser notre potentiel et sur ce plan, l'équipe a fait un travail exceptionnel."
source: Nextgen-Auto.com

Williams relève son plus grand défi de la saison à Monaco
Williams espère enfin briller au Grand Prix de Monaco qui est devenu ces dernières années la pire course de la saison pour l'équipe. La refonte du règlement technique laisse espérer à Grove que les rues de la principauté soient moins difficiles pour la FW40 que pour les précédentes monoplaces, mais les défis qui en découlent posent des interrogations quant à l'étroitesse de la piste.

"Ce sera la première fois que nous allons à Monaco avec les monoplaces plus larges" s'inquiète Felipe Massa. "Nous devrons nous adapter à la nouvelle taille sur cette piste très étroite. Ce sera un défi mais ça l'est toujours à Monaco. Ce sera une course intéressante lors de laquelle tout pourra arriver. La qualification sera encore plus importante que la course car la place de laquelle on part définit souvent celle où l'on finit."

Pour Lance Stroll, le Grand Prix de Monaco sera doublement difficile puisqu'il est encore en plein apprentissage de la Formule 1, après un début de saison compliqué: "Il va sans dire que j'ai hâte de disputer ma première course à Monaco. Ce sera un week-end particulier en piste et en dehors car j'ai des amis qui viennent me voir courir."

"J'ai vu la course plusieurs fois et je connais la piste grâce aux jeux vidéo, je vais toujours dans le simulateur quelques jours avant de me rendre sur le circuit afin qu'il soit frais dans mon esprit, puis je récupère d'autres informations lors des reconnaissances de la piste à pieds. Ce sera sans aucun doute difficile mais c'est toujours le cas avec les circuits urbains, surtout lorsqu'on les découvre, mais je vais m'amuser à relever le défi. La proximité des barrières ne laisse aucun droit à l'erreur donc c'est important de vite prendre un bon rythme et d'attaquer à fond uniquement quand il le faut."

Paddy Lowe n'a pas dirigé la conception de la dernière Williams mais réalise le défi technique que représente le circuit et espère que son équipe aura le matériel nécessaire pour le relever mais aussi les compétences pour y briller: "Il est très lent par endroits et étonnamment rapide à d'autres, donc la voiture doit avoir de très grandes qualités mécaniques mais aussi des performances aérodynamiques solides."

"Gagner à Monaco requiert des compétences au volant mais aussi de l'expérience. Nous y allons avec Felipe et Lance qui sont totalement opposés au niveau de l'expérience. Lance fait face au défi unique de rouler dans les rues de Monaco en Formule 1 à seulement 18 ans pour la première fois, tandis que ce sera la quinzième pour Felipe. Nous espérons signer le meilleur résultat possible pour l'équipe" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Les fans doivent en avoir pour leur argent, le cheval de bataille de Carey
Ces dernières années, un des reproches récurrents en Formule 1 était la non-considération des fans et des spectateurs en général.

Par rapport à d'autres sports, la catégorie reine n'offre pas beaucoup d'accessibilité aux spectateurs, notamment avec des prix des billets très chers et donc très souvent contestés, ce qui a fait baisser peu à peu la fréquentation des Grands Prix.

Liberty Media n'a jamais caché qu'un de ses projets prioritaires est de remédier à cette situation. En plus d'essayer de faire en sorte de proposer des prix plus accessibles, les nouveaux propriétaires de la F1 veulent offrir encore plus aux fans.

Le président de la FOM, Chase Carey, a par le passé dit à plusieurs reprises qu'il voulait rendre le sport plus abordable pour les organisateurs de Grands Prix, afin qu'ils puissent proposer des billets moins chers aux visiteurs.

"Attirer plus de fans est notre priorité. Nous voulons maximiser la valeur de ce qu'ils reçoivent. Notre stratégie n'est pas d'exercer une réduction des coûts immédiatement, mais nous voulons intégrer plus solidement les fans au sport. Lorsque je regarde les places pour un match de football américain, il y a 7 catégories de billets différents, avec diverses prestations annexes. De meilleures places, plus de services, plus d'accès aux coulisses et ainsi de suite. Ceux qui sont prêts à payer plus doivent aussi recevoir plus."

