En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 22 Juin 2017

Vettel donnera sa réponse à Ferrari après la pause estivale
Sebastian Vettel indique qu'il attendra après la fin de la pause estivale, à la fin août pour donner sa réponse à Ferrari concernant son avenir.

Le président Sergio Marchionne lui a laissé jusqu'à Monza pour se décider et Vettel compte bien utiliser le temps à sa disposition pour réfléchir sur la meilleure façon d'envisager la suite de sa carrière en Formule 1.

Il se dit que Vettel a noué des liens avec Mercedes lors de l'intersaison, au cas où Ferrari ne serait toujours pas compétitive en 2017. Mais la Scuderia est dans le coup finalement, alors...

"Je ne sais pas vraiment s'il y a une date limite. Contractuellement, ça démarre au 1er janvier et ça se termine au 31 décembre, donc, en théorie, la date limite serait le 31 décembre", plaisante Vettel.

"Cependant je pense que je me déciderai dans le courant de l'été parce que, d'ici là, nous allons être très occupés avec les courses à venir. Je donnerai ma réponse après la pause estivale probablement."

"Je me sens à l'aise, je me sens très bien chez Ferrari", ajoute-t-il. "Nous travaillons bien ensemble et les efforts commencent à payer. Beaucoup de choses ont changé depuis mon arrivée ici. Cette année est très importante pour nous. Avec un peu de chance, c'est juste le début..."

Voilà des mots qui laissent à penser que Vettel est plutôt proche de prolonger que de partir. Tout va maintenant dépendre du développement de la SF70H lors des prochaines semaines...
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen n'est pas si frustré que ça
Max Verstappen semble très frustré depuis quelques courses, au point que certaines rumeurs le disent prêt à trouver un moyen de casser son contrat avec Red Bull pour rejoindre Ferrari en 2018!

Evidemment le Hollandais a été interrogé à ce sujet à Bakou et il tente de relativiser la situation.

"Oui, jusqu'à maintenant, ça ne s'est pas passé de manière géniale pour nous, mais nous devons faire au mieux selon la situation dans laquelle nous nous trouvons. Et je pense que nous avons aussi réussi dans bien des cas - même si je n'ai pas pu terminer la course parfois. Donc, de ce point de vue, je peux être satisfait."

"Mais, en tant que pilote, tu veux toujours décrocher des victoires, et de ce point de vue-là, ce n'est pas génial...."

Verstappen tient à féliciter tout de même son équipe, publiquement, pour le travail accompli.

"Depuis le début de la saison, nous avons réussi à beaucoup améliorer la voiture. Au début, elle a réagi de manière bizarre lorsque nous avons changé des choses. Depuis, avec les évolutions des dernières courses, c'est devenu bien mieux. L'équilibre de la voiture est enfin là. Maintenant, il nous faut trouver un peu plus d'adhérence globale."

"C'est ce que prouvent aussi les données du Canada, qui montrent que nous n'étions pas si mal dans les virages. Nous avons simplement besoin de plus d'appui - et nous devons nous rapprocher de la tête avant de rêver à nous retrouver complètement devant. Le reste de notre retard est dû au manque de puissance du moteur."

Verstappen tire au moins une satisfaction de son évolution personnelle.

"C'est toujours difficile de parler de soi, bien sûr, on s'améliore toujours, rien qu'avec l'expérience que l'on collecte en réglant la voiture. Mais ce n'est pas comme si tu t'améliorais en tant que pilote de Formule 1 de course en course, comme c'est le cas avec en kart ou en Formule 3. Naturellement, tu peux toujours t'améliorer, mais il ne faut pas non plus oublier, qu'à chaque fois, cela se passait très bien pour moi avant de tomber en panne."

"Il y a juste certaines choses qui ne sont pas de ton fait. Dans ces cas-là, tu ne peux pas faire grand-chose. Bien sûr, tu peux en être déçu, mais cela ne t'apporte pas grand-chose de plus de réagir ainsi."

La déception étant passée, Verstappen est maintenant prêt à faire de son mieux ce week-end.

"C'est aussi très difficile de dire quelles sont nos chance, car l'année dernière, nous avons eu trop de drapeaux jaunes pour se faire une idée de la hiérarchie. Mais d'un point de vue réaliste, notre rythme est suffisant pour monter sur le podium, malgré les progrès de Ferrari. Cependant ce n'est pas suffisant pour la première ligne. Ici, c'est très difficile de trouver le bon compromis, car d'un côté, on veut être rapide dans les lignes droites, et d'un autre, avoir une bonne voiture dans les sections composées de virages serrés. C'est plutôt particulier!"
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Tout sportif rêve de partir au sommet...
Lewis Hamilton a dû préciser les choses concernant les possibilités de le voir prendre une retraite surprise à la fin de cette année.

