En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 16 Avril 2018

Boullier revient sur le week-end de McLaren
McLaren a encore marqué des points à Shaghai, grâce à Fernando Alonso et malgré un rythme en deçà des attentes, une nouvelle fois. Et une nouvelle fois, Alonso a tiré le meilleur parti d'une très bonne relance après la voiture de sécurité et d'un rythme de course bien meilleur qu'en qualifications.

"Ce fut une course difficile, comme attendu, mais nous avons pu montrer notre esprit combatif et ramener des points importants." explique Eric Boullier. "Fernando a pris un bon départ et était 11ème à la fin du premier tour. Il a réussi à garder un rythme solide par rapport aux autres, a tenu une bonne stratégie et a fait quelques beaux dépassements pour franchir la ligne au septième rang."

"De l'autre côté du garage, Stoffel [Vandoorne] n'a pas été aussi chanceux aujourd'hui. Il a pris un départ lent et s'est retrouvé en difficulté après avoir perdu plusieurs places. Il a toutefois bien réagi en faisant quelques dépassements difficiles et en gérant très bien ses pneus."

"En fin de course, alors que ses concurrents étaient chaussés de pneus plus tendres, il s'est bien battu dans le peloton malgré de vibrations difficiles à gérer. Il a tout donné pour finir 13ème mais c'était une journée difficile pour lui et nous espérons mieux à Bakou."

Boullier revient sur les stratégies de son équipe: "Nous avons choisi une stratégie à un seul arrêt aujourd'hui avec les deux pilotes, en sachant que notre gestion des pneus avait montré un bon potentiel. Malheureusement, nous avons été un peu malchanceux avec la voiture de sécurité car plusieurs voitures en ont profité pour s'arrêter."

"Nous avons donc combattu et fait preuve d'opportunisme afin d'utiliser toutes les forces de notre voiture à notre avantage afin de marquer six points de plus. Nous retournons désormais à l'usine après plusieurs semaines de voyage afin de nous préparer pour la prochaine course à Bakou."
source: Nextgen-Auto.com

Horner fait le parallèle entre Verstappen et Vettel en début de carrière
Christian Horner a reconnu que la série d'incidents dans laquelle est impliqué Max Verstappen en ce début de saison lui rappelle les jeunes jours de Sebastian Vettel chez Red Bull, notamment en 2010 lorsque l'Allemand avait été surnommé 'crash kid' par Martin Whitmarsh, alors directeur de McLaren, quand il avait percuté Jenson Button à Spa.

Max Verstappen multiplie les bourdes en ce début de saison. Tête à queue à Melbourne, accident en qualifications et accrochage dont il est responsable avec Hamilton à Bahreïn et en Chine, sortie de piste en voulant dépasser Hamilton puis un accrochage avec... Vettel!

"Je lui ai parlé après la course, il a immédiatement reconnu les faits et s'est excusé auprès de Sebastian" explique Horner. "Il l'a fait à la minute où ils sont sortis des voitures. J'ai parlé avec Sebastian aussi et il a apprécié que Max se soit excusé."

"Oui, il a fait quelques erreurs. Mais je me souviens, quand Sebastian était à un stade similaire de sa carrière, il n'était pas rare qu'il fasse des erreurs. Il aura appris beaucoup de ce week-end et il en fera bon usage lors des prochaines courses."

Horner ne veut pas remettre en question le talent de son pilote, qu'il juge toujours aussi performant: "Son talent est évident, son courage et son instinct de pilote ne sont pas en doute. Mais son jugement n'était pas bon, il a été trop impatient."

"Je suis confiant quant au fait que Max a un talent phénoménal. Il est assez intelligent pour reconnaître les choses sur lesquelles il doit travailler et je suis sûr qu'il y parviendra. Je sens que Daniel [Ricciardo] est dans une partie différente de sa carrière, là où Max est encore jeune et engrange de l'expérience."

Verstappen ayant écopé de 10 secondes de pénalité en course et de deux points de pénalité sur son permis, Charlie Whiting, le directeur de course, ne voit pas l'intérêt de s'expliquer avec Verstappen, comme il l'avait fait en 2016 après plusieurs incidents.

"Je pense que les commissaires ont joué leur rôle, je ne pense pas qu'il soit nécessaire de faire plus. Il a été puni pour les erreurs commises. Il est critiqué mais c'est pour cela aussi que les points de pénalité sont faits. Ils mettent en garde un récidiviste. Il a cinq points maintenant, il fera plus attention."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes cherche encore à dompter la W09 et les Pirelli
Les températures plus fraîches de Shanghai n'ont finalement pas profité aux Mercedes: pire, la W09 pointait à une demi-seconde des Ferrari en qualifications samedi dernier.

