En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 18 Juin 2017

Wolff - Hamilton travaille beaucoup
L'an dernier quand il s'agissait de comparer les deux pilotes Mercedes, deux images se heurtaient dans l'inconscient collectif.

D'un côté, Nico Rosberg, qui travaillait sans relâche sur le moindre détail et prêt à tout pour s'améliorer et de l'autre, Lewis Hamilton qui s'en remettait à son talent naturel et qui jonglait beaucoup entre sa vie de pilote de F1 et sa vie personnelle.

Le Britannique est d'ailleurs connu pour relayer volontiers ses faits et gestes sur les réseaux sociaux, ce qui, à la longue, peut faire penser qu'il ne se concentre pas autant sur son travail.

Le directeur de Mercedes F1, Toto Wolff, n'est pas d'accord avec cette idée reçue, pourtant très partagée. L'Autrichien tient à remettre les pendules à l'heure avec un argument implacable.

"Hamilton est triple Champion du monde. Et il ne le serait pas s'il ne remplissait pas ses devoirs professionnels de manière assidue et responsable", affirme-t-il.

Wolff explique que Hamilton travaille d'une façon qui ne se fait pas trop remarquer. Alors que les autres passent des heures en réunion d'équipe, son pilote "fait son travail au calme soit chez lui, soit à l'hôtel, soit dans l'avion."

Le directeur de Mercedes rappelle aussi que chaque pilote a sa propre manière d'atteindre le succès. Il évoque le cas du double Champion du monde Mika Häkkinen.

"Mika m'a dit que s'il avait travaillé comme le fait Vettel, il aurait alors perdu sa capacité naturelle à réagir aux situations rencontrées une fois assis dans la voiture. Il ne voulait pas décortiquer le moindre détail. Il voulait sentir naturellement la voiture. Cela vaut aussi pour Lewis. Il a trouvé un moyen de mettre sa tête sur pause vis-à-vis de la Formule 1 entre chaque course et de revenir complètement concentré à chaque fois."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull - ExxonMobil meilleur que Total?
Maintenant que Renault a annoncé qu'aucune évolution moteur majeure n'arriverait cette saison, Red Bull doit se tourner vers ExxonMobil, son fournisseur essence, pour combler une partie de son retard en vitesse de pointe.

Auparavant associée à Total, Red Bull s'est tournée cette année vers le pétrolier texan, et avec succès. Christian Horner, le directeur de l'équipe, a confirmé que Red Bull avait gagné en performance suite à ce changement.

"ExxonMobil a fait un travail formidable pour trouver de la performance."

David Tsurusaki, manager mondial de la technologie pour le sport automobile chez ExxonMobil, confirme qu'un "gain plutôt décent" a été trouvé par sa firme.

"Je ne donnerai pas de pourcentage mais nous avons trouvé un gain décent qui est bien visible. Pour les prochaines étapes, nous allons procéder pas à pas, donc nous pensons qu'il y aura encore une étape à franchir, et ensuite, il faudra trouver les bons réglages, à moins qu'il y ait un changement de design sur le moteur - alors, vous pouvez prendre une feuille blanche et vous pencher sur ce nouveau design."

"Mais si vous regardez le design du moteur aujourd'hui, nous pouvons progresser en optimisant le prochain carburant. Nous pensons que nous pourrons trouver quelque chose, et ensuite, nous nous préparerons pour une autre petite modification. Puis, l'an prochain, il y aura vraiment une ardoise blanche pour nous, parce que nous allons regarder d'autres produits et d'autres procédés chimiques."

Le mercato des carburants fut décidément animé l'hiver dernier puisque Renault avait aussi décidé de changer de fournisseur, passant de Total à BP Castrol. Le moteur Renault doit donc composer avec deux composés dissemblables. David Tsurusaki explique les défis et la motivation que cette situation particulière pose.

"Je pense que nous pouvons considérer cet aspect comme sain. Parce que nos gars sont compétitifs et nous voulons gagner, donc nous pensons que si nous pouvons les battre, alors, c'est parce que nous sommes meilleurs."

