En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 08 Juillet 2018

Grosjean a été impliqué dans deux incidents dont un avec Magnussen

Les deux Haas ont manqué de se mettre hors-course dès le premier tour à Silverstone. Romain Grosjean et Kevin Magnussen ont tout de même perdu du temps et des positions dans l'affaire, ce qui a "compromis" leurs courses selon le pilote français.

L'écurie américaine retombe dans ses travers et a encore manqué une belle opportunité.

Romain Grosjean s'est excusé auprès de son coéquipier. L'erreur vient bien de sa part, a confirmé Günther Steiner.

"Romain s'est excusé auprès de Kevin, je pense qu'il a un peu trop attendu avant de freiner. Du même coup, Kevin a perdu une pièce au niveau de son fond plat, vous pouviez voir qu'il perdait de l'appui et de l'équilibre d'un côté. Il est bien revenu une fois que les pneus ont fonctionné. Il fallait juste gérer ce problème. La voiture n'était pas vraiment lente mais elle était assez endommagée du côté droit du fond plat. Il y avait une grosse pièce qui manquait."

Les commissaires ont estimé que l'incident entre Kimi Räikkönen et Lewis Hamilton avait "influencé" les deux Haas et n'ont donc pas sanctionné Romain Grosjean.

La course de Romain Grosjean a fini comme elle avait commencé: sur un accrochage. Cette fois-ci, ce fut l'abandon: le Français a été déventé alors qu'il suivait Carlos Sainz.

Les commissaires ont là encore décidé d'innocenter les deux pilotes. Romain Grosjean a reconnu que les turbulences aérodynamiques de la Renault ont causé un "léger sous-virage" ce qui a amené cet accrochage. "C'était un incident de course" en ont conclu les commissaires.

"Au début de la course avec Kevin, je pense que c'était une erreur de notre part. Cela ne devrait pas arriver, nous devons donc travailler dessus pour nous assurer que cela n'arrive plus. Cela nous a évidemment coûté beaucoup de positions dans le premier virage. Après cela, avec Carlos (Sainz), je n'ai pas étudié les images, pour être honnête. J'avais l'impression qu'il revenait assez fort à l'intérieur et ne me laissait pas beaucoup de place. J'ai essayé de freiner pour éviter un contact, mais il n'y avait pas beaucoup de place pour moi. C'est dommage", commente le Français.

"Nous avons marqué deux points, et c'est tout ce qui compte. C'était le meilleur que nous pouvions faire aujourd'hui. Cela aurait pu être mieux, et ça aurait dû l'être, mais c'est comme ça. Au moins nous avons encore marqué des points", conclut, un brin frustré, Kevin Magnussen.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel avait fomenté son 'attaque surprise' sur Bottas quelques tours avant
Sebastian Vettel a remporté une victoire à la saveur particulière, sur les terres de Lewis Hamilton, qui lui permet d'augmenter son avance au classement. Le pilote Ferrari est passé en tête au prix d'une manœuvre autant rusée que remarquable.

"C'était assez intense" confirmait-il en conférence de presse. "Bien sûr j'avais l'avantage des pneus mais Valtteri avait piste libre devant lui, donc je pouvais le suivre en lignes droites, mais il était difficile de me rapprocher vraiment. J'avais déjà senti que j'aurais une chance quelques tours avant mon dépassement, au virage 4 et ensuite dans la ligne droite de Wellington jusqu'au virage 6."

"Et bien sûr j'ai pu le surprendre, j'ai pensé qu'il n'avait pas imaginé que j'oserais aller à l'intérieur! Plus je passais du temps derrière lui, et plus j'allais souffrir avec mes pneus et les surchauffer."

"La sensation était formidable quand nous étions côte à côte, je n'étais même pas sûr de pouvoir prendre le virage. Mais je l'ai fait, donc c'était formidable et une fois devant, j'ai pu utiliser mon avantage au niveau des pneus pour creuser un écart et contrôler la course."

"Auparavant, j'avais essayé de le dépasser à l'extérieur et il avait freiné très tard, donc je me suis dit qu'il fallait que je tente autre chose pour le surprendre. Sur mon dépassement, il couvrait l'intérieur mais m'a quand même laissé un petit espace que j'ai utilisé. Et une fois devant, je n'avais plus de perturbation aérodynamique et j'ai pu prendre le virage comme il faut."

"Nous avons un peu souffert sur la fin avec les pneus, mais je voulais passer dès que possible, c'était la clef."

"C'était une manœuvre cruciale, et difficile. Mercedes semblait très solide en lignes droites, mais bien sûr avec les DRS et les pneus, j'étais plus solide à la fin des lignes droites, donc ça a marché."

Sebastian Vettel a eu chaud, et d'autant plus que sa Ferrari semblait en-deçà des Mercedes lors du dernier relais...

"Je ne suis pas d'accord. Au premier relais il était crucial de creuser un écart. Et la fin, les pneus de Valtteri Bottas étaient un peu en meilleur état. Mais dans le deuxième relais, nous contrôlions largement la course. Nous aurions été OK. Bien sûr, nous avons ensuite décidé de nous arrêter lorsque la voiture de sécurité est entrée en piste. Donc j'ai eu un arrêt gratuit mais après le restart je savais que j'aurais ma chance, avec des pneus plus frais."

La Ferrari a affiché tout de même un très bon niveau de performance, sur une piste qui ne devait pas lui être forcément favorable. A-t-elle passé un test définitif validant son niveau face à la Mercedes jusqu'à la fin de la saison?

"Ce week-end, ce fut un peu différent, il faisait très chaud, ce qui est inhabituel ici. Il y avait moins de vent, un nouvel asphalte, donc oui, pas mal de nouveautés. Mais le principal, c'est que nous étions compétitifs, pas comme par le passé. Nous avons une très bonne voiture, nous avons amené quelques nouvelles pièces qui ont semblé marcher. Cette fois-ci, nous étions à la hauteur et au niveau. Nous avions le rythme sous contrôle, nous avons bien géré la course."

"C'est fantastique de gagner une course ici, cela faisait longtemps pour moi. C'est l'une des pistes les plus satisfaisantes pour un pilote, et gagner ici, c'est formidable."
source: Nextgen-Auto.com

Une course terminée brutalement pour Ericsson
Marcus Ericsson n'a pas vécu un bon week-end à Silverstone. Dans l'ombre de Charles Leclerc, qualifié en Q3 et largement devant lui avant de rencontrer un souci, le Suédois était loin des points lorsqu'il a franchi le premier virage avec le DRS ouvert. Une erreur fatale qui l'a envoyé à pleine vitesse dans les pneus qui bordent le circuit.

"C'est décevant de ne pas finir la course aujourd'hui" explique Ericsson. "Tout se passait bien, nous suivions le plan de la stratégie et j'ai fait un bon premier relais. Puis, le deuxième relais a bien débuté et nous attendions un meilleur rythme au fil de la course. Malheureusement, j'ai dû abandonner après un accident au premier virage."

Il détaille ensuite l'incident: "Le DRS était ouvert et j'ai perdu la voiture. Le point positif est que nous avons fait des progrès, et j'ai hâte de me battre de nouveau lors du prochain Grand Prix dans deux semaines."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo sauve une 5e place avec une Red Bull pas au niveau
Daniel Ricciardo a vécu un week-end compliqué à Silverstone. Loin des Mercedes et des Ferrari en qualifications, l'Australien a été contraint d'admettre la supériorité de ses rivaux en course également, et malgré une belle défense face à Kimi Räikkönen, il termine cinquième, et seule Red Bull à l'arrivée.

"J'étais proche de Bottas à la fin, mais je ne pouvais pas me rapprocher plus, parce que j'aurais ruiné mes pneus sinon. L'adhérence que j'avais en le rattrapant n'a plus été présente lorsque j'ai été soudainement assez proche de lui. C'était tout simplement un peu trop difficile de le suivre."

"A un moment, je n'ai pas bien pris la sortie d'un virage, il a pu s'éloigner rapidement sur la ligne droite suivante et je n'avais plus le DRS. La voiture était bonne quand elle était dans l'air propre" explique Ricciardo, qui admet être mal tombé avec le timing de la voiture de sécurité.

"Nous sommes rentrés au stand à la dernière minute (au 30ème tour), et la voiture de sécurité est arrivée soudainement. J'ai perdu à ce moment-là des positions. J'ai simplement eu de la poisse. J'ai essayé de passer [Valtteri] Bottas car il était en difficulté à la fin mais j'ai senti que mes pneus ne tenaient plus."

L'Australien ronge son frein depuis quelques courses: "Cela ne s'est pas super bien passé pour moi depuis Monaco. Bien sûr je savoure encore ma victoire à Monaco tant que ça n'est pas ma dernière victoire de l'année. A Hockenheim et à Budapest, nous allons essayer de remédier à cela. Je me réjouis à présent de passer plus d'une semaine sans course!"
source: Nextgen-Auto.com

Perez est heureux de récupérer son point face à Gasly
Sergio Pérez a sauvé le point de la dixième place grâce à la pénalité infligée à Pierre Gasly, qui l'avait dépassé de manière un peu trop musclée. Le Mexicain est toutefois frustré de son week-end, alors qu'Esteban Ocon le devance désormais au classement. Mais il regrette aussi son tête à queue au premier virage.

"Je ne peux pas être totalement satisfait de la course aujourd'hui" explique Pérez. "L'incident au départ a compromis ma course, j'ai perdu l'arrière pour éviter les incidents devant moi et j'étais en fond de peloton après ça. Le reste de la course n'a pas été mauvais. Nous avions un bon rythme et nous avons dépassé beaucoup de voitures. Nous avons tiré le maximum des interventions de la voiture de sécurité."

