En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 11 Juin 2017

Magnussen trouve sa pénalité 'très injuste'
Kevin Magnussen, même s'il partait de la 18ème place, aurait pu finir dans le Top 10 ce dimanche à Montréal. Cependant, le Danois a dépassé Stoffel Vandoorne alors que la voiture de sécurité virtuelle était sur le point de se retirer, ce qui lui a valu une pénalité de 5 secondes.

Le pilote Haas a observé sa pénalité durant son arrêt aux stands et est ressorti 15ème de son garage. Il est ensuite remonté jusqu'à la 12ème place, mais l'effort fut insuffisant pour viser les points.

Avec le recul, il est difficile pour Kevin Magnussen de digérer sa pénalité: il pouvait facilement doubler Stoffel Vandoorne quoiqu'il arrive et avait même relaissé passer la McLaren juste après s'être rendu compte de son erreur.

"Au sujet de la pénalité, j'ai anticipé la fin de la voiture de sécurité virtuelle en accélérant, et je pensais probablement dépasser Stoffel Vandoorne. Je n'en étais pas sûr. Mais je l'ai laissé repassé de toute façon avant de le redoubler au prochain virage. Normalement, quand vous rendez votre position, c'est bon. Je l'ai rendue. Et ensuite j'ai dépassé Stoffel Vandoorne juste après. Il était devant. Je pense que c'est un jugement très injuste des commissaires."

"Ce genre de choses arrive. Je n'ai pas pu viser les points ensuite. Je me suis battu très dur et j'ai pris un bon départ. La stratégie opposée n'a pas marché, mais nous étions toujours là. Ce n'était pas mon week-end cependant."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso n'en peut plus de son moteur Honda
Fernando Alonso était sur le point de marquer le point de la dixième place lorsque son moteur Honda rendit l'âme à deux tours de la fin.

"La première chose à laquelle j'ai pensé, c'est que j'aurai droit à la dernière place sur la grille de départ de la prochaine course", déclare Fernando Alonso qui commence à maudire le constructeur japonais.

"Je ne sais pas si ce moteur s'est amélioré, je ne travaille pas pour Honda et je ne suis pas concepteur de moteur."

"Cette course a été difficile à cause de notre manque de puissance. On nous dépassait alors que nous n'étions qu'à la moitié de la ligne droite. C'est dangereux lorsqu'il y a une telle différence de vitesse en ligne droite. Mais j'étais dans les points avant d'abandonner. C'est pas grave, on essayera la prochaine fois", ajoute le champion espagnol.

"Je suis en F1 depuis 16 ans et ce point n'aurait pas changé ma vie, mais celle de l'équipe oui. Tôt ou tard, il faudra commencer à marquer des points afin de récompenser le travail que les mécaniciens font jour et nuit. Ils n'arrêtent pas de remplacer les moteurs, surtout cette année. C'est pour eux que je fais le maximum, c'est pour eux que je veux marquer des points", conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Sainz - Quelques centaines de mètres et puis c'est tout
Carlos Sainz n'a fait que quelques centaines de mètres en course avant d'accrocher Romain Grosjean et ensuite Felipe Massa. Il a été contraint à l'abandon, tout comme Massa.

"J'ai pris un départ normal, sans gagner ou perdre une position", raconte Carlos Sainz.

"J'ai pris l'extérieur dans le deuxième virage afin de dépasser Fernando Alonso mais après ça, je ne sais vraiment pas ce qui est arrivé. Je ne l'ai découvert qu'en regardant les images. Il y avait une Haas (Grosjean) à côté de moi, mais elle était un peu derrière moi, dans l'angle mort."

"Nous nous sommes touchés et ensuite je n'ai plus été qu'un passager de ma propre voiture. Dans le virage 3, j'ai touché Massa. J'ai terminé dans le mur et grâce à Dieu, je n'ai rien."

"Ce sont des choses qui arrivent parfois quand on est au milieu du peloton. Il faut maintenant que je tourne la page et que je commence à penser à la prochaine course", ajoute le pilote espagnol.

Sainz risque une pénalité puisqu'il est convoqué par les commissaires de la FIA. Pas certain que la théorie de l'angle mort soit suffisante...
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen est très énervé après son abandon
Après la déception de Monaco, liée à la stratégie, Max Verstappen peut de nouveau avoir un sentiment désagréable aujourd'hui au Canada. Le Néerlandais avait pris un départ fantastique pour pointer au deuxième rang après le premier virage mais au bout de quelques tours, sa Red Bull en a décidé autrement et un problème électrique a mis fin à sa course.

"C'est de la merde, vraiment", assène-t-il sous le coup de la colère. "J'ai perdu toute la puissance d'un coup. Je voulais accélérer et tout s'est éteint sur le tableau de bord, je ne pouvais plus communiquer, il n'y avait rien. C'est vraiment décevant, surtout en étant deuxième."

"Le départ était superbe, je n'ai pas patiné et je pense que c'est le meilleur départ qu'une Red Bull a pu prendre. Je n'ai rien remarqué quand j'ai apparemment touché Vettel mais ce sont des choses qui arrivent. Mais au final, je repars les mains vide, ça fait chier."

Verstappen rappelle au passage qu'il était en train de signer un résultat meilleur que le potentiel de sa monoplace: "On sait que la voiture n'est pas assez bonne pour terminer deuxième mais je pense que j'aurais pu la garder car on sait que c'est très difficile de dépasser. Je m'éloignais de Bottas donc ce n'était même pas une bataille. J'aurais pu terminer sur le podium."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean - Sainz a été très dangereux!
Romain Grosjean a terminé dans les points le Grand Prix du Canada mais il s'en est fallu de peu pour que sa course s'arrête dès le premier tour.

Après le 2ème virage, Carlos Sainz l'a tassé sur la droite à deux reprises. Les deux monoplaces se sont accrochées. Le Français s'en est sorti avec un aileron avant cassé, alors que Sainz est parti à la dérive et a tapé Felipe Massa sur sa lancée.

Pour Grosjean, aucun doute, la faute est sur Sainz.

"Les images parlent toutes seules! Que dire de plus? J'étais à l'intérieur, Carlos a l'extérieur et il s'est rabattu deux fois sur moi, vers la droite. Je suis d'abord allé sur l'herbe, je suis revenu sur la piste et là il m'a tapé une 2ème fois."

"Pour moi, il a été très dangereux", ajoute Grosjean. L'Espagnol est d'ailleurs convoqué par les commissaires de la FIA.

"Heureusement ça s'est bien fini avec le crash de Carlos et Felipe dans le virage 3. Les conséquences auraient été bien plus lourdes."

Grosjean a fait changer son aileron et a chaussé les pneus super tendres à la fin du 1er tour.

"J'ai tenu 69 des 70 tours avec le même train de pneus. Etrange non, pour des pneus super tendres? Mais bon, nous avons réussi, je n'y croyais pas au début et au final, nous sauvons un point."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen a mal commencé et mal terminé la course
Kimi Räikkönen a mal commencé sa course et malheureusement pour lui, elle s'est aussi mal terminée à cause de quelques soucis techniques.

"J'ai un peu patiné au départ et cela m'a fait perdre quelques positions", raconte Kimi Räikkönen.

"Ensuite, j'ai eu des difficultés à faire monter mes pneus à la bonne température. Après ça, mon rythme a été excellent et j'ai pu revenir sur les pilotes qui me précédaient."

