En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 10 Juillet 2017

McLaren hésite toujours à rester avec Honda
McLaren se retrouve dans une situation plus compliquée après chaque course. L'envie de quitter Honda et de retrouver un motoriste plus performant se fait chaque jour plus pressante mais dans le même temps, les progrès du fournisseur japonais sont juste assez présents pour que la décision soit compliquée à prendre.

"C'est un travail en cours" avoue Zak Brown. "Nous devons savoir si notre relation avec eux avancera rapidement. On commencera à se pencher sur la voiture de l'année prochaine dans les prochains mois et nous devons avoir un moteur compétitif pour l'an prochain. Ils y travaillent dur et parlent de choses à améliorer. Le but pour nous est de leur donner la possibilité d'y parvenir."

Honda a amené une nouvelle spécification moteur en Autriche pour ses deux pilotes mais Alonso a été contraint de revenir à l'ancienne version avant la course. Toutefois, Stoffel Vandoorne n'a pu faire mieux que 12ème avec la dernière version du bloc propulseur.

"Leur enthousiasme à l'idée de régler le problème est présent depuis les premiers jours, mais c'est un sport où seuls les résultats parlent. Nous aimons ce que nous voyons et ce qu'ils nous disent au sujet de leur manière de régler le problème. Je dirais pour le moment que notre position est toujours la même, nous souhaitons avoir une situation compétitive l'an prochain."
source: Nextgen-Auto.com

Szafnauer - Ocon a prouvé que nous avons fait un bon choix
Esteban Ocon s'est bien intégré chez Force India mais surtout, le Français montre de très bonnes choses au volant de la VJM10. Il est de plus en plus proche du niveau de Sergio Pérez et s'affirme course après course dans le rôle d'un très bon pilote.

"Je crois qu'il est meilleur à chaque course et il apprend à travailler avec l'équipe ainsi que les circuits" explique Otmar Szafnauer
.
"Quand je regarde ses résultats, il n'y a qu'une course où il n'a pas marqué de points et c'était Monaco. Il a encore marqué en Autriche, il est très régulier et c'est exactement ce que nous voulions. Nous savions qu'en milieu de peloton, il faut deux pilotes qui marquent des points, sans quoi on est en difficulté."

"Nous sommes un peu surpris, mais pas totalement. Nous l'avons choisi car nous pensions qu'il avait les capacités de faire cela et la surprise pourrait être que ce soit arrivé aussi vite, il apprend très vite et s'est vite adapté à l'équipe, mais je suis sûr qu'il peut faire encore mieux."

Ocon a réagi de manière adulte à toutes les situations délicates en ce début d'année, notamment avec Pérez à Montréal où les deux hommes étaient en discorde face aux consignes de l'équipe, et Szafnauer assure que l'humilité montrée par le pilote est une bonne chose.

"C'est une vertu et c'est ce que nous aimons, pas seulement de nos pilotes mais aussi de nos ingénieurs et de tout le monde. Si vous êtes humble et que vous travaillez dur, vous réussissez plus que si vous êtes arrogants, car il faut l'assumer par la suite" plaisante-t-il.

"Je ne sais pas si l'humilité permet d'apprendre vite, peut-être que c'est le cas, mais il est surtout un pilote très intelligent qui contrôle très bien sa monoplace. Son humilité lui donne possiblement l'envie d'apprendre lorsqu'il pilote. Il veut apprendre des choses à chaque fois et nous l'avons vu en essais dès le départ. C'est ce que nous aimons chez lui, il a prouvé que nous avons fait un bon choix."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen veut rester positif pour la 2ème partie de la saison
Après avoir souffert d'un nouvel abandon hier en Autriche, percuté au départ par Fernando Alonso lui-même victime de Daniil Kvyat, Max Verstappen promet une approche plus positive des choses pour la 2ème partie de la saison.

Le Hollandais, qui a grandement exprimé sa frustration ces dernières semaines, a semble-t-il compris que la F1 est parfois un jeu de patience.

