En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 10 Juin 2018

Gasly tout près des points, Hartley n'a rien sauf des regrets
Pierre Gasly avait écopé d'une pénalité de 10 places avant le Grand Prix en raison d'un changement d'unité de puissance. En partant de la dernière ligne, il s'attendait à connaître un dimanche difficile... Qui fut finalement un peu meilleur que prévu.

A la suite de sa pénalité, le Français a pu bénéficier d'un V6 Honda évolué, qui lui a permis de conclure la course à la porte des points. Pierre Gasly termine donc à la 11ème place, derrière Charles Leclerc qu'il a félicité après la course. Une position certes toujours rageante, mais le pilote Toro Rosso n'a clairement pas démérité à Montréal.

"C'est sûr qu'en partant 19ème, on finit tout de même 11ème, donc c'est une bonne remontée. Donc dans l'ensemble c'était une très bonne course. C'est sûr que c'est dommage d'échouer si proche des points. Il y a des moments où j'étais proche d'autres voitures, j'ai pas mal abîmé mes pneus, j'arrivais pas à dépasser, et du coup, mes pneus avant se sont complètement usés."

"Le prochain Grand Prix, c'est à la maison! J'ai très hâte! C'est un circuit que j'adore. Personne n'a trop d'expérience là-bas donc en tant que rookie, c'est une bonne opportunité. On va préparer ça du mieux possible, on sera beaucoup soutenus."

Au vu du rythme affiché par Pierre Gasly, Brendon Hartley peut nourrir des regrets. Mais le Néo-Zélandais, percuté par la Williams de Lance Stroll à la dérive, n'a rien pu faire pour éviter l'accrochage au premier tour. Au moins, le Néo-Zélandais est ressorti du choc 100% indemne, comme l'ont confirmé des tests médicaux.

"Je vais bien. Il m'a juste foutu dehors", a simplement commenté Brendon Hartley après son accident, visiblement amer envers Lance Stroll.

Après l'accident, le pilote Toro Rosso a été transporté à un hôpital voisin du circuit, par hélicoptère, pour subir des examens, dont deux tests d'électrocardiogrammes. Ces tests n'ont rien relevé d'anormal, et Brendon Hartley sera donc de retour en pleine forme en France.
source: Nextgen-Auto.com

Sirotkin et Williams touchent le fond... du classement
Sergey Sirotkin a terminé le Grand Prix du Canada en 17ème et dernière position. Le Russe a fait ce qu'il a pu, mais la Williams de cette année ne lui a jamais donné l'espoir de faire beaucoup mieux ce dimanche en course.

"Ce fut une course difficile", explique Sergey Sirotkin. "Le départ a été très difficile en pneus super tendres alors que mes adversaires avaient des pneus plus tendres. J'ai quand même gagné quelques positions. Ensuite, après la voiture de sécurité, j'ai eu du mal à me relancer avec mes pneus froids. Il a été impossible pour moi de me maintenir dans le même rythme que les autres."

"Nous avions la voiture la plus lente aujourd'hui, mais nous avons fait de notre mieux pour terminer la course malgré nos soucis. C'est notre niveau aujourd'hui et nous devons avoir l'honnêteté de le reconnaître", ajoute le pilote russe.

Pour tenter de sauver sa course, l'équipe Williams a décidé de faire rentrer Sirotkin assez tôt pour lui donner des pneus plus tendres, mais sans succès et c'est peu de le dire.

"Nous avons décidé de le faire rentrer plus tôt que prévu pour lui donner des pneus ultra tendres afin qu'il puisse aller jusqu'à l'arrivée avec eux", explique Paddy Lowe, le directeur technique de Williams. "Malheureusement, il semblait encore plus lent avec ces pneus. Nous savons que nous ne sommes pas du tout où nous devrions être et qu'il y a une montagne de travail qui nous attend. Nous travaillons beaucoup en coulisse afin de revenir plus fort et le plus tôt possible."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton est heureux d'avoir terminé le Grand Prix du Canada
Cinquième à l'arrivée du Grand Prix du Canada, sur un circuit qui lui est pourtant très favorable, Lewis Hamilton n'a pas tenu à déclarer l'état d'urgence chez Mercedes, mais a tenu à rappeler à ses ingénieurs la tâche qui les attend, alors que Sebastian Vettel a pris les commandes du classement.

"Il ne faut pas perdre le contrôle, juste continuer à faire ce que nous faisons, garder la tête baisser et rester motivés pour continuer à travailler, car Ferrari finira par vaciller", explique Hamilton.

"Nous devons continuer à mettre la pression, ce n'était pas le cas ce week-end, mais je vais m'assurer que nous reviendrons plus forts lors de la prochaine course. Ferrari a un meilleur ensemble. Ils ont fait un meilleur travail globalement et nous devons faire mieux."

Hamilton révèle que la perte de puissance de son moteur, notée en début de course, aurait pu mettre fin à sa performance bien plus tôt. Aussi, le Britannique relativise avec cette cinquième place: "Je suis heureux d'avoir fini car dès le début, j'ai eu une perte de puissance et mon moteur disait qu'il était trop haut en température, et je n'arrivais pas à le faire redescendre."

"Je pensais qu'il allait lâcher. Chaque tour, j'étais à la limite, en attendant que la puissance arrête totalement. Elle ne faisait que diminuer et revenir, et diminuer encore. C'est la septième course du moteur, il a bien vécu et j'aurais pu perdre encore plus de points aujourd'hui."

Le quadruple Champion du monde se montre toutefois énervé par le règlement, qui pénalise les pilotes qui utilisent plus de trois moteurs par saison, et plus de deux éléments au sein de ceux-ci: "J'espère qu'ils ne passeront pas à deux moteurs l'an prochain, ce serait ridicule."

"C'était plus amusant quand on avait un plus grand nombre de moteurs.. Le fait qu'une saison puisse se jouer à la fiabilité, ce n'est pas une chose que les gens veulent voir. On veut que ça se joue à la performance. Notre sport va dans la mauvaise direction selon moi."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean partait dernier mais finit devant Magnussen
Romain Grosjean a livré une belle prestation à Montréal aujourd'hui. Parti dernier après sa malheureuse casse en moteur en qualifications, le Français a réussi à battre son coéquipier Kevin Magnussen en course. Le pilote Haas est donc partagé entre regrets et satisfaction aujourd'hui...

"C'est sûr que la performance était là. Je le disais depuis les essais libres, la performance est là dans les voitures. On a essayé une stratégie différente, en restant longtemps en ultratendres. On avait un super bon rythme, d'ailleurs la Force India ne pouvait pas me doubler. Je pouvais suivre les Renault avec des pneus qui avaient quasiment 50 tours. Nous avions prévu de faire un long relais, mais pas autant. Il y avait seulement un peu de dégradation à l'avant."

"Après, on sort des stands, et on se retrouve avec des drapeaux bleus, dans le trafic et à partir de là, la course est foutue. Si les qualifications s'étaient déroulées comme espéré, j'aurais fini 7ème, pour sûr."

Romain Grosjean a également failli s'accrocher avec Esteban Ocon en rentrant aux stands. Le pilote Haas peut-il expliquer ce qui s'est passé dans ce moment chaud dans la course?

"Il m'a collé dans l'herbe, tout simplement, en fin de ligne droite. J'aimerais bien qu'il y ait quelques explications, car ce n'est pas normal de se faire coller à plus de 300 km/h dans l'herbe."

"Enlevez-moi l'éléphant noir que j'ai dans ma voiture, et ça ira mieux en France!"

De son côté, Kevin Magnussen peut être déçu: il partait à la porte des points et finit derrière son coéquipier...