"A deux tours du but, Gasly m'a poussé hors piste. Je lui ai donné la place mais ce n'était pas assez, nous nous sommes touchés et j'ai perdu une position. Je pense que c'était une manœuvre injuste. Je suis heureux que la FIA ait pris une décision après la course de pénaliser Gasly, et ça me rend mon point. Je veux maintenant me reposer après ces trois courses enchaînées."

Son directeur, Vijay Mallya, est heureux du résultat de Force India à domicile: "Marquer sept points à la maison est une bonne chose. Esteban n'a pas fait une seule erreur aujourd'hui et a réussi à tenir les voitures derrière lui malgré leur avantage au niveau des pneus."

"Sergio s'est retrouvé dernier au premier tour et ça lui a coûté cher. C'est la cinquième fois cette saison qu'une de nos voitures est impliquée dans un incident au premier tour et ça nous coûte des points au classement constructeurs. En dépit de cela, il s'est bien battu, a attaqué fort et dépassé de nombreuses voitures."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen - Nous étions trop lents, c'était une blague!
Max Verstappen n'a pas vu l'arrivée du Grand Prix de Grande-Bretagne, à cause d'un problème technique.

Mais le Hollandais était surtout très déçu de la compétitivité de sa voiture, sous-entendu son moteur Renault, ce week-end.

"C'est une blague!" dit-il en référence à son abandon.

"Durant les premiers tours, j'ai eu un problème avec le système de freins arrière brake-by-wire. La pédale est tout simplement allée au plancher dans le virage numéro 3. Il s'est rétabli par la suite et tout avait l'air de bien fonctionner."

Après la 2ème voiture de sécurité, les problèmes ont recommencé.

"C'était plutôt bizarre. Après la 2ème voiture de sécurité, je voulais freiner au virage numéro 16 et la pédale s'est enfoncée de nouveau jusqu'au bout et les roues arrière se sont bloquées. Je suis alors parti en tête-à-queue."

Le bilan de Silverstone est négatif selon Verstappen.

"Nous sommes tout simplement trop lents dans les lignes droites pour réussir quoi que soit. On a pu le voir aussi du côté de Daniel lorsque Bottas a attaqué. Lorsque nous ouvrons le DRS, nous avons alors la même vitesse de pointe que les Mercedes sans le DRS."

"Et on a pu le voir à chaque fois après les voitures de sécurité: quand nous avons de nouveau accéléré, nous étions trop lents. Bref c'était une blague!"

Verstappen va pouvoir profiter de quelques jours de repos avec, au moins, un bon feeling sur ses prestations.

"Ce ne fut pas un week-end idéal, heureusement, la semaine dernière s'est déroulée bien mieux avec ma victoire en Autriche."

"Ce fut aussi positif durant les deux week-ends avant cela. Cela se passe ainsi dans le monde la course parfois. Avoir des hauts et des bas, cela m'est arrivé et cela va arriver de nouveau. J'aurais juste aimé être 5ème aujourd'hui, pour au moins inscrire quelques points. Nous allons rentrer sans points à la maison mais avec le bonheur de pouvoir me reposer un peu avant les 2 derniers Grands Prix de ce mois de juillet."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly perd son point sur tapis vert
Pierre Gasly était un homme heureux après l'arrivée du Grand Prix de Grande-Bretagne. Il avait en effet marqué le point de la dixième place, mais pour y arriver, il avait un peu malmené Sergio Pérez.

Les commissaires ont en effet décidé de donner une pénalité de cinq secondes à Pierre Gasly, ce qui le relègue en 13ème position. C'est donc Sergio Pérez qui marque le point de la 10ème place.

"Gasly est entièrement ou principalement à Blâmer, car si l'accrochage a été léger, il a favorisé son dépassement", affirme ce soir les commissaires sportifs du Grand Prix de Grande Bretagne.

"Je suis super heureux d'être de retour dans les points", déclarait Pierre Gasly avant d'apprendre que ce point n'était plus pour lui. "Nous ne nous attendions pas à terminer cette course dans le Top 10, car nous avons quelques soucis et un manque de performance. J'ai livré une bataille très dure à Sergio (Pérez) en fin de course. J'ai vu une possibilité à la dernière chicane et nous nous sommes un peu touchés, mais finalement j'ai pris l'avantage. Quitter Silverstone avec ce résultat et une belle récompense pour l'équipe qui a vécu un week-end très difficile. La voiture se comportait bien et je suis impatient de la retrouver en Allemagne."

"Je ne suis pas superstitieux et je ne crois pas en la chance, mais je crois que je ne vais pas mentir en affirmant que j'ai été particulièrement malchanceux au cours de ces dernières semaines", déclare Brendon Hartley. "J'ai encore eu une rupture de suspension hier et encore aujourd'hui, j'ai eu un autre souci technique avant même le départ de la course. Je n'ai donc pas grand-chose à dire sur les deux dernières journées. C'et décevant, mais je vais appuyer sur le bouton reset et prendre quelques jours de repos afin de me relaxer et préparer la prochaine course."
source: Nextgen-Auto.com

Hulkenberg marque 8 points précieux pour Renault F1
Renault F1 a fait un retour bienvenu dans les points grâce à la sixième place de Nico Hülkenberg, obtenue à l'arrivée d'un Grand Prix de Grande-Bretagne effréné et ponctué de multiples rebondissements.

Sous un ciel bleu et un soleil resplendissant, l'Allemand a capitalisé sur un excellent départ et un très bon premier tour, qui lui a permis de passer de la onzième place sur la grille à la sixième position.

Concentré et déterminé à tirer parti d'une stratégie à un arrêt, il a parfaitement géré les multiples neutralisations derrière la voiture de sécurité pour terminer à cette même place sous le drapeau à damiers.

Grâce à ce résultat, Renault F1 consolide sa quatrième place au Championnat des Constructeurs, avec une avance de 19 points sur le cinquième.

"Je suis très heureux, c'est une journée positive. Je ne pense pas que nous aurions pu faire mieux que ce résultat", commente Nico Hülkenberg.

"Après avoir pris un bon départ, le premier tour m'a permis de remonter sixième. C'était un peu le chaos dans les virages 2 et 3 et j'ai réussi à me faufiler pour gagner des places. Ensuite, il fallait gérer les pneus au fil de la course. Nous avions choisi les gommes Dures, peut-être un peu moins performantes mais qui nous permettaient de ne marquer qu'un arrêt. Cette course a été bonne de bout en bout, particulièrement en gagnant une position supplémentaire à la fin, lorsque la Red Bull est partie en tête-à-queue. C'est top pour l'équipe de marquer ces huit points."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen ne craignait pas Silverstone plus qu'un autre circuit
Ferrari a remporté une course qui ne lui semblait pas promise, puisque Mercedes avait remporté les cinq dernières éditions du Grand Prix de Grande-Bretagne. Kimi Räikkönen estime toutefois que ce n'était pas plus compliqué pour Ferrari en Angleterre qu'ailleurs, alors que la SF71-H continue de prouver ses qualités.

"Je ne pense pas que Silverstone soit plus difficile que les autres circuits" explique le Finlandais. "Ils sont tous compliqués et cela dépend des tracés, qui ont besoin de qualités de la voiture, mais ils sont tous difficiles et nous demandent tous du travail."

En fin de course, Räikkönen est allé chercher le podium dans les derniers tours, comme en France, et y monte pour la troisième fois consécutive, la sixième de la saison: "Le début de course était évidemment loin d'être idéal. J'ai bloqué une roue et heurté Lewis. J'ai ensuite écopé d'une pénalité et il était difficile de me battre contre les Red Bull, je ne sais pas pourquoi. Chaque fois que nous nous approchions, c'était difficile de les suivre, plus qu'une autre voiture."

"Nous nous sommes battus contre eux en début de course et à la fin, je les ai finalement doublés. J'ai ensuite eu un bon run de trois tours, j'ai pris un bon rythme et j'ai finalement réussi à passer. C'était correct, mais la course était loin d'être idéale. C'est comme ça."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton n'a 'pas d'inquiétude' sur un possible complot venant de Ferrari
L'incident entre Lewis Hamilton et Kimi Räikkönen au virage 3 devrait faire parler pendant encore de nombreux jours. Hamilton comme Toto Wolff sont agacés de voir la deuxième Ferrari s'être accrochée avec le rival direct de Sebastian Vettel pour le titre, "un acte délibéré ou de l'incompétence" pour reprendre les mots de James Allison.

Sur le podium, Lewis Hamilton avait ironisé, évoquant une "tactique intéressante" de la part de Ferrari. Cette réaction a été faite à chaud: en conférence de presse, Lewis Hamilton a-t-il décidé de maintenir ce qui peut s'apparenter à une forme de théorie du complot?

"Tout ce que je voudrais dire, c'est que ça fait deux courses où une Ferrari sort une Mercedes. Valtteri et moi avons perdu des points dans les deux situations. Revenir à la deuxième place était fantastique, et il faudra maintenant travailler plus dur."

"J'ai pris un mauvais départ, oui. J'ai été trop agressif... j'ai patiné et j'ai perdu du terrain sur les autres, j'ai été percuté à l'arrière, et voilà."

"Une pénalité de cinq secondes et une pénalité de dix secondes, ça ne me semble pas... finalement, ça gâche une course. Et bien sûr dans cette situation de course, je ne pouvais voir ce qu'il se passait derrière moi. Mais il faut travailler pour ne pas nous retrouver dans cette situation, en étant si proches des Ferrari. Parce que qui sait ce qui pourrait de nouveau..."

"Nous devons nous assurer de travailler dur dans l'équipe pour essayer de bloquer la première ligne et pour nous assurer que tous ces gars ne seront pas juste à côté de nous."

Lewis Hamilton, frustré, a séché les interviews d'après-course sur la grille, et n'a pas adressé un regard à Kimi Räikkönen dans la cool-room. Un journaliste anglais a décrit cette attitude comme celle de quelqu'un en colère. Ce à quoi le pilote Mercedes répond au tac au tac...

