En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 21 Octobre 2017

Ricciardo - Je veux défier Hamilton chez Mercedes
Daniel Ricciardo a fortement suggéré qu'il aimerait bien signer un contrat avec... Mercedes.

Le pilote australien, qui a encore un an de contrat à faire avec Red Bull, a admis être surpris par le fait que Max Verstappen, son équipier, s'engage aussi tôt jusqu'à la fin de la saison 2020.

Alors que Red Bull a clairement fait savoir qu'elle souhaitait maintenant s'assurer de la même façon les services de Ricciardo, ce dernier se verrait bien défier Lewis Hamilton à voiture identique.

"J'ai toujours dit, depuis longtemps, que j'aimerais me battre contre Alonso ou Hamilton. Alonso est chez McLaren, dans une situation qui n'est pas facile, donc cela ne me tente pas. Mais Lewis est au sommet de son art, chez Mercedes. Je voudrais bien le défier chez Mercedes", lance Ricciardo.

Il n'imagine pas aller chez Ferrari par contre.

"J'ai déjà défié et battu Seb chez Red Bull. Même chose avec Max, et ça va durer encore au moins un an. Mais je voudrais bien me mesurer à Lewis."

"J'ai encore du temps devant moi pour voir comment les transferts vont se dérouler pour 2019."

Ricciardo aime toutefois l'équipe pour laquelle il roule actuellement.

"J'aime beaucoup la marque Red Bull, j'aime beaucoup l'équipe. Nous allons bien ensemble. De ce côté il n'y a rien à dire. Mais j'arrive à un moment de ma carrière où la performance prime sur tout. Si je peux être dans un top team, avec une voiture très rapide, alors je n'ai pas à hésiter."

"C'est ce que Red Bull doit faire. Cela avance d'ailleurs dans la bonne direction. Mais les années se suivent et se ressemblent et nous perdons à chaque fois du terrain au début d'une saison. Les performances du début de l'an prochain seront un bon indicateur pour moi et mon avenir."
source: Nextgen-Auto.com

Les pénalités confirmées avant les qualifications
Avant les qualifications d'Austin, qui vont commencer à 23h (heure française), il y a déjà 4 pilotes pénalisés sur la grille de départ.

Comme nous vous le rapportions dans le résumé des essais libres 3, la FIA a confirmé que Max Verstappen subira 15 places de pénalité finalement.

Renault a choisi de monter un 6ème moteur thermique, ainsi qu'un 6ème MGU-H. Ce dernier est dans une spécification qui préfigure l'élément qui sera utilisé en 2018.

Les trois autres pilotes pénalisés sont Stoffel Vandoorne (5 places), Nico Hülkenberg (20 places) et Brendon Hartley (25 places).
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton cherche à freiner... ses dépenses!
Lewis Hamilton n'a aucun souci d'argent, avec un salaire dépassant allègrement les 20 millions d'euros chaque année, sans compter ses sponsors personnels, royalties et autres contrats juteux sur le plan du marketing.

Pourtant, le pilote britannique, qui figure parmi les plus grandes fortunes de son pays, admet qu'il commence à regarder d'un peu plus près ses dépenses. Et il souhaite commencer à les freiner. Un signe qu'il approche de la fin de sa carrière.

"Est-ce que je m'inquiète pour mon avenir? Non. De l'argent? Je fais ce que tout le monde fait: je regarde mes comptes en banque. Ce qui sort et ce qui rentre. Je le fais de manière détaillée tous les 3 mois et là, je viens de me dire que je fais des dépenses vraiment ridicules!", explique-t-il à Austin.

Qu'est-ce qui coûte le plus cher à Hamilton? Son jet privé mais pas uniquement.

"Je dépense surtout de l'argent dans mes voyages. Mais aussi parce que je réserve souvent un endroit où dormir la veille. Je paye donc plein pot! Alors que je pourrais faire comme beaucoup de gens et m'organiser au début de l'année pour avoir de bons prix. Réserver la veille, ça coûte très cher. Et annuler aussi. Parfois il m'arrive, en plein vol dans mon jet de changer de direction. Ca, c'est un problème pour le compte en banque!"

"Bref, je vais commencer à dépenser un peu moins."

Il est temps de penser à l'avenir! Un nouveau contrat de 3 ans avec Mercedes pourrait lui rapporter pas moins de 120 millions d'euros...
source: Nextgen-Auto.com

Les patrons veulent une idée plus précise des futures décisions
Les équipes de Formule 1 sont à pied d'oeuvre pour fabriquer l'avenir de la Formule 1 et deux grands rendez-vous sont prévus. Le 31 octobre, la décision concernant les moteurs pour 2021 sera annoncée et les équipes prendront part à cette annonce. Ensuite, le Groupe Stratégie doit se réunir pour discuter, notamment, des limites de budget.

"Le plus important est aussi de voir la vision de Liberty pour l'avenir, sur les règles des châssis et des moteurs. Nous sommes ouverts à leur opinion, tant que nous avons assez de temps pour nous adapter et faire entendre notre avis", explique Toto Wolff pour Mercedes.

"Je suis d'accord avec Toto", enchaîne Zak Brown, au nom de McLaren. "Je voudrais avoir une ligne directrice dans le temps pour mettre en place ces choses. Nous n'arriverons jamais à ce que les équipes soient alignées donc il faut réussir à le faire à 80% pour faire avancer les choses car 2021 approche. Ce serait bien de voir les choses avancer avant cette date."

Pour Gene Haas, il ne faudra pas tarder à trouver des solutions et à prendre des décisions.

"Cela prendra encore une bonne saison pour tout finaliser, et il ne restera ensuite que 2019 et 2020, donc il est important de vite poser ces choses sur papier afin de pouvoir en discuter avec les équipes et ensuite avec la F1 et la FIA pour avoir une idée de ce que nous voulons faire. Nous sommes intéressés par les budgets limités et par les limites technologiques mais c'est comme essayer d'introduire une loi, ça peut durer longtemps."

Bob Fernley, le directeur adjoint de Force India, abonde dans le sens de ses camarades.

"Nous voulons trouver un accord principal avec le Groupe Stratégie qui déterminera ensuite les principales idées de ce que nous voulons accomplir ainsi que le planning. Ce sont des éléments-clé qui doivent sortir de la réunion du 7 novembre."

"J'espère qu'il y a eu assez de discussions lors des six derniers mois avec toutes les équipes et je pense qu'il y a une bonne idée de la direction que nous voulons prendre et de ce qui doit être voté en ce sens. Il faut principalement avoir une échelle de temps pour tout ce qui sera décidé. Ce n'est pas un fait accompli mais il est certain que nous devrions rapidement avoir une direction assez claire."

