En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 11 Janvier 2018

Sauber s'est battu pour sauver son équipe en 2016
Les heures sombres de l'équipe Sauber ont eu lieu ces dernières années, lorsque l'équipe s'est retrouvée à court d'argent au printemps 2016. A ce moment-là, elle pointait au dernier rang du classement constructeurs et des doutes commençaient à s'élever quant à sa capacité à finir la sasion

"La situation était très tendue pendant longtemps" se remémore Peter Sauber. "Nous nous sommes battus sur tous les fronts, encore et encore, en réussissant à éviter le pire. Au printemps 2016, Longbow Finance a montré un intérêt envers Sauber Group et la vente s'est faite rapidement!"

Les nouveaux propriétaires, emmenés par Pascal Picci, ont littéralement sauvé l'équipe. Peter Sauber en dit plus quant aux motivations de celui qui l'a remplacé, et qui semble assurer l'avenir entier du groupe Sauber.

"Durant les négociations pour la vente, j'ai appris à connaître et apprécier Pascal Picci, PDG de Longbow Finance. Il n'est pas seulement intéressé par l'équipe de Formule 1 mais aussi par le groupe dans son ensemble, avec les entreprises Sauber Aerodynamik et Sauber Engineering."
source: Nextgen-Auto.com

Brown veut que McLaren retrouve son prestige
McLaren a perdu de sa superbe depuis cinq ans, date de la dernière victoire ramenée à Woking. Le moteur Honda a coûté cher en réputation à l'équipe, même si les échecs de 2013 et 2014 étaient imputables au châssis conçu par McLaren.

Depuis 2015, c'est le moteur qui pose problème, tandis que le châssis ne cesse de progresser, d'année en année. Zak Brown ne laisse plus de répit à ses troupes et veut voir son équipe bien placée cette saison.

"Nous sommes l'une des grandes équipes et nous devons revenir à l'avant" explique l'Américain. "Nous n'avons pas posé d'objectif car c'est dangereux, nous venons de terminer à la neuvième place du championnat et je peux promettre que l'on fera mieux. A vrai dire, nous voulons être à l'avant."

"Nous pensons que notre voiture sera compétitive et je pense que l'on verra Fernando [Alonso] et Stoffel [Vandoorne] lutter l'un contre l'autre, ce qui sera intéressant, tant qu'ils ne se sortent pas de la piste! J'espère que l'on pourra se battre pour des podiums, et si possible pour la plus haute marche."

Brown reste toutefois réaliste quant à l'avance que possèdent les trois équipes de pointe: "Mercedes, Ferrari et Red Bull sont des équipes géniales qui ont des budgets élevés qui pourraient d'ailleurs être revus à partir de 2021, mais c'est encore loin. Nous allons donc les chasser et espérer que le champagne finira par couler."
source: Nextgen-Auto.com

Prost juge les protagonistes au titre de la saison 2017
Pour beaucoup, les trois pilotes les plus en vue cette saison ont été Lewis Hamilton, Sebastian Vettel et Max Verstappen. Les deux premiers se sont battus pour le titre tandis que le troisième à été plus rapide et plus mature, ce qui lui a permis de remporter deux courses.

"Ce sont trois grands talents de la F1" reconnaît Alain Prost dans les colonnes d"Auto Plus'. "Certes, ils ne se sont pas tous les trois bagarrés pour le titre, mais il est vrai que Verstappen reste un sujet à lui tout seul. Tant qu'un pilote ne s'est pas battu pour un titre, on ne peut pas le juger comme les autres. Courir pour être champion, c'est un autre métier: regardez Vettel et Hamilton, et leur expérience."

"Les choses auraient pu se passer différemment. Pour Vettel, il y a Bakou. Regardez aussi les images de Singapour. Seb va un peu sur la gauche, Kimi [Räikkönen] vers la droite. Max aurait pu lever le pied un quart de seconde en estimant que l'instant était très chaud mais il ne le fait pas."