"Ce n'est pas un week-end brillant. Nous pensions que partir 11ème était un bon résultat. Nous pensions que ce serait un avantage pour la course, puisque nous serions sur des pneus différents. Mais ça ne s'est pas vraiment confirmé. Je n'ai pas réalisé un premier tour formidable. J'ai été dépassé par une des deux Sauber. Elles ont pris vraiment un bon départ, et deux tours plus tard, il y a une Force India qui est partie en tête-à-queue, celle de Sergio Pérez, et je n'ai pu me rabattre à l'intérieur, donc j'étais à l'extérieur et Fernando Alonso m'a doublé car il était à l'intérieur. Les choses n'ont pas tourné en notre faveur aujourd'hui, c'est dommage. Je pense que la voiture était assez solide, surtout en supertendres. Le rythme était bon."

Haas n'a pas marqué de points ce week-end et reste scotchée à la 8ème place du classement des constructeurs. L'écurie américaine a de nouveau manqué de bonnes opportunités et Günther Steiner fronce donc les sourcils...

"Ce fut une fin décevante à un week-end décevant. Dame Fortune n'était pas de notre côté durant la course. La seule chose que nous pouvons faire, c'est attendre la prochaine course avec impatience. J'espère que nous réussirons à percer un jour et à montrer ce dont nous sommes capables."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo - La Spec B du Renault m'a fait perdre en souplesse de conduite
Super-star du Grand Prix de Monaco il y a deux semaines, Daniel Ricciardo a été plus discret ce week-end à Montréal. L'Australien a été battu en qualifications comme en course par son coéquipier Max Verstappen, mais a au moins repris deux points sur Lewis Hamilton.

Daniel Ricciardo a une explication pour justifier son week-end en demi-teinte: la spec B de Renault ne lui aurait pas autant souri qu'à Max Verstappen...

"Nous avons eu l'évolution ce week-end et la souplesse de conduite de ma voiture en a souffert, au niveau de la calibration. Oui, ç'aurait pu être mieux, disons cela... Je souffrais juste pour garder les pneus sous contrôle avec ce manque de souplesse de conduite. Je dirais que ça explique un peu notre inconstance aujourd'hui. Mais Max a aussi très bien conduit tout le week-end, donc je ne lui enlève pas cela."

Daniel Ricciardo avait dû également utiliser un vieux MGU-K à Montréal (pour éviter des pénalités), ce qui n'a bien sûr pas facilité sa tâche - son précédent MGU-K avait cédé à Monaco, en pleine course. Il a donc aussi limité les dégâts ce dimanche.

"Je suis assez heureux de ce week-end. Nous avons marqué de bons points. Je crois que nous avons gagné deux points au championnat parce que Lewis a été dépassé par Vettel aux points. Nous verrons ce qui arrive. Une pénalité sur le MGU-K nous affectera tôt ou tard, nous essaierons de l'éviter tant que ce sera possible."

"Je suis relativement satisfait de cette 4ème place. Nous avons fait tout ce que nous pouvions. Pour nous, ramener ces quelques points, c'est une petite victoire, et c'est beaucoup d'encouragement."
source: Nextgen-Auto.com

Pérez accroché par Sainz... et puis tout s'est compliqué
Sergio Pérez avait bon espoir de marquer des points aujourd'hui au Canada, mais dès la relance de la course après la voiture de sécurité, Carlos Sainz l'a un peu poussé hors de la piste. La course de Pérez a ensuite été bien plus compliquée que prévu...

"Cette course a été compliquée", commente Sergio Pérez, quatorzième à l'arrivée. "Nous avons pris un bon départ, mais nous n'avons gagné aucune position. Ensuite, la voiture de sécurité est très vite montée en piste et à la relance, j'ai dépassé Carlos Sainz dans le premier virage. J'étais vraiment devant lui."

"Au freinage, j'ai laissé assez de place pour que deux voitures puissent négocier le virage et je ne comprends pas pourquoi il m'a heurté. Lorsque vous laissez assez de place et qu'il y a quand même un accident, c'est que l'autre pilote est en tort. Je dois encore revoir les images, mais pour moi c'est quand même assez clair, car il y avait la place pour deux dans ce virage", ajoute le pilote mexicain.

Juste après l'incident, Sergio Pérez a dit à son équipe que Carlos Sainz méritait un drapeau noir mais la direction de course n'a pas suivi ce "conseil"...
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen de retour sur le podium pour faire oublier ses erreurs
Max Verstappen a signé son deuxième podium de la saison à Montréal, un mois après celui de Barcelone. Dominant en essais libres, le Néerlandais n'a pas commis d'erreur ce week-end et a réussi à aller chercher les 15 points de la troisième place, devant son équipier.

"C'était une bonne course", se félicite sobrement le pilote Red Bull. "Nous avons dû nous arrêter plus tôt à cause des pneus hyper-tendres qui étaient vraiment dans un sale état. Nous avions un très bon rythme en super-tendres et nous avons sans cesse réduit l'écart. Dans les derniers tours, nous étions très compétitifs."

"J'ai essayé de dépasser Valtteri [Bottas] à un moment, mais j'ai vu que c'était impossible. En rentrant tôt, il faut faire attention aux premiers tours pour ne pas surchauffer les pneus. Le rythme était très bon à un moment et l'équilibre était très bon lors du dernier relais. Je me suis lentement rapproché de Bottas et nous avons fini à quelques dixièmes, c'était une bonne course."

Est-il satisfait de sa course?

"Oui, je suis content de retrouver le podium évidemment."

On l'a senti un peu prudent sur le départ.

"Je ne voulais pas faire un 'French Kiss' à Valtteri. J'ai rapidement compris qu'il serait mieux positionné au virage suivant donc je n'ai pas insisté davantage."

"J'ai maintenant hâte d'être au Grand Prix de France, un nouveau circuit. Je vais aller travailler au simulateur et j'espère que nous pourrons jouer la victoire là-bas."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - C'est un résultat de merde pour nous
Mercedes n'a pas enregistré les résultats escomptés à Montréal, avec une deuxième place pour Valtteri Bottas et une cinquième pour Lewis Hamilton, qui avait pris le départ au quatrième rang, sur un circuit où il a déjà réalisé six fois la pole position.

Au terme d'un week-end compliqué par l'absence d'évolution du moteur, Toto Wolff a tenu des propos très durs et n'a même pas voulu tirer du positif de la deuxième place de son pilote finlandais, estimant qu'en aucun cas les dégâts avaient été limités.

"Pas du tout. C'est un résultat de merde pour nous", a déclaré le directeur de l'équipe. "Je dois le dire comme ça. C'est une piste qui est censée nous être favorable, mais nous avons fait des erreurs tout au long du week-end, et dès le départ."

"Mon sentiment, c'est que nous devons nous réveiller. Nous sommes passés derrière dans tous les aspects. C'est une piste sur laquelle nous aurions dû marquer un maximum de points. Ce n'était pas une question de devoir limiter les dégâts."

Le débriefing s'annonce très compliqué chez Mercedes, et Wolff laisse entendre que des décisions vont rapidement être prises: "C'est nécessaire. Nous allons voir cela en interne."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso espère avoir plus de chance au Mans
Fernando Alonso a pris son 300ème départ en F1 aujourd'hui au Canada, mais malheureusement pour lui, il n'a pas pu voir le drapeau à damier.

"J'ai ressenti une perte de puissance et je savais que j'allais être obligé de renoncer", explique Fernando Alonso. "Le plus important est que mon unité de puissance est saine et sauve et nous pourrons donc l'utiliser en France. C'est dommage car j'étais septième à Monaco et dixième ici et je manque les points par deux fois. J'espère que nous allons retrouver un bon niveau de fiabilité pour la prochaine course."

Avant le Grand Prix de France, Fernando Alonso va participer aux 24H du Mans. "Ma valise est déjà faite, car je pars pour Le Mans ce soir. Je vais m'attaquer à un challenge passionnant. Nous sommes en tête après notre victoire à Spa et nous espérons le rester après Le Mans. Je pense que ce sera très excitant et ce le sera encore plus en cas de victoire", ajoute le champion espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg et Sainz offrent quelques points à Renault
Nico Hülkenberg et Carlos Sainz ont terminé le Grand Prix du Canada respectivement en 7ème et 8ème positions. C'est ce que l'équipe française pouvait espérer de mieux puisqu'il n'y a pas eu d'abandon parmi les voitures des trois grandes équipes du championnat.

