En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mardi 12 Juin 2018

Whiting veut revoir les procédures autour du drapeau à damier
L'agitation du drapeau à damier un tour trop tôt a semé la confusion à Montréal dimanche, alors que les pilotes se demandaient s'il fallait continuer ou non. Certains commissaires, convaincus que la course était terminée, ont même joué le jeu en saluant les pilotes.

"Parfois, les commissaires agitent leurs drapeaux pour féliciter le vainqueur, et certains l'ont fait" explique Charlie Whiting, directeur de course. "Ils pensaient que la course était finie car on leur a sûrement dit que le drapeau était agité. Le fait qu'il ait été montré un tour trop tôt, ils n'en savaient rien. Nous devons analyser ce qu'il s'est passé."

En plus des analyses à faire, Whiting veut revoir la procédure complète pour ne pas qu'un tel souci se reproduise. Il explique que la manière dont est amené et agité le drapeau est différente à chaque course, ce qui va imposer d'avoir un processus clair et précis.

"Il se peut que nous ayons besoin de revoir les procédures et de nous assurer que nous avons une procédure très simple pour chaque circuit parce que tous les circuits sont différents. Ils ont tous des systèmes et des réseaux de communication différents. Parfois, c'est le responsable, bien sûr, qui agite le drapeau."

"Nous devons nous assurer d'avoir un compte à rebours à chaque fois. C'est ce que font certains circuits, ils disent que le leader est dans l'antépénultième tour, dans l'avant-dernier tour, puis que c'est le dernier tour, la fin de ce tour. Ensuite, ils vont dire au gars qui agite le drapeau où se trouve le leader, et ils le préviennent quand c'est la prochaine voiture. Cela n'a pas été fait correctement ici."

Whiting veut toutefois trouver une solution pour empêcher ces choses de se reproduire à l'avenir et de perturber potentiellement le résultat: "Il me semble que personne ne savait vraiment et c'est ce dont nous avons besoin pour aller au fond des choses. Ce n'est pas satisfaisant. Heureusement, ça n'a pas affecté le résultat."
source: Nextgen-Auto.com

Selon Gené, 2018 pourrait être l'année de Vettel
Sebastian Vettel a déjà signé quatre pole positions et remporté trois Grands Prix, le tout en sept courses. C'est très nettement son meilleur début de saison depuis son arrivée chez Ferrari, et cela laisse penser à Marc Gené, ancien pilote d'essais de la Scuderia, que 2018 pourrait être l'année de Vettel.

"L'équipe est jeune, unie et travaille très bien" explique l'Espagnol. "Les années difficiles sont celles où on apprend. Cela pourrait désormais être l'année de Vettel, mais ce ne sera pas simple."

Après la déception de 2017, avec une fin de saison ratée et un titre manqué, Gené voit la paire Vettel-Ferrari bien meilleure cette saison: "Il sait qu'il a la voiture et qu'il peut le faire. Je le vois plus calme, plus serein, et plus à même d'attaquer. Comme à Bakou, où il a montré qu'il doit tenter de gagner s'il le peut, et qu'il ne faut pas être obsédé par une victoire manquée. Je le sens plus conscient de ce qu'il fait."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel a eu peur que le public pense la course terminée trop tôt
Sebastian Vettel révèle avoir été étonné d'apercevoir en bord de piste les drapeaux des commissaires, eux-mêmes perturbés par l'agitation précoce du drapeau à damier. Ferrari lui a bien demandé de continuer à piloter normalement, mais il reconnaît avoir craint que ce sentiment de fin de course ne pousse des fans à venir sur la piste.

"Je savais qu'il restait un tour, car j'avais le compteur des tours sur mon affichage, et que j'ai le panneau des stands qui me l'indique" explique l'Allemand. "J'étais surpris et j'ai demandé confirmation, mais on m'a dit de continuer. J'étais un peu inquiet que personne ne vienne en piste Mais tout s'est bien passé."

Leader durant toute la course sans être inquiété par Valtteri Bottas, Vettel reconnaît toutefois avoir vécu une petite alerte après avoir modifié de nombreux capteurs: "Il y a eu un moment dans le deuxième relais où j'ai dû activer et désactiver de nombreux capteurs. Je pense qu'il y a eu un petit problème en arrière-plan."

"A un moment, j'étais à deux doigts de demander si j'avais le droit de recommencer à piloter et à me concentrer sur mon pilotage, car je ne faisais que regarder le volant et changer des réglages. Ce n'est pas facile de rester concentré et de garder l'écart, mais nous avons bien contrôlé la course."

