En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 16 Mai 2018

A Barcelone, Pirelli a bien progressé sur ses pneus prévus pour 2019
Pirelli avait un programme très chargé à Barcelone, mené toutefois sans problèmes.

Les Italiens ont pu comparer les gommes normales à celles utilisées lors du Grand Prix lors de ces deux journées d'essais, mais ont aussi bien progressé dans le développement des pneus pour la saison 2019.

"Les premiers essais organisés en cours de saison ont offert aux écuries une nouvelle opportunité de tester les pneumatiques, les évolutions de leur monoplace, ainsi que des pilotes, dans la foulée et dans les mêmes conditions que le Grand Prix d'Espagne", commente Mario Isola, Responsable Pirelli F1.

"Il fut donc possible d'effectuer des comparaisons directes, et notamment une très approfondie entre le pneumatique disposant d'une profondeur de bande de roulement réduite - utilisée lors de l'escale espagnole le week-end dernier - et le traditionnel. Ces tests ont permis de confirmer que le choix effectué pour le Grand Prix était le bon et nous avons ainsi de nombreuses données utiles à analyser pour le futur."

Bien entendu Pirelli était aussi concentré sur ses propres essais pour la prochaine saison.

"Parallèlement, nous avons été en mesure de poursuivre, durant ces deux jours, le programme de développement des gommes 2019 avec McLaren et Force India. Nous nous préparons à produire les pneumatiques destinés à la saison prochaine et nous avons pu progresser dans différents domaines."

Pour le manufacturier italien, ces deux jours ont été effectués sans souci particulier.

"La fiabilité fut au rendez-vous, il n'y eut quasiment pas de drapeaux rouges, et les écuries ont pu récolter de nombreux datas dans des conditions représentatives. Au contraire des précédents tests réalisés à Barcelone, où la neige fut de la partie...", rappelle Isola.

"Le meilleur chrono de cette séance est à mettre à l'actif de Valtteri Bottas, chaussé des gommes supersoft. Les hypersoft ont également pris la piste, et ce n'est pas anodin, car ils débuteront dans quelques jours dans le cadre du Grand Prix de Monaco."
source: Nextgen-Auto.com

Un peu malade, Giovinazzi s'est tout de même amusé à bord de la Ferrari
Antonio Giovinazzi est passé de la Sauber à la Ferrari en ce 2ème jour d'essais à Barcelone et l'Italien, qui a complété 135 tours hier et 148 aujourd'hui, a manqué de peu de signer le meilleur temps du jour avec la SF71H.

Cependant le plus gros défi de Giovinazzi a été la fatigue mais aussi la maladie!

"C'était une journée épuisante, après les 135 tours d'hier. Je suis en plus tombé un peu malade hier soir et ce matin, mais ça s'est plutôt bien passé, j'ai pu rouler jusqu'à la fin."

"Presque 300 tours en deux jours, c'est énorme mais je me suis vraiment amusé. Je n'avais pas roulé en essais privés depuis Abu Dhabi. Mais le programme était intéressant chez Sauber comme chez Ferrari. Aujourd'hui, j'ai pu tester pas mal de choses et plusieurs gommes."

"Le test a été productif aujourd'hui", ajoute-t-il. "Ferrari a pu récolter vraiment beaucoup de données pour corréler tout ça en simulateur et éliminer les problèmes. Rouler à bord de la Ferrari est toujours un privilège et, malgré mon état de santé, je me suis vraiment amusé."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas a testé de 'gros changements de réglages' sur sa Mercedes
Mercedes a conclu les essais de Barcelone comme le Grand Prix d'Espagne, en tête, avec Valtteri Bottas qui a signé le meilleur temps, pour quelques centièmes toutefois à peine devant la Ferrari d'Antonio Giovinazzi.

Le Finlandais a eu une journée productive aussi pour l'équipe allemande, avec 139 tours couverts.

"Aujourd'hui ça a été une journée vraiment intéressante parce que nous avons pu dérouler un bon programme, très complet, sans problème. Nous avions une bonne base avec les réglages trouvés ce week-end et nous l'avons utilisé pour tester de plus gros changements de ce côté par rapport à ce qu'on ose faire pendant un week-end de course", explique Bottas.

"Nous avons aussi récolté des informations sur les pneus, parce que nous aurons encore un asphalte similaire au Paul Ricard et à Silverstone. Je me suis en tout cas bien régalé au volant aujourd'hui et j'ai hâte d'être à Monaco maintenant."
source: Nextgen-Auto.com

Près de 140 tours pour Leclerc à Barcelone
La deuxième journée de tests sur le circuit de Barcelone s'est très bien passée pour Sauber.