Comme nous vous le rapportions, le Britannique avait lancé avant ce week-end à Bakou qu'il pourrait très bien prendre cette décision, s'il en avait envie.

Mais une retraite ne semble pas être vraiment à l'ordre du jour.

"Ce n'est pas une chose à laquelle je pense. Je ne pense pas devoir laisser ma place à un jeune qui a besoin d'avoir sa chance", explique-t-il aujourd'hui.

"Je pense que le rêve de tout sportif est de partir au sommet. Mais vous pouvez aussi penser que pas mal de sportifs se sont arrêtés trop tôt. Je n'ai pas décidé de partir avant que le moment soit venu en tout cas."

"Je pense que je peux accomplir beaucoup de choses en Formule 1 même s'il y a de la place dans la vie pour en faire tant d'autres. L'important c'est de se donner des priorités et le bon timing pour faire les choses. Personne ne sait vraiment quand c'est le bon moment. Dieu seul le sait probablement. Ce que je sais c'est que j'ai une équipe formidable autour de moi et un super patron qui me laisse faire beaucoup de choses à côté, ce qui me permet de rester très motivé."

Hamilton a aussi été interrogé sur son équipier Valtteri Bottas, qui ne sait toujours pas s'il pourra rester chez Mercedes en 2018. Le Britannique est prêt à le soutenir!

"Selon moi, il a gagné sa place chez nous. Et il va continuer à grandir. Il a fait du très bon travail alors que ce n'est que sa première année chez Mercedes. Il a déjà gagné une course, il va s'améliorer et, pour ça, il faut lui en laisser l'opportunité."

"De plus l'énergie de Valtteri est contagieuse: cela crée une belle harmonie chez nous. Quand il est à l'usine, il est très actif et tout le monde apprécie ça."

"C'est aux patrons de décider ensuite, je sais aussi que beaucoup de très bons pilotes voudraient avoir une Mercedes l'an prochain."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo - Pas d'évolution majeure pour le V6 Renault mais...
Daniel Ricciardo pense que Red Bull et Renault peuvent réussir à trouver de la performance en plus dans le moteur Renault (rebadgé Tag Heuer), même si l'Australien a évidemment fait une croix sur l'idée que le motoriste français pouvait sortir une évolution majeure en cours de saison.

"De ce que je sais, nous allons tout de même continuer à avoir des améliorations. Mais nous n'aurons pas d'évolution qui nous apporterait tout à coup la seconde qui nous manque", explique-t-il à Bakou.

"Je crois que pour l'instant nous n'avons pas encore une version totalement exploitée au niveau de son potentiel et Renault sait que cela peut être amélioré."

"Nous en verrons une partie ce week-end déjà, pas forcément avec des pièces nouvelles, mais avec des ajustements de paramètres. Nous pouvons aussi améliorer l'exploitation de notre côté. Et il y a un meilleur carburant. Alors ça ne semble pas aussi mauvais que ça."

"Ce serait évidement génial si Renault pouvait nous apporter une seconde pleine mais nous allons prendre tout ce qu'on nous donne pour le moment. Cela va évoluer par petites touches, le moteur ne va pas rester sans évoluer jusqu'à Abu Dhabi. Mais non, nous ne gagnerons pas une seconde au tour."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat s'est expliqué avec la FIA
Daniil Kvyat a révélé qu'il avait rencontré, en privé, Jean Todt, le président de la FIA et Charlie Whiting, le directeur de course.

Le Russe avait été très virulent à la radio lors du Grand Prix du Canada quand il avait appris qu'il serait pénalisé une 2ème fois pour le même incident.

En effet, Kvyat n'a pu prendre le départ du tour de formation normalement et avait rejoint sa place sur la grille après la ligne de la voiture de sécurité. Il a pris 5 secondes de pénalité avant que la FIA se rende compte de son erreur: c'est normalement une sanction de 10 secondes appliquée dans ce cas.

Et lorsqu'il a effectué sa 2ème pénalité, la voiture a surchauffé et le Russe a été contraint à l'abandon.

"Nous avons parlé de cette double pénalité à huis clos avec Charlie Whiting et Jean Todt. Cela a été très direct. Tout le monde a exprimé son opinion, tout le monde a compris parfaitement et la fin de la conversation a été très positive. Les choses sont claires maintenant."

Kvyat est aussi très tendu concernant son équipier, Carlos Sainz. Ce dernier s'est plaint de ne pas avoir été aidé par le Russe, en plaçant sa voiture de façon à être aspiré en ligne droite à Montréal.

"Nous allons gérer cela en interne. En tout cas c'est ce que j'espère de mon côté", indique simplement Kvyat.
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen - C'est mieux d'avoir un équipier connu pour être rapide
Kevin Magnussen a quitté Renault à l'intersaison pour rejoindre Haas et a désormais Romain Grosjean pour équipier alors qu'il avait Jolyon Palmer à ses côtés l'an dernier.

