En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 08 Juillet 2017

Des qualifications décevantes dans l'ensemble pour Renault F1
Nico Hülkenberg s'est qualifié onzième du Grand Prix de Formule 1 d'Autriche avec un tour bouclé en 1'05"597.

L'Allemand était "satisfait de cette onzième place. C'était un bel effort avec un bon tour à la fin de Q2. C'était tout aussi amusant de chasser les derniers millièmes de seconde. Ce sera une course difficile demain, mais nous pourrons librement choisir les gommes avec lesquelles nous nous élancerons. L'équipe a fait du bon travail."

S'il pointait à moins de deux dixièmes de seconde de Nico en Q1, Jolyon Palmer ne passait pas en Q2 avec son temps de 1'06"345.

"Je savais que les qualifications seraient serrées. Les sensations au volant sont meilleures et nous sommes plus proches sur le plan des performances ce week-end. C'est dommage que nous ne puissions finalement pas accrocher la Q2, mais il y a des progrès. Demain, nous chercherons à prendre un bon départ afin de viser les points."

Alan Permane, Directeur sportif, pointe du doigt des qualifications décevantes dans l'ensemble.

"Nico a connu une séance décente. C'est bien qu'il puisse se classer onzième, car cela nous laisse le libre choix des pneus, mais nous attendons plus. Jolyon avait la Q2 à sa portée. Nous visions une meilleure place sur la grille en vue de la course."

Quels seront les éléments à prendre en considération pour demain?

"Sur la stratégie, toutes les équipes risquent d'être alignées avec certainement une course à un seul arrêt, comme souvent cette saison. Les trois composés pneumatiques sont néanmoins très proches et cela pourrait jouer un rôle. Il y a eu pas mal d'averses et même des orages au courant de la semaine. Les conditions météorologiques pourraient donc jouer un rôle. Nous garderons un œil attentif au radar."
source: Nextgen-Auto.com

Todt s'explique enfin sur la sanction contre Vettel
Après une période de silence, Jean Tost est monté au créneau aujourd'hui pour défendre la sanction infligée par la FIA à Sebastian Vettel, après l'incident de Bakou - une sanction jugée plutôt clémente par certains observateurs dont Lewis Hamilton au premier chef.

Le Français rappelle que la FIA a adopté une attitude plus laxiste cette année au niveau des pénalités.

"Avant toute chose, chaque incident sera différent. Et vous vous rappellerez que la FIA et les commissaires ont été critiqués pour ne pas laisser les pilotes faire suffisamment la course. Et je peux le comprendre. Et je n'ai jamais entendu quelqu'un qui dirait 'laissez-les totalement libres pour qu'ils fassent ce qu'ils veulent'."

Jean Todt précise n'avoir pas voulu contredire, en l'amplifiant plus que de raison, la décision déjà prise par les commissaires en course - un stop-and-go de 10 secondes.

"Avant le restart, c'était un incident inacceptable entre Sebastian Vettel et Lewis Hamilton. Ensuite, c'est aux commissaires de décider ce qui devrait être fait. Et de mon côté, j'ai été très intéressé par cette affaire, je regardais la TV, et j'étais curieux de voir ce qui arriverait. Et bien sûr, ç'aurait été totalement inapproprié que le président de la FIA, qui était devant la TV chez lui, appelle les commissaires et leur dise quoi faire."

"Ce stop-and-go de 10 secondes est une pénalité sévère, ce qui a modifié le résultat. Vettel est passé à la 4ème place. Donc au lieu de marquer 25 points, il en marqué 12, donc cela signifie que Vettel a perdu 13 points. Et encore une fois, c'est aux commissaires de décider."

Mais alors pourquoi Jean Todt a-t-il tout de même voulu entendre Sebastian Vettel au siège de la FIA? Il apparaît finalement que les commentaires d'après-course de Vettel ont beaucoup pesé dans la balance, plus que la manœuvre elle-même.

"J'étais mal à l'aise parce que j'ai entendu que Lewis Hamilton s'était comporté derrière cette voiture de sécurité comme derrière les autres voitures de sécurité [il n'a pas ralenti davantage]. Donc après la course, j'ai entendu certains commentaires de Sebastian Vettel, qui était malheureux de cette décision et qui disait qu'elle était injuste."

"J'ai pensé que nous avions besoin de mieux comprendre ce qui était arrivé. C'est pourquoi j'ai demandé à ce que le président adjoint pour le sport, Graham Stoker, et que le chef de la sécurité en F1, Charlie Whiting, parlent avec Sebastian Vettel. Et après cela, ils sont venus me voir, pour me demander de m'entretenir avec le pilote, ce que j'ai fait."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean partira 6ème, Magnussen n'a pu disputer la Q2
Romain Grosjean a passé un excellent samedi au Red Bull Ring puisqu'il a réalisé le 7ème temps en Q3. Il partira même de la 6ème place demain après la pénalité de Lewis Hamilton.

Mais cette séance de Q3 n'a pas été non plus parfaite pour le Français, qui a perdu de la puissance moteur lors de sa deuxième tentative. Sa Haas est alors rentrée en mode anti-calage, mettant fin à la séance. Une défaillance de connexion de câble électrique serait à l'origine de ce problème.

A chaud, Romain Grosjean est évidemment déçu de cette défaillance technique. Il peut envisager tout de même sereinement les points demain si la fiabilité suit.

"Nous sommes sortis avec des pneus neufs et nous avons ensuite eu des problèmes relatifs à la souplesse de conduite. Nous avons fait quelques changements sur la voiture mais après le premier virage les gars m'ont demandé de ralentir, et ensuite j'ai totalement perdu le contrôle de la boîte de vitesses et l'embrayage est allé en mode anti-calage dans l'épingle, donc je ne pouvais aller nulle part et j'ai dû arrêter la voiture."

Romain Grosjean devra-t-il changer sa boîte de vitesses et ainsi écoper d'une pénalité de 5 places comme Lewis Hamilton?

"C'est seulement le 26ème ou 27ème Grand Prix pour l'équipe donc il y a toujours beaucoup de choses à apprendre. Je crois que ça devrait aller, c'était juste un connecteur électrique qui s'est déconnecté, rien de fou."

La fiabilité est décidément à travailler chez Haas puisque Kevin Magnussen a souffert d'une défaillance de suspension en fin de Q1. Le Danois partira 15ème demain.

"Je ne sais pas ce qui est arrivé à Kevin, c'est dommage, parce qu'il était rapide tout le week-end" regrette Romain Grosjean. "Il y avait une forte émulation entre nous et cela montre que quand nous faisons tout bien fonctionner, alors tout va dans le bon sens."

Quant à Kevin Magnussen lui-même, il a le sentiment d'avoir très probablement raté une place en Q3 aujourd'hui.