"Pas du tout. C'est facile pour vous car vous êtes assis et vous regardez la course. Moi, j'ai le c... dans le baquet en course. J'ai poussé absolument à 100, à 1000 %. J'ai mis toute l'énergie que j'avais. Et j'ai été vidé à la fin. Les gens attendent de vous que vous souriez quand vous sortez dans la voiture. J'ai donné tout ce que j'ai pu, je souffrais pour tenir le coup. C'est si physique de nos jours. C'est différent quand vous êtes devant et que vous contrôlez votre rythme. Moi, je suis revenu de la dernière place. Donc je n'avais plus beaucoup d'énergie à ce moment et je devais reprendre ma respiration. Je n'ai pas de problème avec Kimi."

Plus calme ensuite, Lewis Hamilton a assuré qu'il n'avait "aucune inquiétude" au sujet d'une prétendue "tactique" de Ferrari dirigée contre lui.

Le pilote Mercedes a au moins assuré le spectacle à domicile et sauvé 18 points. Il a d'ailleurs été pilote du jour.

"C'est la bataille la plus intense que j'aie jamais livrée je crois, mais en fait, je suis très reconnaissant car la voiture était toujours en un seul morceau après l'incident au troisième virage. Au début, il me semblait avoir perdu quelque chose à l'arrière, et j'ai ensuite regardé la voiture et tout semblait OK. Elle était de mieux en mieux durant la course donc c'était formidable."

"Honnêtement, revenir à la deuxième place, c'est énorme pour nous, et je le prends, oui, bien sûr. Je suis heureux de mon pilotage aujourd'hui mais oui, il faudra travailler encore plus dur."

Lewis Hamilton aurait pu tenter un deuxième arrêt en sortant en pneus neufs en fin de course, mais Mercedes n'a-t-elle pas commis une autre erreur stratégique en ne le rappelant pas aux stands sous voiture de sécurité?

"Je ne peux m'exprimer sur Valtteri. De mon côté, ceux qui étaient devant moi étaient rentrés, donc il y avait une opportunité de grimper en troisième place. C'était la bonne décision. Si je les avais suivis, je serais sorti derrière eux, avec les mêmes pneus, et j'aurais souffert pour les passer, et très certainement, je n'aurais pas fini deuxième. Ils seraient restés devant moi. Donc c'était la bonne décision, j'en suis sûr à 100 %. C'était très dur pour nous car nous nous battions avec des gens qui étaient en pneus neufs. Dans un jour parfait, j'aurais eu moi aussi des pneus neufs, mais ce n'était pas un jour parfait pour moi."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari se défend d'actes délibérés face à Mercedes
La tension est palpable entre Mercedes et Ferrari, après l'accrochage entre Kimi Räikkönen et Lewis Hamilton au départ. Les dirigeants de Mercedes, James Allison en tête, ont déclaré qu'une telle erreur de Räikkönen devait être "délibérée ou de l'incompétence", ce qui n'a pas manqué de faire réagir le directeur de la Scuderia.

En effet, Maurizio Arrivabene a tenu à ne pas laisser ces propos sans réponse, et montre un agacement net: "Si Allison a vraiment dit ça, il devrait avoir honte" lance-t-il. "Il a travaillé de nombreuses années à Maranello."

"Nous sommes en Angleterre, où ils veulent nous apprendre à être des gentlemen, et bien il devrait en être un avant tout. Cela m'agace simplement, qui est-il pour juger?"

Un avis partagé par ses pilotes, qui se sont montrés coupables récemment de manœuvres hasardeuses sur les Mercedes, mais qui réfutent l'idée même que ça ait pu être volontaire.

"Ces choses peuvent arriver, j'aurais du mal à être précis pour sortir quelqu'un de la piste, vous savez" explique Sebastian Vettel. "En France, j'ai perdu mon aileron et j'ai ruiné ma propre course. C'est facile d'attaquer et de bien dépasser, mais c'est tout aussi facile de se toucher. Je ne pense pas... j'ai vu rapidement l'incident sur les écrans, je ne pense pas qu'il y ait eu une volonté de faire ça, donc ça ne sert à rien d'aller sur ce terrain."

Le principal intéressé, Räikkönen, considère cela comme une simple erreur: "Ce sont des choses qui arrivent. C'est amusant de voir que l'on nous rejette la faute sur quelque chose qu'on aurait fait de manière volontaire, mais il bloque sa roue et malheureusement nous nous sommes touchés, et nous avons tous les deux payé le prix pour cela, c'est comme ça."

"Il est facile de dire, après quelques courses, que nous faisons soudainement quelque chose contre eux mais nous avons nous-mêmes été percutés plusieurs fois, et malheureusement ce sont des choses qui arrivent" conclut Räikkönen.
source: Nextgen-Auto.com

Week-end très difficile pour Vandoorne
Stoffel Vandoorne a pris le départ du Grand Prix de Grande-Bretagne depuis la 9ème ligne de la grille, il n'espérait donc pas grand-chose de beau aujourd'hui, d'autant plus qu'il y a un loup dans sa McLaren ou quelque chose qui y ressemble...

Selon le pilote belge, le problème est désormais identifié. C'est tout le mal qu'on lui souhaite, car les Grands Prix s'enchaînent à une vitesse folle.

"Les conditions étaient à nouveau très compliquées pour nous. J'avais à peu près le même feeling dans la voiture qu'hie", explique Stoffel Vandoorne au micro de la 'RTBF'. "J'ai vécu une course difficile, je pense qu'il y avait des opportunités, mais on n'était jamais vraiment là pour les saisir. Un week-end très difficile pour nous. On vient de faire un débriefing très constructif et de comprendre pourquoi aujourd'hui était peut-être plus difficile pour Fernando comme pour moi. On a peut-être trouvé une direction à suivre pour le futur. C'est au niveau de l'aérodynamisme qu'il y a un problème sur la voiture, espérons qu'on puisse trouver une solution très rapidement."

"On a une semaine et demi avant d'arriver en Allemagne, j'espère que du côté de l'usine, on va en profiter pour trouver quelques updates qui iront dans la bonne direction. Il faudra ensuite attendre de monter en piste pour voir comment ça va marcher. Il est important de trouver une solution pour gommer les défauts de cette voiture. C'est sûr qu'avec tout ce qu'on a connu, cette première saison et demi chez McLaren n'a pas été facile, mais nous restons très concentrés, j'ai beaucoup de support du côté de l'équipe, et je fais ce que je peux", ajoute le pilote belge.
source: Nextgen-Auto.com

Parties des stands, les deux Williams ont dû éviter Perez au départ
Les deux Williams s'élançaient des stands ce dimanche, et ont failli être impliquées dans un accrochage inédit: il a fallu ralentir pour ne pas heurter Sergio Pérez, qui était parti en tête-à-queue au premier virage. Autrement, les monoplaces de Grove sont passées inaperçues ce dimanche, n'ayant pas le niveau pour se battre pour une place dans les points.

"Au départ c'était assez serré, en particulier pour Sergey" raconte Lance Stroll. "Il partait devant moi dans les stands. C'était une expérience différente! Notre course a été malchanceuse, elle aurait pu être bien meilleure, puisque je suis rentré aux stands au 31ème tour, un tour avant la voiture de sécurité. Après, j'ai fait un bon relais en tendres, donc c'est un peu dommage, j'aurais probablement pu gagner du temps si je m'étais arrêté sous voiture de sécurité. Nous aurions peut-être pu finir dans les points. Mais cela fait partie du sport auto. Le reste était OK, nous suivions le peloton aujourd'hui. A la fin je pouvais voir des voitures devant moi, elles n'étaient pas trop loin, donc c'était bien."

De l'autre côté du garage, Sergey Sirotkin reste lui amer et regrette la stratégie de son écurie.

"Ce fut une course très douloureuse. La première partie de la course ne semblait pas trop mauvaise. Nous avons bien géré les pneus alors que c'était ceux des qualifications. Mais je manquais beaucoup de rythme. Au moins, tout était sous contrôle. Nous nous sommes arrêtés tardivement pour avoir un bon relais, mais nous avons dû subir quelques drapeaux bleus et la voiture de sécurité a rendu le tout plus difficile pour les pneus. J'étais du coup avec des pneus plus durs, alors que tout le monde autour de moi avait des pneus plus tendres et plus chauds. Donc c'était très douloureux d'être dans cette position jusqu'à l'arrivée. L'un dans l'autre c'est très décevant."
source: Nextgen-Auto.com

Perez se plaint de Gasly
Sergio Pérez était sur le point de terminer le Grand Prix de Grande-Bretagne à la dixième place, mais Pierre Gasly ne voyait pas les choses de la même façon et c'est finalement le Français qui marque ce point après une attaque très virile sur le Mexicain.

Sergio Pérez est bien sûr très contrarié. "Mon départ a été compliqué", explique-t-il.

"J'ai essayé d'éviter Nico (Hülkenberg) et j'ai perdu l'arrière de la voiture. C'est ce qui a conditionné la suite de ma course. Je suis revenu dans la zone des points en fin de course, mais alors qu'il restait deux tours à faire, Gasly m'a sorti de la piste et des points."

"Ce n'est pas le résultat auquel je m'attendais, nous méritions mieux. J'espère maintenant que nous allons reprendre notre souffle après cette série de courses et que nous allons revenir plus forts", ajoute le pilote mexicain.

L'incident est actuellement toujours sous enquête de la part de la FIA. De quoi laisser un espoir au Mexicain?
source: Nextgen-Auto.com

Alonso est un autre homme le dimanche
Fernando Alonso dispose d'une McLaren qui peine à viser les points, mais cela ne l'empêche pas d'en marquer très régulièrement. Aujourd'hui il décroche la 8ème place sur le circuit de Silverstone et bien sûr, cela n'a ps été facile.