Le Danois estime qu'il n'y a pas perdu au change.

"C'est amusant" avance-t-il. "Il a tout ce dont j'ai besoin chez un équipier, un bon rythme pur auquel je peux me comparer et duquel je peux apprendre et de l'expérience, donc c'est un très bon équipier."

"C'est notre seul point de comparaison et il nous permet tout autant de nous mettre en valeur que de progresser. C'est bien mieux d'avoir un équipier dont la réputation est bonne et qui est connu pour être rapide."

Amené à faire une comparaison entre Grosjean et ses anciens équipiers, à savoir Palmer et Button, Magnussen ne choisit de parler que de l'Anglais.

"Dans ses grands jours, Romain est peut-être plus rapide que Jenson, mais Jenson était très régulier. Romain connaît un peu plus de hauts et de bas mais à de très gros pics de performance."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne - Au moins le simulateur est fiable...
Stoffel Vandoorne a lancé une nouvelle pique à Honda, le motoriste de l'équipe McLaren, aujourd'hui à Bakou.

Le Belge a révélé qu'il aurait certainement lui aussi une pénalité sur la grille de départ mais, au moins, il a pu se préparer à affronter ce nouveau circuit parce que "le simulateur est fiable" au moins.

"J'ai bien sûr passé pas mal de temps dans le simulateur, comme je le fais avant chaque Grand Prix", dit-il en parlant de sa préparation pour la course. "J'ai fait beaucoup de tours. Au moins, notre simulateur est fiable - et j'ai réussi à boucler un grand nombre de tours (rires)."

"J'étais ici l'an dernier, j'ai regardé les courses qui se sont déroulées ici, en GP2 ainsi qu'en Formule 1, des vidéo en caméras embarquées, c'est tout ce que vous pouvez faire."

"Après, je ne pense pas que nous ayons de grands espoirs, mais nous essayerons de faire de notre mieux. En effet, nous commençons déjà le week-end avec des pénalités, ce qui n'est pas idéal, mais c'est la situation dans laquelle nous nous trouvons. Nous allons essayer et faire de notre mieux, peut-être en nous concentrant plus sur les relais durant la course, et nous espérons que nous pourrons un peu jouer avec les autres durant la course."

Vandoorne est en effet désormais assuré de partir depuis la dernière place sur la grille de départ, tout comme Alonso. Il aura un nouveau MGU-H, un nouveau turbo et le nouveau moteur thermique de Honda, soit 30 places pénalité. Pour Alonso c'est au moins 15 places de pénalité pour le moment.
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean se sent 'bien placé' pour remplacer Raikkonen en 2018
Romain Grosjean croit qu'il est "en bonne position" pour rejoindre Ferrari, si le baquet de Kimi Räikkönen venait à se libérer l'année prochaine.

Pour le pilote Haas F1, équipe partenaire de la Scuderia, ce serait effectivement une grande chance de rejoindre un top team capable de se battre pour les victoires et le titre mondial. Une chance qu'il attend depuis longtemps.

"Pour l'instant c'est encore tôt, nous ne sommes même pas encore au mois de juillet. Mais qui sait à quoi ressemblera la grille l'an prochain? Bottas attend sur Mercedes, après il y a le cas de Kimi. Que va-t-il faire? Depuis 2010 tout le monde pense que c'est à chaque fois sa dernière année en F1. Nous sommes en 2017, il a 38 ans, il est toujours là et il fait toujours du bon boulot", explique Grosjean.

"Donc je ne sais pas... mais si une opportunité est là, un baquet, je crois que je suis bien placé, en bonne position. Mais cela ne veut rien dire pour le moment."

"La vie est pleine de surprises", poursuit le Français. "Demandez à Bottas ce qu'il pensait faire le 15 décembre et il vous aurait dit qu'il serait bien chez Williams. Et boum il se retrouve dans une voiture championne du monde. Tout se joue sur un coup de fil parfois. Alors pour que ce coup de fil arrive, il faut faire du bon travail en piste."

Grosjean fait partie des pilotes actuels qui ont le plus de Grands Prix réalisés sans aucune victoire.

"Je suis frustré parfois parce que j'adore gagner. Et c'est ce qui compte pour moi en Formule 1. Dans les catégories inférieures, quand vous avez tout gagné... et après vous arrivez en F1 et puis ce n'est plus possible. C'est comme si vous preniez le départ d'un 100 mètres 10 secondes après les autres."

Le pilote Haas ne veut toutefois pas paraitre négatif par rapport à son équipe.

