En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 19 Juin 2017

Wolff - Mercedes doit tirer le maximum de chaque course
La domination de Mercedes n'est plus aussi évidente cette saison que les précédentes, si bien que Ferrari semble capable de prendre le dessus sur l'ensemble des manches. A Monaco, la Scuderia avait frappé fort en signant le doublé, conforté par une déroute des flèches d'argent qui se sont bien rattrapées à Montréal, deux semaines plus tard.

«Voir que les analyses faites après Monaco ont aussi bien fonctionné au Canada ont représenté une grande satisfaction. Il faut maintenant poursuivre dans cette dynamique" explique Toto Wolff. "C'est ce qui est intéressant mais difficile en Formule 1. La dernière course est vite oubliée. On est sans arrêt jugés par nos performances du moment alors que les entreprises dans d'autres domaines sont jugées quatre fois par an. Nous le faisons 20 fois sur des plateformes très publiques que sont les circuits."

"Après une mauvaise journée, on a le choix de se laisser aller ou au contraire, de se tirer vers le haut et d'y travailler. C'est ce que nous avons fait. Nous avons avancé et ce genre de journées nous fait progresser bien plus que celles qui se passent bien. Comme qui dirait, le succès est un professeur fainéant. Nous sommes revenus plus fort après chaque week-end difficile."

Wolff reconnaît que des saisons aussi serrées que celle qui a débuté en mars obligent à se concentrer sur chaque événement en espérant tout réussir: "Il faut prendre les courses les unes après les autres et avoir la meilleure voiture à chaque occasion. C'est comme ça que nous abordons les épreuves et c'est la seule manière viable."

"Le championnat est long, certains week-ends sont bons, d'autres moins, et il faut juste en tirer le maximum à chaque fois, en marquant le plus de points quand les choses se passent mal et en ramenant des trophées quand les choses vont mieux."

Wolff est en tous cas satisfait de ses pilotes, à qui il n'impute aucune responsabilité des difficultés rencontrées en certaines occasions depuis la manche inaugurale, à Melbourne.

"Lewis est au meilleur de sa forme, je ne l'avais pas vu aussi bon depuis qu'il a rejoint l'équipe" poursuit le directeur de l'équipe. "Pas seulement parce qu'il a fait un bon week-end à Montréal mais aussi parce qu'il gère très bien les journées plus difficiles. C'est ce qui fait la force des grands pilotes, quand les choses deviennent difficiles, ils s'y font très vite et optimisent leurs chances."

"De la même manière, Valtteri est très fort en ce moment. Je n'aurais jamais pensé qu'il dépasse nos espérances au bout de sept courses après avoir rejoint l'équipe à la dernière minute cet hiver. Il a signé une pole, gagné une course et a réussi à concurrencer Lewis en certaines occasions. Il veut simplement réussir un week-end entier et je suis certain qu'l y arrivera."

Après la réussite de Montréal, l'Autrichien tempère également ses propos sur la voiture, la W08 qui avait été fortement critiquée après la débâcle monégasque.

"Nous avons plaisanté sur le fait que c'était une diva, mais c'est une bonne voiture bien qu'elle soit parfois difficile à gérer. C'est une chose qu'il nous faut accepter afin de la comprendre et d'en apprécier les points positifs. Je suis persuadé que c'est la plus rapide sur la grille et je n'en voudrais aucune autre."

Il conclut enfin par un petit mot sur l'Azerbaïdjan, où va se tenir la deuxième course sur le circuit urbain de Bakou: "C'est toujours intéressant de découvrir des endroits, et je ne savais pas trop à quoi m'attendre en allant en Azerbaïdjan pour la première fois l'an dernier. Ils ont fait du très bon travail sur le circuit, le centre ville est beau et les infrastructures sont très bonnes. Les gens qui nous accueillent veillent très bien sur nous et j'ai hâte d'y retourner."
source: Nextgen-Auto.com

La FIA publie le calendrier F1 provisoire pour 2018
Le Conseil Mondial de la FIA s'est réuni aujourd'hui et a publié le calendrier provisoire de la Formule 1 pour la saison 2018, bien en avance par rapport aux habitudes (septembre en général).

Les passionnés vont vivre pour la première fois 3 Grands Prix de suite en 3 semaines avec le trio Castellet - Spielberg - Silverstone... dans la foulée des 24 Heures du Mans.

Ce calendrier de 21 courses avance la date de Bakou en avril, ce qui permet à Sotchi de retrouver sa place en fin d'année, à la place de la Malaisie, qui a terminé par anticipation son contrat.