Charles Leclerc a en effet pu compléter 139 tours et il a su réaliser une superbe performance en se montrant régulier et finissant à la 7ème place avec un temps au tour de 1'18"993.

Le programme de la journée a été varié avec différents tests sur l'aérodynamisme, du travail de réglage mécanique et des tests de pneumatiques.

Ce deux derniers jours ont permis à l'écurie suisse de pouvoir faire un test de comparaison des pneus de 2018, pour la première fois dans des conditions représentatives, dans la mesure où les conditions météo difficiles des tests hivernaux avaient limité le temps de roulage.

Le Monégasque se montre content du travail réalisé à l'issue des tests. Les fruits de ce travail vont pouvoir permettre d'encore mieux comprendre la voiture et d'en extraire le meilleur à l'avenir.

"Ce fut une journée de tests productive pour nous. Je me suis senti à l'aise sur la piste, dans la mesure où nous avons déjà passé pas mal de temps ici cette saison - durant les tests hivernaux et durant le Grand Prix du week-end dernier, et à présent, avec le troisième test de la saison."

"Nous avons essayé divers réglages de la voiture et nous avons testé de nouvelles pièces aérodynamiques. Ce fut également intéressant de piloter sur différents types de mélanges de gommes et j'en ai appris bien plus sur leur comportement."

"Je suis évidemment satisfait du grand nombre de tours que nous avons complétés. Nous avons collecté beaucoup de données et nous allons pouvoir être en mesure d'apprendre de tout cela et d'appliquer ce nouveau savoir pour les courses à venir."
source: Nextgen-Auto.com

Aitken a eu 'une expérience incroyable' au volant de la Renault R.S.18
Renault F1 a conclu les deux journées d'essais d'intrasaison de Barcelone avec Jack Aitken. Le troisième pilote et pilote de réserve de l'équipe s'est installé pour la première fois au volant de la R.S.18 sur le Circuit de Barcelona-Catalunya.

Sur le tracé de 4,7 km, il a bouclé le plus rapide de ses 128 tours en 1'18"942. Le programme visait à lui permettre de prendre ses marques avant d'enchaîner des relais de longueurs variées tout en effectuant des évaluations aérodynamiques et mécaniques.

"Aujourd'hui, j'ai vécu une expérience incroyable en pilotant pour la première fois une F1 contemporaine. J'ai appris plus vite que prévu et je suis rentré assez facilement dans le rythme ce matin", commente Jack Aitken.

"C'était une journée chargée avec un programme bien rempli, axé sur des relais de longueurs diverses et différentes évaluations. Nous l'avons accompli, ce qui a permis à l'équipe et à moi-même d'en apprendre beaucoup tout au long de la journée. Dans l'ensemble, c'était une journée fantastique avec de nombreux tours au compteur et beaucoup de données à analyser."

Alan Permane, Directeur sportif, explique que "notre programme était semblable à celui d'hier, la seule différence étant que Jack devait découvrir la voiture."

"Ce matin, il s'est rapidement mis dans le bain avec des temps réguliers et d'excellents retours. Au fil de la journée, nous avons commencé plusieurs relais sur divers types de gommes afin de voir leurs longévités, sans oublier les évaluations classiques des items aérodynamiques et mécaniques. Une nouvelle journée productive en somme!"
source: Nextgen-Auto.com

Jake Dennis s'en est bien sorti pour sa 1ère fois dans la Red Bull RB14
Jake Dennis était l'invité surprise de ces essais de Barcelone. Le pilote en GT Blancpain soutenu par Red Bull officie aussi dans le simulateur de l'équipe de F1.

Le jeune Britannique de 22 ans a pu découvrir en réel la RB14 aujourd'hui, sur 75 tours, même s'il est resté assez loin des meilleurs chronos.

"Ma première journée à bord de la RB14 s'est vraiment bien passée", tient-il à souligner.

"Evidemment, c'est un énorme pas en avant par rapport à ce à quoi je suis habitué en GT, mais je me suis habitué à la vitesse et à l'adhérence assez rapidement et nous avons réussi à boucler tout le programme prévu."

"La séance du matin s'est déroulée plutôt tranquillement et puis dans l'après-midi j'ai réussi à effectuer beaucoup de tours, ce qui est bien. Cela a été sympa de changer un peu certaines choses sur les réglages pour me donner une véritable représentation de la différence entre le simulateur et la vraie vie."

