En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 08 Décembre 2017

Hamilton prévient ses concurrents, Mercedes sera plus forte en 2018
Ross Brawn craint ouvertement que Mercedes soit encore plus forte en 2018 qu'en 2017. Les autres écuries ne vont pas être plus rassurées aujourd'hui: c'est en effet Lewis Hamilton en personne qui a abondé dans le sens de Ross Brawn. Le Britannique s'exprimait à l'occasion du Gala de fin d'année de la FIA à Paris.

"J'aimerais penser que cette année a été la meilleure année pour Mercedes. Mais nous n'avons pas été à 100% de nos capacités."

"Naturellement je savais que nous nous battrions contre Ferrari cette année. Nous avons perdu un membre de l'équipe l'an dernier [Nico Rosberg], qui a pris sa retraite, et je voulais vraiment m'assurer d'apporter en retour à l'équipe un "nouveau moi", plus positif, reconstruit, restructuré. Je voulais vraiment mener l'équipe au titre de champion, ce que j'ai fait, et c'était mon objectif dès le début."

"Nous avons gagné neuf courses, il y a eu beaucoup de hauts et de bas, je ne dirais pas que nous étions à 100% cette année, mais ce fut vraiment une année solide. Mais il y a beaucoup de potentiel pour nous améliorer et c'est l'objectif pour l'an prochain."

Lewis Hamilton a réussi à marquer des points lors de chaque Grand Prix cette année (c'est seulement la 3ème fois de l'histoire qu'un pilote y parvient). Il n'a pas abandonné depuis cette fameuse casse moteur lors du Grand Prix de Malaisie 2016, soit une série de 24 courses.

Il peut donc légitimement remercier son équipe pour lui avoir fourni une voiture non seulement rapide, mais encore fiable.

"J'ai énormément de reconnaissance pour mon équipe, pour leur travail incroyable. Nous avions la voiture la plus fiable. Je ne me rappelle pas qu'une autre équipe ait eu une telle fiabilité. Le but, chaque année, est d'améliorer la fiabilité, et parvenir à un niveau de fiabilité de 90% est très spécial."

"L'autre jour, à l'usine, nous avons récompensé l'un des groupes de mécaniciens ayant travaillé sur la boite de vitesses. Il ne s'agissait que de reconnaître leurs efforts incroyables, le niveau du contrôle qualité, ce qui m'a permis de parcourir presque chaque tour cette saison - je pense que j'avais un tour de retard à Mexico."
source: Nextgen-Auto.com

Selon Räikkönen, il faudra attendre 2021 pour juger Liberty Media
Depuis que Liberty Media a racheté la F1, un travail de réflexion sur la prochaine réglementation a été lancé. Les grands changements annoncés (budgets plafonnés, V6 simplifié) font déjà tiquer les écuries de pointe. Sur le court terme, Liberty Media a également développé les événements annexes pour le fan (F1 Live Show dans les centres urbains ou fan-zones dédiées).

Pour Kimi Räikkönen, il faudra véritablement attendre plusieurs années pour voir la patte Liberty Media sur la F1.

"Ils essaient de rendre le sport plus important, plus compréhensible à voir peut-être pour les téléspectateurs... Et les gens vont être plus impliqués. Mais je pense que ce n'est que dans quelques années, quand le prochain règlement arrivera, que vous verrez l'impact qu'ils auront pour le sport, puisqu'ils viennent juste de le racheter. Donc nous sommes un peu à la moitié du chemin maintenant. Ils font beaucoup d'efforts pour y arriver. Ils écoutent tout le monde et mettent en place les règles qu'il faut, au bon moment."

"C'est pourquoi, dans quelques années, avec l'entrée en vigueur du nouveau règlement, et les nouvelles voitures, nous verrons si leur décision sera la bonne. Mais de ce que j'ai vu et entendu, ils font beaucoup d'efforts, et c'est bien."

Chase Carey confirme l'impression de Kimi Räikkönen: Liberty Media entendait surtout cette année lancer les bases des futurs chantiers.

