En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 31 Mai 2017

Giovinazzi va disputer sept séances d'essais pour Haas
Haas a annoncé avoir engagé Antonio Giovinazzi pour sept séances d'essais libres d'ici à la fin de saison, qui seront toutes le vendredi matin. Son programme débutera par Silverstone et passera par la Hongrie, Monza, Sepang, Mexico, Interlagos et Abu Dhabi.

Giovinazzi avait signé des performances solides au volant de la Sauber lorsqu'il a remplacé au pied levé Pascal Wehrlein et après sa belle saison de GP2 en 2016, il est certain que Haas réfléchit à lui offrir une place en 2018, d'autant qu'il fait partie de l'Académie de jeunes pilotes de Ferrari.

"Dans une année déjà remplie de belles opportunités, je suis fier d'en avoir une autre avec Haas" a déclaré l'Italien. "Etre le troisième pilote de la Scuderia Ferrari est un beau rôle et ces séances avec Haas me permettront de rester affûté. Je serai capable de transcrire ce que j'ai appris dans le simulateur et l'appliquer en conditions de course. Je suis fier de la confiance que Ferrari et Haas ont en moi et je suis reconnaissant pour le temps que Kevin et Romain acceptent de me laisser au volant."

Günther Steiner ne parle pas encore de 2018 mais voit plutôt en Giovinazzi un jeune pilote à qui il est intéressant de donner du temps au volant pour l'aider à progresser.

"Antonio Giovinazzi a vécu une belle expérience en Formule 1 pendant ses deux courses avec Sauber et ces séances d'essais avec nous lui permettront de progresser encore plus. Il est tenu en haute estime par Ferrari et a signé de belles performances en Formule 2 l'an dernier. C'est une bonne occasion pour lui et nous sommes heureux de lui offrir. Il faut aussi remercier Kevin et Romain qui acceptent de partager leur voiture avec Antonio" a expliqué le directeur de l'équipe.
source: Nextgen-Auto.com

Lowe rappelle le contexte particulier des débuts de Stroll
Jusqu'à présent, Lance Stroll effectue des débuts très mitigés pour sa première saison en Formule 1.

Même sur les circuits qu'il connaissait déjà comme celui de Barcelone, les prestations du Canadien n'ont pas vraiment convaincu. Monaco n'a pas été mieux pour lui: il n'a cessé de se battre avec la mise en température de ses gommes et avec ses freins qui l'ont obligé à abandonner.

Le directeur technique de Williams, Paddy Lowe, choisit de voir le verre à moitié plein.

"Lance a eu un week-end très difficile en Espagne, les attentes étaient élevées et il a eu à se battre. Mais il a pris beaucoup de plaisir à piloter à Monaco et a signé quelques temps au tour géniaux. Lors des EL2 et EL3, il a presque atteint le rythme de Felipe (Massa). Cela montre qu'il a du talent."

Le Britannique rappelle que la course qui se déroule dans la principauté de Monaco est reconnue pour être un défi particulier. C'était en plus la première fois que Stroll pilotait sur ce circuit.

"Cela s'est terminé le jeudi sur un accident. Bien sûr, de l'extérieur, cela n'a pas l'air super. Mais dans les faits, cela a été la meilleure première journée d'un GP réalisée par Lance cette saison, du point de vue des pneus et des progrès effectué au niveau de son rythme."

Lowe tient à souligner que le jeune pilote commence en catégorie reine une année particulière: les nouvelles voitures de 2017 rendent les choses encore plus difficiles pour un débutant.

"Il y a tellement plus de choses à apprendre. La complexité des voitures est plus élevée et avec cela, les exigences demandées au pilote. Savoir gérer ses pneus comme il faut est devenu plus difficile."

L'ingénieur était chez McLaren lorsque Lewis Hamilton est arrivé en Formule 1. Les débuts de Stroll souffrent la comparaison avec ceux du triple Champion du monde, qui s'est tout de suite battu pour des places sur le podium et pour des victoires. Lowe ne semble pas enclin à faire cette comparaison.

"Je ne peux plus me rappeler exactement. Mais ce que je sais, c'est que ces deux-là sont des pilotes très différents. Chacun d'entre eux est arrivé dans le sport dans un contexte différent. Lewis lui-même a dit en interview que c'est une période très difficile pour commencer en Formule 1. Et sur ce point, je respecte l'avis de Lewis plus que le mien. Il sait de quoi il parle."

Selon le Britannique, le paramètre le plus important, et l'exercice le plus difficile pour les pilotes, est la gestion des pneus.