La question d'ouvrir le paddock à des visiteurs payants se pose.

"Nous y songeons. Nous voulons que les fans, du moins une partie d'entre eux, aient accès à de nouvelles expériences. Quelque chose de spécial. Nous ne pouvons pas tous les inviter dans le paddock, mais quelques uns, oui. Nous ne voulons pas provoquer de la frustration chez les fans parce qu'ils sont trop éloignés et ne reçoivent rien, mais nous voulons leur offrir des expériences excitantes."
source: Nextgen-Auto.com

Renault F1 annonce un nouveau partenariat avant Monaco
Renault F1 a annoncé un nouveau partenaire, au travers de son association avec ixell, déjà partenaire du Groupe Renault: ixell devient ainsi le partenaire "peinture" officiel de l'équipe.

Créée tout comme Renault Sport en 1976, ixell est une marque de peinture automobile premium et le leader du marché de la finition automobile en France.

Depuis la fondation de l'écurie, ixell coopère avec Renault F1 et a joué un rôle essentiel dans la mise en œuvre des superbes livrées arborées par la R.S.16 l'an passé et la R.S.17 cette saison.

"Sur les grilles de départ, Renault F1 est reconnaissable au premier coup d'œil. Cela est notamment dû à nos liens avec ixell, dorénavant notre partenaire peinture officiel", commente Cyril Abiteboul, Directeur Général Renault Sport Racing.

"Pour la F1, nous voulions la meilleure finition possible au poids le plus léger. La technologie appliquée sur la R.S.17 est transposable aux voitures de série. Nous avons bâti un nouvel atelier de peinture et de préparation à Enstone et ixell nous a fourni son expertise, son savoir-faire et ses produits pour y parvenir dans des délais très courts. Nous avons hâte d'exploiter ce partenariat pour gagner toujours plus de performances et d'allure en piste."

Guillaume Calvar, Responsable de la marque ixell, ajoute: "ixell est honoré d'avoir travaillé sur l'élaboration et la mise en œuvre de la peinture offrant fière allure à la R.S.17. En étroite collaboration avec Renault Sport Racing, nous avons développé de nouveaux produits à hautes performances pouvant être employés dans tous les ateliers et pour toutes les marques automobiles."

"Devenir partenaire peinture officiel de Renault F1représente une formidable occasion d'accélérer les synergies au sein du Groupe Renault avec un seul objectif en tête: améliorer les performances de la voiture."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel et Hamilton se respectent toujours autant après l'Espagne
Entre Sebastian Vettel et Lewis Hamilton, l'estime est de mise. Cette saison, le pilote Ferrari et le pilote Mercedes animent les débats en haut du classement, au plus grand plaisir des téléspectateurs... et des principaux intéressés eux-mêmes.

En Espagne, Sebastian Vettel et Lewis Hamilton ont pour la première fois croisé le fer directement en piste. Les deux hommes ont manqué de s'accrocher mais tout a fini par rentrer dans l'ordre.

"Je n'ai rien dit de mal en Espagne" argue ainsi Lewis Hamilton, qui avait toutefois qualifié, à chaud, de "dangereuse" la manœuvre de Vettel.

Mais aujourd'hui, l'Anglais semble avoir tout oublié.

"Je suis heureux d'avoir eu cette bataille. Le respect est toujours le même entre nous deux."

Sebastian Vettel n'est pas un d'avis différent: "Il n'y aucune raison pour que nous ne nous entendions pas bien... sauf sur la piste! Vous devez toujours respecter les autres pilotes qui font du bon travail. Le respect sera toujours là."

Le quadruple Champion du monde n'est pas toutefois le plus grand amateur du monde de ces batailles serrées en piste, et pour une raison qui lui est chère...

"Bien entendu, l'idée d'avoir ces batailles serrés en piste est toujours sympathique. Mais nous ne voulons pas de ces batailles rapprochées, nous voulons être devant eux!"
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg président de l'Automobile Club de Monaco en 2021?
Nico Rosberg est présent dans le paddock de Monaco ce week-end. A-t-il à l'esprit un retour en compétition dans la discipline reine du sport automobile? Le retraité allemand - qui sera bientôt papa pour la deuxième fois - l'a tout à fait écarté.

