En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 14 Juin 2017

Watson - Le problème est de savoir où Alonso pourrait aller
Si Fernando Alonso ne cache pas son agacement de voir son équipe signer la pire saison de son histoire et qu'il a posé un ultimatum quasi impossible à McLaren et Honda, rien ne dit que l'Espagnol pourra trouver facilement un volant qui lui permettra de gagner de nouveau, ce qui reste son objectif final.

"A quel point doit-il être patient?" s'interroge l'ancien pilote McLaren, John Watson, qui se joint à l'interrogation générale au sujet de l'éventuelle destination d'Alonso pour 2018.

"Le problème est de savoir où il pourrait aller. Renault pourrait avoir une place pour lui mais ils ont dit qu'il leur fallait une ou deux années de plus pour satisfaire un pilote aux capacités de Fernando. Ils doivent hausser leur niveau de jeu et ils seront peut-être en position d'offrir un tel volant en 2019, à un pilote qui le mériterait."

Selon Watson, McLaren devra aussi se poser la question de garder Alonso si la séparation avec Honda a lieu, sachant que le motoriste est probablement le payeur d'une belle partie du salaire de l'Espagnol. L'ancien pilote McLaren se désolé également de ce qu'est devenue son ancienne équipe.

"S'il y a une séparation avec Honda, il y aura un trou noir financier énorme. Ce que Honda a amené chez McLaren a permis de payer Alonso. Si Honda s'en va, d'où viendra cet argent?"

"C'est affreux. Ils passent tout juste la Q1, ils font moyennement bien en Q2 et occasionnellement, quand Alonso ne fait pas d'erreur, il amène la voiture en Q3. Il ne rajeunit pas mais il veut encore gagner un championnat, il veut avoir la chance de se battre pour un championnat" conclut Watson.
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - Il est trop tôt pour parler de mon contrat
Propulsé au rang de pilote Mercedes quelques jours après la retraite surprise de Nico Rosberg, Valtteri Bottas n'a obtenu qu'une année de contrat dans l'équipe allemande.

Avec la pression du résultat, Bottas s'en est bien sorti puisqu'il a signé une pole position, remporté une course, et obéi aux divers ordres qui lui ont été donnés. Si bien que tant son équipe que son équipier, Lewis Hamilton, se sont montrés ravis de l'ambiance qui règne au sein de Mercedes.

"Bien sûr, j'espère rester chez Mercedes" avoue-t-il. "Il est encore trop tôt pour en parler, je pense faire du bon travail actuellement et je me concentre sur le présent."

"Je ne connaissais pas bien Lewis avant le début de la saison et nous allons mieux nous connaître au fil de la saison. Nous sommes très différents, j'aime rester dans un environnement calme, à la maison avec ma famille, je suis très prudent au sujet de ma vie privée alors que Lewis est plus sociable et ouvert aux gens."

Des différences qui n'empêchent pas de cohabiter sous le même toit et d'être efficaces pour l'équipe: "Nous avons une relation très professionnelle et nous nous respectons, ce qui nous empêche pas de vouloir battre l'autre. Nous l'acceptons et nous pouvons travailler ensemble, il y a un très bon esprit d'équipe."

Pour convaincre Mercedes de le garder, Bottas devra continuer à aligner de bons résultats. Ce sera plus facile avec une W08 moins capricieuse.

"Oui, pour le moment notre voiture reste encore trop sensible à ses réglages. Mais la saison est encore très longue et nous avons bien remonté la pente au Canada, parce qu'à Monaco Ferrari était bien devant nous. Nous avons beaucoup progressé, nous avons trouvé un meilleur réglage et une meilleure façon d'utiliser les pneus."

"Quand tout sera résolu, ce sera plus facile de se concentrer sur les résultats."
source: Nextgen-Auto.com

Honda reconnaît un mauvais calibrage du banc d'essai
Il ne fait plus aucun doute que McLaren lorgne sur un autre motoriste, en l'occurrence Mercedes, en vue de 2018, et qu'un pré-contrat a même été signé pour ne pas laisser l'équipe anglaise dans une situation difficile en cas de rupture avec Honda.

Le motoriste japonais a prévenu McLaren que du retard avait été pris pour l'introduction de la nouvelle spécification de son bloc propulseur, ce qui n'a pas été du goût des troupes de Zak Brown.

