En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 10 Février 2018

'Je me sentais vulnérable et exploitée', lance une ancienne grid girl
Les grid girls s'étaient jusque là exprimées en faveur de leur métier, regrettant qu'on leur enlève cette chance sans même leur demander. Toutefois, le métier est aujourd'hui critiqué par Melinda Messenger, ancienne grid girl devenue présentatrice TV en Grande-Bretagne.

"Je me sentais vulnérable et exploitée, mais je l'acceptais comme partie du boulot" lance-t-elle. "Je me résignais à me dire que ça faisait partie du boulot. Je ne pense pas que j'étais capable de réaliser ce qu'il en était, à mon âge de l'époque."

Elle envisage difficilement que sa fille puisse un jour vouloir faire le même travail, qui était une partie de son travail de top model, mais assure qu'elle la soutiendrait si elle venait à s'engager dans cette voie.

"En toute honnêteté, je ne voudrais pas qu'elle prenne ce chemin dans la vie. Si elle le voulait, je soutiendrais ses décisions. Cependant, elle se rebelle contre ses parents, comme tout enfant. Elle ne veut rien avoir à faire dans ce genre de travail et elle veut travailler dans la conservation marine."

"Je suis également consciente que la perception des femmes en est affectée, très subtilement parfois, moins subtilement en d'autres occasions, par des rôles comme celui-ci qui nous ont été donnés et que nous devons jouer. Il est important que ça change."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo s'est étonné de la prolongation rapide du contrat de Verstappen
Daniel Ricciardo n'a pas encore de contrat pour la saison 2019 et a toujours clamé son intention d'avoir un aperçu des performances de Red Bull pour 2018 avant de potentiellement prolonger son engagement avec l'équipe autrichienne.

De son côté, Max Verstappen a déjà signé jusqu'en 2021. Red Bull a tenu à conserver dans ses rangs le jeune prodige qui était convoité par Ferrari et Mercedes. Son équipier reconnaît avoir été surpris de l'anticipation de cette signature.

"Elle m'a semblé arriver tôt" explique Ricciardo qui reconnaît avoir pensé que son équipier avait touché une belle augmentation. "Mais je ne veux pas dire que c'est une question d'argent, ça donne une mauvaise image de lui et je ne sais pas si c'est le cas."

Malgré son étonnement, il ne s'inquiète pas de rester chez Red Bull face à un pilote qui a déjà assuré son avenir dans l'équipe et considère Red Bull comme totalement impartiale.

"J'en plaisante mais j'étais surtout étonné par le timing et je pensais que son contrat était déjà plus long d'une année que le mien. "C'est un peu rapide de signer un nouveau contrat avec un an d'avance. C'est trop tard si on attend le mois d'octobre, mais je dirais que mars ou avril, après quelques courses, on commence à savoir où on en est."

"D'un point de vue personnel, je n'étais pas inquiet et je n'ai pas pensé que l'équipe se rangerait du côté de Max. Beaucoup de monde m'en parlé mais je n'y ai jamais cru. De la manière dont je vois les choses, l'équipe a toujours été heureuse pour l'un de nous quand nous avons gagné et je n'ai jamais senti qu'ils auraient préféré que l'un ou l'autre gagne."
source: Nextgen-Auto.com

L'organigramme de Sauber travaille en toute transparence
Lorsque Fred Vasseur est arrivé chez Sauber, Longbow Finance était propriétaire de l'équipe depuis près d'un an. Néanmoins, la gestion de l'équipe était confuse et c'est ce qui a poussé les propriétaires à remanier cet organigramme qui est devenu bien plus simple.

"Il n'y a pas de secret, Sauber appartient à Longbow Finance, et il y a un board dirigé par Pascal Picci, le Pdg de Longbow" décrit Vasseur pour 'Auto Plus'. "Nous travaillons ensemble et tout s'accomplit très rapidement entre nous deux. Nous nous parlons tous les jours, ce qui favorise la flexibilité et la prise de décisions."

"C'est une excellente solution en F1 par comparaison à des écuries où le maniement des actionnaires est beaucoup plus lourd. En période de restructuration comme la nôtre, avec des accords type Honda, Ferrari, Alfa Romeo et avec le choix des pilotes, cette rapidité est un atout extrêmement précieux."

L'ancien propriétaire de l'équipe est son fondateur, Peter Sauber, qui a pris beaucoup de recul ces dernières années. Le Suisse a créé des bases solides qui ont permis à son équipe de vivre durant 25 ans au plus haut niveau. Il est encore très présent dans l'esprit de l'équipe.

"D'abord, il y a toujours son nom" analyse Fred Vasseur, expliquant l'importance de Peter Sauber à Hinwil. "Je lui suis très reconnaissant de son côté entrepreneurial car c'est un peu ma vie aussi. Je le vois de temps en temps."