"Donc nous avons un peu de choses sur lesquelles travailler à Milton Keynes pour aider Max et Daniel et de rendre cela encore plus réaliste pour eux. Mais globalement, je suis super heureux, un grand merci à l'équipe de m'avoir donné cette opportunité, et j'espère que je serai de retour dans la RB14 très bientôt!"
source: Nextgen-Auto.com

Une bonne journée pour Vandoorne à Barcelone
Contrairement à la veille, Stoffel Vandoorne était à bord de sa McLaren MCL33 pour des tests qui n'étaient pas destinés à son équipe mais à Pirelli.

Le Belge a pu compléter un programme complet rapidement, en l'arrêtant au milieu de l'après-midi avec presque 100 tours couverts.

"Ce fut une bonne journée aujourd'hui et nous avons bouclé beaucoup de tours sur une période relativement courte", commente-t-il ce soir.

"Nous avons testé pour Pirelli afin de les aider à développer leurs pneus, mais ce fut aussi bon pour moi de revenir dans la voiture et d'avoir à faire face à différents changements sans ajuster les réglages, et cela a été vraiment un exercice utile."

"Rouler aujourd'hui a aussi été précieux étant donné que j'ai été en mesure d'avoir un peu senti la comparaison entre les gommes, car je suis retourné à celles de cette année ensuite. Cela signifie que j'ai pu voir parfaitement les progrès des pneus et leur incidence sur les performances de la voiture."

Evidemment Vandoorne a pu aussi sentir davantage les progrès des nouvelles pièces apportées à Barcelone par McLaren, même si ce n'était pas le but du jour.

"De notre côté, les améliorations se sont comportées comme elle le devaient, et j'ai vraiment senti que nous avons fait un pas en avant le week-end dernier."
source: Nextgen-Auto.com

Catalogne J2 - Bottas et Mercedes concluent les essais en tête
Valtteri Bottas signe la meilleure marque de la seconde et dernière journée d'essais organisée sur le Circuit de Barcelona-Catalunya dans la foulée du Grand Prix d'Espagne. Déjà en tête à la mi-journée avec un chrono de 1'16"904 réalisé en pneumatiques Super-Tendres, le Finlandais de Mercedes n'améliore pas sa marque dans l'après-midi mais conserve les commandes devant Antonio Giovinazzi.

L'Italien, qui avait roulé mardi sur Sauber où il occupe le rôle de réserviste, effectuait ce mercredi sa première sortie officielle au volant de la Ferrari SF71H habituellement pilotée par Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen. Chaussé des gommes Hyper-Tendres qui seront utilisées pour la première fois à Monaco le week-end prochain, Giovinazzi échoue à 68 millièmes de la référence de Bottas mais l'ancien vice-champion GP2 Series se montre le plus assidu en piste avec 148 tours bouclés.

Lando Norris complète le tiercé de tête avec une McLaren MCL33 équipée de pneus Tendres. L'actuel leader du championnat F2 a toutefois rencontré un "problème mineur" à la sortie des stands, dixit l'écurie, ce qui l'obligea à immobiliser sa monoplace sur le tracé dans l'après-midi, après être déjà parti en tête-à-queue le matin.

Trois jours après son beau Grand Prix d'Espagne conclu à la 6ème place, Kevin Magnussen s'adjuge le 4ème meilleur chrono à bord de la Haas VF-18. Le Danois a causé le deuxième drapeau rouge de l'après-midi en raison d'un souci qui l'a limité à 75 révolutions du tracé catalan.

Pilote de développement chez Force India, Nikita Mazepin, qui a lancé sa carrière en GP3 Series avec une belle victoire samedi dernier, termine 5ème avec le composé Hyper-Tendre. Le Russe est suivi de Jack Aitken, réserviste Renault et vainqueur de la deuxième course F2 du week-end barcelonais. Pour sa première au volant d'une monoplace de F1, le Britannico-Coréen engrange 120 tours et décroche sa meilleure marque avec le pneu Médium.

Charles Leclerc se classe 7ème pour Sauber, devant Robert Kubica qui relayait Oliver Rowland chez Williams et avait déjà roulé vendredi dernier lors des essais libres du Grand Prix. Pierre Gasly suit au 9ème rang après avoir remplacé Sean Gelael dans la journée chez Toro Rosso. Le Français a eu le temps de boucler 39 tours et devance Stoffel Vandoorne (McLaren) qui menait des tests pour le compte de Pirelli.