"Notre but principal pour cette année était de donner au sport un élan positif, de redonner un peu d'excitation pour le futur, après un certain nombre d'années de critiques et d'inquiétude. C'est toujours tôt. Mais c'est un bon départ. Avec notre nouvelle organisation, nous avons maintenant commencé à poursuivre des initiatives pour nous permettre d'amener la F1 à son vrai potentiel."

"Parmi nos priorités clefs, nous voulons d'abord améliorer la course, nous avons des groupes de travail pour réfléchir avec les équipes et la FIA, pour discuter des coûts, des moteurs, de l'aérodynamique, des pistes, des règles. Notre but est de rendre les courses plus compétitives, d'améliorer le spectacle. On doit davantage se dire 'Ouah!' devant une course! Et il faut rendre le business model meilleur pour nous et les équipes."

"Il y a un large accord sur les directions générales de ces objectifs. Cependant les opinions vont bien sûr diverger au niveau des détails. Nous ne voulons pas négocier en public, mais travailler avec les équipes pour trouver les compromis qui in fine, amélioreront le sport pour les fans, et pourront bénéficier à tous."
source: Nextgen-Auto.com

Renault aimerait profiter d'un marché des transferts ouvert fin 2018
Renault alignera un duo efficace composé de Nico Hülkenberg et Carlos Sainz l'an prochain. Ce dernier sera un prêt d'un an car il reste toujours sous contrat avec Red Bull pour le moment, mais il pourrait être finalement conservé par Renault après 2018.

Néanmoins, le baquet sera sûrement vacant à la fin de la saison prochaine et Alain Prost, conseiller spécial de Renault, espère que le constructeur français pourra profiter de l'ouverture du marché des transferts pour récupérer un top pilote.

"A la fin de la saison 2018, le marché sera ouvert", explique Prost. "Nous verrons ce qu'il va se passer mais actuellement, nous n'avons pas les cartes en main, c'est vrai."

Beaucoup de contrats se terminent à la fin de l'année prochaine, à commencer par ceux de Daniel Ricciardo et Valtteri Bottas. Lewis Hamilton n'a pas encore de contrat avec Mercedes mais il ne manque que quelques formalités.

Sergio Pérez, Esteban Ocon ou encore Carlos Sainz pourraient faire partie de la liste de candidats si Renault venait à faire une belle saison 2018. Plus tôt dans l'année, Renault avait tenté d'attirer Fernando Alonso et si l'Espagnol n'est pas satisfait du partenariat entre McLaren et Renault, il est probable que le constructeur cherche de nouveau à le faire venir.

"Tout est possible car il y a beaucoup de politique impliquée dans tout cela mais ce n'est pas encore le cas actuellement et nous n'y pensons pas pour le moment", conclut Prost.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo ne pense pas que le HALO fera du mal à la F1
Daniel Ricciardo a compris que le HALO allait forcément être introduit en 2018 puisque la FIA ne fera plus marche arrière, et le pilote préfère tenter de voir le verre à moitié plein. Pour lui, le HALO n'empêchera pas les pilotes de prendre du plaisir, ni les courses d'être palpitantes.

"Je pense qu'il y a des avis très partagés entre les pilotes, entre les médias et entre les fans", analyse Ricciardo. "Cela ne sera pas aussi joli que sont les voitures aujourd'hui mais je pense que lorsque les voitures ont changé entre 2008 et 2009, elle ne semblaient pas jolies, mais les gens s'y sont habitués et on a trouvé normaux ces ailerons hauts et larges, qui étaient pourtant si bizarres sur une F1."

"Je pense que les gens s'habitueront rapidement au HALO et il permettra d'éviter des accidents affreux. Il peut empêcher un décès si des pièces volent. Je pense que les gens oublient quand il n'y a pas eu de décès depuis un moment, mais du moment où il y en a un, cela nous rappelle le danger."

