En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 11 Août 2018

Est-il déjà trop tard pour Romain Grosjean?
Il y a encore deux ans, quand il rejoignait Haas, Romain Grosjean visait un volant Ferrari à plus ou moins long terme, afin de réaliser son rêve de devenir Champion du monde.

En juillet dernier, après une première moitié de saison frustrante voire inquiétante avec Haas, c'est un Romain Grosjean réaliste, mais aussi sans illusions, qui revenait sur ses ambitions: "Il se peut que je ne puisse jamais gagner un Grand Prix, et que je n'aie jamais l'occasion de devenir Champion du monde. Mais c'est la F1."

La question "Romain Grosjean peut-il devenir Champion du monde?" parait anachronique aujourd'hui. Le Français, à 32 ans, et qui arrive en fin de contrat, peut en revanche se demander: "serai-je toujours en F1 l'année prochaine?"

L'ancien pilote Renault a manqué de trop nombreuses opportunités en cette première moitié de saison. Il ne compte que 21 points, là où Kevin Magnussen en a inscrit 45. Il a commis trop d'erreurs personnelles, sans d'ailleurs assez les assumer: sa sortie de route derrière la voiture de sécurité à Bakou et le fameux "Ericsson hit us", en sont les symboles.

Günther Steiner a paru agacé de ces performances, jusqu'à assurer que Haas recruterait l'an prochain les pilotes les plus constants, capables de ramener des points chaque week-end - une manière de viser l'irrégularité de Romain Grosjean.

La position de Romain Grosjean est de plus menacée puisque, depuis le rachat de Force India par Lawrence Stroll, Sergio Pérez a de fortes chances d'être disponible l'an prochain. Or, Sergio Pérez dispose de trois arguments pour plaire à Gene Haas - un argument sportif, un argument financier et un argument géographique.

Sur le plan sportif, Sergio Pérez est plus régulier que Romain Grosjean cette saison, et a désormais l'image d'un pilote fiable, solide, loin de l'image qu'il donnait chez Sauber et McLaren. Comme le prouve son podium à Bakou - alors que Romain Grosjean tamponnait le mur derrière la voiture de sécurité - le Mexicain est aussi capable de coups d'éclat.

Sur le plan financier, Sergio Pérez est porté par de puissants sponsors, ce qui n'est pas négligeable pour une petite structure comme Haas.

Sur le plan géographique enfin, Sergio Pérez est Mexicain, et jouit d'un immense soutien dans son pays. Haas, écurie nord-américaine, souhaite justement attirer plus de fans Outre-Atlantique. En l'absence de pilote états-unien crédible sur le marché, Sergio Pérez est ainsi la meilleure solution alternative.

Pour autant, est-il déjà trop tard pour Romain Grosjean? Pour devenir Champion du monde, cela semble acquis. Mais pour conserver sa place chez Haas, rien n'est encore perdu.

Si l'on examine les trois dernières courses, Romain Grosjean a marqué plus de points (21) que Kevin Magnussen (18). Le Français semble s'être relancé et l'on sait qu'il peut briller à Spa-Francorchamps, où il obtint un podium remarquable pour Lotus-Mercedes en 2015.

Il ne faut pas non plus oublier que Romain Grosjean fut aussi malchanceux: il manqua un Top 5 après un abandon malheureux en Australie (mauvais serrage de roue); et à Montréal, un de ses circuits préférés, son moteur explosa en début de Q1.

Romain Grosjean n'a pu perdre sa pointe de vitesse en une saison et il sait désormais ce qu'il doit faire: retourner l'opinion du paddock à son sujet. En 2012-2013, le Français y était arrivé. Alors, pourquoi pas maintenant?

Le Français voit même plus loin et se projette au-delà de 2020: "Je ne suis pas trop mécontent de ma carrière jusqu'à présent et je continue de croire que je peux rester en Formule 1 pendant un certain temps. Je ne me sens pas vieux et qui sait ce qui se passera en 2021, personne ne veut signer des contrats au-delà de la fin de 2020 pour l'instant."