Lors de son deuxième arrêt, Kimi Räikkönen a chaussé des pneus ultra tendres et il revenait comme un furieux sur les deux Force India et la Red Bull de Daniel Ricciardo. Dans le même temps, Sebastian Vettel revenait aussi sur lui, mais à cause d'un problème technique, cela ne s'est pas passé comme il le voulait.

"J'avais un très bon rythme lorsque j'ai remis des pneus ultra tendres, mais ensuite j'ai eu des problèmes avec mes freins et j'ai perdu tous mes espoirs de gagner des positions. Après ça, ma seule préoccupation était de rejoindre l'arrivée. Je ne sais pas si nous pouvions gagner cette course, mais il y a des fois où tout tourne mal", ajoute le Finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Pérez - Ocon n'a jamais été assez proche de moi
Sergio Pérez a tenu bon de bout en bout. Pressé par son équipe de laisser passer Esteban Ocon, plus rapide, le Mexicain a temporisé en assurant qu'il pouvait arriver de lui-même à passer Daniel Ricciardo devant lui. Finalement, Sergio Pérez a laissé s'échapper l'Australien et a résisté, de manière très virile, aux tentatives de dépassement de son jeune coéquipier.

Après la course, Sergio Pérez, 5ème final de l'épreuve, devait donc défendre son pré carré, alors que l'on pourrait l'accuser de ne pas avoir respecté les consignes de son écurie.

"J'ai passé beaucoup de temps derrière Ricciardo dans la fenêtre du DRS et j'étais vraiment proche de lui. J'avais besoin qu'il commette une seule erreur, un petit blocage de roues, mais il a mené une course parfaite. Il n'a pas fait une seule erreur."

"Quand l'équipe m'a demandé que je le laisse passer [Ocon], nous arrivions sur des retardataires donc j'ai demandé à ce que l'on me donne ma chance.

"Au bout du compte, j'ai eu 40 tours pour tenter de dépasser Ricciardo et il n'a pas commis une seule erreur. Esteban a passé 40 ou 50 tours derrière moi sur des pneus beaucoup plus frais et il n'a jamais été assez proche pour tenter un dépassement. Finalement, nous avons tous fini où nous méritions de finir."

"Nous travaillons tous pour l'équipe et je travaille pour Force India et je veux obtenir le meilleur résultat pour eux. Nous devons simplement arriver avec un plan et une solution pour le futur dans le cas où nous nous trouverions de nouveau dans cette situation. Alors, nous saurons quoi faire."

Il est à noter que Sergio Pérez n'est tout de même pas très objectif puisqu'Esteban Ocon a bel et bien tenté une manœuvre de dépassement dans la ligne droite avant la chicane. Mais le Mexicain a alors choisi de fermer la porte à l'intérieur.

Otmar Szafnauer, le directeur des opérations piste, a connu une journée de travail plus animée que de coutume sur le muret des stands. Il assure que Force India n'avait aucune garantie que Esteban Ocon puisse effectivement dépasser Daniel Ricciardo.

"Nous avions envisagé d'échanger les places plus tôt mais Sergio voulait un peu plus de temps et Ricciardo arrivait sur des retardataires. Nous lui avons donné son accord et alors que Sergio essayait de doubler, les Ferrari nous ont rattrapés, et à ce moment, vous ne pouvez pas échanger les positions parce que cela vous prend deux ou trois secondes."

"La question est: est-ce qu'Esteban avait le rythme pour dépasser Ricciardo? Vous ne pouvez pas avoir une réponse. Si c'était le cas, alors oui, il aurait fallu le faire. Mais dans le cas contraire, vous perdez du temps et échanger de nouveau les positions empire la situation. Donc c'est une bonne ligne de conduite. Si la réponse avait été oui à 100 %, alors oui, nous l'aurions fait, mais nous ne le savions pas."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel n'a pas reçu la coupe qu'il espérait
La course de Sebastian Vettel a été compromise dès le départ lorsque Max Verstappen a emporté une partie de son aileron avant dès le premier virage, juste après le départ.

Le champion allemand est remonté en piste en dernière position mais il a pu remonter jusqu'au pied du podium. Il n'a pas réussi à dépasser Daniel Ricciardo, mais il s'en est fallu de peu.

"Je voulais une coupe, mais je n'en ai pas reçu" déclare Sebastian Vettel. "C'est vraiment dommage, car elle était juste devant moi cette coupe au départ de la course. Je pense que la victoire était à ma portée. J'ai eu un départ difficile, mais je n'ai pas baissé les bras. Lorsque je suis arrivé derrière ce groupe de voitures, j'étais assez confiant."

Et l'accrochage avec Verstappen dans le premier virage? "Trois voitures, cela ne passe pas dans ce virage. Il a vu qu'il y avait de la place et il a bien joué, mis il a touché mon aileron avant. Il ne l'a pas fait exprès, car les risque qu'il ait une crevaison était très grands", ajoute Vettel.
source: Nextgen-Auto.com

Bottas est fier de la progression de Mercedes en deux semaines
Valtteri Bottas a tenu à féliciter son équipe pour le doublé signé à Montréal, alors qu'il a fini deuxième derrière Hamilton, surtout après le difficile Grand Prix de Monaco il y a deux semaines. Bottas a pris la deuxième place après quelques tours, lorsque Verstappen a abandonné, et les Mercedes ont maîtrisé la course de bout en bout pour signer le premier doublé de 2017.

"Evidemment que ça fait du bien, je remercie Montréal car c'est ma cinquième course ici et la troisième fois que je termine sur le podium, c'est un bon circuit pour moi" se félicite Bottas. "Nous avions besoin de ce doublé et des points qui vont avec et après la difficile course de Monaco, je suis très impressionné de ce que l'équipe a fait. Notre progression en deux semaines est impressionnante et je suis fier d'y avoir contribué."

Concernant sa course, Bottas avoue que la première partie n'a pas été simple: "C'était un peu difficile au début, derrière la Red Bull, puis j'ai été coincé derrière une Force India et j'ai perdu du temps. Nous avons ensuite séparé les stratégies, j'ai mis les tendres et Lewis contrôlait ensuite la course. Je savais ce que je devais faire, ramener la voiture à l'arrivée et marquer les points, c'est une bonne chose pour nous avant Bakou."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon - il va falloir qu'on discute un peu en interne...
Les deux Force India ont été une des principales attractions du Grand Prix ce dimanche à Montréal. Désobéissant aux consignes de son écurie, Sergio Pérez a refusé de laisser passer un Esteban Ocon visiblement plus rapide.

Le Français aurait pu aller cher Daniel Ricciardo, mais c'est finalement Sebastian Vettel qui a tiré les marrons du feu. La Ferrari a profité des bisbilles entre les deux monoplaces roses pour aller chercher la 4ème place.

Dans son tour de décélération, Esteban Ocon ne cachait pas son agacement en pensant à son coéquipier.

"Il ne peut pas faire ça, il ne peut pas faire ça. Il a changé de direction au dernier moment. Il ne peut pas faire ça. Ce n'est pas juste du tout. Ce n'est pas juste du tout."

Le Français, professionnel, est resté calme au moment de répondre à Canal +, quelques minutes après l'arrivée.

"C'était un Grand Prix acharné. Il a fallu pousser fort de bout en bout. Il va falloir qu'on en discute un peu avec l'équipe... J'avais beaucoup plus de vitesse, j'aurais pu tenter de dépasser Ricciardo, il y aurait eu une opportunité avec son déficit en ligne droite. J'allais sept ou dixièmes plus vite que Sergio donc c'était à tenter."