"Le premier relais était crucial car nous avons pu creuser l'écart, nous avons économisé du carburant, géré les pneus, et ça nous a permis de contrôler encore mieux la course dans le deuxième relais. Je pense que Valtteri manquait de carburant en fin de course, mais ce n'était pas le cas pour nous car nous en avions économisé."
source: Nextgen-Auto.com

24h du Mans - Alonso prêt à 'écrire l'histoire', Button en outsider
Sitôt le Grand Prix du Canada terminé, Fernando Alonso s'est envolé pour Le Mans où il disputera les 24 Heures dans sa Toyota hybride. Il fera équipe avec Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima dans la Toyota n°8.

A peine marqué par le décalage horaire, Fernando Alonso s'est dit impatient d'aborder ses premières 24 Heures du Mans - il a déjà disputé les 24 Heures de Daytona en janvier dernier.

"Ce sera une course très spéciale pour moi et pour toute l'équipe Toyota Gazoo Racing. Nos chances de gagner sont assez bonnes, c'est vrai. Nous avons fait tout le travail nécessaire, avec beaucoup d'essais l'hiver dernier, avec des sessions d'endurance et dans le simulateur. Maintenant, nous devons juste livrer une course très professionnelle, sans faire d'erreurs, et nous finirons par obtenir un bon résultat."

"Les 24 Heures du Mans sont une course très spéciale, surtout pour Toyota qui ne l'a jamais gagnée. Nous sommes tous concentrés sur cet objectif. Nous voulons faire gagner Toyota et écrire l'histoire. Je sens vraiment que l'équipe est prête, plus prête que jamais!"

"Ce sera une course très intéressante je pense."

Fernando Alonso n'aura sans doute - sur le plan de la performance pure - que l'autre Toyota hybride pour rivale. Les autres LMP1 non hybrides apparaissent moins rapides, mais la fiabilité jouera-t-elle encore des tours à Toyota?

A Spa, pour la première manche de la saison WEC, Fernando Alonso avait annoncé la couleur en l'emportant, de peu, contre l'autre Toyota hybride.

"C'est la deuxième manche du championnat WEC. Nous le menons après notre victoire à Spa. Je suis juste arrivé du Canada, le décalage horaire est de six heures, mais nous sommes seulement lundi, donc..."

"Je suis ici aujourd'hui, déjà concentré sur la course, et je serai prêt pour les essais libres mercredi. Je veux tirer profit de chaque minute dans la voiture - et en dehors entre les sessions. Je suis sûr que c'est très spécial."

"C'est vrai qu'en F1 nous ne nous battons pas pour le championnat, mais nous progressons dans la bonne direction. Nous sommes 100 fois meilleurs que l'an dernier avec McLaren."

Jenson Button roulera aussi en LMP1 au Mans, avec SMP Racing, quoique dans une voiture non-hybride. L'ancien pilote McLaren n'est ainsi pas favori, mais il est prêt à saisir sa chance au cas où...

"Je n'ai pas pu réaliser beaucoup de tours durant la Journée Test, puisque nous avons eu des problèmes de capteurs électroniques, mais j'ai complété 20 tours, et c'était très amusant. C'est vraiment un circuit unique et je n'ai cessé de progresser dans la voiture. C'était fantastique, j'ai très hâte d'être à mercredi pour le début des essais libres."

"Je dois admettre que j'étais relativement inquiet quand j'ai vu que Porsche se retirait du Mans, mais je pense que l'ACO et la FIA ont fait un travail formidable avec le nouveau règlement."

"Nous n'allons pas pouvoir lutter contre les Toyota, mais je crois que nous pourrons aussi bien figurer de notre côté. Je suis sûr que ces 24 Heures du Mans vont être remarquables."

"Ces voitures sont si rapides, si amusantes à conduire, comme dans le virage Porsche. Nos temps au tour devraient proches de 3'19'00, ce qui est extrêmement rapide, en particulier pour une écurie privée."

En briscard du sport auto, Jenson Button a d'ores et déjà analysé le circuit du Mans.

"J'adore le circuit et en particulier les virages Mulsanne et Porsche. Le premier secteur est assez bosselé. Le Tertre Rouge est assez facile à négocier. Il n'y a pas de piège dans le premier secteur, il faut juste faire attention au freinage dans les deux chicanes. C'est le virage Mulsanne qui vous fait vraiment mal!"