"C'est bon aussi de voir qu'une équipe peut arriver en F1, partir de zéro et surprendre autant de personnes. Nous avons bien démarré cette saison mais le problème c'est que les 6 premières places sont verrouillée par deux Mercedes, deux Ferrari et deux Red Bull. La course commence donc à partir de la 7ème place..."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - Pour mon contrat 2018, il y a encore le temps
Valtteri Bottas a réagi aux propos de son patron, Toto Wolff, qui a reconnu cette semaine que son pilote était dans une situation inconfortable, sans contrat pour la saison 2018.

Le Finlandais avait déjà expliqué qu'il avait deux approches possibles pour convaincre Mercedes de le garder: être un équipier modèle ou tenter de battre Hamilton beaucoup plus souvent.

A Bakou, Bottas en a dit un peu plus.

"Je ne suis pas inquiet, il n'y a pas de précipitation à avoir. Le planning pour savoir ce que je ferai en 2018 est assez flexible. Bien entendu, des discussions vont devoir démarrer bientôt parce que, pour un pilote, c'est toujours bien de savoir où vous serez l'année qui suit. Mais je n'ai pas plus à dire que ça pour le moment, il est encore tôt dans la saison."

"Ce n'est en tout cas pas un secret que je veux une relation à long terme avec Mercedes. C'est mon objectif et c'est ce pourquoi je travaille dur chaque jour."

Bottas ajoute qu'il n'y a rien d'inhabituel pour lui.

"Je me sens à l'aise parce que chaque année en Formule 1 a toujours été un peu comme ça pour moi. J'ai rarement eu de contrats sur 3 années. L'année dernière, qui aurait pu imaginer ça."

"J'ai une idée du plan de Mercedes, quand ils veulent régler ça, mais c'est entre nous. Il y a le temps."

A-t-il commencé à discuter avec d'autres équipes, au cas où Mercedes souhaiterait placer un top pilote à sa place, comme Fernando Alonso ou Max Verstappen, tous les deux frustrés dans leurs positions actuelles?

"Non!" conclut Bottas.
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen est prêt à aider Vettel quand il n'aura plus aucune chance
Kimi Räikkönen a confirmé qu'il jouerait bien le jeu de l'équipe et de Sebastian Vettel cette année... lorsqu'il ne sera plus en position de remporter le titre mondial sur le plan mathématique.

Le Finlandais coupe ainsi court aux accusations selon lesquelles il ne serait pas prêt à se sacrifier si une victoire était en jeu, par exemple.

"Nous avons des règles très claires chez Ferrari, sur ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire et sur ce que l'équipe veut que nous fassions. Nous suivons ces règles. Je ne sais pas si j'ai le moindre intérêt à vous dévoiler ce que nous discutons entre nous mais Maurizio Arrivabene a été très clair et rien n'a changé", explique Räikkönen à Bakou.

"Nous savons exactement quand les choses peuvent aller dans l'un ou l'autre sens, et c'est normal, cela a toujours été comme ça en Formule 1, du moins dans toutes les équipes dans lesquelles j'ai été."

"Donc, quand je n'aurai plus de chance mathématique de me battre pour le titre, bien entendu que j'apporterai mon aide. Je n'ai jamais eu de problème avec ça, ni même dans le passé. C'est une décision très facile à prendre, chez Ferrari en tout cas."

En attendant de savoir quel pilote Ferrari prendra le dessus, il est important de maximiser la position de Ferrari.

"C'est bien entendu la première chose à faire: être au top avec notre équipe. Et si, après, Seb peut gagner et pas moi, alors c'est comme ça que ça se passera. Mais avant il faut travailler pour l'équipe et la mettre dans la meilleure position possible."

Räikkönen n'a pas encore fini une seule course cette année devant Vettel, qui possède presque deux fois plus de points...

"Oui c'est une grosse différence. Les mauvaises courses se sont enchainées pour moi, Seb en a eu de très bonnes jusqu'à maintenant. Je ne suis pas encore là où je veux. J'ai eu des soucis au départ, des problèmes, un abandon. Mais la situation peut s'inverser."
source: Nextgen-Auto.com

Ericsson - Je n'ai jamais été favorisé par Sauber
Tout comme Pascal Wehrlein, Marcus Ericsson a reconnu qu'il n'était pas du tout au courant de ce qui se passait au sein du management de Sauber et du départ confirmé de sa patronne, Monisha Kaltenborn, avec effet immédiat.

A Bakou, le Suédois a aussi dû se défendre de tout favoritisme.

"Cela a été très soudain, tout s'est passé en 48 heures", explique Ericsson.

"Nous devons croire ce que font les propriétaires et qu'ils savent ce qu'ils font. Ils ont un bon plan pour l'avenir."

"Me concernant, j'ai lu les rumeurs à mon sujet et sur le favoritisme supposé... c'est totalement faux, et infondé. C'est un vrai manque de respect envers chaque membre de l'équipe. Les gars travaillent jour et nuit, ici et à l'usine, pour que les deux voitures soient compétitives, les deux pilotes."