Hasegawa a quant à lui lâché un gros indice au sujet des problèmes rencontrés par Honda: "Nous n'avons pas réussi à établir de bonnes conditions de tests sur le banc d'essai. Nous devons comprendre pourquoi il y a une différence entre le banc d'essai et la piste. Au banc cela se passe bien, en piste, non."

Quant aux rumeurs de divorce qui enflent, un porte-parole de Honda a ajouté:

"Nous ne commentons pas les spéculations dans les médias. Nous continuons à travailler comme une seule équipe avec McLaren pour surmonter cette situation ensemble. Nous avons eu plus de problèmes de fiabilité que nous l'attendions cette année mais nous pensons avoir trouvé la cause et des contre-mesures vont être mises en place. C'est notre intention d'éradiquer tous les problèmes afin de pouvoir améliorer notre performance."

Fernando Alonso doit espérer le passage au moteur Mercedes, même s'il estime ne pas trop s'en soucier, afin de viser la troisième couronne de sa carrière, son objectif ultime.

"Je l'ai dit, c'est ma priorité. J'ai développé mes talents lors des 16 dernières saisons en F1 donc une F1 c'est la meilleure chose que je peux piloter. Honda ou Mercedes? Cela ne change rien à ma décision: si je ne peux pas retrouver le succès ici, comme j'aime encore la course automobile, j'irai dans une autre discipline" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Lowe pense que Hamilton est l'égal de Senna
En signant à Montréal la 65ème pole de sa carrière, Lewis Hamilton est devenu l'égal d'Ayrton Senna au nombre des départs pris depuis la première place. Au Canada, après une nouvelle performance qualifiée de "Senna-esque", le Britannique a reçu un casque de son idole de la part de la famille Senna.

"J'aime à penser qu'elle était Senna-esque et j'espère maintenant qu'on parlera de Hamilton-esque" avait ajouté le Britannique en recevant son cadeau.

Senna reste dans l'esprit collectif comme supérieur à Hamilton, notamment sur ses performances d'ensemble, mais il faut reconnaître que Lewis Hamilton restera dans l'histoire comme l'un des meilleurs pilotes et surtout, comme l'une des références des décennies 2000 et 2010.

"C'est une évidence" explique Lowe. "Lui et Senna resteront parmi les grands de l'histoire de notre sport. Ces pilotes ont la capacité à sortir un tour extraordinaire, ce qu'on a encore vu chez Lewis au Canada. Il est probable que les simulations de Mercedes n'aient pas été capables d'extraire une telle performance de la voiture."

"Ils pensaient sûrement être battus par Ferrari après les derniers essais libres avant que Lewis ne fasse cette performance. Des pilotes de ce calibre ne peuvent pas le faire tous les samedis mais quand il y a besoin d'une performance extraordinaires, ils sortent un tour et l'on se demande d'où peut venir une telle performance. Lewis fait partie de ces pilotes, tout comme Ayrton en était un."
source: Nextgen-Auto.com

Palmer n'a aucune explication quant à ses performances
En grande difficulté depuis le début de la saison et éclipsé par un Nico Hülkenberg très performant dans la RS17, Jolyon Palmer commence à se résigner et avoue ne pas saisir l'origine de ses problèmes, alors qu'il cherche toujours son premier point de la saison et que la rumeur de son remplacement enfle.

"Ce ne sont pas les bonnes performances que je recherche qui me mettent la pression" explique Palmer. "La manière d'arrêter ces rumeurs est de faire du bon boulot en piste et j'espère y arriver."

"Je n'ai aucune explication. Je ne pense pas avoir fait quoi que ce soit de mal, il y a juste des petites choses qui font la différence. Je dois piloter du mieux possible et ce qu'il se passe de l'autre côté du garage n'a pas d'importance."

Lors du dernier Grand Prix, Jacques Villeneuve avait tiré à vue sur les pilotes payants, en visant Stroll, mais Palmer est également concerné par ses propos.

