En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mardi 26 Septembre 2017

L'après-F1 n'inquiète pas du tout le président du circuit de Sepang
C'est désormais acquis: la F1 ne reverra pas la Malaisie en 2018 et sans doute pour quelques bonnes années encore.

En 2005, six ans seulement après la première édition du Grand Prix (1999), Bernie Ecclestone tirait déjà la sonnette d'alarme: selon lui, la piste de Sepang avait besoin d'un sérieux relifting. Les promoteurs y consentirent en y consacrant de lourds investissements. Des investissements rentables puisque selon le cabinet PwC, le Grand Prix de Malaisie générait 300 millions de dollars en termes de retombées économiques, tout en ayant créé et maintenu 4500 emplois (étude réalisée en 2012).

La perte de la F1 est donc un coup dur pour le circuit international de Sepang, mais son président, Tan Sri Azman Yahya, assure que d'autres projets sont en cours pour contrer cette mauvaise nouvelle.

Un bâtiment a été construit non loin de la piste pour proposer des "expériences de pilotage" réalistes aux spectateurs. Le circuit de karting a aussi été réaménagé pour accueillir des événements internationaux. L'éclairage a été revu pour que des courses de nuit puissent se tenir jusqu'à minuit. D'autres plans prévoient enfin la construction de pistes de motocross, de dragster et de drift, et même d'un hôtel trois étoiles et d'un parc d'attraction ayant pour thème la course mécanique.

"Nous avons hâte d'y être. Il y a 365 jours dans une année, et la F1 se déroule sur simplement un week-end" se rassure Tan Sri Azman Yahya. "Notre piste est réservée 95 % de l'année."

"Avoir cette piste, construite pour la F1, nous a donné une chance de vendre la destination Sepang" reconnaît-il toutefois. "Elle fait partie des meilleures pistes pour la F1. C'est un moment doux-amer, mais la vie continue."

"Une fois que votre équipe a couru au circuit de Sepang, peu importe lors de quelle course c'était: vous savez que vous êtes rentré dans une grande compétition."

Tan Sri Azman Yahya assure ainsi que la F1 a contribué à accroître la visibilité et le développement de jeunes talents malaisiens. L'entrepreneur a également réussi à implanter durablement des entreprises malaisiennes, dont la plus connue est Petronas, dans le sport automobile.

Mais pourquoi s'être alors retiré de la F1? Comme souvent, des considérations financières ont présidé à cette décision. Le cours de la monnaie nationale malaisiene a évolué en un sens largement défavorable.

"Nous n'avons jamais été chanceux avec les cours des devises. Donc ce n'est pas une surprise si nous arrêtons la F1."

Mais la Malaisie a maintenant prouvé qu'elle savait organiser des événements "de classe mondiale", annonce Tan Sri Azman Yahya.

Désormais, Tan Sri Azman Yahya pense que la F1 doit se développer et accueillir à la fois plus de circuits et plus d'écuries dans son giron.

"La F1 doit avoir plus que simplement 22 voitures. Des pilotes locaux, comme en F2 et en F3, doivent participer aux courses, comme en Moto GP. C'est formidable de voir Lewis Hamilton, Sebastian Vettel, Valtteri Bottas, Daniel Ricciardo ou Fernando Alonso courir. Je sais que la foule locale veut aussi voir cependant leurs enfants sur la grille, même si c'est dans une catégorie inférieure. Nos joueurs de foot, de badminton, nos cyclistes, sont devenus des icônes: nous avons besoin de la même chose en sport auto."
source: Nextgen-Auto.com

50 degrés dans le cockpit - Bottas s'est préparé au défi malaisien
Plus de 30 degrés dans l'air et une humidité avoisinant les 70 %: la Malaisie devrait proposer des conditions de piste plus difficiles encore que le Grand Prix de Singapour.

"Courir en Malaisie, c'est comme être dans un petit sauna" témoigne Valtteri Bottas, qui, en tant que Finlandais et pilote de F1, connaît autant Sepang que les saunas. "Nous avons tout notre équipement, plus notre casque, et la voiture est chaude elle aussi. Le siège est aussi chaud, et ensuite, nous sommes entourés dans le cockpit par de l'électronique. Donc il fait vraiment chaud."

Dans le cockpit, il fait ainsi souvent plus de 50 degrés. Avec des monoplaces plus physiques à conduire cette année, l'équation n'est donc franchement pas sympathique pour le pilote Mercedes... qui a heureusement pris ses précautions.