"C'est très frustrant de ne pas être en mesure de se battre en qualifications. Nous étions vraiment très compétitifs aujourd'hui et nous aurions donc pu signer un très bon résultat. Je suis très contrarié. Tout allait bien jusqu'à ce que ma suspension casse. Je pense qu'il s'agit d'un défaut de fabrication. Nous verrons bien ce que nous pourrons faire demain en course. Je ne sais pas jusqu'où je pourrai remonter, mais il est certain que je vais faire de mon mieux."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber compte sur la pluie pour se sortir des dernières positions
L'équipe Sauber commencera le Grand Prix d'Autriche demain de la dernière ligne, avec la 19ème place pour Marcus Ericsson et la 20ème pour Pascal Wehrlein.

Depuis les séances d'essais libres d'hier, il est clair qu'un week-end difficile était à venir pour les Suisses.

"Bien que nous ayons eu une journée légèrement meilleure, nous ne pouvons pas être satisfaits de nos places", commente Marcus Ericsson.

"En ce qui concerne mon tour le plus rapide en Q1, par rapport à hier, j'ai pu réduire l'écart entre moi et notre concurrence directe. Nous avons fait des progrès, cependant nous devons continuer à nous améliorer. La course de demain sera particulièrement exigeante pour les freins. La pluie est annoncée, cela pourrait bien nous aider."

Pascal Wehrlein a été battu par son équipier.

"Malheureusement, il n'y avait pas beaucoup plus qui aurait pu être fait lors de la qualification. Après les essais d'hier, aujourd'hui, j'ai continué à avoir des problèmes avec mon moteur, et cela m'a fait perdre le rythme, surtout sur les lignes droites. Comme d'habitude, je ferai de mon mieux pendant la course demain. La météo pourrait jouer un rôle déterminant dans ce GP alors j'espère la pluie."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz est content, Kvyat est très déçu
Carlos Sainz a hissé sa Toro Rosso en Q3 et il est bien sûr ravi, d'autant plus qu'il pensait que sa monoplace allait être en difficulté sur le circuit autrichien.

"Déjà ce matin en essais libres, je me suis rendu compte que je pouvais faire quelque chose de bien ici en qualification", déclare Carlos Sainz. "J'ai signé de très bons chronos dès la Q1 et cela m'a permis de passer en Q3. J'aurais voulu signer un meilleur chrono avec des pneus neufs, mais cela n'a pas été possible (à cause de l'arrêt en piste de Grosjean)."

"Cela n'a pas été facile, ce n'était pas comme à Monaco où les deux voitures de l'équipe étaient dans le Top 7. Nous devons donc donner de la valeur à cette journée, car ce n'est pas un circuit facile. Nous allons maintenant penser à la course, car il faut encore terminer le travail", poursuit Sainz.

"Il y a les deux Force India devant nous et il y a aussi Grosjean. Nous sommes proches du Top 7 qui est notre objectif lors de chaque course. Nous pensions que nous ne pourrions pas briller ici, mais nous avons été surpris", conclut-il.

Daniil Kvyat est pour sa part très déçu de sa prestation. En effet, sa voiture se comportait bien, mais il l'a plus reconnue dès le départ de la qualification.

"Quelle frustration", s'exclame Daniil Kvyat. "Cet après-midi en qualification, la voiture avait perdu son équilibre et moi j'ai donc perdu ma confiance que j'avais jusque-là. Je n'avais plus aucune adhérence, mon train arrière glissait beaucoup. C'est très décevant. Nous verrons bien ce que nous pourrons faire demain. Le point positif, c'est que tout peut arriver demain en course. Nous allons donc évaluer toutes les options, analyser les données afin de trouver les bonnes solutions pour nous."
source: Nextgen-Auto.com

Pérez revient de loin, Ocon était en pneus usés
Force India a encore une fois réalisé une qualification solide. Au Red Bull Ring, Sergio Pérez a signé le 8ème temps tandis que Esteban Ocon a pris le 9ème chrono. Mais, avec la pénalité infligée à Lewis Hamilton, le Mexicain peut remonter d'un cran sur la grille - tandis que le Français partira toujours 9ème.

Sergio Pérez avait raté les EL1 après avoir laissé sa place à Alfonso Celis. Il était de plus nettement en retrait par rapport à son coéquipier encore ce matin. L'expérience a semble-t-il parlé cet après-midi, même si une fois de plus son avance est très faible sur Ocon.

"Je me sens heureux aujourd'hui après notre performance. Je pense que c'était l'une de mes meilleures qualifications si vous prenez en compte cette accumulation des difficultés jusqu'ici. J'étais 17ème en EL2 et 18ème en EL3 ce matin. Donc à la fin, finir la qualification à la 8ème place montre les formidables bonds en avant que nous avons pu accomplir pour améliorer la voiture. C'est un effort immense de toute l'équipe. J'ai été un peu malchanceux avec le drapeau jaune en fin de séance parce que c'était une opportunité pour améliorer mon temps. J'ai vraiment hâte d'être à demain, je crois que nous serons plus forts en conditions de course. Je pense que nous pouvons avoir une course formidable demain."

Esteban Ocon partira finalement deux places pour loin que son coéquipier et a le sentiment d'avoir raté une bonne occasion.

"Je ne suis pas totalement heureux de ma 9ème place, après tout ce qui est arrivé dans cette session, mais c'est toujours une bonne position de départ. Mon tour le plus rapide en Q3 a été effectué en pneus usés, mais les drapeaux jaunes m'ont empêché de finir ma tentative en pneus frais. Je sens que j'aurais pu être deux places plus haut sur la grille, mais c'est ainsi... Nous devons voir si nous aurions pu faire mieux. Mais je sens que ce week-end est toujours positif. Nous nous sommes grandement améliorés par rapport à hier, la voiture est bien meilleure maintenant qu'en essais libres. J'apprécie cette piste et vous pouvez y dépasser facilement donc j'espère que nous pourrons ramener de bons points à la maison demain."
source: Nextgen-Auto.com

Raikkonen a renversé la vapeur
Auteur du quatrième chrono en qualification, Kimi Räikkönen s'élancera demain en course depuis la troisième place de la grille de départ grâce à la pénalité infligée à Lewis Hamilton.

""La journée d'hier n'avait pas été formidable, mais lorsque nous avons appris que le temps serait au beau fixe aujourd'hui, nous avons décidé de pratiquement repartir à zéro ce matin", explique Kimi Räikkönen. "Cette journée n'a pas été idéale, mais cela ne s'est pas trop mal passé en qualification."

Quels pneus demain en course? "Nous allons maintenant examiner tous les scénarios possibles. Cela dépendra des conditions météos, du départ et des premiers tours. Nous sommes habituellement plus compétitifs en course, il faudra donc prendre un bon départ en essayant de rester à l'écart des problèmes", ajoute le Finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne - Jusqu'ici, tout va bien!
Stoffel Vandoorne a signé le 13ème temps aujourd'hui en qualification et pour lui, c'est un motif de grande satisfaction, d'autant plus que son équipier Fernando Alonso est juste devant lui avec moins de deux dixièmes d'avance.

"Il me semble que ce week-end est positif pour nous jusqu'à présent", déclare Stoffel Vandoorne.