"Dans le passé, on avait des pilotes qui étaient tellement passionnés qu'ils étaient prêts à risquer leurs vies. Maintenant, on voit des pères qui veulent aider leurs fils à courir même s'ils n'ont pas le talent, car un cockpit de Formule 1 est plus sûr qu'une moto ou qu'une paire de skis" avait envoyé Villeneuve.
source: Nextgen-Auto.com

Le GP du Canada bénéficie déjà de l'effet 'Stroll'
Les premiers points de Lance Stroll à domicile sont bien tombés pour le Québécois, pour Williams mais, aussi, le promoteur du Grand Prix.

François Dumontier confie ainsi à la presse locale que cette 9ème place a fait du bien au Grand Prix du Canada et à ses fans.

"On dirait que toutes les bonnes nouvelles arrivent en même temps ce week-end. Il a fait beau, Lance a fait des points, et on a annoncé le prolongement jusqu'en 2029", dit-il.

"Je vais me souvenir toute ma vie que Lance a eu ses premiers points chez nous, à mon Grand Prix que j'ai organisé, dans le cadre du 50ème anniversaire du Grand Prix du Canada. On ne peut pas demander mieux. Ça va peut-être faire taire certaines critiques. Il est arrivé ici, c'était la course pour laquelle il avait le plus de pression."

"Il était très émotif. Il a fait une super belle course. C'est un beau Grand Prix pour nous", ajoute Dumontier.

Si Lance Stroll continue à monter en puissance, c'est évidemment un bon signe pour le futur et la fréquentation du Grand Prix.

"J'ai déjà dit qu'il y avait eu un effet Lance Stroll dès son arrivée chez Williams. Les gens l'ont encouragé. Et là, qu'il marque des points, on aura des gens qui voudront déjà revenir l'an prochain. Les billets pour 2018 sont déjà en vente et depuis ce lundi, ça n'arrête pas! On a 6 mois d'avance."

Dumontier était aussi heureux de voir quels étaient les pilotes sur le podium.

"Lewis a gagné sa première course ici en 2007 et il en parle encore souvent. Les gens le lui rendent bien. On a vu des drapeaux de Lewis, les gens scandaient son nom. Que Lewis gagne, avec Bottas, et Ricciardo qui est aussi très populaire ici, ça faisait un beau podium."
source: Nextgen-Auto.com

Brawn - La Formule 1 doit continuer à être un sport qui inspire
La Formule 1 est un sport parfois considéré comme beaucoup trop cher mais il n'est pas question de le dévaluer pour autant.

C'est ce qu'a voulu expliquer Ross Brawn, le directeur du sport, à Montréal. Oui à la réduction des coûts, non à une image 'low cost'.

"Nous ne souhaitons pas dévaluer l'image de la Formule 1", explique l'ancien patron d'équipe, devenu une référence chez Liberty Media pour l'évolution du sport.

"La Formule 1 doit rester un sport qui inspire les équipes. Nous ne voulons pas que toutes les équipes soient les mêmes, que tout soit standardisé, au nom de la compétition. Il faut que la Formule 1 continue à attirer les meilleurs. Les meilleures équipes, les meilleures technologies, les meilleurs constructeurs."

"Il doit y avoir des Ferrari, des Mercedes, des Red Bull, des équipes qui font rêver les autres afin de les battre. Ce que nous devons faire, c'est qu'il y ait effectivement des chances, réalistes, de pouvoir les battre."

"Nous ne voulons pas de domination, nous voulons un environnement où une équipe qui fait du très bon travail est récompensée par de bons résultats."

"De même nous ne voulons pas que ce soit uniquement l'aspect financier qui décide de la position d'une équipe, voire la domination d'une équipe, comme cela est arrivé (avec Mercedes ou Red Bull) ces dernières années."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz - Force India est hors de portée de Toro Rosso
Avec les abandons de Carlos Sainz et de Daniil Kvyat, le Grand Prix du Canada à Montréal est une course à oublier pour Toro Rosso.

Ce dernier week-end a fait très mal à l'équipe de Faenza, surtout en comparaison de Force India, qui a réussi à placer ses 2 voitures à la 5ème et 6ème place.

L'équipe "B" de Red Bull se retrouve à présent à 42 points derrière l'équipe de Silverstone au classement constructeurs.

Sainz ne se montre pas si surpris que cela d'un tel résultat.

"Honnêtement, Force India est hors de portée depuis Barcelone", nous confie-t-il.