"Pour que votre corps soit habitué à la chaleur, cela prend trois ou quatre jours. Vous commencez à vous entraîner à l'extérieur, pour que votre corps transpire comme il le faut. Nous ne serons pas capables de supporter la chaleur comme un Malaisien - mais ces quelques jours d'acclimatation vont faire la différence."

Durant un Grand Prix de Malaisie normal, un pilote peut atteindre les 170 battements par minute et brûler 1500 calories, ce qui équivaut à la perte de trois litres d'eau dans le corps. C'est donc 5 % du poids moyen d'un pilote qui fond en l'espace d'un Grand Prix. Boire est crucial durant cette épreuve, comme le confirme Valtteri Bottas.

"L'une des clefs, c'est de rester hydraté. Nous devons boire beaucoup d'eau aussi bien que des boissons énergisantes pour garder nos niveaux d'hydratation là où il le faut. Vous devez absolument vous assurer d'être correctement hydraté."

Les vestes rafraîchissantes ont aussi fait leur apparition depuis peu. Valtteri Bottas les apprécie particulièrement.

"La veste n'est pas froide, mais sa température est confortable. Cela vous enlève la chaleur de votre corps. La température du corps s'envole durant la course, mais la veste aide à la garder sous contrôle avant le départ. Même si la veste vous préserve de 0.4 degré seulement, ce sont ces dixièmes de degrés qui vous sauveront à la fin de la course, cela peut faire une différence."

Les pilotes emportent généralement un litre d'eau par course, mais il arrive que ces systèmes tombent en panne. A Sepang, plus qu'ailleurs, la fiabilité devra être de mise aussi sur ce point!

"Nous perdons plus que trois litres de transpiration en Malaisie" témoigne Valtteri Bottas. "Si on ne peut compenser cela, alors ça affecte notre concentration et la fatigue s'installe. C'est plus difficile d'être constant et dans les pires cas, vous pouvez avoir des crampes ou même des problèmes de vision."

Pour les mécaniciens, Sepang, avec une température de 40 degrés (et 90 % d'humidité) dans le garage en permanence, est aussi une épreuve de force. Les mécaniciens prennent leurs précautions pour garder leurs niveaux d'hydratation sous contrôle. Or, les longs voyages en avion ont aussi un impact négatif sur l'hydratation. C'est pourquoi Mercedes s'est attaché les services de Hinsta Performance pour mettre préparer physiquement son équipe avant même le départ de Sepang. Les mécaniciens apprennent ainsi à bien gérer leur consommation d'eau (voire de produits hydratants) en week-end de course, et mille autres trucs et astuces qui pourraient faire la différence le moment venu.
source: Nextgen-Auto.com

Sepang et ses virages manquent déjà à Ocon
Pour Force India, la 4ème place pourrait être scellée rapidement, mais Sergio Pérez et Esteban Ocon n'entendent pas relâcher leur effort en Malaisie. D'autant plus que la compétition interne bat son plein!

Sergio Pérez a récemment été prolongé, mais son attention se concentre davantage sur les conditions météo qui l'inquiètent déjà...

"La Malaisie signifie beaucoup pour moi. C'est ici que j'ai obtenu mon tout premier podium en 2012. Après Singapour, c'est une autre course où il fera très chaud. Je pense que l'an dernier, c'était la course la plus chaude de toute ma carrière, donc je m'attends à beaucoup transpirer dimanche. La météo est si imprévisible, vous pouvez avoir un gros orage et tout d'un coup, la piste peut sécher en cinq minutes, parce qu'il faut chaud et humide. Chaque année, les courses en Malaisie furent spéciales en raison des caractéristiques de la piste. Ce sera vraiment triste de voir Sepang disparaître du calendrier."

"Sepang est vraiment un beau circuit, je l'adore" s'enthousiasme de son côté Esteban Ocon.

"J'apprécie les chicanes et il y en a quelques-unes en Malaisie, avec quelques bons mélanges de virages à hautes et moyennes vitesses. Quand vous avez une bonne voiture en qualifications, vous pouvez juste sentir cette adhérence et c'est vraiment du plaisir. D'un autre côté, cette course est très difficile en raison de l'humidité et de la chaleur. La pluie peut y jouer un grand rôle. L'an dernier, tout le monde n'a cessé de me le dire, mais il faisait un grand soleil tout le week-end, et il a fait aussi très chaud. C'est triste que nous courions ici pour la dernière fois parce que c'est vraiment un circuit sympathique, il va me manquer."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton triste de voir la course 'la plus difficile' s'en aller
Lewis Hamilton fait partie de ces pilotes qui sont tristes de disputer ce week-end ce qui sera probablement la dernière édition du Grand Prix de Malaisie avant longtemps.