"Cela s'est bien passé en essais libres et la qualification s'est déroulée plus ou moins comme nous l'espérions. Les chronos de cet après-midi étaient très serrés. Il s'agissait d'une question de détails. Si nous avions gagné quelques petits dixièmes, nous aurions participé à la Q3. Nous avons donc démontré aujourd'hui que toutes les améliorations apportées sur la voiture étaient très utiles."

"Nous allons certainement dans la bonne direction. Toutes les nouvelles pièces qui arrivent sur la voiture sont les bienvenues. Nous devons absolument continuer à pousser dans notre développement", ajoute le jeune pilote belge.
source: Nextgen-Auto.com

Hors-sujet, Williams ne franchit pas la Q1
C'est une pâle copie que les deux Williams ont rendu à Spielberg cet après-midi pour les qualifications. Incapables de redresser la barre après un vendredi déjà très compliqué, Felipe Massa et Lance Stroll n'ont pu faire mieux que les 17ème et 18ème temps en Q1. La course s'annonce déjà compliquée pour l'écurie de Grove.

Paddy Lowe, le directeur technique, est évidemment déçu par cette mauvaise surprise après le podium de Bakou.

"Nous n'étions simplement pas assez rapides, il n'y a pas beaucoup plus à dire. Au bout du compte, ce n'est pas simplement un problème d'équilibre de la voiture, nous n'étions simplement pas assez rapides. Tout ce que nous avons essayé pour régler nos problèmes n'a pas pu régler la problématique principale, donc nous devons davantage analyser ce qui s'est passé. Sur le plan positif, avec le plein d'essence hier, nous avons semblé être à notre niveau normal de compétitivité donc nous espérons faire quelques progrès durant la course."

Felipe Massa avait réalisé la pole en Autriche en 2014. Il partira demain en fond de grille. Comment explique-t-il son manque de vitesse?

"Nous avons vraiment souffert pour faire fonctionner les pneus et tirer le meilleur tour de la voiture, donc c'est décevant. J'ai eu beaucoup de survirage au virage 6, ce qui m'a coûté deux dixièmes. Mais nous devons nous concentrer sur la course. Nous savons que notre rythme de course est bien meilleur, mais en partant 17ème, cela complique vraiment notre vie, donc nous devons être concentrés à 100 %."

Après sa 3ème place à Bakou, Lance Stroll était forcément très attendu mais a dû redescendre sur terre. Seule satisfaction pour lui: il a fini à moins d'un dixième de son coéquipier.

"Ce n'est pas le meilleur jour pour l'équipe, nous n'avons fait aucun progrès aujourd'hui. Nous avons souffert avec la voiture tout le week-end et nous avons essayé de travailler sur l'équilibre pour régler tout cela. Nous perdons simplement du temps dans les courbes à grande vitesse. Sur le plan positif, nous sommes meilleurs en longs relais, et cela nous donne un peu d'espoir pour la course."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso est content de lui
Fernando Alonso a été obligé de d'abandonner la dernière spécification du moteur Honda, mais cela ne l'a pas empêché de participer à la Q2 à Spielberg, qu'il termine en 12ème position.

"J'ai eu de bonnes sensations, aussi bien au niveau de mon pilotage que de notre préparation et de mon meilleur tour", explique Fernando Alonso.

L'Espagnol avait toutefois un ancien moteur Honda dans son dos.

"Hier soir, ils m'ont dit qu'il y avait un problème sur mon moteur et qu'il aurait certainement cassé. Nous sommes donc revenus à l'ancienne spécification, celle que j'avais à Bakou. Mon chrono d'aujourd'hui est malgré tout l'un des meilleurs de l'année pour moi et je suis donc enchanté sur un plan personnel."

Quel sera l'objectif demain en course?

"Nous sommes plus ou moins là où nous espérions et je pense que nous pourrons faire une belle course en partant de là. Nous avons marqué des points à Bakou en prenant le départ de la dernière place, j'espère donc faire mieux ici, ce sera probablement plus facile. Je pense toutefois que ce sera une course très difficile", ajoute le champion espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Les Red Bull en embuscade
Daniel Ricciardo a signé le cinquième temps aujourd'hui en qualification en Autriche, mais il gagne une position grâce à la pénalité infligée à Lewis Hamilton.

"Cette quatrième place est ce que nous pouvions espérer de mieux", affirme Daniel Ricciardo.

"Nous sommes très proches de Kimi (Räikkönen) et c'est une bonne chose. J'égale aujourd'hui ma meilleure position sur la grille de l'année."

"Je suis très content de ma qualification. Cela aurait été bien de terminer la séance, mais il y avait quelques drapeaux jaunes. C'est un circuit rapide qui procure un haut niveau d'adhérence. Les chronos sont très rapides ici et je pense que ce sera une course intéressante, d'autant plus que Lewis (Hamilton) va prendre le départ depuis la 8ème place", ajoute le pilote australien.

Max Verstappen est juste derrière son équipier (et gagnera aussi une place sur la grille) et il est forcément moins heureux.

"J'ai été un peu trop agressif dans le virage 7 et j'ai perdu l'arrière de la voiture", raconte le Néerlandais qui est en effet parti à la faute en fin de Q3. "Je ne sais pas si nous sommes assez rapides pour placer les deux voitures de l'équipe sur le podium."

"Un tas de choses peuvent se produire devant nous et il y a aussi la possibilité qu'il pleuve, ce qui serait une bonne chose pour nous. Notre rythme de course ne nous permettra pas de rester en compagnie des Mercedes et des Ferrari, mais qui peut savoir ce que nous pourrons faire avec une bonne stratégie?" ajoute-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Je vais chercher à limiter les dégâts demain
Lewis Hamilton n'aura pas réussi son pari de signer le meilleur temps des qualifications en Autriche, afin de partir de la 6ème place de la grille de départ, suite à sa pénalité reçue pour avoir changé de boîte de vitesses.

"Je vais chercher à limiter les dégâts demain. Aujourd'hui cela aurait pu être un peu mieux mais j'ai surtout préparé la course parce que je savais depuis mardi que j'aurai cette pénalité ici", révèle-t-il après les qualifications.

"Bravo en tout cas à Valtteri pour sa pole, il a fait un travail fantastique. Sebastian a aussi été très rapide mais, pour moi, ça n'a pas été aussi bien. Je ferai donc le meilleur travail possible demain pour remonter. Je veux au moins que nous signions le doublé avec Valtteri en course."

Hamilton avoue ne pas penser à mieux qu'un doublé.

"La victoire sera difficile si Valtteri n'a aucun problème. Il a été rapide tout le week-end donc gagner, ce n'est pas vraiment dans mon esprit en ce moment."

Peut-il compter sur son aide?

"Il n'a aucun intérêt à ralentir devant. Son intérêt va être de pousser aussi fort que possible pour gagner la course."

Hamilton a toutefois fait le pari de se qualifier avec les super tendres en Q2. Ses pneus tiendront donc plus longtemps lors du 1er relais. Un avantage?

"Je ne pense pas que cela va faire une grosse différence. La gomme est moins rapide. L'intérêt est évidemment qu'elle tient plus longtemps. Nous verrons si cela peut nous aider à passer quelques voitures."