Comme prévu, Hockenheim revient, 2018 est la dernière année prévue au contrat de l'alternance qui avait été signé à l'époque avec le Nürburgring.

A noter que les Grands Prix de Chine et de Singapour sont encore soumis à confirmation, des détails restent à régler entre les promoteurs et la FOM.

Le calendrier provisoire pour la saison 2018:

25 Mars - Melbourne - Australie
8 Avril - Shanghai - Chine
15 Avril - Sakhir - Bahreïn
29 Avril - Bakou - Azerbaïdjan
13 Mai - Barcelone - Espagne
27 Mai - Monaco - Monaco
10 Juin - Montréal - Canada
24 Juin - Le Castellet - France
1 Juillet - Spielberg - Autriche
8 Juillet - Silverstone - Grande-Bretagne
22 Juillet - Hockenheim - Allemangne
29 Juillet - Budapest - Hongrie
26 Août - Spa-Francorchamps - Belgique
2 Septembre - Monza - Italie
16 Septembre - Marina Bay - Singapour
30 Septembre - Sotchi - Russie
7 Octobre - Suzuka - Japon
21 Octobre - Austin - USA
28 Octobre - Mexico City - Mexique
11 Novembre - São Paulo - Brésil
25 Novembre - Yas Marina - Abu Dhabi
source: Nextgen-Auto.com

Sainz veut jouer le titre avec Red Bull dès 2018
Carlos Sainz ne se satisfait visiblement plus de rester chez Toro Rosso. Le pilote espagnol a annoncé qu'il voulait rejoindre au plus tôt Red Bull pour se battre pour le titre... dès 2018.

Daniel Ricciardo et Max Verstappen sont pourtant sous contrat jusqu'en 2018 au moins avec Red Bull, mais cela n'empêche pas Carlos Sainz de rêver à une promotion - on ne sait jamais...

"Idéalement, je veux me battre pour un championnat en 2018. Je veux avoir la chance de montrer à tout le monde que je suis capable de me battre pour un Championnat du monde."

"Red Bull le sait. Je leur ai dit, ils le savent parfaitement. Je pense que si je continue à obtenir de bons résultats, l'opportunité se présentera et j'espère que ce sera avec Red Bull. C'est mon objectif, c'est ce que je vise."

L'Espagnol sait bien que Franz Tost, le directeur de Toro Rosso, risque d'être inquiet au sujet de la motivation de son pilote jusqu'à la fin de la saison. Carlos Sainz veut alors le rassurer...

"Mon objectif est la 5ème place au classement des constructeurs, au moins. C'est l'objectif de Toro Rosso, depuis trois saisons. Personnellement, marquer des points à chaque course et garder cette constance, c'est mon objectif. Je suis bien sûr heureux du déroulement de ces premières courses, particulièrement à Monaco, ce fut un grand week-end pour moi [6ème place]."

"Et ça n'a pas été aussi facile pour nous que ça en avait l'air. Parfois nous avons souffert pour nous qualifier dans le Top 12. La marge est beaucoup plus étroite pour rentrer dans le Top 10. Nous avons dû disputer des courses en partant un peu de l'arrière, mais cependant nous avons réussi à rentrer dans les points. L'équipe s'est grandement améliorée dans les stratégies, donc cela aide."

Cette saison, chez Toro Rosso, il n'y a pas match entre Carlos Sainz et Daniil Kvyat: le premier a marqué 25 points tandis que le second plafonne à 4 unités.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso - Encore plus déterminé pour Bakou
Fernando Alonso pourra compter sur un moteur Honda évolué à Bakou, de quoi se forger une impression des progrès des Japonais avant de se décider pour 2018, autant de son côté que du côté de McLaren.

Le pilote espagnol s'attend toutefois à un week-end difficile, avec un départ en dernière ligne quasi assuré.

"Après avoir été si proche de marquer notre premier point au Canada, et avoir abandonné encore une fois, nous nous rendons à Bakou avec encore plus de détermination. Mais ce n'est pas un secret que nous nous attendons à un week-end délicat", explique Alonso aujourd'hui.

"A la suite des problèmes de moteur, nous allons certainement prendre des pénalités et, avec ce circuit étroit et sinueux, qui dispose de lignes droites rapides, dépasser est en général difficile. Mais ce n'est certainement pas impossible alors nous allons garder notre esprit combatif, comme toujours."
Le double Champion du monde apprécie en tout cas le tracé et la ville.