"Cela ne se passe pas comme nous le voulons le samedi, mais le lendemain en course, nous pouvons nous battre avec les Renault, les Haas et les Force India", explique Fernando Alonso à l'arrivée aujourd'hui.

"Nous arrivons à rouler dans le même rythme qu'eux sans trop de problème et il y a même des endroits du circuit où nous sommes plus rapides."

"Ce que nous devons faire maintenant, c'est améliorer nos performances en qualification, car le dimanche nous parvenons à marquer des points et de ça, je suis content."

Que s'est-il passé avec Magnussen dans les derniers tours?

"J'étais à l'extérieur et il m'a poussé dans la terre. On m'a toujours dit qu'il fallait laisser de la place à un adversaire, mais cela n'a pas été le cas aujourd'hui et personne n'a rien dit. Nous avons perdu une position à cause d'une décision, mais à la fin, je termine devant lui et je suis donc content", ajoute le champion espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

5 tours de trop selon Valtteri Bottas
Valtteri Bottas n'a pas réussi à profiter du pari stratégique de Mercedes: ne pas changer ses pneus lorsque la 1ère voiture de sécurité est intervenue, aujourd'hui, à Silverstone.

Ce choix lui a permis de prendre la tête, devant Sebastian Vettel. Mais le Finlandais savait qu'il serait une proie plus ou moins facile de l'Allemand pour la fin de la course. La Ferrari, chaussée de pneus neufs et plus tendres, a fini par le passer pour la victoire.

"Après coup, c'est plutôt facile de dire que nous aurions dû nous arrêter au stand pour garder la position", déclare Bottas, qui finit 4ème finalement

"Nous avons pris un risque pour être premiers, mais nous avons fini 4ème donc je pense que ce fut juste 5 tours de trop."

"Je pensais qu'il y avait une possibilité de tenir jusqu'au bout. Si on se réfère à nos calculs, cela aurait dû être ok mais cela ne l'a pas été."

"J'ai vraiment tout essayé pour pouvoir rester devant Seb. J'ai fait de mon mieux mais ce ne fut pas assez bon."
source: Nextgen-Auto.com

Button juge la faute de Räikkönen comme involontaire
Jenson Button était de retour dans le paddock de la F1 pour ce Grand Prix à domicile pour Lewis Hamilton, son ancien équipier chez McLaren.

Le Champion du monde 2009 a aussi donné son avis sur l'accrochage entre Kimi Räikkönen et le Britannique, que Toto Wolff a durement critiqué.

"Ce qui est certain c'est que ça n'est pas intentionnel. Ce n'est pas une façon de courir, personne ne fait ça à ce niveau. C'est dur et il y a beaucoup de tension pendant et après une course", commente l'Anglais.

"Je peux comprendre que Kimi tente sa chance parce que ce n'est pas facile de se dépasser en F1. Les pilotes tentent toujours des choses dans le 1er tour. Il y a des erreurs mais c'est aussi la course. C'est juste malheureux que ça soit encore une fois une Ferrari qui accroche une Mercedes, comme en France."

"Mais non ce n'est pas intentionnel", ajoute-t-il. "C'est la course, ça ne va pas toujours dans notre sens. Mais je pense que sa remontée était fantastique."

Button admet avoir été impressionné par le rythme de son compatriote: "Le rythme de la voiture, le pilotage de Lewis, et l'on sait que ce n'est pas une piste simple pour la voiture, le pilote et les pneus, et il a pourtant réussi à tout faire dans le premier relais. C'est fantastique de regarder des batailles aussi épiques."

"Ce n'était pas une course parfaite mais il a marqué de bons points ici. S'il gagne et que Sebastian [Vettel] termine deuxième, il ne sera qu'à un point."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz accorde son pardon à Grosjean
Carlos Sainz et Romain Grosjean se sont accrochés et cela a provoqué l'abandon des deux pilotes qui se battaient pourtant pour une place dans les points à Silverstone.

Pour l'Espagnol, c'est une grosse déception.

"C'est un incident typique après une voiture de sécurité", explique Carlos Sainz. "J'avais une meilleure adhérence avec mes pneus tendres et lorsque j'ai voulu le dépasser, il m'a jeté dehors dans le virage 9. Je crois lui avoir laissé assez de place et que Grosjean a perdu le contrôle de sa voiture à l'entrée du virage. Ce sont des choses qui peuvent parfois arriver en course. Je suis plus dégoûté par ma course avant l'accident que par l'accident."

"J'ai gagné sept positions peu après le départ avec mes pneus médiums alors que tout le monde était en gommes tendres. Ce fut l'un des meilleurs départs de toute ma carrière. Cela m'a fait remonter dans la zone des points, ce qui était notre objectif. Ensuite, j'ai perdu deux positions après mon arrêt et cela ne m'a pas fait plaisir, car je ne m'attendais pas à ça."

"Je n'ai pas perdu ces positions à cause de mes pneus ou à cause du trafic, l'explication est autre. Il s'agit d'une question de stratégie, mais cela ne sert à rien d'en parler ici. Je suis dégoûté, car j'avais tout fait pour me mettre en bonne position et j'ai ensuite perdu deux places lors de mon arrêt et c'est la dernière chose dont on a envie", conclut le pilote espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes s'agace après l'accrochage au départ
L'incident du départ entre Kimi Räikkönen et Lewis Hamilton, le premier ayant percuté le second, a fait beaucoup parler après la course à Silverstone. Toto Wolff s'est montré très agacé, alors que l'autre pilote Ferrari, Sebastian Vettel, avait déjà percuté l'autre pilote Mercedes, Valtteri Bottas, au Paul Ricard il y a deux semaines.

"C'était un incident de course avec Räikkönen" analyse Wolff, avant de durcir le ton. "Le Castellet était la première fois où nous avons été sortis de piste, et c'est la deuxième, ça fait beaucoup de points au Championnat des Constructeurs."

"Pour reprendre les mots de James Allison, soit c'est délibéré, soit c'est de l'incompétence, c'est à juger. Lewis a fait une remontée fabuleuse. Il était dernier et la deuxième place était la meilleure chose possible pur lui, c'est un pilotage fantastique."

Vettel dément tout complot ou faute volontaire de la part de son équipier: "C'est fou de penser que ce qui s'est passé peut être volontaire, et je pense qu'il n'est pas nécessaire de suggérer que ça ait pu être délibéré."

Si Räikkönen a admis mériter sa pénalité de dix secondes, Hamilton s'agace des erreurs des pilotes Ferrari: "Tout ce que je voudrais dire, c'est que ça fait deux courses où une Ferrari sort une Mercedes. Valtteri et moi avons perdu des points dans les deux situations. Revenir à la deuxième place était fantastique, et il faudra maintenant travailler plus dur."
source: Nextgen-Auto.com

Un problème stoppe la belle série de Leclerc à Silverstone
Charles Leclerc a vécu un début de course très positif à Silverstone, mais a malheureusement été contraint à l'abandon après son arrêt aux stands. Peu après, il ne savait pas exactement ce qui avait provoqué son arrêt mais soupçonnait un souci lors de l'arrêt aux stands qu'il venait d'effectuer.

"Je ne sais pas trop encore, il faut qu'on analyse les données" explique-t-il prudemment. "Je pense que c'est un problème lors du pit-stop, on a été bons dans les deux ou trois dernières courses sur les arrêts aux stands, mais ça arrive de faire des erreurs, c'est le sport automobile. "On faisait une très belle course, la septième place était réellement envisageable, on était performants avec les pneus tendres et on mettait la pression sur Hülkenberg mais c'est comme ça."

Peu après son abandon, Sauber a vu sa course s'arrêter avec la sortie de piste violente de Marcus Ericsson, qui a passé le premier virage avec le DRS ouvert, ce qui ne manque pas de surprendre Leclerc: "Il est rentré dans le virage 1 avec le DRS activé, en qualifs on l'a jamais fait, donc je sais pas si c'est un oubli ou parce qu'il est resté bloqué."
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene - la F1 a marqué des points aujourd'hui
Sebastian Vettel a décroché la victoire aujourd'hui à Silverstone, ce qui lui permet de conforter sa première place dans le Championnat des Pilotes.

Quant à la Scuderia Ferrari, elle marque dix points de plus que Mercedes aujourd'hui et elle aussi conforte sa première place dans le Championnat des Constructeurs.

"C'est bon pour la F1", s'exclame Maurizio Arrivabene, le directeur de la Scuderia. "Sur un circuit aussi spectaculaire que Silverstone, voir une telle bataille, c'est bon pour Ferrari, mas aussi pour la F1."

"Le problème principal de Seb (Vettel) était son cou. Il avait vraiment très mal hier et il a eu un gros traitement ce matin. Pour tout vous dire, nous étions très inquiets avant la course, mais il s'est battu comme un lion", poursuit-il.

"Ce n'est pas facile ici. C'est la course à domicile de Mercedes et celle de Red Bull. Il faut donc être très fort. Et puis il y a aussi le public qui est dans sa grande majorité derrière Hamilton", conclut le directeur italien.
source: Nextgen-Auto.com

Ocon est heureux de sa septième place durement acquise
Esteban Ocon a terminé une nouvelle fois dans les points en Grande-Bretagne, et le Français admet que sa course n'a pas été de tout repos, malgré une belle septième place finale, qui lui permet d'inscrire six points supplémentaires. La lutte aura été totale pour lui aujourd'hui.

"C'était chaud, c'était une sacrée course, très dure!" explique-t-il.

"Il a fallu que je pousse tout le long, la voiture était difficile, on a pas trouvé le bon set-up et l'arrière était instable. Il a fallu que je garde Fernando [Alonso] et [Kevin] Magnussen derrière, et la Renault devant qui avait bien géré ses pneus et a fini très fort, c'était chaud toute la course et je suis content d'arriver septième."