"Pour moi et Pascal, il est très clair que ce sont des conneries. Nous avons eu le même équipement, les mêmes priorités. Cela a toujours été comme ça chez Sauber."
source: Nextgen-Auto.com

Pérez - L'équipe a vérifié qu'Esteban ne pouvait pas dépasser Ricciardo
Pour la première fois cette saison, les deux pilotes Force India se sont retrouvés en lutte directe lors du Grand Prix du Canada, où ils se battaient pour une place sur le podium face à Daniel Ricciardo. Estéban Ocon, plus rapide que Sergio Pérez, n'a pas pu dépasser son équipier qui a justifié son refus de lui ouvrir la porte en expliquant qu'il se pensait capable d'aller chercher la Red Bull.

Le Mexicain a confirmé que lors du débriefing interne à l'équipe, ses ingénieurs lui ont avoué que le Français n'avait pas le rythme pour aller chercher Ricciardo, ce qui avait poussé Force India à ne pas obliger Pérez à laisser passer Ocon, bien que cela ait coûté une place à chacun des deux pilotes au profit de la Ferrari de Vettel.

"Je suis ce que dit mon équipe" explique Pérez aujourd'hui à Bakou. "Ils ont plus d'informations que nous tous. Je pense qu'ils ont senti qu'Estéban n'avait pas la possibilité de le dépasser non plus et je les crois. Nous en avons reparlé, une fois après la course et une fois dans la semaine suivante. L'équipe a confirmé que si nous étions encore dans la même situation, la même décision serait prise. Ils nous laisseront nous battre sans consigne d'équipe et ils n'ont pas senti le besoin d'en donner."

"La différence de 13 tours sur les pneus à Montréal n'était pas énorme car il y avait peu de dégradation sur le circuit. L'équipe a toutes les informations et ils ont dit que si la situation se présentait de nouveau, sur un circuit du même type, ils feraient la même chose car c'était la bonne décision."

Pérez avait impressionné à Bakou l'an dernier, en signant le deuxième temps en qualifications et en signant un podium après avoir été pénalisé pour un changement de boîte de vitesses.

"Nous avions un très bon rythme tout au long du week-end et nous avions réussi grâce au rythme pur. J'espère que nous pourrons viser le podium cette année. S'il y a une course où nous pouvons nous rapprocher des meilleurs, c'est celle-ci. C'est une très bonne chance pour nous" conclut le Mexicain.
source: Nextgen-Auto.com

Wehrlein - J'ai été très surpris par le départ de Monisha
Pascal Wehrlein a reconnu qu'il a été très surpris d'apprendre que Monisha Kaltenborn quittais l'équipe Sauber.

Le pilote allemand a été prévenu par l'Autrichienne en personne par téléphone, mardi.

"Dans mon travail de tous les jours, cela ne changera rien car je maximise toujours tout ce qu'on me donne à disposition. Mais, sur le plan personnel, je trouve ça dommage parce que j'étais en très bons termes avec elle. J'ai été très surpris en fait. Il n'y a eu aucun signe que ça allait se passer", déclare Wehrlein à Bakou.

"Elle m'a appelé mardi pour m'informer. Mais elle ne m'a pas donné les explications. Je ne pense pas qu'elle m'en devait de toute façon. Elle m'a juste dit qu'il y avait eu une séparation et qu'elle ne serait pas à Bakou. Nous n'avons parlé que quelques minutes."

Wehrlein ne s'inquiète pas pour le court terme.

"Tout le monde a un travail à faire et toute le monde sait ce qu'il doit faire. Du mécanicien à l'ingénieur en passant par les personnes du marketing. Les procédures ne changent pas. On ne nous demande pas notre opinion, nous sommes comme les médias, nous apprenons cela et c'est une nouvelle situation."

"Maintenant, je ne sais pas ce qui va se passer. J'espère que l'équipe va continuer à progresser. Que nous aurons de nouvelles pièces. C'est ce que je veux, en tant que pilote."

Le communiqué de Sauber faisait aussi part d'un dément concernant un éventuel traitement de faveur de Marcus Ericsson (son sponsor et les propriétaires sont liés).

"Je n'ai pas de commentaire à faire à ce sujet. Ma relation avec Marcus est en tout cas assez normale, comme elle peut l'être entre deux équipier."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso ne prendra pas de risque pour sélectionner son équipe pour 2018
Fernando Alonso a indiqué aujourd'hui dans le paddock de Bakou qu'il ne compte pas faire un pari sur son équipe pour l'année prochaine en Formule 1, que ce soit chez McLaren ou ailleurs.

L'Espagnol aura un seul critère dans son choix: la compétitivité (quasi) assurée.

"Je l'ai dit plusieurs fois: je veux gagner l'an prochain et donc je veux pas qu'il y ait une grande dose de pari dans ma décision. Je veux être plus ou moins sûr de ce qui m'attend, où que j'aille", dit-il.

