En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 07 Décembre 2017

Steiner veut calmer les emportements de Grosjean à la radio
Romain Grosjean s'est taillé une réputation de pilote râleur depuis son arrivée chez Haas en 2016. Le Français a souvent pesté contre ses rivaux, contre sa monoplace ou encore contre la direction de course, ce qui a eu le don d'agacer Günther Steiner.

En effet, son directeur a même été obligé de lui dire "ferme la" aux Etats-Unis et espère pouvoir tempérer un peu les plaintes de son pilote, même s'il assure que son message à Austin était un conseil et non une grosse critique.

"A Austin, il commençait un peu trop à tourner en rond, donc je lui ai dit qu'on l'entendait mais que s'il n'arrêtait pas de parler, nous ne pouvions pas lui répondre", précise Steiner. "S'il parle tout le temps, on ne peut pas lui donner de consignes, donc quelqu'un devait l'arrêter et c'était moi."

Steiner est satisfait d'avoir senti un apaisement de la part de Grosjean en 2017 et sait pertinemment qu'il ne changera pas du tout au tout le caractère de son pilote.

"Je n'ai pas précisément étudié mais il se plaint moins. Même si j'avais étudié précisément cela, je ne pourrais pas forcément le corriger. Je pense qu'il s'est calmé et a réalisé que cela n'aide en rien, pas que ce soit négatif ou positif, mais ça n'aide pas et il vaut mieux travailler de manière constructive."

"Il s'emporte encore mais c'est généralement plus court, hormis à Austin où la course était compliquée. Nous en parlons parfois mais ce n'est pas pour régler le problème, plutôt pour savoir en quoi il pense que ça nous aide. Il s'est calmé mais il a encore des pics d'énervement et je ne changerai pas cela."
source: Nextgen-Auto.com

Hartley est ravi que Marko lui ait offert sa confiance
Brendon Hartley va effectuer à temps plein l'un des retours les plus improbables de la Formule 1 récente. Le Néo-Zélandais a été évincé du programme Red Bull en 2009 avant de s'orienter vers l'Endurance où il a remporté les 24 heures du Mans et le Championnat du monde.

Après avoir repris contact avec Helmut Marko pour proposer ses services lorsque Porsche a annoncé son départ, il pensait s'en tenir à un potentiel rôle dans le simulateur. D'éviction en départ anticipé, Toro Rosso a eu besoin d'un pilote et Hartley a terminé la saison 2017 avant d'être confirmé pour 2018.

"Je ne pensais pas qu'il me donnerait directement ma chance en course sans avoir un minimum de garantie", reconnaît Hartley au sujet de Marko. "Je respecte Helmut et toutes les personnes impliquées qui ont osé prendre ce risque et avoir confiance en ma capacité à faire le boulot. Je pense qu'ils ont beaucoup analysé mes performances en LMP1 où le niveau est élevé."

"J'ai appelé Helmut Marko juste avant le Grand Prix de Hongrie. A ce moment-là, je ne pensais pas que j'allais faire mes débuts en F1 cette année, ni même la suivante, mais je savais que je pourrais avoir l'opportunité de faire des essais ou de rouler dans le simulateur, afin de prouver mon niveau."

Brendon Hartley a été handicapé par des dizaines de places de pénalité et de nombreuses pannes mécaniques mais a toutefois obtenu une saison complète durant laquelle il pourra montrer ce dont il est capable.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen est ravi de la pression ajoutée par ses fans
Max Verstappen ne laisse personne indifférent, s'attirant les foudres d'une partie des spectateurs pour son côté très tranchant en piste, et se faisant soutenir par l'autre partie du public. Le Néerlandais est suivi par son groupe de fans surnommé l'armée orange.

"Le soutien est toujours bon à prendre, c'est une pression positive qui donne une motivation supplémentaire de bien faire", explique Verstappen. "Je pense que les fans néerlandais sont passionnés de Formule 1."

"Nous n'avons pas trop rencontré de succès ces dernières années et ça nous manque car la Hollande est passionnée de course en général. Bien sûr, ça se développe quand quelqu'un rencontre du succès. Je pense que c'est beaucoup grâce à mon père. Les parents à l'époque soutenaient mon père et maintenant ils me soutiennent, c'est génial."