"Nous avons atteint notre objectif aujourd'hui en battant les Force India, nous avions une bonne stratégie pour les dépasser", explique Nico Hülkenberg. "Mais gérer les pneus avec un seul arrêt ce n'était pas facile parce que les pneus s'usaient tout de même assez vite."

"C'est un bon résultat pour Carlos et pour moi, nous prenons plus de points que Force India et McLaren, c'est une bonne chose pour le championnat avant le Grand Prix de France, notre course à domicile pour l'équipe dans deux semaines. Le nouveau moteur marche bien, c'est prometteur pour la suite de l'été", ajoute le pilote allemand.

"Nous avons été rapides durant toute la course", déclare Carlos Sainz. "Nous avons été dans le trafic avec Nico, mais nous avons tenté d'attendre l'arrivée pour marquer les points qui nous étaient promis. Toutefois, il faut bien le dire, la course a été un peu ennuyeuse."

"Nous ne nous attendions pas à avoir si peu de dégradation sur les pneus. Tout a bien fonctionné, nous avons tenu tête à Force India et nous avons marqué beaucoup de points. Nico avait une seconde sur moi et lorsqu'il a commencé à hausser son rythme, mon stand m'a dit que je devais préserver mes pneus. C'était une course ennuyeuse, mais en vérité, piloter une F1 au Canada n'est jamais vraiment ennuyeux", ajoute le pilote espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Horner se dit que Red Bull pourra bientôt faire mieux
Max Verstappen a terminé le Grand Prix du Canada sur la plus petite marche du podium, juste devant son équipier Daniel Ricciardo. Ce n'est pas un excellent résultat pour l'équipe de Christian Horner, mais il faut parfois savoir s'incliner contre plus fort que soi.

"Une fois de plus, nous avions une voiture très rapide en course", commente Christian Horner. "Notre problème, c'est la qualification du samedi. Max a bouclé un week-end sans le moindre problème. Il a été rapide lors de toutes les séances et il a très bien géré sa course tout en surveillant l'usure de ses pneus. C'est une très bonne chose pour la confiance en lui."

"Nous devons tirer plus de performances de la voiture. Idéalement, nous devrions obtenir plus de notre moteur et quant au châssis, il y a des nouveautés qui arrivent. Il y a des circuits qui arrivent et qui devraient mieux nous convenir. Je pense donc que terminer cette course devant Lewis Hamilton et une Ferrari est une très bonne chose", ajoute-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

Encore un point pour Charles Leclerc au Canada
Charles Leclerc a signé pour la troisième fois une arrivée dans le Top 10 après une belle course, notamment marquée par une lutte avec Fernando Alonso. Le Monégasque n'en finit plus d'être ravi de signer des bons résultats et d'être dans les points.

"Encore une fois, je suis extrêmement content, je sais plus quoi dire, je suis toujours très content", s'amuse Leclerc. "C'est top. Alonso a réussi à nous devancer en nous faisant l'undercut, et il est passé devant."

Alonso a ensuite abandonné, puis Romain Grosjean s'est arrêté, mais Leclerc a eu une alerte sur ses freins en fin de course, l'obligeant à gérer malgré le retour de ses compatriotes, Pierre Gasly et Grosjean, en fin de course: "C'était compliqué, on devait gérer les freins qui surchauffaient à l'arrière, on ne voulait pas que le problème de Monaco se répète ici, mais on avait un rythme très bon et on marque encore un point, je suis très content."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda - La Ferrari est fantastique, à nous de travailler
Niki Lauda n'est pas heureux d'avoir perdu face à Ferrari aujourd'hui, à Montréal.

"Ils ont fait du meilleur travail que nous, leur ensemble moteur-châssis est incroyable. C'est à nous de nous retrousser les manches", commente le président non exécutif de Mercedes F1.

"Nous avons eu un petit souci de température sur le moteur de Lewis mais ce n'était de toute façon pas suffisant pour gagner."

"La faute est en partie due au fait que nous n'avons pas pu introduire notre nouveau moteur ici. Face à Ferrari, qui a une voiture fantastique, et un moteur aussi puissant, ils ont été vraiment rapides. Chapeau à eux. Red Bull a aussi été une surprise même s'ils étaient un peu derrière nous."

"Bref nous ne pouvons que travailler maintenant si nous voulons reprendre l'avantage."
source: Nextgen-Auto.com

Lance Stroll explique le gros accident avec Brendon Hartley
L'an dernier, Lance Stroll avait marqué ses premiers points en carrière au Canada, chez lui. Cette fois, le Canadien n'a pas franchi le premier tour suite à une erreur et un accident avec Brendon Hartley. Il explique les raisons de ce problème.

"J'ai pris un bon départ, j'étais 13ème après deux virages, je me suis crashé avec Hartley dans le 5ème virage, puis la voiture est partie en survirage. Le temps que je la récupère c'était trop tard on s'était déjà touchés", regrette le pilote Williams.

Stroll explique qu'à titre personnel, "l'accident n'était pas trop violent, c'était plus violent pour Brendon". Les deux pilotes ont été quittes pour un passage au centre médical du circuit où aucune blessure n'a été détectée, mais Hartley est à l'hôpital pour un scanner de contrôle suite au décollage de sa monoplace.

Une enquête a été ouverte et rapidement refermée, les commissaires ayant jugé que l'erreur de Stroll n'avait rien de volontaire: "La voiture numéro 18 [Stroll] a perdu le contrôle de l'arrière dans le virage 5. Comme les deux voitures étaient proches, elles se sont percutées, mais aucun pilote n'était particulièrement responsable de l'incident."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon termine neuvième et regrette un souci aux stands
Esteban Ocon n'a pas pu dépasser les Renault en course, après avoir pourtant pris un meilleur départ. Malheureusement, un souci aux stands a compromis sa course, qu'il a finalement terminée au neuvième rang, marquant de nouveau des points.

"J'ai pu résister aux Renault, je les ai doublées au premier tour", explique-t-il lorsqu'on lui dit qu'il n'a pas tenu face aux voitures au losange. "On est rentré au bon moment, j'allais sortir devant mais j'ai perdu du temps à cause du jack, il faut comprendre ce qu'il s'est passé pour pas que ça se reproduise. J'étais proche de pouvoir passer [Carlos] Sainz à la fin mais il m'a manqué quelques tours."

Juste avant l'arrêt aux stands de Romain Grosjean, Ocon a dépassé son compatriote et s'est rabattu devant lui, provoquant la colère de Grosjean, mais ne comprend pas pourquoi: "En colère? Il était loin derrière de toute façon, on n'était pas dans la même course, ça ne servait à rien de prendre des risques."

Il reste sur deux bonnes performances avant son Grand Prix national, dans deux semaines au Castellet: "J'ai hâte d'être en France, on va arriver très tôt autour du circuit, il y aura des animations, des festivals et d'autres choses. Ce sera top, j'ai hâte!"
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene félicite ses troupes
Sebastian Vettel a signé la victoire aujourd'hui à Montréal pour la Scuderia. Cette 50ème victoire du pilote allemand en F1 lui permet de prendre la tête du Championnat des Pilotes alors que dans celui des constructeurs, Ferrari se rapproche de Mercedes.

C'est donc une très bonne journée pour Maurizio Arrivabene, le patron de la Scuderia. "L'équipe et Sebastian ont dominé de la tête et des épaules, car nous avons travaillé étape après étapes depuis vendredi. Nos avons progressé petit à petit en restant concentrés sur ce que nous avions à faire."