Le triple Champion du monde, qui adore les défis sportifs, estime que Sepang proposait la course la plus difficile du calendrier de la Formule 1. La chaleur et l'humidité qui règnent en général en Malaisie complique en effet grandement la tâche des pilotes sur le plan physique.

"C'est vraiment triste de penser que ça sera notre dernière course ici", dit-il lors d'un évènement pour le sponsor titre de l'équipe, Petronas, à Kuala Lumpur.

"Ils nous ont enlevé l'une des courses les plus difficiles, si ce n'est la plus difficile, de la saison. Elle sera dure à remplacer."
source: Nextgen-Auto.com

TF1 espère donner un coup de pouce à la F1 en France
'TF1' va pouvoir diffuser quatre Grands Prix chaque année, lors des trois prochaines saisons.

La chaine française espère capter tous ceux qui ne paient pas d'abonnement à 'Canal +' sur des courses importantes comme le Paul Ricard et Monaco, en attendant de savoir quels seront les autres Grands Prix retenus.

Avec cette diffusion gratuite, 'TF1' espère donner "un nouvel élan" au sport en France.

"C'est bien que les ayant droits commencent peut-être à se rendre compte aussi de l'importance de l'exposition en clair de ces évènements qui font aussi la notoriété de ces évènements", déclare, sur 'RTL', François Pellisier, le directeur des sports de la 1ère chaine française.

La cible est clairement les potentiels nouveaux fans.

"On se rend compte évidemment que ce ne sont pas les mêmes audiences sur du payant et sur du gratuit. Donc le fait que l'on puisse exposer à nouveau à un grand nombre de téléspectateurs la Formule 1 va redonner un nouvel élan à cette compétition."

"Le tout payant a un effet négatif, qui est la baisse d'audiences de ces compétitions, et nous, c'est vraiment un point sur lequel je veux insister, au-delà de l'investissement encore très raisonné qu'on a fait, cet investissement est vraiment renforcé par la valeur d'exposition qu'on va donner à la saison de Formule 1."

'TF1' ne risque-t-elle pas de faire le jeu de 'Canal +'? C'est possible mais elle compte tenir informé régulièrement ses spectateurs sur la saison grâce à l'émission 'AutoMoto' diffusée le dimanche matin, qui parlait régulièrement de F1 jusqu'en 2012, lorsque la chaine avait tous les droits de diffusion.

"On aura un vrai feuilleton, dans 'AutoMoto', régulièrement, tous les dimanches, autour de la saison de F1. On veut en faire un atout important de l'émission. C'est sûr que le fait qu'il y ait un Grand Prix en France, qu'il y ait deux pilotes français, et peut-être un troisième qui pourrait arriver dès la fin de cette saison (Pierre Gasly), ça contribue évidemment à redonner de l'intérêt pour cette compétition en France."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly - J'ai appris ça seulement hier soir!
Le pilote français Pierre Gasly, champion de Formule 2 l'an dernier et en lice pour remporter le titre en Super Formula, débutera donc en Formule 1 dès le Grand Prix de Malaisie ce week-end.

Gasly a révélé à 'INFOSPORT+' qu'il n'a eu la confirmation qu'il y a quelques heures.

"J'ai appris ça seulement hier soir par mes dirigeants. Je suis très très heureux, c'est mon rêve depuis que je suis tout petit. Il se réalise enfin, c'est incroyable."

C'est un aboutissement et en même temps un début.

"J'ai pris toute l'expérience que je pouvais dans les catégories inférieures, aussi l'expérience que j'ai pu prendre avec RedBull en travaillant avec Max Verstappen et Daniel Ricciardo. Je suis super excité, j'ai vraiment hâte d'y être et de commencer mon week-end le plus rapidement possible!"
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Gasly remplacera Kvyat pour les prochains Grands Prix!
Les rumeurs rapportées ce matin n'ont pas tardé à trouver confirmation: la Scuderia Toro Rosso a bel et bien annoncé que Pierre Gasly serait titulaire à Sepang aux côtés de Carlos Sainz. Daniil Kvyat est donc mis sur la touche.