"Il ne vient pas de lui-même. Il faut aller vers lui, il faut l'inviter. Je lui ai dit que tant que nous l'écurie porterait son nom, il était légitime qu'il soit ici chez lui. Peter Sauber, c'est forcément une histoire."
source: Nextgen-Auto.com

Piquet Jr voit Alonso remporter les 24 heures du Mans
Fernando Alonso va tenter un double programme entre F1 et WEC (World Endurance Championship) cette année dans le but de gagner les 24 heures du Mans. C'est aujourd'hui un de ses anciens équipiers qui estime que l'Espagnol est largement capable de gagner l'épreuve.

"Alonso a un fort caractère et il veut absolument tout, il ne sait pas partager" a déclaré Nelson Piquet Jr, son équipier chez Renault en 2008 et 2009. "Parfois, un grand pilote doit être comme ça, et c'est un grand pilote."

"Il y a plus de dix ans, il était champion, mais c'est encore l'une des plus grandes stars de la F1 et il gagnera Le Mans. Ils vont changer une date pour la course de Fuji et ils veulent en tirer parti, ce que je ferais les yeux fermés."

Piquet tire un bilan impressionné de la manière dont son ancien équipier aborde les sports mécaniques et relève des défis aussi variés et difficiles les uns que les autres.

"Je respecte sa détermination de courir à Indianapolis, Daytona et Le Mans, ce qu'il ne fait pas pour la gloire mais juste parce qu'il aime cela. Il est également très intelligent, ce que l'on peut voir notamment par ses différents casques selon les séries. C'est commercial et cela lui permet de vendre plus de répliques."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren apprécie de travailler avec un motoriste enfin expérimenté
McLaren a changé de partenaire moteur l'an dernier et les bénéfices seraient déjà visibles sur la feuille des temps virtuelle: l'écurie anglaise a assuré avoir gagné une seconde rien qu'en passant de Honda à Renault.

Il est un autre gain dont McLaren profite en ce moment: travailler avec un partenaire moteur qui a davantage l'expérience de la F1 moderne, permet de bénéficier de plus de retours d'expérience et de plus de confiance dans le développement.

"La grande différence, c'est que lorsque vous parlez avec tous les gars chez Renault, ils ont fondamentalement beaucoup plus d'expérience" confirme Matt Morris, le directeur de l'ingénierie de McLaren. "Ces gars sont en F1 depuis beaucoup plus longtemps que ceux de Honda, et c'est juste un fait. C'est ce qui nous a permis de réussir l'installation du moteur si rapidement."

"Nous avions beaucoup de questions. 'Très bien, nous avons deux semaines pour faire ça, nous avons besoin de tous ces renseignements dans les prochaines 24 heures'. Et nous obtenions ces renseignements parce que Renault est simplement habituée à fournir des équipes ayant changé de partenaire moteur et voulant ce genre d'informations. C'est probablement la plus grande différence pour le moment: leur expérience."

"C'est aussi vrai pour leur usine à Viry. Elle est juste plus mature que l'usine Honda. Elle n'a peut-être pas autant de belles souffleries, mais ils ont juste plus d'expérience. Nous sommes à Viry en ce moment, nous travaillons en soufflerie avec eux et encore une fois, ce n'est pas comparable [avec Honda]. Prendre notre boîte de vitesses, et la placer à l'arrière du moteur, fut vraiment facile, et bien sûr, très utile."

McLaren avait l'habitude avec Honda d'avoir un moteur taillé pour son châssis. Désormais, il faut composer avec d'autres écuries clientes. Tim Goss, le directeur technique de la partie châssis, avoue qu'il aimerait déjà apporter quelques changements à ce moteur dans le futur...

"Oui bien sûr, et Renault nous écoute. Nous avons fait quelques changements de notre côté, c'est simplement qu'en si peu de temps, quand nous essayions d'installer le moteur dans la voiture, nous manquions de temps pour reconfigurer un si grand nombre de choses. Mais bien sûr, c'est un moteur très différent, avec un design différent et nous avions besoin de repenser notre manière de travailler. Pour 2019, nous discutons déjà avec Renault et Viry, pour voir dans quelle mesure ils peuvent s'adapter."
source: Nextgen-Auto.com

L'accord avec Honda offre enfin visibilité et stabilité à Toro Rosso
Les relations de Toro Rosso avec ses motoristes sont marquées par une grande instabilité ces dernières saisons. En 2015, l'écurie italienne était cliente de Renault, avant d'adopter des V6 Ferrari vieux d'un an pour la saison 2016. En 2017, Toro Rosso est revenue à des moteurs Renault contemporains.

Cette année, Toro Rosso va connaître un nouveau changement de partenaire moteur puisque la petite Scuderia sera engagée avec Honda. Cependant ce changement devrait être le dernier avant plusieurs années pour l'écurie, engagée sur la base d'un contrat de trois années avec les Japonais.

Selon James Key, le directeur technique, cette prévisibilité à plus ou moins long terme est un atout précieux pour Toro Rosso, notamment pour lui permettre d'atteindre son objectif: la cinquième place du classement des constructeurs.

"Nous ne disons pas que nous ne voulons pas finir 5ème cette année bien sûr. Nous voulons avoir autant de succès que possible avec nos partenaires de chez Honda, et ils ont faim de succès eux aussi. Donc nous allons pousser très fort cette année."