"Ce n'est pas seulement la F1, nous considérons que c'est aussi important pour toute l'entreprise. Si nous sommes meilleurs et si nous pouvons les battre grâce à nos développements, alors, c'est de la vraie compétition. Je pense que Renault est une bonne comparaison. Notre point de vue personnel, qui est aussi celui de l'équipe, c'est que nous poussons vraiment très dur."

David Tsurusaki regrette en définitive que ce combat décisif soit souvent relégué à l'arrière-plan. "Mais nous pensons que nous sommes en train de gagner la bataille" se console-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg répond - Je sais ce que Toto Wolff pense de moi
Toto Wolff, le directeur de Mercedes F1, avait fait une révélation hier sur Nico Rosberg, le Champion du monde en titre qui a pris sa retraite directement après avoir été sacré.

L'Autrichien n'a pas hésité à dire que l'Allemand était "le plus vicieux" dans la relation qui l'a opposée à Lewis Hamilton en 2016.

Wolff a ainsi dit que Rosberg était celui des deux qui avaient utilisé toutes les armes à sa disposition pour prendre l'ascendant, y compris les fameux jeux psychologiques.

24 heures plus tard, Rosberg a déjà réagi et n'a pas vraiment l'air de croire que son ancien patron ait pu dire ça.

"Je sais ce que Toto pense de moi, c'est pourquoi ce qu'écrit un journal anglais m'est égal", confie-t-il aujourd'hui à l'agence 'DPA', sans démentir toutefois.

Et comme pour montrer qu'il entretient toujours de bons rapports avec Wolff, il précise:

"Mardi dernier, nous avons collecté ensemble 600.000 euros pour une œuvre de charité pour des enfants."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo a déjà perdu la masse musculaire gagnée pendant l'hiver
Durant l'hiver dernier, une fois n'est pas coutume, les pilotes de F1 ont dû prendre du poids - ou plus exactement de la masse musculaire. Les monoplaces de cette année étaient censées en effet être plus lourdes et bien plus exigeantes physiquement. Le contrôle drastique des poids des pilotes s'est ainsi un peu relâché, au plus grand plaisir des adeptes de la salle de gym.

Daniel Ricciardo fait partie de ces pilotes qui ont pris beaucoup de plaisir durant l'intersaison à l'entraînement. Le pilote Red Bull a enfin eu la sensation de ne plus être bridé dans ses exercices physiques.

"Se préparer pour ces voitures, c'était très amusant, parce que je pouvais réellement m'occuper de mon entrainement physique durant l'intersaison, et non pas simplement recharger les batteries et garder ma forme à un certain niveau."

"L'accent était beaucoup plus mis sur la résistance physique... Nous nous sommes préparés beaucoup plus durement en voyant le niveau attendu de ces voitures. Nous avons fait plus d'exercices de résistance physique à la salle. Le mois de janvier fut assez éreintant physiquement, mais c'est beaucoup plus amusant de s'entraîner avec un but précis. Ce fut difficile physiquement, et c'est pour cette raison que ça m'a renforcé sur le plan mental. J'étais vraiment heureux du déroulement des séances. J'étais fatigué bien sûr, mais aussi satisfait."

Les monoplaces 2017 se sont révélées au final moins éprouvantes à conduire que prévu. Par conséquent, Daniel Ricciardo a dû perdre la masse musculaire qu'il avait acquise, pour revenir au même poids qu'en 2016.

"En fait, c'était un peu contre-productif à la fin, parce que le poids de la voiture grimpait et nous ne pouvions pas peser beaucoup plus lourds. Je peux vous dire que mon poids à Monaco était le même que l'an dernier. J'ai pris un peu plus de muscle durant l'intersaison mais j'ai dû m'en débarrasser pour la course. Je me sens toujours un peu plus fort que l'an dernier mais nous n'avons pas pu gagner autant de masse musculaire que voulu. Je me sens plus fort quand je finis les courses donc je pense que je suis à un bon niveau, mais ce serait sympathique d'avoir un peu plus de masse musculaire pendant l'été, parce que j'aime manger et aller sur mes plages préférées en août!"