"Ensuite vous abordez le virage Indianapolis, suivi par les virages Porsche qui sont difficiles, très rapides, mais aussi amusants avec ces voitures qui ont une adhérence formidable. Vous pouvez vraiment passer à haute vitesse dans ces sections. Il faut bien apprendre à connaître la voiture tout d'abord, mais une fois que vous y êtes à l'aise, c'est juste un pur plaisir."

"Je ne dirais pas que le circuit est difficile, il est assez plaisant en fait! Les virages Porsche sont les plus exigeants sur le plan physique, mais le reste est OK."
source: Nextgen-Auto.com

Brown admet les doutes d'Alonso quant à la F1
Zak Brown a tenu à calmer les rumeurs selon lesquelles Fernando Alonso quitterait la Formule 1 en fin d'année pour aller en IndyCar à temps complet en 2019. La visite de McLaren à Détroit pour la manche qui s'y est déroulée le week-end dernier, organisée en présence de Luis Garcia Abad, le manager d'Alonso, était bien pour McLaren et non pour Alonso, selon Brown.

"Je veux clarifier le fait que Luis Garcia Abad n'était pas avec moi au sujet de l'avenir de Fernando" explique le président de McLaren. "Ce n'était pas le but de ce voyage. Le but était de se faire des contacts, et j'ai fait une visite intéressante, discuté avec du monde, et fait du business."

Brown admet toutefois que le pilote espagnol se pose des questions quant à la F1: "Fernando veut toujours piloter, mais il est vrai que le calendrier de la F1 est particulièrement difficile. Il fait ça depuis longtemps. Son avenir n'est pas encore décidé, bien que je pense qu'il continuera dans une McLaren, quelle que soit sa décision."

"Nous parlons avec Fernando. Il s'amuse, et pilote mieux que jamais, mais il est aussi frustré car la Formule 1 devient plus un sport d'équipes que de pilotes. Il aime l'endurance, on l'a vu à Daytona et maintenant au Mans, donc j'espère que nous pourrons continuer ensemble, d'une manière ou d'une autre."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean explique que les lunettes caméra sont douloureuses
Comme Pierre Gasly à Monaco, Romain Grosjean a porté à Montréal des lunettes équipées d'une caméra, afin de pouvoir produire des images directement enregistrées dans le casque du pilote, et ainsi voir exactement ce qu'il voit lorsqu'il est en piste. Le Français se plaint du confort de ces lunettes, mais aime leur concept.

"C'était très douloureux" explique Grosjean "Elles ne vont pas bien dans le casque et l'on ne peut que les utiliser durant un tour d'installation. Mais j'adore l'idée et c'est pour cela que j'ai dit oui."

"Quand on voit les images, on voit réellement la vitesse de la voiture, le travail sur le volant, les vibrations, et cela permet aux gens d'expérimenter ce que nous vivons. Les caméras modernes sont si bonnes et stables que l'on ne ressent même pas les vibrations en piste."

Cependant, Grosjean n'imagine pas encore ces lunettes se démocratiser en course, par exemple: "Il faudra voir d'autres solutions, peut-être monter la caméra sur le support à côté de notre tête, ou directement sur le casque."
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso soutient Hartley de son côté
Toro Rosso continue à soutenir officiellement Brendon Hartley, sujet à toutes les rumeurs depuis quelques semaines quant à un éventuel remplacement en cours de saison.

Helmut Marko a bien contacté McLaren pour savoir si Lando Norris était disponible mais l'équipe de Woking a dit non au responsable de la filière jeunes de Red Bull.

A court de solutions, pour le moment en tout cas, l'équipe de Faenza va s'attacher à mettre Hartley en confiance.

C'est ce que confie aujourd'hui le team manager, Graham Watson.

"Nous voulons qu'il ait du succès. Toute l'équipe Toro Rosso est derrière lui, à 100%."

Watson reconnait que ce n'est pas juste une décision de l'équipe.

"Les pilotes sont contrôles avant tout par Red Bull. Nous, en tant qu'équipe, nous devons travailler avec les pilotes qui sont choisis. Nous devons faire en sorte de voir s'ils ont la capacité d'être performants, voire de devenir champions du monde un jour."
Le team manager admet aussi que l'avis de Toro Rosso "compte" mais n'est "pas décisif."