"Cela a une grande influence sur les performances. De plus c'est un objectif mobile. Une chose comme la gestion de l'énergie de ces moteurs hybrides, on peut l'apprendre et ce sera toujours la même chose demain. Pour les pneus, c'est différent. On le voit bien durant les qualifications: les pilotes expérimentés changent de style de runs en runs selon ce qu'ils essaient et apprennent."

Lowe se montre donc solidaire du jeune pilote, tout comme l'ensemble de l'équipe Williams.

"Nous faisons de notre mieux pour aider Lance et pour le soutenir."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull - Pas de changement de philosophie dans les évolutions
Avec les évolutions introduites depuis Barcelone, Red Bull a changé du tout au tout l'aérodynamisme de sa RB13, même si la voiture n'était pas très différente sur le plan visuel.

L'équipe de Milton Keynes a certes encore du retard sur Ferrari et Mercedes, mais au niveau des vitesses atteintes dans les virages, Daniel Ricciardo et Max Verstappen ont été clairement plus compétitifs sur le circuit de Catalunya.

L'ingénieur en chef de Red Bull, Paul Monaghan, assure toutefois que la philosophie du design d'origine n'a pas été jetée aux orties.

"Nous ne changeons pas notre philosophie. On voit bien où se retrouve la voiture dans le classement. Nous poursuivons sur ce chemin en termes de développement depuis quelque temps, il semble prometteur, cela va donc rester ainsi."

"Il ne serait pas très sage d'opérer un changement de philosophie en ce moment. Et ce que nous faisons sur le long terme nous préoccupe bien plus."

Monaghan ne doute pas une seule seconde des progrès qui ont été permis par ces évolutions.
"Nous nous sommes incontestablement améliorés. L'indicateur n'est pas seulement le temps au tour, mais aussi l'efficience. Nous avons progressé et cela m'encourage. De plus, la voiture réagit de manière plus prévisible, ce qui est avant tout un avantage pour nos pilotes."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso reste 'ouvert à tout' pour l'année prochaine
Après sa parenthèse américaine, Fernando Alonso est désormais revenu à son train-train quotidien. Le retour à la réalité pourrait être brutal pour l'Espagnol avec une McLaren-Honda qui est toujours aussi peu compétitive.

Cependant le "meilleur rookie" des dernières 500 Miles d'Indianapolis est plus optimiste pour les courses à venir.

"Pour l'avenir, au Canada, nous essaierons de continuer à nous améliorer. La voiture semble mieux performer à chaque fois, avec ma 7ème place sur la grille à Barcelone et les deux voitures en Q3 à Monaco. Durant la deuxième moitié de la saison, nous serons plus compétitifs."

Les performances de McLaren durant cette moitié de saison seront décisives pour convaincre Alonso de prolonger son contrat. Une nouvelle fois interrogé sur son avenir, l'Ibère est resté plutôt évasif mais plus que jamais, on sent qu'un départ de Woking est dans le domaine du probable.

"Comme je l'ai dit, pour le futur, rien n'est clair. Mais je vois plus de possibilités que jamais."

"Il est toujours un peu tôt. Après l'été, je regarderai calmement toutes les options disponibles et je choisirai ce qui m'attire le plus. Je n'ai rien écarté. Je suis ouvert à tout. Mon ambition est toujours de gagner."
source: Nextgen-Auto.com

Prost - Ferrari va gagner beaucoup de courses cette année
Alain Prost, quadruple Champion du monde de Formule 1, a obtenu à Monaco une réponse qu'il attendait sur la compétitivité de Ferrari. Oui, la Scuderia sera en très grande forme tout au long de la saison selon lui.

"Maintenant, avec leur doublé, nous savons: Ferrari est bonne partout avec leur voiture", commente le Français, aujourd'hui consultant de Renault F1.

"Nous ne savions pas comment allait se comporter la Ferrari à Monaco, surtout en comparaison de la Mercedes, qui a un empattement très long, et aussi en comparaison de Red Bull, qui était aussi très performante sur ce circuit."

"Mais, sans aucun doute, chez Ferrari ils ont un super châssis et deux excellents pilotes. Et les deux pilotes peuvent être devant, y compris Kimi Räikkönen."

"Je ne crois pas qu'il y ait un pilote n°1 chez Ferrari. Je peux juste dire que Sebastian est un peu meilleur, il est aussi très constant et très difficile à battre. Ferrari va gagner beaucoup de courses cette année."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Ferrari a 16 semaines d'avance sur nous
Comment expliquer les performances en demi-teinte de Mercedes face à Ferrari cette saison? Toto Wolff, le directeur de l'écurie allemande, a une piste qui a le mérite de la simplicité comme de l'efficacité: la Scuderia a tout simplement commencé le développement de sa monoplace actuelle bien avant Mercedes.