La plus grande représentation de ce soutien se voit à Spa Francorchamps, dans la Belgique voisine de son pays natal: "Spa est la plus grosse course pour moi en termes de fans. La piste est littéralement orange!"

La consécration pour lui serait d'avoir un Grand Prix à domicile, alors que les Pays-Bas souhaiteraient avoir un Grand Prix. Zandvoort est envisagé et Verstappen, qui a pu piloter une Red Bull sur la piste, l'envisage sereinement.

"Nous avons un circuit historique, Zandvoort, qui est largement capable d'accueillir un Grand Prix. Avec quelques changements dans les infrastructures, notamment les stands, et un peu plus d'espace autour du circuit, c'est faisable. Mais il faut beaucoup d'argent et il faut pouvoir lancer l'événement. C'est un peu tôt mais ça serait génial."
source: Nextgen-Auto.com

Force India - La guerre psychologique est déjà lancée pour 2018
La saison 2017 vient de se terminer... mais la rivalité interne chez Force India ne connaît pas la trêve hivernale.

Sergio Pérez a eu de plus en plus de mal à lutter contre Esteban Ocon lors de cette saison. Le duel interne a été l'un des plus passionnants de la saison, jusqu'à provoquer des sorties de route verbales vite tempérées par la communication officielle de l'écurie.

Qu'en sera-t-il l'année prochaine? Les esprits ne semblent pas sur le point de se détendre et la guerre psychologique devrait se poursuivre.

Sergio Pérez a dégainé le premier: il pense que le Français aura davantage la pression pour sa deuxième saison complète pour l'écurie.

"Battre Ocon en 2018, c'est mon objectif, définitivement. C'est l'objectif principal. Je pense que la pression sera sur lui maintenant parce que ce sera sa deuxième année. Tout le monde attendra qu'il fasse de grandes choses. Ce sera de nouveau très serré."

"J'estime beaucoup Nico Hülkenberg [son ancien coéquipier chez Force India]. C'est toujours le cas. J'estime certainement Esteban. Il a beaucoup de talent, beaucoup d'expérience; il est arrivé en F1 très préparé. Depuis son premier test avec l'équipe, il était déjà très mature, il en savait beaucoup. Il était immédiatement dans le rythme. Il a vraiment fait du bon travail. Ce n'est un secret pour personne: c'est un bon pilote, un bon pilote pour le futur. Ce fut un bon défi pour moi."

Sergio Pérez en remet une couche pour mettre la pression sur son rival de coéquipier: il estime que les consignes de course imposées chez Force India, pour éviter les collisions en course, ont plus profité au Français qu'à lui!

"Son style de pilotage est très proche de celui de Nico. En général [Ocon] était solide. J'ai eu un peu de difficulté durant deux courses, en raison de ces consignes d'écurie. Soudainement, en qualifications... nous avions des évolutions, on devait régler la voiture en tenant compte de ces nouvelles pièces, et je manquais d'un peu d'équilibre. Je n'étais pas à l'aise sur un tour. Esteban était tout de suite plus solide en qualifications. C'est durant cette période que j'ai plus souffert. Je suis heureux d'avoir pu régler ça."

"Nous avons bien compris ce qui n'allait pas, donc je suis assez confiant, en particulier pour l'an prochain. C'est un bon point de départ pour moi..."
source: Nextgen-Auto.com

La FIA va introduire un nouveau standard de casque
Parmi les décisions du Conseil Mondial, publiées hier soir, il a été voté un nouveau standard pour les casques des pilotes, afin d'améliorer encore leur sécurité. Ce nouveau standard, que les fabricants seront contraints de développer pour les pilotes, possédera plusieurs points indispensables sur son cahier des charges:

- Une meilleure protection contre les projectiles
- Une meilleure absorption de l'énergie
- Des essais plus rigoureux quant aux impacts
- Une zone de protection plus étendue

Ce nouveau casque sera introduit dans tous les championnats majeurs de la FIA, à commencer par la Formule 1, dès 2019 mais ce n'est pas la seule décision prise par la FIA. La sécurité biométrique des pilotes sera désormais au programme à l'avenir.