Dans un coin de sa tête, Romain Grosjean pense ainsi toujours à rejoindre une grande écurie. En attendant, il doit sauver sa place en F1.
source: Nextgen-Auto.com

Le Hungaroring assure son avenir avec des investissements
Le Hungaroring semble parti pour opérer des changements majeurs après l'édition 2019 afin de pouvoir discuter d'un nouveau contrat. La course hongroise est prévue pour être organisée jusqu'en 2021 mais cette piste, qui est au calendrier depuis 1986, veut prolonger l'aventure.

La Hongrie en a fait l'un de ses principaux événements sportifs organisés sur ses terres et le gouvernement soutient le projet, très positif pour attirer des touristes dans le pays selon lui, et le ministre des affaires étrangères, Péter Szijjártó, a discuté avec Chase Carey lors de la venue de la F1 cet été et les deux hommes ont convenu de la direction que doit prendre le circuit.

"La piste et l'événement ne doivent pas perdre leur côté unique qui a permis à beaucoup de monde de tomber amoureux de cette piste et du Grand Prix de Hongrie depuis 1986" a déclaré le ministre, qui précise qu'il y a trois points positifs à cet événement, à savoir "l'économie de la Hongrie, les revenus et la publicité médiatique."

La rénovation du Hungaroring va se faire en trois phases. La première sera de changer la tribune principale et les cabines de commentateurs, puis le bâtiment des stands sera reconstruit, y compris les garages, la direction de course et le centre média. Enfin, un tout nouveau centre des visiteurs sera créé au sein du complexe.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Je suis loin d'être parfait
Lewis Hamilton, quadruple Champion du monde de Formule 1, a récemment été décrit par son patron, Toto Wolff, et d'autres personnalités du paddock comme le meilleur pilote du plateau.

Certains ont même lancé que le Britannique était "parfait." Un qualificatif qui l'a fait réagir.

"Parfait? Je suis loin d'être parfait. Très loin!" répond-t-il.

"C'est vrai. Regardez Mohamed Ali ou, pour prendre un exemple actuel, Roger Federer. Ces sportifs se sont bien plus approchés de la perfection que moi."

"Le mot "parfait" me fait penser à un musicien qui trouve la bonne tonalité à chaque concert. Et puis la perfection est un concept qui change tout le temps."

"C'est un objectif qui évolue. Elle évolue lorsque l'on prend de l'âge, lorsque l'on gagne en sagesse. Et quand nos forces diminuent, je suppose que notre perception de la perfection change de nouveau. Cela signifie alors probablement être encore capable de faire du sport..."

En sport auto, la perfection ne se juge pas "sur le moment" comme le rappelle aussi Hamilton.

"La saison commence en fait très tôt: à la moitié de l'année précédente, les ingénieurs commencent déjà à travailler sur la nouvelle voiture. Si je vais à l'usine de Brackley en janvier, les idées fourmillent, les pièces arrivent de partout, de tous les départements. C'est fascinant de voir comment l'équipe assemble ce puzzle."
source: Nextgen-Auto.com

Les fans préfèrent l'ère Liberty Media à l'ère Ecclestone
Lorsque Liberty Media a racheté la F1, l'ambition était de rajeunir le public et de développer les plateformes digitales, en rupture avec l'ère Ecclestone et CVC.

Devant ses actionnaires et des analystes financiers, Chase Carey a été certainement "mis à la question" pour en dire plus sur les audiences actuelles du sport, afin de dresser un premier bilan de l'ère Liberty Media.

Et ce bilan, à entendre le PDG de la F1, est pour le moment positif.

"C'est une saison pleine de réussite sur la piste, avec de la compétition au sommet entre deux pilotes, et de la compétition entre les équipes, et nous avons eu un certain nombre de courses spectaculaires."

"Nous sommes aussi encouragés par la bonne dynamique au niveau de l'engagement des fans. Nous avons commencé à renverser la tendance déclinante des chiffres de ce sport, tendance qui existait depuis cinq ou six ans. 44 % de nos fans sont plus intéressés par la saison 2018 que par la saison 2017 - ce chiffre était seulement de 7 % il y a un an. 66 % des fans pensent que la F1 a progressé et seulement 15 % qu'elle a fait machine arrière. Et 67 % disent que la F1 est entre de bonnes mains avec Liberty Media - 10 % sont de l'avis contraire."