"Je ne pense plus au championnat. C'est une évolution dans mon approche. Maintenant, je vais penser à faire un maximum de bonnes courses, les unes indépendamment des autres", révèle-t-il.

"Je veux essayer de rester positif, de marquer le maximum de points lors des prochains Grands Prix."

Verstappen ne veut plus non plus se laisser atteindre par les résultats de Ricciardo qui a signé une victoire et 5 podiums consécutifs cette saison.

"Je me fous un peu des résultats de mon équipier. Honnêtement, je ressens de moins en moins de pression, de course en course. J'ai compris que je ne maitrisais pas tout. Je n'ai rien à me reprocher, mes patrons me l'ont bien répété ce week-end. La roue va tourner. Et ma confiance ne cesse d'augmenter, course après course."

Ce changement d'attitude vient peut-être aussi du fait que les choses semblent être clarifiées pour l'avenir de Verstappen: il sera bien chez Red Bull l'an prochain, comme l'a clamé son père. Sergio Marchionne, le président de Ferrari, a lui aussi précisé que le Hollandais n'était pas une option pour Ferrari l'an prochain.
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean - Magnussen est mon meilleur équipier depuis Alonso
Romain Grosjean a souhaité rendre hommage aux qualités et au talent de Kevin Magnussen, son équipier chez Haas F1.

Selon le pilote français, c'est son meilleur équipier depuis... Fernando Alonso.

Grosjean avait en effet débuté en Formule 1 au cours de la saison 2009, chez Renault F1, aux côtés de l'Espagnol. Après avoir été un temps écarté de la F1 par l'équipe française, il a pu revenir chez Lotus et a été associé depuis à Kimi Räikkönen, Pastor Maldonado et Esteban Gutiérrez.

"Honnêtement, Magnussen est super rapide", déclare Grosjean.

"Les gens ont une mauvaise perception de lui. Il m'a vraiment surpris. C'est le meilleur équipier que j'ai eu lors de ma '2ème carrière' en Formule 1."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari n'est pas prête à reculer sur la technicité des moteurs de F1
La FIA et les motoristes semblaient être en accord concernant les règles des moteurs de 2021: plus de bruit, plus de puissance, moins de coûts.

Et pour réduire les coûts, la seule solution est de simplifier la partie hybride. Ce qui pourrait réjouir une équipe comme Ferrari, qui était déjà opposée à la perte du V8 après avoir dû dire non aux V12 et V10 dans le passé.

Sergio Marchionne prend une position très différente pourtant de celle de la Scuderia de l'époque de Montezemolo: pour Ferrari, la technicité des moteurs doit rester!

"Passer au double turbo et se priver d'un des moteurs électriques (celui du MGU-H)? Je suis opposé à cela", lance le président de Ferrari.

"Je l'ai dit à Liberty Media dimanche matin à Spielberg: je crois que recréer un moteur qui bride le développement technologique est une erreur."

"Soit nous faisons quelque chose d'intelligent et de constant avec le développement, soit nous nous passerons d'un changement. Ces solutions trop faciles que j'ai pu entendre, comme enlever des parties du système hybride ou même revenir à des moteurs V12 atmo... ce sont des solutions du passé."
"La Formule 1 doit clairement se tourner vers l'avenir", ajoute Marchionne.
source: Nextgen-Auto.com

Pénalités suite à des pannes - Faut-il faire payer les pilotes?
Les pénalités infligées aux pilotes suite à des problèmes techniques soulèvent toujours la question de leur utilité et de leur justesse, puisque l'homme est souvent moins responsable que la machine. Mark Webber jugeait il y a peu que les équipes devaient être pénalisées (avec des points en moins au Championnat des Constructeurs), et non les pilotes qui le sont déjà par le souci technique en question.

"C'est difficile à dire" reconnaît Sebastian Vettel. "Nous comprenons ce que Mark a voulu dire en tant que pilotes et il a certainement raison, mais dans un autre sens il faut se plier aux règles et les équipes doivent les suivre. La F1 est devenue tellement compétitive qu'il faut toujours chercher une chose que l'autre n'a pas trouvée et développer, par exemple, une nouvelle boîte de vitesses qu'on changerait à toutes les courses... donc c'est difficile."