"Sebastian est un grand pilote et il l'a encore démontré aujourd'hui. Il a montré son talent mais aussi que l'équipe avait fait du bon travail. C'est une belle bataille cette année. Red Bull est très fort et Mercedes aussi. Ce championnat sera intéressant. Nous devons garder nos pieds sur terre tout en continuant à travailler", ajoute Arrivabene.
source: Nextgen-Auto.com

Bottas ne pense pas qu'il aurait pu gagner
Valtteri Bottas a été un spectateur passif de la domination de Ferrari et de Sebastian Vettel, terminant deuxième pour la quatrième fois de la saison. Le Finlandais assure des points pour Mercedes mais n'a pas pu attaquer son rival.

"Depuis le premier tour, il semblait un peu plus rapide et il a pu contrôler la course", explique Bottas. "Nous avons attaqué mais nous avons eu des problèmes, nous manquions de carburant en fin de course et Max [Verstappen] a pu se rapprocher."

Bottas regrette de n'avoir pu tenter d'aller chercher la victoire, mais avoue sa défaite: "Je pense qu'on a fait le maximum aujourd'hui. Hier, il n'était question que de centièmes de seconde, et la pole était jouable, mais aujourd'hui la deuxième place était la meilleure possible."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel est fier d'avoir gagné à Montréal avec Ferrari
Sebastian Vettel a remporté une victoire lourde de sens sur le circuit Gilles Villeneuve, son 50ème succès en carrière, à une unité du score d'Alain Prost. Une victoire Ferrari 40 ans après celle de Gilles Villeneuve en rouge, et c'est aussi la première victoire de Ferrari à Montréal depuis 2004. C'est le 11ème succès avec Ferrari pour Vettel, autant que Fernando Alonso.

"Parfait est sûrement le mot pour décrire cette journée", déclare Vettel après avoir brandi un énorme drapeau Ferrari dans le paddock. "C'est incroyable. J'ai dit hier à quel point ce circuit est important pour Ferrari, et la course de ce jour est incroyable. C'est la 50ème pour moi mais après une si longue période sans victoire pour Ferrari ici, j'ai vu que les gens étaient ravis."

Il reprend la tête du championnat à Lewis Hamilton pour un point, après que le Britannique a terminé cinquième: "Le championnat est encore long donc je ne veux pas trop y penser. C'est juste un bon effet collatéral. Le circuit Gilles Villeneuve, une victoire Ferrari, à titre personnel ça me rend très fier, je suis honoré. C'est un jour pour célébrer le grand Gilles Villeneuve."
source: Nextgen-Auto.com

GP du Canada - Course
Du 1er au 70ème tour de ce Grand Prix du Canada 2018, Sebastian Vettel et la Scuderia Ferrari ont été intouchables. Sur le circuit Gilles Villeneuve de Montréal, l'Allemand a brillamment converti sa pole position décrochée hier pour signer sa 50ème victoire en carrière et reprendre les commandes du Championnat du monde Pilotes.

Le quadruple Champion du monde avait tout d'abord réalisé un envol parfait face à Valtteri Bottas (Mercedes), qui a lutté dans les premiers mètres face à l'offensive de Max Verstappen (Red Bull).

Mais c'est plus loin dans le peloton que les événements se précipitent dans le premier tour, avec l'accident entre Lance Stroll (Williams) et Brendon Hartley (Toro Rosso) juste après le virage n°5. Le Canadien a perdu le contrôle de sa monoplace avant d'expédier violemment le Néo-Zélandais contre le mur. La voiture de sécurité a été déployée afin d'évacuer les deux monoplaces.

A la relance, les positions restent les mêmes avec Vettel leader devant Bottas, Verstappen, Hamilton et Ricciardo. Dans ce peloton de tête, Hamilton va rapidement se plaindre de coupure moteur. Le Champion du monde semble en fait victime d'un souci de surchauffe sur le Power Unit de sa F1 W09.

Le Britannique va être l'un des premiers à s'immobiliser à son stand à la fin du 16ème tour, imité par Verstappen. Mais le pilote Mercedes va toutefois perdre une position dans cette première salve d'arrêts, puisque Daniel Ricciardo réussit à prendre l'avantage sur la F1 W09 n°44 suite à son arrêt un tour après l'ancien pensionnaire de McLaren.

Deux stratégies se dessinent alors, puisque le trio Sebastian Vettel - Valtteri Bottas - Kimi Räikkönen prolonge son passage aux stands. Le Finlandais de Ferrari sera le premier des trois à s'engouffrer dans la pitlane pour chausser les pneus super-tendres au 32ème tour, mais doit repartir derrière Lewis Hamilton.

Bottas et Vettel imitent le Champion du monde 2007 à la fin des 36ème et des 37ème tours, la hiérarchie se figeant dès lors avec Vettel en tête devant Bottas et Verstappen. L'ordre ne bougera plus jusqu'à l'arrivée, avec pour anecdote le drapeau à damier agité un tour trop tôt.

Avec ce succès, son 11ème avec Ferrari, Sebastian Vettel prend la tête du championnat avec 121 points contre 120 à Lewis Hamilton, qui conclut le Grand Prix au 5ème rang derrière Daniel Ricciardo malgré une franche attaque dans les dix derniers tours pour tenter de passer l'Australien. Kimi Räikkönen achève la course au 7ème rang.

Suivent au classement les deux Renault de Nico Hülkenberg et Carlos Sainz devant la Force India d'Esteban Ocon. Le Français pourra regretter un mauvais arrêt aux stands qui lui a fait perdre l'avantage pris sur l'une des deux R.S.18 dans les premiers tours de course.

Nouvelle arrivée dans les points pour Charles Leclerc (Sauber) qui devance Pierre Gasly (Toro Rosso), parti depuis le fond de grille après un changement d'éléments moteur sur sa STR13 avant la course. Les Haas de Romain Grosjean et Kevin Magnussen terminent 12ème et 13ème, devant Sergio Pérez (Force India), qui a perdu gros dans un contact avec Carlos Sainz après la relance suite à la voiture de sécurité.

Marcus Ericsson (Sauber), Stoffel Vandoorne (McLaren) et Sergey Sirotkin (Williams) complètent le classement. Fernando Alonso (McLaren) a été contraint à l'abandon après le passage du 40ème tour, suite à un souci d'échappement. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Vettel explique ce qui le motive toujours autant
Avec quatre titres mondiaux dans sa poche, glanés entre 2010 et 2013, Sebastian Vettel a déjà marqué l'histoire de la F1. Se pose dès lors la question de la motivation du pilote Ferrari: pourquoi donc est-il enclin à se dépenser toujours autant dans ce sport si prenant, qu'il a déjà dominé?

Sebastian Vettel n'apparaît pas du tout lassé en vérité par son engagement en F1. Surtout il veut, à l'image de Michael Schumacher, être celui qui aura fait regagner Ferrari.

"Je prends du plaisir, je m'amuse. Cette génération de voitures est vraiment amusante à piloter, elles ont beaucoup d'appuis. Le seul point négatif c'est qu'elles sont un peu lourdes, donc elles ne sont pas si agiles dans les virages à basse vitesse. Mais dans l'ensemble ce sont les voitures les plus rapides que nous ayons jamais eues et c'est formidable, et c'est ce qui explique à quel point je prends du plaisir à travailler avec l'équipe."

"Bien sûr, le rêve est de décrocher le gros lot avec Ferrari, ce que nous n'avons pas encore fait."

"Je suis toujours fasciné par les voitures. Malheureusement, ce que nous faisons vraiment est difficile à expliquer aux gens. Le mieux, ce serait de partager le ressenti que nous avons dans la voiture, parce que les gens seraient surpris. Tout le monde sait ce que ça fait de conduire une voiture, mais nous faisons quelque chose de différent."

"J'adore la course auto. Essayer de pousser la voiture vers ses limites... Batailler contre les autres meilleurs pilotes au monde..."