Gene Haas a reconnu que la décision pourrait mettre longtemps à être prise, du fait des difficultés à trouver un accord commun, mais Toto Wolff a une esquisse d'idée à ce sujet.

"Il faut que l'on respecte le fait que chacun a une situation différente et que c'est ce qui fait l'essence de la Formule 1, donc on ne peut pas être têtu et retranché dans nos positions", explique le directeur de Mercedes, avant d'être rejoint par Zak Brown sur le sujet.

"Je suis d'accord avec Toto, je crois que nous sommes tous d'accord investis et nous ferons ce qu'il faut pour y travailler, tant qu'il le faut. Je crois que j'ai un vol commercial qui est réservé après donc si la réunion se poursuit tard, je devrais revenir avec Toto. Mais il y a beaucoup de choses à discuter. Je pense que ce serait difficile à résumer en quelques points."

Bob Fernley va plus loin que Wolff et Brown et estime que chacun devrait avant tout faire une liste de propositions.

"En y écrivant ce qu'on veut faire, et que ce soit voté comme possibilité ou non. Ce serait d'abord dans le principe, avec l'objectif clair d'accomplir ces choses en un temps donné, mais je ne pense pas que ça devrait être une discussion. Je pense que nous avons eu assez de temps lors des six ou sept derniers mois pour en discuter."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat discutera de son avenir après les qualifications
Helmut Marko l'a lancé aujourd'hui à Austin: "nous verrons après cette course si Daniil a un avenir en Formule 1".

Autrement dit, il y a peu de chances de voir le Russe au volant au Mexique et il devrait être remplacé par Brendon Hartley, puisque Pierre Gasly sera de retour.

Kvyat a lui indiqué qu'il comptait régler son avenir dès aujourd'hui, après les qualifications.

"Je vais m'enfermer avec les patrons après la séance cette après-midi. Je veux savoir ce qui va se passer pour moi. J'ai été absent deux courses et l'équipe m'a à peine tenu au courant de ce qui se passait", lance-t-il.

"J'ai appris par la presse que Toro Rosso avait signé avec Honda. Il y a eu un silence et j'ai besoin de savoir pourquoi."

"Je vais parler avec Marko, étudier la situation sous tous les angles. Je veux savoir ce qui va se passer pour moi."
source: Nextgen-Auto.com

Il sera important de ne rien oublier dans la nouvelle réglementation moteur
La FIA va annoncer en toute fin de mois la future réglementation concernant les moteurs, qui entrera en vigueur en 2021. Il semblerait que l'on se dirige vers un concept basé sur les moteurs actuels, simplifiés et surtout beaucoup moins coûteux.

"Nous avons hâte de voir ce que ces règles seront", explique Zak Brown pour McLaren. "Nous avons entendu des bribes de ce qu'il sera et je pense que tout le monde va être d'accord. Nous avons besoin de moteurs moins chers. Nous avons besoin de budgets plus serrés et les moteurs sont un élément clé. Je pense que les constructeurs dans le sport sont très importants et l'ont toujours été, mais il serait bien d'avoir un ou deux moteurs indépendants afin d'avoir d'autres solutions."

"Nous espérons que les règles mises en place permettront aux constructeurs de profiter de la Formule 1 tout en donnant la chance à des indépendants de s'y engager et d'amener des moteurs plus économiques mais compétitifs, afin que les équipes aient des choix multiples."

Du côté de Mercedes, Toto Wolff veut que la F1 continue à attirer des grands noms de l'automobile, comme elle le fait actuellement.

"Nous avons plusieurs constructeurs impliqués dans notre sport, contrairement à d'autres disciplines où les constructeurs sont partis, et nous ne devons pas oublier que c'est l'un des piliers de la F1. Mais je suis d'accord avec Zak, nous sommes ouverts aux règles à venir."

"Nous savons que la technologie est importante en Formule 1 et il ne faudrait pas la rendre trop peu technologique, tout en permettant aux constructeurs indépendants de s'engager, comme Aston Martin par exemple, ce qui serait bien pour notre discipline. Plus nous attirons de marques, plus notre discipline sera intéressante. Nous sommes très intéressés de connaître l'avis de la FIA et de la FOM à ce sujet."

"Nous avons entendu beaucoup de variations techniques sur ce que ce moteur pourrait être, donc il est difficile de spéculer", explique quant à lui Gene Haas. "Je pense que ce sera plus simple, on va certainement abandonner le MGU-H et je crois que ce sera une bonne chose, mais je pense qu'il faut surtout avoir des spécifications qui permettent à des constructeurs de s'engager et dessiner un moteur."

"Il faut aussi pouvoir dessiner la transmission car sans elle, cela limite les choix de moteurs. Ce serait bien d'avoir des spécifications pour la transmission afin de n'avoir qu'un seul fournisseur pour l'ensemble. Le moteur et la transmission ne sont qu'un ensemble désormais et il est difficile de les séparer tout en les faisant travailler ensemble."

L'idée d'une Formule 1 à quatre roues motrices a été envisagée, en rendant les roues avant motrices grâce à des générateurs de puissance de type KERS, ou de petits moteurs électriques. On a vu cette solution apparaître sur les voitures de série au travers de la Honda NSX de dernière génération, sur laquelle des générateurs ont été fixés aux roues avant.

"Je pense en effet que la technologie est importante", poursuit Toto Wolff. "Si nous n'avons plus le MGU-H, il faut réussir à compenser les 60% d'énergie que nous perdrons. Il y a différentes possibilités et ces générateurs à l'avant en sont une. Nous ne sommes pas arrêtés sur cette décision mais il faut discuter de toutes les technologies possibles qui peuvent compenser le manque de puissance."

Robert Fernley, directeur adjoint de Force India, va dans le sens d'une F1 qui reste très avancée.

"Les technologies sont bienvenues, mais je crois qu'il faut aussi garder à l'idée de baisser les coûts du moteur. Si le fait de passer à une technologie à quatre roues motrices augmente les coûts, cela met en échec notre objectif."

"Quatre roues motrices sont entièrement faisables mais comme tout, il faut voir les chiffres impliqués", préfère prudemment avancer Gene Haas. "Nous parlons avec Ferrari à ce sujet et ils ont dit que si l'on supprimait le MGU-H et qu'il était remplacé par des générateurs aux roues avant, on ne récupérerait pas assez d'énergie. C'est un piège dans lequel la F1 s'est mise en choisissant ces moteurs."

