En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mardi 14 Août 2018

Brown - Alonso est une partie importante de l'Histoire de McLaren
Fernando Alonso et McLaren ont indiqué que l'Espagnol quitterait l'équipe et la Formule 1 en fin de saison. Après plusieurs années infructueuses depuis qu'il est revenu dans l'équipe, il semble être temps pour lui de changer d'air.

"Fernando n'est pas seulement un ambassadeur d'exception pour McLaren, mais aussi pour la Formule 1" a déclaré Zak Brown, président de McLaren. "Ses 17 années dans le sport, en tant que meilleur pilote de sa génération et sans aucun doute l'un des Grands de la F1, ont ajouté une autre dimension à l'Histoire riche de la F1."

"Le moment arrive pour tout le monde de changer et Fernando a décidé que le sien serait en fin de saison. Nous respectons sa décision, même si nous pensons qu'il n'a jamais été en si bonne forme. Notre dialogue transparent avec Fernando nous a permis de parer à cette éventualité."

Brown tient également à mentionner la courbe de performance imperturbable de son pilote en cette période de doute et de lourdes décisions: "Alors qu'il évaluait son futur dans les derniers mois, la compétitivité de Fernando a été inchangée. Il a continué à afficher des performances au plus haut niveau et nous savons qu'il le fera encore lors des neuf courses qu'il reste cette saison."

"Je sais que l'équipe entière se joint à moi pour rendre hommage à son énorme contribution au sein de McLaren. C'est une légende pour le championnat et pour l'équipe. Fernando est une partie importante de notre histoire et il rejoint une illustre liste de pilotes McLaren. De la part du Cheikh Mohammed, de Mansour [Ojjeh] et de tout notre Conseil d'Administration, je souhaite à Fernando tout le succès à l'avenir."
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Fernando Alonso quittera la F1 en fin de saison
L'annonce était attendue ce jour et a été confirmée non pas par Fernando Alonso lui-même, mais par McLaren, dans un communiqué. L'équipe anglaise a confirmé ce jour que l'Espagnol quitterait la Formule 1 en fin de saison et ne courrait pas en 2019 dans la discipline reine.

Les spéculations allaient bon train après un message de l'Espagnol sur Twitter et beaucoup se demandaient s'il allait annoncer une décision importante quant à son avenir. McLaren devra désormais annoncer de possibles plans en IndyCar, tout comme l'Espagnol, mais rien n'est sûr pour le moment.

"Après 17 années merveilleuses dans cet incroyable sport, il est temps pour moi de changer et d'avancer", explique l'Espagnol. "J'ai profité de chaque unique minute de ces incroyables saisons et je ne peux assez remercier les gens qui ont contribué à les rendre si spéciales."

"Il reste quelques Grands Prix cette année et je vais y participer avec plus d'implication et de passion que jamais. Nous verrons ce que le futur apportera, de nouveaux défis m'attendent. Je passe les meilleurs moments de ma vie mais j'ai besoin d'explorer de nouvelles aventures."

Il a ensuite tenu à remercier McLaren, avec qui il aura disputé un total de cinq saisons: "Je veux remercier tout le monde chez McLaren. Mon cœur est pour toujours dans cette équipe. Je sais qu'ils reviendront plus forts dans le futur et cela pourrait être le bon moment pour moi pour revenir dans la discipline, ça me rendrait vraiment heureux."

"J'ai développé de fantastiques relations avec des gens fantastiques chez McLaren et ils m'ont donné l'opportunité d'élargir mon horizon et de rouler dans d'autres catégories. Je me sens encore plus complet en tant que pilote."

Il révèle également que sa décision n'a pas été prise durant la pause estivale, mais qu'il savait déjà depuis longtemps qu'il arrêterait sa carrière en 2018: "J'ai pris cette décision il y a plusieurs mois et c'était une décision arrêtée. Néanmoins, je veux remercier Chase Carey et Liberty Media pour tous les efforts effectués pour me faire changer d'avis, et tous ceux qui m'ont contacté durant cette période."

"Je tiens également à remercier mes anciennes équipes, mes anciens équipiers, mes rivaux, mes collègues, mes partenaires, les journalistes et tous ceux avec qui j'ai travaillé durant ma carrière en F1. Et par dessus tout, je remercie mes fans autour du monde. Je suis à peu près sûr que nos chemins se croiseront de nouveau dans le futur."
source: Nextgen-Auto.com

Hartley relance le débat sur les limites des pistes en F1
Ces derniers mois, la FIA et ses commissaires de course ont laissé quelques largesses aux pilotes de Formule 1, en ne sanctionnant quasiment plus les passages au large de certains virages, lorsque c'était possible.

Le but était de réduire le nombre de pénalités, parfois non comprises par les fans, mais selon Brendon Hartley, on est peut être allé trop loin.

C'est ce qu'explique le pilote Toro Rosso aujourd'hui.