"Je reste pour l'instant très ouvert à toutes les opportunités. Voyons aussi ce que réservent les prochains mois à McLaren, parce que c'est l'équipe où je suis, que j'apprécie, et qui a beaucoup travaillé ces deux ou trois dernières années pour progresser."

Dans le cas de McLaren, c'est évidemment la compétitivité (et la fiabilité) du moteur Honda lors des prochaines courses qui fera la différence.

Alonso ne ferme pas non plus la porte à Mercedes et Ferrari. "Personne ne sait exactement ce qu'il va se passer chez eux. Des mouvements sont possibles, peut-être plus que vous ne le pensez. Je ne pense pas que la situation soit figée à 100% dans les top teams. Je vais donc rester calme et prendre la meilleure décision possible."

Et si McLaren passait au moteur Mercedes?

"Je ne sais pas si cela en ferait pour autant une voiture capable de gagner. Je ne le crois pas, cela ne changerait pas beaucoup. McLaren n'est pas aussi compétitive que Ferrari et Mercedes sur le plan du châssis. Le moteur, on sait ce qu'il en est. Nous verrons bien les opportunités que va explorer l'équipe pour être compétitive en 2018 et je prendrai ma décision en tenant compte de ça."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren - Boullier veut extraire le maximum de Bakou
Eric Boullier, le patron de McLaren Honda, s'attend évidemment à un nouveau Grand Prix difficile ce week-end en Azerbaïdjan.

Même si Honda devrait apporter quelques améliorations à son V6, elle ne devrait pas suffire à endiguer les problèmes en ligne droite du moteur japonais, encore trop peu puissant.

"Après la frustration que nous avons éprouvée à Montréal, nous nous rendons à Bakou, qui est une autre ville fascinante, pour la 2ème course dans l'histoire de cette ville et qui a été renommée le Grand Prix d'Azerbaïdjan (Europe en 2016; ndlr)."

"Au Canada, nous étions incapables d'exploiter le potentiel que nous avions montré durant le week-end, et nous anticipons la même chose à Bakou, nous ferons face à un défi similaire du fait des exigences impliquées par les caractéristiques d'un tel circuit, avec une si longue ligne droite."

"Néanmoins, même si nous sommes actuellement en pleine lutte face à nos difficultés, nous ne nous reposons pas sur ces lauriers, même s'ils ne se sont pas concrétisés en points à la fin de la course. En fait, c'est plutôt le contraire, la soif de victoire et la détermination de l'équipe sont plus fortes que jamais pour avancer dans la recherche de résultats plus positifs. Plutôt que de se concentrer sur le négatif, nous avons besoin de tourner notre attention sur les solutions et nous devons travailler ensemble, avec Honda, pour extraire le meilleur de notre situation."
source: Nextgen-Auto.com

Webber - La situation d'Alonso est un gâchis absolument grotesque
Fernando Alonso croupit actuellement en fond de grille en F1. Le pilote espagnol devrait encore partir dernier à Bakou, en raison de nouvelles pénalités moteur. La situation est particulièrement rageante pour le double Champion du monde, qui ne peut exprimer un talent toujours indéniable, comme sa performance aux 500 Miles d'Indianapolis l'a prouvé.

Mark Webber trouve lui aussi que Fernando Alonso est en train de gâcher son talent et ne mérite absolument pas sa situation actuelle. L'ancien pilote Red Bull a du mal à y croire...

"C'est un gâchis total et c'est absolument grotesque de le voir en fond de grille, au volant d'une voiture qui n'est pas compétitive."

"Il est toujours dans une situation où il conduit de manière phénoménale. Je pense que sa valeur n'a jamais été aussi haute, avec ce qu'il a fait aux 500 Miles d'Indianapolis, avec ce qu'il a fait parfois dans cette McLaren - Stoffel Vandoorne, je crois qu'il ne comprend pas ce qui lui arrive. J'ai aussi entendu des choses incroyables à propos de sa performance impressionnante aux 500 Miles d'Indianapolis. Gil de Ferran [le mentor d'Alonso pour cette course], et je connais bien Gil, a simplement dit qu'il avait appris et conduit de manière exceptionnelle."

Fernando Alonso devrait-il quitter McLaren dès la fin de cette saison et arrêter les frais? Mark Webber préfère temporiser avant de donner une réponse définitive.

"Voyons le moteur qu'aura McLaren l'an prochain. S'ils peuvent retenir Alonso pendant l'hiver, et le convaincre qu'ils vont gagner l'an prochain... Mais même si McLaren a un moteur Mercedes, le moteur ne sera toujours pas exactement le même que pour les Flèches d'Argent, n'est-ce pas?"
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen doit garder son calme, estime van der Garde
Max Verstappen est actuellement au centre de rumeurs qui le donnent partant dès la fin de cette saison pour Ferrari. Le pilote néerlandais est toujours sous contrat avec Red Bull pour l'an prochain, mais quel pilote pourrait rester insensible aux sirènes de la Scuderia?