"Et ensuite, il y a ce titre qui doit être remporté, avec Ferrari. C'est mon rêve et quand je vois à quel point les gens sont passionnés dans cette équipe, ça me rend fier. J'ai toujours quelque chose à faire ici, c'est pourquoi je suis en F1."

Sous contrat avec Ferrari jusqu'en 2020, Sebastian Vettel aura 32 ans à l'expiration de son bail actuel.
source: Nextgen-Auto.com

Renault se félicite déjà des progrès de son moteur Spec B
Les performances de l'évolution du moteur Renault ne sont pas restées inaperçues au Canada, hier.

Sur un circuit de puissance pure, la Red Bull de Max Verstappen, 3ème, a fini à moins de 2 dixièmes de la pole de Sebastian Vettel.

Un signe encourageant pour Cyril Abiteboul... qui pourrait aussi aider Red Bull à se décider vers un prolongement de contrat.

"On savait avant de venir ici ce que pouvaient apporter nos évolutions moteur, ça a été confirmé en piste", dit-il à 'L'Equipe'.

"Même si les résultats sont très contrastés entre les performances de Red Bull, où le moteur Renault a flirté avec la pole, et les difficultés qu'a eues McLaren à qualifier ses voitures en Q2."

"Nous sommes fiers de voir notre moteur aussi près de la pole, via Red Bull. Quant à notre équipe, elle grignote des positions et engrange des résultats face à des monstres. Être la seule écurie, avec Mercedes et Ferrari, à avoir toujours terminé dans les points depuis le début de la saison, ça ressemble à de petites victoires."

"Je n'aime pas dire 'les meilleurs des autres', parce qu'à chaque course une équipe cherche à s'octroyer ce titre. Mais je regarde la progression de notre écurie sur plusieurs années. On n'a plus à rougir en rythme de course.»
source: Nextgen-Auto.com

10 places de pénalité pour Pierre Gasly
Mauvaise nouvelle pour Pierre Gasly: le Français prendra tout à l'heure le départ du Grand Prix du Canada depuis le fond de la grille.

Après ses soucis lors des Libres 3, le Français était revenu au moteur de Monaco, moins puissant et moins évolué.

Finalement Honda a décidé de remplacer son moteur à combustion interne avant la course avec la nouvelle spécification, mais aussi tous les autres composants.

Comme c'est le 4ème moteur thermique de la saison pour Gasly, cela lui vaut 10 places de pénalité. Les autres composants changés restent dans le quota alloué lors d'une saison.
source: Nextgen-Auto.com

Rallonger le calendrier, une idée très coûteuse pour les petites écuries
Liberty Media n'en a jamais fait mystère: les propriétaires américains du sport entendent rallonger le calendrier en ajoutant plusieurs épreuves dans la saison (au Vietnam, et à Miami très probablement pour commencer).

Du même coup, avec 21, 22 Grands Prix ou plus au programme, la saison pourrait être rallongée: elle commencerait une semaine plus tôt, mais surtout, ne se terminerait qu'en décembre. N'est-ce pas trop pour certaines écuries, dont des petites structures comme Force India, Haas ou Williams?

Interrogé en conférence de presse à Montréal, Robert Fernley, le directeur adjoint de Force India, a averti Liberty Media: allonger trop le calendrier serait synonyme de hausse des coûts significative pour les écuries.

"Il faut regarder l'aspect humain dans la logistique, qui joue beaucoup dans ce cas. Avec 20 courses, nous sommes déjà proches de la limite si nous voulons maintenir une seule équipe [voyageant sur les Grand Prix]. Donc une fois que vous passez cette limite des 20, peut-être que de temps en temps, nous pourrions avoir 21 courses et ensuite redescendre à 19, nous pourrons gérer cela. Mais une fois que vous passez à un nombre significatif de courses, qui monte au-delà de 21, il faut mettre en place une rotation dans nos équipes, et cela coûte beaucoup d'argent. Donc il faut se pencher sur ce sujet pour voir comment nous pourrions y arriver sur le plan logistique. Car sur le plan opérationnel, cela aura un grand impact pour l'équipe."

Günther Steiner, du côté de Haas, met un deuxième facteur dans la balance: la lassitude potentielle du public dans le cas où les courses auraient lieu à intervalles trop rapprochés.

"Sur le plan financier, cela fait sens d'avoir plus de courses et si nous pouvons y arriver en engageant plus de personnel et en mettant en place une rotation dans les équipes, ce serait possible. Mais il y a un deuxième facteur à prendre en compte, la saturation du public. A quelle fréquence le public veut-il voir de la F1? S'il y a un Grand Prix chaque week-end, est-ce que nous ne sommes pas sur une spirale négative pour le sport? Liberty Media le sait selon moi. Donc je ne pense pas qu'il y ait un grand plan pour passer à 25 ou 24 courses. Ce sera toujours compris entre 20 et 22."

"Et commencer plus tôt et finir plus tard nous donne peut-être un peu plus de liberté pour ne pas avoir des courses d'une semaine à l'autre, comme ce sera le cas pour nous ces prochaines semaines [3 courses en 3 semaines]. Liberty Media est très conscient de tout cela selon moi, ils savent qu'il y a une saturation potentielle du public, ils savent ce que les clients veulent en réalité, donc je ne pense pas qu'ils iront trop loin sur ce plan."

Claire Williams, elle-aussi directrice d'une écurie aux moyens financiers limités, ne peut qu'être d'accord avec ses deux homologues.

"Du point de vue humain, c'est rude pour nos gars, qui doivent passer tant de temps loin de leur foyer. Oui, peut-être que si nous commençons plus tôt et finissons plus tard, cela nous permettra d'avoir plus de pauses, mais en fait, cela nous enlève du temps pour développer nos voitures pendant l'hiver. Et nos gars peuvent aussi passer moins de temps chez eux, avec leurs familles, pendant l'hiver."

"D'un point de vue purement sportif, concernant les fans, si les marchés actuels sont saturés, alors, ce serait formidable d'avoir plus de courses pour explorer d'autres marchés, particulièrement en Amérique. Ce serait crucial pour notre sport, mais si nous le faisons, alors, il y a une logique sur le plan financier, parce que ces nouvelles courses au calendrier devront payer pour y être. Je ne vois pas pourquoi des équipes devraient accepter de se rendre sur de nouvelles courses, sans aucune contrepartie. Je ne pense pas que le prize-money diminuera tandis que les coûts augmenteront, ce ne devrait pas être le cas."
source: Nextgen-Auto.com

Boullier est frustré mais pas inquiet pour McLaren
Fernando Alonso s'attendait à être en difficulté à Montréal, et l'Espagnol n'a pas été démenti par les qualifications d'hier: les monoplaces oranges ont été battues par la Toro Rosso de Brendon Hartley et la Sauber de Charles Leclerc, un résultat évidemment préoccupant.

Pour autant, la situation apparaîtrait plus conjoncturelle que structurelle chez McLaren: selon Eric Boullier, le directeur de la compétition, c'est surtout la nature du circuit qui explique le recul de McLaren dans la hiérarchie ce week-end.

"Il y a des virages à faibles vitesses, sans beaucoup d'adhérence... vous n'avez que des virages à faible vitesse ici. La vitesse maximum en virage est de 140 km/h. C'est un peu les caractéristiques de Bahreïn [McLaren y avait peu performé]. Et pour compenser ce manque d'adhérence, nous devons emporter plus d'appuis [donc moins de vitesse en lignes droites], ce qui signifie plus de traînée. Donc le meilleur compromis pour nous est de rouler avec plus de traînée et d'appuis, et ça nous ne fait pas du bien."

"Mais la performance d'aujourd'hui ne nous satisfait pas. Après les promesses entrevues vendredi, et en EL3, il y avait de l'optimisme, nous pensions qu'au moins une de nos voitures pourrait aller en Q3. Donc c'est décevant de voir nos positions sur la grille ici."