Il aura désormais deux semaines de repos avant d'aller en Allemagne pour la course suivante.

"Les deux semaines de 'vacances' vont faire du bien, je vais pouvoir me reposer et m'entraîner un peu."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton en colère contre Räikkönen
Lewis Hamilton a évité de parler à la sortie de sa voiture et a rejoint directement le podium, pour sa 2ème place à Silverstone.

Mais le Britannique est visiblement en colère contre Ferrari et Kimi Räikkönen surtout, puisque le Finlandais, qui a admis sa faute, a percuté le pilote Mercedes lors du départ.

Reparti dernier, Hamilton a effectué une superbe remontée.

"Quelle tactique intéressante de leur part", lance Hamilton sur le podium, en regardant les deux pilotes Ferrari.

"Nous allons faire tout ce qu'il faut pour les battre et pour améliorer notre voiture. Notre équipe a été très forte aujourd'hui et on a fait au mieux dans ces conditions."

Hamilton est évidemment désolé pour ses fans.

"C'est la plus belle course de l'année, la plus belle foule. Je suis désolé de ne pas avoir gagné aujourd'hui mais merci pour le soutien. C'est la foule qui m'a permis de traverser cette épreuve aujourd'hui."

"On va accuser le coup mais on va pousser encore plus fort. Croyez-moi, je ne vais pas abandonner."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - La voiture de sécurité a épicé les choses
Parti deuxième, Sebastian Vettel a pris le meilleur envol et a remporté le Grand Prix de Grande-Bretagne à Silverstone après avoir dépassé Valtteri Bottas en fin de course, alors que la voiture de sécurité était rentrée peu avant.

"La voiture de sécurité a un peu épicé les choses" avoue-t-il.

"Je pense que j'ai surpris Valtteri et je n'étais pas sûr de rester sur la piste dans le virage mais ça a été le cas et ça a bien fonctionné. Je suis très, très heureux. Je remercie l'équipe pour son soutien et pour les gens qui sont en coulisses parce que je n'étais pas en grande forme hier, mais aujourd'hui il n'y avait aucun souci."

Son cou était en mauvaise santé hier mais il n'en a pas trop souffert durant la course: "Avec l'adrénaline, ça allait. Je vais probablement avoir un peu mal ce soir mais je m'en fiche, les pansements ont tenu. J'ai pris du plaisir durant la course et je pense que les gens ont vu une belle course."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen admet son erreur au départ
Kimi Räikkönen a terminé 3ème du Grand Prix de Grande-Bretagne aujourd'hui, derrière Lewis Hamilton.

Les deux hommes se sont percutés au départ et c'est grâce à l'intervention de la voiture de sécurité qu'ils ont finalement pu finir si proche de la tête.

Le Finlandais a été désigné coupable de l'accrochage, ce qu'il ne conteste pas à l'arrivée.

"Ce n'était pas une course très fluide pour moi. Evidemment j'ai fait une erreur au départ, au 3ème virage. J'ai touché Lewis Hamilton en bloquant ma roue. Il est parti en tête-à-queue, c'était mon erreur."

Quant à la pénalité, "oui, c'était justifié. C'était mon erreur, j'ai mérité mes 10 secondes de pénalité mais j'ai continue à me battre ensuite pour remonter."

Räikkönen s'est ensuite battu contre les Red Bull et les Mercedes.

"C'est sûr que sans mon erreur et cette pénalité, mon résultat aurait pu être meilleur. Mais sur la piste j'ai fait de mon mieux. Malheureusement le résultat ne reflète pas mon potentiel aujourd'hui."

Räikkönen a été hué par la foule sur le podium, puisqu'il a certainement privé leur "chouchou" d'une possibilité de gagner aujourd'hui. Rappelons que Sebastian Vettel avait tout de même pris un meilleur envol dans cette course.
source: Nextgen-Auto.com

GP de Grande-Bretagne - Course
Sebastian Vettel vient mettre un terme à la série de victoires de Lewis Hamilton au GP de Grande-Bretagne en décrochant son premier succès à Silverstone depuis 2009, sa première avec la Scuderia Ferrari qui s'impose pour la 233ème fois en F1. Avec sa quatrième victoire de la saison, la 51ème de sa carrière (égalant le record d'Alain Prost), le quadruple Champion du monde a repris sept points à Lewis Hamilton (Mercedes) qui pointe désormais à huit unités du leader du championnat.

La course du poleman s'est rapidement compliquée après un départ manqué. Le Britannique s'est retrouvé à la lutte avec Kimi Räikkönen (Ferrari) qui a heurté la F1 W09, l'envoyant en tête-à-queue. Reparti dernier, le Champion du monde en titre a remonté les places et profité des interruptions de course pour revenir aux avant-postes en adoptant notamment une stratégie à un arrêt contre deux pour le vainqueur.

Kimi Räikkönen a malgré tout pu compléter le podium en dépassant Valtteri Bottas (Mercedes) dans les derniers tours. Le Finlandais de Mercedes s'était pourtant retrouvé en tête de la course suite au second arrêt de l'Allemand, mais il a finalement glissé dans le classement avec ses gommes en mauvais état.

Daniel Ricciardo sauve un Top 5 pour Red Bull alors que son coéquipier Max Verstappen a dû abandonner dans les derniers tours en raison d'un problème mécanique. Nico Hülkenberg (Renault) a suivi au 6ème rang, mais son coéquipier Carlos Sainz n'a pas eu autant de réussite puisqu'il a abandonné sur accident en essayant de dépasser Romain Grosjean (Haas) dans Copse.

Kevin Magnussen a pu récolter quelques points pour Haas F1 Team en prenant la neuvième place derrière Esteban Ocon (Force India) et Fernando Alonso (McLaren). Pierre Gasly (Toro Rosso) a complété le Top 10 après avoir pris l'avantage sur Sergio Pérez (Force India) dans les derniers tours. Stoffel Vandoorne (McLaren) a suivi au 12ème rang devant les Williams de Lance Stroll et Sergey Sirotkin dernières classées.

Six pilotes n'ont pas vu l'arrivée de la course. Charles Leclerc (Sauber) a abandonné vraisemblablement en raison d'une erreur de son équipe lors de son arrêt. Brendon Hartley (Toro Rosso) a également dû mettre pied à terre. Marcus Ericsson (Sauber) a relancé la course en provoquant l'entrée de la première voiture de sécurité après être sorti de la piste en laissant don DRS ouvert dans le premier virage. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Lauda - Ferrari me préoccupe pour la course
Malgré l'allégresse qui entoure la pole de Lewis Hamilton à Silverstone, le directeur non-exécutif de Mercedes F1, Niki Lauda, n'en oublie pas pour autant les deux pilotes Ferrari qui ont réussi à se hisser juste derrière le Britannique.

L'Autrichien salue la performance de son pilote, qui a su s'imposer lors des qualifications d'un cheveu face à Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen.

"Le mérite de cette pole revient entièrement à Lewis, il a effectué un tour spécial et il y est parvenu", dit-il.

"Mais ce fut une qualification qui a été âprement disputée et les écarts sont très minces. Ferrari me préoccupe car ils sont vraiment proches, ils sont rapides en course et ils sont deux à être juste derrière Lewis."

Pour Lauda la course ne va pas être de tout repos pour les Flèches d'Argent, car il est clair que Ferrari a encore fait évoluer sa monoplace dans la bonne direction avec ses évolutions.

"Je ne crois pas que leur performance ici par rapport à nous a quelque chose à voir avec la chaleur", admet-il.

"Ferrari n'est pas rapide seulement sur les lignes droites mais aussi dans les virages. Et en comparaison, nous perdons du temps. Ils ont vraiment rattrapé leur retard et il nous faut à présent analyser ce que nous pouvons faire pour contrer cela lors des prochaines courses."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen attend d'être 'vieux et lent' avant d'imiter Alonso au Mans
Fernando Alonso poursuit actuellement son objectif de remporter la Triple Couronne, si bien qu'on doit s'attendre à le voir disputer les 500 Miles d'Indianapolis, peut-être dès l'an prochain. Le pilote McLaren entend ainsi rentrer dans la légende du sport auto, alors que son avenir en F1 s'annonce plutôt sombre.

Certains camarades de Fernando Alonso dans le paddock voudraient-ils l'imiter et découvrir ainsi d'autres disciplines? Interrogé non loin du circuit de Silverstone, Max Verstappen a été clair et assez peu aimable du reste avec son homologue ibérique.

"Les pilotes qui envisagent de courir dans d'autres disciplines... il s'agit surtout de pilotes qui ne gagnent pas. Finalement, ne pas pouvoir gagner, ce n'est pas sympathique tandis que gagner vous donne la motivation pour continuer."

"Cela fait quelques années que Fernando n'a plus été en situation de gagner, et cela le pousse probablement à vouloir essayer d'autres choses. Il a gagné les 24 Heures du Mans, ce qui doit être fantastique."

"Mon père a fait la même chose. Il était en F1 et il ne gagnait pas et finalement, arrive un point où votre motivation disparaît, et je pense que tout le monde le sait."

"Vous ne voyez pas Lewis Hamilton ou d'autres pilotes faire la même chose, parce qu'ils sont en situation de gagner. Et ils n'ont pas besoin d'aller ailleurs pour goûter à la victoire. C'est aussi la même chose pour moi. Je suis en position de me battre pour des victoires en Grand Prix et ma motivation est très élevée, donc je ne veux pas aller courir au Mans ou aux 500 Miles d'Indianapolis, ou ailleurs, actuellement."

Quand on lui demande s'il envisage tout de même un jour de courir dans la Sarthe, Max Verstappen ne prend pas de gants et répond au tac au tac.

"Peut-être, si je finis par devenir vieux et lent, alors, je l'envisagerai."