"Selon nos informations [ndlr: James Allison, ancien directeur technique de Ferrari, est aujourd'hui chez Mercedes], Ferrari a commencé le développement de sa voiture très tôt, en décembre 2015. Pour nous, c'était seulement en mars 2016. Ensuite, Ferrari avait déjà concentré plus de 50 % de ses ressources sur la nouvelle voiture."

"Ferrari a peut-être 16 semaines d'avance, et durant ces 16 semaines, vous pouvez trouver de l'appui, ce qui représente quatre ou cinq dixièmes."

Ce n'est pas le seul avantage de Ferrari sur Mercedes. La Scuderia a historiquement toujours eu une hiérarchie claire dans son écurie, avec un pilote jouant le titre et un autre en soutien. C'est ainsi qu'à Monaco, de nombreux observateurs pensent que Kimi Räikkönen a été sacrifié dimanche dernier au profit de Sebastian Vettel - ce que la Scuderia a démenti.

Ancien pilote de F1 et président du GPDA, Alexander Wurz pense que se poser une telle question est en tout cas légitime.

"Bien sûr, vous devez vous poser cette question, même si Ferrari n'avait aucun besoin de faire une telle chose. Mais bien sûr, le Championnat du monde était en arrière-plan..."

Ferrari doit donc maintenant aussi gérer l'ego de Kimi Räikkönen - qui court toujours après une victoire cette saison. La Gazzetta dello Sport pense néanmoins qu'il s'agit d'un "problème sympathique" pour Maranello.

"C'était un problème similaire chez Mercedes entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg. Ce sera intéressant de voir maintenant comment Ferrari va gérer cette situation. Kimi Räikkönen ne montre presque jamais ses émotions mais c'était différent à Monaco" ajoute Luigi Perna dans le journal transalpin.

Kimi Räikkönen redresse la barre au bon moment chez la Scuderia. Pourrait-il ainsi sauver sa place au sein de la Scuderia en 2018?

"Son contrat arrive à expiration. Je crois qu'il aimerait courir encore l'an prochain et ce sera possible s'il continue sur la lancée de Monaco, et s'il ne cause aucune difficulté au sein de l'équipe" croit savoir Luigi Perna.

Kimi Räikkönen devrait donc se contenter de ce poste de numéro 2 officieux s'il veut sauver son volant chez Ferrari.
source: Nextgen-Auto.com

Alesi - Ferrari n'a pas favorisé Vettel
Jean Alesi, ancien pilote de F1 qui a fait une grande partie de sa carrière chez Ferrari, estime lui aussi que la Scuderia n'a pas cherché à favoriser Sebastian Vettel dimanche, lors du Grand Prix de Monaco.

C'est en effet grâce à un arrêt plus tardif que l'Allemand a pu prendre le meilleur sur Kimi Räikkönen.

"On peut comprendre un petit peu la déception de Kimi qui avait fait un week-end parfait, même jusqu'au drapeau à damier, mais la victoire de Vettel est sans discussion", déclare le Français en tant que consultant de 'Canal+'.

"La déception que l'on peut voir sur le visage de Kimi est sportive. C'est un peu la finale de Roland-Garros. L'un des deux a gagné, et le perdant n'est jamais content."

"Cela s'est joué sur la piste, il n'y a pas eu de choix intentionné de l'écurie pour faire gagner l'un ou l'autre, et il n'y a pas grand-chose à ajouter."

Franck Montagny, l'autre ancien pilote de F1 consultant de 'Canal +', n'est pas du tout du même avis.

"«A voir la mine que faisait Räikkönen sur le podium, on a l'impression que c'était quand même quelque chose de calculé. Je crois que Räikkönen, dans l'explication qu'il donne, la logique et ce qu'ils avaient prévu c'était que Vettel devait rentrer juste le tour après lui. Je pense que c'est pour ça que Kimi fait vraiment la gueule, c'est pour ça qu'il pense s'être fait voler la victoire. Normalement, Vettel devait rentrer un tour après Räikkönen."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli se défend de favoriser Ferrari, Wolff s'interroge
Le point faible, sans aucun doute, de la W08 cette saison, est l'exploitation des pneus. La Mercedes, cette "diva" selon Toto Wolff, n'arrive pas à exploiter les pneus dans leur bonne fenêtre de fonctionnement - ou quand elle y arrive, cette performance reste souvent inexpliquée.

Au contraire, la Ferrari, désignée en partie par un grand spécialiste de l'exploitation des pneus, James Allison (avant qu'il ne rejoigne Mercedes), réussit parfaitement à exploiter les Pirelli un peu plus durs de cette année.

Marco Tronchetti Provera, le PDG de Pirelli, présent dans le paddock de Monaco, s'est publiquement félicité du niveau de forme de la Scuderia. "Une équipe Ferrari qui est forte, c'est bon pour la F1" a-t-il assuré.