Hamilton a l'expérience de ce genre de remontées: en 2014, à Spielberg, il avait déjà dû remonter de la 9ème à la 2ème place.

"Oui mais à l'époque nous avions une voiture qui dominait bien plus. Je doute que ça soit aussi facile cette année. Mais je vais tout donner, bien sûr. Je serais déjà très heureux si je peux finir 2ème. C'est juste dommage de ne pas partir 6ème. La Q1 et la Q2 ont été bonnes pour moi, mais la Q3 pas vraiment..."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel finalement heureux de sa 2ème place sur la grille
Sebastian Vettel n'a pas signé la pole en Autriche mais il est malgré tout heureux de sa 2ème place, obtenue derrière Valtteri Bottas.

Hamilton, 3ème derrière l'Allemand, ne partira que 8ème.

"Je n'étais pas assez rapide. Mais je suis très heureux quand même d'être 2ème parce que la voiture a été très bonne", commente Vettel.

"J'ai espéré faire mieux lors de mon dernier run mais nous avons tous été gênés par le drapeau jaune (monoplace de Romain Grosjean en panne)."

"J'ai vraiment pris du plaisir aujourd'hui. Ce circuit a beaucoup de rythme, les virages sont très rapides. Dommage que le circuit soit un peu court. Notre voiture a été phénoménale."

"Maintenant j'attends la course demain, elle devrait être bonne. Valtteri est en pole, devant moi, il faudra essayer de le battre. Le départ sera important."

Vettel compte-t-il profiter de la pénalité de Lewis Hamilton sur la grille? Pas vraiment.

"La course sera longue, beaucoup de choses peuvent arriver. Mercedes a montré qu'ils avaient un bon rythme sur les longs relais, je pense qu'il va donc vite remonter et se battre avec nous."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - Un tour pas parfait mais ça a suffi pour la pole
On attendait le meilleur temps de Lewis Hamilton ou de Sebastian Vettel lors des qualifications aujourd'hui, c'est finalement Valtteri Bottas qui a surpris les deux hommes pour la pole en Autriche.

Le Finlandais était évidemment ravi de son coup.

"Je me suis bien amusé parce que la voiture n'a cessé de progresser au fur et à mesure que l'adhérence du circuit s'est améliorée", explique-t-il.

"C'est génial d'être en pole. Mon meilleur tour n'était pas parfait mais cela a suffi, il était décent. J'aime vraiment ce circuit, j'avais déjà brillé ici en qualifications (en 2014, une pole avec sa Williams)."

Reste maintenant à concrétiser sa pole en victoire demain.

"Gagner sera bien sûr l'objectif. Ce sera une course intéressante demain, la météo est incertaine et Lewis va certainement remonter de sa 8ème place. Ca va être sympa."
source: Nextgen-Auto.com

GP d'Autriche - Essais qualificatifs
Valtteri Bottas (Mercedes) a décroché la pole du GP d'Autriche sur le Red Bull Ring et s'élancera en première ligne au côté de Sebastian Vettel (Ferrari). Le Finlandais signe la seconde pole de sa carrière en F1 après le Grand Prix de Bahreïn à Sakhir. Lewis Hamilton (Mercedes), 3ème des qualifications, devra reculer de 5 places sur la grille et laisse sa position à Kimi Räikkönen (Ferrari) qui précède les Red Bull de Daniel Ricciardo et Max Verstappen.

Romain Grosjean (Haas) a pris la 6ème position, le Français ayant perturbé la fin de séance en s'arrêtant sur la piste. Lewis Hamilton partira 8ème entre les Force India de Sergio Pérez et Esteban Ocon. Carlos Sainz (Toro Rosso) est 10ème.

Esteban Ocon (Force India) a arraché une place en Q3 en signant le 10ème chrono avec un demi-dixième d'avance sur Nico Hülkenberg (Renault), le premier éliminé de la deuxième séance qualificative. L'ancien vainqueur des 24 Heures du Mans a devancé les McLaren de Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne. Daniil Kvyat (Toro Rosso) a signé le moins bon chrono, Kevin Magnussen (Haas) n'ayant pas pu participer à la séance suite à la casse de sa suspension en Q1.

Les Williams de Felipe Massa et Lance Stroll ont été éliminées de la Q1. Le Brésilien est 17ème devant son coéquipier canadien en suivant Jolyon Palmer (Renault), le premier éliminé de la première séance qualificative en ayant échoué à 3 centièmes de Stoffel Vandoorne (McLaren). Les Sauber de Marcus Ericsson et Pascal Wehrlein complètent la liste. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Red Bull - Mateschitz comprend la colère de Verstappen
Max Verstappen est actuellement au centre de rumeurs de transfert l'envoyant chez Ferrari dès la saison prochaine. Le Néerlandais serait particulièrement agacé par le manque de compétitivité et de fiabilité de sa Red Bull cette année - il a abandonné lors de 4 des 6 dernières courses.

Dietrich Mateschitz, le propriétaire de l'écurie, sent peut-être la menace Ferrari grandir de jour en jour. Il a ainsi pris la parole dans la presse néerlandaise pour rassurer son jeune protégé. Il dit même comprendre "bien sûr" sa colère.

"Presque tout ce qui peut lui arriver lui est effectivement arrivé cette saison. Max est unique, c'est une personnalité forte. Il est courageux, charismatique et en dépit de son jeune âge, il est très discipliné et déterminé. Ses dépassements sont incroyables et il contrôle tout ce qu'il fait, c'est de la pure classe."

"Connaissez-vous mon rêve ultime en F1? Que Max soit le plus jeune Champion du monde dans l'histoire de Red Bull. Nous avons encore deux ans pour y arriver."

Dietrich Mateschitz est clairement rentré dans une "opération séduction" pour convaincre Max Verstappen de rester chez Red Bull. Mais il a également un autre argument dans sa manche: à partir de 2021, les règles moteurs seront modifiées et Red Bull pourrait ainsi s'offrir les services d'un motoriste indépendant.

Du reste, Dietrich Mateschitz confirme les menaces déjà brandies par le Dr Marko: si les règles moteurs en 2021 ne donnent pas satisfaction à Red Bull, alors, un retrait de la F1 est sur la table.

"Bien sûr! Mais ce n'est pas seulement pour Red Bull, mais pour le futur de la F1. Vous ne pouvez avoir des courses excitantes que s'il y a de la compétition. Avoir juste deux pilotes d'une seule équipe qui se battent pour la victoire est mortel pour le sport. Même avoir deux équipes simplement n'est pas franchement meilleur."
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg ne regrette pas son départ de Force India
Nico Hülkenberg a préféré quitter Force India cet hiver pour rejoindre Renault. Pourtant, cette saison, c'est Force India qui domine assez largement une écurie tricolore encore en transition. Renault est seulement 8ème du classement des constructeurs, tandis que Force India, 4ème, a déjà creusé un écart significatif sur Williams.

Nico Hülkenberg regrette-t-il alors d'être passé de Force India à Renault? Le pilote allemand avait pourtant reçu une proposition d'augmentation de salaire de son ancienne écurie... Mais il préfère voir à long terme.