Ces performances en demi-teinte prouvent que Mercedes est encore loin d'avoir trouvé le mode de fonctionnement optimal de sa nouvelle création, rappelant en quelque sorte le comportement de "diva" de la voiture de l'an dernier.

"Il est clair qu'il nous reste encore beaucoup de choses à comprendre au sujet de notre voiture" a concédé Toto Wolff, un jour après la nouvelle défaite de Mercedes - qui n'a toujours pas remporté de Grand Prix cette saison.

"Tout le week-end ne s'est pas bien passé pour nous. Finalement, la réalité, c'est que nous avons manqué de rythme à chaque phase, en qualifications comme en course. La seule chose positive fut la course de Valtteri... Il est le seul à avoir fait un sans-faute"."

"Nous manquions de rythme. Ce n'est pas le niveau que nous espérions et que nous attendons. Finir 2ème et 4ème, c'est tout de même bien limiter les dégâts après une course délicate, et c'est un petit soulagement de voir que nous avons pris la tête du classement des constructeurs."

La W09 semble avoir du mal à placer les pneus dans leur bonne fenêtre de fonctionnement, un élément décisif dans la F1 de nos jours.

"Nous surchauffions nos pneus" concède Toto Wolff. "Nous ne sommes pas en bonne position. Parfois nous refroidissons trop les pneus, parfois nous les surchauffons."

"En F1 on ne peut rien régler rapidement. Nous avons vu que la compétitivité des écuries a rapidement évolué en trois courses et il est clair que nous avons encore beaucoup de choses à comprendre à propos de notre voiture, et pour trouver comment tirer le plus de performance des pneus."

"Aux essais de Barcelone et à Melbourne, les gens ont prédit que nous remporterions le championnat parce que notre voiture était très dominatrice. Mais après trois courses, ce n'est pas le cas."

Toto Wolff ne perd pas espoir et fait confiance à ses équipes pour redresser la barre ces prochaines semaines.

"Nous avons un groupe formidable de personnes, un groupe qui doit rester uni, calme, garder la tête froide et arriver avec des solutions. Nous avons traversé des moments difficiles ces dernières années et nous avons montré que nous avions le bon état d'esprit pour y répondre. J'ai une immense confiance dans nos employés."
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg - Nous sommes les meilleurs des autres mais encore loin du Top 3
Renault est sur les talons de McLaren pour jouer la 4ème place au classement des constructeurs en ce début de saison. L'écurie tricolore a ainsi été la plus performante des écuries du milieu de grille à Shanghai. Nico Hülkenberg, 6ème de l'épreuve et très régulier depuis Melbourne, s'est même offert le luxe de dépasser la Ferrari endommagée de Sebastian Vettel.

Même si le pilote allemand a profité de l'entrée en piste de la voiture de sécurité, il pense qu'il aurait obtenu un bon résultat de toute manière en Chine.

"C'était une course divertissante, notamment avec les dépassements au premier tour. Durant ce premier tour, tout le monde semblait avoir très peu d'adhérence et glissait tout le temps, des pilotes ont pris les trajectoires extérieures, y compris sans le faire exprès."

"Nous étions sur une stratégie à deux arrêts depuis le début, donc il fallait faire durer les pneus mais en même temps, pousser pour avoir un rythme soutenu. Et cela a fini par payer. La voiture de sécurité a bien sûr joué un peu en notre faveur, mais même sans elle, je pense que nous aurions été tout de même les meilleurs des autres en Chine."

Si Nico Hülkenberg reconnaît que son dépassement sur Sebastian Vettel était un peu artificiel, il se satisfait du niveau de compétitivité affiché par Renault en milieu de grille.

"Vettel était sur des pneus vraiment très usés et il était parti en tête-à-queue durant sa bataille avec Max Verstappen, donc ce dépassement n'était pas vraiment réel. Mais nous avons battu toutes les équipes du milieu de grille, avec une assez bonne avance. Le rythme était bon, pas si mauvais, mais nous avons toujours du travail à faire pour améliorer la voiture."

"Le package est bon, il est compétitif pour le milieu de grille bien sûr, mais nous sommes un peu trop loin des écuries de pointe. L'écart est un peu trop grand avec elles à mon goût, et c'est aussi ce que pense l'équipe. Mais nous travaillons très dur pour le réduire."