"C'était chaud sur la fin avec mon coéquipier, on va se tirer la bourre jusqu'à la fin de l'année et ça va être sympa. Il y a des choses à discuter. Voilà, c'est la course, c'est comme ça, il n'y a pas de copains."

Esteban Ocon a été l'animation de ce dimanche canadien. Mais l'ancien pilote Manor ne pense pas qu'il s'agit là de sa plus belle course jusqu'à présent en F1.

"Non, ce n'était pas ma plus belle course. Il y a d'autres courses plus belles que vous n'avez peut-être pas vues à la télé."

La course du Français au Brésil, l'an dernier, sous la pluie, fut elle aussi particulièrement honorable.

Avec la 5ème place de Sergio Pérez et la 6ème place d'Esteban Ocon, Force India marque tout de même de gros points au championnat.
source: Nextgen-Auto.com

Stroll - Mes premiers points, c'est cool!
Parmi les faits marquants de ce Grand Prix du Canada, il y a les premiers points - enfin! - de Lance Stroll.

Le Québécois termine 9ème, à domicile. Il est évidemment ravi à l'arrivée.

"Je n'ai jamais douté de moi. Mes premiers points, c'est cool. Je sais que j'ai encore besoin de progresser, je suis loin d'être parfait mais je sais qu'avec notre voiture, si je suis au rendez-vous, les points doivent être l'objectif. Je suis très heureux de marquer à domicile. C'est génial", dit-il.

Lance a été vite rejoint par son père, Lawrence, qui finance sa carrière.

"Il a fait une super course, il avait un très bon rythme. Je suis certain que ces points sont les premiers parmi beaucoup d'autres à venir."

Rob Smedley, le responsable de la performance, ajoute: "il a passé quelque chose comme 5 voitures pour que la stratégie puisse fonctionner. Du super travail!"

C'est aussi une performance saluée par Claire Williams, la directrice adjointe de l'équipe.

"Il a eu un début d'année difficile, alors avoir une course comme ça aujourd'hui, marquer des points, c'est ce que chaque débutant espère. C'est fantastique que cela arrive à sa course à domicile. C'est un rêve qui devient réalité pour lui."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo - Je ne pouvais pas me permettre la moindre erreur
Il y a finalement une Red Bull sur le podium de ce Grand Prix. Daniel Ricciardo a profité du mauvais départ et des problèmes de Ferrari (et de son équipier, Max Verstappen) pour prendre la 3ème place du Grand Prix du Canada.

L'Australien admet qu'il a eu la vie dure pendant les 70 tours de la course.

"Je me suis seulement amusé quand j'ai vu le drapeau à damier!" lance Ricciardo sur le podium.

"C'était vraiment dur pour moi. J'ai dû défendre ma position pendant toute la course. Nous n'étions pas très rapides pour être honnête."

"J'ai eu de la pression, de la pression et encore de la pression. Je ne pouvais pas me permettre de faire la moindre erreur avec les Force India derrière moi. C'est devenu très chaud en fin de course."

"Ce Grand Prix a été un vrai test pour ma concentration mais je pense avoir apprécié ça. Et c'est génial de finir sur le podium."

Christian Horner se réjouit évidemment de ce podium.

"Nous avons vraiment fait des grands progrès ce week-end, sur un circuit qui ne nous était pas favorable. C'est juste dommage d'avoir perdu la voiture de Max Verstappen si tôt sur un problème. Daniel a été parfait et il mérite ce podium."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Une victoire vraiment spéciale
Lewis Hamilton a remporté aujourd'hui le Grand Prix du Canada en s'élançant parfaitement depuis sa pole position.

Le Britannique n'a jamais été inquiété en tête de course, profitant du bon départ de Max Verstappen derrière lui pour creuser l'écart sur son équipier.

C'est une victoire tranquille pour le triple Champion du monde mais très émouvante. Il remonte à 13 points de Vettel, son adversaire au championnat, qui a fini 4ème seulement.

"J'ai eu ma première pole position ici, j'ai eu ma première victoire ici, il y a tout juste 10 ans. Alors répéter ces deux choses ce week-end, c'est juste incroyablement spécial", explique Hamilton sur le podium.

"Je dois vraiment remercier mon équipe qui rend tout ça possible. Les gars à l'usine ont vraiment travaillé très dur pour corriger ce qui n'allait pas lors de la dernière course à Monaco."

"Nous avons réussi à battre les Ferrari. Je suis sur mon petit nuage maintenant."
source: Nextgen-Auto.com

GP du Canada - Course
Lewis Hamilton s'est montré intouchable au GP du Canada. Le pilote Mercedes a mené de bout en bout les 70 tours de la course pour signer la 56ème victoire de sa carrière en F1, sa 6ème à Montréal. Mercedes signe son premier doublé de la saison avec Valtteri Bottas qui devance sur le podium Daniel Ricciardo (Red Bull) et prend la tête du Championnat des Constructeurs avec 8 points d'avance sur la Scuderia Ferrari.

La Scuderia Ferrari a vécu une course difficile avec ses deux voitures. Sebastian Vettel a dû réaliser une remontée depuis le fond du peloton après avoir dû s'arrêter aux stands pour changer d'aileron avant après un contact de Max Verstappen (Red Bull) au départ. Le Néerlandais a abandonné plus tard sur casse mécanique.

Le leader du championnat a profité de la lutte interne chez Force India pour remonter jusqu'à la 4ème place malgré deux arrêts contre un pour la plupart de ses concurrents. L'Allemand ne dispose plus que de 12 points d'avance sur Lewis Hamilton.

Sergio Pérez (Force India) complète le top cinq devant son coéquipier Esteban Ocon. Le Mexicain a refusé de respecter les consignes lui demandant de laisser passer le Français pour qu'il tente sa chance, quitte à rendre sa position par la suite.

Nico Hülkenberg (Renault) finit 8ème devant Lance Stroll (Williams) qui décroche ses premiers points à domicile. Romain Grosjean (Haas) complète le top dix devant Kevin Magnussen (Haas), Marcus Ericsson (Sauber), Stoffel Vandoorne (McLaren) et Pascal Wehrlein (Sauber).

Fernando Alonso était tout proche d'offrir à McLaren ses premiers points de la saison, mais le double Champion du monde a abandonné sur casse mécanique à deux tours de l'arrivée alors qu'il occupait la 9ème place. Daniil Kvyat (Toro Rosso) a également mis pied à terre suite à un souci.

Le départ a été perturbé par l'accrochage entre Carlos Sainz (Toro Rosso) et Felipe Massa (Williams). L'Espagnol s'est retrouvé en tête-à-queue après avoir fermé la porte à Romain Grosjean et est allé percuter le Brésilien. L'incident est sous enquête des commissaires. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Renault - Pas d'évolution moteur majeure à venir
Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport, a tenu à répondre à Christian Horner.

Le patron de Red Bull a, encore une fois, utilisé les médias pour mettre la pression sur Renault, en disant qu'il espérait que la nouvelle évolution du V6 français arriverait pour Bakou, dans deux semaines.

"C'est Red Bull qui a dit qu'il y aurait une évolution pour Bakou. Mais il y a des évolutions permanentes. A chaque course nous faisons de petits progrès."

"L'année dernière nous avons créé une grosse attente et nous avons sorti effectivement une grande évolution qui a eu un gros impact."