Le communiqué officiel de Toro Rosso précise que Pierre Gasly sera titulaire "pour les prochains Grands Prix" et que Daniil Kvyat demeure lié à la famille Red Bull.

Gasly devrait disputer les Grands Prix de Malaisie et du Japon, avant de retourner en Super Formula pour disputer la finale de la saison (qui aura lieu en même temps que le Grand Prix d'Austin). Daniil Kvyat aurait dès lors une dernière chance aux États-Unis avant que Red Bull ne prenne une décision finale.

"Je voudrais remercier tous ceux qui m'ont aidé à obtenir cette chance durant ma carrière en sport auto et en particulier Red Bull, le Dr. Helmut Marko et la Scuderia Toro Rosso" s'est réjoui le pilote français. "C'est une opportunité formidable pour moi. Je me sens aussi prêt que possible. J'ai pu me préparer à toutes les éventualités grâce à mon travail en tant que troisième pilote de Red Bull cette année. Je ferai de mon mieux pour bien performer avec Toro Rosso lors de ces prochaines courses."
source: Nextgen-Auto.com

Kubica dément les rumeurs sur sa condition physique
La presse allemande croit savoir pourquoi Robert Kubica n'a pas été finalement retenu par Renault, au profit de Carlos Sainz: la blessure du Polonais l'affecterait toujours de manière sensible, ce qui compromettrait en partie son rythme sur les longs relais.

L'ancien pilote BMW n'a pourtant pas perdu l'espoir de faire son retour en F1: il devrait prochainement être testé par Williams, même si (voir notre information du matin), ce test n'a pu s'effectuer à Suzuka en raison du choix fait par la famille de Lance Stroll.

En compétition avec Felipe Massa et Paul Di Resta pour le baquet Williams, Robert Kubica ne dément pas les rumeurs qui l'envoient possiblement à Grove.

"Merci à Renault pour ces tests. J'ai pu réaliser que je pouvais conduire une F1. Maintenant nous travaillons sur une solution pour le futur. En F1 ou ailleurs, je ne sais pas encore. Mais j'essaie de trouver une solution qui me permettra de continuer ce qu'a commencé mon premier test [de F1] en juin."

"Ces dernières années, j'ai dû être patient, et j'aborde cette situation de manière rationnelle, pas émotionnelle. J'espère que tout fonctionnera comme je l'espère et que dans un futur proche, j'aurai des bonnes nouvelles."

Le prochain test de Kubica avec Williams serait payé par un sponsor personnel. Ce même partenaire serait aussi prêt à lui financer un volant en F1. Mais le principal intéressé assure ne pas être lié à un tel précieux soutien budgétaire - Williams recherche pourtant autant des fonds autant qu'un pilote expérimenté.

"Je dois dire que ce n'est pas vrai. Mon futur ne dépend pas de ce que mon sponsor ou mes partenaires vont faire."

Enfin, concernant les rumeurs qui jettent le doute sur son rythme en longs relais, Robert Kubica préfère réagir avec distance et second degré.

"Je suis heureux de ces rumeurs! Elles comparent le Kubica qui pilotait une F1 [en juillet 2017] à celui qui n'en a pas piloté pendant six ans! Je demande à tous les responsables de ne pas prêter attention à ces rumeurs, à ces spéculations..."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat mis sur la touche, Gasly titulaire en Malaisie
Pierre Gasly devrait bel et bien faire ses débuts en tant que titulaire en F1 avec Toro Rosso en Malaisie. Mais contrairement à ce que tout le monde pensait, ce ne serait pas à la place de Carlos Sainz (qui finira la saison chez Toro Rosso avant de partir chez Renault), mais de Daniil Kvyat.

Selon Fox Sports et plusieurs autres sources concordantes, Pierre Gasly devrait prendre le volant pour au moins les deux prochaines courses, dont le Grand Prix du Japon, pays qu'il connaît très bien pour y courir cette année en Super Formula. Ce remplacement n'aurait donc, pour l'heure, aucun caractère définitif.

Pierre Gasly pourrait ainsi retourner en Super Formula au Japon (le week-end du 20-21 octobre) pour disputer la dernière manche du championnat japonais - qui a lieu en même temps que le Grand Prix d'Austin. Daniil Kvyat aurait alors une (nouvelle ou dernière) chance dans la Toro Rosso. Selon les résultats obtenus par Gasly en Malaisie et au Japon, Red Bull évaluerait ensuite ses options. Mais rien n'est encore confirmé à l'heure actuelle.