"Nous ne contrôlons pas le destin de nos pilotes chez Toro Rosso", conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Williams a besoin de temps pour régler ses problèmes
Paddy Lowe reconnaît que les problèmes de Williams vont mettre du temps à être résolus, alors que Sergey Sirotkin se plaignait encore au Canada d'avoir la voiture la plus lente. Le directeur technique de Williams ne voit toutefois pas de nouveaux problèmes greffés sur la FW41.

"Les problèmes rencontrés au Canada sont les mêmes que nous avons eu depuis le début de saison" explique Lowe. "Nous les réglerons dès que possible. Ils sont liés à l'aérodynamique, et la solution prend du temps à être trouvée. Nous en comprenons les causes mais il n'est pas simple de les éliminer."

"C'est une période difficile pour tout le monde, surtout pour l'équipe qui se déplace sur les circuits, car la même quantité de travail est nécessaire, que la voiture soit rapide ou lente. Il est important de travailler avec le moral, et c'est plus dur quand il y a des problèmes évidents avec la voiture."

Hors de question pour lui de blâmer les pilotes, Sirotkin et Lance Stroll: "Ils ont la bonne attitude, ils ne manquent pas de motivation ou d'énergie. Dans les situations difficiles, certains pilotes commencent à perdre leur calme et cela peut affecter émotionnellement tout le monde."

"J'ai travaillé avec un excellent pilote en particulier, qui a gagné plein de courses et plus d'un titre, qui disait ce qu'il pensait en fin de course, quelle que soit la situation. Différents pilotes se comportent différemment dans différentes situations. Mais cela n'arrive pas ici, je n'ai pas à m'en inquiéter."
source: Nextgen-Auto.com

La France, le pays de la course auto pour les 15 prochains jours
En ce mois de juin 2018, deux événements majeurs du sport automobile vont se dérouler en France: Les 24 Heures du Mans, la mythique course d'endurance, les 16 et 17 juin et le Grand Prix de France de F1, qui fait son retour après dix ans d'absence, le 24 juin sur le circuit Paul Ricard, au Castellet.

En l'espace d'une semaine, la France rayonnera à l'international sur la scène sportive, témoignant de son aura et de son attractivité en tant qu'organisatrice de grandes compétitions, mais prouvant aussi et surtout, sa culture et son savoir-faire en matière d'automobile.

Les deux organisateurs de ces deux rendez-vous internationaux, Pierre Fillon, Président de l'Automobile Club de l'Ouest, et Christian Estrosi, président du GIP Grand Prix de France, se félicitent de ce retentissement pour les fans de sport auto et pour l'automobile en France.

"Certains pourraient considérer que deux événements comme les 24 Heures du Mans et le Grand Prix de France de F1, disputés à une semaine d'intervalle, soient concurrentiels, je préfère parler d'une double opportunité pour montrer et démontrer les valeurs du sport automobile, avec deux de ses disciplines majeures; c'est l'occasion pour nous, organisateurs, de défendre nos engagements et nos convictions à une époque où l'automobile évolue et se diversifie sans cesse. Ce festival du sport auto en France réjouira de nombreux fans et fera résonner nos projets à l'international", commente Pierre Fillon, président de l'Automobile Club de l'Ouest, organisateur des 24 heures du Mans.

"Avec mon équipe du GIP et grâce à nos partenaires régionaux, nous avons réussi à faire revenir la F1 en France. Après dix ans d'absence, le Grand Prix de France réintègre le calendrier mondial de la F1. Evénement sportif, il est aussi le porte drapeau de notre pays, de notre culture", ajoute Christian Estrosi, président du GIP Grand Prix de France.

"Comme les 24 Heures du Mans, créées en 1923, nous sommes les garants d'un héritage automobile mais aussi les acteurs responsables de son présent et de son futur. Toutes les énergies pour promouvoir le sport automobile et l'automobile sont les bienvenues."

Un champion a d'ores et déjà décidé de jouir pleinement de ces deux grandes courses en France: Fernando Alonso, double Champion du monde de F1 avec Renault, courra les 24 heures du Mans, sur un prototype hybride Toyota, avant de prendre le départ du Grand Prix de France avec son équipe de F1, McLaren.
source: Nextgen-Auto.com

Marko impressionné par l'évolution du moteur Honda
Red Bull semble toujours se diriger vers une motorisation Honda pour 2019 et 2020.

C'est ce que suggère Helmut Marko, le consultant au sport automobile de Red Bull, peut-être pour mettre davantage de pression sur Renault.

"L'évolution du moteur Honda a été impressionnante à Montréal. Nous parlons de presque 3 dixièmes au tour selon nos analyses", rapporte l'Autrichien.

