En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 15 Décembre 2017

Ricciardo - Faites que les grid girls restent!
Les pilotes continuent de s'exprimer suite à l'idée de Ross Brawn de ne plus engager de grid girls sur la ligne de départ. L'équité des genres, qui fait grandement débat ces derniers mois, ne va pas avec le concept utilisé par les sponsors des Grands Prix, qui demandent à des femmes de tenir les panneaux des numéros des pilotes en représentant leurs couleurs.

Les pilotes semblent être pour la conservation de cette touche glamour sur la grille de départ, bien que Ross Brawn a déclaré qu'il serait important de moderniser cette approche.

"Cela fait partie de ce qui attire dans le sport, les voitures rapides et les jolies filles", s'amuse un Daniel Ricciardo malicieux.

"C'est un sport majoritairement d'hommes, non pas qu'on ne laisse pas de place aux femmes, mais il y a plus d'hommes dans le paddock. Je pense que les grid girls ont toujours été un atout charme pour tout le monde, et j'aimerais qu'elle restent. Faites qu'elles restent!"
source: Nextgen-Auto.com

Leclerc - Difficile d'avoir des attentes précises pour 2018
Charles Leclerc va faire ses débuts en Formule 1 dans une équipe Sauber en pleine mutation. Le Monégasque espère trouver une meilleure monoplace que celle engagée par l'équipe suisse en 2017 mais ne préfère pas se fixer d'objectifs trop précis.

"C'est difficile de s'en fixer avant de mettre la voiture sur la piste et de voir ce qu'elle vaut", explique Leclerc. "Dans les catégories inférieures, on peut attendre quelque chose et se fixer un objectif précis mais en F1, c'est bien plus difficile car les différences entre les voitures sont plus importantes. On verra après les premiers essais, j'essaierai de travailler au mieux dans la voiture mais c'est difficile d'avoir des attentes précises."

L'une des inconnues pour Sauber et Leclerc se situe au niveau du moteur, puisque l'équipe passera du Ferrari version 2016 au Ferrari version 2018, ce qui devrait représenter une belle évolution.

"Nous aurons le tout nouveau moteur qui devrait être un grand pas en avant. J'espère que nous pourrons aussi faire progresser la monoplace. Cela dépendra de la progression des autres équipes, et nous devrons voir cela aussi."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull aimerait avoir Aston Martin comme motoriste
La collaboration entre Aston Martin et Red Bull, débutée il y a deux ans par la création du projet AM-RB 001, une hypercar développée conjointement. Depuis, elle est devenue Valkyrie et l'accord entre les deux parties prendra de l'importance l'an prochain puisque la marque anglaise deviendra sponsor officiel de l'équipe autrichienne.

Ce rapprochement progressif laisse évidemment penser à une collaboration technique en 2021, si Aston Martin décide de s'impliquer en Formule 1 en tant que motoriste.

"J'espère qu'ils viendront", lance Adrian Newey. "Cela dépendra essentiellement du nouveau règlement moteur car les disputes fusent en ce moment. Les Accords Concorde se terminent en 2020 et ce sera le bon moment pour lancer un nouveau règlement technique."

"Les futurs détails en sont débattus actuellement. Si nous arrivons à des règles qui permettent à un constructeur de développer un moteur indépendant avec un budget raisonnable, Aston Martin s'engagera certainement."

Une idée qui est pour l'instant mise de côté par l'aspect financier très lourd des moteurs actuels. En effet, le développement des V6 turbo hybrides a coûté très cher aux quatre constructeurs impliqués en F1.

"Les moteurs actuels sont trop chers à développer pour les constructeurs, obligés de dépenser des sommes folles. Si nous arrivons à revoir le règlement pour diminuer les sommes en jeu, je pense que nous verrons d'autres constructeurs impliqués. Pour eux, c'est simplement une campagne marketing à l'issue de laquelle ils doivent s'y retrouver financièrement."
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso travaille à l'intégration du moteur Honda
Il est parfois difficile de savoir à quel saint se vouer. Alors que McLaren assure que l'intégration du moteur Renault se passe à merveille, Toro Rosso reconnaît faire face à un gros défi pour installer le Honda dans sa monoplace.

Le directeur technique de l'équipe avoue que les deux moteurs n'ont pas grand chose en commun et qu'il n'est pas simple de les intégrer dans une monoplace qui comporte les mêmes bases.

"Il est fondamentalement différent", explique James Key à 'Speed Week' au sujet du bloc Honda.

"C'est un moteur très compact mais son architecture est différente du Renault. Il faut faire un gros travail d'adaptation."
source: Nextgen-Auto.com

Giovinazzi n'abandonne pas malgré le revers subi
Antonio Giovinazzi assure qu'il garde la tête haute après avoir été battu dans la course aux volants chez Sauber. L'Italien a été battu par Charles Leclerc, soutenu par Alfa Romeo, et Marcus Ericsson, premier choix des propriétaires de Sauber.