"Mais nous ne pouvons pas répéter ce genre de choses tous les ans. Il y aura des évolutions, des améliorations constantes, qui feront la différence. Mais il n'y aura pas d'évolution magique. A chaque course notre moteur devient de plus en plus fiable grâce au programme sur le banc."

"Franchement, la prochaine évolution majeure, ce sera l'année prochaine. Ce sera un concept complètement nouveau. Il fera la différence. Mais ce sera en 2018."
source: Nextgen-Auto.com

Haas veut viser les points avec ses deux voitures chaque week-end
Pour la première fois depuis son entrée en F1 il y a quinze mois, l'équipe Haas a réussi à placer ses deux voitures dans les points à l'arrivée d'un Grand Prix.

C'était il y a deux semaines, à Monaco. Avec la volonté de faire la même chose tout le temps maintenant. Ce très beau résultat d'ensemble en dit toutefois déjà long sur la progression de la structure américaine.

"Cela montre la maturité de notre équipe" précise Steiner. "Nous sommes dans un environnement très compétitif en milieu de peloton, mais l'équipe travaille mieux. Les pilotes travaillent bien ensemble, ils se poussent à être meilleurs. Les choses avancent et si nous continuons comme cela, nous viserons un tel résultat tous les week-ends."

Steiner explique aussi le raisonnement derrière l'engagement d'Antonio Giovinazzi pour sept séances d'essais libres jusqu'à la fin de saison.

"Nous voulons juste faire progresser un jeune pilote car pour l'instant, si l'un d'entre eux gagne ou est compétitif en GP2, où va-t-il? Si nous ne leur donnons pas la chance d'aller en Formule 1, nous n'aurons plus aucun talent qui arrivera."

"Nous avons un partenariat technique avec Ferrari et nous les aidons avec leurs pilotes, nous aidons à faire progresser leurs pilotes de développement et nous leur avons dit que nous aiderions des pilotes à franchir les étapes, et nous aurons peut-être les grandes stars de demain" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Malgré les difficultés, les relations restent bonnes entre Alonso et McLaren
Zak Brown affirme être le premier peiné par la situation actuelle du projet McLaren Honda.

Le directeur exécutif de l'équipe de Woking comprend donc la frustration de Fernando Alonso mais il veut garder un espoir de conserver l'Espagnol en 2018. Avec ou sans Honda.

"Je pense que Fernando adore cet environnement chez McLaren. Je ne pense pas qu'il y ait une autre équipe pour laquelle il a plus envie de courir que la nôtre. Mais il veut courir à l'avant de la grille de départ. Et je l'ai bien saisi", dit-il.

"Il n'y a aucune tension entre Fernando et McLaren", précise l'Américain. "Notre relation n'a jamais été plus saine. Nous sommes frustrés ensemble."

"Nous avons été clairs avec lui: nous voulons qu'il reste et il a été clair avec nous: il veut rester. Mais pour cela nous devons lui fournir une voiture plus compétitive. Donc toute notre attention est portée là-dessus."

Brown a confirmé l'existence d'un plan B (Mercedes) et même d'un plan C (un Renault rebadgé?) si Honda ne parvient pas à convaincre qu'un redressement spectaculaire peut être fait d'ici la fin du mois de juillet.
source: Nextgen-Auto.com

Villeneuve - Vettel, le plus complet des pilotes
Vettel mène actuellement le Championnat du monde des pilotes avec une avance confortable de 25 points sur son rival Lewis Hamilton.

Même si le Britannique a décroché la pole à Montréal, Jacques Villeneuve pense déjà que c'est le pilote Ferrari qui va décrocher le titre de Champion du monde 2017, ce qui sera sa 5ème couronne.

La certitude de l'ancien pilote de Formule 1 est, selon lui, fondée.

"Parce que Vettel n'a aucune faiblesse et Ferrari a l'air, pour le moment, de ne pas en avoir non plus" constate-t-il.

"Il est le pilote le plus complet du plateau."

Le Canadien se montre moins enthousiaste concernant les dernières rumeurs et notamment le fait que la F1 garde la base des moteurs V6 turbo au-delà de 2020 (bi-turbo en 2021), alors que selon lui, elle devrait "les jeter à la poubelle."

Villeneuve plaide pour un retour des moteurs V8, V10 ou V12 "qui permettent d'y aller plein pot (sic)", et pour "quoi que ce soit qui soit nécessaire pour avoir de nouveau des vraies voitures de course en Formule 1."

"Ҫa doit être un sport extrême et un endroit pour les gladiateurs, et ça ne l'est plus maintenant, même avec ces nouvelles F1. Je ne serais pas surpris que les gens commencent à s'ennuyer si ça ne devient pas plus difficile encore", conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Ocon - Stroll finira par trouver la solution
Esteban Ocon pense que Lance Stroll va réussir à trouver une solution à ses problèmes actuels de compétitivité au volant d'une Formule 1.

Le Français s'en est mieux sorti que le Québécois pour ses débuts en Formule 1 et il impressionne aujourd'hui chez Force India. Ce n'est pas le cas de Stroll chez Williams, alors que le champion de F3 en titre a pourtant bénéficié d'un énorme travail de préparation en essais privés.

"Premièrement, j'ai plus d'expérience (en Grands Prix) que lui, ce qui fait toute la différence. J'ai été mieux préparé que lui, j'ai effectué beaucoup d'essais avec des équipes importantes. Aussi, j'ai roulé et côtoyé plusieurs pilotes en F1 avant ça", explique Ocon au Journal de Montréal.

"Il trouvera la solution, c'est un bon pilote", ajoute le Français.

Ocon a également commenté sa bonne performance en qualifications, juste derrière son coéquipier Sergio Pérez. Mais il espérait un peu mieux...

"C'est la position où nous sommes. La Williams — de Felipe Massa — a été plus rapide que nous et la différence, ce fut les vibreurs. Il y a des bosses sur la piste et certaines équipes peuvent en prendre plus sans déstabiliser la voiture. La difficulté ici, c'est qu'il faut absorber les chocs pour éviter de se projeter sur les murs. En course, on imagine que ce sera compliqué d'aller chercher les Ferrari et les Mercedes. On a fini deux secondes derrière eux lors des qualifications. Quant aux Red Bull, on a seulement un écart de sept dixièmes et on pourrait être capable d'aller les chercher."
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene - Pas le temps de célébrer les victoires cette saison
Ferrari est dans une période faste et pour le prouver, a remporté sa première course à Monaco depuis 2001 en signant le doublé. Toutefois, Maurizio Arrivabene assure qu'il est compliqué de célébrer un résultat pourtant exceptionnel.

"Nous n'avons pas vraiment célébré (en public) nos victoires cette saison" explique-t-il à Montréal.

"Comme je l'ai dit, nous devons garder les pieds sur terre. Nous étions heureux de gagner à Monaco pour la première fois depuis très longtemps et lors des premières secondes, c'était quasiment historique. Puis l'on s'est rappelé du calendrier et du nombre de courses restantes, et c'est là qu'il faut baisser la tête et se remettre au travail."

"Tout le monde était heureux et a célébré la victoire mais ensuite, il a fallu revenir dans les stands, démonter les garages et le lendemain, tout le monde était sur la route pour Maranello. Le lundi matin, nous avons un débriefing de la course et tout le monde était déjà concentré sur la suivante."

Arrivabene pense que Ferrari a eu raison de faire rouler ses deux pilotes titulaires lors des essais privés de Pirelli afin de mieux comprendre les pneus et leur fonctionnement.