En revanche, Nico Rosberg pourrait bientôt jouer un rôle dans l'organisation commerciale et sportive du Grand Prix de Monaco - rappelons que l'Allemand réside dans la Principauté.

Le Champion du monde devrait ainsi rencontrer ce week-end Michel Boeri, le président de l'Automobile Club de Monaco, le promoteur du Grand Prix.

Michel Boeri, aujourd'hui âgé de 78 ans, prendra sa retraite en 2021 et se cherche donc dès à présent un successeur. Cette figure de la Principauté a confirmé que Nico Rosberg était intéressé pour occuper un rôle à l'ACM.

"Si quelqu'un veut faire ce travail, il peut l'envisager pour 2021. Rosberg veut travailler avec nous pour perfectionner le circuit, grâce à son point de vue de pilote. Il peut aussi signaler n'importe quel défaut de sécurité."

Nico Rosberg serait un atout de poids pour augmenter la réputation et la notabilité de l'ACM. Mais vise-t-il pour autant le poste de Président? Impossible de le dire à l'heure actuelle.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso aux 500 Miles? Ron Dennis approuve le pari de McLaren
Ron Dennis s'est longtemps opposé à ce que Honda fournisse ses moteurs à une autre équipe que McLaren. Maintenant que Zak Brown l'a remplacé chez McLaren, l'écurie anglaise a levé son veto et Honda pourra ainsi fournir Sauber la saison prochaine.

Si, sur ce point précis, les deux hommes sont en divergence, ce n'est en revanche pas le cas sur un autre sujet qui a agité l'actualité de McLaren ces derniers temps: la participation de Fernando Alonso aux 500 Miles d'Indianapolis.

Selon Zak Brown, Ron Dennis trouverait ainsi "assez sympathique" le fait que l'Espagnol participe aux prochains 500 Miles, même s'il doit pour ce faire manquer le Grand Prix de Monaco.

"Je parle bel et bien avec Ron de temps en temps" a confirmé Zak Brown à Crash.net. "Je pense que son retour sur Alonso était assez sympathique. Ron est un compétiteur. Il l'a toujours été. Donc je pense que chaque fois que Ron peut voir que McLaren peut être compétitive dans une compétition majeure du sport automobile, il pense que c'est assez sympathique."

"Ron est Mr. McLaren à bien des égards, et il le sera toujours. Et je suis un grand admirateur de ce qu'il a accompli. On dit qu'avec les années, il est devenu un chapitre du livre de McLaren. Selon moi, il est plutôt l'encyclopédie de McLaren."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren - Boullier n'écarte plus un divorce avec Honda
C'est un changement de jurisprudence qui pourrait être décisif pour l'avenir de McLaren. Désormais, le haut management de l'écurie n'écarte plus totalement la possibilité d'un divorce avec Honda.

Eric Boullier, le directeur de la compétition de McLaren, a ainsi changé le ton du discours de l'équipe de Woking.

"Le problème est que nous n'achetons pas seulement un moteur. Honda a commencé d'une feuille blanche, avec des nouvelles règles, et avec une bonne réputation. Mais nous n'avions pas de garantie au sujet du produit final, parce que vous ne pouvez pas oublier que nous ne payons pas pour ces moteurs."

Face aux immenses difficultés finalement rencontrées, McLaren sera-t-elle tentée de dire bientôt "basta"? Le quotidien belge La Dernière Heure a posé directement la question à Eric Boullier: McLaren pourrait-elle divorcer d'avec Honda en arguant des faibles performances du motoriste japonais?

"Avant d'en arriver au tribunal, nous sommes dans une zone intermédiaire, pour essayer de trouver des solutions. Je passe mon temps entre l'Angleterre et le Japon pour essayer de les influencer, mais c'est difficile. C'est déjà difficile pour un Européen de les comprendre, mais pour un Européen plongé dans le milieu de la course automobile, c'est extrêmement difficile. Leur approche en F1 est la suivante: quand tout le monde va à droite, ils vont à gauche. C'est extraordinaire mais cela semble marcher au bout du compte, puisque le Japon est toujours une formidable puissance mondiale."