"Cela semblait être une bonne idée mais au fur et à mesure de la conception, il est apparu que c'était très complexe. Il faut féliciter Mercedes pour avoir réussi avec cela. Les autres équipes ont eu des difficultés et je pense qu'il faut être prudents avant de lancer l'idée d'une F1 à quatre roues motrices, car une équipe pourrait réussir parfaitement tandis que les autres auraient des difficultés. Je pense que la simplicité est meilleure."

Liberty Media et le la Formule 1 ont plusieurs fois parlé de la future réglementation moteur et semblent tenir les rênes pour en décider, mais les motoristes se sont déjà regroupés à ce sujet. De fait, il est difficile de savoir de qui viendra la décision.

"La FOM et la FIA ont cherché des faits concrets sur lesquels se baser. Nous n'avons pas été impliqués et nous n'avons rien entendu, donc nous voulons connaître leur vision. Il y a deux réunions prévues dans les prochaines semaines, donc je ne peux pas en dire plus", reconnaît Toto Wolff.

Gene Haas, tout comme Wolff, ne fait que deviner ce qu'il pourra en être.

"Je pense qu'une délégation technique s'est réunie et a discuté de tout cela, c'est à eux de trouver une solution. Je pense que les constructeurs motoristes doivent trouver un accord et la FIA établit ensuite des règles à ce sujet."

"C'est sûrement là que réside la confusion puisque les propriétaires ont leur propre agenda, mais la FIA sait aussi ce qu'elle veut même si ce n'est pas toujours évident technologiquement. Le résultat de ce genre de décisions est souvent un produit qui ne rend personne heureux. Je pense qu'il faut vraiment se baser sur les coûts pour tenter de faire un ensemble que toutes les équipes, ou du moins les petites, pourront s'offrir tout en survivant."

Pour Zak Brown, il faut avant tout prévoir les conséquences de chaque action qui sera établie.

"Il faut comprendre que la FIA et la F1 collaborent et communiquent, donc lorsqu'un des deux organismes explique son plan, il faut comprendre que les deux ont travaillé conjointement dessus. Il faut espérer qu'une bonne collaboration les fera avancer afin que tout ait été bien pensé quand chaque technologie sera introduite, car ce n'est pas toujours le cas."

"Prenons le cas de l'aileron de requin. Il bloque très clairement le sponsoring sur l'aileron arrière et je crois que personne n'y a pensé, mais quand vous parlez à vos partenaires, vous vous rendez compte que l'aileron arrière était très vendeur et qu'il l'est bien moins à cause de l'aileron de requin. J'espère que tout le monde travaillera mieux ensemble, posera les bonnes questions afin d'en sortir avec les bonnes solutions."
source: Nextgen-Auto.com

GP des Etats-Unis - Essais libres 3
Disputée sous un ciel clément, la troisième et dernière séance d'essais libres du Grand Prix des Etats-Unis à Austin (Texas) a vu Lewis Hamilton (Mercedes) enfoncer le clou. Malgré un record du tour obtenu par Sebastian Vettel (Ferrari) à une vingtaine de minutes du drapeau à damiers, le Britannique a répliqué avec un temps de 1'34"478, à peine neuf centièmes plus vite que l'Allemand.

Les deux pilotes ont distancé leurs équipiers Valtteri Bottas (Mercedes) et Kimi Räikkönen (Ferrari) de plus de deux dixièmes. Les Red Bull n'ont pas suivi le tempo: Max Verstappen est à sept dixièmes, Daniel Ricciardo concède une seconde et demie.

La bonne surprise vient de Renault; les monoplaces jaunes et noires ont grimpé dans la hiérarchie, et se posent en quatrième force du plateau (Nico Hülkenberg 7ème, Carlos Sainz 8ème), devant les Force India. Menacé par une éviction à l'issue de la saison, Felipe Massa (Williams) devance largement son jeune équipier Lance Stroll.

La séance a été marquée par la sortie de piste de Romain Grosjean (Haas). Vêtu d'un casque hommage à ancien champion américain de MotoGP Nicky Hayden, le Français a perdu le contrôle de sa monoplace dans l'enfilade de virages à la fin du premier secteur. Il termine avec le 17ème temps, devancé par son collègue Kevin Magnussen. Esteban Ocon (Force India) a signé le 11ème chrono. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Alonso a bien songé à quitter la Formule 1
Fernando Alonso a prolongé son contrat avec McLaren, pour un an ferme en 2018, et ensuite avec des options certainement en sa faveur.

Cette décision n'a pas surpris dans le paddock, les options en F1 de l'Espagnol étant limitées.

Mais Alonso révèle à Austin qu'il n'est pas passé loin de quitter la catégorie reine afin de tenter d'autres aventures.

"Pendant la pause du mois d'août, j'ai beaucoup réfléchi sur mon avenir. J'ai exploré de nombreuses options. J'ai appelé beaucoup d'équipes! En F1 et ailleurs. Pour connaitre les projets, la situation en cours. Des équipes qui gagnent, en F1 et ailleurs. J'ai eu beaucoup de discussions, ce n'était pas vraiment des vacances!", déclare Alonso.

L'évènement qui l'a fait réfléchir? "Les 500 Miles d'Indianapolis. Quand je suis revenu en Formule 1, après Monaco, j'ai eu pas mal de doutes, je n'étais plus sûr de vouloir encore continuer en Formule 1. J'ai pensé à arrêter pour me tourner vers d'autres catégories."

Alonso va essayer cette fois de ne pas faire le mauvais choix, comme quitter Ferrari trop tôt.

"Quelque chose au fond de moi me dit de poursuivre avec McLaren. Cette année, nous avons montré que notre châssis était digne des meilleurs, nous avons réalisé beaucoup de progrès. Notre équipe a les bases pour connaitre le succès, rapidement."
source: Nextgen-Auto.com

Toto Wolff ne veut plus penser à Verstappen
Lewis Hamilton impressionne de nombreux observateurs cette année, surtout depuis la pause estivale, puisqu'il s'est montré intraitable en de nombreuses reprises. Toto Wolff lui-même reconnaît le niveau de son pilote.

"J'ai l'impression qu'il a passé un niveau. C'est la cinquième année de notre collaboration et il a fait un grand pas en avant, que ce soit dans la voiture ou en dehors. Je pense que c'est dû en partie à la dynamique que nous avons dans l'équipe. Il s'entend bien avec Valtteri et cela signifie qu'il n'y a pas de mauvaise histoire hors piste. Nous avons un bon esprit et cela porte l'équipe."