"Je comprends son point de vue" poursuit Lewis Hamilton. "Je n'ai pas trop eu le temps d'y réfléchir mais j'imagine qu'il est très difficile d'implémenter une telle chose. On fonctionne en équipe et si le pilote fait une erreur, l'équipe entière est pénalisée donc si l'équipe fait une erreur collective ou qu'elle rencontre un problème de fiabilité, cela frappe tout le monde. D'autant que si vous changez de moteur pour une raison de fiabilité, vous pouvez injustement gagner de la puissance très souvent."

Les pilotes restent donc réalistes quant à la manière dont les équipes toutes entières sont touchées par les problèmes. Une acceptation de l'aspect collectif de la Formule 1 que Kevin Magnussen n'est pas sûr d'approuver totalement.

"C'est frustrant pour le pilote mais aussi pour l'équipe. En effet, l'équipe entière est touchée quand le pilote fait une erreur. Mais s'il y a une casse mécanique, la faute revient bien plus à l'équipe. Je pense que l'on pourrait trouver une solution comme retirer un point au classement des constructeurs plutôt que de pénaliser la place de départ en course. Mais je n'y pense pas trop" analyse le Danois.

"Je ne sais pas, on devrait peut-être mettre des amendes en place mais les équipes pourraient faire faillite" argumente quant à lui Max Verstappen. "Dans un sens, c'est comme cela que l'on peut gagner un championnat, grâce à la fiabilité, et c'est une bonne chose pour les constructeurs de montrer qui est le plus fiable."

Felipe Massa, quant à lui, possède un avis tranché à l'inverse de la jeune garde, estimant que ces règles ne sont pas là pour rien: "Je pense que c'est nécessaire, sans quoi les équipes changeraient tout le temps de moteur et ça ne serait pas une bonne chose."

"S'il y a la règle qui impose de n'utiliser que quatre moteurs par an, les équipes doivent se battre pour la respecter ou alors, payer le fait qu'elles en utilisent davantage. Il est vrai que c'est parfois trop, comme on a pu le voir avec McLaren qui a déjà assez de difficultés comme cela, mais sinon ce sont les règles."

En Autriche, Lewis Hamilton a bien souffert avec sa pénalité de 5 places sur la grille, pour problème de boîte de vitesses. Que pense Toto Wolff?

"Les pénalités ont trop d'impact sur le championnat, de manière générale", reconnait le patron de Mercedes F1.

"Je souhaite toujours que celui qui est le plus rapide ait des chances de gagner la course. Donc je crois aussi que ces pannes ne devraient pas autant pénaliser les pilotes."

"D'un autre côté, la situation doit rester sous contrôle. Parce que si nous ne pénalisons plus ou pas assez alors tout le monde va changer de boîte de vitesses, de moteur, et ainsi de suite... Les coûts iront en explosion à nouveau."

"Ce que j'espère? C'est qu'avec un gars aussi expérimenté que Ross Brawn à la tête de la F1 maintenant, il y aura de bonnes décisions prises pour changer cette situation."
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Red Bull devrait conserver Kvyat
Daniil Kvyat ne devrait pas être menacé par Pierre Gasly pour un baquet Toro Rosso en 2018.

C'est ce que pense Christian Horner, malgré l'accident provoqué par le Russe au départ du Grand Prix d'Autriche.

Ce genre d'incident est justement ce qui lui avait coûté sa place chez Red Bull Racing, à Sotchi, l'an dernier.

"Ce qui est arrivé au départ hier peut arriver. Nous n'allons pas prendre notre décision pour 2018 seulement en se basant là-dessus", explique Horner.

"Je pense que Daniil a fait une saison plutôt bonne jusque-là. Nous avons pas mal de temps pour décider de nos pilotes, en interne chez Red Bull. Nous pouvons le faire jusqu'au dernier moment. Mais, à l'heure actuelle, je ne vois aucune raison de le remplacer."