"Ils ont déjà beaucoup plus de points et leur rythme au Canada était meilleur que celui de Red Bull. Il était au niveau de celui de Ferrari. C'est pour nous impossible pour le moment."

Pour l'Espagnol, battre Force India dépend du circuit sur lequel Toro Rosso se trouve.

"Pas à Monaco, là, nous étions à leur niveau. Mais sur une piste qui demande du rendement, ils sont trop loin de nous. C'est la même chose avec Williams."

Selon Sainz, les principaux rivaux de son équipe sont plutôt Haas F1 ou Renault F1. Si on regarde le classement, il faut aussi compter Williams comme adversaire de l'écurie de Faenza pour la 5ème place au championnat.

"A Barcelone, nous avons montré que notre voiture fonctionne bien dans les virages - mais il y a aussi une longue ligne droite, qui est même plus longue qu'au Canada. Cela s'équilibre donc."

Ce qui aiderait beaucoup? Des évolutions du moteur Renault, qui, hélas, se font désirer.

"Mettre la pression, comme je l'ai dit, cela n'apporte rien. J'essaie d'être le "Meilleur des autres" dans toutes les situations. Rien ne va changer, même si nous savons que les deux équipes qui sont équipées d'un moteur Mercedes ont définitivement un avantage."
source: Nextgen-Auto.com

Mallya insiste pour une répartition équitable des revenus
Malgré le froid entre Sergio Pérez et Esteban Ocon à l'issue du Grand Prix du Canada, le propriétaire de Force India, Vijay Mallya, est ravi: les deux pilotes ont marqué de très gros points en arrivant 5ème et 6ème à Montréal.

L'équipe pointe actuellement à la 4ème place du Championnat des Constructeurs avec 71 points, 41 points derrière Red Bull mais 42 devant Toro Rosso.

Malgré ce bon classement, l'Indien sait qu'il touchera relativement peu d'argent en fin de saison par rapport aux 3 équipes classées devant lui. Mallya réitère son souhait de voir une meilleure répartition de l'argent distribué aux écuries, demandant à ce que les sommes soient distribuées de manière plus équitable qu'elles ne le sont à présent.

"Nous allons bien sûr poursuivre sans relâche notre campagne pour une distribution juste et équitable de l'argent de la FOM. On ne lâchera pas", prévient-il.

"Si la compétition était juste, imaginez ce que nous pourrions faire avec des revenus un peu plus équitables."

Mallya affirme aussi que Force India n'est toujours pas à vendre.

"S'il vous plaît, arrêtez une fois pour toutes cette spéculation selon laquelle notre équipe est à vendre. Nous nous concentrons sur nos performances et cela s'est vu au Canada. Bien joué à l'équipe, je suis fière d'elle."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen - Ferrari peut se battre jusqu'à la fin du championnat
Même si le Grand Prix du Canada a été décevant pour Kimi Räikkönen, qui a terminé seulement à la 7ème place, le Finlandais a confiance en son équipe et sait que la SF70H est de taille à rivaliser avec Mercedes pour la bataille pour le titre de 2017.

Iceman tente de relativiser les résultats de la course à Montréal.

"Lors de cette saison, nous avons connu jusqu'à maintenant beaucoup de hauts et de bas. Chez tout le monde. Chaque équipe a rencontré des problèmes. On doit pouvoir placer les deux voitures dans les points, sinon on va se faire distancer."

Les Rouges vont devoir se reprendre très vite pour contrer les 43 points du doublé Mercedes à Montréal. Il faut donc déjà se concentrer sur la prochaine course à Bakou.

"Cela va rester une lutte serrée avec eux. Et c'est ok comme ça. Peu importe si ça se passe bien ou mal, nous devons extraire le meilleur de chaque week-end."

Le Champion du monde 2007 assure que son écurie est capable de rivaliser avec le rythme de développement de Mercedes.

"Il n'y a aucune raison pour que l'on soit derrière. Certaines personnes ne nous croient pas capables, parce qu'ils ont encore en tête ce qui est arrivé par le passé. Mais cette saison a montré que nous nous trouvons dans une bien meilleure position et je suis certain que nous sommes capables d'améliorer notre package aussi bien que les autres."

Räikkönen reconnait toutefois que c'est un combat de longue haleine qui attend Ferrari.