Mercedes avait montré un intérêt pour Max Verstappen qui a finalement prolongé son contrat avec Red Bull jusqu'en 2020. Wolff préfère néanmoins passer sur le sujet.

"Nous avons renouvelé notre contrat avec Valtteri, cela signifie que notre attention est portée sur lui et Lewis pour l'année prochaine, et avant tout sur cette fin de saison, donc nous ne pensons à rien après 2018."

Mercedes fournit le meilleur moteur du plateau à deux autres équipes et a toujours affirmé qu'il serait hors de question de le fournir à un concurrent qui pourrait s'avérer meilleur. Néanmoins, les choses pourraient potentiellement changer, surtout si Mercedes perdait en performance et que son moteur se retrouvait en lutte pour la victoire dans une autre monoplace.

"C'est une question difficile. Nous sommes ici pour essayer de signer les meilleurs résultats possibles et il faut prendre en compte nos clients afin d'éviter de devoir démultiplier les coûts à cause d'une guerre de performance engagée avec une équipe si le facteur moteur est neutralisé."

"C'est l'une des choses que nous avons considérées dans le passé. Je ne sais toutefois pas si je préférerais être battu par Ferrari ou par une voiture cliente, c'est difficile. Il faut honorer ceux qui font un bon travail et méritent d'être là. C'est pour cela que nous aimons notre sport, le chrono ne ment jamais. Je peux assumer le fait que d'autres fassent mieux que nous car c'est mérité."

Mercedes est en F1 pour plusieurs raisons sportives, commerciales et techniques, mais la question se pose toujours de savoir si le constructeur pourrait quitter la discipline.

"Nous sommes revenus en F1 en 2010 et ce n'était pas une décision prise à la légère. Au contraire, c'était bien réfléchi et nous voulions revenir avec une équipe d'usine. Il n'y a pas de discussion au sujet d'un éventuel départ, c'est même le cœur de notre activité: nous construisons des voitures de course et des voitures de route."
source: Nextgen-Auto.com

Tilke à la rencontre du promoteur de Rotterdam
Rotterdam s'est placée en pole position pour tenter de décrocher un retour d'un Grand Prix en Hollande.

La ville est en concurrence avec Amsterdam, la capitale, et le circuit de Zandvoort. Mais le promoteur d'une éventuelle course à Rotterdam, Herman Vaanholt, a déjà pris les devants.

Hier, il a eu une longue réunion avec l'architecte presque officiel des circuits de F1, Hermann Tilke.

"Tilke m'a posé quelques questions, a regardé les plans pour notre course en ville et je l'ai ressenti: il est devenu de plus en plus enthousiaste!"

Les plans sont donc compatibles avec une course en F1. Reste l'étude de faisabilité.

"C'est à la ville de prendre l'initiative maintenant. Cela couterait un peu d'argent mais qui sait tout ce que nous pouvons en tirer?"

Amsterdam ne semble pas vouloir donner suite à la réunion récemment organisée avec Sean Bratches, le directeur commercial de la F1.

Et, de son côté, Zandvoort rappelle qu'il constitue la solution la plus économique.

"Nous avons un circuit presque prêt pour la F1 alors que construire un circuit en ville coûterait bien plus cher", rappelle le Prince Bernhard van Oranje, copropriétaire du circuit de Zandvoort.

"Evidemment, nous aurions des choses à revoir sur notre circuit mais cela coûterait bien moins cher qu'une course urbaine."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli a pu tester ses intermédiaires 'prototypes' à Austin
Pensionnaire de l'écurie Mercedes, Lewis Hamilton, chaussé de pneumatiques ultra-tendres, a été le plus rapide de la deuxième séance d'essais libres organisée hier à Austin. Il a devancé la Red Bull de Max Verstappen dans la foulée d'une première session matinale disputée sur piste humide.

Tous les pilotes débutèrent ainsi la journée avec les gommes intermédiaires (une seule monoplace était chaussée des Maxi Pluie) avant de basculer sur les slicks pendant la deuxième partie des EL1, puis durant l'intégralité des EL2.

Le vendredi matin, les concurrents furent par ailleurs en mesure de tester des enveloppes prototypes intermédiaires plus tendres, mais de construction identique. Les données seront désormais analysées par Pirelli.

A noter que le meilleur chrono réalisé par Hamilton en EL2 constitue déjà un nouveau record du Circuit des Amériques, déjà plus rapide que sa propre pole établie l'an passé.

"C'était une première journée très contrastée à Austin, avec une piste humide le matin, et des conditions plus douces et sèches l'après-midi", commente Mario Isola.

"Le plus gros contraste est cependant venu du coloris rose - au lieu du violet - des pneumatiques ultra-tendres, qui attira l'attention de nombreux observateurs! Les conditions variables ont compliqué le recueil de données consistantes, mais en dépit d'EL1 délicates, le record absolu du circuit fut battu dès les EL2."

"Le matin, nous avons par ailleurs testé des pneumatiques intermédiaires prototypes, plus tendres que les actuels, mais de construction similaire. Concernant les autres types de gommes, il nous faut encore parvenir à répondre à certaines questions pour comprendre leur interaction avec la piste."
source: Nextgen-Auto.com

Massa n'a discuté avec aucune autre équipe
Felipe Massa a reconnu à Austin que sa seule chance de rester en Formule 1 serait un nouveau contrat avec Williams en 2018.

Le Brésilien ne semble toutefois pas favori pour conserver son baquet, ce qui semble le mener vers une 2ème retraite.

"Je n'ai pas de pourparlers avec d'autres équipes. De toute façon, il n'y a plus vraiment de volants disponibles ailleurs. Ou je reste chez Williams, ou tout se terminera au Grand Prix d'Abu Dhabi à la fin du mois de novembre", confie Massa au 'Journal de Montréal'.

Ce n'est pas faute pour lui d'avoir dit à Claire Williams qu'il souhaitait faire une année de plus au moins. Mais c'était il y a quelques semaines déjà.

"Oui, oui, je l'ai fait savoir à l'équipe. Mes intentions, c'est de poursuivre mon aventure en F1. Mais ce n'est pas ma décision. Pour être honnête, je n'ai eu aucune discussion récemment avec les dirigeants de Williams. Pour l'instant, je me concentre sur les quatre dernières courses de l'année, en attendant de savoir si, oui ou non, je vais revenir."

Massa l'a dit jeudi mais il le répète: "j'espère être fixé sur mon sort avant mon Grand Prix national dans trois semaines."