"J'ai récemment consulté beaucoup de photos de ma voiture en piste, et des autres, et je vois nous avons maintenant souvent les quatre roues au-delà de la ligne blanche, ce qui était la ligne de course à respecter absolument avant. Selon moi, cela ne donne probablement pas une bonne image au reste du monde du sport automobile", admet Hartley.

Les deux exemples les plus parlants, dernièrement, ont été Hockenheim (le 1er virage) et l'Autriche.

"Dans le cas d'Hockenheim, je pense qu'il a été accepté que ces vibreurs bleus et blancs constituaient la limite de piste, au-delà c'était de toute façon dangereux pour la maitrise de la voiture. Mais si on regarde le règlement à la lettre, nous étions tous avec les quatre roues hors des lignes blanches. Je préférerais que nous ne puissions pas faire cela."

"En Autriche, il y a eu un autre argument mis en avant (par la FIA): il y avait des dispositifs en bord de piste (des 'saucisses' de couleur jaune), et si on passait dessus les voitures étaient souvent très endommagées."

Le Néo-Zélandais prône le retour à un dispositif qui a peu à peu disparu de la plupart des circuits de F1 ces dernières années.

"Je pense que l'Astroturf (moquette synthétique de couleur verte) fonctionne très bien car vous perdez beaucoup d'adhérence mais vous n'abîmez pas la voiture. Je suis en fait un grand fan de l'Astroturf pour baliser les limites de la piste."
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone a conseillé Stroll pour le rachat de Force India
Bernie Ecclestone, l'ancien grand argentier de la Formule 1, a aidé Lawrence Stroll et son consortium d'investisseurs à racheter Force India.

C'est ce que le Britannique a révélé au magazine Forbes. L'affaire n'est pas encore officiellement conclue mais cela a permis de sortir l'équipe de l'administration judiciaire, le temps de tout régler.

"Lawrence est le meilleur enchérisseur, il va acheter l'équipe, j'en suis presque certain. Cela va être réglé dans les prochains jours et je n'ai aucune crainte quant au fait que tout ne va pas bien se passer au final. J'ai passé toute une matinée avec eux sur les affaires de Force India", dit-il.

Ecclestone est-il impliqué dans le consortium qui a racheté l'équipe? Probablement pas. Mais il devrait fournir des conseils au père de Lance Stroll, dont il est assez proche.

Et le premier conseil serait de garder Sergio Pérez aux côtés de Lance Stroll, qui arrivera en 2019. C'est ce que pense l'ancien pilote de F1, Marc Surer.

"Ce qui rend Pérez si spécial pour une équipe c'est qu'il est toujours à la recherche du résultat. Il a parfois un peu de chance mais il y arrive. Il ne lâche jamais rien. Ocon est peut-être plus rapide mais Pérez sait convertir les opportunités."

"Bernie choisirait Pérez", ajoute-t-il. "Quand il gérait Brabham, il se foutait de la rapidité pure d'un pilote. Il voulait un pilote qui marquait des gros points, qui sont si importants pour une petite équipe. Force India pourrait utiliser le même schéma, ce serait logique d'avoir un duo Stroll - Pérez l'année prochaine."
source: Nextgen-Auto.com

Fred Vasseur se félicite des progrès de Sauber
Fred Vasseur est arrivé chez Sauber il y a un peu plus d'un an, et son plan de redressement semble fonctionner. L'arrivée de Charles Leclerc n'y semble pas étrangère, mais l'équipe suisse a parfaitement négocié cette saison avec de nombreux passages en Q2, quelques passages en Q3, et 18 points marqués à la pause estivale.

"Oui, je pense que nous sommes sur une bonne voie" a-t-il dit. "Si vous comparez avec le début de la saison et la première partie de la saison, notamment Melbourne, je pense que nous avons progressé, nous avons fait un grand pas en avant par rapport au reste du peloton."

"Mais je sais parfaitement que plus vous avancez, plus les étapes sont difficiles. C'est bien d'avoir des attentes parce que c'est la meilleure façon de mettre de la pression sur l'équipe, de mettre de la pression sur les gars et sur les pilotes,et c'est la clé pour l'équipe."

Le développement de la monoplace actuelle a toutefois été stoppé et l'équipe travaille déjà sur 2019, comme le précise Vasseur: "Si toutes les autres équipes continuent à travailler et à se développer, ce sera de plus en plus difficile, mais nous savons aussi que le gros gain pour nous sera plus important l'année prochaine que cette année."

"Honnêtement, que nous terminions huitième, neuvième ou septième du championnat, ce n'est pas une grande différence. Il y a un énorme changement à la réglementation l'année prochaine, nous avons une grande opportunité et nous devons considérer cela comme un véritable défi."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli est ouvert à affronter un manufacturier concurrent
Pirelli est l'unique fournisseur de pneumatiques en Formule 1 depuis plusieurs années et le manufacturier italien estime que c'est mieux comme cela. Toutefois, avec la fin de son contrat en fin d'année prochaine, il est candidat à sa propre succession et n'aurait aucun problème à voir le retour d'un autre fournisseur en parallèle.