"L'affluence du public sur les circuits est en progression de 4 % par rapport à l'an dernier. Et l'affluence au Paul Ricard et à Hockenheim, où nous n'avions pas couru l'an dernier, était bien au-delà des attentes. A Hockenheim, le promoteur a même dû construire de nouvelles tribunes pour faire face à la demande."

L'audience TV est en revanche en baisse, mais selon Chase Carey, cela résulte d'un choix marketing et financier.

"L'audience TV, le dimanche, a baissé de 4 %. Cependant, c'est surtout lié au fait que la F1 soit désormais diffusée sur une chaîne payante en Italie. Si l'on exclut l'Italie, notre audience le dimanche a progressé de 3 % depuis l'an dernier, et notre audience le samedi, pour les qualifications, a progressé plus encore."

Reste à savoir si Liberty Media retire aussi de ces chiffres les audiences du groupe TF1, qui a diffusé les Grands Prix de Monaco et de France (qualifications comprises) en clair cette année...

"2017 et 2018 ont été en bonne partie des années d'investissement" conclut Chase Carey. "Nous avons commencé à bâtir les fondations du futur de la F1, en améliorant le spectacle sur et en dehors de la piste, pour réengager nos fans, à la fois sur les plateformes traditionnelles et sur les plateformes digitales. Le but est de construire une organisation qui puisse raconter une belle histoire et fournir les opportunités qu'il faut à nos partenaires commerciaux, afin de développer la marque F1 à une plus grande échelle. Nous pensons que nous sommes sur le bon chemin pour y parvenir."
source: Nextgen-Auto.com

Ericsson voit davantage de potentiel dans la Sauber
Sauber a réalisé un très bon début de saison et Marcus Ericsson est convaincu que son équipe peut faire encore mieux. Le Suédois estime que certains domaines sont perfectibles et espère des améliorations, bien que l'équipe suisse ait décidé de rapidement abandonner 2018 pour se consacrer sur 2019.

"Il y a certainement plus de potentiel" lance Ericsson. "Je pense que nous comprenons ce que nous voulons faire de cette voiture et comment en tirer le meilleur parti, mais nous savons qu'il y a des domaines dans lesquels nous pouvons nous améliorer, donc c'est là où nous essayons de nous améliorer avec les outils que nous avons et avec de nouvelles pièces, aérodynamiques principalement."

"Nous avons fait un excellent travail tout au long de la saison pour apporter des nouveautés à peu près à chaque course. J'espère que nous le ferons pour un peu plus, mais il est évident que nous en aurons un peu moins vers la fin de l'année. Nous avons encore des choses à venir après les vacances d'été."

Selon Ericsson, les progrès colossaux de l'équipe dépendent d'un travail commun réussi: "Je pense qu'en regardant d'où nous venons sur les deux dernières saisons, c'est très impressionnant, ce que l'équipe a fait. Aussi, pour être juste, où nous étions après la première semaine d'essais et où nous en sommes maintenant, c'est aussi assez impressionnant de voir le rythme des progrès que nous avons réalisés."

"Je ne dirais pas qu'il y a un domaine en particulier où nous avons été super bons ou super mauvais, c'est toute l'équipe qui s'est mobilisée et tous les départements se sont mobilisés. C'est ce qui fait la différence, le travail d'équipe, et vous ne pouvez pas avoir un département qui est vraiment bon et d'autres qui ne fonctionnent pas. La chaîne de fonctionnement doit être complète pour s'améliorer."

"Je pense que cela a été l'une des clés - que nous avons pu faire en sorte que tout le monde travaille très dur et améliore l'ensemble du concept et l'ensemble de la voiture. La voiture est juste meilleure dans tous les domaines, le moteur l'est aussi et c'est une bonne chose."

Ferrari a amené à ses clients un nouveau moteur en Hongrie et Ericsson a hâte de le tester sur des circuits rapides tels que Spa et Monza, les prochaines courses du championnat: "Je pense vraiment que Spa et Monza peuvent être de bonnes pistes pour nous, j'ai hâte de le faire. Ce sont des pistes que nous aimons!"