Pour le remplacer, Williams pense à Robert Kubica en premier lieu, à Paul Di Resta ensuite.

"De les voir rouler de la sorte (au Hungaroring) n'est pas une source de préoccupation pour moi", commente Massa. "Vraiment pas. L'équipe sait très bien ce que je peux lui apporter. Et je l'ai prouvé encore cette année."
source: Nextgen-Auto.com

Marko - Hartley est en lice pour le baquet Toro Rosso de 2018
Peu de personnalités dans le paddock s'attendent à voir Daniil Kvyat finir la saison chez Toro Rosso et encore moins rempiler pour une année de plus en 2018.

Il est donc fortement suggéré que Brendon Hartley gardera son baquet lorsque Pierre Gasly sera de retour pour le prochain Grand Prix au Mexique.

Le docteur Helmut Marko, qui gère la filière jeunes pilotes de Red Bull, a admis à Austin que le Néo-Zélandais est une possibilité pour 2018.

"Il n'y a pas beaucoup de pilotes qui ont une super-licence FIA avec assez de points pour courir en Formule 1. Brendon est l'un d'entre eux", confirme l'Autrichien.

"Il a toujours été rapide lorsqu'il était pilote junior de Red Bull, il n'était juste pas prêt pour la F1 à l'époque. Il ne tenait pas la pression et commettait des erreurs."

Hartley s'est ensuite révélé en Endurance, chez Porsche notamment, en gagnant Le Mans et en devenant Champion du monde.

"Nous sommes toujours resté en contact avec lui, il avait toujours notre soutien grâce au sponsoring", rappelle Marko.

"Quand il est devenu clair que nous avions besoin d'un pilote pour la F1, nous voulions quelqu'un issu de notre sérail. Sébastien Buemi a un contrat avec Toyota (en Endurance), ce qui aurait pu ne pas être un problème, mais il a aussi un 2ème contrat avec Dams pour la Formule E. Brendon a été libéré par Porsche alors nous nous sommes décidés pour lui."

Alors, pour l'avenir?

"Pour l'instant je ne peux que vous parler d'Austin. Mais c'est vrai que nous sommes en manque de talents capables de rouler en F1. Il n'y a personne en Formule 2, en Formule 3 et en GP3. Alors nous avons pris un autre chemin en signant avec 4 jeunes pilotes de karting fin septembre. Dont Jack Doohan, le fils de 14 ans de la légende de la moto, Mick Doohan."

"Pour 2018, nous allons comparer les performances de Brendon à celles de Kvyat et Gasly et nous déciderons."

Pour que cela soit équitable, Hartley devrait avoir le droit de participer aux 3 dernières courses, non? Marko ne répond pas mais sourit pour conclure...
source: Nextgen-Auto.com

La Formule 1 veut signer avec Netflix dès 2018
La Formule 1 veut pouvoir atteindre tous les foyers et par tous les moyens, et Liberty Media n'avait pas caché son intention de pouvoir diffuser les Grands Prix en direct via une (bonne) connexion à Internet.

C'est ainsi que les Américains pourraient conclure un accord avec leurs compatriotes de Netflix, pour la diffusion en streaming sur la célèbre plateforme de vidéos à la demande.

"Liberty Media essaye de développer la F1 sur les chaines multimédia. Nous discutons avec Netflix pour une collaboration dès 2018", confirme Sean Bratches, le directeur commercial de la F1.

"Internet est d'une grande importance pour nous, comme nous l'avons déjà prouvé cette année en libérant son usage et en accroissant notre présence sur les réseaux sociaux. Nous sommes en pleine phase de développement."

Netflix ne devrait cependant pas proposer les Grands Prix en direct dans les pays qui ont déjà des accords avec des chaines de télévision comme en France (Canal+ et TF1 à partir de 2018) ou en Belgique (RTBF).

A la place, Netflix proposerait dans ces pays d'autres contenus, des résumés, d'anciens Grands Prix, des temps forts ou encore des documentaires. Le tout serait évidemment produit par la FOM.

Bratches n'exclut pas aussi un accord de diffusion via Amazon Prime Video, l'autre grosse plateforme américaine de contenus vidéos.

L'initiative est soutenue par tout le paddock, comme le confirme Zak Brown, le directeur (américain) de McLaren.

"Liberty essaye beaucoup de choses cette année, ils s'engagent vraiment pour les fans. S'ils réussissent et que des centaines de millions de fans nous suivent, que nous pouvons créer un bel écosystème pour la F1, alors ce sport vivra de mieux en mieux, les équipes auront de meilleurs financements et de plus en plus de sponsors nous rejoindront."
source: Nextgen-Auto.com

Une entame de week-end difficile pour Haas à domicile
Les week-ends se suivent et ne se ressemblent pas pour Haas qui a vécu une première journée difficile sur le circuit d'Austin. Grosjean et Magnussen n'ont pas réussi à tirer le meilleur de leur voiture hier et ne savent pas franchement à quoi s'en tenir pour la suite du week-end.

"Nous n'avons pas fait du mieux que nous pouvions ce vendredi", regrette Romain Grosjean.

"Nous avons eu un problème avec les pneus ultra-tendres l'après-midi donc nous sommes loin sur la feuille des temps. Ceci dit, nous n'avons pas réussi à trouver le bon fonctionnement de la voiture. Nous devons travailler dessus et je crois que c'est lié à l'utilisation des pneus. Nous savons que c'est parfois une des difficultés que nous rencontrons. Une fois cela fait, je pense que la voiture reviendra à son niveau."

Kevin Magnussen est plus pragmatique que son équipier et comme ce dernier, évite d'aborder le petit incident lors duquel il a gêné le Français. Le Danois ne se risque pas à des pronostics sur le niveau de la voiture.

"C'était peu concluant mais je dirais que ce n'était pas une mauvaise journée. C'est toujours bien de pouvoir tester les pneus intermédiaires, ce que nous avons fait en début de première séance, et de voir où se forment les flaques sur la piste. Nous avons eu quelques problèmes mécaniques qu'il a fallu régler, des petites choses, mais la voiture est bonne, l'équilibre est correct et c'est le principal."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber a vécu une 1ère journée plutôt satisfaisante à Austin
L'équipe Sauber a connu une journée de vendredi peu intéressante mais conforme à son programme.

Charles Leclerc a disputé sa deuxième séance pour le compte de l'équipe et a réussi à se hisser à moins d'une demi-seconde de Marcus Ericsson lors des Libres 1.

"Je suis satisfait de ma deuxième séance pour le compte de Sauber", déclarait le Monégasque après la séance.