"Attendons de voir ce qui va se passer lors des prochaines courses", ajoute Horner.
source: Nextgen-Auto.com

Bottas est un nouvel adversaire pour le titre selon Hamilton
Avec sa 2ème victoire de la saison, obtenue hier en Autriche, Valtteri Bottas s'est nettement rapproché des deux leaders du championnat, Sebastian Vettel et Lewis Hamilton.

Le Britannique considère d'ailleurs le Finlandais comme un nouvel adversaire à battre maintenant. Ce qui pourrait changer leur relation?

"Je ne le pense pas. Le travail avec Valtteri se passe très bien. Mais, c'est clair, il est maintenant un rival de plus pour le titre. Il prend de la confiance et nous risquons bien d'avoir une bataille à 3 face à Sebastian", explique Hamilton.

"Valtteri n'est qu'à 15 points de moi. Il est donc plus proche de moi que moi je ne le suis de Sebastian à ce stade (Vettel a 20 points d'avance, ndlr)."

"Valtteri fait un travail fantastique et je pense vraiment que nous aurons une bataille jusqu'en fin de saison", conclut le triple Champion du monde.
source: Nextgen-Auto.com

Un week-end très frustrant pour McLaren en Autriche
Qu'ils sont loin, les deux points marqués par Fernando Alonso à Bakou! En Autriche, l'équipe McLaren n'a pu viser mieux qu'une douzième place à la régulière avec Stoffel Vandoorne, tandis que Fernando Alonso a été contraint à l'abandon dès le premier tour, percuté par Daniil Kvyat, à cause de dommages sur son fond plat.

"Il y a toujours des hauts et des bas en sport auto" relativise Eric Boullier. "Regardons d'abord les côtés positifs, Stoffel a affiché un rythme très solide tout au long du week-end et lui et l'équipe ont démontré des progrès dans chacune des séances. Sa course a été solide, bien qu'il n'ait pas pu montrer le potentiel de la voiture après avoir passé la plupart du temps dans les perturbations d'autres monoplaces. Sa pénalité a été la conséquence d'une attaque de tous les instants pour aller chercher Palmer, donc ce n'est pas une mauvaise chose."

"Concernant les points négatifs, la course de Fernando était l'une de celles à oublier, bien qu'il n'ait rien fait de mal. Nous acceptons que la course soit ce qu'elle est mais ce genre d'incident n'est pas acceptable à ce niveau. Il faut avaler la pilule quand on voit la voiture abandonner avec des dégâts sérieux au bout d'un tour. Pour en revenir à des choses plus positives, nous sommes prêts à nous rendre à Silverstone où le Grand Prix de Grande-Bretagne se disputera devant notre public, et nous essaierons de ne pas les décevoir."

Du côté de Honda, qui amenait en Autriche sa nouvelle spécification moteur, la déception est palpable et le bloc propulseur amélioré ne semble pas avoir permis à Stoffel Vandoorne de se battre plus haut dans la hiérarchie que lors des dernières courses, en dépit de résultats plutôt bons en essais.

"Après un début de week-end positif, je suis très déçu de l'issue de cette course" reconnaît Yusuke Hasegawa. "En dépit des problèmes rencontrés, l'ambiance dans l'équipe était bien plus positive ce week-end et nous pensions être en bonne position pour marquer des points. Nos deux pilotes se sont bien qualifiés et nous avions de bons réglages. Fernando a pris un très bon départ et gagné des positions mais a été contraint à l'abandon après avoir été impliqué dans un incident au premier virage."

"Je pense que Stoffel avait le rythme pour marquer ses premiers points de la saison ce dimanche, il semblait à l'aise dans la voiture mais il a dû se battre dans le trafic pendant tout l'après-midi et a été incapable de gagner des places. Nous allons maintenant en Grande-Bretagne pour notre première course à domicile de l'année et nous espérons qu'il y aura beaucoup de fans, de collègues et de membres de nos familles là-bas, pour disputer une belle course."
source: Nextgen-Auto.com

Brown - McLaren est prête à se sacrifier pour les petites équipes
Convaincre les grandes équipes de renoncer à leurs acquis en termes de revenus ne sera par une chose aisée pour Liberty Media, au moment de négocier de nouveaux accords commerciaux.