"Mais aujourd'hui, tout est une question de timing. Ils vont y arriver. Mais au lieu de trois ans, cela leur prendra peut-être six ou sept années, et entre-temps, vous devez survivre. Du moment que nous progressons, tout va bien. Mais nous avons fait marche arrière cette année, donc il est devenu plus compliqué de nous motiver et de nous convaincre que nous y arriverons."

Alors que Zak Brown, le directeur exécutif de McLaren, a longtemps écarté toute possibilité de divorce avec Honda, voilà maintenant qu'Eric Boullier laisse toutes les portes ouvertes quand on lui pose la même question.

"Tout est possible. Nous sommes dans une situation où nous voulons vraiment faire ce que nous voulons faire."

"Mais notre intention aujourd'hui n'est pas de divorcer. Je ne vais pas prendre cette décision, ce seront les propriétaires de McLaren."

Même si Eric Boullier finit par un mot rassurant envers Honda, voilà bien un sévère coup de pression mis au motoriste japonais, dont on attend encore la prochaine évolution moteur.
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne - Les évolutions de la McLaren MCL32 fonctionnent
Stoffel Vandoorne sait que les occasions de briller pour McLaren et Honda seront très restreintes cette saison. Alors, après un abandon lors du dernier Grand Prix suite à une collision avec Felipe Massa, il espère bien maximiser ses chances à Monaco, un circuit sinueux et étroit où le pilote compte un peu plus qu'ailleurs... et le moteur un peu moins!

""Même si le résultat du Grand Prix d'Espagne a été frustrant et n'a pas, bien entendu, été à la hauteur de notre attente, nous avons tout de même réussi à tirer des choses positives de ce week-end à Barcelone", commence le pilote belge.

"Les évolutions apportées à la MCL32 ont donné les performances attendues et nous avons réussi à récolter beaucoup d'informations de chacune de nos journées en piste là-bas, ce qui est très utile pour nos ingénieurs et nos concepteurs à l'usine, afin de développer notre programme course après course."

Vandoorne a profité des derniers jours pour tester en virtuel, à Woking, les évolutions aérodynamiques spécifiques pour Monaco.

"Depuis Barcelone, je suis retourné à l'usine dans le simulateur et je me sens prêt, et excité, pour le prochain Grand Prix à Monaco. C'est la première fois que je vais courir dans mon jardin comme on dit, puisque j'habite depuis peu dans la Principauté."

"Ce sera aussi ma première fois sur ce circuit au volant d'une Formule 1. J'y ai couru pendant trois ans en GP2 mais aussi dans le cadre des World Series by Renault. Je le connais donc plutôt bien et j'aime y piloter. Même si tout peut y arriver, il suffit d'avoir un peu de malchance ou de trafic pour ruiner votre week-end."

Le Belge n'oublie pas qu'il n'aura pas son coéquipier habituel ce week-end...

"C'est génial aussi de revoir Jenson avec les couleurs de McLaren Honda, à mes côtés dans le garage. Nous aimons tous les deux rouler à Monaco et j'espère que ce week-end sera notre meilleure opportunité de briller en ce début de saison. Et je sais que nous garderons aussi un oeil sur ce qui se passera à Indianapolis, en espérant que Fernando y connaitra un bon week-end également."
source: Nextgen-Auto.com

Le moral est au beau fixe chez Sauber avant Monaco
C'est après un très bon résultat et le moral gonflé à bloc que l'équipe Sauber se rend à Monaco, sixième manche du calendrier, pour essayer de rééditer sa très belle performance. Grâce à une stratégie savamment orchestrée par Ruth Buscombe et parfaitement appliquée par Pascal Wehrlein, Sauber a signé une très belle huitième place à Barcelone et espère profiter de l'importance moindre des performances moteur, mais surtout des nouveautés de la C36 pour continuer sur sa lancée dans la principauté.

Sauber prévoit d'ailleurs un nouveau fond plat et de nouvelles écopes de freins pour ce week-end.

"Le Grand Prix de Monaco est l'un des grands moments de la saison" explique Ericsson. "C'est un endroit unique et un circuit différent de tous les autres. Cette piste urbaine est très amusante mais très difficile. La moindre erreur est punie par un accident mais si l'on a confiance en la voiture, on peut tirer le maximum de ses performances et de nos capacités. Après le résultat surprenant de l'équipe à Barcelone, nous arrivons avec un bon état d'esprit à Monte Carlo."