"Cependant avant ce week-end, nous savions que ce circuit serait difficile pour notre package, et donc nous ne pouvons pas être trop surpris du résultat final. Nous connaissons notre rythme de course, il a souvent été plus solide que nos performances en qualifications. Et en sachant le travail que nous avons effectué ce week-end pour affiner nos réglages pour la course, nous pouvons être assez confiants, nous devrions afficher un meilleur visage qu'en qualifications."

"Nous pensons que l'avantage de pouvoir choisir nos pneus au départ nous offre bel et bien de nouvelles possibilités pour la course, et cela signifie que nous allons travailler dur pour optimiser notre stratégie. Certainement, la course ne sera pas facile, mais il y a souvent eu du spectacle à Montréal, et des rebondissements, donc nous chercherons à maximiser chaque opportunité dans cette bataille contre les autres équipes du milieu de grille, pour les points."

Etonnement optimiste, Eric Boullier ne revient pourtant pas sur les difficultés internes qui agitent McLaren, avec le renvoi récent du directeur technique Tim Goss.

"J'ai 100% confiance dans l'équipe", répond le manager français à ces interrogations légitimes.

"Nous sommes dans un processus de reconstruction", ajoute pour sa part Zak Brown. "Ce genre de choses prend du temps. Nous sommes frustrés par le résultat des qualifications, comme on pourrait s'y attendre. Nous nous attendions à ce que Montréal soit l'une des pistes les plus difficiles pour nous. Nous faisons tout ce qui est attendu pour faire progresser l'équipe. Quand vous avez ce genre de problèmes, vous ne pouvez pas faire des progrès substantiels d'une course à l'autre. Nous avons gagné en performance, mais ces qualifications ne furent pas géniales."
source: Nextgen-Auto.com

Monaco, le pire week-end de Haas cette année selon Steiner
La saison de Haas est jusqu'ici plutôt positive, même si la position comptable de l'équipe ne le montre pas. Les pilotes n'ont pas réussi à exploiter le potentiel de la VF-18 à son maximum, à cause d'erreurs venant de l'équipe, et parfois d'eux-mêmes.

"L'un de nos mauvais moments a été Monaco, où notre performance n'était pas là", reconnaît, à Montréal, Günther Steiner, qui expliquait avoir eu un compromis à faire pour éviter de se retrouver en manque de pièces de rechange.

"Les autres fois, la performance était là, mais nous n'avons pas obtenu assez de points dans les courses."

"A Monaco, nous savions dès le départ que la voiture à basse vitesse ne serait pas très bonne, et puis nous avons eu quelques problèmes lors des essais libres avec des pièces que nous avons décidé de ne pas utiliser."

Haas savait donc que le week-end serait difficile: "Nous savions donc, dès le début des qualifications, que nous serions assez lents, et nous l'étions évidemment. Ce n'est pas surprenant, cela ne nous rend pas heureux. Je pense que tout ira bien ici. Nous avons quelques améliorations pour cette course et nous sommes encore en train d'évaluer ce qu'ils apportent et il est encore trop tôt pour dire quoi que ce soit."

Steiner ne veut pas accabler ses pilotes, dont il estime qu'ils font un bon travail: "Je dirais que Romain [Grosjean] a eu deux mauvaises courses et il le sait, je n'ai pas besoin de lui dire. Il garde du crédit de notre part car il est là depuis le début. Il a pris un pari en nous rejoignant au début, nous étions inconnus et personne ne savait qui nous étions. Nos pilotes sont bons et je sais que Romain redeviendra celui qu'il était avant."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg - La F1 n'est pas un vrai Championnat du monde sans l'Allemagne
Nico Rosberg espère que les patrons de la Formule 1 feront tout pour assurer l'avenir du Grand Prix d'Allemagne au calendrier.

Depuis les soucis financiers du Nürburgring en 2013, la course n'a plus lieu qu'une année sur deux, à Hockenheim. Et l'édition 2018 est la dernière prévue au contrat.

Les promoteurs allemands souhaitent poursuivre avec la F1 mais sans risque financier. Pour l'instant aucun accord n'a été trouvé avec Liberty Media.

"Sans course en Allemagne, j'ai dû mal à concevoir la Formule 1 comme un vrai Championnat du monde", déclare le Champion du monde 2016.

L'Allemand ajoute que son pays est "si légendaire, si important pour la Formule 1, qu'il doit vraiment être au calendrier. J'espère qu'ils trouveront une solution".

Hockenheim est une des rares courses à ne pas avoir de soutiens financiers régionaux ou gouvernementaux. Seule la billetterie assure ses revenus, trop instables pour payer plus de 20 millions d'euros par an à la FOM.

Rosberg reconnait toutefois que la F1 a besoin de nouvelles courses.

"On parle de Miami, ce serait épique. J'espère vraiment que cette course pourra être organisée, comme l'Allemagne, à l'avenir."
source: Nextgen-Auto.com

La cacophonie continue sur l'affaire entre Ocon et Hamilton à Monaco
La facilité avec laquelle Esteban Ocon a laissé passer Lewis Hamilton il y a deux semaines, à Monaco, continue de faire parler. Le Français avait ouvertement déclaré au micro de 'TF1' qu'il se pousserait pour laisser passer les Mercedes, ce qu'il a fait plus tard en course.

Bien que le directeur des opérations de Force India, Otmar Szafnauer, ait déclaré qu'il n'y avait pas de consigne, Toto Wolff a tenu à déclarer comme intelligente la manœuvre du pilote lorsque Lewis Hamilton est revenu sur lui.

"Nous étions dans des courses complètement différentes" déclare Wolff. "J'ai pensé qu'Esteban avait pris la bonne décision, c'était intelligent pour sa propre course. Plutôt que de passer plusieurs tours avec Lewis dans ses rétros derrière lui en pneus neufs, il s'est concentré sur sa course. Et je crois que c'était contre une McLaren et une autre voiture. Intelligent."

Andrew Green, directeur technique de Force India, explique que ce n'est pas la première fois que son pilote laisse passer une voiture plus rapide, sans avoir besoin de consigne pour la laisser passer. Il avait déjà laissé passer une Mercedes à Melbourne.

"Nous ne lui avons rien demandé, il savait qu'il n'avait pas besoin de perdre du temps. Il n'a pas rendu les choses difficiles et perdu un minimum de temps. Je me souviens de cette manœuvre et nous ne lui avions rien dit à la radio."

Otmar Szafnauer explique de son côté qu'il y a eu consigne, mais uniquement pour ne pas perdre de temps: "Nous faisions notre propre course, pas contre Lewis, et il ne fallait pas perdre de temps. Alonso s'était arrêté juste avant et tentait l'undercut, donc nous ne voulions pas perdre de temps avec Lewis car Alonso aurait eu sa chance, et c'est pour cela que nous avons dit à Esteban de ne pas perdre de temps face à Lewis."

"On aurait pu le retenir pour cinq, six ou sept tours, et il aurait fini par passer, mais on aurait perdu du temps et on aurait perdu face au gars contre qui on luttait vraiment. On ne se battait pas contre lui en piste car il s'était déjà arrêté et pas nous. Nous savions qu'il rattrapait du temps. C'est la raison pour laquelle nous avons fait cela. Ceux qui se plaignent pourrait commencer à regarder comment ils courent."

A noter que cette manœuvre d'Ocon a fait l'objet d'une plainte auprès de la FIA de la part de plusieurs équipes, classée sans suite.
source: Nextgen-Auto.com

Williams ne veut pas tirer un trait sur la saison
Robert Kubica a reconnu que l'ambiance chez Williams n'était pas au beau fixe après le départ des ingénieurs Ed Wood et Dirk de Beer, et à cause du fait que la FW41 est la voiture la plus lente du plateau. Claire Williams reconnaît une situation difficile mais ne veut pas perdre espoir pour la saison en course.