"Le milieu de grille est incroyablement serré avec Haas et McLaren. Parfois, la hiérarchie dépend un peu de la forme du moment ou de la chance... Mais nous ne sommes pas loin du compte. Nous sommes compétitifs et nous pouvons défier toutes ces écuries en milieu de grille."

Comme l'a prouvé Daniel Ricciardo sur sa Red Bull-Renault, le moteur français est capable de gagner des courses. Cela signifie que Renault - comme McLaren - souffrent du côté châssis, ajoute Nico Hülkenberg.

"C'était une course folle. Avec la voiture de sécurité et ceux qui sont restés sur une stratégie à un seul arrêt, c'était une bonne course, très divertissante."

"Red Bull a l'une des voitures les plus solides, surtout en rythme de course, et nous avons beaucoup de travail à faire pour les rattraper. Nous devons améliorer la voiture, l'aérodynamique, la suspension, les pièces mécaniques... Il y a beaucoup de choses à faire parce que c'est dans ces domaines qu'il nous manque encore beaucoup de choses."
source: Nextgen-Auto.com

Horner conseille à Ricciardo de rester chez Red Bull
La prestation de Daniel Ricciardo en Chine a impressionné le monde de la Formule 1 hier. La course de l'Australien a rappelé à ses rivaux à quel point il est un redoutable adversaire. Nico Rosberg, retraité depuis fin 2016, se remémore ses luttes contre le pilote Red Bull.

"Je me rappelle que je détestais qu'il soit derrière moi en course" se souvient l'Allemand. "Si j'étais lui, j'irais chez Ferrari. C'est la meilleure voiture actuellement et il sait qu'il peut battre Sebastian [Vettel]."

Son directeur, Christian Horner, n'est pas de cet avis et veut conserver les services de son pilote: "Je pense que Daniel est heureux où il est actuellement. Si nous pouvons continuer à lui donner une voiture comme celle qu'il avait à cette course, pourquoi irait-il ailleurs?"

Helmut Marko, consultant pour Red Bull et directeur du programme en F1, a également loué la performance de Ricciardo: "Daniel a été parfait. On peut voir qui peut dépasser et qui ne le peut pas. Max a été trop impétueux."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes a-t-elle atteint la fin d'un cycle de victoire?
Red Bull a connu en 2014 la fin de son ère de domination, entamée en 2010. Lors de l'arrivée des V6 turbo hybrides, Red Bull a été battue par Mercedes, dont la domination a été sans partage depuis. Mais cette saison, l'équipe allemande n'a pas remporté une seule des trois premières courses.

"Dans notre sport, il est inévitable que la victoire devienne plus difficile à atteindre à un moment, ou que l'on arrête de gagner" explique le directeur de l'équipe autrichienne, Christian Horner.

"Mercedes a une voiture très rapide et c'est fou qu'ils n'aient pas gagner une seule de ces courses. Mais globalement, notre sport est cyclique."

La situation de Mercedes n'est pas catastrophique selon Toto Wolff, qui assure que l'équipe doit "rester calme et résoudre les problèmes" , qu'il juge "très complexes, comme tout en F1."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg - Hamilton n'est pas en confiance cette saison
Valtteri Bottas, qui pointe au championnat à cinq points de son équipier et à 13 points de Sebastian Vettel après trois courses, a avoué qu'il viserait le titre cette année. Le Finlandais est satisfait de son début de saison, si l'on met son accident en qualifications à Melbourne à part.

"Oui c'est mon objectif, et c'est comme ça que je dois réfléchir" lance Bottas, qui semble désormais dans un meilleur état d'esprit qu'en 2017. "J'ai confiance en moi, donc c'est clairement l'objectif que je me fixe."

En contraste des bonnes performances du Finlandais lors des deux dernières courses, Lewis Hamilton a été à la peine à Bahreïn et en Chine. Le Britannique a été battu par Bottas en qualifications à deux reprises et a semblé en difficulté en rythme de course.

Toto Wolff ne remet pas en doute les capacités de son pilote, dont il estime qu'il passe simplement une période délicate: "Comme la voiture, il n'a pas été vraiment là ce week-end. Je pense toujours qu'il est le meilleur pilote, c'est juste que même les meilleurs ont des journées plus difficiles."

Un avis que partage l'ancien équipier de Hamilton et Champion du monde 2016, Nico Rosberg: "Il n'est pas en confiance, il commence à réfléchir et il fait des erreurs. Je suis curieux de voir s'il va revenir à Bakou."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton voit désormais Mercedes comme deuxième ou troisième force
Sèchement battue en qualifications à Bahreïn, et surtout à Shanghaï par Ferrari, Mercedes va arriver sur la quatrième course de la saison en n'ayant pas encore remporté une victoire. Du jamais vu depuis 2013, ce qui laisse dire à Lewis Hamilton que sa voiture est désormais loin d'être la référence.