De quoi attirer l'attention, si ce n'est la suspicion, de Toto Wolff... Le directeur de Mercedes s'interroge aujourd'hui sur ce "mystère italien".

"J'ai eu une brève conversation avec Lewis après Monaco et je lui ai dit: 'est-ce que tu as senti que l'adhérence était de retour'? et il m'a dit: 'oui'. Pourquoi? Eh bien, ça reste un mystère italien. Nous devons simplement le comprendre parce que Ferrari est capable de le comprendre et de faire la course dans ces conditions, et nous devons y arriver aussi."

Pirelli, manufacturier italien, chercherait-il indirectement à favoriser ses compatriotes de la Scuderia?

Interrogé à la télévision italienne, Marco Tronchetti Provera, le PDG de Pirelli, a tenu à démentir catégoriquement ce sous-entendu de Toto Wolff. Il n'y a pas de solidarité nationale selon lui.

"Les pneus sont les mêmes pour tout le monde. Peut-être que Mercedes a été habituée à avoir beaucoup de succès, et maintenant, ils sont face à une énorme épreuve. Mais ils reviendront. Cependant, avec leurs ingénieurs qui ont bien travaillé en équipe, Ferrari a fait quelque chose que personne n'attendait. Vous devez leur rendre hommage et vous devez être satisfaits de ce travail mené par une équipe italienne."

Une autre donnée est peut-être à prendre en compte. Ferrari, Mercedes et Red Bull ont tous les trois participé à des essais l'an dernier pour développer les nouveaux Pirelli. Chez Mercedes, c'est Pascal Wehrlein et Nico Rosberg qui ont mené la majorité des tests - Lewis Hamilton n'a pas daigné se sacrifier. Pendant ce temps, chez Ferrari, les pilotes titulaires, Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen, ont pu accumuler des kilomètres avec les Pirelli 2017.

"Sebastian Vettel a travaillé d'une manière incroyablement sérieuse pour développer les pneus 2017" confirme le PDG de Pirelli. "Il a toujours été disponible pour nous, alors que tant d'autres ne l'étaient pas".

"Les pneus, c'est la force de Vettel" conclut l'ancien vice-Champion du monde Mark Webber.
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes et Tata Communications explorent le potentiel de l'Internet des Objets
Tata Communications, fournisseur officiel de la Formule 1 en connectivité et partenaire technologique de l'écurie Mercedes, lance aujourd'hui la quatrième édition du prix F1 Connectivity Innovation et son premier challenge autour de l'Internet des Objets (IoT).

Ce premier défi, introduit par Mercedes, demande aux fans de F1 et aux amateurs de technologie de proposer des idées de solutions IoT qui pourraient être utilisées par l'équipe Mercedes de façon à améliorer ses performances lors des Grands Prix.

Pour avoir la chance de gagner le grand prix de 50 000 $ US, les fans doivent concevoir une solution IoT qui aide l'écurie Mercedes à améliorer sa compétitivité dans trois domaines clés: la performance humaine, les opérations liées à la course et la gestion de la logistique.

Cette solution devra inclure la minimisation de l'impact du décalage horaire sur les ingénieurs et les pilotes, l'amélioration des performances des composants hors voiture tels que les couvertures de pneus et les unités de stockage de données et l'arrivée en temps opportun du fret pour chaque Grand Prix.

"Le calendrier du championnat de Formule 1 nous pousse à la perfection en matière de performances humaines, d'opérations de course et de logistique", déclare James Allison, directeur technique de Mercedes F1. "Nous souhaitons mesurer et optimiser toute l'activité de nos ingénieurs et de nos pilotes qui travaillent sur plusieurs fuseaux horaires, ainsi que la façon dont nous gérons un grand nombre d'appareils et d'équipements hors-route pour nous donner les meilleures chances de réussite sur la piste. Par exemple, nous avons un coach dédié à l'analyse des performances humaines qui conseille nos conducteurs et nos ingénieurs à travers des modèles d'optimisation du sommeil pour faire face au vols long-courriers et ainsi améliorer la collaboration sur la piste."

Lewis Hamilton, triple Champion du monde, sera l'un des juges du F1 Connectivity Innovation Prize.

"La Formule 1 est intimement liée aux nouvelles technologies et au fait de repousser les limites toujours plus loin; c'est ce que j'aime dans ce sport. L'Internet des Objets a le potentiel d'apporter des avantages concurrentiels à notre équipe et de changer la façon dont les fans suivent le sport aussi. C'est ce qui rend cette compétition si excitante. J'ai hâte de voir les idées des fans pour ce défi."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.