"Sebastian a fait environ 2000 kilomètres, Kimi en a fait plus de 1000, donc cela fait 3000 kilomètres avec nos pilotes officiels. Cela nous a aidé mais rien n'empêchait les autres équipes de faire pareil, nous avons fait notre boulot car nous pensions que c'était important de prendre en considération les nouveaux pneus. Ce n'est pas un secret que nous pensions que c'était la meilleure chose à faire."

Comme à son habitude, le directeur de la Scuderia refuse de parler des contrats en place et du choix des pilotes pour 2018, alors qu'il se murmure que Vettel a été prié de rendre une réponse avant Monza, en septembre.

"Nous n'y pensons pas, nous pensons au championnat et nous sommes concentrés dessus. Comme je l'ai souvent dit, nous travaillons tous ensemble, les pilotes aussi, et nous nous concentrons sur autre chose que les contrats."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren ne s'engagera pas en Indycar (pour Alonso) pour l'instant
Fernando Alonso a lâché une nouvelle bombe dans le paddock, après avoir regardé la course d'Indycar qui avait lieu au Texas cette nuit: il n'écarte plus une saison complète dans cette discipline en 2018, s'il ne trouve pas de voiture compétitive en F1 (lire notre information parue plus tôt).

Evidemment tous les regards se sont portés à nouveau vers Zak Brown, le directeur de McLaren.

L'Américain est-il prêt à monter en urgence une équipe afin de conserver Alonso d'une manière ou d'une autre? Il commence par évoquer le cas particulier d'Indianapolis.

"Oui nous voulons voir McLaren à l'Indy 500 régulièrement. Mais cette décision n'a pas été prise. Au mieux, c'est une décision que nous pourrons prendre dans quelques mois. Si cela ne tenait qu'à moi, nous ferions notre retour en Indy."

L'Indy 500 est une chose, une saison complète en Indycar en est une autre.

"Oui, ce n'est pas sur notre radar pour les toutes prochaines années. Si nous voulons le faire correctement. L'Indycar n'est donc pas un sujet brûlant pour McLaren en ce moment."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren demande à Vandoorne de s'adapter plus vite à la F1
Course après course, Stoffel Vandoorne rencontre des difficultés à suivre le rythme effréné de Fernando Alonso et semble avoir du mal à s'habituer à la Formule 1. McLaren le confirme d'ailleurs en pressant son pilote à s'adapter à ce nouvel environnement.

"Dans les catégories inférieures, les voitures sont les mêmes pour tout le monde et on s'y adapte, puis le style de pilotage ne change plus. Mais en F1, il y a toujours des améliorations qui changent le caractère de la voiture" analyse Eric Boullier.

Une version édulcorée qui semble ne pas être aussi clémente au sujet du Belge en interne. Une source au sein de l'équipe, tenant à rester anonyme, explique même que Vandoorne montre déjà certaines limites.

"La situation avec Honda n'aide pas, mais le problème est que Stoffel n'est pas Lewis Hamilton et que McLaren pensait qu'il l'était. Il est bon mais ce n'est pas une star. Ce n'est pas possible d'aller à Barcelone, sur un circuit où il a autant roulé, et d'être si loin de son équipier. Il est vrai qu'avant ses débuts en 2007, Hamilton avait fait de nombreux essais et que Vandoorne n'a pas eu cette chance. Mais Verstappen ne l'a pas eue non plus."

Si ces propos représentent les pensées réelles de l'équipe anglaise, la suite de sa carrière pourrait déjà se retrouver mise en défaut par cette première saison qui était pourtant très attendue.
source: Nextgen-Auto.com

Allison confirme que la Mercedes reste difficile à régler
Mercedes n'a pas caché ses difficultés à faire fonctionner les pneus les plus tendres de la gamme Pirelli, spécialement depuis le très difficile Grand Prix de Monaco où les W08 ont eu beaucoup de mal à utiliser les gommes italiennes.

Même si à Montréal les choses vont mieux, la situation reste précaire

"Il faut quand même se rappeler que nous avons signé cinq pole positions en sept courses et que nous en avons remporté trois" tempère James Allison. "Nous avons été présents aux avant-postes presque à chaque occasion. La voiture a des points forts mais il y a quelques pièges sur sa manière de se comporter et c'est difficile de la régler. Il y a beaucoup de choses à faire à court terme tout autant qu'à moyen terme."

Le fait d'avoir confié le développement des gommes à Pascal Wehrlein l'an dernier, au volant de la voiture 2015 aménagée pour simuler le règlement 2017, est désormais critiqué puisque Ferrari avait confié cette tâche à Sebastian Vettel et que la monoplace italienne semble beaucoup moins souffrir de ces pneus.

"C'est difficile à dire. Je dirais que ça a eu un petit effet, mais le plus important est le travail effectué sur la voiture depuis que la saison a débuté et pour l'améliorer, la vraie voiture, avec les vrais pneus, à mesure que la saison avance."

Lewis Hamilton a semblé particulièrement touché par les problèmes rencontrés avec les pneus, se montrant notamment en retrait à Sotchi et complètement hors du coup à Monaco avant de revenir très, très fort, hier lors des qualifications. Au point d'éclipser totalement Valtteri Botttas cette fois.

"Je tiens à dire avant tout que si vous regardez tout au long de la grille, il y a eu plusieurs occasions lors desquelles des pilotes étaient très forts face à leurs équipiers. Lewis a eu quelques moments difficiles. Il ressent un manque d'adhérence et quand nous regardons les données après coup, nous voyons qu'il y en avait pourtant. Mais il est très facile de dépasser un peu trop cette adhérence et de perdre beaucoup de temps."

"Lewis l'a ressenti plusieurs fois, Valtteri aussi mais il en a été touché différemment et lors d'autres courses. Nous avons une voiture qui est très performante, qui est capable d'être à l'avant du peloton, mais sa fenêtre de performance est très étroite et il est très facile d'en dévier" conclut Allison.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo et Verstappen fatalistes après les qualifications
Après une nouvelle déception en qualifications, les pilotes Red Bull ne peuvent que constater le retard qui subsiste entre leur équipe et les deux écuries de pointe que sont Ferrari et Mercedes. En Q3, l'équipe autrichienne n'a pas été capable de suivre.

"Comme attendu, ils ont haussé leur niveau de puissance dans la dernière partie des qualifications" a regretté Daniel Ricciardo, avant d'essayer d'en plaisanter.

"Nous ne pouvons pas le faire. Je pense que cette puissance supplémentaire du Mercedes serait presque effrayante pour nous, mais ce serait un bon problème à avoir."

Max Verstappen espère voir la nouvelle version du moteur français dès le prochain Grand Prix à Bakou mais n'est pas sûr qu'il soit au programme.

"C'est comme ça, je ne peux pas influencer la situation. On peut être fatigué, énervé, mais ça ne résout rien. C'est mieux d'être optimiste et d'essayer de tirer le maximum de la situation."

Dans tous les cas, il est persuadé que Red Bull va devoir tirer des conséquences de cette saison difficile, car l'équipe ne repartira pas d'une feuille blanche en 2018.

"Les règles ne changent pas beaucoup, donc le plus l'équipe apprend cette saison, le mieux c'est pour l'an prochain."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Ma relation avec Fernando avait intoxiqué McLaren
Il en parle rarement, mais Lewis Hamilton est revenu sur l'année qu'il a passée chez McLaren aux côtés de Fernando Alonso, il y a 10 ans.