"J'ai tout fait comme il le fallait. Il était clair que cette année serait un petit pas en arrière et que nous ne pourrions pas battre Force India."

"C'est une question de long terme, de futur, en particulier pour 2019 et 2020. Je crois dans le potentiel de cette équipe. Elle sera en mesure de construire une voiture avec laquelle je pourrai me battre pour des victoires."

Contrairement à Force India, Renault peut en effet compter sur un budget conséquent grâce au soutien d'un grand constructeur. Mais quand est-ce que l'écurie française sera assez compétitive pour se battre pour des victoires? Nico Hülkenberg ne se hasarde pas à fixer une date...

"C'est de la spéculation. Officiellement, l'équipe veut être prête pour gagner en 2019, mais il n'y a jamais de garanties en F1. Il faut simplement travailler dur, et prendre les bonnes décisions, choisir les bonnes personnes, et avoir les budgets nécessaires. Avec cette recette, cependant, l'équipe a tout pour parvenir au sommet."
source: Nextgen-Auto.com

La FIA dévoile le bouclier, toujours prévu pour 2018
On les avait cru un temps enterrés en attendant le développement de solutions plus efficaces: ils sont pourtant plus vivants que jamais.

Selon Charlie Whiting, le halo ou le bouclier (Shield), au choix, devraient être introduits dès la saison prochaine.

"Il y aura une sorte de protection du cockpit en 2018" a confirmé Charlie Whiting, le directeur de la course de la FIA.

La FIA privilégie la solution du bouclier, présentée aujourd'hui en photo, mais ne prendra une décision qu'une fois les tests terminés.

Ce n'est pas Williams mais bien Ferrari qui va ainsi expérimenter le bouclier lors des prochains essais libres 1 à Silverstone. Et si ces tests ne sont pas concluants, "alors le halo sera introduit", confirme encore Whiting.

Si le bouclier est la solution préférée des ingénieurs, c'est parce qu'il est "structurellement beaucoup plus facile de l'intégrer au châssis que le halo", précise Andy Green, le directeur technique de Force India.

"Et ses effets aérodynamiques sont significativement moins importants que dans le cas du halo".

Reste à voir si cette décision ravira certains pilotes (comme Romain Grosjean ou Jolyon Palmer) qui n'ont jamais été très enthousiasmés par l'introduction du bouclier...
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - Ma relation avec Hamilton n'est plus la même
Sebastian Vettel a reconnu que sa belle relation avec Lewis Hamilton n'est "plus la même" depuis l'incident de Bakou.

Même si l'Allemand a reconnu qu'il a vite contacté le Britannique après le Grand Prix (le lundi) pour lui présenter ses excuses, le pilote Mercedes semble en vouloir au quadruple Champion du monde. Ce qui est compréhensible...

"En réalité, notre relation n'est plus la même. Parce que j'ai fait une connerie", admet Vettel à Spielberg.

"J'ai dit à Lewis que je comprenais qu'il n'était pas heureux et qu'il ne prenait pas ça de manière cool. Mais j'espère que le temps réparera ça."

"Nous avons chacun nos propres vies, nous sommes adultes mais aussi très différents. Ses priorités dans la vie sont très différentes des miennes. Mais ça va. Nous nous entendions bien et j'espère que ce sera encore le cas."

Cela fait 10 ans que les deux pilotes sont en Formule 1 ensemble mais ils n'ont jamais été en bataille directe pour un titre. Vettel apprécie cela.

"Lewis est l'un des meilleurs pilotes que nous avons en F1. Tout comme Fernando Alonso, contre qui j'ai lutté pour le titre à deux reprises. Et à deux reprises ça a été très serré avec lui. Mes deux autres titres ont été un peu plus faciles, un peu moins stressants en fin de saison si on peut dire."

"Mais la bataille avec Lewis, c'est de l'inédit. Et c'est génial de savoir que vous êtes en lutte contre l'un des meilleurs de votre génération."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne - On ne peut pas encore comparer mes performances à celles d'Alonso
Depuis le début de la saison, Stoffel Vandoorne est largement dominé par Fernando Alonso. Le Belge a bien sûr une excuse: il fait quasiment ses débuts en F1 tandis que le double Champion du monde espagnol est au sommet de sa forme. Il n'empêche que ses performances déçoivent le paddock, même si son week-end autrichien se passe pour le moment mieux que d'habitude.

Ultra-dominateur en GP2, Stoffel Vandoorne a réduit la voilure cette saison. Mais il a plaidé pour sa défense. Selon lui, l'écart avec son coéquipier doit être remis en perspective et relativisé.

"Je ne pense pas que vous pouvez encore me comparer avec Alonso. Les deux voitures ne roulent presque jamais sur la piste au même moment et dans les mêmes conditions. Quand l'une roule, l'autre a des problèmes."

"Si vous regardez les chiffres, c'est vrai que Fernando Alonso est devant, mais nous verrons ce qu'il en est quand il n'y aura pas autant de variables qui entreront en jeu."

Le pilote belge est persuadé que McLaren lui garde toute sa confiance, en dépit de ses performances quelque peu en retrait.

"Je n'ai aucun doute, et une fois que j'aurai une voiture rapide, je le montrerai. Le timing de notre projet exige que nous travaillions ensemble pour surmonter ces difficultés, donc c'est notre priorité."

"McLaren connaît mes capacités, je les ai prouvées dans le passé, et ils savent que je fais tout pour aider l'équipe à se tirer de cette situation difficile. Je me rends souvent à l'usine, j'encourage le groupe, et ils savent que je me donne à 100 %, et c'est tout ce que je peux faire."

Stoffel Vandoorne refuse de mettre en avant une explication pourtant avancée par certaines rumeurs: il ne bénéficierait pas des mêmes pièces que le pilote numéro 1, Fernando Alonso.

Eric Boullier, le directeur de la compétition de McLaren, peu amusé par de tels bruits de couloir, a donc tenu à mettre les choses au point sur la RTBF.

"Chacun se forge ses opinions. Dans ce cas-ci, c'est 100% faux. Seulement beaucoup de monde oublie qu'il faut du temps aux jeunes qui débarquent dans la discipline. Vettel a mis 6 mois pour s'acclimater à la F1 chez Toro Rosso, idem pour Verstappen, Ricciardo et d'autres qui sont passés par là avant d'arriver chez Red Bull où ils étaient totalement préparés. Ce qui est plus difficile pour Stoffel c'est qu'il évolue dans une écurie très visible avec l'un des meilleurs pilotes du plateau à ses côtés. Seulement quand il a vraiment la voiture qu'il faut à disposition comme en ce début de week-end en Autriche, il est au maximum un dixième derrière."