Pour conserver sa motivation en F1, Max Verstappen compte sur le soutien de Honda qui devrait faire de Red Bull une écurie d'usine.

"Si vous luttez contre Mercedes et Ferrari, il faut être traité comme une écurie d'usine. Car Mercedes et Ferrari vont essayer de tout optimiser et bien sûr, nous aimerions que ce soit possible aussi pour nous. Et ce sera le cas avec Honda l'an prochain."

"Bien sûr, l'équipe m'a consulté avant de faire ce choix, car il s'agit aussi de mon avenir. Nous en avions parlé longtemps en amont, et nous avons consulté de nombreuses données GPS. Les possibilités sont bien plus importantes si vous travaillez avec Honda. Et ils veulent montrer au monde qu'ils peuvent construire un bon moteur."

"C'est bien que Honda travaille avec Toro Rosso pour continuer à apprendre et à se développer, ce qui nous devrait nous mettre dans une bonne situation l'an prochain. Nous avons juste besoin de plus de puissance moteur parce qu'aujourd'hui, notre voiture est très solide. Nous avons probablement la meilleure voiture, nous voulons juste avoir le meilleur package."
source: Nextgen-Auto.com

Le casse-tête du plafonnement de budget est vital pour les petites équipes
Le fossé entre les petites équipes et les constructeurs, Mercedes et Ferrari en tête, est plus important qu'il n'a jamais été cette saison. En tous cas, il est relativement plus important puisque les écarts, que ce soit entre les équipes de pointe ou dans le peloton, sont très serrés. Mais les grosses équipes ne veulent pas que le nouveau règlement sacrifie leur niveau de performance, tandis que les petites équipes peuvent pouvoir vivre sereinement et se rapprocher des meilleurs.

"Je pense que c'est un travail que la FOM doit gérer parce qu'il doit faire un équilibre avec les paiements, les réductions budgétaires et ainsi de suite" explique Günther Steiner. "Je pense que nous, Haas F1, n'avons aucune influence sur ces négociations, afin de les garder à bord, donc nous les soutenons et je pense qu'il y a des discussions positives en cours, même avec les grandes équipes, pour que cela se produise."

"Nous devons juste trouver un compromis sur le fait que les grandes équipes soient heureuses et que nous soyons heureux, et si la FOM fait du bon travail dans ces négociations avec nous et avec les grandes équipes, j'espère que, plus tard dans l'année, nous arriverons à un terrain d'entente pour définir un règlement plus équilibré pour 2021."

Vijay Mallya, dont l'équipe Force India rencontre des difficultés financières, est évidemment pour un plafonnement budgétaire: "Je soutiens de tout cœur le concept de plafonnement des coûts. J'ai également demandé à plusieurs reprises au Formula 1 Group que les revenus soient rééquilibrés et que les petites équipes comme nous touchent plus d'argent. Le concept de base est que l'argent ne doit pas acheter la performance."

"Nous devons uniformiser le règlement et les équipes indépendantes devraient également avoir une chance équitable de gagner une course. Mais si les constructeurs ont un budget illimité avec le motif unique de gagner des courses, alors nous sommes vaincus non pas à cause d'un manque de compétences technologiques ou de compétences des pilotes, nous sommes vaincus par la puissance de l'argent, ce qui ne devrait pas être le cas dans aucun sport."

Après avoir perdu le gros soutien budgétaire de Honda, McLaren se retrouve dans une situation similaire aux autres équipes indépendantes, et Zak Brown avoue même que son plan donné sur plusieurs années pour faire revenir McLaren au sommet se base sur l'arrivée d'un potentiel plafond budgétaire.

"J'ai assuré le coup en disant entre deux et dix ans pour ne pas faire les mêmes erreurs que nous avons faites au cours des deux dernières années en faisant des prédictions et des déclarations qui ne se sont finalement pas réalisées" explique Brown.

"Ce que j'entends par là, c'est le plafond budgétaire, car jusqu'à ce que cela arrive, il est presque impossible de battre Mercedes et Ferrari. Si nous avions un budget illimité ou un budget similaire au leur, nous ferions la même chose, ils ont fait un travail remarquable, mais ils dépensent beaucoup plus que le reste d'entre nous."

"Ils ont aussi des équipes partenaires qui profitent non seulement aux équipes partenaires qui font un excellent travail, mais aussi à Ferrari et Mercedes qui ont des alliances avec de multiples équipes. Je pense donc, comme l'a dit Günther, que c'est aux gérants de la F1 de mieux l'équilibrer, et nous allons essayer de faire au mieux en attendant les changements prévus en 2021."

Claire Williams, qui dirige l'équipe actuellement la plus en difficulté de la F1, ne peut que se joindre à ce que disent ses homologues: "Je pense que ce que nous devons réaliser que nous parlons de choses qui seront fondamentales pour la survie de certaines équipes dans ce sport."

"Je ne pense pas que cela devrait être sous-estimé ou tenu pour acquis. C'est incroyablement difficile pour des équipes comme la nôtre et il ne faut pas sous-estimer l'importance de ces nouveaux règlements pour 2021 dans l'influence qu'ils pourraient avoir sur la survie de nos équipes."
source: Nextgen-Auto.com

Les Williams partiront depuis la voie des stands
Paddy Lowe, le directeur technique de Williams, avait reconnu hier après les qualifications que ses pilotes n'avaient rien à voir avec leurs sorties de piste dès la Q1.

Le nouvel aileron arrière est en cause, du moins sa manière d'interagir avec le reste de la FW41.

"L'activation du DRS cause immédiatement une perte totale de stabilité au niveau de l'appui aérodynamique, qui n'est pas compensée à l'entrée du virage suivant. Dans le cas des deux tête-à-queue, les deux voitures sont entrées dans le virage sans appui au niveau du fond plat, ce qui a bien sûr des conséquences évidentes", expliquait-il.

"Ce nouveau phénomène relatif au DRS ne s'était manifesté qu'une seule fois en EL1, sur une seule voiture. Mais nous avons fait un mauvais diagnostic en le reliant à une configuration particulière. Nous devons maintenant comprendre exactement ce qui change dans la voiture quand ce phénomène se manifeste - et c'est entièrement lié au DRS."

L'analyse est maintenant faite: Williams va monter l'ancien aileron arrière pour la course, ce qui signifie briser le régime du parc fermé.

Lance Stroll et Sergey Sirotkin partiront donc de la voie des stands et seront donc privés de la possibilité de gagner quelques places au départ. Seul Brendon Hartley partait derrière eux.
source: Nextgen-Auto.com

La situation de Williams est 'éprouvante et déchirante' pour Claire
McLaren a renvoyé son directeur de la compétition, Eric Boullier, mais alors que Williams traverse une crise de performance plus profonde encore, Paddy Lowe, le directeur technique, est lui toujours en place.

Claire Williams est-elle prête à s'inspirer de Zak Brown aujourd'hui et à prendre des décisions difficiles?

"McLaren et Williams sont dans des situations assez similaires. Bien sûr, pour qu'il y ait du changement, il faut prendre quelques décisions dures, et nous sommes dans ce processus pour le moment, mais cela ne sert à rien de se précipiter. Parfois, vous pourriez le regrettez. Nous menons une évaluation complète de nos structures et processus internes pour le moment. Ce travail n'est pas encore fini. Donc nous n'avons pas d'annonce à faire. Mais il s'agit plutôt d'identifier les talents qu'il y a déjà chez nous, pour voir comment nous pouvons progresser avec ce que nous avons déjà."

A Silverstone, pour sa course à domicile, Williams ne brillera pas devant ses fans britanniques, ce qui crève bien sûr le cœur à la fille de Frank.

"Nous avions peur oui en arrivant ici, parce que cette piste est très spéciale pour nous chez Williams. Je vois des fans avec des T-Shirt Williams, ce qui est formidable. Mais nous sommes déçus de notre performance. Cependant le soutien des fans qui continuent à nous supporter, c'est un grand boost pour nous. Nous travaillons beaucoup pour amener des évolutions sur la voiture, mais cela a pris du temps pour les amener - et nous en avons finalement ici. Je ne dis pas que ce dimanche, ce sera un tournant pour nous en termes de performance. Il reste encore beaucoup de chemin à faire."

Williams est en réalité en déclin en termes de performance depuis la saison 2016. A l'image de McLaren, Grove est sur une pente descendante. La question est désormais de se demander pourquoi.

"Il y a plusieurs raisons à cela. Clairement, notre package aérodynamique joue probablement un rôle-clef dans cela. Et résoudre les problèmes aérodynamiques de notre voiture, ce sera crucial pour progresser. Nous avons déjà identifié certaines faiblesses dans la voiture et au sein de l'équipe elle-même. Pour être honnête, c'est un exercice très utile de mener cette revue globale. Mais cela prendra du temps."

"Les équipes qui étaient dernière nous l'an dernier, ont fait soudain un grand bond et sont aujourd'hui devant nous; elles ont grandement progressé pour un certain nombre de raisons. Et nous sommes une équipe indépendante, alors que l'environnement de ce sport est très différent d'il y a plusieurs années. Du point de vue des coûts, inévitablement, cette situation a des conséquences pour nous. Et elle en aura à l'avenir car nous recevrons considérablement moins d'argent si nous finissons 10ème et non 5ème. Ce ne sera pas facile..."

"Nous avons dû investir plus d'argent pour mener notre programme de redressement. Ce n'est pas facile, mais nous avons de très bonnes personnes dans notre équipe, et un brillant directeur financier pour s'assurer que notre budget soit assez sain pour briller l'an prochain. Mais ce n'est pas facile chez Williams pour le moment."

"Pour moi personnellement, cette situation est difficile, elle me brise le cœur, et elle est un peu éprouvante psychologiquement. C'est l'équipe de ma famille depuis quatre décennies maintenant. Cette saison n'est pas facile à vivre, mais c'est un mauvais moment à passer. Nous devons le voir comme ça."