"Il est évident après ce week-end que nous ne sommes pas les plus rapides" lance le Britannique. "Nous avons perdu de la performance depuis Melbourne et peut-être encore plus ce week-end. Nous sommes la deuxième, ou troisième équipe la plus rapide actuellement. Il y a des progrès à faire, mais ce n'est pas impossible."

"Je pense que ce qu'a montré l'équipe ces dernières années, c'est qu'elle sait rester unie et qu'elle continue à travailler, quoiqu'il arrive. Tout le monde, ici et à l'usine, va continuer à travailler aussi dur que possible. Nous avons beaucoup d'informations à traiter des deux derniers week-ends."

Battu deux fois de suite par Valtteri Bottas en qualifications, Lewis Hamilton conserve sa volonté de bien faire et a envie de se montrer en tant que leader dans l'équipe, y compris auprès des têtes pensantes de celle-ci.

"Je vais aussi pousser James Vowles et James Allison, Niki [Lauda] et Toto [Wolff], les encourager pour qu'ils sachent quelles zones de la voitures sont les plus faibles et qu'ils puissent eux-mêmes mettre la pression sur les départements liés et nous assurer que d'autres nouveautés arrivent. Il faut garder une pression constructive sur ces gars, mais ils sont déjà sous pression car ils veulent la victoire autant que nous."

Hamilton a toutefois repris huit points à Sebastian Vettel grâce aux faits de course, mais ne se voit pas comme favori à sa propre succession au championnat: "Qui sait ce que nous réserve la saison. Si cela continue comme ça, ce sera très difficile de gagner. Mais s'il y a une chance de finir devant, ce serait encore mieux car la saison aurait été encore plus compliquée."
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Ricciardo est au top de sa forme depuis deux ans
Christian Horner a certainement réalisé hier à Shanghai l'importance d'un pilote comme Daniel Ricciardo dans l'équipe. L'Australien a parfaitement maîtrisé sa deuxième partie de course et a dépassé en piste les trois leaders pour aller chercher la victoire.

Horner, qui souhaite le garder l'an prochain, essaie de montrer à son pilote qu'il serait préférable pour lui de rester chez Red Bull, et prend comme point de comparaison la stratégie appliquée en Chine à Kimi Räikkönen, que Ricciardo pourrait remplacer en 2019.

"Regarder la course de Kimi Räikkönen, je n'ai pas compris leur stratégie" explique Horner. "Je pense que Daniel est heureux dans son environnement. Si nous pouvons lui fournir une voiture comme celle de ce dimanche, pourquoi partirait-il?"

Horner compare ensuite les manœuvres de ses pilotes sur Lewis Hamilton. Max Verstappen a tenté la sienne à l'extérieur d'une courbe rapide tandis que Daniel Ricciardo a effectué son dépassement au freinage de l'épingle.

"Max avait l'avantage de l'adhérence, il était plus rapide. Il s'est retrouvé à l'extérieur et a décidé de rester avec Lewis, qui n'était pas parti pour abandonner dans ce virage. Hamilton a été pus généreux avec Daniel dans al zone de freinage, mais Daniel a choisi un meilleur endroit pour lancer son dépassement."

Le directeur de Red Bull félicite le vainqueur du Grand Prix de Chine pour le niveau qu'il affiche: "Il est au top de sa forme et il l'est depuis deux ans. Il a cet équilibre entre rapidité et expérience, et c'est l'un des meilleurs pour les dépassements."

"Son jugement est parfait en ce qui concerne les écarts, les freinages, et l'abord des courbes dans les manœuvres. Daniel a été clinique dans sa manière d'exécuter cette course et les dépassements. Il y a eu un dépassement sur Lewis Hamilton au virage 14, il est venu de très loin derrière, c'était impressionnant.. Il a simplement fait le boulot."
source: Nextgen-Auto.com

Whiting répond au rôle joué par la voiture de sécurité à Shanghai
Suite aux critiques de Sebastian Vettel quant au timing avec lequel la voiture de sécurité est entrée en piste, dimanche à Shanghai, Charlie Whiting a tenu à apporter des précisions. Le directeur de course justifie l'utilisation de la voiture de sécurité et son urgence.

"Si nous décidons d'utiliser la voiture de sécurité, c'est pour des raisons de sécurité et je ne regarde qui sera avantagé ou désavantagé" explique Whiting. "Nous avons attendu qu'il y ait un bon écart dans le trafic. Les débris étaient dispersés sur une large zone et j'ai voulu attendre jusqu'à ce que la voiture de sécurité ait les voitures derrière elle avant d'envoyer des commissaires en piste."