L'Australien estime toutefois que ces voitures posent un défi physique plus exigeant qu'en 2016 - et vise sans les nommer Lance Stroll ou Stoffel Vandoorne.

"Bien sûr, c'est un petit peu plus physique mais je sens que je suis devenu plus fort, donc le tout s'équilibre. Je vois vraiment quelques rookies qui n'ont peut-être pas fait leur boulot, et les 10 ou 15 derniers tours pour eux deviennent un petit peu douloureux."

Que Daniel Ricciardo soit plus en forme que l'an dernier ou non, sa Red Bull, de toute manière, ne lui permet de jouer le titre mondial. L'Australien doit regarder à distance le duel entre les Mercedes et les Ferrari. Il reconnaît volontiers être déçu du déroulement de cette saison.

"Je dirais que nous voulions être meilleurs. C'est sympathique d'obtenir quelques podiums d'affilée, mais nous aurions adoré avoir un record comme Sebastian Vettel - être premier ou deuxième tout le temps. Mais bon, nous sommes conscients de notre situation, donc nous devons commencer à rattraper notre retard. Je sens vraiment que nous avons appris davantage durant les deux dernières courses que lors de toutes les autres courses. Et cela va vraiment accélérer notre progression."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso - Les titres avaient plus de valeur avec Schumacher
Depuis ses débuts en 2001 en tant que pilote titulaire de Formule 1, Fernando Alonso comptabilise 2 titres de Champion du monde, décrochés en 2005 et en 2006.

Pour l'Espagnol, l'époque à laquelle il a été sacré a de l'importance puisque Michael Schumacher officiait encore à ce moment-là en catégorie reine au plus haut niveau, chez Ferrari.

Le Taureau des Asturies estime que la présence de l'Allemand sur la grille rend ses titres encore plus prestigieux.

"La valeur de la victoire et la valeur d'un titre étaient plus grandes, seulement parce que Michael était là", explique-t-il.

"Il était la référence, le grand champion et la légende. Le battre avait beaucoup de valeur."

Le pilote McLaren évoque aussi la période de ses débuts chez Renault F1, l'équipe qui lui a permis d'être titré.

"J'ai vécu un moment fantastique de ma vie, quand j'avais 22 ans. L'équipe était incroyable. Et elle m'a permis d'avoir mes deux titres. Tout a changé à ce moment-là. Je ne pouvais plus marcher dans la rue et on me voyait à la télévision tous les jours."
source: Nextgen-Auto.com

Renault a donné plusieurs idées pour le futur règlement moteur
Dans le but de prévoir la future réglementation moteur qui arrivera en Formule 1 à l'horizon 2021, les équipes et les motoristes ont été appelés à donner leur avis sur les besoins qu'aura la discipline pour évoluer de la bonne manière.

"Le moteur doit encore avoir une place centrale dans la voiture" répond Cyril Abiteboul à cette question, donnant l'avis de Renault. "Nous sommes des constructeurs et le moteur est le cœur de l'industrie automobile, et nous pensons qu'il doit prévaloir en Formule 1. Ceci dit, nous devons trouver un équilibre meilleur que celui que nous avons actuellement, puisque le classement de la grille est quasiment établi par le niveau des moteurs, ce n'est pas sain."

"Nous croyons également en son électrification. Le monde se dirige vers des émissions réduites et la F1 ne peut pas tourner le dos à cette évolution. Toutes les voitures seront hybrides dans le futur. Nous ne voulons pas de voitures entièrement électriques mais un équilibre entre électrique et thermique car c'est là que s'inscrit l'ADN de la Formule 1."

"Nous avons peut-être des moteurs trop complexes et trop lourds et qui ne produisent pas assez de bruit ni de puissance, mais nous sommes ouverts à en discuter. Nous avons fait une proposition pour garder les moteurs actuels en augmentant le débit de carburant et le son. Et nous avons fait une autre proposition qui était de retirer certains éléments en gardant le côté électrique et l'efficience au niveau du carburant."