"Et puis comparez la gestion du championnat de Lewis et de Mercedes. Jusque tard dans la saison, l'écart était extrêmement faible et c'est là que tout pouvait basculer."

Prost réfute que la Mercedes ait été plus rapide que la Ferrari sur l'ensemble de la saison: "En parlant strictement des performances globales des machines, j'ai l'impression que la Ferrari était au moins l'égale de la Mercedes."

Ce qui n'était pas le cas de la Red Bull, du moins en début de saison, et qui a empêché l'équipe autrichienne de se mêler à la lutte. Le moteur Renault, peu fiable cette saison, n'a pas aidé à progresser.

"En premier lieu, la voiture n'était absolument pas dans le coup au début de la saison. Mais l'équipe a un atout exceptionnel, elle est la seule à être capable de refaire une voiture en cours de saison, totalement ou presque. De ce point de vue, c'est assez impressionnant."

"Et puis, du côté du moteur Renault, il en manquait sans doute un peu aussi. Donc, d'un côté comme de l'autre, l'équipe ne pouvait se battre pour le titre."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly veut de la fiabilité pour les essais de Barcelone
Pierre Gasly ne voit pas d'un mauvais œil l'arrivée de Honda avec Toro Rosso, pour qui il pilotera à temps complet cette saison. Néanmoins, le Français insiste sur un seul point: la fiabilité.

Pour lui, elle devra être présente dès les essais hivernaux car il y aura énormément de travail pour adapter le moteur et développer la voiture en conséquence, ce qui oblige à faire de nombreux kilomètres.

"Les essais seront très chargés et nous aurons beaucoup de travail avec notre nouveau partenaire moteur" explique Gasly. "Le plus important sera de prouver que nous avons une voiture fiable afin de boucler un maximum de tours."

"Cela nous permettra de mieux comprendre la voiture, le moteur, et de préparer les évolutions de l'ensemble. Il n'y a que huit jours d'essais avant l'Australie et ce n'est vraiment pas beaucoup."

Avant cela, il sera déjà à pied d'œuvre pour travailler avec son équipe dans moins de trois semaines: "Début février, je vais aller à l'usine de Faenza. Je vais déjà faire le moulage de mon baquet pour la voiture 2018 mais il y aura plus à faire de ce côté, et l'on va s'assurer que tout sera prêt pour les premiers essais de Barcelone."
source: Nextgen-Auto.com

La F1 veut satisfaire tous ses fans et améliorer la place des femmes
Liberty Media a recruté un directeur du Marketing pour établir les besoins de la Formule 1. Les premières constatations suite aux enquêtes menées permettent d'établir le profil type des fans de Formule 1.

La première bonne nouvelle pour l'avenir de la discipline, c'est qu'elle semble intergénérationnelle, avec toujours autant de jeunes intéressés pour la découvrir puis la suivre.

Parmi les fans de F1, 83% sont habitués à faire des achats sur internet et 50% reconnaissent acheter des produits des marques dont la publicité est faite pendant les Grands Prix.

Les fans de F1 passent environ deux heures par jour sur les réseaux sociaux. L'importance du numérique en Formule 1 est l'une des raisons qui ont poussé Liberty à travailler sur un système d'abonnement pour regarder directement les courses sur la plateforme de la discipline, et qui devrait entrer en fonctionnement cette année.

La place des femmes reste toujours minime en Formule 1, les hommes étant deux fois plus à même de s'y intéresser, toujours selon le même sondage. L'image des femmes, notamment au travers des grid girls, n'y est pas toujours valeureuse, mais Murray Barnett veut trouver un compromis et non les supprimer purement et simplement.

"Nous nous sommes engagés à nous occuper du problème concernant les grid girls, afin qu'elles soient plus proches de la compétition, et non qu'elles ne fassent que tenir un panneau et rester debout à côté des voitures" explique-t-il.

"Nous voulons les intégrer totalement à notre programme et changer la perception de leur implication dans notre sport. Nous n'avons pas encore trouvé précisément ce rôle mais nous sommes conscients qu'il faut que nous modernisions notre approche."