"Suite à la séance sous la pluie en Malaisie, j'ai de nouveau rencontré des conditions humides en début de séance ici à Austin. Vers la fin de la séance, la piste a séché, c'était la première fois que je pilotais la voiture dans ces conditions. J'aime le circuit et je suis heureux d'avoir pu accomplir notre programme."

Ericsson a vécu une journée satisfaisante sur un circuit qu'il adore.

"C'est toujours génial d'y piloter. Nous avons suivi notre programme lors de la première séance en nous consacrant sur des essais mécaniques et aérodynamiques. L'après-midi, nous avons perdu du temps à cause d'un problème et nous voulons maintenant étudier nos données afin de progresser pour les qualifications."

Des progrès que Pascal Wehrlein devra faire encore plus rapidement puisque c'est lui qui a cédé son volant à Leclerc le matin.

"Je suis plutôt satisfait de ma séance si je considère que je n'ai pas roulé le vendredi matin. Je voulais faire autant de tours que possible, la voiture était bonne niveau équilibre et sur le plan des temps au tour, l'écart avec nos rivaux directs n'était pas énorme. Cela donne de l'espoir pour la course."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly privé de course en Super Formula à cause d'un typhon
Le destin est parfois cruel: Pierre Gasly, qui a manqué la course d'Austin pour jouer le titre en Super Formula, est allé à Suzuka pour rien.

En effet un typhon menace le Japon et le circuit qui devait accueillir la finale de la Super Formula ce week-end. Les organisateurs ont décidé d'annuler cette dernière manche, avec une conséquence fâcheuse pour le pilote français de Toro Rosso.

En effet, c'est Hiroaki Ishiura, qui menait le championnat pour un demi-point devant Gasly, qui est donc titré!

Rappelons que Red Bull et Toro Rosso ont procédé à un incroyable jeu de chaises musicales pour que Gasly puisse rouler lors de cette finale. Au point de rappeler Brendon Hartley, qui n'était plus membre de la filière Red Bull depuis 2010.
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull veut maintenant signer Ricciardo pour 2019 et 2020
Après avoir signé avec Max Verstappen jusqu'à la fin de la saison 2020, Red Bull veut maintenant réussir à prolonger Daniel Ricciardo.

C'est ce qu'a confirmé Helmut Marko à Austin, faisant ainsi écho aux envies de Christian Horner. Mais l'Australien ne semble pas se presser pour signer un nouveau contrat, contrairement à son équipier.

"C'est certain que Max a beaucoup d'attention, mais au sein de l'équipe il y a une totale équité entre nous. Donc prolonger, à ses côtés, ça ne me poserait pas de problème. Mais je pense que c'est encore trop tôt", explique Ricciardo.

"Je n'ai pas dit non à quoi que ce soit à l'équipe, je n'ai pas dit non à un nouveau contrat. C'est juste que je pense que le moment n'est pas venu pour moi de penser à la saison 2019. Voyons déjà ce qui va se passer en 2018."

"Je ne m'attendais pas à ce que Max signe si tôt, pour être honnête. Tout le monde parlait du marché des transferts de l'année prochaine et là... Au moins, le positif, c'est que la signature de Max donne de la confiance. Il a dû avoir des assurances sur la compétitivité de l'équipe. Lui, son père, son management."

Helmut Marko pense lui que toutes les conditions sont réunies pour convaincre Ricciardo également.

"Nous avons compris nos problèmes, introduit une nouvelle procédure pour la soufflerie, Adrian Newey s'implique davantage, il est même ici à Austin, avec nous. J'ai parlé avec Daniel, il m'a dit qu'il veut continuer avec nous. Mais il regarde ailleurs aussi. Nous lui avons dit que nous sommes prêts à signer avec lui pour 2019 et 2020, comme avec Max."

"Nous avons parlé avec Daniel", confirme Christian Horner. "Nous avons été très clairs, nous voulons faire la même chose avec lui qu'avec Max. Nous voulons garder les mêmes pilotes jusqu'en 2020."

Cette intention de prolonger Ricciardo fermerait les portes de Red Bull à Carlos Sainz pour au moins 2 années de plus, ce qui peut permettre à Renault de capitaliser sur l'Espagnol, qui a été "prêté" par Red Bull à l'équipe française.
source: Nextgen-Auto.com

Marko - Red Bull n'a pas mis la pression sur Verstappen pour signer
Helmut Marko affirme que Red Bull n'a pas mis la pression sur Max Verstappen pour signer une prolongation de son contrat.

Selon le consultant autrichien, c'est le pilote hollandais et son entourage qui ont demandé ce nouveau contrat de trois ans, annoncé hier à Austin.

"Nous avons fait débuter Max en Formule 1, il a décroché sa première victoire avec nous et il veut maintenant devenir le plus jeune Champion du monde de F1 avec nous", explique Marko.

"Nos deux pilotes auraient pu être libres après 2018, nous avons donc cherché à assurer l'un d'entre eux. Et c'est Max qui a demandé s'il pouvait avoir un accord jusqu'en 2020. Ricciardo, lui, s'est mis de lui-même sur le marché des transferts. Mais nous avons commencé à discuter avec lui."

Marko souligne que "c'est la preuve que Max nous fait confiance pour lui fournir une voiture capable de gagner".

L'Autrichien sait qu'il devra fournir un châssis mais aussi un moteur performant à Verstappen. Le moteur Honda sera donc scruté à la loupe chez Toro Rosso.

"Vettel, Ricciardo, Max, ils sont issus de Toro Rosso, cette équipe a rempli son rôle mais elle doit progresser. Avec Honda, je pense que c'est possible. Nous verrons si ce moteur a du potentiel pour l'avenir, chez Toro Rosso."

"Max sait quels sont nos plans 'moteur' pour l'avenir, et quelles sont nos alternatives. Ca l'a convaincu de signer. Le moteur a évidemment joué un rôle dans les négociations mais je ne peux pas vous donner les détails. Concentrons-nous sur 2018 d'abord."

Reste la question du salaire. Evidemment, le Hollandais a été fortement augmenté. Il serait passé de 3 millions d'euros à plus de 10. Certains avancent même le chiffre de 15 millions.

"Cela reste confidentiel, bien entendu", répond Marko.

Quant à Verstappen, il botte en touche: "je n'ai pas prolongé pour avoir plus d'argent. C'est un élément de la négociation. Mais je préfère gagner 100 Grands Prix et ne pas être payé que d'avoir 100 millions en banque et ne pas avoir de résultats!"
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari devrait remplacer Arrivabene par Binotto à la fin de la saison
Selon les dernières informations de la presse allemande comme italienne, qui citent des sources concordantes, Maurizio Arrivabene sera bien prié de laisser sa place à Mattia Binotto à la tête de la Scuderia Ferrari.