"Nous allons tous nous retrousser les manches et assumer nos responsabilités, et je n'ai pas un petit rôle à jouer dans cette équipe dans ce but. Parce que cette équipe mérite de rester en F1. Nous sommes ici pour nous assurer de créer un environnement permettant à l'écurie de rester viable, pour maintenir notre statut dans ce sport. C'est très important pour moi."

Enfin, Claire a confirmé que son père était présent dans le paddock de Silverstone, et qu'il est "ravi" d'y être présent.

"Il a provoqué un petit mouvement de panique dans le garage puisque cela faisait bien plus que quelques courses qu'il n'y était pas allé! Donc c'est bien, tout le monde reste sur ses gardes du coup... C'est juste adorable de le revoir dans le paddock, c'est une vraie icône de ce sport et le paddock, c'est sa maison."
source: Nextgen-Auto.com

De Ferran veut que McLaren soit capable d'admettre ses erreurs
Gil de Ferran est revenu en Formule 1, plusieurs années après avoir travaillé chez BAR et Honda, et occupe désormais le poste de directeur sportif de McLaren, en remplacement d'Eric Boullier, qui a démissionné cette semaine. Il se montre satisfait de l'équipe qu'il a rejoint.

"Il est clair que cette équipe est pleine de talent" analyse-t-il. "Partout où je regarde, je vois des gens intelligents. Des gens qui sont là depuis longtemps, d'autres qui sont plus jeunes, voire nouveaux dans l'équipe, et il y a beaucoup de talent et de réflexion. Comme l'a dit Zak [Brown], la clé sera la communication, et j'espère que nous progresserons en ce sens."

S'il n'a jamais piloté en Formule 1, il a remporté les trophées les plus prestigieux outre-Atlantique, avec deux titres de champion en CART (l'ancien IndyCar) et une victoire à l'Indy 500.

"Le succès que j'ai eu derrière le volant, et le succès que j'ai eu en tant qu'homme d'affaires, sont venus de la compréhension que j'ai eu de mes faiblesses. Je n'avais pas peur de me regarder dans le miroir pour me dire que j'aurais pu faire mieux, et me demander ce que je devais faire pour progresser."

"La deuxième chose, c'est que j'ai compris très tôt dans ma vie que le succès n'arrive jamais tout seul. Très peu de gens sont capables d'accomplir beaucoup de choses dans la vie par eux-mêmes. La plupart d'entre eux font partie d'une équipe et il est donc essentiel de savoir comment former une équipe, de travailler ensemble et de faire en sorte que les gens se sentent concentrés et motivés et comprennent vraiment où ils vont et s'engagent vraiment."

"Les meilleures idées viennent quand vous êtes au milieu de la nuit en pensant à toutes les bonnes choses pour le lendemain. C'est ainsi que je fonctionne personnellement et c'est la philosophie que j'apporte à mon travail. À l'origine, en tant que conseiller de Zak, c'est ainsi que j'envisageais les choses et j'ai maintenant l'occasion de le faire avec plus de responsabilité."

Il se joint à Fernando Alonso et assure que la MCL33 va mieux ici, à Silverstone, même si l'Espagnol et son équipier, Stoffel Vandoorne, s'élanceront 13ème et 17ème: "Le milieu de peloton est serré mais nous sommes un peu plus près de nos concurrents les plus proches, nous devons simplement ne rien lâcher. La seule chose que nous pouvons contrôler, c'est notre propre performance, donc nous devons continuer à aller de l'avant."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff promet une course d'attaque pour Mercedes
Mercedes prendra le départ aux première et quatrième places cet après-midi, pour le Grand Prix de Silverstone. Face à des Ferrari qualifiées dans le même dixième que Lewis Hamilton, et dont le rythme en course est tout simplement redoutable, Toto Wolff promet que ses pilotes ne feront rien d'autre qu'attaquer.

"Nous serons en totale attaque" a reconnu Wolff. "Une partie de cela pourrait se traduire par deux stratégies différentes, et une agressivité certaine. Si nous pouvons rester en tête, Lewis à Silverstone est une force. Si l'on se fait dépasser au départ ou dans le premier tour, les choses seront compliquées."

"Le départ est très important. On a pu voir avec Red Bull en Autriche que la voiture de tête, qui contrôlait et gérait son avance, n'a eu aucun problème avec les pneus, tandis que l'autre voiture, la même voiture, a attaqué pour tenter de passer Kimi [Räikkönen] et a eu d'énormes cloques. Tout est plus simple si vous contrôlez le rythme en tête."

Wolff craint toutefois les fortes chaleurs, qui ne seraient pas les alliées de la monoplace de Brackley: "La chaleur n'est pas ce qu'aime notre voiture, on a vu la différence de performance entre les essais libres 3 et les qualifications, avec dix degrés de plus. On attend les mêmes températures en course, donc ça pourrait être difficile pour toutes les voitures."

"On a vu des cloques sur les pneus des Ferrari vendredi et leurs longs relais n'étaient pas spectaculaires. Les nôtres étaient un peu meilleurs, mais je pense qu'il s'agira de voir où nous serons après le premier tour et la manière dont on peut attaquer. Du moment où on doit attaquer, on est plus menacés par la dégradation."

Quel que soit le résultat aujourd'hui, Wolff s'attend à une fin de saison animée entre les équipes de pointe: "C'était déjà proche l'an dernier. Souvenez-vous que nous sommes allés en pause estivale et qu'ils menaient le championnat. C'est la même situation cette année, c'est une bataille intense pour la tête du championnat et Red Bull brille aussi occasionnellement. Je pense que ça va continuer comme ça."
source: Nextgen-Auto.com

Mallya reconnaît un début de saison difficile chez Force India
Force India commence doucement à sortir la tête de l'eau, après un début de saison très décevant, et a enfin pu amener sa nouvelle évolution à domicile, pour la course de Silverstone. Vijay Mallya, son propriétaire, reconnaît un début de saison difficile.

"Nous n'avons pas eu le début de saison que nous espérions" reconnaît Mallya. "Nous n'avons pas réussi à faire entrer les deux voitures dans les points. Nous avons eu trois des quatre incidents du premier tour, et cela contribue à notre position au Championnat des Constructeurs."

Il renouvelle sa confiance à l'équipe qui travaille à l'usine, située à quelques encablures du circuit de Silverstone: "J'ai toute confiance en mon équipe de l'autre côté de la route, à l'usine. Ils sont habitués à jouer au-dessus de leur catégorie, ce que j'apprécie vraiment. Nous nous retrouvons à deux points derrière McLaren et sept derrière Haas, qui nous dépasse grâce à la dernière course, et nous sommes à 20 points derrière Renault."

"Nous avons été 20 points derrière Williams il y a deux ans et nous avions quand même réussi à décrocher la quatrième place. Je reste prudemment optimiste quant à notre objectif de quatrième place au championnat. Nous avons apporté une petite amélioration à la voiture ici à Silverstone et elle semble fonctionner."

ll ne s'inquiète pas encore de voir ses pilotes, Sergio Pérez et Esteban Ocon, avoir des envies d'ailleurs, mais sait qu'il ne pourra pas les retenir si certaines offres arrivent: "Les pilotes sont très heureux dans notre environnement. Ils l'ont dit plusieurs fois aux médias lorsqu'on leur a posé la question. Nous sommes très satisfaits de Checo et d'Esteban."

"Si, bien sûr, ils obtiennent une place dans une équipe championne du monde, il sera difficile de les retenir, mais si on ne leur offre pas une telle opportunité, je ne vois aucune raison pour qu'ils ne restent pas avec nous, parce que nous leur donnons la possibilité d'être les meilleurs du peloton. Nous l'avons démontré au cours des deux dernières années et, espérons-le, nous le démontrerons également cette année."

Il en va de même pour les employés de l'équipe, notamment les têtes pensantes, qu'il espère conserver dans ses rangs: "J'ai une équipe fantastique composée de personnes qui adorent travailler pour Force India. La culture dans notre usine est unique, très motivante et j'ai une équipe passionnée."

"Oui, l'argent est important et je suppose que les gens travaillent pour mieux gagner leur vie, mais d'autres équipes ont essayé d'attirer les nôtres par le passé. Ils ne nous ont pas quitté parce qu'il y a plus qu'un simple chèque, lorsqu'on travaille chez Force India. Ils font un travail formidable et je suis très fier d'eux. Mais, si les gens veulent partir, je dois évidemment prendre des mesures pour les remplacer par des personnes tout aussi talentueuses."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel et Hamilton critiquent les bosses de Silverstone
Silverstone pourrait être très éprouvant pour les pilotes aujourd'hui, et pas seulement à cause de la chaleur très importante ou parce que le tracé est très rapide.

Cela est dû aux bosses du circuit, qui a pourtant été complètement resurfacé.

Sebastian Vettel soupçonne que ces bosses sont à l'origine du mal dans sa nuque, qui a failli le priver de qualifications hier.

"J'ai probablement pris une mauvaise bosse... Ce n'était vraiment pas la séance la plus agréable pour moi. J'espère que la nuit m'apportera le réconfort nécessaire avant la course. Mais je ne suis pas trop inquiet. La vitesse est moindre qu'en qualifications et avec plus d'essence, la voiture sautille un peu moins", dit-il.

Lewis Hamilton n'a pas hésité lui à fortement critiquer le circuit.

"C'est le pire que j'ai jamais vu. Quel gâchis d'argent quand on voit ce qui a été fait! Ils ont dû avoir les pires ouvriers du monde. Il parait que c'est pour la MotoGP mais je leur souhaite du courage parce que je n'ai jamais vu un circuit avec autant de bosses. Encore plus que la Nordschleife, qui doit avoir 100 ans!"

"Le circuit est fantastique mais je ne comprends pas comment on peut faire un travail aussi mauvais en posant le goudron par terre."