Le petit prodige batave a d'ailleurs fait part publiquement de son agacement suite aux performances de Red Bull cette saison - alors que Ferrari est au niveau de Mercedes.

Le compatriote de Max Verstappen, et lui-même ancien pilote de F1, Giedo Van der Garde, lance cependant un avertissement: le pilote Red Bull ne doit pas perdre sa concentration en pensant trop à l'avenir...

"Bien sûr, pour Max, il est trop tôt pour s'inquiéter. Comme pilote, vous voulez toujours avoir la meilleure voiture que vous pouvez. Mais je pense que de toutes les équipes actuelles, c'est Red Bull qui a fait le plus de progrès."

"Et Renault ne reste pas inactif non plus. Je comprends la frustration de Max après une course comme le Canada, mais je m'attends toujours à ce que Red Bull ait une très bonne voiture l'an prochain."

Jos Verstappen pourrait être tenté d'aller au divorce avec Red Bull, en forçant si nécessaire la rupture de contrat avec l'écurie autrichienne. Mais là encore, Giedo Van der Garde reste circonspect...

"Rappelez-vous que Red Bull a placé Max en F1... Son heure viendra."

"Red Bull sait aussi que Max est un talent extraordinaire et il est dans leur intérêt de lui donner la meilleure voiture possible."

Enfin - mais il est très douteux que Max Verstappen prenne au pied de la lettre ces conseils - Giedo Van der Garde pense que le pilote Red Bull devrait être plus discret dans les médias.

"J'aimerais simplement qu'il reste calme. Je regarde ses courses, et il en a simplement marre. Il dit des choses par pure frustration, ce que je comprends. Il veut gagner des courses, donc c'est bon de voir ça. Il parle simplement avec son cœur."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari avec une évolution moteur significative à Bakou?
Le duel est toujours intense entre Ferrari et Mercedes, si bien que cette saison se jouera sans doute sur des écarts infimes en performance. Tous les chevaux comptent en termes de puissance moteur et ce sera d'autant plus le cas ce week-end à Bakou, circuit qui compte une ligne droite de deux kilomètres.

Pour faire face au défi posé par l'écurie allemande, Ferrari a décidé d'apporter des moteurs évolués en Azerbaïdjan, à en croire 'La Gazzetta dello Sport'.

Selon la publication transalpine, les données du nouveau moteur auraient particulièrement impressionné la direction de la Scuderia, qui n'aurait pas hésité longtemps avant d'inclure les dernières nouveautés sur son V6. Cette évolution ferait partie du plan de développement agressif souhaité par le directeur technique, Mattia Binotto.

L'ancien pilote de F1 Marc Surer voit Ferrari peut-être dominer Mercedes ce week-end - et Red Bull devrait au contraire particulièrement souffrir.

"Mercedes doit prouver qu'ils savent bien faire chauffer leurs pneus maintenant. Bakou est comme Monaco, mais c'est un circuit beaucoup plus rapide, même si je ne crois pas que les pneus seront un problème particulier ce week-end."

"Les moteurs les plus forts auront un avantage clair avec les longues lignes droites, donc Red Bull pourrait être dans l'embarras..."

"Ferrari est solide sur chaque circuit, ils arrivent bien à mettre les pneus en température à chaque fois. Donc je crois que Ferrari a de très bonnes chances de regoûter à la victoire."
source: Nextgen-Auto.com

Kolles pour succéder à Kaltenborn chez Sauber?
Sauber a confirmé cette nuit que la première femme à avoir jamais dirigé une écurie en F1, Monisha Kaltenborn, avait été remerciée en raison de "divergences liées au futur de la compagnie".

Monisha Kaltenborn a pris acte de cette décision et ne sera même pas présente à Bakou ce week-end. L'intérim est assuré par Jorg Zander et le team manager Beat Zehnder, comme ce dernier l'a confirmé à la presse suisse.

"Le directeur technique, Jorg Zander, et moi-même avons été chargés par le propriétaire de l'équipe de prendre la tête du management opérationnel ici à Bakou".

Sauber devrait annoncer rapidement le nom du successeur permanent de Monisha Kaltenborn. Et il s'agirait d'une figure connue du monde de la F1: Colin Kolles.