Invité surprise de la semaine avec Red Bull, Jake Dennis, qui évolue habituellement dans le simulateur de l'équipe de Milton Keynes, finit 11ème à 3"5 du temps de référence. Suivent Gelael et Nicholas Latifi, également au service de Pirelli sur la Force India ce mercredi. (voir les résultats)
source: AUTOhebdo.fr

Grosjean - Je n'ai pas de contrat pour 2019
Romain Grosjean espère vite rebondir après cinq courses sans aucun point, suite à de la malchance mais aussi des erreurs de sa part.

Pour cela il peut compter sur une bonne voiture, la Haas F1. Mais cette voiture sera-t-elle performante tout au long de la saison?

N'y a-t-il pas un risque de voir la VF-18 stagner cette année si ses ingénieurs concentrent leurs forces sur le modèle 2019?

"Ça risque de se produire assez rapidement", concède le Français au journal 'L'Equipe'.

"Il va falloir qu'on tranche et qu'on sache où vont nos priorités. Je n'ai pas de contrat pour 2019, donc bien évidemment que j'espère voir le développement de la Haas se poursuivre en 2018."

A propos de 2019 et des nouvelles règles aérodynamiques, Grosjean admet être d'accord avec Vettel quand il a appris que ça ralentirait les voitures d'une à deux secondes au moins.

"Sebastian l'a regretté, je suis d'accord avec lui. On annonce des voitures qui iront deux secondes moins vite l'an prochain, c'est pas bandant."

Alors, pour améliorer le spectacle, "on n'a qu'à nous donner de meilleurs pneus, on pourra suivre la voiture devant nous et doubler le mec. Il nous faut des pneus qui nous permettent de glisser un peu. Et qui ne partent pas en cacahuètes si on va dans le sale."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas est satisfait de son début de saison mais veut faire mieux
Valtteri Bottas est ravi de ses performances en ce début de saison. Hormis un Grand Prix d'Australie raté à cause d'un accident en qualifications, le Finlandais a signé trois deuxièmes places en cinq courses, et aurait gagné à Bakou sans une crevaison, ce qui aurait pu lui faire 79 points enchaînés en quatre courses.

"Je pense que j'ai plus ou moins atteint mes objectifs de performance en ce début de saison" explique Bottas. "Je pense que j'ai pu continuer mes bonnes performances de la fin de saison dernière. Il n'y a pas franchement eu de week-end où j'étais hors du coup en performance, comme l'an dernier. Je pense avoir appris de cela. J'ai juste besoin de continuer mon développement, il y a toujours des choses à apprendre."

Il veut toutefois faire mieux en termes de résultats bruts mais ne s'inquiète pas outre mesure: "Je pense qu'il y a eu des courses mitigées et les résultats n'ont pas toujours été bons, en tous cas pas assez bons compte tenu de notre rythme. L'écart avec Lewis était important en Espagne mais il y a plusieurs choses qui ont affecté mes performances."
source: Nextgen-Auto.com

Williams situe le mal au niveau de son diffuseur
Alexander Wurz dispose d'un peu plus d'informations sur les problèmes de la Williams FW41, après le week-end du Grand Prix d'Espagne et la première journée des essais privés, hier.

L'ancien pilote de F1, président du GPDA, est revenu en tant que consultant pour l'équipe de Grove.

"Nous sommes maintenant certains qu'il y a un problème au niveau du calage des flux aérodynamiques. C'est la partie arrière qui pose le plus de soucis. Ce n'est pas l'aileron mais le diffuseur a priori. C'est là où nous perdons subitement de l'appui", explique-t-il.

"Nous avions rencontré ce type de problème l'an dernier mais pas à un tel degré. Maintenant, il y a une vraie perturbation, qui fait que la voiture perd d'un coup son adhérence. Les pilotes ne peuvent pas avoir confiance dans ces conditions."

"Mais comme je l'ai dit récemment, identifier le problème ce n'est que 10% de l'avancée à faire. Le résoudre sera notre plus grand défi ces prochaines semaines."
source: Nextgen-Auto.com

Brawn explique les nouveautés pour améliorer la diffusion
L'arrivée de Liberty Media aux commandes de la Formule 1 a eu un effet sur la retransmission des courses et leur réalisation. Ross Brawn, l'un des trois managers de la discipline, a expliqué les changements introduits cette année pour améliorer la qualité de diffusion.

"Nous avons de nouveaux angles de caméra et une nouvelle charte graphique que nous faisons évoluer, ainsi que des nouveaux graphiques qui ont permis de rendre le HALO moins intrusif à la télévision pour nos téléspectateurs et nos fans" explique Ross Brawn.