Ricciardo est persuadé que ça ne changera en rien l'intensité de la Formule 1: "Cela n'enlèvera pas l'adrénaline ni la passion, tout ce que ça fera, c'est nous protéger d'un gros accident, mais la course sera la même. Les risques que nous prenons seront les mêmes donc je ne vois pas la différence. Pour les fans, il faudra simplement adapter leur vision de la F1 mais la course ne changera pas."
source: Nextgen-Auto.com

Valentino Rossi - Verstappen est la nouvelle star de la F1
Valentino Rossi n'a plus d'envies de Formule 1 mais continue de suivre celle-ci de près et semble trouver un grand intérêt à Max Verstappen. Il s'est montré très impressionné par le Néerlandais et estime qu'il ne faut pas tenter de le calmer.

"Verstappen est la nouvelle star de la Formule 1", a exprimé le septuple Champion du monde de la catégorie MotoGP. "Il est très bon mais tout le monde veut le ralentir, ce qui est fou. Si j'avais mon mot à dire sur la gestion de la Formule 1, je voudrais 12 Max Verstappen sur la grille."

"Max est un pilote extraordinaire, il est jeune, il s'amuse du système et fait des dépassements, ce qui sont de grandes qualités aimées par le public. Verstappen est un peu comme Johann Zarco."

Il poursuit la comparaison avec ce dernier, pilote français qui a débuté en MotoGP cette saison: "Aucun des deux ne ralentit jamais donc il faut faire de la place sans quoi il y a un risque de chute."

Valentino Rossi a disputé récemment le rallye de Monza, qu'il a remporté une nouvelle fois, et n'a pas mis de côté toutes ses aspirations sur quatre roues. L'Italien se verrait bien participer à l'une des plus grandes courses du monde.

"J'aimerais courir aux 24 heures du Mans, Alonso y sera aussi, peut-être que nous pourrons courir ensemble et aller manger le soir ensemble", plaisante-t-il. "Je courrai aussi longtemps que je suis compétitif et aussi longtemps que j'en ai envie."
source: Nextgen-Auto.com

Todt a été réélu président de la FIA
La Fédération Internationale de l'Automobile a choisi son président pour les 4 prochaines années. Et sans surprise, Jean Todt, seul candidat, a été réélu à l'unanimité pour un 3ème mandat à la tête de la FIA.

Le Français continuera ainsi à diriger et à développer cette instance qui s'occupe du sport automobile mais aussi de la sécurité routière au niveau mondial jusqu'en 2021.

"C'est gratifiant d'avoir un tel soutien universel", commente aujourd'hui Todt.

"Je veux remercier tous les membres des clubs de la FIA pour cela. Je vois cela comme une validation de la direction prise par la FIA sous mon leadership, et comme un encouragement à continuer le programme que nous menons depuis huit ans."

Jean Todt était arrivé à la tête de la FIA en 2009.
source: Nextgen-Auto.com

Gasly révèle avoir eu un gros accident de la route en 2016
Pierre Gasly est amené régulièrement à revenir sur son passé et parmi ses mauvais souvenirs, celui d'un accident de voiture en se rendant à Silverstone, lorsqu'il disputait le championnat GP2 en 2016, qu'il allait remporter quelques mois plus tard.

"J'étais à l'arrière de la voiture, au milieu", se souvient le Français. "Ma mère était à ma gauche. Nous avons eu un accident et nous avons fait quatre tonneaux, la voiture s'est arrêtée à 50 mètres de la route, sur le toit."

"Il y avait du sang partout, j'en voyais vraiment partout et je pensais que ma mère allait mourir. Elle n'arrivait pas à respirer et elle était terrifiée, comme moi."

Un mauvais souvenir qui appartient heureusement au passé, tandis que l'avenir lui réserve sa première saison complète de Formule 1 en 2018 avec Toro Rosso: "J'ai tout donné pour arriver en Formule 1. Bien que je savais que la route est longue et difficile, et qu'il n'y a que 20 pilotes, je n'avais aucun doute."
source: Nextgen-Auto.com

Aldo Costa n'envisage pas un retour chez Ferrari
Aldo Costa fait les beaux jours du département technique de Mercedes qu'il a rejoint fin 2011, quelques mois après son éviction de Ferrari. Le directeur de l'ingénierie de Mercedes assure qu'il est heureux aujourd'hui et qu'un retour à Maranello n'est aucunement envisagé.