De son côté, Wehrlein a enfin pu lancer sa saison après avoir pris le train en marche et signé d'entrée de belles performances. Suite à son meilleur résultat en carrière, il arrive à Monaco l'esprit léger.

"Courir à Monaco est toujours spécial, c'est fascinant et difficile en même temps et il y a une tradition et un historique de courses géniales. C'est un vrai défi pour nous car nous devons être précis."

"Nous devons passer à quelques millimètres des barrières si nous voulons être rapides mais j'aime ce genre de défis. Nous voyageons avec des bons souvenirs en tête après le Grand Prix d'Espagne. Nous devons continuer notre travail de développement pour progresser et je pense que la voiture fera encore un pas en avant à Monaco."
source: Nextgen-Auto.com

Marko - Les courses devraient être plus dures encore
Depuis le début de la saison 2017, beaucoup de figures du paddock saluent les changements en Formule 1 qui ont été effectués, que ce soit par le nouveau règlement technique ou par Liberty Media.

Mais Helmut Marko n'est pas vraiment satisfait et trouve qu'il y a encore de nombreuses choses à améliorer pour offrir un spectacle digne de ce nom.

Pour l'Autrichien, malgré les changements opérés par le nouveau règlement technique de 2017, la F1 n'est toujours pas assez extrême.

"Les pilotes ont eu certains problèmes avec le cou lors des tests à Barcelone, mais ce n'est pas assez brutal. Si les moteurs pouvaient d'un seul coup faire 1.200 chevaux, cela aurait l'air de tout autre chose" lance le consultant de Red Bull.

Flavio Briatore a formulé l'idée que les Grands Prix deviennent plus courts, car, pour lui, des courses trop longues font retomber l'attention du spectateur. Marko est contre ce genre de proposition.

"Je ne crois pas que ce soit une bonne chose. Je trouve même que les courses doivent devenir encore plus dures" affirme-t-il.

"Quand la difficulté physique est plus grande, alors des erreurs sont commises. On a pris de mauvaises décisions. Pourquoi avoir besoin d'une direction assistée? Ce sont des sportifs bien payés..."

Marko dénonce le manque de logique et les différences pratiques qu'il y a sur les différents circuits. D'un côté sur les circuits urbains, il n'y a aucune marge d'erreur et les pilotes passent à quelques millimètres des rails de sécurité, alors que sur le Red Bull Ring, la FIA exige des zones de dégagement gigantesques.

"Comment pouvons-nous rouler à Monte-Carlo ou à Singapour sans voies de dégagement? Et pourquoi ces courses sont si populaires? Parce que les spectateurs peuvent voir depuis les tribunes l'intérieur du cockpit. Mais si jamais tu changes quoi que ce soit dans un virage sur d'autres circuits, des calculs sont faits et les zones de dégagement deviennent encore plus grandes. Les spectateurs se trouvent donc encore plus loin."

L'Autrichien critique aussi férocement les pneus, dont la gestion difficile rend les courses moins excitantes.

"Il ne faut pas qu'il y ait tout le temps des dépassements, mais qu'une course comme celle de Sotchi se déroule comme une procession, alors que Vettel était significativement plus rapide, cela n'est plus possible. C'est juste parce qu'on ne peut pas doubler - on ne peut pas passer les autres parce qu'on ruine alors les pneus."

Pourtant, il attendait cette année autre chose de la part de Pirelli, qui avait annoncé des gommes qui ne devait plus surchauffer aussi facilement que celles de l'an dernier.

"La promesse n'a pas été tenue et les problèmes sont les mêmes qu'auparavant, en dehors du fait que les voitures sont plus larges."
source: Nextgen-Auto.com

Pérez - Monaco, mon circuit préféré
Monaco est la date attendue chaque année, que ce soit par les fans ou par les pilotes. Et pour cause: ce circuit allie difficulté, prestige, histoire et glamour.

Sergio Pérez attend ce rendez-vous avec impatience. Ce Grand Prix a toujours beaucoup signifié pour lui.