"Mais je pense que ce contrat nous donne, à nous et à Honda, une très bonne période de stabilité. C'est vraiment important. En particulier si vous avez un peu de retard à rattraper. Vous pouvez alors dresser un plan de long terme, vous pouvez dégager des priorités un peu plus facilement aussi."

"Nous devons nous rappeler que Toro Rosso a eu un business model assez unique d'une certaine manière, puisque nous avons eu trois moteurs différents en trois ans! Ce ne fut le cas de personne d'autre, et souvent, nous avons changé de moteur très tard dans la saison, donc c'est extrêmement dérangeant. Cela nous coûte très cher aussi. Vous ne pouvez dresser de plans pour le long terme dans ces conditions."

"Bien sûr, cette situation peut s'expliquer pour des raisons parfaitement valables. Mais nos concurrents n'ont pas souffert d'une telle instabilité."

Il faudra ainsi s'attendre à ce que Toro Rosso progresse plus linéairement de saison en saison. Les discussions avec Honda ont d'ailleurs d'ores et déjà commencé pour 2019.

"Maintenant nous avons l'opportunité d'avoir une telle stabilité" poursuit James Key. "Nous pouvons dresser des plans pour le long terme. Nous savons bel et bien le moteur que nous allons avoir en 2019 et 2020, donc nous pouvons mener de manière précoce des discussions techniques avec Honda."

"Nous avons déjà discuté des directions du travail à mener pour 2019 par exemple, et nous pourrons trouver bien plus tôt une solution beaucoup plus optimale pour l'intégration du moteur dans la voiture, et ainsi de suite. Donc pour nous cela fait une immense différence."

Le meilleur résultat de Toro Rosso en championnat reste une 6ème place au classement des constructeurs, obtenue en 2008, grâce notamment à une victoire de Sebastian Vettel en Italie.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso va être plus rapide en F1 grâce au WEC, assure McLaren
En plus de son engagement avec McLaren en F1, Fernando Alonso disputera toute la saison du WEC avec Toyota en 2018. N'est-ce pas trop pour un seul homme? L'Espagnol ne risque-t-il pas de disperser son énergie avec un calendrier aussi chargé?

Matt Morris, le directeur de l'ingénierie de McLaren, ne croit pas une seconde à cette thèse. Pour lui, Fernando Alonso va profiter de cette double expérience et cela se verra sur le chronomètre.

"Fernando se porte à merveille. Si vous tirez le maximum de Fernando alors qu'il est heureux et que faire toutes ces choses le rend plus heureux encore, alors je pense que nous en bénéficierons, c'est mon opinion. Je ne pense pas qu'il sera fatigué ou quelque chose comme ça. Il va être davantage motivé et pour moi, ça équivaut à du temps au tour en F1."

Zak Brown, le directeur exécutif de McLaren, précise que Fernando Alonso sera loin de se distraire et de se changer les idées en endurance.

"Qu'aurait fait Fernando durant ces week-ends de toute façon? Il n'aurait pu tester de F1, il n'aurait pas été dans notre simulateur. Il ne peut faire qu'un nombre limité de choses. Il nous donne tout ce dont nous avons besoin sur le front de la F1 donc durant ces autres week-ends, il aurait pu faire du karting, du golf, ce qu'il veut... Et donc il va juste être dans une voiture Toyota pour le WEC."

"Il sait dans quoi il s'embarque. Il est incroyablement bien préparé. Il est allé courir aux 24 Heures de Daytona et ensuite a fait un test dans le simulateur pour Toyota. Il est de retour pour se battre à l'avant et je pense qu'il est un athlète très spécial qui peut faire des choses qui probablement nous épuiseraient. Je ne pense pas qu'il les ferait s'il ne savait pas qu'il pourrait y arriver tout en restant au plus haut niveau de compétition."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo sait que Red Bull n'attendra pas indéfiniment
Parmi les pilotes sans contrat après la saison 2018, Daniel Ricciardo est de loin celui qui a le profil le plus intéressant. L'Australien attend quelques mois avant de décider de son avenir, notamment selon les performances de Red Bull en début d'année.

Néanmoins, il assure ne pas faire un complexe de supériorité et comprend bien que les équipes devront prendre une décision, avec ou sans lui, à un moment. Mais il se montre satisfait que cette situation soit arrangée par Red Bull qui ne lui met aucune pression... pour le moment.

"Je ne veux pas considérer que je suis le gars qui a toutes les cartes en main et que tout le monde va attendre mon appel" précise l'Australien. "J'ai parlé rapidement avec Red Bull depuis la fin de saison mais ils ne m'ont pas donné d'ultimatum ni demandé de signer un contrat."

"Ils sont très gentils et comprennent ma situation ainsi que le fait que je veuille voir où nous en sommes au début de la saison à venir. Je pense que j'ai autant de questions au sujet de mon contrat uniquement parce que Max a déjà signé le sien. Si ce n'était pas le cas, on ne me poserait pas autant de questions."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.