Cela permettra aux pilotes de mieux gérer leurs performances grâce à un moniteur biométrique permanent, mais aussi de pouvoir suivre leur données biométriques avant, pendant et après les essais et courses, afin d'améliorer leur entraînement, leurs performances et la prévention des blessures.

La FIA travaille également sur des gants biométriques afin de pouvoir mieux secourir les pilotes en cas d'accident en ayant un accès immédiat à leurs données biologiques, ce qui permettrait d'adapter les décisions prises aux éventuelles blessures subies, même si la communication n'est pas possible.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo a eu une pensée pour les téléspectateurs à Abu Dhabi
La dernière course de la saison à Abu Dhabi a été unanimement reçue comme l'une des pires de la Formule 1 récente par l'ensemble des pilotes et des spectateurs. Daniel Ricciardo avoue même y avoir pensé lorsqu'il était isolé au quatrième rang, tôt dans la course.

"Après avoir dépassé Kimi [Räikkönen] très tôt dans la course, je roulais et je m'accrochais de loin à Seb [Vettel] devant moi, mais je n'avais pas le rythme pour le suivre dans les turbulences de sa monoplace et pour le dépasser", regrette l'Australien.

"La quatrième place semblait être le mieux à faire et je me suis alors mis à penser aux téléspectateurs, car c'était assez terne. Le tracé du circuit, ajouté à la difficulté qu'ont ces voitures à se suivre, était un échec. C'était tout sauf du spectacle."

Lewis Hamilton, qui a passé l'intégralité de sa course à suivre son équipier, a demandé des changements sur le circuit de Yas Marina, ce qui a été directement envisagé par son architecte, Hermann Tilke.

"Je ne sais pas pourquoi ce circuit ne produit pas de belles courses", poursuit Ricciardo. "Je pense toutefois qu'un virage lent qui mène sur une longue ligne droite, comme c'est le cas sur beaucoup de circuits, avec une zone de DRS qui commence trop tard, tout cela mène à des courses statiques."

Les nouvelles voitures, plus larges et provoquant plus de turbulences aérodynamiques, ont été blâmées pour ce manque d'intérêt: "C'était certain que ce serait plus compliqué avec des voitures aux pneus plus gros et avec plus de traînée aérodynamique. C'était pire qu'attendu et ne pas marquer de point n'a en rien aidé mon opinion à être positive."
source: Nextgen-Auto.com

Après Sauber et Alfa Romeo, Haas et Maserati?
La rumeur a rapidement pris de l'ampleur aujourd'hui en Italie, Ferrari souhaiterait signer un accord avec Haas du même genre que celui passé entre Sauber et Alfa Romeo. Cet accord serait uniquement commercial, le moteur restant appelé Ferrari et le partenariat technique entre le constructeur et l'équipe américaine continuant à être majoritairement technique.

Cela irait toutefois à l'encontre des propos récents de Sergio Marchionne, qui faisait la distinction entre l'accord très technique qui est passé entre Ferrari et Haas, et celui beaucoup plus commercial entre Sauber et Alfa Romeo, estimant qu'un rapprochement commercial entre le groupe Fiat et Haas n'était pas à l'ordre du jour.

Néanmoins, l'Italien souhaiterait donner une plus grande importance à Ferrari dans les décisions et en verrouillant un partenariat commercial avec Haas, il aurait ainsi un poids supplémentaire dans la prise de décisions pour la Formule 1.

L'accord poserait toutefois plusieurs problèmes. Le premier pour Marchionne serait de faire accepter à Gene Haas un accord qui ne serait pas forcément nécessaire, Haas arrivant largement à vivre sur l'argent du groupe, dont l'activité principale est la fabrication de machine-outils.

Si Marchionne venait à proposer un tel accord, il souhaiterait certainement utiliser Haas de la même manière qu'il utilise Sauber pour placer l'un de ses jeunes pilotes, ce qui a été refusé par Haas en vue de 2018. C'est donc un deuxième problème qui se poserait.

Si cet accord se produisait, il semble aujourd'hui que c'est la marque Maserati qui serait choisie pour orner les monoplaces de Haas. Tout comme Alfa Romeo, Fiat envisagerait de se séparer de Maserati si la marque n'arrive pas à rapporter plus d'argent.