"Nous avons perdu Dirk et Ed pour des raisons personnelles, et nous n'avons pas voulu donner plus de détails" explique-t-elle. "L'impact sur l'équipe? Nous avons eu un début de saison difficile mais nous avons une équipe technique solide à Grove qui travaille dur et de manière soudée, c'est le plus important, et tout le monde garde la tête baissée pour nous sortir de cette mauvaise situation."

Le premier tiers de la saison se termine, et Williams n'a pas réussi à marquer plus que deux points. L'équipe a toutefois un plan pour se reprendre et veut réussir à sauver les meubles dès la suite de la saison, afin de ne pas attendre passivement la prochaine.

"C'est le but de notre plan. Nous n'avons jamais dit que nous allions oublier cette saison. A aucun moment on ne dira cela chez Williams. Il reste encore de nombreuses courses, nous n'avons pas fait ce que nous voulions dans le premier tiers en ne marquant que quatre points. Mais les gars font un très bon travail. Il nous faut juste de la patience."

"Ce n'est pas simple de changer les choses rapidement. Nous avons beaucoup de travail, en particulier sur le plan aérodynamique, et ça prend du temps. Nous allons installer des évolutions dan les prochaines courses et voir ce qu'elles apportent. Il faut juste continuer à travailler dur afin de réussir à fournir les performances dont nous avons besoin et nous retrouver en haut du peloton en fin de saison, mais il faudra un gros travail."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas va bientôt discuter de son contrat avec Mercedes
Valtteri Bottas a laissé entendre que les discussions au sujet du renouvellement de son contrat étaient désormais très proches. Le Finlandais assure que le sujet sera rapidement abordé avec Mercedes, alors qu'on lui prêtait comme menaces potentielles Daniel Ricciardo ou Esteban Ocon.

"Nous parlerons certainement avant la pause estivale et j'espère que nous trouverons un accord très rapidement. Je ne vois pas de raison pour lesquelles ça ne serait pas le cas» explique Bottas.

"Jusqu'ici, nous n'en avons pas parlé et nous ne le faisons pas durant les week-ends de course. Mais je fais des progrès avec l'équipe sans cesse et je dois continuer dans cette voie, donc tout va bien."

Le Finlandais, qui s'élance deuxième aujourd'hui à Montréal, n'a eu que deux contrats d'un an chez Mercedes pour le moment, et aimerait signer pour deux saisons supplémentaires. Reste à voir si Mercedes va y consentir, puisque l'objectif est aussi d'amener Esteban Ocon dans l'équipe dans les prochaines années.
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull pencherait du côté de Honda pour 2019
Les dernières rumeurs au sujet de Red Bull laissent plutôt entendre que l'équipe autrichienne se dirigerait en 2019 vers un changement de motoriste. En effet, alors que l'équipe a prévu d'annoncer sa décision d'ici au Grand Prix d'Autriche, sur ses terres, la balance pencherait du côté japonais.

Les progrès effectués par le manufacturier de Sakura seraient assez convaincants pour Toro Rosso, et donc pour Red Bull. Une source au sein de l'équipe aurait même déclaré que Honda serait en mesure de dépasser Renault en 2019, persuadant au passage Red Bull de s'assurer les services du motoriste.

Si c'était le cas, on peut légitimement se demander quelles seraient les répercussions sur les pilotes de l'équipe. Si Max Verstappen a déjà signé, Daniel Ricciardo attend notamment la décision de son équipe pour prolonger et il se dit qu'il ne serait pas prêt à rester si Red Bull se lie à Honda.

De son côté, Carlos Sainz est sous contrat Red Bull, malgré le fait qu'il pilote pour Renault, et l'on peut également se demander ce que seront les répercussions pour lui d'un tel changement.

"L'équipe Red Bull devra dire à Carlos si elle veut qu'il revienne ou si elle le libère avant fin septembre" explique le père de l'Espagnol. "Mais nous ne voulons pas attendre aussi long, car Renault veut continuer à travailler avec nous."
source: Nextgen-Auto.com

Brown - McLaren est 'sérieusement' en route vers l'Indycar
Dans le paddock de Montréal, après l'expression de la frustration de Fernando Alonso envers la Formule 1, le sujet de conversation chez McLaren a évidemment dérivé sur les projets de l'équipe de s'aligner en Indycar.

Zak Brown a confirmé que l'intention d'y courir était "sérieusement considérée" et il n'écarte pas de réunir dans cette nouvelle équipe, peut-être montée en collaboration avec Michael Andretti, Fernando Alonso et Honda!

"Nous sommes en train d'étudier cela. Nous étions sur la manche de Détroit la semaine dernière, nous aimons l'Indycar, l'Amérique du Nord est un marché important pour nous."

"Quoi que nous fassions cependant, cela ne devra pas nous distraire de nos efforts en Formule 1. C'est le critère n'°1. Nous devons être compétitifs et commercialement viables. L'Indycar est toutefois une forte possibilité pour nous."

Zak Brown admet que l'étude a déjà commencé "depuis pas mal de temps. Je suis évidemment un citoyen américain et je suis sensible à nos sports. Mais je reste objectif. L'Indycar peut être un bon moyen de renforcer McLaren sur le continent américain. Toutes les cases doivent être cochées."

La décision? "Elle serait pour 2019 donc, d'ici quelques mois. Fernando y réfléchit aussi, évidemment. Nous avons rencontré Chevrolet mais aussi Honda. Ces deux motoristes font un excellent travail. Et nous adorerions pouvoir courir à nouveau avec Honda. Ils font de très bons moteurs, ils ont gagné beaucoup de courses en Indycar."

"Nous n'hésiterions pas à courir avec Honda à nouveau si nous jugeons que c'est la direction à prendre."

Et le lien avec Alonso?

"Fernando conduira une McLaren l'an prochain, reste à savoir où", sourit Brown.

Et la balance penche vers la F1 ou l'Indycar?

"Je pense sincèrement qu'il n'a pas pris sa décision. On a discuté autour d'un verre de vin. En fait j'ai bu le vin. Mais on ne met pas la pression sur un pilote comme Alonso. Il décidera."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari et Mercedes seront sur une stratégie différente de Red Bull au départ
La stratégie se révèle un élément clé des qualifications du Grand Prix du Canada, les deux Mercedes et Ferrari choisissant de réaliser leur meilleur chrono en Q2 avec le pneumatique ultrasoft.

Elles s'élanceront donc au départ de la course avec ce mélange, leur permettant par conséquent d'allonger leur premier relais par rapport à leurs rivales chaussées des gommes hypersoft, environ une seconde plus rapides au tour.

Le dernier segment qualificatif (Q3) se dispute principalement avec l'hypersoft, et Vettel prend le meilleur sur la Mercedes de Valtteri Bottas, établissant au passage un nouveau record du circuit de Montréal.

Tous deux ayant privilégié l'ultrasoft en Q2, Max Verstappen, troisième pour le compte de Red Bull, est le mieux placé des concurrents ayant choisi de prendre le départ en hypersoft. Les températures sont restées chaudes et sèches, avec des températures de 25°C dans l'air et 36°C sur la piste.

"Les qualifications ont été conformes à nos attentes, agrémentées d'un élément stratégique important puisque Mercedes et Ferrari ont choisi le pneumatique ultrasoft pour disputer la Q2 et, par conséquent, prendre le départ du Grand Prix", commente Mario Isola, responsable de Pirelli F1.

"Par rapport à l'hypersoft, ils auront l'avantage d'allonger leur premier relais, mais comme ce mélange ultrasoft est moins performant, le départ promet d'être tout particulièrement intéressant."

"Grâce aux différentes stratégies possibles, et à la forte probabilité de voir apparaître la voiture de sécurité, il est néanmoins impossible d'apporter le moindre pronostic. Il ne s'agit pas non plus de la course durant laquelle le classement des qualifications influence le plus le résultat final."