"Ce sera une année longue et une lutte difficile jusqu'à la fin. Il s'agit maintenant d'exploiter complètement notre potentiel, de tout donner pour avoir plus de bons week-ends et pour en avoir moins de mauvais."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren avec Mercedes? Force India ne craint pas cet éventuel accord
Les rumeurs se font de plus en plus insistantes: McLaren et Mercedes auraient ont un pré-accord, qui garantit à l'équipe de Woking de disposer du moteur allemand en 2018 si, fin juillet, McLaren décidait de se séparer de Honda.

Cette fourniture se ferait-elle au détriment d'une équipe actuelle? A priori non, puisque Mercedes compte une équipe cliente en moins depuis la disparition de Manor.

Chez Force India on est déjà rassuré que rien ne changera.

"Un tel contrat n'aura aucune répercussion sur nous", confie le responsable des opérations de Force India, Otmar Szafnauer. "Nous avons un contrat à long terme avec Mercedes."

"Je ne me fais pas de souci, car ce genre de décisions ne nous appartient pas. Et si cela arrive, alors cela arrive. Nous devons nous concentrer sur ce que nous pouvons influencer. Nous devons veiller à faire du bon travail."

"Nous n'avons pas peur. La dernière fois que McLaren a eu le même moteur que nous, elle nous a battu de quelques points seulement."

En effet, en 2014, la dernière année où McLaren a été cliente de Mercedes, l'équipe avait inscrit 182 points et pointait à la 5ème place du championnat, alors que Force India s'est retrouvée à la 6ème place avec 155 points.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel n'a pas profité des essais Pirelli selon Hembery
Selon Pirelli, la théorie selon laquelle Ferrari et Sebastian Vettel s'en sortent mieux avec les pneus cette saison que Mercedes parce que l'Allemand a participé à la majeure partie des essais privés en 2016 n'est pas vraiment justifiée.

L'an dernier, Ferrari et Mercedes (en plus de Red Bull) ont fourni à Pirelli des voitures de 2015 modifiées pour simuler les performances de 2017. Vettel a parcouru plus de 2000 kilomètres dans ces voitures hybrides, contre, à peine 250 pour Lewis Hamilton.

Toto Wolff a récemment admis que cela a peut-être été une erreur.

Mais Paul Hembery, le dirigeant de Pirelli Motorsport, ne le pense pas.

"Oui, Sebastian a fait beaucoup d'essais", a-t-il confié au site officiel de la F1. "Cela a été très intense et il nous a donné énormément de retours d'informations. Nous le remercions pour ça, parce que c'est ce que nous voulions: que les meilleurs pilotes soient mobilisés pour nous donner les bons retours."

"Cependant, Sebastian ne savait pas vraiment ce qu'il testait. Tous les tests se faisaient à l'aveugle. Alors cela l'a peut-être aidé psychologiquement de pouvoir tester ces prototypes pour 2017 mais je doute que ça l'ait aidé en pratique pour cette saison."

Pour Hembery, Mercedes ne devrait pas tarder à découvrir les clés pour ne plus avoir aucun problème de gestion des pneus.

"A l'heure actuelle les problèmes de Mercedes sont un peu liés à la nature des circuits. A Barcelone, cela allait bien. Et ça ira aussi bien pour eux à Silverstone et Spa. Leurs problèmes apparaissent sur les circuits qui fournissent peu d'adhérence mais je suis certain qu'ils vont résoudre cela dans le courant de la saison."

En effet, cela a déjà bien mieux fonctionné au Canada qu'à Monaco, grâce à un travail intensif d'analyses à l'usine. Bakou devra être une confirmation pour Mercedes.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - C'était l'un de mes meilleurs week-ends en F1
Dix ans après sa première victoire en Formule 1, au Canada déjà, Lewis Hamilton a remis ça, avec la manière dimanche dernier.

Plus que son nouveau succès en Grand Prix, c'est sa 65ème pole qui aura le plus retenu l'attention. Non seulement il a égalé son idole, Ayrton Senna, mais il a sorti deux tours d'anthologie lors des qualifications du samedi. Au point de devancer de 3 dixième Sebastian Vettel... et bien plus son équipier, Valtteri Bottas.