"L'un des enseignements des ces séances d'essais libres, c'est que le travail qui est fait avec Stoffel et autour de lui depuis quelques semaines commence à payer. À chaque fois qu'il sortait en piste ce vendredi, il était dans le coup. Il avait enfin une voiture avec laquelle il pouvait s'exprimer et dans laquelle il pouvait faire un peu ce qu'il veut. Du coup on a retrouvé le Vandoorne que l'on connaît et il est avec Fernando, devant lui le matin et à un dixième lors de la deuxième séance."
source: Nextgen-Auto.com

GP d'Autriche - Essais libres 3
Sebastian Vettel (Ferrari) a réalisé le nouveau temps référence au Red Bull en signant un chrono de 1'05"092 avec les pneus ultra tendres lors des EL3 du GP d'Autriche à Spielberg. Le quadruple Champion du monde a devancé de plusieurs dixièmes les Mercedes, Lewis Hamilton pointant à plus de 2 dixièmes et Valtteri Bottas à plus de 4 dixièmes.

Lewis Hamilton, pénalisé de 5 places sur la grille du GP d'Autriche, a souffert d'une casse de freins à l'avant-droit à quelques minutes du drapeau à damier. Le pilote Mercedes a dû prendre l'échappatoire et est rentré aux stands au ralenti après avoir évité le contact avec le mur.

Kimi Räikkönen (Ferrari) a fini 4ème mais accuse encore plus d'une demi-seconde de retard sur son coéquipier. Le Finlandais devance les Red Bull de Max Verstappen et Daniel Ricciardo et les Haas de Kevin Magnussen et Romain Grosjean, dernier pilote à moins d'une seconde du record du tour au Red Bull Ring.

Les Toro Rosso de Daniil Kvyat et Carlos Sainz complètent le top dix devant la Force India d'Esteban Ocon qui a vu son coéquipier Sergio Pérez rencontrer des soucis mécaniques pendant la séance. Les Renault et les McLaren suivent la première VJM10 avec Nico Hülkenberg précédant Stoffel Vandoorne, Jolyon Palmer et Fernando Alonso. Les Williams sont en retrait et ne devancent que la seconde Force India et les Sauber. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Ocon déjà écarté de Mercedes F1 pour 2018
Esteban Ocon a déjà beaucoup impressionné le paddock de la Formule 1 chez Force India.

Le Français, qui atteint maintenant régulièrement le niveau de Sergio Pérez, et le dépasse parfois, semble confirmer sa réputation.

Alors, le jeune pilote junior de Mercedes peut-il espérer rejoindre Mercedes F1, aux côtés de Lewis Hamilton dès 2018? Non, pas du tout.

C'est Toto Wolff qui écarte déjà cette possibilité de voir le Français remplacer Valtteri Bottas.

"Esteban n'est pas un candidat pour notre 2ème pilote 2018. Parce qu'il est trop jeune. C'est un bon gars, il a clairement un avenir en Formule 1 mais nous ne pouvons pas l'aligner déjà aux côtés d'un pilote comme Lewis Hamilton."

Il y a deux semaines, Cyril Abiteboul reconnaissait que de ne pas avoir retenu Ocon pour Renault F1 avait été "une erreur".

Wolff a certainement entendu ces bons mots mais de là à placer le Français chez les concurrents directs...
source: Nextgen-Auto.com

Marko dit 'non' aux rumeurs Verstappen - Ferrari
Le docteur Helmut Marko se serait-il trahi en reconnaissant qu'il avait rencontré, en privé, Maurizio Arrivabene il y a quelques jours?

Cela a amplifié les rumeurs en Autriche selon lesquelles un accord serait négocié entre Red Bull et Ferrari pour que Max Verstappen puisse rejoindre la Scuderia Ferrari.

L'Autrichien a mis les choses au clair ce matin, avant les essais libres 3.

"Ricciardo a un contrat pour 2018. Verstappen jusqu'en 2019. Et une offre de Ferrari n'est pas une clause de sortie possible pour le contrat de Max."

"Donc non, Max n'ira pas chez Ferrari."

Verstappen lui n'a pas démenti.

"J'ai un contrat avec Red Bull, aussi pour l'année prochaine. Mais nous verrons bien ce qui peut se passer. Pour l'instant je me concentre sur cette saison. Ce que je veux? Juste être à bord de la voiture la plus rapide."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel promet de se tenir à carreau demain pour éviter un GP de suspension
Sebastian Vettel a pris trois points de pénalité sur sa licence après l'incident de Bakou, ce qui porte son total à 9 points de pénalité sur les 12 derniers mois.

S'il atteint les 12 points ce week-end, il risque la suspension pour un Grand Prix, en Grande-Bretagne.

L'Allemand va donc faire bien attention ce week-end, d'autant plus qu'il redescendra à 7 points de pénalité (calculés sur 12 mois glissants) sous peu.

"Ce n'est certainement pas un record dont je suis fier", confie Vettel à Spielberg. "Nous avons tous, je crois, quelques points de pénalité mais je dois être celui qui en a le plus. Et croyez-moi, je ne compte pas en récolter davantage dans les jours qui viennent."

"Bien entendu je vais apprendre de cette situation et faire en sorte que cela ne se reproduise plus. Si je me retrouve à nouveau dans la même situation (que Bakou), je me freinerai cette fois de tout mauvais geste. Mais que personne ne me dise qu'il n'a jamais pensé à faire ce genre de choses quand on est énervé."

"Je ne m'engage pas dans une course pour la foutre en l'air. Donc je planifie une course très normale pour dimanche, en faisant de mon mieux pour ne pas attirer l'attention des commissaires!"
source: Nextgen-Auto.com

Eric Boullier voit McLaren et Honda sur de bons rails
Honda a apporté en Autriche la spécification moteur qui avait été validée à Bakou, la troisième de la version 2017, et les performances ont été encourageantes lors des premiers essais sur le Red Bull Ring.

Eric Boullier reste mesuré quant au changement apporté: "C'est juste une évolution du moteur. Il y a nettement plus de performance à en tirer et nous pouvons aller plus vite, nous avons plus de puissance à utiliser et une meilleure utilisation du moteur possible. C'est un pas en avant, quand on le compare aux versions précédemment utilisées."

Le directeur de McLaren F1 assure en tous cas que son équipe et Honda sont sur la bonne voie.

"C'est déjà un projet sur trois ans. Nous avons eu quelques contretemps au début de cette saison, mais nous nous retrouvons de nouveau sur la voie que nous empruntions avant cela."

De quoi éviter une séparation avec les Japonais? Les prochaines semaines le diront...

En dépit des difficultés rencontrées depuis trois ans en Formule 1, McLaren continue de se restructurer et englobe désormais toutes ses activités, qu'elles concernent sa production de voitures de route ou la F1, sous la même entité. Maintenant que cette restructuration est effectuée, des mouvements pourraient-ils avoir lieu à la tête de l'équipe?

"Ron Dennis était le patron de McLaren Technology Group. McLaren a plusieurs entreprises sous sa bannière et je ne sais pas vraiment si un directeur pourrait être nommé, je ne sais pas si je dois en être inquiet ou agacé. J'ai la licence de la FIA pour être directeur d'équipe, et je pense que le rôle a changé depuis quelques années."

"Dans notre cas, il y a une séparation entre les parties techniques et commerciales. Zak Brown est responsable de la partie commerciale et moi de la partie sportive et technique."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz va calmer le jeu avec ses patrons
Carlos Sainz a été remis à sa place par l'ensemble du staff dirigeant de Red Bull: Christian Horner, Helmut Marko et Franz Tost.