"Il sera donc primordial de savoir réagir face aux circonstances et saisir la moindre opportunité qui se présente."
source: Nextgen-Auto.com

Rich Energy confirme un accord de principe pour racheter Force India
Rich Energy est bien sur le point de racheter l'équipe Force India, pour une somme avoisinant 120 millions d'euros selon les dernières sources.

Vijay Mallya en espérait plutôt 180 mais l'Indien a dû revoir ses prétentions à la baisse, alors qu'il va se préparer à d'intenses batailles judiciaires contre son propre pays dans les mois à venir. Son extradition vers l'Inde pourrait être rapidement prononcée.

Ce n'est toutefois pas du côté de Force India que les éclaircissements sur ce rachat sont venus mais bien du côté de Rich Energy. Le patron de la marque de boissons énergisantes, William Storey, s'est confié au 'Telegraph'.

Il confirme avoir "un accord de principe" mais que certaines personnes "tentent de déstabiliser cette opération de rachat". A Montréal, les rumeurs indiquent que cela pourrait être Mercedes directement, qui attend toujours plus de 15 millions d'euros de la part de Force India suite à des factures impayées.

Toto Wolff a toutefois démenti être à l'origine de ces déstabilisations en cherchant à acheter lui-même l'équipe, avec le soutien du sponsor actuel, BWT.

"A la lumière de la spéculation dans les médias et certaines tentatives de déstabilisation de l'équipe, je peux confirmer que Rich Energy a fait une offre officielle de rachat à la fin du mois d'avril", explique Storey.

"Cette offre a été acceptée en principe et nous sommes proches de finaliser le rachat avec un accord de vente. Nous avons déposé des fonds qui garantissent bien plus que le rachat: nous sommes prêts à investir une somme supplémentaire de plusieurs dizaines de millions d'euros dans l'équipe en plus."

"C'est un plan à long terme, qui implique notre propre marque de boissons mais aussi deux entreprises multi-nationales qui ne sont pas encore en Formule 1."

"Les actionnaires de Force India sont des gens admirables, qui ont l'intérêt de leur équipe et de leurs employés dans leur cœur. Nous souhaitons conclure un accord aussi rapidement que la loi le permet."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso - Ma dernière voiture pour jouer le titre? Celle de 2007!
Fernando Alonso apparait de plus en en plus amer lorsqu'on l'interroge sur la Formule 1.

A une semaine de sa première participation aux 24 Heures du Mans, il a affirmé à Montréal qu'il n'avait pas vraiment eu de voiture capable de jouer le titre en F1 depuis 2007, l'année où il pilotait pour McLaren.

Même s'il est passé proche, en 2010 et 2012, de remporter le titre avec Ferrari, "la voiture n'avait pas le niveau ces années-là", lâche l'Espagnol.

"Mes saisons ont été faites de hauts et de bas. La dernière véritable F1 capable de jouer le titre, que j'ai eue entre les mains, c'était la McLaren en 2007. Toutes les autres ont toujours été depuis assez loin des performances requises pour gagner une saison."

Il ne se dit pas pour autant frustré.

"Vous savez, cela fait donc maintenant 11 ans que je subis ça. Je ne pense pas que ce soit un problème."

"La plus grosse interrogation pour moi, c'est la direction que prend la F1. Pas sur la compétitivité de son équipe l'année suivante, c'est impossible à prédire. Mais juste le sport en général. Dans le Top 10 des qualifications à Montréal nous avons deux Mercedes, deux Ferrari, deux Red Bull et deux Renault. Les deux Force India aussi. C'est donc devenu un championnat de constructeurs et plus vraiment de pilotes."

"Je dois donc me décider sur ce que je veux faire ensuite", admet Alonso.

C'est là qu'intervient à nouveau McLaren et son patron, Zak Brown, avec la mise en place probable d'une équipe en Indycar.

"Avec un peu de chance, nous le garderons dans notre environnement", confie l'Américain.

"Il n'y a pas de doute: Fernando a toujours très envie de piloter. Le calendrier de la F1 est assez dur, il y est depuis longtemps, mais je ne pense pas qu'il a encore fait son choix dans son esprit. Je suis en tout cas assez convaincu qu'il sera dans une McLaren, où que ce soit."

"Nous discutions avec lui, comme l'an dernier à cette époque de l'année. Il pilote mieux que jamais et il n'a pas caché, vous venez de l'entendre, sa frustration sur la F1 qui devient plus un terrain de jeu pour les constructeurs que les pilotes. Mais il aime la Formule 1. Il adore maintenant l'Endurance. Ce n'est pas une personne que l'on doit brusquer: il faut lui donner des options parce qu'il sait tirer ses propres conclusions. D'ici la pause estivale, je pense que nous en saurons plus."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes - Notre nouveau V6 aurait pu faire la différence pour la pole
Mercedes a été battue hier pour la pole position à Montréal, sur un circuit qui favorise la puissance pure.

Toto Wolff, le directeur de Mercedes F1, admet que l'introduction du nouveau V6 allemand ce week-end aurait pu permettre de battre Ferrari. Malheureusement, Mercedes a dû repousser son introduction d'une course au moins à cause d'un problème de fiabilité sur une ou plusieurs pièces.

"Nous avons décidé de ne pas apporter ce nouveau moteur ici, à la dernière minute. C'est lors de notre dernier essai au banc que nous nous sommes rendus compte qu'il n'était pas assez fiable. Nous sommes à un dixième de la pole, mais un abandon en course coûte bien plus cher qu'un dixième sur un tour", explique Wolff.

L'Autrichien est en tout cas d'accord avec son pilote, Valtteri Bottas.

"Oui, le nouveau moteur aurait pu faire la différence pour la pole, probablement. Et peut-être que Lewis aurait pu être sur la 1ère ligne au lieu de 4ème."

Selon Wolff, "tout ceci est la preuve que ce championnat est très serré et va se jouer, se gagner ou se perdre, sur de petits détails, par de toutes petites marges".

"Nous n'avons pas beaucoup fait rouler nos pilotes avec les hyper tendres lors des Libres, cela a peut-être aussi joué sur leur confiance dans ces pneus lors de la Q3. Personne ne sait. Etait-ce décisif? Probablement pas."

"Le nouveau moteur aurait été un avantage", reconnait-il. "Tout cela signifie que nous ne devons plus passer à côté de la moindre évolution, et faire la moindre petite erreur vous pénalise face à Ferrari ou Red Bull. Evidemment cela s'applique à eux aussi."
source: Nextgen-Auto.com

Force India n'est pas impactée au quotidien par le départ de Mallya
Force India a communiqué récemment la décision de son PDG et fondateur, Vijay Mallya, de quitter son poste. L'Indien est empêtré dans des décisions de justice et pourrait vendre son équipe, mais le directeur adjoint de l'équipe assure que ça n'a aucun impact sur la gestion de l'équipe au quotidien.

"Pour tout dire, ça n'a que peu d'impact dans l'équipe", explique Bob Fernley. "Les opérations quotidiennes continuent à être gérées par le même management, comme toujours. La décision de Vijay est personnelle mais du point de vue de l'équipe, tout se passe comme d'habitude."

Au milieu de rumeurs lui prêtant un nouvel acheteur, le fabricant de boissons énergétiques Rich Energy, Force India continue de se rattraper après des premières courses difficiles, et semble aujourd'hui au niveau pour viser le Top 10 en course comme en qualifications. Pour viser plus haut, Fernley ne sait pas ce que son équipe peut faire.

"Je ne pense pas qu'il y ait quelque chose à faire. C'est la F1 qui doit faire quelque chose et venir vers nous. Nous ne pouvons pas passer d'un budget de 100 millions à un budget de 300 millions. Donc quelque part, il faut que l'on arrive à équilibrer le peloton. C'est à la Formule 1 de permettre plus de compétitivité."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.