Lorsqu'on lui demande si ce week-end est l'un de ses plus mémorables, voire le plus mémorable, de sa carrière en Formule 1, il répond:

"Je pense que c'est toujours difficile de dire quel est le meilleur. J'ai eu beaucoup de chance. Le sport automobile m'a donné beaucoup d'excellents souvenirs, depuis le premier jour, quand j'avais 8 ans, jusqu'à maintenant. Et je suis en Formule 1 depuis l'âge de 22 ans, il y a eu tant de supers week-ends. Alors je ne souhaite pas dire si l'un a été plus spécial qu'un autre."

Hamilton classe de toute façon ses victoires canadiennes "parmi les meilleures."

"Et une en particulier, ma première, à Montréal. C'était aussi ma première en Formule 1. Et mon père était là. Je ne pouvais pas y croire, nous étions là tous les deux. Il y aussi mon premier podium qui compte, mon premier championnat. Tant de bons souvenirs..."

"En fait, à chaque week-end, vous voulez faire mieux encore. Vous voulez être plus solide, plus complet. Après cette victoire dimanche, je me sens plus âgé, plus expérimenté, plus équilibré, plus complet. En termes de performance, alors oui c'est l'un de mes meilleurs week-ends."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel a dû prendre 'tous les risques' pour passer Ocon
Sebastian Vettel a reconnu qu'il avait pris "tous les risques" pour passer Esteban Ocon et sa Force India lors des derniers tours du Grand Prix du Canada.

Ferrari a arrêté deux fois l'Allemand pour changer de pneus lors de la course, lui promettant de revenir comme une balle sur Ocon et Pérez en fin de Grand Prix.

C'est bien ce qui est arrivé: Vettel a eu 7 tours pour dépasser le duo de Force India et terminer 4ème, ce qu'il parvint à faire mais non sans mal.

"Pour passer Esteban Ocon, j'ai dû prendre tous les risques. Je voulais passer, un point c'est tout. J'ai été surpris de devoir batailler autant parce que j'étais vraiment plus rapide sur un tour avec mes pneus plus frais", explique Vettel.

"Cela aurait normalement dû être une formalité ou presque mais, avec des ailerons si peu braqués, le phénomène d'aspiration ne fonctionne pas autant en début de ligne droite. Et la perte d'appuis est immense lorsque vous suivez une voiture de trop près. Plus que je ne l'attendais."

"J'ai profité que Pérez et Ocon se bagarraient à la dernière chicane pour passer. Je me suis dit que j'allais passer à l'intérieur, quoi qu'il arrive. Et c'est passé, même si je me suis demandé si Ocon n'allait pas se rabattre."

Après cela Vettel a dépassé Pérez "bien plus facilement. Mais c'était trop tard pour aller chercher Ricciardo."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren a signé un 'pré-accord' avec Mercedes
Il est devenu très clair, au Canada, que si les choses ne changeaient pas très rapidement du côté de Honda, c'était la fin du projet en commun avec McLaren.

Les responsables de l'équipe de Woking, Zak Brown et Eric Boullier, ont été assez explicites sur le sujet et un ultimatum a été donné aux Japonais: des progrès très importants et pouvant donner confiance pour 2018 doivent être constatés avant la fin du mois de juillet. Sinon le divorce sera acté.

Certaines spéculations insistantes depuis hier affirment toutefois que McLaren a déjà pris sa décision et signé un contrat ferme avec Mercedes, ce qui est totalement faux.

L'équipe a démenti, d'autant plus que cela ne serait pas en cohérence avec le discours tenu depuis quelques jours, celui du plan A: attendre jusqu'au dernier moment, avant le lancement du chantier de la voiture 2018.

Ce qui est toutefois certain c'est que McLaren a signé un pré-accord avec Mercedes, afin de ne pas se retrouver le bec dans l'eau si elle choisissait de rompre son partenariat avec Honda. C'est le plan B.

Et le plan C? Ce serait le plan idéal mais peu réaliste: McLaren pourrait demander à Honda une pause dans son partenariat, le temps que son moteur devienne fiable et performant chez Sauber. Une ou deux années avec un moteur Mercedes donc. Sur le plan marketing et commercial, ce serait toutefois très dur à avaler pour Honda et la fierté légendaire des Japonais...
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.