"Quand tu penses à la Formule 1, tu penses à Monaco. C'est la course la plus importante et celle que l'on veut tous gagner. Lorsque j'étais enfant, je rêvais de piloter dans ces célèbres rues et je suis toujours excité de rouler ici, chaque année. Le fait d'avoir fini sur le podium l'année dernière montre que tout est possible. C'est une course tellement unique, un grand temps fort de l'année."

Comme ses concurrents, le Mexicain est un compétiteur dans l'âme et la course à Monte-Carlo est l'endroit idéal pour satisfaire sa soif d'excellence.

"Monaco est mon circuit préféré parce que c'est le plus grand défi. Je pense que la mise à contribution des pilotes est plus grande comparée à d'autres circuits. Il n'y a aucune place pour la moindre erreur et tu as besoin de prendre des risques pour réaliser une super performance. C'est un test de concentration qui dure presque deux heures, c'est pourquoi c'est une course si difficile."

Le Grand Prix de cette année va être particulier avec les voitures de 2017 qui sont plus rapides en courbes.

"Les meilleures parties de Monaco sont les sections rapides. La Piscine est impressionnante parce que nous poussons la voiture à de très hautes vitesses et tu dois vraiment être précis avec les bordures. Le Casino est aussi très rapide et avec ces voitures, cela va être un défi. Il n'y a pas de marge, il faut être attentif à ce que la voiture ne sorte pas de la trajectoire dans ces sections."
source: Nextgen-Auto.com

Carey - Les 21 courses actuelles ont la priorité
Le nombre de courses au calendrier de la F1 fait beaucoup parler ces derniers mois. Pour les écuries, cela demande une logistique précise et engendre également des coûts.

Liberty Media a cependant prévenu lors de son rachat: le groupe ne compte pas revoir le nombre de Grands Prix à la baisse. Un chiffre de 25 courses avait même été avancé dès janvier.

Mais, pour 2018, Chase Carey prévoit toujours 21 courses. Tout en ayant le désir d'introduire un nouveau rendez-vous particulier au calendrier...

"Nous n'avons - en dehors du fait que nous voulons pérenniser 21 courses pour 2018 - pas encore de nombre précis de Grands Prix dans notre collimateur. Tout d'abord, nous voulons autant que possible garder au programme les courses que nous avons en ce moment. Nous avons suffisamment d'intérêts pour de nouvelles courses. Nous pensons naturellement à une deuxième course qui se déroulerait aux Etats-Unis - New York, Las Vegas, peut-être Miami. Je pourrais remplir une page entière avec les noms des villes qui voudraient accueillir la Formule 1. Nous les examinons toutes. Mais les 21 courses actuelles ont la priorité."

Le programme des essais privés va être aussi ré-examiné.

"C'est à Ross Brawn de s'en occuper avec les écuries et la FIA. Je m'occupe du sport de manière générale et du public. Ross et les équipes doivent analyser les coûts et alors, par la suite, décider quelles améliorations sont possibles."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel et Hamilton ont la passion de la course automobile en commun
Sebastian Vettel et Lewis Hamilton sont partis pour lutter l'un contre l'autre pour le titre et il se pourrait bien évidemment que la situation soit tendue s'ils se battent respectivement pour un cinquième et un quatrième titre.

Toutefois, l'Allemand pense aussi que leur relation n'en sera pas affectée car avec des styles de vie totalement opposés, au moins publiquement, ils ne partagent que la passion de la course automobile.

"Je pense que nous avons une grande passion en commun, nous aimons la course" analyse le pilote Ferrari. "En dehors de la piste, nous ne sommes pas les meilleurs amis. Je le connais depuis longtemps et je n'ai pas de souci avec lui, je pense que nous sommes très différents mais ça n'a aucune importance."

"En Espagne, je ne voulais pas qu'il gagne, je voulais être vainqueur donc je ne suis pas heureux, mais je n'ai pas de quoi me plaindre puisqu'il m'a dépassé en piste et qu'ils ont fait un meilleur travail d'équipe. Il a fait un meilleur travail en tant que pilote donc je ne peux rien y faire."

Vettel fait la part des choses entre ce qu'il se passe sur les circuits et ce que les pilotes font à l'extérieur: "Je suis ici pour courir, c'est ce qui me plait. En dehors d'ici, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas prendre du bon temps. Nous ne sommes pas les meilleurs amis et nous sommes très différents, mais nous avons un lien fort puisque nous aimons tous les deux la course."