"Il y a un micro spécialement placé pour améliorer le son des moteurs et nous interviewons les pilotes immédiatement après la qualification, directement dans le vif du sujet. Nous le faisons aussi après la course, pour capturer les émotions des pilotes sur les écrans."

Brawn admet évidemment quelques couacs, à l'image du lancement raté de F1 TV Pro ce week-end, qui a été victime d'un grand nombre de problèmes techniques. Le service en direct avait déjà été retardé, pour des améliorations qui n'ont finalement pas été visibles en termes de stabilité.

"Le lancement ne s'est pas très bien passé. Je m'excuse auprès de nos fans mais nous amenons notre sport à un endroit où aucun de ces services n'existait, et nous y parviendrons" conclut Brawn.
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli prêt à rester en Formule 1 après 2019
Le grand patron de Pirelli, Marco Tronchetti Provera, était présent à Barcelone pour le Grand Prix d'Espagne et il affirme que la marque italienne est toujours très heureuse de son engagement en Formule 1.

L'Italien est prêt à répondre à nouveau à l'appel d'offres qui sera lancé l'année prochaine, pour les pneus de 2020 et après.

"Nous avons l'intention de rester en Formule 1, si les conditions économiques restent évidemment les mêmes", confie Tronchetti Provera.

"Si les coûts deviennent excessifs toutefois, il y a bien d'autres catégories qui nous passionnent. Nous pouvons continuer à nous engager dans d'autres courses tout autour du monde."

Tronchetti Provera salue en tout cas les réalisations de ces hommes jusque-là.

"Le travail de notre marque en F1 ces dernières années a été exceptionnel, notamment grâce au travail de nos ingénieurs dont les qualités sont reconnues par les pilotes."

"En Formule 1, nous travaillons tout d'abord sur la sécurité des pneus, et ensuite la performance. Ce sont nos deux guides."
source: Nextgen-Auto.com

Les batteries de la Ferrari au centre d'une nouvelle plainte?
L'innovation est mal récompensée, et Ferrari en fait les frais! La très originale SF71-H, rapide depuis le début de saison, a déjà été l'objet de plaintes contre ses rétroviseurs et contre sa consommation d'huile, mais les équipes pourraient rapidement, dès Monaco, se plaindre des batteries de la Ferrari.

En effet, il se murmure que l'équipe aurait réussi à gagner 20 chevaux en dérivant un capteur illégalement. Pour Niki Lauda, il y a beaucoup de zones d'ombre sur la monoplace rouge et il demande à la FIA de rapidement les éclaircir.

"Toute course durant laquelle subsistent les zones grises peut être une course perdue. La FIA doit clarifier ces questions sans réponse avant la course à Monte Carlo" a demandé le directeur non exécutif de Mercedes.
source: Nextgen-Auto.com

Catalogne J2 (mi-journée) - Bottas précède Giovinazzi
Après Romain Grosjean (Haas) et Max Verstappen (Red Bull) mardi, c'est au tour de Valtteri Bottas (Mercedes) de se distinguer aux avant-postes des essais privés de Barcelone (Espagne). Le Finlandais a signé le meilleur temps de la matinée du mercredi avec un tour en 1'16"904 en gommes super tendres.

A bord mardi de la Sauber, le vice-champion GP2 Series 2016 Antonio Giovinazzi s'est vite habitué à l'environnement de la Scuderia Ferrari puisqu'il termine la séance au deuxième rang, à seulement 68 millièmes de la Flèche d'Argent. L'Italien a même occupé la tête du peloton à 20 minutes de la pause déjeuner grâce à un train de pneumatiques hyper tendres.

Le Danois Kevin Magnussen (Haas) complète le tiercé de tête à distance respectable (+1"370). Le champion de la Formule 3 européenne 2017 Lando Norris place sa McLaren au quatrième rang (+1"923), devant le débutant Jack Aitken (Renault, +2"028). Le Sud-Coréen n'avait jamais piloté de Formule 1 en tests jusqu'à présent, tout comme Jake Dennis, 10ème avec la Red Bull (1'20"684).

Après sa participation aux essais libres du vendredi au Grand Prix d'Espagne, Robert Kubica (Williams) s'est intercalé au septième rang, entre Charles Leclerc (Sauber) et Nikita Mazepin (Force India), avec un temps de 1'19"253. (voir les résultats)
source: AUTOhebdo.fr

Les menaces de retrait de Ferrari s'éloignent peu à peu
Jean Todt a rappelé l'importance de Ferrari pour la Formule 1 et inversement, pour expliquer les raisons qui poussent les instances dirigeantes à caresser la Scuderia dans le sens du poil. Une tactique utile car les négociations semblent avancer positivement pour que Ferrari reste, sans pour autant oublier le reste du peloton.