L'Espagnol, qui avait déclaré jeudi qu'il ne roulerait probablement pas une 4ème année pour Toro Rosso et qu'il visait dorénavant un top team, a provoqué la colère en interne.

Sainz sait donc qu'il doit calmer le jeu et va donc devoir discuter avec ses patrons.

"Je pense que tout cela a été un peu exagéré. Je ne pense pas avoir dit quelque chose d'étrange. Je suis un pilote ambitieux, il est très clair que mon premier objectif dans la vie est d'être un pilote Red Bull et de commencer à me battre pour des podiums avec eux", dit-il.

"J'ai bien conscience, comme ils l'ont dit, que je leur dois tout", reconnait Sainz. "Je dois ça à Toro Rosso et aux gens qui y sont pour être en F1. Mais j'ai des ambitions et mon ambition est d'être un pilote Red Bull un jour. Le plus tôt sera le mieux évidemment."

Pourquoi alors avoir dit qu'il ne serait "probablement" pas chez Toro Rosso? Sainz admet une faute de langage...

"Peut-être que ce mot peut être interprété de plusieurs façons différentes... ce que j'ai voulu dire c'est que ce serait une situation étrange d'être une 4ème année chez Toro Rosso."

"Je vais clarifier tout ça avec Christian et Helmut, c'est certain. Je n'ai aucun problème pour en discuter avec eux. Je n'ai que du positif envers Red Bull, mon engagement est total. Mais je ne regrette rien. J'ai dit quelque chose de très clair."

"J'ai vu comment cette histoire s'est développée, j'ai été un peu surpris mais ça arrive en Formule 1. Je vais en tirer les leçons et, à partir de maintenant, cela restera un peu plus en interne."
source: Nextgen-Auto.com

Des progrès encourageants pour Honda qui espère rester avec McLaren
McLaren et Honda ont testé une nouvelle évolution moteur ce vendredi en Autriche, deux semaines après l'avoir validée à Bakou. Les deux McLaren ont roulé sans aucun problème technique et en terminant la journée dans le Top 10, ce qui semble constituer un progrès.

"Nous sommes heureux de n'avoir rencontré aucun problème, la voiture tourne très bien et c'est une bonne chose", confirme Yusuke Hasegawa. "Il est tôt pour parler des performances mais cela semble encourageant."

"Ce moteur est un pas en avant mais la performance ne vient pas uniquement de lui, le châssis est également amélioré et cela dépend aussi du circuit. Du point de vue des données, le moteur a aussi contribué à l'amélioration de nos temps au tour et nous en sommes heureux."

Le directeur de Honda essaie de ne pas s'emballer quant aux progrès de la nouvelle spécification du moteur japonais, mais rassure toutefois quant à l'engagement de la marque en F1: "Il est trop tôt pour être confiant mais nous voyons que nous nous rapprochons des meilleurs, même si ce n'est pas suffisant pour rattraper le devant de la grille."

"Nous sommes frustrés cette saison et nous savons que McLaren l'est tout autant que nous mais ce n'est pas une raison pour se retirer, Honda s'implique à continuer dans la discipline et nous essaierons tout ce que nous pouvons pour améliorer notre situation."

Hasegawa confirme que Honda n'envisage pas de se séparer de McLaren, malgré les envies de changement de l'équipe anglaise. Le motoriste n'a aucune autre envie ni aucune autre solution pour remplacer McLaren en cas de départ.

"Nous n'y sommes pas préparés et c'est pour cela que nous voulons continuer cette collaboration, car il n'y a pas d'autre alternative. Eux en ont d'autres mais nous ne considérons pas cette rupture et c'est ma réponse. Pour le reste, il faut voir avec Eric Boullier."

Pour Hasegawa, qui est responsable du projet F1, l'idée d'un partenariat avec Williams n'a aucunement été envisagée: "Avec Williams? Non, pas du tout. Jamais", scelle-t-il.

Le Japonais a évidemment pris part à la réunion qui s'est tenue récemment pour envisager et évoquer le futur du règlement moteur, qui sera modifié ipso facto en 2021. Il en est ressorti très satisfait.

"La réunion était très constructive, nous avons discuté des changements de direction. Il faut rendre la F1 attirante pour les constructeurs automobiles, en proposant un haut niveau de technologie sans que cela ne coûte trop cher et sans que les difficultés ne soient retirées. Nous sommes tombés d'accord sur le fond et nous devons étudier la forme."
source: Nextgen-Auto.com

Sirotkin reste prudent quant à ses chances de devenir titulaire
Sergey Sirotkin a pu piloter hier la Renault R.S.17, lors des essais libres 1 du Grand Prix d'Autriche.

Le Russe, qui officie en tant que 3ème pilote pour l'équipe française, n'est pas le favori pour, éventuellement, remplacer Jolyon Palmer en 2018. Mais il veut croire en ses chances.

"Il y a beaucoup de rumeurs, beaucoup de choses qui se disent, mais j'ai été très occupé ces deux derniers mois pour bien faire mon travail chez Renault F1. Je n'ai donc pas prêté attention à la situation. Pour être honnête, je ne sais pas si un baquet se rapproche ou non pour moi", dit-il à Spielberg.

"Ce que je sais c'est le travail que je dois faire, ce que l'équipe attend de moi. Je sais aussi ce que j'attends de l'équipe et nous travaillons donc ensemble. Nous verrons bien où cela nous mènera."

Lorsqu'on lui demande ses chances de devenir enfin titulaire en Formule 1 en 2018, Sirotkin reste prudent.

"C'est encore un peu trop tôt pour parler de l'avenir. Bien entendu, un baquet en Formule 1 c'est l'objectif final pour tous les pilotes. C'est ce vers quoi je me dirige, étape par étape. Je suis plus proche maintenant, nous allons bientôt entrer dans cette époque de l'année où il va falloir voir sérieusement ce qu'on va faire."

Sirotkin confie en plus à 'Nextgen-Auto.com' qu'il prend beaucoup de plaisir avec ces nouvelles Formule 1.

"Pour être honnête, ces nouvelles F1 sont vraiment belles et bien plus sympas pour les fans. Elles sont aussi bien plus rapides. Vous appréciez vraiment ça au volant, vous êtes bien plus excité qu'avec les voitures des années précédentes. La seule chose qui manque, c'est plus de son avec ces moteurs."

"Ce n'est pas plus d'adrénaline, ça va juste plus vite. C'est plus direct, c'est comme ça que je préfère la Formule 1, comme les autres pilotes je suppose."
source: Nextgen-Auto.com

Zehnder confirme des discussions en cours avec plusieurs directeurs potentiels pour Sauber
On s'attendait à ce que Sauber dévoile le nom de son nouveau directeur d'écurie lors de ce Grand Prix d'Autriche mais il n'en a rien été.

L'équipe suisse a donc dû envoyer une nouvelle fois Beat Zehnder, son team manager, s'expliquer devant la presse lors de la conférence des responsables d'équipe de la FIA, qui s'est tenue hier.

"Je ne peux pas vous dire quand une décision sera prise", admet Zehnder.