Les deux hommes ont eu une belle passe d'arme à Barcelone, à l'issue de laquelle Hamilton est légèrement passé hors piste et l'Anglais avoue que si cet incident avait été plus loin, leur relation en piste en aurait sûrement fait les frais.

"C'était limite et si ça avait fini différemment, cela aurait été différent entre nous. Vous savez ce qu'est la course, s'il m'avait percuté dans le premier virage et gagné la course, je ne l'aurais pas félicité. C'était agressif mais ce n'était pas hors limite, j'ai eu l'occasion d'éviter la collision, mais j'adore une bataille acharnée, j'adore ce défi."

"Il a été respectueux mais on sentait qu'il était un peu en colère, il a dit qu'il l'était. Il a fait une course fantastique mais je comprends ce qu'il a pu ressentir. On n'est jamais heureux de finir deuxième, s'il avait été heureux de finir deuxième, j'aurais été inquiet pour lui car ce n'est pas ce que nous voulons" conclut Hamiton.

Bataille serrée en piste, respect commun et affiché hors piste, il semblerait que les deux hommes soient partis pour nous offrir une saison mémorable!
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg sera présent ce week-end à Monaco
Nico Rosberg assistera ce week-end à son premier Grand Prix depuis sa retraite de pilote de Formule 1.

Après avoir rendu visite à son équipe, Mercedes, lors des essais privés de Barcelone, l'Allemand sera présent à Monaco ce week-end. Difficile pour lui d'éviter cette course pour celui qui a presque toujours vécu dans la Principauté et qui y réside encore.

"Cette course va être pour moi l'une des plus intenses sur le plan des émotions, pour mon retour dans un paddock de Grand Prix", admet Rosberg.

"Avec toutes ces émotions, qui seront positives, ce sera vraiment très spécial. Revenir sur une course en tant que Champion du monde, cela va être fantastique. En plus sur l'un des circuits où j'ai eu le plus de succès dans ma carrière."

"J'ai hâte de revoir toutes les personnes qui m'ont soutenu durant toutes ces années. C'est certain, cela va être incroyable."

Rosberg admet avoir beaucoup apprécié, depuis son canapé, le spectacle offert par le nouveau règlement.

"Jusqu'à présent, les courses de cette année ont été absolument fantastiques. Nous avons tout eu: de l'excitation, des rebondissements, des choses imprévisibles. Nous ne pouvions rêver mieux."

Rosberg l'assure, sa visite ne le fera pas changer d'avis.

"J'ai fermé un chapitre de ma carrière maintenant. Je garde des souvenirs exceptionnels et de belles émotions en mémoire."

Le Champion du monde a en plus un autre chapitre à écrire, celui de son 2ème enfant. Sa femme Vivian est en effet à nouveau enceinte.

"Je suis ravi à l'idée d'être papa pour la 2ème fois!"
source: Nextgen-Auto.com

Alonso ne restera pas en F1 à tout prix en 2018
En marge de sa dernière semaine à Indianapolis, où il disputera la mythique course de 500 miles dimanche, Fernando Alonso a réitéré son souhait de piloter pour une équipe capable de lui faire viser la victoire en 2018, sans quoi il réfléchira à son avenir dans la discipline.

"Je dois avant tout considérer ce qui est ma meilleure option" répond l'Espagnol. "Comme je l'ai dit plusieurs fois, mes compétences et mes capacités sont développées pour la Formule 1 et c'est là que je veux gagner. Je serai en fin de contrat avec McLaren l'an prochain donc je peux choisir et je veux m'assurer que j'ai une voiture capable de gagner, c'est ma priorité."

Et Alonso de confirmer qu'il laisse toutes les options ouvertes, y compris celle de raccrocher le casque dans la discipline reine: "S'il n'y a pas de tel volant de disponible, je devrais prendre la meilleure décision mais j'espère ne pas me retrouver dans cette position."

A ce sujet, Zak Brown avait confirmé il y a quelques jours qu'il comprenait la position de son pilote et que McLaren était consciente de ce qu'elle doit prouver à l'Espagnol. La balle est donc plus que jamais dans le camp de Woking.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.