"Même avec des vitesses comme celle de la voiture de sécurité, je ne suis pas certain que ce soit sûr pour les commissaires. Je voulais m'assurer qu'il y avait un temps nécessaire pour qu'ils puissent s'en occuper, dans l'éventualité où ils devaient y retourner, qu'ils puissent attendre que le train soit passé pour y aller de nouveau."

Vettel a critiqué l'absence de voiture de sécurité virtuelle, qui aurait neutralisé la course au bon moment, mais Whiting explique que le bon sens prévaut et que la direction de course n'a pas le temps de se pencher sur chaque cas.

"C'est un peu un mystère pourquoi c'est devenu le centre de l'attention. Nous avons la voiture de sécurité virtuelle depuis 2015 tandis que la voiture de sécurité est là depuis 20 ans. Nous savons qu'il y a des gagnants et des perdants à chaque intervention."

"Si nous devons attendre et voir qui sera avantagé et comment nous devons procéder de manière à ce que tout le monde le soit, c'est une perte de temps que nous ne pouvons pas nous permettre et ce n'est pas notre travail."

Whiting termine enfin sa justification par des propos qui devraient soulever des réactions: "Les commissaires sont exposés quand ils sont en piste. Je sais qu'on ne roule environ qu'à 30% du vrai rythme de course, mais c'est assez rapide et je ne suis pas sûr que l'on puisse totalement faire confiance aux pilotes pour faire ce qu'il faut."
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso et Honda ne comprennent pas le manque de performances
La journée de Toro Rosso a été très compliquée à Shanghai, hier, après avoir montré un déficit de performance en course et n'avoir eu que l'accrochage entre les deux pilotes de l'équipe comme fait d'arme retransmis à la télévision. Franz Tost commence d'ailleurs ses déclarations sur un autre sujet.

"Tout d'abord, félicitations à Red Bull Racing pour cette victoire fantastique" déclare-t-il. "C'était une décision fantastique du point de vue de la stratégie et Daniel Ricciardo a saisi sa chance. Il a tout contrôlé pour aller chercher la victoire."

"Malheureusement, les performances de nos Toro Rosso ont été mauvaises. Nous avons eu des difficultés dès le début du week-end et nous étions près du fond de grille, tandis que la course ne nous a pas permis de trouver un bon rythme."

"S'ajoute à cela la collision entre nos deux pilotes à cause d'un problème de communication, et c'est très dommage. En fin de course, un souci a été détecté sur la boîte de vitesses de Brendon et il a dû abandonner. Nous devons maintenant trouver les raisons de ces mauvaises performances pour être plus compétitifs à Bakou."

Du côté de Honda, le constat est aussi évident que les résultats de l'équipe, comme l'explique Toyoharu Tanabe: "Après une belle course à Bahreïn la semaine dernière, nous avons vécu un week-end plus difficile à Shanghai et le résultat reflète ces difficultés."

"Du côté du moteur, tout s'est bien passé, mais notre rythme n'était pas suffisant et il est regrettable que nos deux voitures se soient accrochées. Après trois courses en quatre semaines, nous pouvons travailler sur tout ce que nous avons appris."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen n'était pas en faute à Bahreïn, selon Horner
Christian Horner a tenu à corriger les propos de Max Verstappen, qui ont été mal interprétés selon lui, au sujet de son accident de Bahreïn. Horner explique que la faute n'est pas due à son pilote et que la version de ce dernier, selon laquelle il aurait eu 150 chevaux supplémentaires d'un coup, a été mal traduite.

"C'est le problème de ces citations, on fait une déclaration dans une langue et le temps que ça passe par l'Allemand jusqu'au Néerlandais, c'est une histoire différente" lance le directeur de Red Bull.

"On m'a demandé si son accélérateur était resté bloqué. Non, il n'est pas resté bloqué. Nous avons avions de mauvais passages de vitesses à cet endroit, ce qui était un problème de notre côté, pas du côté de Renault."

"Cela a causé un passage de vitesse brutal et vu que Max était sur le vibreur, cela a causé l'accident. Il n'a rien d'autre. Max est-il en faute? Non, hormis le fait qu'il était dans la voiture."

Horner confirme que la télémétrie de la voiture est encore en train d'être examinée: "Il a eu un changement de vitesses raté et nous cherchons toujours à comprendre ce qui l'a causé. Mais ce n'est pas de la faute de Max, c'est certain."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.