Proche de Bernie Ecclestone, Colin Kolles a déjà dirigé Jordan, Force India et HRT par le passé, avec des succès très contrastés. L'homme d'affaires de 49 ans est donc habitué à prendre la direction d'écuries en difficultés financières et sportives. Il a également engagé sa propre équipe aux 24 Heures du Mans récemment. Il serait enfin lié à Tetra Laval, le sponsor de Marcus Ericsson chez Sauber.
source: Nextgen-Auto.com

La FIA et Liberty se sont bien entendus dès le début
Depuis son arrivée à la tête de la F1 en remplacement de Bernie Ecclestone, Chase Carey a pris quelques décisions rapides et claires: renommer (en accord avec la FIA) le GP2 pour en faire la Formule 2, afin de clarifier les formules junior dans l'esprit du public; ou enterrer la hache de guerre avec le WEC pour éviter les conflits de calendrier dans le futur. C'est ainsi que Chase Carey a été invité par l'ACO, en remerciements, pour donner le départ des dernières 24 Heures du Mans.

Carey a apprécié l'attitude de la FIA dans le dossier du GP2 et estime que c'est bon signe pour les futures relations avec ce partenaire clef de la F1.

"Nous avons eu beaucoup de réunions avec Jean Todt et la FIA, toutes très constructives. Je pense que nous partageons la même vision de la direction à prendre, et nous avons une très bonne relation de travail. Nous parlons assez régulièrement et nous avons vraiment hâte d'imaginer ce que nous pourrons faire pour construire sur cet élan et pour avoir une relation qui pourra ressembler plus à une organisation, avec de vraies responsabilités, dans laquelle chacun pourra communiquer avec ses homologues. Ce n'est pas juste moi et Jean Todt. Je veux des personnes avec des responsabilités et une autorité pour prendre des décisions, de manière à engager chacun - et pour essayer de faire grandir le sport."

"La F1 est l'expérience de course ultime pour nous et je pense que quand vous voulez rendre la F1 formidable, vous voulez vous assurer d'avoir le meilleur terrain d'entraînement possible, afin de créer des opportunités pour que les prochains pilotes talentueux puissent apprendre, émerger et percer... Nous ne voulons pas rester assis, en F1, à attendre que des gens surgissent de nulle part. Nous voulons jouer un rôle pour aider à développer le sport et les pilotes."

"Les pilotes sont nos stars. Le pilote talentueux finira toujours par s'imposer. Bien sûr, les équipes, les marques, et toutes les autres choses sont importantes, mais les pilotes sont nos stars et nous devons assurer que nous faisons tout pour trouver les pilotes de demain. Je veux travailler avec la FIA pour s'assurer que nous faisons tout ce que nous pouvons faire pour que nous fournissions les bons moyens aux pilotes pour qu'ils puissent se développer."

Sur le dossier du Mans, la gestion de Chase Carey contraste fortement avec l'attitude de Bernie Ecclestone, qui conservait avec un soin jaloux le caractère exclusif de la F1.

"Le précédent management essayait un peu d'exclure d'autres formes de compétition automobile de nos événements. Jusqu'à un certain degré, je veux les y convier. Nous voulons que la F1 soit le pinacle, mais s'il y a des choses que nous pouvons mettre en place pour intéresser les fans, nous le ferons."

"Nous ne le faisons pas pour remplir nos propres objectifs, ni pour les équipes, mais pour les fans, pour créer une formidable expérience pour eux. Si les fans profitent d'autres sports autos, si en Australie ils veulent des V8 Supercars, alors, je ne veux pas écarter cette piste. Je devrais en profiter et attirer le fan de Supercarsn et j'espère que ce fan deviendra encore plus passionné de F1, et tout cela est bon pour tout le monde."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber confirme officiellement le départ de Kaltenborn
C'est par un communiqué de presse envoyé à minuit exactement que le conseil d'administration de Sauber a confirmé la nouvelle qui s'est répandue ce mercredi selon laquelle Monisha Kaltenborn n'est plus la directrice de l'équipe suisse.

"Longbow Finance regrette de devoir annoncer que, par consentement mutuel et suite à des divergences de vues sur l'avenir de la société, Monisha Kaltenborn va quitter avec effet immédiat son rôle de directrice du groupe Sauber", indique Pascal Picci, le président du conseil d'administration.

"Nous la remercions pour ses nombreuses années à la direction du groupe et nous lui souhaitons le meilleur pour l'avenir."

Quant au nom du remplaçant, il sera connu "bientôt."

En attendant le conseil d'administration souhaite "bonne chance à l'équipe pour la course en Azerbaïdjan."

Picci en a aussi profité pour démentir des accusations selon lesquelles Marcus Ericsson (directement soutenu par Longbow Finance) serait mieux traité que Pascal Wehrlein.

"Les propriétaires et le conseil d'administration de Sauber ont pris note de certaines spéculations diffusées aujourd'hui dans certains médias, des spéculations qui affirment que nos deux pilotes ne sont pas traités à égalité. C'est totalement faux et cela irait contre les valeurs historiques de l'équipe, qui sont d'avoir une compétition juste."

"Ces informations, qui citent une source anonyme, font du tort à nos deux pilotes ainsi qu'au management de notre équipe de F1."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.