"Nous sommes toujours en discussions avec plusieurs candidats potentiel. Dès que nous aurons quelque chose à annoncer, nous le ferons. Cela fait seulement deux semaines que Monisha Kaltenborn n'est plus avec nous. Tout reste pourtant sous contrôle."

"Ce n'est donc pas un sujet brûlant pour le moment, il n'y a pas besoin de décision immédiate à ce sujet. Si nous n'avons pas de patron d'équipe pour la prochaine moitié de saison, alors oui, ça pourrait être un problème. Mais, pour le moment, tout tourne correctement chez nous."

Après le départ de Kaltenborn, on a aussi vu celui de Robert Hopoltseder, le directeur de la communication, comme nous vous le révélions cette semaine. Zehnder relativise.

"Il est assez logique de dire que lorsque vous avez un nouveau propriétaire (Longbow Finance), il a une vision différente de la façon de mener une organisation. Une personne ici, une autre là, ces personnes peuvent comprendre qu'elles ne correspondent plus à ce qu'on attend d'elles pour faire le job. Cela peut arriver dans une équipe de Formule 1 comme dans n'importe quelle entreprise."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Vettel et Hamilton ne vont plus penser à ce qui s'est passé à Bakou
La hache de guerre serait-elle d'ores et déjà enterrée entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel? La FIA a clos officiellement le dossier, permettant aux esprits de s'apaiser, ce qui est palpable dans le paddock du Red Bull Ring.

Toto Wolff pense aussi que les deux champions du monde ne vont pas passer leur temps à ressasser cet incident survenu au Grand Prix de Bakou. Le patron de Mercedes a d'ailleurs lui aussi beaucoup fait pour arriver à cet apaisement des tensions.

"Je pense qu'ils ont refermé ce dossier jeudi. C'est une affaire entre eux deux. Ils courent l'un contre l'autre, ce sont des pilotes formidables, et Sebastian a tout clarifié. Donc je pense qu'il n'y a plus de commentaire à faire sur ce sujet."

"Je pense qu'ils ont un respect réciproque. C'est ainsi que cette année a commencé et c'est clair que quand vous avez une rivalité aussi intense pour des victoires et des championnats, alors il y aura des hauts et des bas. Plus longtemps ce duel dure, plus il devient intense."

"Ils ne seraient pas tous les deux plusieurs fois champions du monde s'ils montraient leurs faiblesses, donc pour moi, de l'extérieur, je ne pense pas que cet événement va rester dans leurs esprits au-delà de ce week-end. Ils vont passer à autre chose."

Cette rivalité comme cet incident ont eu un effet positif pour la F1 selon Toto Wolff: créer de l'attention médiatique!

"Vous pouvez le voir au niveau des audiences, qui progressent de manière positive. Je pense que cette rivalité pour le championnat y contribue vraiment pour le moment."

Contrairement aux deux années précédentes, il n'y a pas deux Mercedes en lutte pour le titre. Valtteri Bottas est en effet plus en retrait. Toto Wolff est-il tout de même prêt à lui proposer une prolongation de contrat?

"Valtteri fait du bon travail mais je suis en F1 depuis un bout de temps, et vous pensez bien que je ne devrais pas me précipiter pour prendre une telle décision au sujet d'un pilote. Le marché devient assez intéressant pour 2019 et en attendant, vous devez simplement prévoir ce qui arrive. Mais rien ne plaide contre Valtteri parce qu'il est clairement notre favori, celui que vous voudriez voir rester avec nous pour une longue période. Mais nous devons simplement prendre une décision."

La piste Fernando Alonso a d'ores et déjà été écartée par Niki Lauda. Toto Wolff confirme qu'il n'est pas très enthousiasmé par la perspective d'ainsi chambouler son écurie en recrutant l'Espagnol...

"Sans aucun doute, Fernando Alonso est une personnalité importante, un pilote formidable, et Honda et McLaren l'apprécient. Mais de notre côté, aujourd'hui, nous sommes vraiment heureux de notre line-up. Je sais que ce n'est pas la réponse que vous voulez entendre, mais la stabilité est un facteur important. La dynamique entre les pilotes est aussi un facteur important et nous n'avons aucune raison de nous plaindre."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz recadré fermement par Marko et Tost
Carlos Sainz s'impatiente chez Toro Rosso. Le pilote espagnol a franchi un cap dans le paddock du Red Bull Ring en assurant qu'il ne conduirait probablement pas une Toro Rosso en 2018. Il a été immédiatement recadré par Christian Horner, comme nous vous le rapportions hier.

C'est maintenant au tour de Helmut Marko et de Franz Tost de ramener leur jeune protégé à la raison.

Le responsable de la filière jeunes de Red Bull met en garde Sainz: il ne doit pas "mordre la main qui le nourrit."

"Je pense qu'il est un peu dans la confusion. Je peux le voir dans son pilotage. Il a déjà fait quelques erreurs bêtes cette saison. Le contrat est clair comme du cristal. Vous savez en Autriche, on dit qu'il ne faut pas mordre la main qui vous nourrit. Et ce fut M. Mateschitz et moi qui avions poussé Sainz chez Toro Rosso. Personne d'autre ne lui aurait donné une chance."

"Nous lui avons envoyé une lettre pour dire que nous exercerons une option sur lui et autant que je sache, depuis que je suis chez Red Bull, le pilote ne décide pas de ce que l'on fera de son contrat. C'est une décision du boss, c'est à lui de prendre des décisions."

"Je pense qu'il devrait se concentrer sur son pilotage. Ces deux dernières courses, Kvyat s'est mieux qualifié que lui. Je ne lui ai pas parlé encore, donc peut-être que c'est une erreur de traduction entre l'Espagnol, l'Anglais et l'Allemand!"

Helmut Marko reconnaît que Red Bull pourrait laisser partir Sainz chez Ferrari - mais l'occasion est encore loin de se présenter.

"Je lui ai dit l'an dernier, que nous pouvions parler avec Ferrari. Mais j'ai rencontré Arrivabene samedi dernier, et il n'a pas mentionné le nom de Carlos. C'est peut-être son père qui rêve d'une plus grande équipe... Son père est ici, il parle à qui veut l'entendre, c'est toujours une situation amusante."

Sainz est-il frustré selon le Dr Marko?

"Tout d'abord, il devrait être performant. Il devrait utiliser son matériel à son maximum."

Le directeur de Toro Rosso, Franz Tost, a lui aussi fermement rappelé Carlos Sainz à ses devoirs de loyauté envers la petite Scuderia. Le ton monte dans l'écurie...

"La décision n'appartient pas à Carlos Sainz. Il a un contrat avec Red Bull et Red Bull décide de l'avenir de Carlos. Je suis un peu confus de cette discussion à ce moment de l'année parce que Red Bull a payé et financé toute la carrière de Carlos. Red Bull a payé pour sa saison en Formule Renault, ensuite en F3, GP3, 3.5, et pour trois ans en F1. Pourquoi Red Bull devrait le laisser partir chez n'importe quel concurrent? Parfois, la loyauté devrait davantage compter."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.