"Ferrari est une marque légendaire" explique Todt, ancien directeur de la Scuderia. "Il y a plusieurs raisons à cela, à commencer par le fait que le sport est très important pour l'équipe. Ferrari profite de la course et la course profite à Ferrari. Je suis convaincu que si nous préparons un bon format, Ferrari continuera à s'intéresser à la F1."

"Nous devons toutefois faire quelque chose qui soit bien pour les dix équipes, pas pour une seule. Plus de la moitié des équipes est en difficulté, et ce n'est pas une bonne chose pour la meilleure discipline en sport auto. C'est pour cela qu'il faut faire quelque chose pour réduire les disparités entre les équipes."

Todt insiste évidemment sur les coûts très élevés, qui seront à l'origine du retrait du MGU-H en 2021: "C'est une technologie intéressante, mais elle n'est pas nécessaire pour que le championnat soit bon. Nous voulons simplifier les choses et par dessus tout, nous voulons surtout intéresser de nouveaux constructeurs. Nous sommes en chemin pour cela avec le règlement moteur."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren bientôt engagée en IndyCar et en LMP1?
McLaren pourrait ne pas courir seulement en F1 lors des prochaines saisons, mais également diversifier son activité en IndyCar et en LMP1.

Est-ce pour retenir Fernando Alonso, qui n'a pas caché son ambition de glaner la Triple Couronne? Ou est-ce tout simplement un moyen pour McLaren d'engranger des recettes supplémentaires et de mieux exposer la marque à l'international, notamment en Amérique du Nord?

Zak Brown a précisé, le week-end dernier à Barcelone, que l'introduction de budgets plafonnés, comme le souhaite Liberty Media, pourrait quoi qu'il en soit donner des marges de manœuvre supplémentaires à McLaren.

"Nous avons couru aux 500 Miles l'an dernier. L'Amérique du Nord est un marché important pour nous et nous sommes fans des courses IndyCar. Donc pendant que nous étudions à quoi ressembleront les budgets plafonnés, nous observons aussi d'autres formes d'engagement dans le sport automobile. C'est quelque chose que nous considérons."

En 2020-2021, après la super-saison actuelle, le WEC proposera de nouvelles règles pour la catégorie-reine, les LMP1, plus attractives pour des entreprises comme McLaren - les nouvelles règles seront plus proches des prototypes de série.

"McLaren a une longue histoire pour ce qui est de l'engagement dans d'autres catégories en sport auto" a rappelé Zak Brown, "comme en IndyCar ou au Mans, où nous avons déjà gagné. Concernant les nouvelles règles du WEC, nous participons aux réunions et nous étudions ce qu'il en ressort. Nous sommes un fan de la marque Le Mans."

"Nous considérerions la possibilité de rouler avec les nouvelles - peu importe comment ils les nomment - LMP1. J'ai entendu diverses expressions - GTP par exemple. Je pense que ce qui est excitant, c'est d'essayer de gagner dès votre première participation au Mans. C'est ce qui est le plus gratifiant pour une écurie de course."

Pour que McLaren diversifie à ce point ses activités, il faudra que les actionnaires suivent en mettant l'argent nécessaire. Zak Brown est plutôt confiant sur ce point.

"Ils aiment ces idées, si c'est financièrement viable, et que cela fait sens pour notre marque - et il faut que nous soyons compétitifs. Nos actionnaires sont un groupe de racers, et c'est donc très amusant de travailler avec eux."

"Concernant le projet 500 Miles d'Indianapolis l'an dernier, quand je leur en ai parlé et que j'ai dit qu'il était commercialement viable et que nous serions compétitifs, alors, nos actionnaires n'ont pas mis longtemps pour me dire 'C'est une idée géniale, allons-y'. Donc de ce point de vue c'est formidable de travailler avec eux."
source: Nextgen-Auto.com

La journée d'essais a fait du bien à Romain Grosjean
Quelques jours après une sévère déconvenue à Barcelone, Romain Grosjean était de retour au volant pour une journée d'essais, ce mardi en Catalogne. Le Français a bouclé 129 tours du circuit et a signé un chrono encourageant, roulant sans problème pour tester différentes choses, à commencer par les pneus.