McLaren a toutefois tenu à lancer un premier signal positif: l'équipe est prête à ce que les droits versés aux plus petites équipes soient rééquilibrés en leur faveur, afin de favoriser la compétitivité de tous.

C'est ce qu'a affirmé Zak Brown, le directeur exécutif de McLaren.
"Nous sommes préparés à faire des sacrifices à court terme pour le bénéfice du sport à long terme. Même si je ne pense pas que nous devons avoir une structure de revenus égaux pour tout le monde, elle n'est clairement pas assez équilibrée aujourd'hui si on la compare à d'autres sports. C'est pour cela que nous avons aussi tant d'écarts dans les résultats."

"Il faut mettre la Formule 1 en premier, et McLaren juste derrière", plaisante-t-il lorsqu'on lui demande si les autres équipes partagent cette vision.

"J'en doute", reconnait-il. "Mais le moment est venu, je pense, que nous travaillons tous ensemble pour faire grandir notre sport."

"On m'a demandé si nous recevions une bonne part du gâteau. Elle est de 68% aujourd'hui. Bien entendu j'aimerais que ce soit 75% et Liberty aimerait que ce soit 55%. Mais le pourcentage ne sert à rien si, derrière, on est capables de doubler ou tripler les revenus."

Brown admet qu'il faudra certainement agir avant la fin des accords actuels (en 2020).

"Il y a des circuits qui sont en faillite, des équipes aussi alors que d'autres s'enrichissent franchement. Il faut au moins que les plus pauvres s'en sortent. Il faut que les équipes en fond de grille puissent au moins vivre correctement et avoir l'opportunité de progresser. Ce serait génial qu'une équipe de milieu de grille puisse gagner d'ici quelques années grâce à ce rééquilibrage."
source: Nextgen-Auto.com

Horner félicite Ricciardo et regrette la malchance de Verstappen
Red Bull a encore vécu une course contrastée, cette fois à domicile, sur le circuit autrichien qui porte son nom. Daniel Ricciardo y a fait sa cinquième apparition consécutive sur le podium tandis que Max Verstappen n'a pas franchi le premier tour.

"Daniel a disputé une course fantastique après avoir pris un bon départ, notamment sur la Haas de Romain Grosjean qui était également bien partie" félicite Christian Horner. "Il a ensuite roulé de manière très calme, régulière et compétitive. Il a été bousculé par Lewis dans les derniers tours mais a fermement et proprement défendu sa place, c'était super de le voir sur le podium chez nous."

"Daniel est très bon sous pression, il y en avait beaucoup et il a enchaîné des tours de qualifications. Il n'a fait aucune erreur et signer son cinquième podium consécutif est remarquable. C'est l'une des courses où nous avons été le plus compétitifs cette saison, si l'on regarde les temps intermédiaires, Daniel était le plus rapide. Il a fallu attendre les derniers tours, lorsque Lewis a vraiment accéléré, pour qu'il soit aussi rapide."

Max Verstappen a donc abandonné une nouvelle fois après un départ totalement raté. Le Néerlandais a subi un enchaînement de problèmes qui l'ont contraint à mettre pied à terre au bout de quelques mètres de course.

"Max a malheureusement déclenché le système anti-calage au départ, ce qui l'a ralenti" poursuit Horner. "Il était loin de sa place de départ quand il a été impliqué dans un incident entre Daniil Kvyat et Fernando Alonso, ce qui l'a envoyé en tête-à-queue au premier virage, avant de subir ce qui semble être un problème d'embrayage. Nous allons devoir analyser la voiture pour voir s'il s'agissait d'un problème consécutif à l'incident ou au problème du départ."

"Il est clairement frustré. Mais il ne faut pas oublier qu'il est jeune, il parle à chaud et c'est dur quand il voit l'autre voiture enchaîner les podiums, car il pense qu'il devrait y être aussi. Il pilote à un très haut niveau et quand tout se déroule bien, il a l'impression qu'il pourrait gagner trois courses consécutives."