Reste le paramètre fiabilité à prendre en compte: Red Bull veut attendre les résultats de l'analyse de la casse du moteur de Pierrez Gasly au Canada pour prendre une décision définitive.

Celle-ci pourrait être annoncée lors du prochain GP en France ou, au plus tard, lors de celui d'Autriche.
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg conseille à Mercedes de garder ses pilotes
Nico Rosberg est un observateur intéressé de la saison de Formule 1 en cours, et admet que son ancienne équipe n'a rien à redire au sujet des pilotes. Si la Mercedes W09 n'est pas la meilleure monoplace, Lewis Hamilton et Valtteri Bottas font, selon lui, un très bon travail.

"Je les garderais tous les deux. Absolument!" déclare Rosberg. "Lewis et Valtteri travaillent très bien tous les deux et à un très haut niveau de performance."

Rosberg comprend que l'idée de recruter Daniel Ricciardo, potentiellement partant de chez Red Bull, puisse intéresser Mercedes, mais il assure que Bottas doit surtout à une certaine malchance de ne pas avoir gagné cette saison: "Seule la malchance l'a empêché de faire mieux que ce qu'il a déjà fait."
source: Nextgen-Auto.com

Le rythme des Force India valait mieux que deux points au Canada
L'équipe Force India avait de quoi être déçue en quittant le Canada, puisque Esteban Ocon a marqué deux points, alors que les deux pilotes partaient dans le Top 10, au même niveau que les Renault. Le Français a vécu un problème aux stands, tandis que Sergio Pérez a vu sa course ruinée par un contact avec Carlos Sainz.

"Repartir avec seulement deux points est un peu décevant, si l'on prend en compte la vitesse que nous avons montrée tout au long du week-end" explique le directeur des opérations, Otmar Szafnauer.

"Esteban a été très bon et a malheureusement vécu un arrêt aux stands trop long qui l'a empêché de battre les Renault."

"Sergio était très bon jusqu'à ce que Sainz le percute, le faisant sortir de la piste et de la zone des points. Il avait réussi le dépassement, donc c'est très décevant de perdre quatre ou cinq places par la suite. Cela a ruiné son après-midi. C'était un résultat mitigé au Canada, mais nous sommes encouragés par la vitesse montrée en course et en qualifications, donc c'est bien de marquer des bons points."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes a vite besoin de son nouveau moteur selon ses pilotes
Les pilotes Mercedes ont constaté à Montréal que l'avance de Mercedes en termes de moteur était maintenant des plus fragiles.

Valtteri Bottas comme Lewis Hamilton n'ont rien pu faire face aux Ferrari et aux Red Bull, avec leurs moteurs du début de saison. Pour reprendre l'avantage, il faudra l'évolution.

"Il y a eu des problèmes de qualité comme vous le savez, mais nous devrions avoir le moteur au Grand Prix de France. C'est une nécessité puisque je ne crois pas que nos moteurs peuvent encore faire une course de plus sans un grand risque de casse", explique Hamilton.

"C'est aussi nécessaire parce que Ferrari et Renault ont bien progressé avec leurs moteurs évolués. En termes de performance pure, ils nous ont rattrapé. Ce serait bien de reprendre un peu d'avantage sur eux dans ce domaine."

Valtteri Bottas fait la même analyse.

"Oui, nous en avons vraiment besoin. Nous avons vu que nous n'étions plus assez rapides. Nous avons un grand besoin de ce nouveau moteur et nous l'aurons lors de la prochaine course. C'est donc bien."

"Ferrari a été plus rapide que nous dès le 1er tour à Montréal, je ne pouvais pas faire mieux que 2ème je pense. Je suis heureux de ma performance donc mais je sais que l'équipe espérait mieux sur un tel circuit."
source: Nextgen-Auto.com

Selon Rosberg, la performance de Verstappen était digne de Hamilton
Nico Rosberg a donné ses impressions après le week-end de Montréal sur sa chaîne Youtube, et a reconnu avoir été impressionné par Max Verstappen. Selon lui, il a disputé un week-end ressemblant aux performances de Lewis Hamilton lorsque celui-ci est remis en question et veut rappeler son niveau.

"Verstappen a fait un week-end épique" déclare le Champion du monde 2016. "Il a montré une attitude similaire à celle de Lewis Hamilton ce week-end. Quand Lewis est en colère, il affiche son meilleur niveau. Il canalise cela en performance incroyable et je pense que Verstappen a eu un week-end du même genre."