"C'est le tracé en ville le plus rapide du calendrier, donc, pour un pilote, c'est très excitant de rouler si vite entre les murs. Le départ sera encore l'un des points cruciaux de la course. Il faudra donc bien travailler les réglages vendredi afin de faire au mieux en qualifications le samedi. Ce sera la chose la plus importante."

"De son côté, la ville de Bakou est superbe et, après le succès de l'édition de l'an dernier, j'ai hâte d'y retourner. Je suis un des ambassadeurs de Bakou, j'ai donc passé plus de temps là-bas que la plupart de mes collègues et c'est vraiment un chouette endroit pour une course de F1, avec du pilotage au milieu du centre historique. On ne pouvait trouver mieux."
source: Nextgen-Auto.com

Imola retrouve sa licence Formule 1
Le circuit d'Imola reste en course, à l'avenir, pour accueillir un éventuel Grand Prix.

Le directeur de course de la FIA, Charlie Whiting, a en effet récemment procédé à une inspection du circuit et il a de nouveau les capacités à accueillir la Formule 1 à l'avenir.

Imola avait engagé ces dernières années de grands travaux de modernisation et souhaitait même prendre le Grand Prix d'Italie à Monza, avant que Bernie Ecclestone ne signe finalement une prolongation de contrat de quelques années avec le circuit historique.

Mais le circuit d'Imola souhaite tout de même retrouver un Grand Prix à moyen terme, celui de Saint Marin, qu'il a eu l'habitude d'héberger à 26 reprises, de 1981 à 2006.

"J'espère que nous aurons bientôt la confirmation par les autorités nationales que nous pouvons réaliser à Imola les promesses faites par le président de l'Automobile Club d'Italie", déclare ainsi le patron du circuit, Uberto Selvatico Estense.
source: Nextgen-Auto.com

Les 24 Heures du Mans et la F1 se réconcilient grâce à Liberty
La hache de guerre entre la Formule 1 et les 24 Heures du Mans a été enterrée le week-end dernier par Chase Carey et Pierre Fillon, le président de l'Automobile Club de l'Ouest.

Sous l'ère Ecclestone, la F1 restait assez jalouse de son leadership sur le monde du sport automobile. C'est ainsi qu'en 2016, Bernie avait programmé le Grand Prix de Bakou en même temps que les 24 Heures.

Cette année, le conflit de calendrier a été sciemment évité par Chase Carey. En guise de remerciements, l'ACO a invité l'homme fort de Liberty Media à donner le départ de l'édition 2017 de l'épreuve mancelle.

"Nous démontrons qu'il y a une nouvelle relation entre l'ACO et la F1" s'est réjoui Pierre Fillon.

"Avec Chase Carey à la tête de la F1, le temps est venu de travailler ensemble pour avoir un calendrier qui permette aux fans de profiter de la F1 comme des courses du championnat WEC."

En 2015 néanmoins, Nico Hülkenberg avait été autorisé par Force India à participer aux 24 Heures - l'Allemand triompha à la surprise de tous. Même s'il n'y aura plus de conflits de calendrier, un hic demeure toutefois pour Nico Hülkenberg: on voit mal Renault le laisser conduire pour d'autres constructeurs comme Porsche ou Toyota...

"Pour le moment, je ne pense pas que participer au Mans me manque" a assuré Nico Hülkenberg. "Je suis concentré sur le projet Renault et j'aimerais donner le meilleur de moi-même ces prochaines années. Pour le futur... qui sait?"
source: Nextgen-Auto.com

Williams nouvelle équipe d'usine de Honda en 2018?
Les rumeurs vont bon train dans les paddocks alors que la "Silly Season" des transferts est sur le point de s'ouvrir.

Le mercato ne concernera pas seulement les pilotes cet été mais aussi les moteurs. La question est de savoir si McLaren retournera à une propulsion Mercedes ou choisira de rester avec Honda.

Une rumeur venue de Suisse et du journal Blick fait aujourd'hui part d'une situation jusqu'ici jamais abordée. Williams serait la clef qui permettrait de résoudre le divorce entre McLaren et Honda.

L'écurie de Grove pourrait en effet devenir la nouvelle équipe d'usine de Honda en 2018 si McLaren venait à retourner chez Mercedes. Honda ne ferait ainsi que changer d'équipe d'usine, sans perdre trop la face. Le motoriste nippon éviterait de se retrouver avec seulement une petite structure (Sauber) comme client l'an prochain.

Roger Benoit, le journaliste de 'Blick', a étayé ses affirmations.

"L'ultime question à se poser c'est: est-ce que les Flèches d'Argent [Mercedes] voudront fournir à nouveau un rival dangereux comme McLaren?"