Red Bull gardera toutefois un bon souvenir de sa course à domicile, où elle signe pour la deuxième année de suite un podium. Les performances de la RB13 ont permis aux deux pilotes d'afficher des performances solides devant les fans de l'équipe.

"C'est génial de voir un public aussi nombreux pour soutenir le Grand Prix d'Autriche sur le Red Bul Ring, il semble que les fans aient pris du plaisir tout au long du week-end. Nous avons l'impression d'avoir progressé et nous espérons confirmer cela à Silverstone et en Hongrie. Enfin, il n'y a eu aucun problème avec nos pilotes. Ils font du très bon travail et je n'aimerais avoir aucun autre pilote, plus que ceux-là, dans nos voitures actuellement. De plus, ils voient que nos performances s'améliorent."
source: Nextgen-Auto.com

Steiner - Nous étions les meilleurs des autres en Autriche
Pour la première fois de la saison, l'équipe Haas a été la meilleure après les équipes de pointe en Autriche et Romain Grosjean a marqué les points de la sixième place. Le meilleur résultat de la jeune formation depuis le Grand Prix de Bahreïn 2016!

"Que pouvait-on faire de mieux? Nous étions les meilleurs des autres, tout simplement" se félicite Günther Steiner. "Romain a fait un super travail, tout s'est bien passé, sa course a été calme et il a signé notre meilleur résultat de l'année. Nous aurons des mauvais moments après cela mais nous profiterons de notre réussite et nous essaierons de marquer d'autres points."

"La bonne chose est que nous avons pu montrer le rythme de la voiture et que tout s'est bien déroulé. Malheureusement, Kevin a eu un problème hydraulique. Nous devons comprendre ce qu'il s'est précisément passé mais il disputait une course acharnée. Nous étions partis pour mettre les deux voitures dans les points, mais nous y arriverons de nouveau."

Le moteur évolué de Ferrari a semblé bien réussir à la monoplace Haas, mais cette dernière a également bénéficié d'un circuit sur lequel elle était à l'aise.

"Il semble que ce type de circuit nous convienne. Quand on voit nos temps dans le troisième secteur, ils sont plutôt bons. Tout a aidé, chaque dixième était important et chaque dixième nous poussait à faire mieux. Et les pneus fonctionnaient mieux."

"C'est une combinaison de choses, ce n'est pas qu'un élément et l'on se rend compte ensuite que ça va bien plus vite. Par exemple, une amélioration aérodynamique n'est pas que ce que l'on voit dans la soufflerie, ça aide aussi à mieux faire fonctionner les pneus. Tout est complémentaire" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton pessimiste pour le titre, Bottas commence à y songer
Lewis Hamilton a raté le podium pour la quatrième fois en neuf courses, à Spielberg, pendant que Sebastian Vettel en montait sur la deuxième marche. Le pilote Mercedes avoue qu'il commence à s'inquiéter pour le titre mondial, alors que son retard sur Vettel au championnat a atteint la barre des 20 points.

"Je n'ai pas de boule de cristal mais ça ne semble pas bon" reconnaît Hamilton. "La saison est encore longue. Plus l'écart est grand, plus la pression est importante."

Le Britannique essaie toutefois de voir du positif dans le résultat obtenu en Autriche, après une pénalité pour un changement de boîte de vitesses qui l'a contraint à partir de la huitième place sur la grille de départ.

"C'est une chose d'avoir vingt points de retard" ajoute-t-il. "Ce n'est pas génial mais ça pourrait être plus de trente après cette course. Bien sûr, c'est dur de recevoir une pénalité et de partir huitième et non troisième. Cela fait une différence mais ce n'est pas la fin du monde. J'ai marqué le plus de points qu'il était possible."

Un résultat qui a été amélioré par les points pris par Valtteri Bottas à Sebastian Vettel, puisque le Finlandais a assuré la victoire pour Mercedes et empêché l'Allemand de marquer sept points supplémentaires.