Cependant le changement ne se fera qu'après la fin de la saison, afin de ne pas déstabiliser l'équipe alors qu'il reste encore quatre courses.

Sergio Marchionne n'aurait pas apprécié la façon dont Arrivabene a géré la 2ème partie de la saison de Ferrari et la mini-crise liée aux problèmes de fiabilité.

Le grand patron de Ferrari et de Fiat serait "très déçu" d'avoir ainsi manqué la lutte finale pour le titre mondial, même si Sebastian Vettel veut encore un peu y croire, si Lewis Hamilton joue lui aussi de malchance.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel disposera d'un nouveau châssis aujourd'hui
Ferrari va finalement procéder à un changement de châssis pour Sebastian Vettel.

A la fin des Libres 2, le pilote allemand s'est plaint d'une sensation étrange au niveau de son train avant.

Après quelques changements, Vettel était reparti en piste mais le problème persistait.

Ferrari n'a donc pris aucun risque et a demandé hier soir aux commissaires de la FIA l'autorisation de changer de châssis, ce qui est possible en accord avec l'article 25.5 (un changement avant les Libres 3).

Lorsqu'un châssis doit être changé, les commissaires doivent à nouveau procéder à une vérification technique de la monoplace. Comme elle se fait avant l'entrée en procédure de parc fermé (qualifications et course), il n'y a pas de pénalité.
source: Nextgen-Auto.com

Le vendredi a été contrasté pour McLaren à Austin
La journée avait mal commencé pour McLaren à Austin lorsqu'un problème hydraulique a été détecté sur la monoplace de Fernando Alonso. L'Espagnol n'a pas pu signer un seul tour chronométré dans la première séance mais s'est rattrapé avec une belle septième place dans la seconde.

"Nous avons raté a première séance à cause d'un problème hydraulique, ce qui était pénalisant car nous avions plusieurs choses à tester, y compris en vue de l'année prochaine", a déclaré Alonso, qui vient de prolonger son contrat avec McLaren.

"Nous avons essayé de rattraper le temps perdu dans la deuxième séance mais je pense que nous essaierons cela à Mexico. Je crois que l'on peut encore faire mieux avec la voiture, quelques dixièmes que les autres trouveront certainement aussi."

"Nous savons que Verstappen et Hülkenberg seront pénalisés donc si nous arrivons à aller en Q3 ce samedi, nous pourrions commencer à une place encore meilleure. Si ce n'est pas le cas, nous pourrions quand même commencer huitième ou neuvième avec des pneus neufs, ce qui serait très bon."

Alonso a profité du plaisir offert par les voitures de nouvelle génération sur un tracé comme celui d'Austin: "C'est bien plus amusant, surtout dans les virages rapides du premier secteur. On ressent plus les bosses que l'an dernier donc il faut s'accrocher au volant et avoir sa ceinture bien serrée, mais c'est amusant!"

Stoffel Vandoorne a vécu une journée à l'inverse de son équipier en réussissant une bonne performance dans la première séance, non sans difficulté, et en ratant la deuxième session.

"C'était un bon vendredi globalement", se satisfait le Belge. "Le matin, nous avons démarré dans des conditions difficiles mais la piste s'est asséchée et la séance a été chargée, notamment par l'essai de nouvelles pièces aérodynamiques. Je sens que j'ai fait une belle performance, surtout que c'était ma première sortie ici."

"La deuxième séance était un peu plus difficile, nous avons rencontré des difficultés avec du trafic et je n'étais pas heureux à 100% de l'équilibre de la voiture, mais le rythme des longs relais était correct. J'étais plus heureux de notre rythme de course que de celui de qualifications."
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso a fait rouler trois pilotes ce vendredi à Austin
Daniil Kvyat effectuait son retour à la compétition après deux Grands Prix manqués au profit de Pierre Gasly et le Russe ne s'en est pas mal tiré, d'autant qu'il n'a eu qu'une seule séance puisque c'est Sean Gelael qui a utilisé sa STR12 pour la première séance.

"La séance a été productive et nous avons utilisé tout le temps disponible pour démarrer le week-end du bon pied", explique Kvyat. "Nous n'avions pas la journée complète pour corriger l'équilibre et nos problèmes et nous verrons les progrès qui peuvent être faits avant de reprendre la piste. Nous ne sommes pas loin des pilotes qui nous devancent et nous chercherons à nous en rapprocher."

Dans l'autre monoplace, Brendon Hartley découvrait la Formule 1 et bien qu'il ait réussi à devancer Gelael dans la première séance, le Néo-Zélandais a eu du mal à signer un bon temps l'après-midi. Toutefois, il a effectué un roulage important.

"C'était une courbe d'apprentissage raide!", déclarait-il. "Tout s'est bien passé et j'ai gardé la voiture sur la piste sans faire trop d'erreurs donc je suis heureux. Je ne savais pas à quoi m'attendre car j'avais beaucoup de choses à apprendre! J'ai bien progressé tout au long de la journée. La plus grosse différence avec ce dont j'ai l'habitude est l'adhérence à haute vitesse, c'est impressionnant en Formule 1, ça m'a ouvert les yeux!"

"L'autre défi se situait au niveau des pneus qui sont différents de ceux que j'utilise habituellement. D'un autre côté, les longs relais étaient positifs et j'ai fait un bon travail sur la gestion des pneus. Je dois désormais travailler sur mon rythme en pneus neufs et j'aurai une autre séance pour y arriver avant les qualifications. Tout se met en place, nous allons maintenant travailler sur toutes les données pour essayer de faire un pas en avant avant les qualifications."

Sean Gelael a de nouveau été perturbé par la pluie lors de son roulage pour l'équipe, ce qui est devenu une habitude...

"Il a plu lors de chaque séance libre que j'ai disputée jusqu'ici! C'est dommage mais en regardant le côté positif, je suis bien préparé pour les pistes humides! J'étais rapide en début de séance mais quand la piste est devenue plus rapide, mes intermédiaires se sont dégradés. En pneus secs, j'ai été pris dans le trafic lors de mon premier tour rapide et j'ai perdu du temps."

"J'ai quand même pu faire plusieurs tours et j'espère qu'à Mexico la semaine prochaine, la météo restera sèche!", conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Sainz s'est adapté très rapidement à la R.S.17
La première journée du Grand Prix des Etats-Unis marquait les débuts au volant de Carlos Sainz chez Renault. Carlos Sainz a signé le onzième temps en EL2, cinq millièmes de seconde devant son nouvel équipier, Nico Hülkenberg, classé douzième.