"Pour Sauber, le dénouement n'importe pas vraiment, puisqu'ils resteront l'équipe numéro 2 de Honda l'an prochain."

Parallèlement, la présence de Zak Brown au Mans le week-end dernier a beaucoup fait parler. Soucieuse de retenir son champion Fernando Alonso, l'écurie de Woking chercherait à lui assurer un volant aux 24 Heures pour l'an prochain.

"Je suis sûr que Fernando va courir au Mans un jour" a confié Tom Kristensen, le vainqueur le plus prolifique de l'épreuve sarthoise.

"Nous sommes une formidable entreprise de haute technologie. Alors pourquoi ne pas offrir nos services aux participants du Mans, pas nécessairement comme compétiteur?" a même poursuivi Eric Boullier, le directeur de la compétition de McLaren.

Jean Todt et Chase Carey se seraient également entretenus au Mans pour évoquer la possibilité de l'arrivée en F1 de Porsche et Toyota en 2021, date qui verra l'entrée en matière d'un nouveau règlement moteur.
source: Nextgen-Auto.com

Honda joue son va-tout et annonce une évolution pour Bakou
Mis sous pression par McLaren, Honda apportera finalement une évolution moteur très attendue dès cette semaine, à l'occasion du Grand Prix de Bakou.

Au Canada, il y a deux semaines, Honda n'avait pu faire évoluer son V6, contrairement à ses promesses initiales. La conséquence avait été rude pour le motoriste japonais: une grosse colère de McLaren et de Zak Brown, qui ont publiquement évoqué un divorce si la situation ne s'améliorait pas rapidement.

Yusuke Hasegawa, le responsable du projet F1 chez Honda, a longtemps été énigmatique sur la date d'arrivée de l'évolution moteur de Honda. Mais le Japonais a confirmé à la presse de son pays qu'il y aura "une sorte d'amélioration" apportée au bloc nippon à Bakou. L'évolution concernera le moteur thermique.

"Je ne sais pas si vous pouvez l'appeler une spécification 3, mais nous introduirons définitivement quelque chose, même s'il s'agit d'une amélioration intermédiaire sur notre moteur thermique" a précisé Hasegawa, visiblement soucieux de répondre aux pressions de McLaren.

Cette fameuse "spécification 3" devrait tenter de mettre fin aux problèmes de vibrations du moteur, tout en s'attaquant à son déficit de 90 chevaux, très pénalisant en ligne droite.

Yusuke Hasegawa prévient néanmoins McLaren: il ne faut pas attendre de miracle de cette évolution... et s'attendre à quelques pénalités pour changer d'autres pièces.

"Si vous améliorez la combustion, la température des gaz d'échappement diminue car le tout est plus efficace, ce qui réduit la récupération d'énergie réalisée grâce au turbo et au MGU-H. Donc il sera aussi nécessaire de changer ces pièces."

"La situation est plus compliquée que les gens l'imaginent."

En cas d'échec de cette évolution, le divorce entre McLaren et Honda pourrait bien être scellé. L'écurie de Woking attend en effet des signes clairs, fermes et rapides des progrès de son partenaire. L'avenir de Fernando Alonso devrait également en dépendre largement.

"En raison de certaines de ses décisions, on pourrait se souvenir de Fernando comme l'un des talents perdus de la F1" a d'ailleurs souligné Nick Fry, un des anciens patrons de l'équipe Honda en F1. Mais les soubresauts à attendre de cette évolution Honda pourraient bien changer la donne...
source: Nextgen-Auto.com

Plus d'informations sur le projet d'équipe F1 chinoise
Nous vous rapportions il y a quelques jours les rumeurs concernant un nouveau projet d'équipe de Formule 1, soutenu par des investisseurs chinois.

Selon certaines sources ces investisseurs sont ceux qu'avaient présenté Ron Dennis au conseil d'administration de McLaren à l'époque, selon d'autres sources, ils seraient totalement différents.

La prudence est donc de mise concernant l'origine de l'argent qui servirait à mettre sur pied cette équipe, qui aurait envie de s'installer en Angleterre, dans l'Oxfordshire.

Plusieurs informations ont déjà été vérifiées: en coulisses des employés des Red Bull Racing ont été approchés, comme l'avait confirmé Christian Horner. "Il est de toute façon trop tard pour lancer une équipe pour 2018", ajoute-t-il.

D'autres, des anciens de Manor, ont déjà rejoint le projet. Un mix d'ingénieurs et d'aérodynamiciens travailleraient déjà sur une monoplace, en virtuel.