"Pour Lewis, c'était la meilleure issue possible de voir Valtteri remporter la course, et non Sebastian" explique Toto Wolff. "C'était important qu'il ramène des points à la maison même s'il a l'impression d'avoir vécu une défaite."

"Cela ne pourrait pas être franchement pire. Une course qui lui était promise à Bakou perdue à cause d'un détail. Et alors qu'il se remet de cette frustration, il prend une pénalité pour changement de boîte de vitesses sur une course qui, si elle n'est pas la pire pour dépasser, n'est pas la meilleure."

"Dans l'ensemble, ce n'était pas notre meilleure période. Je pense que Lewis a eu toute la malchance qu'il pouvait avoir. Nous lui avons fait défaut avec le repose-tête à Bakou et de nouveau avec la boîte de vitesses. Il faut maintenant nous battre et espérer que ça aille mieux à Silverstone."

De son côté, Valtteri Bottas est revenu à 15 unités de son équipier et contrairement à ce dernier, se dit que le titre est possible. Le Finlandais a 35 points de retard sur le leader du classement mais affiche un niveau de performances solide et régulier.

"Du moment où vous signez chez Mercedes, quel autre objectif on peut vouloir atteindre? J'ai toujours eu cela comme but mais je ne veux pas le crier sur les toits, il est tôt et avec encore plus de la moitié de la saison à disputer, il y a énormément de points à marquer. Avec cette équipe, je progresse à chaque course" explique Bottas.

Quant au leader du championnat, Sebastian Vettel, il préfère botter en touche et ne pas y penser, bien que sa saison ait très bien débuté. Le quadruple Champion du monde sait qu'il faut être patient et qu'un titre ne se gagne qu'en fin de saison.

"Le championnat? Je n'y prête pas attention pour le moment. Je ne suis pas heureux de ma course ce dimanche car je n'ai pas gagné" précise-t-il. "J'avais l'objectif précis de gagner et je n'ai pas réussi, c'était très serré. Au niveau des points, je sais que plus on finit haut placé, mieux c'est, mais que ce soit Valtteri, Lewis ou quelqu'un d'autre, on cherche surtout à gagner des courses."

"C'était mon objectif principal en Autriche, ça l'était lors des courses précédentes et ça le sera pour les prochaines. Par la suite, vous changez rapidement votre esprit pour cibler qui est un adversaire et qui ne l'est pas. Il est encore tôt, il reste beaucoup de points à distribuer et je ne suis pas trop inquiet pour le moment."
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul regrette une nouvelle occasion manquée
Jolyon Palmer s'est déclaré lui-même être "le roi de la 11ème place" après avoir fini, à nouveau, à la porte des points ce week-end en Autriche.

Le problème c'est que le Britannique était le mieux placé des pilotes Renault F1 à l'arrivée, ce qui signifie que le compteur de la marque au Losange ne progresse toujours pas.

Voila encore une course qui frustre Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport.

"Après Bakou, le Grand Prix d'Autriche représente la deuxième occasion manquée de marquer des points. Malgré une bonne course dans l'ensemble, la 16ème place de Jolyon sur la grille ne lui a pas permis de terminer dans les points. Une fois de plus, nous devons mieux nous qualifier pour scorer le lendemain."

"C'était aussi une journée très difficile pour Nico, victime d'un mauvais départ sur lequel nous devons enquêter tout en tâchant de comprendre pourquoi son rythme ne concordait pas avec celui vu ce week-end."

Petite satisfaction: le moteur progresse et Ricciardo en a profité pour terminer sur le podium avec sa Red Bull dotée du V6 français.

"Sur une note positive, nous constatons que notre programme moteur est sur la bonne voie puisqu'il offre un bon rythme de course et un nouveau podium."

"Nous tournons la page et nous avons hâte d'inverser la tendance à Silverstone. Le Grand Prix de Grande-Bretagne sera le point de départ d'une série de gros développements sur le châssis. Nous continuons à travailler dur pour atteindre nos objectifs."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli - Un arrêt privilégié au Red Bull Ring malgré les cloques
Le pilote Mercedes Valtteri Bottas remporte sa deuxième victoire de la saison sur le Red Bull Ring en adoptant une stratégie à un seul arrêt. Il s'est élancé depuis sa pole position en ultra-soft avant de passer en super-soft.