Enfin, la question est toujours de savoir si des femmes parviendront à piloter en Formule 1 dans le futur, tandis que l'idée d'une discipline 100% féminine a été accueillie très froidement.

"Le débat fait rage pour savoir si nous devrions avoir une compétition séparée pour les femmes ou si nous devrions garder une mixité et laisser les femmes tenter leur chance, comme c'est le cas depuis toujours."

"Il y a de nombreuses femmes à des postes haut placés en F1 donc la situation n'est pas aussi moche que ce qui a été dit, mais il y a définitivement de la place pour faire mieux."
source: Nextgen-Auto.com

Brown est convaincu que halo sera mieux intégré à l'avenir
Le HALO n'a pas beaucoup de défenseurs dans le paddock de la Formule 1. Précisément, c'est sur le plan esthétique qu'il est moqué et décrié, tandis que beaucoup reconnaissent son apport sur le plan sécuritaire.

Néanmoins, certains y voient la possibilité de le faire évoluer avec le temps pour mieux l'intégrer au design des monoplaces. C'est le cas de Zak Brown, qui estime qu'on est loin d'avoir vu le HALO dans son élément.

"Il se développera avec le temps et son apparence aujourd'hui n'est pas la même que dans cinq ans" explique le directeur de McLaren. "J'espère qu'il deviendra plus intégré car actuellement, il semble avoir été posé sur la voiture."

"Avec le temps, il pourra être un peu mieux intégré à la voiture, plus joli visuellement. Cela compromet l'environnement du pilote mais c'est aussi une possibilité commerciale supplémentaire, donc ce n'est ni un avantage, ni un inconvénient."

Brown révèle que la FIA réfléchit à une utilisation plus pratique du HALO en termes d'affichage, plutôt que de le laisser inutilisé à des fins commerciales. Les équipes peuvent en peindre l'extérieur pour y associer un sponsor, ce qui l'intégrerait encore mieux visuellement, mais il pourrait aussi servir à des fins plus utiles.

"La Formule 1 a envisagé de le rendre en quelque sorte numérique, donc je pense que nous l'utiliserons comme tel. Il pourrait servir comme d'écran d'affichage défilant, comme on voit à la bourse."

"Il pourrait servir à diffuser des messages, ou à faire des choses dans ce genre. Il y a des règles avec ce qui peut être fait du HALO et ce qui ne peut pas être fait. On ne peut pas peindre l'intérieur car ça distrairait les pilotes."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull relativise l'impact de l'interdiction de sa suspension active
Red Bull faisait partie des équipes qui ont été sommées de changer leur système de suspension par une directive de la FIA parue en fin de saison dernière, interdisant que celles-ci soient intelligentes.

En effet, Red Bull utilisait un système capable d'abaisser la voiture en courbe afin de créer plus d'effet de sol pour générer plus d'appui sur l'arrière de la voiture, ainsi que d'abaisser son centre de gravité dans le même temps.

Contrainte de revenir à une suspension passive, Red Bull ne devrait pas être top affectée, bien qu'elle était l'équipe la plus en avance sur le développement de ce système.

"Notre compétitivité n'en sera pas limitée" a déclaré Helmut Marko, qui explique que Red Bull souhaite se battre avec Mercedes et Ferrari "dès le début de saison."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo reconnaît les progrès récents de Verstappen
Daniel Ricciardo et Max Verstappen entretiennent une très bonne relation d'équipiers depuis 2016, date à laquelle le Néerlandais l'a rejoint chez Red Bull. Depuis, il a gagné trois courses et Ricciardo en a remporté deux.

L'Australien admet que son équipier a grandement progressé mais ne s'en avoue pas surpris: "Max a progressé entre 2016 et l'année dernière. Je ne dirais pas que c'était une surprise car il a toujours été talentueux mais il a clairement progressé et je pense que l'on va s'amuser l'année prochaine."