"Il a réussi à gagner un peu de concentration dès le départ. Il a été le premier tout au long des séances d'essais, a signé une grande qualification et a terminé troisième. Je pense que c'était un très bon week-end pour lui."

Rosberg a enfin jugé le week-end de son ancien équipier, Lewis Hamilton, et expliqué qu'il ne mettait pas que le problème moteur comme responsable de la perte de performance du quadruple Champion du monde: "Lewis a eu un de ces week-ends sans performance."

"Oui, il a eu un souci moteur durant la course, mais déjà en qualifications il n'était pas dans le coup. C'est typique de Lewis, des phases lors desquelles il perd de la motivation quand tout ne va pas bien."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton ne se laisse pas gagner par le doute après Montréal
Lewis Hamilton semble digérer peu à peu sa déception affichée dimanche d'avoir terminé 5ème seulement du Grand Prix du Canada, sur le circuit de Montréal où Mercedes arrivait pourtant comme favorite.

Le Britannique reconnait que Mercedes a maintenant une concurrence très rude pour les victoires, et donc pour les titres mondiaux. Le pessimisme ne le gagne cependant pas: il croit toujours à un 5ème titre mondial pour lui et son équipe.

"Oui je suis déçu et je pense que cela va être encore plus douloureux dans les jours à venir quand nous penserons ou aurons découvert ce que nous pouvions mieux faire. Mais cela aurait pu être pire. Comme je l'ai dit, j'ai cru que mon moteur n'allait pas tenir. J'aurais pu abandonner mais ce n'est pas le cas", dit-il.

"Cependant je constate bien comme tout le monde que j'ai perdu beaucoup de points sur Vettel en deux courses. Nous sommes passés derrière Ferrari d'une certaine façon."

A-t-il des doutes alors sur les capacités de sa Mercedes W09 à lui offrir un nouveau titre?

"Je ne laisse pas ce genre de pensée atteindre mon esprit. Ce serait un premier signe de faiblesse et je ne suis pas faible. Je suis là pour gagner et je crois que nous pouvons le faire. J'ai une confiance complète en nos gars et je veux leur fournir le maximum d'énergie positive."

"Quand on commence à envisager la défaite, alors c'est déjà perdu. Ce n'est pas dans ma façon de raisonner."

"Je pense que nous avons encore du potentiel à trouver dans notre voiture",, conclut-il sur un ton encore plus positif.

"L'an dernier tout le monde disait que nous avions la meilleure voiture mais je pense surtout que nous avions fait le meilleur travail. Ce n'est plus le cas parce que Red Bull est là maintenant, Ferrari l'est depuis de longs mois. Mais cela reste très serré. Ferrari a été plus constante mais il reste beaucoup de courses."
source: Nextgen-Auto.com

La FIA a reçu pour consigne de ne pas enlever la marmotte
L'une des images du vendredi a Montréal a été le choc entre Romain Grosjean et une marmotte qui a traversé la piste. La bête était sur le bord de la piste, juste avant la dernière chicane, depuis le début des essais, et c'est finalement le Français qui l'a percutée lorsqu'elle a tenté de traverser. Charlie Whining explique que la FIA a hésité à tenter de la faire fuir, mais qu'il a reçu une indication contraire.

"Nous avons vu la marmotte" explique Whiting. "J'ai demandé si c'était jouable de l'attraper et ceux qui s'y connaissent en marmottes m'ont dit que ce n'était pas une bonne chose. Sur le moment, on a pensé que c'était mieux de la laisser là et d'espérer qu'elle ne tenterait pas de traverser, mais elle l'a fait."

Romain Grosjean s'était plaint qu'elle n'ait pas été enlevée alors qu'elle était en bord de piste depuis le début de la séance. En plus de la regrettable perte de l'animal, l'équipe Haas a perdu de l'argent et un aileron neuf, ce qui aurait pu poser problème pour la suite du week-end. Mais Whiting est convaincu que le problème de ces marmottes est insoluble sur le circuit Gilles Villeneuve.

"Les marmottes font partie de cette île, elles sont protégées et elles font de leur mieux pour aller à des endroits où elles ne sont pas censées aller. Nous faisons de notre mieux pour boucher tous les trous mais elles en creusent d'autres et arrivent souvent sur la piste. Ce n'est pas une bonne chose mais il y a peu de choses à faire pour empêcher ça."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.