"J'étais clairement proche d'Alfa Romeo et c'était ma meilleure chance, mais Sauber a fait un choix différent", regrette Giovinazzi. "Cependant, je n'abandonnerai pas. L'année dernière, j'ai commencé comme troisième pilote et j'ai ensuite fait mes débuts donc je vais faire de mon maximum et continuer à soutenir Ferrari, je verrai bien."

Il a piloté pour Sauber en Grand Prix cette année mais a également fait des essais avec Ferrari puis avec Haas, de nouveau dans le cadre des Grands Prix. Malgré une certaine frustration, il a énormément appris en 2017.

"J'ai fait des débuts inattendus avec Sauber, j'ai aussi beaucoup travaillé dans le simulateur de Maranello pour aider les pilotes Ferrari, en plus d'essais avec Sauber, Ferrari et Haas. Je suis maintenant un pilote différent, plus expérimenté. La dernière saison était exceptionnelle pour Ferrari, nous avons réduit l'écart et nous travaillons pour faire encore mieux l'an prochain."

Il garde toutefois un seul objectif en tête: "Je mentirais si je disais que je ne veux pas être en Formule 1, pour gagner un titre mondial. Ce sera difficile mais je donnerai tout ce que j'ai."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber va recruter 20 personnes de plus
Après le rachat par Longbow Finance et le partenariat annoncé avec Alfa Romeo, Sauber continue à se restructurer et a bien l'intention de quitter le fond de grille. Pour cela, l'équipe a recruté plus de 20 personnes qui seront toutes en places avant les essais hivernaux.

"La première a commencé avec nous le 1er novembre", annonce Fred Vasseur, lui aussi arrivé cette année pour participer à cette restructuration.

"Les autres commenceront petit à petit. Dans beaucoup de cas, le bénéfice de leur recrutement ne se sentira que lors de la deuxième moitié de saison 2018."

Tous ces recrutements seront ajoutés au département technique afin de combler les retard accumulés ces dernières années, que ce soit en aérodynamique ou sur le châssis lui-même.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen et Hülkenberg militent en faveur des grid girls
Le débat sur les grid girls continue à faire rage en Formule 1. Il apparaît aujourd'hui que ces filles, engagées pour tenir les panneaux des numéros des pilotes sur la grille de départ, pourraient ne plus être présentes du fait de l'image plutôt machiste que cela renvoie.

Certains pilotes se placent toutefois en faveur des grid girls, à l'image de Max Verstappen qui s'est simplement fendu d'une phrase: "Les grid girls doivent rester".

Quant à Nico Hülkenberg, il estime que les yeux des pilotes et des spectateurs seront doublement punis l'an prochain: "Ce serait dommage d'enlever ces bijoux pour les yeux de la grille. Qu'aura-t-on l'an prochain? Le HALO? Mon dieu..."
source: Nextgen-Auto.com

Todt - Ferrari et Mercedes étaient trop fiables cette saison
Jean Todt réfléchit lui aussi à la différence de résultats entre les grosses équipes et les plus petites structures. En plus d'une certaine différence dans les performances, il estime que les équipes de pointe sont aujourd'hui bien trop fiables et prend l'exemple de Lewis Hamilton.

"Il n'a fait aucune erreur mais il a aussi eu une voiture incroyablement forte, que ce soit en performance ou en fiabilité. Même si la Mercedes n'était pas toujours la plus rapide, Lewis a marqué des points à tous les Grands Prix. Les voitures sont trop fiables", regrette Todt.

"Ferrari m'a également impressionné. Je garde mon avis, Ferrari et Mercedes étaient trop fiables. Cela coûte de l'argent entre les essais et les simulateurs, c'est trop. Nous n'avons pas besoin de cela pour un bon sport, mais plutôt de l'inverse."

Il rappelle au passage le cahier des charges pour la prochaine génération de moteurs, qui fait actuellement débat: "Les moteurs actuels sont trop chers, trop compliqués et trop peu bruyants. Mais nous pouvons nous baser dessus et nous parlons avec les motoristes de cette évolution. Le processus est en cours."
source: Nextgen-Auto.com

Le paddock de Montréal va totalement changer
C'est la société du parc Jean Drapeau, propriétaire de l'île Notre Dame, qui a annoncé la réfection du paddock du circuit Gilles Villeneuve. Le tracé est situé sur l'île artificielle au centre de Montréal et organise depuis 1978 le Grand Prix du Canada.

Le paddock actuel date de 1988 et selon l'accord de renouvellement du Grand Prix signé entre Montréal et la F1, devait être refait rapidement pour accueillir l'épreuve qui se tiendra au moins jusqu'en 2029.

Le projet présenté va être réalisé entre les éditions 2018 et 2019 du Grand Prix et verra la construction d'un tout nouveau bâtiment. Ainsi, il permettra l'accueil de 5000 personnes, contre 1800 actuellement, et évitera notamment aux commentateurs de se trouver dans un bâtiment temporaire annexe au bâtiment principal.

Réparti sur trois niveaux, il répondra aux normes de la FIA et de la F1 et coûtera 48 millions de dollars. La ville de Montréal paiera 30 millions tandis que les 18 restants seront pris en charge par le Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT).