Les moteurs hybrides introduits en 2014 sont très chers et pèsent trop lourd dans la balance économique de certaines équipes, surtout dans celle des petites structures indépendantes.

"Je le comprends et j'ai moi-même travaillé dans une petite équipe. Mais quand on voit les coûts pour faire tourner une équipe de F1 durant toute une saison, en comptant que le budget moteur est environ de 12 millions tandis que la plupart des équipes ont un budget annuel à plus de 100 millions, donc ça ne représente pas plus de 12% du total."

"Est-ce choquant? Je ne le suis pas, nous avons besoin de stabilité dans le règlement et cela réduirait les coûts tout en améliorant le spectacle. Nous ne pouvons pas repartir d'une feuille blanche, ça nous ramènerait en 2014 et personne ne le veut. Des petites améliorations aux règlements auraient plus de sens" poursuit-il.

Dans l'idéal, la saison en vue de 2021 devrait être trouvée avant la fin de saison, ce qui pousse Abiteboul à plaisanter: "La F1 a toujours eu une capacité fantastique à trouver des solutions! Regardez Red Bull, tout le monde craignait qu'ils partent il y a deux ans mais les choses se sont réglées toutes seules. Je ne pense pas qu'il y ait une urgence pour qui que ce soit."

"Oui, McLaren a des problèmes a régler avec Honda mais la meilleure solution serait que Honda trouve une stabilité car je suis certain qu'ils seraient capables de faire du très bon travail. Nous devons rester calmes, comme Ross Brawn. J'ai confiance en Ross pour qu'il prenne les meilleures décisions."

L'idée de simplifier les moteurs pourrait appeler des motoristes indépendants à proposer leur candidature pour une entrée en Formule 1, comme le souhaite Red Bull depuis déjà quelques temps.

"Il y a beaucoup d'espoir quant à l'idée de motoristes indépendants mais en réalité, il faut retourner loin en arrière pour trouver un vrai motoriste indépendant. Tout le monde pense à Cosworth, mais c'était une subdivision de Ford. Et quand bien même il y en aurait, la technologie devrait être réduite et ce n'est pas approprié pour la F1" conclut Abiteboul.
source: Nextgen-Auto.com

Wehrlein - Je suis prêt pour la prochaine étape
Pascal Wehrlein a été un des candidats considérés par Mercedes pour remplacer Nico Rosberg. Mais c'est finalement Valtteri Bottas qui a été retenu pour occuper le baquet laissé libre par le Champion du monde en titre.

Wehrlein a donc dû se contenter du cockpit Sauber, qui avait été négocié pour lui avant l'annonce surprise de son compatriote.

Même si Bottas se défend très bien à bord de sa Flèche d'Argent, son contrat le liant à Mercedes expire à la fin de cette saison. Une question se pose alors: est-ce que Wehrlein se sentirait prêt à piloter chez Mercedes, si jamais la chance se présentait à lui?

"Oui!" affirme-t-il sans hésiter. "Je ne veux cependant pas vraiment commenter cela. Si Mercedes a besoin de moi, je suis disponible."

L'Allemand assure que Mercedes a bien réagi face à ses problèmes de santé qui l'ont empêché de disputer les deux premiers Grands Prix du championnat 2017. Son retour dans la voiture a même été salué.

"Tout le monde a été assez satisfait, car la situation était difficile, mais depuis Bahreïn tout se déroule très bien."

Le pilote de 22 ans se montre content de sa saison, en dehors de son crash lors des qualifications à Montréal.

"C'était de ma faute et cela me déçoit, mais de manière générale, j'ai été deux fois en Q2 et j'ai inscrit 4 points - ce sont de très bonnes nouvelles pour moi. Et pour ce qui est de la collision avec Jenson (Button) à Monaco, je n'y suis pour rien."

Avec ses 4 points, Wehrlein a déjà atteint le but qu'il s'était fixé avant le début de la saison. Il a à présent du mal à redéfinir ses objectifs pour cette année puisque le potentiel de la C36 s'avère difficile à estimer. Mais 2017 s'annonce quoi qu'il en soit très riche en expériences.