Il sait qu'il doit travailler sur des progrès à effectuer lui-même et prévient qu'il donnera tout pour être au meilleur niveau sur l'ensemble des courses de la saison 2018, mais aussi des séances de qualifications, où il était en retrait l'an dernier.

"J'ai fait de belles courses mais j'aimerais que les 20 soient parfaites, et ce n'était pas le cas. Je donne toujours de mon maximum chaque année mais je veux faire encore mieux cette saison. J'étais satisfait la saison dernière mais j'ai encore des progrès à effectuer."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat va travailler essentiellement en simulateur pour Ferrari
Daniil Kvyat a été annoncé hier comme pilote de développement de Ferrari. La Scuderia l'a engagé aux côtés de Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen. Le Russe sera littéralement chargé du développement puisqu'un porte-parole confirme aujourd'hui que son travail sera essentiellement axé sur le simulateur.

"Le rôle de pilote de développement est normalement associé avec le travail en simulateur" explique ce porte-parole. "Les principales activités en piste sont couvertes par les autres pilotes."

La nouvelle de son recrutement a toutefois été une grande surprise pour beaucoup de monde, à commencer par le présentateur finlandais Toni Vilander, qui comprend toutefois les raisons de son recrutement et se demande si Kvyat ne cherche pas une voie d'accès chez Sauber ou Haas.

"Il apportera une expérience valable à Ferrari et il était encore pilote la saison dernière" explique-t-il. "Son management a peut-être pensé que c'était la bone solution, même si le simulateur n'améliore pas les capacités d'un pilote."

"Il ne devrait pas rester pilote d'essai longtemps car l'objectif de tout pilote est la course. Ce sera toutefois difficile pour lui, mais il pourra peut-être trouver le soutien de certains sponsors."
source: Nextgen-Auto.com

Kubica paie son manque de performance à Abu Dhabi
Williams doit toujours annoncer la signature de Sergey Sirotkin dans les prochains jours, et diverses voix s'élèvent pour confirmer ce fait. Parmi elles, le journaliste Andrew Benson, de la 'BBC'.

Ce dernier a annoncé que Williams avait choisi Sirotkin suite aux essais d'Abu Dhabi, après des performances peu convaincantes de Kubica lors de ceux-ci. Il en dit aujourd'hui plus afin de justifier ses propos.

"L'équipe m'a dit que les résultats sur la piste étaient la principale raison pour avoir signé Sirotkin et il s'est avéré que les essais d'Abu Dhabi ont été déterminants" explique Benson.

"Kubica n'a jamais réussi à progresser en performance lors de ses relais avec des pneus performants. J'ai aussi su que Robert a dit aux dirigeants de l'équipe qu'il avait des problèmes pour s'adapter aux Pirelli, et Williams a décidé que leur situation ne laissait aucune place au risque."

Pour lui, c'est malheureusement que le signe que "Kubica ne reviendra jamais en Formule 1" suite à ce nouveau revers. Les sponsors ont joué un rôle certain dans cela mais Benson assure que c'est surtout les performances de chacun qui ont poussé Williams à décider.

"Robert avait la possibilité d'amener environ 8 millions d'euros mais Sirotkin apportait au moins le double. En réalité, l'argent n'est qu'un bonus pour un pilote. Si Kubica avait été deux fois meilleur que Sirotkin, il serait dans la voiture. Personne ne semble se rappeler que Renautl a arrêté de travailler avec Robert pour la même raison que Williams."

"Cela semble méchant, mais ce sont les faits. Presque tout le monde dans le paddock voulait voir Robert de retour sur la grille, c'est l'un des plus grands talents gâchés de l'Histoire de ce sport. L'impact médiatique aurait été énorme pour Williams et aurait ramené de nouveaux fans à la F1, c'est pour cela que la FIA a appuyé sa candidature."

Le journaliste l'assure, Williams est consciente des critiques à venir et n'a pas pris cette décision de gaieté de cœur: "Ce n'était pas simple. Ils sont maintenant critiqués dans le monde entier et certains disent que le duo Stroll / Sirotkin est le pire que Williams n'ait jamais eu."