Bâti sur trois niveaux, il accueillera les garages, la tour de contrôle et des locaux du personnel dans le premier. Le second sera dédié également à la tour de contrôle, mais aussi à la zone média et à des loges, tandis que le troisième possédera des loges, mais aussi une grande terrasse.

L'architecture du toit de cette dernière sera un hommage à l'Exposition Universelle de 1967, tenue sur l'île et initiée par le maire de l'époque, Jean Drapeau. L'énorme bâtiment vitré reprendra également le logo de l'Expo 67.

Le bâtiment se voudra moderne et favorable au développement durable grâce à l'installation de panneaux solaires et d'une toiture blanche en bois. La construction débutera tout juste après le Grand Prix du Canada 2018 pour s'achever en avril 2019.

photo
photo
photo
source: Nextgen-Auto.com

Kubica se bat toujours pour le baquet Williams selon son père
De nombreuses sources ont annoncé que c'était "presque fait" pour Sergey Sirotkin chez Williams.

Comme nous vous le rapportions cette semaine, les Russes espèrent maintenant une titularisation rapide de l'ancien 3ème pilote de Renault F1 à Grove, peut-être même dès aujourd'hui.

Sirotkin bénéficie d'un grand soutien financier, de la part de la Fédération Russe du sport auto mais, aussi, selon d'autres sources, de Vladimir Poutine en personne. C'est lui qui aurait permis au sponsor, la banque SMP, de passer son offre de 10 à 15 millions d'euros par an.

Voilà qui dépasserait largement les 8 millions promis par le clan Kubica.

Alors y aura-t-il une annonce dans les prochaines heures? Artur Kubica, le père de Robert, qui gère une partie de la carrière de son fils en compagnie de Nico Rosberg, veut encore y croire.

"Nous nous battons toujours pour que Robert soit dans la Williams", affirme-t-il aujourd'hui.

Son fils a encore visité l'usine Williams "pas plus tard qu'hier".

"Nous espérons évidemment une bonne décision, en notre faveur. Je ne sais pas quand elle arrivera. Si ce n'est pas fait avant Noël, cela veut donc dire qu'au moins les gens de Williams prennent le temps d'y réfléchir."

"Nous sommes en train de préparer certaines choses pour les convaincre de croire en Robert", ajoute Artur Kubica.

Evidemment, le père de Kubica ne précise pas quelles sont ces choses mais il pourrait bien s'agir de réunir un sponsoring plus généreux.

"Bien entendu, il y a aussi la question de ce que le pilote qui sera choisi pourra apporter à l'équipe. Parfois le talent, l'expérience et le potentiel d'un pilote sont décisifs, parfois, dans certaines équipes, seul l'argent compte."

De là à dire que le baquet de Williams va uniquement se jouer à celui qui pourra faire la meilleure enchère, il n'y a plus qu'un pas...
source: Nextgen-Auto.com

L'avenir des 'grid girls' remis en question
Dans la quête toujours plus grande d'égalité des sexes, la Formule 1 pourrait rapidement faire un pas en avant en s'occupant du cas des 'grid girls', les femmes que l'on voit porter les panneaux de numéros des pilotes. Souvent associées à une démarche commerciale, leur présence est de plus en plus questionnée par la place de la femme dans la société.

"Nous essayons de respecter tout le monde", lance Ross Brawn. "Il y a beaucoup de monde qui respecte cette tradition des grid girls et il y a aussi des personnes qui disent que c'est une vision trop vieille, donc nous nous penchons sur le sujet."

Brawn qualifie le sujet de délicat, et le concept de grid boys avait été lancé à Monaco en 2015, sans succès. Chase Carey comprend la nécessité de s'y pencher mais préfère relativiser l'importance de cette réflexion.

"Dans la liste des choses que je dois gérer, les grid girls ne se placent pas vraiment en haut", explique Carey. "Est-ce une chose du passé ou une chose qui pourrait faire partie du futur?"

"Je ne pense pas que ce sera une décision personnelle de ma part. Je pourrais avoir mon point de vue mais quand on gère une discipline, on parle avec des équipes et avec un système à part entière ainsi qu'avec des fans nombreux et passionnés."

Christian Horner, qui est marié à l'ancienne Spice Girl, Geri Halliwell, pense qu'il faudrait faire évoluer le concept en lui-même mais explique que les quelques tentatives qui ont eu lieu n'ont rien donné, car personne n'était vraiment enthousiaste.

"Nous avons eu des grid boys, ça a été critiqué. En Autriche, nous avons fait suivre les pilotes par des enfants et ça a été critiqué. On ne pourra jamais satisfaire tout le monde et nous vivons dans une société moderne où il faut être ouvert à tout."

"Les femmes jouent un grand rôle et comme le dit ma femme, la force féminine est solide en F1. Nous avons beaucoup de femmes à des postes élevés dans notre équipe et elles font un travail incroyable. On peut aussi regarder Claire Williams, qui arrive à combiner le fait d'être une jeune maman tout en dirigeant l'équipe Williams."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.