Les rumeurs d'un transfert d'Alonso chez Mercedes ont rappelé à Hamilton ce qu'avait été leur cohabitation sous la direction de Ron Dennis, mais Hamilton n'estime pas que refaire équipe avec Alonso dépendrait de lui.

"Il ne s'agit pas que de moi, mais plutôt des centaines de personnes qui travaillent dans l'équipe" explique-t-il.

"Ma relation avec Fernando était toxique et a intoxiqué toute l'équipe. Oui, c'était devenu personnel, car on s'entend avec certaines personnes et avec d'autres, il est impossible de cohabiter."

"Si vous mettez deux champions du monde dans la même équipe, chacun essaiera de faire au mieux et aucun n'abandonnera, ça crée des conflits."

Mais pour Hamilton, ces tensions avec Alonso sont de l'histoire ancienne.

"La Formule 1 est un spectacle et il n'y a que peu de pilotes qui peuvent faire ce spectacle. Il y a Alonso, Vettel, moi... J'espère qu'ils pourront résoudre leurs problèmes, chez McLaren."
source: Nextgen-Auto.com

Audi 'ravi' de discuter des futurs moteurs de F1
Audi n'écarte plus totalement une arrivée en Formule 1, à moyen terme.

Le constructeur allemand participe activement aux différentes réunions chargées de préparer le moteur de 2021, qui pourrait être la plateforme idéale pour commencer dans le sport.

Dieter Gass, le responsable de Audi Motorsport, reconnait que le Diesel Gate qui continue à secouer le groupe Volkswagen fait que "ce n'est probablement pas le moment pour nous d'annoncer une arrivée en F1" mais, d'ici à 2021, tout aura évolué.

Pour représenter Audi et VW, c'est Stefano Domenicali, l'ancien directeur de la Scuderia Ferrari, qui a été choisi. L'italien est aujourd'hui le patron de Lamborghini, une autre marque du groupe qui pourrait se lancer en F1.

"Ce qui est bien, c'est que tous les motoristes actuels et potentiels ont été invités par la FIA à ces réunions préparatoires. Nous sommes ravis d'en discuter avec tout le monde. Bien entendu, Stefano connait très bien le sujet et il me tient informé de tous les développements."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Pirelli a certainement plus écouté Vettel pour ses pneus
Toto Wolff a reconnu que l'exploitation des pneus Pirelli restait un domaine à améliorer chez Mercedes, même si la pole de Lewis Hamilton obtenue hier semble confirmer que l'équipe allemande est sur la bonne direction.

Comme toujours, l'Autrichien reste prudent et ne souhaite pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué.

"Ferrari réussit toujours mieux que nous à faire travailler les gommes de manière optimale, même si nous avons été meilleurs ici. S'ils y arrivent, tout le temps, nous devons aussi y arriver. C'est notre objectif pour les prochaines courses."

Wolff a de nouveau dû justifier pourquoi Mercedes n'a pas contraint ses deux titulaires à faire tous les essais de Pirelli l'an dernier. Et cela a probablement eu des conséquences cette saison...

"L'an dernier, notre position était différente de celle de Ferrari. Nous étions complètement dépendants du duel interne à l'équipe, pour le titre de Champion du monde des pilotes entre Rosberg et Hamilton. Aucun des deux pilotes ne voulait trop s'occuper du développement des pneus de cette année."

"Cependant, je crois qu'en Formule 1, tu ne trouves que très rarement la pierre philosophale, qui te donne l'avantage qui sera décisif. Il s'agit plus de constituer cet avantage de beaucoup de petits détails."

"Ce que je vais dire à présent est une hypothèse, la mienne: peut-être que la crédibilité accordée à Sebastian Vettel en tant que développeur, et que ses remontées d'informations sur les pneus ont pu avoir une influence auprès de Pirelli. Peut-être que Pirelli écoute plus ce que dit un pilote expérimenté que ce que peut dire un plus jeune pilote (quand Wehrlein était mobilisé par Mercedes)."

"Mais, encore une fois, je n'ai pour cela aucune preuve. C'est juste une présomption qui m'est personnelle."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso - La McLaren serait très compétitive sans Honda
La question dans le paddock est toujours ouverte quant à savoir le déficit de puissance du moteur Honda face à ses rivaux. Alors qu'un chiffre de 90 à 100 chevaux de moins est annoncé, Fernando Alonso refuse de commenter ces allégations.

"Je ne veux pas dire de chiffres car je ne peux pas les prouver. Mais si l'on regarde le temps perdu dans les lignes droites, on peut se dire que l'on serait très compétitifs" explique-t-il, envisageant l'hypothèse d'une McLaren sans moteur Honda.

A Montréal, la perte sèche due à Honda a été estimée à 1.3s au tour en qualifications, un gouffre énorme commenté par un membre anonyme de l'équipe: "Avec un bon moteur, nous aurions fait le temps de Bottas. Seuls Vettel et Hamilton auraient été intouchables."

Quant au motoriste japonais, il est incapable d'assurer une date pour la mise en circulation de son nouveau moteur et n'est pas non plus capable d'estimer les gains qu'apportera la nouvelle mouture du bloc propulseur.

"C'est inutile de parler de délai, nous aurions aimé l'avoir au Canada, et maintenant nous voudrions l'avoir pour Bakou, mais je ne peux rien promettre" a carrément lancé Yusuke Hasegawa, confirmant que Honda n'est pas certain de la direction prise.

La rumeur dans le paddock enfle de jour en jour quant à la décision qu'aurait déjà prise McLaren de se débarrasser de son encombrant motoriste, mais Eric Boullier a préféré tempérer ces rumeurs: "Nous avons un contrat à long terme avec Honda et nous sommes liés en de nombreux points. J'espère qu'il y aura encore des McLaren Honda l'an prochain car nous voulons croire en ce projet, mais notre patience est mise à rude épreuve."

Mais Honda subit des assauts répétés de la part de son partenaire, Zak Brown ayant expliqué cette semaine que le motoriste est "perdu". Alors que Hasegawa dénonçait un malheureux choix de mots, Brown a tenu à ajouter: "Je ne pense pas avoir dit de choses injustes ou incorrectes". Ambiance!

Et d'ajouter, alors qu'il ne dément plus de prospecter un nouveau motoriste: "Nous évaluons toutes nos options, la situation est très complexe avec des aspects sportifs et commerciaux, ce qui n'est pas simple. Mais nous aurons un moteur dans la voiture l'an prochain."
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul - Renault a rempli ses obligations envers Palmer, à lui d'être performant
La pression s'accentue sur les épaules de Jolyon Palmer, qui déçoit de course en course face à Nico Hülkenberg chez Renault.

Dans le paddock de Montréal, ce samedi, Cyril Abiteboul a voulu ménager la chèvre et le chou au micro de 'Canal +'. Le dirigeant de Renault assure qu'il met une pression "positive" sur les épaules de son pilote britannique et qu'il ne le menace pas d'une rupture de contrat anticipée.

Mais, poursuit Abiteboul, maintenant que la Renault est capable de rentrer en Q3, "l'exigence" pour Palmer est d'être performant.

"Il doit être performant. Il a un contrat en bonne et due forme pour l'année. Maintenant, il a une exigence comme absolument tout le monde de réussir. La première obligation, c'était pour l'équipe de lui donner une voiture qui tourne bien pour qu'il se mette en bonne condition pour un week-end, ce qu'on a fait."