Red Bull et Helmut Marko seraient visiblement lassés des erreurs à répétition et du manque de rendement du Russe. Au dernier Grand Prix de Singapour, alors qu'il jouait les points, il s'était encastré - tout seul - contre les barrières Techpro.

Surnommé "la torpille" par Sebastian Vettel (après un accrochage au départ du Grand Prix de Russie 2016), Daniil Kvyat a été impliqué dans plusieurs autres incidents, y compris contre son propre coéquipier à Silverstone cette année. Carlos Sainz avait alors dû abandonner tandis que Daniil Kvyat, dont le pilotage avait été jugé trop agressif, avait écopé d'un drive-through.

Passé tout près d'une course de suspension après avoir écopé de 10 points de pénalités (en raison de quatre incidents en cinq courses), le pilote de 23 ans connaît sans aucun doute sa saison la plus difficile. Un seul chiffre est évocateur: cette saison, l'ancien champion GP3 n'a marqué que 4 points (soit moins que Jolyon Palmer, Pascal Wehrlein ou Stoffel Vandoorne), contre 48 pour Carlos Sainz.

L'attitude de Daniil Kvyat interroge également dans le paddock. Jugé agressif ou nerveux, le Russe a même déploré les "lacunes" de Toro Rosso dans le développement de sa monoplace cette saison.

"Je n'ai pas à répondre à des questions stupides concernant mon avenir" déclarait-il encore récemment à la presse.

"Quand il est redescendu [chez Toro Rosso], ça lui a mis une claque mais il ne s'est pas relevé. Il n'est toujours pas au niveau de Sainz et en plus, il ne fait que des bêtises" témoignait au début du mois Jacques Villeneuve à ce sujet, et ce avant même le Grand Prix de Singapour.

Kvyat a gâché de nombreuses belles occasions de se mettre en valeur, y compris quand il était chez Red Bull. Au Japon en 2015, il était par exemple sorti de la piste en accélérant dans l'herbe. Rétrogradé de Red Bull à Toro Rosso en 2016 pour faire place nette à Max Verstappen, le Russe pourrait connaître un nouveau coup dur dans sa carrière en F1.

Pierre Gasly, en revanche, est nettement sur une pente ascendante. Après avoir battu Antonio Giovinazzi pour devenir champion du GP2 en 2016, le Français joue maintenant le titre en Super Formula au Japon, dès sa première saison. Il a participé à plusieurs essais libres et tests avec Red Bull ou Toro Rosso depuis deux ans, et est de fait un candidat naturel à un volant Toro Rosso. Il pourrait avoir désormais une occasion unique - sans trop de pression - d'engranger de l'expérience en vue de la saison prochaine.

Mise à jour à 12h10: C'est officiel, Toro Rosso a confirmé l'information!
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes a renoncé à 'mettre Hamilton en cage'
Lewis Hamilton a une personnalité bien particulière et c'est ainsi que le pilote Mercedes, contrairement à nombre de ses homologues, parle souvent d'autres sujets que la F1, comme sa passion pour la mode, la musique ou son engagement pour le véganisme.

Chez Mercedes, on ne pense pas que ces diverses déclarations nuisent à la concentration du triple Champion du monde. Bien au contraire, Toto Wolff considère que l'expression de la personnalité de son pilote est "inestimable."

"S'il conduit une Ferrari, il conduit une Ferrari. Vous ne pouvez pas le mettre en cage. Parfois, cela nous donne des cheveux blancs, mais si nous avons une journée difficile, il est l'homme que nous voulons avoir dans la voiture."

Jens Thiemer, le patron du marketing, doit lui aussi parfois se ronger les ongles en attendant de potentielles déclarations controversées de Lewis Hamilton, qui pourraient crisper ou diviser l'opinion. Cependant lui aussi se réjouit d'avoir une personnalité forte dans le paddock.

"Nous ne voulons pas de marionnettes ou de robots comme ambassadeurs. Parfois, quelques personnalités peuvent être plus difficiles à gérer, mais fixer trop de règles, c'est prendre le mauvais chemin. Les pilotes doivent avoir une sensibilité envers la marque qu'ils représentent, mais vous devez aussi les laisser être eux-mêmes."