Et pour diversifier la gamme de la marque au trident afin de relancer les ventes, c'est sous l'impulsion de Sergio Marchionne qu'a été créé le Levante, premier SUV de la marque.

Un accord n'est pas encore à l'ordre du jour mais Sergio Marchionne verrait d'un très bon œil la promotion de la marque au travers de la Formule 1, où Maserati s'est illustrée dans les années 50 et 60. Qu'elle soit vendue ou conservée par le groupe Fiat, cela lui serait toujours plus bénéfique.
source: Nextgen-Auto.com

Monza et Bakou, les deux extrêmes de la saison
Pirelli a fait un point sur la saison écoulée en dévoilant de nombreuses données sur cette saison.

Les curieux noteront que la plus longue course de la saison, celle de Bakou (2 heures, 3 minutes et 55,753 secondes) fut aussi la plus divertissante, du moins la plus spectaculaire.

La course la plus courte de la saison fut comme souvent celle de Monza (1 heure, 15 minutes et 32,312 secondes). Ce fut aussi le Grand Prix avec la vitesse moyenne la plus rapide, sans surprise (une vitesse moyenne pour le vainqueur, Lewis Hamilton, de 243,626 km/h).

A l'inverse, Daniel Ricciardo fut le vainqueur avec la plus basse vitesse moyenne en course (148,176 km/h), à Bakou encore.

Sebastian Vettel, au Mexique, a battu le record de vitesse cette saison au cours d'un Grand Prix (362,4 km/h). L'altitude a aidé le V6 Ferrari à se montrer plus véloce, l'air moins dense réduisant la traînée aérodynamique.

Lewis Hamilton a réalisé le plus grand nombre de meilleurs tours (7 en course) le dimanche, pour 11 poles positions le samedi). C'est aussi le pilote Mercedes qui a mené le plus grand nombre de tours, soit 527.

Si l'on s'intéresse de près au thermomètre, cette saison aura connu une amplitude plus forte encore de coutume, entre la Chine et Bahreïn.

- Température sur la piste la plus basse enregistrée durant une course (le dimanche): 14°C en Chine
- Température sur la piste la plus élevée enregistrée durant un week-end de course: 56°C à Bahreïn
- Température ambiante la plus basse enregistrée durant une course: 13°C en Chine
- Température ambiante la plus élevée enregistrée durant un week-end de course: 43°C à Bahreïn

L'an prochain, Pirelli espère satisfaire davantage les fans et surtout les écuries en proposant un rayon de gommes plus tendres, avec plus encore de composés disponibles. Mario Isola, fort de cette année d'expérience, est quoi qu'il en soit confiant.

"Nous sommes désormais impatients de débuter l'exercice 2018 et de présenter une gamme mettant en scène un nouveau pneumatique plus performant. Tous les mélanges seront globalement plus tendres, contribuant ainsi à des vitesses plus élevées et un spectacle encore plus attrayant."
source: Nextgen-Auto.com

Attirer de nouveaux fans sans décevoir les anciens - le défi de Carey
Présent aux BRDC Awards ce lundi, Chase Carey est revenu sur le spectacle proposé cette saison. L'homme fort de Liberty Media a admis que le dernier Grand Prix, à Abu Dhabi, était peu enthousiasmant pour la discipline... Ce qui justifie aussi les efforts de Liberty Media pour améliorer le spectacle.

"Abu Dhabi, c'est un événement formidable, un spectacle génial, mais la course n'a pas proposé ce que nous voulons voir pour le sport aujourd'hui."

Comment faire pour améliorer ce spectacle? Chase Carey en a dit plus sur les fins - resserrer les performances - et les moyens - proposer de nouveaux accords aux équipes...

"Il faut améliorer le spectacle, le rendre plus captivant, donner aux autres voitures une chance de gagner, faire en sorte que des surprises puissent arriver, favoriser tout ce qui peut améliorer le spectacle en piste - car voilà ce qui rend la F1 si spécial. Tout le monde connait les initiatives que nous avons en termes de coûts, de moteur, de règlement..."

Carey reconnaît volontiers que bouleverser le sport sur le long terme a toujours été ardu en F1.