"Je dois mon passage chez Mercedes à Ross Brawn et Michael Schumacher", déclare Costa. "Mon départ pour l'Angleterre a été une bénédiction, je me sens très bien dans mon poste actuel, je m'y sens comme chez moi et je ne compte pas partir."

Costa a pris plaisir à lutter contre Ferrari cette année mais ne s'attendait pas à ce que la Scuderia craque en fin de saison: "Nous étions à la lutte cet été mais nous avons pris le commandement car nous avons fait des progrès avec la voiture et nous avons été fiables."

"Nous ne nous attendions pas à cela en début d'été. Nous pensions que nous allions devoir lutter jusqu'en fin de saison. Nous nous y préparions psychologiquement mais aussi au niveau du développement car nous pensions que ce serait nécessaire pour battre Ferrari."
source: Nextgen-Auto.com

Kaltenborn ne comprend pas l'éviction de Wehrlein
Frédéric Vasseur est arrivé cette saison chez Sauber et a directement annulé la décision de collaborer avec Honda, prise par Monisha Kaltenborn quelques mois auparavant. Autre preuve que leurs managements sont différents, l'ancienne directrice ne comprend pas pourquoi Pascal Wehrlein n'a pas été retenu.

"Ses performances de 2017 n'ont pas été appréciées à leur juste valeur", a déclaré Kaltenborn. "Sans lui, l'équipe n'aurait pas marqué de points."

"J'espère juste qu'il pourra continuer en Formule 1 et avoir la carrière qu'il mérite, car il n'y a pas mieux en sport auto. Pascal a le potentiel pour être Champion du monde dans une bonne équipe. Tous ceux qui ont travaillé avec lui le savent."

Une petite pique lancée à l'adresse de Frédéric Vasseur qui n'a certainement pas eu son mot à dire sur le deuxième pilote. Le Français a toutefois réussi à obtenir un partenariat avec Alfa Romeo et le recrutement de Charles Leclerc, deux belles perspectives pour Sauber.
source: Nextgen-Auto.com

Le fils du fondateur de Honda comprend Alonso
Hirotoshi Honda, fils du fondateur de la marque, Soichiro, a reconnu qu'il comprenait la frustration de Fernando Alonso, alors que ce dernier aurait fait pression sur McLaren pour que l'équipe se sépare du manufacturier japonais.

"Alonso est un jeune homme, intelligent et fascinant", a déclaré Honda à 'L'Equipe'. "La vie professionnelle d'un athlète est très courte et c'est stressant de perdre trois années à un moment si important de sa carrière."

Honda a encore restructuré son département F1 en vue de 2018, alors que la marque sera partenaire de Toro Rosso. Pour Hirotoshi Honda, cela montre la remise en question d'une marque qui ne souhaite que gagner.

"Je suis sûr d'une chose, les Japonais ont une culture du combat en F1. Nous sommes très polis mais nous pouvons nous battre. Mon père était un combattant, il détestait perdre. Peu avant sa mort, quand Senna ne parvenait plus à gagner, il s'en est plaint de son lit d'hôpital."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton pense que la pression a coûté cher à Vettel en 2017
Lewis Hamilton a été contraint de hausser son niveau de jeu pour battre Sebastian Vettel en 2017, alors que ce dernier avait pris les commandes du championnat durant la première moitié de saison. Pour Hamilton, cela s'est joué au mental car Vettel a montré des signes d'énervement, notamment lorsqu'il a percuté volontairement son rival à Bakou.

"Seb s'est montré plus nerveux cette saison que par le passé", a déclaré Hamilton. "Aucun de nous n'est Superman, tout le monde peut craquer sous la pression. Cela arrive parfois plus tôt à certains qu'à d'autres. C'est comme au tennis, si Federer joue contre Nadal, l'un va attendre de voir une petite faiblesse chez l'autre car s'il est à 99,5% de son niveau, c'est suffisant."