"Maintenant, lui se met la pression. Nous lui mettons aussi une pression, mais qui doit être positive. Donc je ne veux pas commencer à mettre des menaces sur un pilote qui n'en a besoin à ce stade."

Les 115 tours de test offerts à Robert Kubica sur une Lotus E20 ont été interprétés par beaucoup comme un mauvais signe de plus pour Jolyon Palmer. Mais Cyril Abiteboul assure que le Polonais n'est pas un candidat à la succession de l'ancien champion de GP2.

"Robert est resté dans la famille. Le clan Enstone, qui est très fidèle, a été marqué par ce pilote. Tout le monde avait envie de lui donner l'opportunité de rouler et l'opportunité s'est présentée puisqu'on avait un roulage prévu avec Sirotkin."

"Il n'y a pas d'idée. Je ne veux pas que l'on se mette dans une situation de piège, de pression. Robert est en train d'essayer de mesurer ses capacités. Il veut recourir au plus haut niveau, mais pas nécessairement en F1... Il est en train de mesurer ses limites. Une fois qu'il connaîtra ses limites, il pourra s'exprimer et réfléchir sur la suite à donner à sa carrière."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso prêt à signer pour une année en Indycar...
Fernando Alonso a lancé à Montréal un nouveau pavé dans la mare: l'Espagnol se dit finalement prêt à étudier la possibilité de rouler une saison complète en Indycar en 2018.

Si les conditions ne sont pas réunies pour qu'il soit compétitif l'an prochain, c'est une éventualité qu'il pense étudier sérieusement.

"Pourquoi pas? En fait je suis ouvert à tout, très ouvert. Je n'ai pas encore de réponse claire sur mon avenir pour le moment. En fait j'ai regardé la course d'Indycar au Texas. Ca avait l'air super", confie Alonso.

"Pour Indy 500 j'ai eu tant de choses à apprendre pour une seule course. Pour faire une saison complète en Indycar, j'imagine que j'en aurais encore bien plus à apprendre. Disons donc, pour l'instant, que je suis davantage prêt à continuer en Formule 1."

"Je vais donc essayer de trouver la meilleure voiture possible en F1 pour 2018 et regarder toutes les options. Mais oui, l'Indy serait ma première priorité si je devais faire une saison complète ailleurs qu'en F1. Le triple couronne reste mon objectif. Alors pourquoi pas?"
source: Nextgen-Auto.com

Le GP du Canada officiellement prolongé jusqu'en 2029
Le Grand Prix du Canada a bien été prolongé pour cinq années supplémentaires.

L'annonce a été faite par le maire de Montréal, le promoteur et la FOM sur le circuit Gilles Villeneuve.

"Ca a pris du temps, mais on y est arrivés", se réjouit le maire de Montréal, Denis Coderre.

"Je veux remercier tous les partenaires qui ont fait partie de la solution. Il était important que l'on puisse, pour des raisons de stabilité, augmenter le nombre d'années à notre accord."

Montréal était en effet assurée de sa place jusqu'en 2024. Mais, devant l'ampleur des travaux à réaliser, notamment pour de nouveaux paddocks, la ville souhaitait s'assurer qu'ils seraient amortis sur davantage de temps. Voici donc un nouveau contrat signé jusqu'en 2029.

Ces travaux commenceront après l'édition 2018 et devraient être terminés à temps pour la course de 2019.

Le maire de Montréal salue aussi les nouveaux propriétaires de la Formule 1.

"La relation entre Chase Carey, Montréal et les autres partenaires, c'est le jour et la nuit", ajoute Coderre. "Bernie (Ecclestone) avait son style et il a sauvé la Formule 1 à plusieurs égards. Quand on sort de ces rencontres avec les gens de Liberty Media, on a vraiment l'impression que c'est gagnant-gagnant."

Du côté du promoteur, François Dumontier, tous les voyants sont maintenant au vert.

"C'est une bonne journée. J'ai deux accords: un avec le parc Jean-Drapeau pour la location du circuit Gilles Villeneuve et un autre avec Liberty Media, qui est signée depuis plusieurs mois. Celui-ci avait été négocié avec l'ancienne administration de la FOM. Cette nouvelle nous rassure, car on peut maintenant travailler l'esprit tranquille jusqu'en 2029. Je n'ai aucune inquiétude qu'on sera le promoteur pendant toute la durée du contrat."

Dumontier a lui aussi rendu hommage au nouveau management de la Formule 1.

"Il y a un changement d'approche et de vision. Ça me plaît bien. On se sent impliqués et appuyés. Ils sont ouverts aux nouvelles idées et ils sont capables aussi d'en apporter."
source: Nextgen-Auto.com

Encore un record du tour qui tombe cette saison
Pensionnaire de l'écurie Mercedes, Lewis Hamilton a décroché la pole position du Grand Prix du Canada en signant hier le meilleur chrono jamais réalisé sur le circuit de Montréal, et ce grâce à l'usage des pneumatiques P Zero Violet ultra-tendres.

En 1:11.459, le triple Champion du monde a effacé la marque de Ralf Schumacher, qui avait signé un 1:12.275 en 2004 avec sa Williams BMW à moteur V10.

Le pilote Ferrari Sebastian Vettel et son équipier Kimi Räikkönen (respectivement qualifiés aux 2ème et 4ème rangs) furent les seuls concurrents à franchir le cap de la Q1 avec les seules gommes super-tendres. Une enveloppe jusqu'à présent une seconde moins performante que l'ultra-tendre.

Les conditions ont été douces et sèches durant toute la séance qualificative, et les monoplaces chaussées dès la Q2 des seuls pneumatiques ultra-tendres. Une stratégie d'un arrêt aux stands devrait constituer la norme, mais deux pit-stops demeurent une solution à approfondir. Cela dépendra par exemple de l'évolution de la piste, qui n'a cessé de changer tout au long des qualifications.

"Nous avons assisté samedi au record du tour de Montréal, 1"3 plus rapide que la pole position de 2016. Une performance que l'on peut qualifier de remarquable, dans la mesure où ce gain fut permis grâce à la seule motricité, les gros virages n'étant pas légion", note Mario Isola, responsable de Pirelli F1.

"Les chronos ont été extrêmement serrés, et nous en avions déjà eu un aperçu durant les EL3. Le challenge, ici, consiste à faire fonctionner en harmonie les enveloppes avant et arrière, ces dernières étant généralement plus sollicitées que les autres. Y parvenir fut la clé des qualifications. Nous devons toutefois souligner que la pole position n'a pas toujours été suivie d'une victoire au Canada... tous les scénarios sont donc possibles!"
source: Nextgen-Auto.com

Wolff et Lauda ont été impressionnés par Hamilton
Toto Wolff, patron de Mercedes F1, a admis avoir été émerveillé hier par la performance en piste de Lewis Hamilton. Le chrono record qu'il a signé n'était vraiment pas attendu!

"Montréal, c'est la piste de Lewis, je suis donc heureux pour lui mais aussi pour nous car l'équipe a beaucoup travaillé depuis Monaco pour comprendre les problèmes. Nous avons amélioré la voiture séance après séance et la pole c'est la récomprense", explique l'Autrichien.

"Bien sûr, Vettel a perdu un peu de temps avec des erreurs dans son premier secteur mais le fait que l'on soit si proche, et devant cette fois, est une bonne chose."

Autre point positif, les pneus, le talon d'Achille de Mercedes.