Le manager des sports de la F1, Ross Brawn, assure de son côté qu'il n'y a eu, pour le moment, aucune approche officielle et ajoute:

"Lors de ces derniers mois, une dizaine de candidats sont venus nous poser des questions. Ils voulaient savoir si nous allions changer les statuts afin que les nouvelles équipes soient aussi incluses dans la répartition des revenus. Nous leur avons répondu que nous ne pouvions pas le faire sous l'égide des contrats actuels, qui se terminent en 2020."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo revient sur sa première victoire en Grand Prix
Pour Daniel Ricciardo, se retrouver sur le podium la semaine dernière à Montréal a fait remonter des souvenirs qui sont pour lui uniques. C'est en effet au Canada qu'il a décroché sa toute première victoire en F1.

L'Australien a un souvenir intact de cette journée à la signification si particulière pour lui. Il a d'ailleurs marqué l'évènement d'une manière... indélébile.

"En fait, je l'ai fait tatouer sur mes fesses - 8 Juin 2014. C'était un jour génial, je m'en souviens très bien. Toute la course a été chaotique. Je me rappelle que nous sommes arrivés à un point où Mercedes a commencé à rencontrer des problèmes, et j'ai regardé les voitures devant moi et j'ai pensé "Ok, je suis 3ème, c'est cool, je vais être sur le podium". A cette époque, je n'avais pas encore beaucoup fini sur le podium et c'était quand même cool."

"Et puis je me suis dit "Attends, peut-être que nous pouvons faire mieux que 3ème". Puis j'ai pu voir Nico qui commençait à revenir vers nous et j'ai pensé "c'est la tête." J'ai pu voir qu'il se démenait et j'ai pensé "Si je rattrape Pérez, j'ai une réelle chance de gagner" et je l'ai eu. Je me rappelle très bien de ce moment: me retrouver sur le podium et tous les gens présents. Il y avait beaucoup de drapeaux australiens, ce qui était une belle surprise. Je ne l'oublierai jamais."

La 3ème place de Ricciardo en Espagne lui a permis de signer son 20ème podium de sa carrière en F1, et, avec celui du Canada, c'est un de plus qui s'ajoute à son palmarès. Mais le pilote de 27 ans reste humble face à ce chiffre.

"Je n'ai jamais pensé en termes d'étape, pour être honnête. Ce n'est pas vraiment une étape, si? Je suppose qu'ils commencent à s'accumuler - 20 podiums, c'est cool, j'aime ça. Il m'en faut plus! Je peux prédire qu'il y en aura plus à l'avenir."
source: Nextgen-Auto.com

Steiner - Traduire les données de l'an dernier sur la voiture 2017
La belle aventure de Haas en Formule 1 est lancée depuis un an et demi et après une première saison difficile, sauvée par des bons résultats lors des premières courses, la deuxième année de l'équipe est bien plus solide.

"Nous avons eu des hauts et des bas, mais nous avons marqué des points dans cinq des sept courses. Et dans l'une des autres, nous allions en marquer avant de subir un problème mécanique. Le milieu de peloton est très serré et marquer cinq fois en sept courses est un bon résultat" explique Steiner.

"A court terme, il est difficile de faire beaucoup mieux. On essaie toujours des petites choses sur le plan aérodynamique mais sinon, ce sont des modifications à moyen terme. C'est aussi en gagnant de l'expérience que l'on progresse, nous sommes sur une bonne voie. Nous aimerions évidemment marquer plus de points à chaque fois mais en marquant régulièrement, cela finira par arriver."

La F1 se rend à Bakou le week-end prochain et tout le monde se pose la question de savoir ce que donneront les nouvelles voitures en termes de performances et de spectacle sur un circuit aussi étroit et spectaculaire.

"Nous devrons voir ce qu'il en est, les temps progressent plus facilement sur un circuit lent avec les nouvelles voitures car leurs vitesses de pointe sont moins élevées. Je ne sais pas comment sera la surface cette année à Bakou, c'était très glissant l'an dernier et nous ne le saurons qu'après la première séance d'essais."

La préparation sera toutefois un peu plus simple que l'an dernier, lorsque les pilotes étaient arrivés sans avoir une seule idée du rythme à tenir sur ce circuit si particulier.

"On pourra utiliser les données de 2016 car après sept courses, on peut traduire les données de l'an dernier sur la voiture de cette saison. Cela nous aide et nous serons prêts. C'est un circuit fantastique, tout le monde a fait un super travail d'organisation et tout le monde savait exactement quoi faire" conclut Steiner.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.