"Probablement, les gens qui sont là depuis le plus longtemps - les fans les plus durs - sont ceux qui ont aimé le sport tel qu'il était avant - parce qu'ils ont grandi avec. Ces fans sont les bases de notre sport, donc nos fans historiques sont incroyablement importants."

"Mais nous voulons attirer de nouveaux fans, pour trouver des moyens de continuer à respecter l'histoire - ce qui rend le sport si spécial - mais aussi pour trouver des moyens d'attirer de nouveaux fans. Il nous faut attirer une nouvelle génération."

"C'est un sport formidable, avec des stars géniales, une marque formidable, des héros formidables, c'est un sport incroyablement captivant qui combine compétition et art de la technologie - ce qui choque et impressionne les fans selon moi. C'est formidable, mais nous pouvons encore rendre le sport meilleur."

"Et cela commence avec le sport sur la piste. Nous pouvons améliorer la compétition, l'action sur la piste, et ensuite, nous assurer que ce soit un sport qui capture l'imagination de tout le monde. J'ai parlé de spectacle: et en effet, la F1 devrait être spectaculaire."

Reste pour Liberty Media à convaincre les écuries de pointe, particulièrement mécontentes des pistes avancées pour 2021... Un tel discours aussi optimiste et pétri de bonnes intentions ne pourra suffire!
source: Nextgen-Auto.com

Prost - Sur le papier, nous ne pouvons pas battre Red Bull et McLaren
Alors que Mercedes et Ferrari semblent assurées, sauf catastrophe, de finir devant leurs clients au championnat, ce n'est pas le cas pour Renault. Battue par Red Bull cette année et même par Toro Rosso l'année dernière, l'équipe française s'apprête encore à être battue par ses clientes.

"Pour moi, cette pression est positive, même si ce n'est pas simple", explique Alain Prost. "L'équipe d'usine va lutter contre deux équipes très bien établies alors que nous sommes encore en train de nous organiser. Et ces deux équipes ont des pilotes de pointe, si ce ne sont pas les meilleurs. Sur le papier, nous ne pouvons pas battre Red Bull et McLaren."

L'ancien Champion du monde reconnaît que Renault a manqué l'objectif fixé de terminer à la cinquième place du classement constructeur mais assure que "ce sera mieux l'an prochain".

"La comparaison avec nos clients nous aidera à avoir de l'expérience de manière à rattraper les équipes de pointe. Nous sommes ici pour longtemps et il est important que nous progressions chaque année. Au final, pour gagner, nous devrons battre tout le monde."
source: Nextgen-Auto.com

La F2 est plus spectaculaire que la F1, regrette Hamilton
Liberty Media mène actuellement une réflexion de fond pour améliorer le spectacle en F1. Les pistes avancées par les Américains recueillent en général l'assentiment du quadruple Champion du monde Lewis Hamilton, mais de grands progrès restent à faire pour le pilote Mercedes.

Le Britannique s'est attardé sur la lutte sur la piste, roue contre roue, qu'il ne trouve pas encore au niveau qui devrait être le sien, notamment par rapport à la Formule 2 - ce qui est un paradoxe...

"Du point de vue d'un pilote, vous voulez simplement avoir des batailles serrées et rapprochées, comme en karting. Le kart, c'est toujours la meilleure forme de course auto, parce que les gars peuvent se suivre de très près."

"Les voitures, cette année, sont les meilleures qu'on ait jamais vues. Pour le futur, je fais confiance à Ross Brawn et à Chase Carey, et aux écuries, qui travaillent vraiment dur pour s'assurer que les prochaines voitures, en 2021, procurent encore plus de produit brut."

"J'espère qu'ils rendront les voitures plus bruyantes. Vous pouvez avoir des pneus plus larges aussi... Pourquoi Jackie Stewart avait-il des gros pneus par le passé, et pourquoi avons-nous des petits pneus désormais? Avec peut-être un peu moins d'appuis, nous pourrions suivre de plus près une autre voiture."

"Rien ne justifie le fait qu'une course de F2 devrait proposer un meilleur son, avec un meilleur spectacle, avec aussi des voitures capables de se suivre de plus près. Et c'est quelque chose qu'il faut changer en F1, qui est toujours la discipline la plus rapide."