"La mise en température des pneus était parfaite. Tout cela est bon pour nous, mais la course est toujours une chose différente. La vérité d'hier n'est pas forcément celle d'aujourd'hui en Formule 1. Restons prudents, cela reste une faiblesse jusqu'à preuve du contraire. Nous ne pensons pas avoir résolu tous nos problèmes en une course. Il y a du progrès en tout cas, c'est positif."

Wolff était aussi ému de voir Hamilton égaler le record de poles d'Ayrton Senna.

"C'est une étape très importante dans sa carrière, ça signifie beaucoup pour lui, je le sais."

Niki Lauda a lui aussi été épaté par le Britannique hier.

"J'ai du mal à trouver mes mots. Incroyable, vraiment incroyable ses deux tours. Nous ne pouvions pas nous attendre à une telle performance. Son 1:11.7 était déjà une vraie surprise pour nous. Alors 1:11.4. C'est fou."

"La voiture a été bonne en qualifications, lui il a été parfait. Merci à Dieu que quand ces conditions sont réunies on arrive à mettre les Ferrari derrière."

Et pour la course?

"Ce sera plus serré encore avec Ferrari, je suis certain que nous allons le constater", reprend Wolff. "Je n'aime pas faire de prédictions alors nous allons faire en sorte de bien travailler pour couvrir tous les scénarios imaginables avant le départ, pour faire le meilleur Grand Prix possible."
source: Nextgen-Auto.com

Kubica - Je me sens capable de revenir en F1
Robert Kubica a suggéré qu'il était en capacité de faire un "un vrai retour en Formule 1» après avoir testé une Lotus E20, une monoplace de F1, pour la première fois depuis 6 ans.

Cela s'est déroulé cette semaine à Valence, avec l'écurie Renault qui a ressorti la voiture de 2012.

Le Polonais, qui a couru 76 Grands Prix en Formule 1 entre 2006 et 2010, a vu sa carrière stoppée nette à cause d'une sérieuse blessure au bras droit causée lors du rallye de la Ronde di Andora en 2011, alors qu'il était sous contrat avec Renault F1.

Juste après les tests effectués cette semaine, Kubica avait reconnu avoir éprouvé des "sentiments partagés" parce que ce test avait démontré tout ce qu'il avait perdu à cause de son accident. Mais il était aussi ravi de voir qu'il s'en était très bien sorti.

Aujourd'hui, il en dit un peu plus.

"Tout d'abord, je me sens comme un enfant depuis ce test. Ca a été un sentiment spécial pour moi quand je me suis installé à bord", explique Kubica.

"En revanche, ce sentiment n'a pas duré: j'ai récupéré très vite mes capacités, je veux dire, lorsque je concourais en Formule 1 - la sensation était bonne et c'était comme se sentir de retour à la maison. C'est certainement une sorte de nouveau départ pour moi."

Certains espèrent revoir maintenant Kubica en F1. A la place de Jolyon Palmer?

"Je ne sais pas ce que cela va apporter, mais c'est définitivement un sentiment agréable de savoir que je suis capable de piloter une Formule 1, après une période si difficile, même si j'ai mes limites. Je peux piloter la voiture, je peux la conduire à un bon rythme, je peux piloter la voiture sur une distance d'un Grand Prix entier, ce qui est une chose qui me rend heureux et fier."

Pour en savoir plus, Kubica l'admet: "j'aimerai pouvoir tester plus, ce qui ne dépend pas seulement de moi, mais je vais continuer à travailler. J'espère que je vais avoir la chance d'aller de l'avant avec la F1 et que, petit à petit, peut-être, réaliser un vrai retour en F1. Je pense en être capable."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda reconnaît que la W08 n'est pas au niveau de la SF70H
Gina. Sebastian Vettel est connu pour baptiser ses montures avec des prénoms de femmes, et c'est celui qu'il a choisi pour sa SF70H cette année.

Avec les performances brillantes de son pilote, Gina est aussi devenu le synonyme de beaucoup de préoccupations pour les Flèches d'Argent.

Le directeur non-exécutif de Mercedes, Niki Lauda, révèle les impressions que Lewis Hamilton lui a livré.

"Lewis a bien suivi la Ferrari à un moment et il dit que Vettel peut mieux accélérer que lui dans les virages", explique-t-il.

"Il doit avant tout faire attention à ne pas perdre le contrôle de son train arrière. Pendant ce temps la Ferrari peut passer un peu plus fort et ce sans être déstabilisée. Elle peut aussi s'extraire des virages plus facilement, à la ré-accélération."

L'Autrichien rappelle ainsi qu'avoir des pilotes valeureux ne suffit pas. Hamilton a signé la pole hier avec son talent mais... Maranello et Brackley devront se livrer une bataille sans merci cette saison pour développer leurs voitures.

"A ce niveau, il ne s'agit plus seulement de la prestation des pilotes, il s'agit aussi de la vitesse de développement des ingénieurs. C'est pourquoi les deux écuries seront sous une énorme pression jusqu'à la fin de la saison."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - C'est étrange et émouvant de penser que j'égale Senna
Pour lui, le rêve est devenu réalité. Lewis Hamilton, qui a signé le meilleur temps hier au Canada, a égalé le nombre de poles signé par Ayrton Senna, son idole d'enfance. En conférence de presse, après sa remarquable performance, l'Anglais en a dit plus sur son émotion au moment de rejoindre, dans les statistiques, un autre triple Champion du monde...

"Enfant, j'arrivais à la maison et je me disais que si j'avais la chance de courir en F1, j'aimerais égaler Ayrton. Le fait que je l'ai maintenant rejoint au nombre de poles... je ne peux juste pas le croire, honnêtement."

"Je me rappelle quand je revenais chez moi après l'école, je regardais des cassettes de Senna, donc c'est vraiment étrange de penser que maintenant je suis ici et que j'ai tant de poles."

"C'est la saison la plus difficile de ma carrière, je cours contre deux pilotes formidables (Vettel et Bottas, à ses côtés), et Kimi Räikkönen. Nous sommes si proches, cela nous pousse tous à nos limites. Nous devons être parfaits. Bien sûr, nous ne le pouvons pas toujours mais aujourd'hui je m'en suis approché autant que je l'ai pu."

"Je vis dans un appartement à Monaco donc je n'ai pas beaucoup d'espace pour les trophées mais j'aurai vraiment de l'espace pour ce casque. Peut-être qu'il sera posé sur la table au centre de mon salon, pour que ce soit la première chose que vous voyiez en rentrant."

Lewis Hamilton a de surcroît obtenu sa pole après un tour de haute volée sur un de ses circuits fétiches. Pourtant, il ne semblait pas très à l'aise vendredi dans sa monoplace...

"Je suis heureux des tours que j'ai faits. La voiture était difficile vendredi matin. Je sentais déjà que j'étais à la limite donc nous avons réfléchi pour voir si nous pouvions en tirer plus de jus. Et c'est ce que nous avons fait."

"J'ai envoyé un message aux gars samedi matin, en disant que nous devrions tous être au point. Nous avons besoin de chaque millième. Et ce fut le cas."

"Peu à peu, durant mon tour rapide, je pouvais voir l'écart se creuser et j'étais excité. J'ai complètement oublié que je courais pour ma 65ème pole, je me concentrais seulement sur l'instant."

"Je veux simplement adresser un grand merci. A ma famille, et j'espère qu'ils m'ont regardé. Je veux remercier toute ma famille. Je suis ici sur la piste. Mais tout ce qu'ils ont fait en coulisses... c'est plus que vous pouvez l'imaginer."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.