"C'était une semaine chargée avec tous les événements qui n'avaient pas trait au pilotage, donc c'était fantastique de pouvoir enfin prendre le volant pour la première fois avec l'équipe! Il y avait beaucoup à apprendre. Je me réjouis que nous ayons pu effectuer tout le programme requis. Nous avons bien progressé, mais il reste du travail comme l'on pouvait s'y attendre. Ce samedi, mes premières qualifications avec Renault devraient être intéressantes", commente l'Espagnol.

"Ce n'était pas un vendredi idéal de mon côté", avoue Nico Hülkenberg, "mais ce n'est certainement pas la fin du monde. Nous devons amener la voiture dans la zone et nous savons ce que nous devons faire pour l'améliorer. Après un début de journée humide, la piste progressait en continu. C'est toujours génial de piloter sur le Circuit des Amériques et je suis convaincu que nous en avons encore sous le coude pour samedi."

Bob Bell, directeur de la technologie conclut.

"Le matin, la pluie nous a contraints à ajuster notre programme, mais nous avons pu passer en revue la plupart de nos éléments d'essais et obtenir la plupart des réponses que nous recherchions. Dans l'ensemble, c'était un vendredi convenable pour Nico. Ses commentaires étaient cohérents avec ses retours issus des derniers rendez-vous. Carlos a effectué ses premiers relais avec la R.S.17. Son point de vue était utile et rafraichissant. En fin de journée, son ressenti sur la monoplace était compatible avec celui de Nico. Nous avons une bonne idée du niveau de la voiture et de ce qu'il nous reste à améliorer. Carlos s'est adapté très rapidement et a réalisé de l'excellent travail."
source: Nextgen-Auto.com

Pérez et Ocon ont bien débuté leurs essais à Austin
Force India a bien débuté son week-end américain à Austin. Comme prévu la VJM10 est très performante sur le circuit des Amériques, pour le plus grand plaisir de ses deux pilotes.

"Nous pouvons être très heureux du travail d'aujourd'hui. Nous avons recueilli beaucoup de données et nous sommes dans une bonne position pour la suite du week-end, même si je n'étais pas trop convaincu par les pneus intermédiaires de développement que nous avons essayés ce matin", commente Sergio Pérez.

"Ce sera serré pour être le meilleur des autres, mais je suis confiant que nous pouvons le faire. La voiture se comporte bien, surtout dans des conditions plus chaudes, donc nous avons une bonne base sur laquelle bâtir demain."

Pour Esteban Ocon, "ce fut une journée positive dans l'ensemble, en testant différentes choses sur la voiture et en travaillant peu à peu pour trouver la configuration idéale".

"Trouver un bon équilibre n'a pas été aussi immédiat et facile qu'en Malaisie et à Suzuka, donc nous avons encore un peu de travail à faire, mais nous nous rapprochons de ce que je souhaite sur la voiture. Je ne doute pas que ce sera beaucoup mieux demain. Nous avons encore besoin de trouver des astuces pour les virages lents, c'est là dessus que nous allons nous concentrer ce soir."
source: Nextgen-Auto.com

Une bonne journée pour Massa, quelques soucis pour Stroll
Williams estime avoir fait une bonne journée de travail à Austin aujourd'hui. Lors des Libres 1 et 2, l'équipe de Grove s'est montrée raisonnablement performante, de quoi imaginer une bonne suite à ce week-end américain.

"Ce fut un bon vendredi et c'est sympa de retrouver le Top 10", lance Felipe Massa.

"Je sens que la voiture est compétitive ici et ça me rend heureux. J'étais satisfait de son équilibre aujourd'hui, et, même sur le mouillé lors des Libres 1, ça allait. J'espère que nous serons aussi compétitifs demain, cela nous permettra de nous battre à l'avant du peloton pour marquer des points importants."

Pour Lance Stroll, cette journée de vendredi a été "plutôt bien".

"C'était un bon vendredi pour s'habituer à la voiture sur ce circuit, dans l'attente de ce qui va se passer demain. J'ai au quelques soucis techniques, des petites choses comme mon repose-tête qui a décidé de bouger pendant mon tour rapide. Je n'ai pas pu le finir."

"A cause de mes problèmes à Suzuka, et ceux du jour, je n'ai pas encore été capable de bien tester à fond les dernières évolutions, notamment sur l'aileron avant. C'est un peu frustrant mais la voiture semble compétitive alors il faudra être parfait demain pour les qualifications."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz n'a pas raté ses débuts chez Renault
Carlos Sainz a bouclé sa première journée chez Renault, aujourd'hui à Austin, et il a fait mieux que son équipier Nico Hülkenberg qui n'a pourtant pas la réputation d'avoir deux mains gauches...

"Nous avons chacun testé des configurations aérodynamiques différentes et cela n'est donc pas l'idéal pour faire des comparaisons entre lui et moi", explique Carlos Sainz.

"Ce qui est vrai en revanche, c'est que c'est très positif pour moi d'être à son niveau."

Quel sera l'objectif demain en qualification?

"Il faudra voir comment je m'adapterai à la voiture lorsqu'il y aura moins d'essence. Je préfère rester prudent et ne pas afficher un objectif, mais je pense que la voiture a la possibilité de viser la Q3. Il est vrai que les voitures qui disposent d'un moteur Mercedes, comme les Force India par exemple, sont très rapides ici. Mais nous allons essayer de les battre", conclut le pilote espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo a du travail à faire pour les tours rapides
Daniel Ricciardo admet ce soir à Austin qu'il n'est pas aussi à l'aise sur un tour rapide que son équipier.

L'Australien n'a pas encore trouvé le bon réglage pour un tour chrono mais il reste confiant pour demain.

"Lors de la simulation de qualification, je ne suis pas bien passé dans les différents secteurs. Je le sais et je sais où m'améliorer. C'est une question de réglages et j'ai déjà mon idée", confie le pilote Red Bull.

"Pour la course, les temps de simulation n'étaient pas mauvais mais notre voiture était très difficile à piloter aujourd'hui. Il serait dur de maintenir un tel rythme sans erreur dimanche."

"Je pense que ces problèmes dépendent aussi des températures, il n'y a pas eu de chaleur aujourd'hui, il y a eu beaucoup d'humidité et les pneus surchauffent rapidement. Il était difficile de trouver l'adhérence."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.