"Ce fut une bonne journée, très productive, pour l'équipe" déclare Grosjean. "Nous avons fait beaucoup de kilomètres sans rencontrer un seul problème avec la voiture. Le circuit était un peu sale le matin. L'adhérence était faible car la piste fraîche. Cela a progressé et nous avons pu faire de bons roulages. Nous avons fait de bons essais avec la voiture."

"Nous avons appris beaucoup de choses au sujet des pneus et des réglages, ce qui n'est pas le cas le week-end de course. Le ressenti était très bon et je pense qu'il était important de me remettre en selle après n'avoir pu disputer le Grand Prix dimanche. C'était un bon feeling. J'espère que ça restera comme cela pour Monaco et le reste de la saison. Je suis très heureux du travail que chacun a fait en cette journée."
source: Nextgen-Auto.com

Rowland a marqué les esprits chez Williams pour ses premiers essais
L'équipe Williams est satisfaite de sa première journée d'essais privés à Barcelone, alors que la FW41 était confiée à un quatrième pilote. En effet, après avoir fait rouler les titulaires et Robert Kubica lors du week-end de Grand Prix, c'est à Oliver Rowland que l'équipe a confié la monoplace hier.

"C'était une très bonne journée" se félicite ce dernier. "Nous avons fait beaucoup de tours et réussi notre programme. C'est bien d'avoir mon premier roulage dans une F1. Globalement, l'équipe a appris des choses donc nous sommes satisfaits. Je me suis senti à l'aise dans la voiture et nous avons rapidement fait tomber les temps au tour."

"Je n'ai pas piloté aussi vite que je le pouvais car je ne pouvais pas prendre le risque d'avoir un accident, donc je n'ai pas trop attaqué. Nous avons fait beaucoup de choses sur les pneus en première partie de journée et c'était intéressant d'avoir un vrai ressenti. J'aimerais remercier Williams pour cette opportunité que j'ai appréciée et j'espère que mes retours aideront l'équipe à avancer."

Dave Robson, ingénieur principal de la performance de l'équipe, tient un discours similaire: "C'était une très bonne journée d'essais. Oliver a fait un peu plus de 120 tours, ce qui est phénoménal car il les a accomplis grâce à une énorme quantité de petits relais. La voiture a bien fonctionné et nous avons testé énormément de choses, ce qui nous donne beaucoup de données à travailler. Pour sa première journée d'essais avec nous, Oliver a fait un travail absolument superbe."
source: Nextgen-Auto.com

Renault et Red Bull vont ouvrir les discussions après Monaco
Après avoir été provoqué par Red Bull, qui a expliqué que les tractations avec Renault ne débuterait, à la convenance de l'équipe autrichienne, qu'en juin, le motoriste français a déclaré que les discussions débuteraient fin mai, après le Grand Prix de Monaco.

"Tout commencera fin mai, peu après Monaco" explique Cyril Abiteboul. "Nous n'allons pas mettre de date limite car ce n'est pas notre style. Mais nous ne pouvons pas repousser indéfiniment. Il y a une certaine urgence compte tenu du changement dans le règlement."

"Si Red Bull veut notre moteur, elle n'a qu'à nous le faire savoir. S'il n'y a pas d'accord, nous resterons avec Renault et McLaren, nous n'avons pas à fournir trois équipes."

Les discussions avec Red Bull seront un peu plus compliquées par le fait que Renault aimerait garder Carlos Sainz, pilote Red Bull, qui représente donc un point de pression: "Nous connaissons tous son contrat avec Red Bull."

"Nous sommes aussi au fait que s'il y a une volonté de tout le monde, il y a moyen de boucler cela. Nous discutons de tous types de problèmes avec Red Bull depuis 12 ans et je suis convaincu qu'il y aura plusieurs occasions de régler ce problème rapidement."
source: Nextgen-Auto.com

Jos Verstappen pointe le moteur Renault du doigt chez Red Bull
Red Bull continue à discuter avec Renault pour la poursuite, ou non, du contrat les liant pour la fourniture du V6 turbo hybride qui propulse les monoplaces autrichiennes. Un invité surprise semble s'être glissé dans l'équation en la personne de Jos Verstappen, le père de Max Verstappen.

"Je pense que la voiture a un meilleur potentiel que ce que nous avons vu jusqu'ici" lance-t-il. "En course, elle est fabuleuse, mais en qualifications elle n'est pas assez rapide. Renault ne semble pas capable de fournir une puissance supérieure comme Mercedes et Ferrari le peuvent en fin de qualification."