"A Budapest, on ne voit pas grand-chose, là et Monaco sont probablement ceux où l'on voit le moins de ce que le moteur peut faire, donc je pense que Spa et Monza peuvent être très intéressants. Espérons que ça fonctionne très bien."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso est satisfait de la direction que prend McLaren
Fernando Alonso a estimé que McLaren a pris une bonne décision en décidant de recruter de nouvelles personnes. Après l'arrivée de Gil de Ferran au poste de directeur sportif, c'est surtout celle de James Key, directeur technique de Toro Rosso et réputé pour être l'un des meilleurs du paddock, qui enthousiasme Alonso.

"J'aime cette direction" affirme-t-il. "Je pense que nous devons, comme je l'ai dit, être honnêtes avec nous-mêmes, comprendre le problème et le fait que l'on manque de performance. Une fois que l'on accepte que la voiture est trop lente et qu'on manque de performance, on peut commencer à chercher de nouvelles idées, de nouvelles personnes, de nouvelles philosophies etc."

"Je pense que la façon de prendre les gens de l'extérieur avec des philosophies différentes, de changer un peu la structure, de simplifier, aussi comment tout fonctionne dans l'équipe et dans l'usine, sont autant d'étapes positives pour rendre McLaren compétitif dans un avenir proche."

Il se veut rassurant quant au temps que cela prend à McLaren: "C'est la Formule 1, le résultat ne vient pas d'un jour à l'autre. Tout demande du temps. Mais comme je l'ai dit lors des deux ou trois derniers Grands Prix, tout ce que je vois me semble logique, donc ça fait du bien."
source: Nextgen-Auto.com

Massa a été 'bouleversé' par les critiques ingrates de Stroll
La belle entente qui semblait régner chez Williams entre Felipe Massa et Lance Stroll en 2017, était-elle un feu de paille allumé pour plaire aux médias?

Après le départ du Brésilien de l'écurie anglaise, Lance Stroll avait assuré que Massa n'avait été en rien un guide pour lui. Le Canadien, quelques courses après ce début de saison 2018, a même dit que dans la même FW41, Felipe Massa ne pourrait mieux faire que lui.

Felipe Massa, qui s'occupe actuellement de la division karting de la FIA, avait sur le moment lâché un "sans commentaire".

A l'occasion d'une émission de télé brésilienne, Programa com Bial, il est revenu plus en détail sur ces déclarations inamicales de Lance Stroll. Et inutile de dire qu'il est un homme déçu...

"J'ai beaucoup fait pour lui, avec humilité. Quand je l'ai rencontré pour la première fois, il avait 7 ans, donc c'était un plaisir pour moi d'être avec lui, d'essayer de l'aider."

"Quand il est arrivé, il avait beaucoup de mal à trouver la vitesse qu'il fallait, à comprendre une F1, à comprendre comment les pneus fonctionnaient - puisqu'il avait 18 ans."

"J'étais très proche de lui, je parlais beaucoup avec lui. J'ai essayé de l'aider, comme jamais un pilote n'avait aidé son coéquipier."

"Pas même Michael Schumacher, qui était un maître pour moi, avait fait tout ce que j'ai fait pour lui [Stroll]. Ses propos m'ont donc bouleversé. Parce que ce n'était pas ce que j'avais imaginé. Mais il n'y a pas de problème."

En réponse à Lance Stroll, Felipe Massa décide ensuite de souligner que le Canadien n'a pas exactement été recruté pour son mérite sportif...

"Stroll a rejoint Williams en raison de l'argent qu'il apportait à l'équipe" précise Massa. "Et quand je suis parti, ils ont pris un autre pilote qui apportait aussi de l'argent à l'équipe."

"Ils n'essayaient pas d'embaucher le meilleur pilote."

Par ce "ils", Felipe Massa vise bien sûr l'équipe dirigeante de Williams et en premier lieu, Claire Williams. Reste à voir si maintenant, Lance Stroll va répondre à son ancien coéquipier...
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.