"Ont-ils raison? Le temps nous le dira. Mais lorsqu'il s'agit de prendre des décisions, la F1 ne laisse aucune place aux sentiments" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Le futur Grand Prix du Danemark est en bonne voie
L'arrivée d'un Grand Prix du Danemark au calendrier de la Formule 1 se précise de jour en jour. Chase Carey a rencontré ce mercredi les principaux acteurs d'une éventuelle course et aimerait que la première édition se tienne en 2020.

"Nous sommes ravis de l'opportunité à explorer d'une potentielle course ici" explique Chase Carey.

"Nous avons beaucoup parlé de l'importance que doivent avoir nos évènements, en se tenant dans des endroits iconiques sur la planète, qui suscitent l'intérêt du monde entier. Et Copenhague représente le genre d'endroit qui peut amener une belle plateforme."

Liberty Media veut faire de certaines villes des destinations phares de la Formule 1 et cherche à développer tous les marchés bien placés, à commencer par l'Europe du Nord.

Le projet est soutenu par un consortium local mené par Helge Sander, un ancien ministre, et Lars Seier Christensen, co-fondateur de Saxo Bank et de Midas. Ce dernier est aussi l'un des soutiens de Kevin Magnussen.

"Ils ne voient pas cette opportunité comme Copenhague uniquement, mais comme l'ensemble de la Scandinavie, qui représente un marché potentiel pour eux" a déclaré Christensen au sujet de Liberty.

Il reste quelques obstacles de taille à franchir toutefois, notamment le financement de la course. Les promoteurs souhaiteraient un premier contrat de 3 ans seulement.

"Notre but est plutôt d'avoir des partenariats à long terme", admet Carey.

Le gouvernement semble prêt à soutenir le projet, le ministre de l'industrie du Danemark, Brian Mikkelsen, était présent lors de la réunion.

"C'était une très bonne réunion avec Chase Carey. Le gouvernement danois est intéressé par l'arrivée d'évènements sportifs majeurs et la Formule 1 en fait définitivement partie. J'ai dit à Chase que le gouvernement soutenait ce projet et que nous étions prêts à en discuter le volet économique. Mais nous ne financerons pas la plus grande part."

Alors quelle est la chance de voir arriver la F1 au Danemark? Carey reste prudent.

"Je ne dirai rien à propos de cela, à quel point nous en sommes proches parce qu'il y a beaucoup de villes qui nous intéressent dans le monde. Copenhague est cependant une ville spéciale, il y a une opportunité de faire quelque chose pour que cela soit gagnant-gagnant pour tout le monde."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull possède plusieurs options pour son futur moteur
Le contrat liant Red Bull à Renault arrive à son terme fin 2018 et il se pourrait que l'équipe autrichienne doive trouver un nouveau partenaire. Célèbre pour le flot de critiques qu'elle a envoyé envers Renault, Red Bull a refroidi Mercedes, qui refuse une collaboration.

Ferrari possède déjà deux clients importants et n'envisage pas de s'ouvrir à une troisième équipe, mais Christian Horner est convaincu que son équipe disposera de plusieurs options en attendant l'éventuelle arrivée d'Aston Martin en 2021.


"La bonne nouvelle est que nous avons plusieurs options, ce qui n'a jamais été le cas auparavant" déclare le directeur de Red Bull. "Nous prenons notre temps pour les évaluer et nous essaierons de prendre une décision qui sera réfléchie au maximum durant la saison à venir."

Il reconnaît évidemment que beaucoup de regards se porteront sur Toro Rosso, qui étrennera le moteur Honda pour la première fois. Si les résultats sont présents, Red Bull pourrait montrer un intérêt pour le bloc japonais.

"C'est une très bonne chose pour Toro Rosso. Honda possède un fort héritage en Formule 1 et ils ont le désir et l'ambition de réussir. En tant qu'écurie sœur, nous garderons un œil intéressé sur leurs progrès durant la première moitié de saison."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.