Un avis partagé également par Valtteri Bottas.

"Les grosses bosses ont effectivement été enlevé mais il y en a plein de nouvelles, plus petites. Il n'y a pas de circuit plus bosselé que Silverstone maintenant sur le calendrier..."
source: Nextgen-Auto.com

Trois GP de suite, cela ne se fera plus dès 2019
Pour la première fois de son histoire, la F1 a disputé trois GP en trois semaines, ce qui a bien sûr mis à rude épreuve le physique et le mental des équipes et de leurs employés.

Cette situation est plus éprouvante encore peut-être pour les écuries à plus faible budget, comme Force India. Otmar Szafnauer, le directeur des opérations de Force India, a publiquement reconnu que ce calendrier infernal avait été encore plus difficile à gérer que prévu pour son écurie.

"C'est la première fois que nous avons trois GP d'affilée, et c'est un peu fatiguant pour les gars. Je peux le voir chez les mécaniciens et le personnel en service ici. Ils sont assez épuisés. Je n'avais pas prévu que les conséquences seraient aussi mauvaises."

"Les gens m'avaient dit il y a trois semaines que ce serait très difficile, mais je m'étais juste dit 'Oui, bien sûr'. Mais ça l'est vraiment."

"Tous les gens qui ont installé notre motorhome par exemple, ils ne sont pas rentrés chez eux. De même, ceux qui s'occupent de la restauration ne sont pas rentrés chez eux. Cela fait environ 70 personnes, et c'est un nombre important pour nous. Nous avons seulement 400 employés, donc c'est presque 25 % de notre personnel qui a dû expérimenter cette charge de travail supplémentaire. C'est assez important."

La fatigue généralisée dans le paddock n'a pas échappé à Liberty Media, qui va éviter de reprogrammer trois courses d'affilée la saison prochaine.

"En 2019, de tout ce que je comprends, il y aura le même nombre de courses. Mais la différence la plus importante, c'est qu'on m'a dit récemment que nous n'aurons plus trois courses d'affilée" confirme le dirigeant de Force India.

"Nous aurons souvent deux courses d'affilée, mais pas trois comme cette année. Mais le nombre de courses devrait rester le même."
source: Nextgen-Auto.com

Après trois semaines intenses, la fatigue se ressent dans toutes les écuries
La F1 conclut à Silverstone un marathon de trois GP d'affilée, ce qui a bien sûr usé les organismes et le mental des mécaniciens et des membres de chaque écurie. L'an prochain, avec l'allongement probable du calendrier, cette situation pourrait se reproduire. Mais est-ce souhaitable?

"Ce fut difficile" admet Zak Brown pour McLaren. "Tout le monde est fatigué. L'an prochain, de ce que je comprends, il est probable que nous n'aurons pas de nouveau trois courses d'affilée. Nous en avons discuté avec la FOM à la réunion du groupe stratégique plus tôt cette semaine. Mais ce n'est pas encore acté. Si nous devons le faire, nous le ferons bien sûr. La plupart des équipes ne le préféreraient pas."

"On parle de 22 ou 23 courses, mais ce sera pour dans quelques années je pense. Nous aurons probablement 20 ou 21 courses, peut-être, l'an prochain. Et si vous avez 23 courses, il faut prendre le budget en considération, et bien sûr, nous allons avoir des budgets plafonnés - ce que nous soutenons car nous pensons que ce sera très sain pour le sport et la compétition."

"Et il faut prendre en compte que toutes ces femmes et tous ces hommes qui travaillent dans les équipes, et qui voyagent, font de gros sacrifices, déjà aujourd'hui avec 21 courses. Mais commercialement, dans le même temps, si vous ajoutez deux ou trois courses à Miami ou New York, et une autre en Asie - quelques gros marchés - alors, ce sera assez attractif commercialement pour nos sponsors. Je ne pense pas qu'il y ait un nombre magique."

Claire Williams est directrice d'une écurie aux ressources limitées... et est elle même une jeune mère de famille. Est-elle aussi fatiguée par ce début d'été frénétique?

"Je partage ce qu'a dit Zak" confirme-t-elle sans surprise. "Mais personnellement, j'y prends plutôt du plaisir, j'aime me rendre en week-end de Grand Prix, donc c'est formidable. De même, cela signifie que notre saison sera finie plus tôt, et c'est une bonne chose pour nous pour le moment!"

"Le plus important, ce sont les gens, il faut les prendre en compte: ils produisent des efforts énormes, et quand ils ne peuvent rentrer chez eux, c'est difficile pour eux et pour leurs familles. Nous avons dû beaucoup travailler pour que nos employés puissent retourner chez eux. Et même si ce n'est que pour 24 heures, c'est vraiment important. Mais il faut aussi remplacer ceux qui ne sont pas là parce qu'ils sont chez eux..."

"Donc c'est vraiment difficile sur le plan logistique. Juste pour déplacer nos motorhomes... La moitié d'entre-nous au Red Bull Ring n'avaient pas nos motorhomes habituels. C'était probablement dommage pour les promoteurs du Red Bull Ring. Le paddock n'avait pas l'air aussi joli. Vous n'y pensez pas vraiment quand vous prenez ce genre de décisions."

"Je ne pense pas que cette situation se reproduira dans le futur. Nous avons peut-être retenu cette leçon: c'est une période difficile pour tout le monde. Et s'il y a plus de courses dans le futur, ce sera formidable pour les fans. Et pour nos sponsors, si nous pouvons trouver des débouchés sur ces marchés. Mais du moment que c'est équilibré et que les week-ends de course sont considérés dans leur globalité... Il faudra peut-être les raccourcir, pour que les employés rentrent aussi souvent que possible chez eux. C'est important."

Pour Force India, Vijay Mallya, présent dans le paddock de Silverstone ce week-end, confirme que sa "grande inquiétude" concerne le personnel de son écurie.

"C'est dur... 21 courses, c'est dur, mais plus de courses, cela fait plus de revenus, et si nous pouvons être payés en retour par le Formula One Groupe, je le prendrais certainement en considération, car nous voulons que les revenus augmentent et nous voulons certainement plus d'argent. Mais si les choses restent en l'état, alors je pense qu'avoir plus de 21 courses, et même trois courses d'affilée, c'est juste trop en demander à nos ingénieurs et à tous nos employés."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly - Brendon Hartley est un super pilote
Il y a une constante en Formule 1: tous les pilotes ont comme premier objectif de battre leur propre coéquipier. Et Pierre Gasly ne fait pas exception, même s'il y a jusqu'à présent une entende cordiale entre Brendon Hartley et lui.

Le pilote de 22 ans a déjà battu un certain nombre de fois le Kiwi, ce qui n'est pas anodin quand on débute en catégorie reine.

Toutefois Gasly a bien en tête le brillant palmarès du Néo-Zélandais et se garde bien de sous-estimer son coéquipier, bien au contraire!

"J'ai une haute estime de Brendon. Il a prouvé ses capacités avec pas mal de performances géniales par le passé", déclare-t-il à Silverstone.

"Champion d'Endurance, vainqueur des 24 heures du Mans. Il a remporté toutes ces courses. Il est l'un des 3 seuls pilotes en Formule 1 qui pilotent ici et qui ont gagné Le Mans. Avec Fernando (Alonso), Hülkenberg et justement, Brendon."

"Tu dois être un super pilote pour parvenir à cela", souligne le Français.

"Mais je pense que j'ai été depuis le début de la saison plus rapide, de manière plus constante, que lui. Bien sûr, le premier objectif est de le battre, lui en particulier. Même si nous nous entendons super bien, il veut aussi me battre chaque week-end. Il sait que c'est la même chose pour moi."

"Nous savons que c'est important pour notre avenir chez Red Bull. Car c'est notre première saison complète en F1 pour tous les deux. Il est alors important de montrer une performance solide à nos patrons."
source: Nextgen-Auto.com

Un seul arrêt aujourd'hui, la stratégie la plus efficace selon Pirelli
Lewis Hamilton, pensionnaire de l'écurie Mercedes, décrochait hier la pole position sur ses terres et se voit remettre le Pirelli Pole Position Award des mains d'un pilote cher à son cœur.

Il s'agit en effet de Billy Monger, jeune britannique amputé des deux jambes à la suite d'un terrible accident en Formule 4, l'an passé, et qui termina sur le podium lors de son retour en course.

Hamilton signe son meilleur chrono avec le pneumatique soft, majoritairement utilisé par les concurrents durant cette séance qualificative. Grâce à cette performance, il efface son propre record du circuit établi il y a douze mois.

Les températures de piste ont dépassé 40°C en qualifications, tandis que le thermomètre affichait 27°C dans l'air. Des conditions similaires sont attendues en course, dont le départ sera donné à 14h10 en Angleterre (15h10 en France).

Une stratégie d'un arrêt aux stands, déjà victorieuse la saison derrière, doit en théorie se révéler la plus rapide.

"Nous avons de nouveau rencontré des températures de piste inhabituellement élevées, mais les pilotes ont pu profiter des enseignements tirés de la journée de vendredi", commente Mario Isola.

"Le mélange le plus tendre étant approximativement deux secondes plus performant que les autres, tout le monde les utilisa en Q2 et, contrairement aux dernières manches, aucun pilote ne sera donc chaussé d'une gomme plus dure au départ."

"Le niveau de dégradation du "soft" déterminera la stratégie à adopter en course. Un arrêt aux stands sera théoriquement plus rapide, mais si une forte usure est observée - ce qui est tout à fait possible au regard de la chaleur -, deux pit-stops pourraient se révéler plus efficaces."

"Enfin, comme nous avons pu le voir en qualifications, l'écart est très serré entre les top teams, et le choix tactique fera toute la différence, notamment parce que la fenêtre d'arrêt est conséquente."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.