"Il semble que nous n'ayons aucune idée de la manière dont il faut régler le problème, c'est très frustrant. La position en qualifications est fondamentale puisque les dépassements des concurrents sont très compliqués avec ces voitures."

Verstappen semble, lui aussi, oublier que le moteur Honda fournit néanmoins quelques dizaines de chevaux en moins que le moteur Renault et ne possède pas non plus de mode spécial.

Pour ce qui est de l'identité du pilote qui accompagnera son fils l'an prochain, Jos Verstappen aimerait que Daniel Ricciardo reste: "Je sais que Red Bull aimerait garder Daniel. Il y réfléchit. Chez Ferrari, nous voyons que [Sebastian] Vettel est meilleur que [Kimi] Räikkönen. Chez Mercedes, [Lewis] Hamilton est meilleur que [Valtteri] Bottas."

"Mais chez Red Bull, la différence entre les deux pilotes est infime. Je vois cela comme un avantage pour Daniel et Max car ils se poussent l'un et l'autre et cela bénéficie aux deux" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Giovinazzi a effectué un roulage complet et utile pour Sauber
Antonio Giovinazzi a retrouvé le volant d'une monoplace de Formule 1 à Barcelone, et a accompli une journée en tant que pilote d'essais pour Sauber. L'Italien a terminé huitième après avoir parcouru 135 tours et a pu travailler sur la mécanique, l'aérodynamique, ainsi que sur les pneus hyper-tendres.

"C'était une très bonne journée pour moi" explique le pilote. "Je suis heureux d'être de retour dans la voiture pour la première fois depuis les essais libres 1 à Abu Dhabi l'an dernier. C'était une journée productive, nous avons testé différents réglages et de nouvelles pièces aérodynamiques, puis complété des relais sur différents composés pneumatiques. Je tiens à remercier Alfa Romeo Sauber F1 Team pour cet essai, j'ai adoré cette journée."

Sauber continuera ses essais demain avec Charles Leclerc au volant, tandis que Giovinazzi, lui, changera de combinaison et bouclera la journée d'essais pour Ferrari.
source: Nextgen-Auto.com

Gênée par la fiabilité, Toro Rosso n'a que peu roulé hier
Avec seulement 49 tours couverts, Toro Rosso est l'équipe qui a le moins roulé hier à Barcelone. Sean Gelael, le jeune pilote d'essais, a d'ailleurs réalisé le 12ème et avant-dernier temps. Il ne cache pas avoir rencontré des problèmes de fiabilité fort malvenus...

"Tout de suite, j'ai pu remarquer la différence entre la voiture de l'an dernier et la STR13, il y a beaucoup plus d'adhérence! Ce fut une journée un peu malheureuse pour nous en raison des problèmes que nous avons rencontrés, mais j'ai beaucoup appris et l'équipe a toujours beaucoup de données à analyser. C'est dommage de n'avoir pas pu faire plus de tours, mais c'est la course auto [sic] et nous espérons être plus productifs pour le deuxième jour des essais."

Jonathan Eddolls, l'ingénieur de course en chef, reconnaît que Toro Rosso était pourtant arrivée aujourd'hui avec un programme "extrêmement chargé avec beaucoup de choses à tester et essayer".

"Malheureusement, vers la fin de la matinée, nous avons eu un problème sur un radiateur qui a causé une très grosse fuite d'huile, et par précaution nous avons changé l'unité de puissance. Les mécaniciens ont fait un travail formidable pour faire revenir la voiture sur la piste. Mais Sean n'a donc pu signer un chrono représentatif."

"Il ne nous restait plus que 20 minutes avant la fin de la journée [après le changement d'unité de puissance], et nous avons alors fait un tour d'installation avant qu'un drapeau rouge limite notre roulage à seulement deux autres tours. C'est assez décevant de voir qu'un si simple problème avec un radiateur nous a effectivement coûté une demi-journée. Donc nous n'avons pas roulé autant que nous l'aurions aimé."

Masamitsu Motohashi, directeur technique adjoint chez Honda, comptait lui aussi "essayer de tester de nouvelles idées du côté de l'unité de puissance."

"Malheureusement, notre temps en piste fut limité puisque nous avons dû nous arrêter dans la matinée pour changer l'unité de puissance. Nous l'avons fait par précaution, puisque nous avons vu qu'un problème, lié au châssis, aurait pu endommager certains éléments de l'unité de puissance. L'un dans l'autre, nous avons collecté des données utiles avec 50 tours couverts [49]."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.