Nombre de stratégies différentes à un seul arrêt furent mises en œuvre, avec la totalité des trois types de gommes disponibles (soft, super-soft et ultra-soft) présentes dès la grille de départ. En particulier, Lewis Hamilton (Mercedes) s'élançait depuis la 8ème place de la grille, pour cause de pénalité, et passait ensuite de super-soft en ultra-soft, gagnant quatre places sous le drapeau à damier.

Felipe Massa, au volant de sa Williams et Jolyon Palmer sur Renault avaient, quant à eux, adopté une stratégie décalée consistant en un départ en soft et un second relais en ultra-soft, qui leur permettait à chacun de gagner des places en course par rapport à leurs positions au départ.

Avec un tour de circuit très court et l'absence de la pluie attendue, les vitesses moyennes au tour les plus élevées de la saison furent enregistrées en Autriche. C'est aussi un facteur ayant provoqué l'apparition de cloques sur les pneus, à certains moments de la course. Cela n'eut cependant aucune influence sur les performances, comme en attestent les temps au tour relevés.

"Avec des vitesses moyennes très élevées et une absence totale de pluie, nous avons constaté un peu de "blistering" (cloques, ndlr) sur les pneus, sans que cela n'affecte les performances des Formule 1, si bien que le meilleur chrono fut signé en toute fin d'épreuve", note Mario Isola.

"En termes de stratégies, même si le choix d'un seul arrêt représentait le choix le plus commun, les variations autour de ce thème étaient nombreuses, avec quelques tentatives osées dans le but de gagner des places. Globalement, les choix de stratégies des équipes étaient très agressifs, avec de longs relais, même sur les ultra-softs. Cela souligne la confiance affichée par les équipes, dans la pointe de vitesse et dans la longévité de notre gamme de pneus."

Le véritomètre Pirelli

Valtteri Bottas s'est imposé en appliquant une stratégie à un seul arrêt, en passant à l'occasion des ultra-tendres aux super-tendres au 42ème tour. La stratégie théoriquement la plus rapide est celle qui fut adoptée par Lewis Hamilton qui s'est élancé en super-tendres avant de poursuivre en ultra-tendres.
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari dit non à Alonso et Verstappen pour 2018
Les choses se sont davantage clarifiées sur le marché des transferts lors de ce Grand Prix d'Autriche avec les propos de Sergio Marchionne, le président de Ferrari, dans le paddock de Spielberg.

L'Italien a réagi aux rumeurs qui envoyaient Fernando Alonso ou Max Verstappen à la place de Kimi Räikkönen en 2018.

Les deux pilotes sont frustrés dans leur équipe actuelle et l'Espagnol envisagerait bien un retour.

"Nous avons plusieurs options pour nos pilotes pour l'année prochaine. Vous savez que nous n'avons encore aucun pilote sous contrat", explique Marchionne.

"En ce qui concerne Sebastian Vettel, je lui ai clairement dit que s'il voulait rester, il y aurait une place pour lui. De l'autre côté nous devons voir la situation avec Kimi Räikkönen et continuer à négocier avec lui."

"Alonso a peut-être bien montré son envie de revenir chez nous mais il n'a pas trouvé la réponse qu'il attendait de notre part: nous ne sommes pas intéressés."

"Quant à Verstappen, nous n'avons signé aucun accord avec lui."

Jos Verstappen, le père de Max, a confirmé: "nous resterons chez Red Bull Racing en 2018, c'est certain."

Voilà donc une situation éclaircie sauf pour Räikkönen, clairement critiqué par Marchionne hier.

Le Finlandais a d'ailleurs répondu à son patron: "Mon équipe veut bien faire et je ne peux que faire de mon mieux. Ce n'est pas comme si je n'essayais pas!"

"Malheureusement ça n'est pas toujours facile des fois mais faire mieux fait partie du plan. Nous devons continuer à pousser et je suis certain que les choses finiront par aller mieux."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.