La situation est d'autant plus confortable cette année pour Mercedes que l'association Lewis Hamilton-Valtteri Bottas ne fait pas de vague, au plus grand soulagement de Jens Thiemer.

"J'ai aimé la rivalité Hamilton-Rosberg, et les fans aussi. Je ne dirais pas que cette saison est plus ennuyeuse, puisque maintenant nous avons un duel qui ne se déroule pas exclusivement au sein de Mercedes."

"Notre problème avec Lewis et Nico était que l'un était toujours content et l'autre pas. Maintenant, nous avons une nouvelle dynamique d'ensemble" confirme de son côté Toto Wolff.

"La question est: qu'est-ce qui va arriver ensuite? Voulons-nous garder cette dynamique, ou est-ce que l'option "nucléaire" [une guerre interne] est la meilleure alternative pour nous? Je ne sais pas."
source: Nextgen-Auto.com

Aston Martin confirme vouloir devenir motoriste de Red Bull en F1
Aston Martin et Red Bull Racing ont confirmé hier un renforcement de leur partenariat technique et commercial pour les années à venir.

Cela semble ouvrir la voie à une implication encore plus grande de la célèbre marque anglaise en Formule 1 pour 2021, lorsque les règles pour de nouveaux moteurs moins chers et plus performants entreront en action.

Andy Palmer, le patron d'Aston Martin, confirme officiellement un intérêt pour ces règles... sans rien promettre pour le moment.

"Naturellement, nous avons envie d'en faire plus avec Red Bull. En 2021, il y a un changement potentiel de règles pour les moteurs. Nous sommes un motoriste et, si les règles ont suffisamment de sens pour nous, que les coûts baissent assez pour qu'une marque comme la nôtre puisse se permettre de créer un moteur de F1, alors nous aimerions le faire", confirme-t-il.

Le modèle est déjà trouvé: un moteur indépendant, qui puisse être vendu à d'autres équipes également.

"Nous voulons fournir un moteur indépendant à la Formule 1, avec un client principal, bien évidemment: nos amis chez Red Bull. Tout dépendra de la direction que prendra la Formule 1."

Pour Aston Martin, une marque légendaire, entrer en Formule 1 aurait du sens.

"Nous adorons l'Endurance et Le Mans. Nous allons continuer. La Formule 1 c'est un autre niveau. En particulier en Chine et aux USA, deux marchés importants pour nous. La F1 reste un petit sport aux USA mais cela implique beaucoup de fans tout de même."

"On le voit avec Ferrari: Ferrari est définie par la F1. Alors que serait une marque comme la nôtre, avec la Formule 1 mais aussi Le Mans et James Bond, très lié à notre marque. Vous auriez ici trois piliers de belles histoires au lieu d'un seul!"

"Entrer en F1 ne doit pas être juste une décision basée sur les émotions cependant, il doit y avoir un sens en termes de business. 550 millions de personnes regardent la Formule 1 sur une année. C'est beaucoup. Il y a une certaine valeur, qui est d'ailleurs incluse dans la cotation de Ferrari en bourse. Je voudrais ajouter une telle valeur à notre marque."
source: Nextgen-Auto.com

Kubica privé de test à Suzuka par Stroll
Williams souhaite tester Robert Kubica avant de prendre sa décision pour la saison 2018 mais il n'est pas si simple de faire rouler le Polonais dans la Williams FW36 de 2014.

Si l'équipe de Grove a confirmé son intérêt pour l'ancien pilote de F1, elle n'a pas indiqué comment elle allait l'évaluer.

Cela aurait pu se faire dès la semaine dernière à Suzuka mais le père de Lance Stroll, Lawrence, qui finance les essais privés de son fils à bord de cette ancienne Williams, a changé d'avis.

Stroll avait pu tester la FW36 au Japon deux jours avant Singapour mais aussi deux jours après. Kubica aurait dû rouler cette semaine, lors d'une 3ème journée mais nous avons appris que Lawrence Stroll a préféré envoyé la Williams à Austin, afin que son fils se familiarise davantage avec le circuit des Amériques avant le Grand Prix des Etats-Unis.

Kubica va devoir attendre le test d'Interlagos mais Williams souhaiterait avoir une idée plus précise du potentiel de l'ancien pilote Renault avant. L'équipe de Grove essaye donc d'organiser un test, sur une autre Williams, en Europe.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.