Hamilton explique qu'il est meilleur sous la pression et reconnaît non sans humour s'être relâché, une fois le titre acquis: "Vous l'avez vu en fin de saison. Tout à coup, je n'avais plus de pression et je n'étais plus très bon."

"Je compare cette saison avec un sprint sur 100 mètres par Usain Bolt, il prend souvent des mauvais départs mais arrive à revenir. Je pense que Seb retrouvera ses forces l'année prochaine mais je ne suis pas inquiet."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - La Formule E, ce n'est pas l'avenir
La Formule E est vue par beaucoup d'observateurs comme l'avenir des sports mécaniques. La discipline 100% électrique attire de plus en plus de constructeurs et de pilotes, mais n'émeut pas l'un des meilleurs pilotes actuels de la Formule 1.

"Pour moi, ce n'est pas l'avenir", a déclaré Sebastian Vettel. "La mobilité électrique est très populaire dans le monde, mais quelqu'un d'honnête qui va parler de course automobile ne va pas penser à la Formule E."

Des propos tranchés qui s'appuient sur des faits évidents comme la puissance des monoplaces, mais aussi sur le retour de certains de ses camarades: "Les voitures ne sont pas rapides et plusieurs pilotes qui y participent m'ont dit que ce n'est pas très palpitant à piloter."
source: Nextgen-Auto.com

Felipe Massa va disputer au moins une manche du Stock Car brésilien
Il a définitivement quitté la Formule 1 depuis moins d'un mois, mais Felipe Massa a déjà prévu de faire son apparition dans une autre discipline de sport automobile, le Stock Car brésilien. Le pilote va faire ses débuts là où il avait fait ses adieux à son public, à Interlagos.

Il va faire équipe avec le quintuple champion de la discipline, Cacá Bueno, lors de la Race of Doubles qui met à l'honneur un invité à côté de chacun des habitués de la discipline.

"Je suis honoré de l'invitation et je serai fier de faire mes débuts en Stock Car lors de cette course en duo avec le plus grand champion en activité qui est aussi un très bon ami, Cacá Bueno. Cimed Racing, qui est double championne des équipes en titre, est l'équipe idéale pour faire face à un tel défi dans une discipline très compétitive", explique Massa.

"Ce sera particulier de rencontrer les fans brésiliens après mes adieux fantastiques lors du Grand Prix de Brésil, et ce sera ma première course après la F1. Nous allons travailler dur pour obtenir un bon résultat dans ce qui est le début d'une nouvelle phase de ma carrière."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly - Honda nous traitera bien et ne fera aucun compromis
Pierre Gasly est arrivé chez Toro Rosso en fin de saison et n'a pas vraiment pu montrer son niveau puisque l'équipe était déjà en proie à des pénalités en tous genres et à des obligations de réutiliser les pièces déjà bien usées de sa monoplace.

Gasly a pris 45 places de pénalité en quatre courses et regrette d'avoir été contraint à de gros compromis avec son motoriste Renault qui a fini l'année en manquant de pièces neuves. Toro Rosso a été contrainte de partager le stock de pièces avec les autres équipes, ce qui ne sera plus le cas avec Honda l'année prochaine.

"L'objectif de Honda est de prouver à tout le monde qu'ils peuvent fabriquer des moteurs rapides et nous sommes les seuls à utiliser leurs moteurs donc je suis sûr qu'ils nous donneront le meilleur traitement et qu'il n'y aura aucun compromis. Je pense que c'est très positif et ils ont encore trois ou quatre mois pour progresser", analyse Gasly.

"Pour le moment, ils progressent vraiment, ce que l'on peut voir en regardant le niveau de McLaren, bien meilleur en fin de saison qu'il y a six mois."

"S'ils arrivent à garder cette dynamique, je pense que ce sera une bonne chose et que nous pourrons surprendre beaucoup de monde. J'espère que ça pourra être le cas."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.