En bon connaisseur des sports autos et des sports américains en général, Lewis Hamilton reconnaît que la F1 a encore du chemin à faire pour devenir plus populaire.

"La F1 a été un peu derrière d'autres sports. Mais c'est un sport très spécial. Et si vous regardez la NFL, tous ces autres sports avec un peu moins de visibilité mondiale, je pense que la F1 peut être comparée à ces sports.

"Ce qui est formidable avec Chase et la nouvelle équipe de Liberty Media, c'est qu'ils ont vraiment amené quelque chose de nouveau cette année, et dans le même temps, ils continuent d'en apprendre plus sur le sport, sur les souhaits des fans."
source: Nextgen-Auto.com

Honda se réorganise en profondeur, Hasegawa s'en va
Il y a du mouvement chez Honda. Le motoriste japonais bouleverse son organisation interne après une nouvelle saison difficile avec McLaren, et quelques mois avant de débuter officiellement sur la piste son partenariat avec Toro Rosso.

Yusuke Hasegawa, qui occupait le rôle de "directeur du projet F1", quitte la discipline. Il sera désormais ingénieur en chef de la marque.

Son poste lui-même est supprimé et scindé en deux. Un directeur des opérations en charge de la R&D (recherche et développement) a été nommé en remplacement; il s'occupera de superviser en plus toutes les courses et les essais de la marque, en se concentrant sur les aspects R&D. Un poste de directeur technique de la F1 a été aussi créé. Cette fonction sera occupée par Toyoharu Tanabe, qui était auparavant senior manager du développement et ingénieur de course.

"Par le passé, le directeur du projet F1 assumait les responsabilités à la fois sur le plan du développement technique et de la direction de l'équipe de course", confirme Katsuhide Moriyama, directeur de la communication chez Honda.

"En séparant ces domaines de responsabilité, nous ferons évoluer notre structure de manière à ce que les deux équipes de développement et de course puissent assumer plus aisément leurs responsabilités respectives. Honda continuera aussi à relever ses défis pour que les fans prennent plaisir à voir Toro Rosso-Honda concourir au plus haut niveau le plus tôt possible."

Toyoharu Tanabe, le nouveau directeur technique, est un pur produit de la maison Honda - il travaille pour le motoriste japonais depuis 1984. Il fut l'ingénieur de Gerhard Berger, entre 1990 et 1992 chez McLaren, et de Jenson Button, entre 2003 et 2007, chez l'écurie d'usine Honda. Entre 1993 et 2003, il fut ingénieur de course chargé de la R&D en IndyCar (il s'occupait plus précisément des moteurs).

Yusuke Hasegawa, qui quitte donc le projet F1, en a dit plus sur cette profonde réorganisation. Est-ce un camouflet pour lui?

"Nous devons faire beaucoup de modifications, ce qui représente un gros travail, en particulier en un temps limité. Honda et Toro Rosso, des deux côtés, font du très bon travail."

"Nous sommes ceux qui avons adressé le plus de demandes à Toro Rosso jusqu'à présent, mais il est juste de dire que ce sera un partenariat plus égalitaire qu'avec McLaren en termes de leadership. Et ce n'est pas simplement en raison de la taille de Toro Rosso. Bien sûr, Honda, comme entreprise, est très grande, mais nous avions une expérience en F1 limitée - donc de ce point de vue, McLaren était toujours devant nous. Ce ne sera plus le cas avec Toro Rosso."

"Nous travaillons rapidement pour changer nos équipes. Nous devons être prêts avant le mois de février donc ce sera un hiver très chargé pour nous. Le développement se poursuit sur l'unité de puissance. Le concept restera le même que celui de cette année, donc nous pourrons utiliser le V6 actuel comme point de départ."

"C'est toujours excitant d'avoir un nouveau défi et de construire des relations avec de nouvelles personnes. Pour cette nouvelle ère de Honda en F1, ce sera la première fois que nous changerons d'équipe et nous comprendrons ainsi d'autant mieux ce qu'est une situation normale en F1."

A quelques mois du début de saison, cette profonde réorganisation démontre les difficultés internes rencontrées par Honda encore en 2017. Yusuke Hasegawa paie aussi certainement le manque criant de résultats avec McLaren pour une troisième année consécutive.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.