"Le but était de marquer plus de points que l'année dernière", dit-il en rappelant qu'en 2016, il avait inscrit 1 point.

"Lors de la deuxième saison, on apprend toujours beaucoup parce qu'on a déjà tout fait une fois. Et on apprend de toute façon des choses nouvelles, lorsque l'on arrive dans une nouvelle équipe. Chaque écurie a son propre rythme et sa manière de travailler."
source: Nextgen-Auto.com

25 courses, une possibilité avec un calendrier mieux agencé
Les débats s'amplifient ces dernières semaines concernant le nombre de courses à inscrire au calendrier de la Formule 1 à moyen terme.

En 2018 il y aura 21 courses comme l'a annoncé Liberty Media, mais, peu à peu, ce nombre devrait être porté à 25. Avec un agencement plus intelligent du calendrier, par zone mondiale, Liberty espère réduire la pression sur les équipes en termes de voyages et de logistique.

Pour l'instant les patrons ne sont pas opposés à ce plan mais ils surveillent cela avec attention.

"Comme je l'ai dit à Montréal, je ne suis pas opposé à ce que nous ayons un peu plus de courses. Mais ce que je souhaite c'est effectivement que les courses soient mieux regroupées. Que nous restions dans une région du monde pendant un temps donné. Ne pas aller en Asie une semaine, en revenir pour une autre course et y retourner la semaine qui suit par exemple", explique Gunther Steiner, le directeur de Haas F1.

"Concernant la taille des groupes de courses à faire, je ne sais pas. Cela doit être étudié. Il faut voir combien de courses une zone du monde peut accueillir. Par exemple je doute que nous puissions rouler à Abu Dhabi une semaine et, la suivante, à Bahreïn. Ces deux courses sont trop proches et cela impacterait le nombre de fans sur les circuits", ajoute-t-il.

"Mais avoir quelques courses de plus, si c'est bien organisé, cela ne couterait pas beaucoup plus de temps hors de l'usine pour une équipe. Pour parler plus directement, je n'ai rien contre à ce qu'on porte le calendrier à 25 courses par an."

La charge serait tout de même plus importante pour le personnel. Comment faire pour gérer ça?

"Il faut juste planifier et, peut-être, déchargé certaines personnes. Peut-être que certains ne voudront pas faire l'intégralité des 25 courses mais je pense que tout peut être géré, si c'est fait de manière intelligente. Ce n'est pas beaucoup plus."

"Ce qui est certain c'est qu'il y aura des coûts en plus. Il y a plus de voyages, plus de pièces à produire pour une saison parce qu'il y a plus de courses. Si nous avons assez de temps pour nous préparer, nous pouvons trouver un moyen pour que ça fonctionne."

Et lorsqu'on demande à Steiner où il aimerait voir une course de Formule 1, ce n'est pas une 2ème course aux USA qui vient tout de suite à son esprit.

"Retourner en Afrique du Sud. Ce serait bien."
source: Nextgen-Auto.com

Max Verstappen veut bien figurer dans les rues étroites de Bakou
Max Verstappen n'était pas arrivé serein à Bakou l'an dernier, après avoir enchaîné les bévues lors de l'édition 2016 de Monaco. Cette saison, il y arrive avec une Red Bull sur la pente ascendante et de belles courses récentes.

"Bakou est selon moi un circuit urbain spécial, unique au niveau de ses sections rapides mais aussi par la partie la plus étroite au calendrier", explique-t-il.

"Le deuxième secteur est plus serré que certains endroits de Monaco, c'est difficile de rouler dans la vieille ville mais c'est amusant et incroyable pour les spectateurs. Cette section du circuit est ma préférée, la ligne droite se fait rapidement mais elle dure un long moment et permet de se détendre un peu" ajoute le Néerlandais.

Verstappen est très friand de voyages et de découvertes culturelles. Cette année il va essayer de faire mieux, comme il l'explique.

"Comme notre hôtel est à côté du paddock, je n'ai pas pu sortir et apprécier la ville l'an dernier. La vieille ville est amusante et je pense qu'il faudra faire au mieux pour voir ce que nous arrivons à en tirer."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.