"S'ils décident un retour à la situation que nous avons connue dans le passé, nous sommes prêts à faire face à ce défi également" explique Mario Isola, directeur de la compétition dans les rangs italiens. "C'est un nouveau challenge car si nous sommes l'unique fournisseur, nous avons des objectifs. Vous fournissez les mêmes pneus à tout le monde donc on peut avoir des pneus à forte dégradation avec différents objectifs."

"Si nous sommes en compétition avec un autre fournisseur de pneus, l'objectif est uniquement la performance. C'est clair, c'est comme pour les équipes. Leur objectif est la sécurité, mais la sécurité est un objectif, c'est toujours là, c'est une priorité, mais après cela elles cherchent la performance."

Isola explique enfin que l'arrivée d'un concurrent serait certainement une mauvaise chose sur le plan économique pour la Formule 1, autant pour les équipes que pour les manufacturiers eux-mêmes: "La direction de la Formule 1 est encore d'avoir un fournisseur. mais bien sûr, ça peut vite changer."

"Un fournisseur unique fait économiser de l'argent à tout le monde. Si vous introduisez une nouvelle guerre des pneus, ou plusieurs fournisseurs, il faut considérer que dans le passé il était nécessaire d'avoir des séances d'essais ou des équipes qui avaient des groupes de personnes destinées à ces essais. S'ils veulent réduire les coûts, ce n'est pas la bonne direction."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean pourrait rejoindre une autre équipe mais...
Romain Grosjean n'est pas parti en vacances l'esprit totalement serein. Même s'il a nettement redressé la barre avant la pause estivale, il n'a toujours pas signé son contrat pour 2019.

Son baquet chez Haas F1 est maintenant l'un des plus convoités, notamment par Sergio Pérez, pas certain de pouvoir rester chez Force India avec l'arrivée de Lawrence Stroll, le père de Lance, à la barre.

Ferrari pourrait aussi demander à Haas de faire progresser Leclerc à un niveau intermédiaire, avant de le placer dans une voiture rouge en 2020 ou 2021.

Le pilote français reconnait qu'il pourrait avoir à quitter Haas F1 mais ce n'est évidemment pas ce qu'il souhaite.

"Il y a toujours beaucoup de discussions dans le paddock et beaucoup de spéculations, tout le temps", reconnait Grosjean.

"Mais il y a peu de pilotes avec beaucoup d'expérience. Peut-être que je pourrais aller ailleurs, pour aider au développement d'une autre équipe. Mais ma principale option est de rester là où je suis et de continuer à faire du bon travail ensemble."

Le Français admet être toujours dans l'attente et que "rien n'a changé concernant mon avenir" ces dernières semaines.

"Mais l'équipe et moi savons ce que j'ai apporté dès le premier jour. Je sais aussi que je n'ai pas été à la hauteur lors de certaines courses cette année. Mais, avec un peu de chance, c'est de l'histoire ancienne. Nous sommes maintenant de retour sur le bon chemin et l'été est une bonne période pour penser à ça."
source: Nextgen-Auto.com

Niki Lauda ne pourra pas prendre l'avion avant six mois
Après la transplantation du poumon qui lui a sauvé la vie, Niki Lauda va devoir être patient pour reprendre une vie normale, bien que les médecins lui aient dit qu'il pourrait retourner à ses activités. En effet, Lauda a eu un souci de santé le week-end dernier, quelques jours après sa transplantation.

L'Autrichien a été mis sous dialyse suite à un problème à un rein. Il est de nouveau en soins intensifs, ce qui est la procédure normale suite à un tel problème.

Dans tous les cas, il ne sera pas autorisé à prendre un avion avant six mois. De plus, les médecins lui ont dit de ne prendre des vacances que dans les pays voisins de l'Autriche afin de pouvoir revenir rapidement à l'hôpital de Vienne si besoin.

Cela veut dire, avec deux manches européennes restant au calendrier, qu'il devra manquer toute la fin de saison, et possiblement le début de la suivante.

De plus, le sérieux de sa situation lui interdit à vie les piscines, saunas, spas et au quotidien, il devra éviter les contacts avec les animaux et ne plus avoir de plantes. L'ancien Champion du monde est donc très loin de reprendre une vie normale sur les circuits en qualité de directeur non-exécutif de Mercedes.
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul ne promet pas de victoire à Ricciardo avant 2020
Daniel Ricciardo devra être patient avant d'espérer gagner des courses avec Renault F1.

C'est ce que reconnait son nouveau patron à partir de 2019, Cyril Abiteboul, toujours aussi fier d'avoir signé le pilote Red Bull.

"Le fait qu'il s'engage avec nous prouve sa confiance en notre projet. Cela démontre aussi notre envie d'accélérer notre processus pour combler l'écart avec Mercedes, Ferrari et Red Bull", confie le Français.

"Daniel a eu certains doutes, probablement justifiés, concernant l'association de Red Bull avec Honda. Mais nous ne pourrons pas lui offrir mieux que ce qu'il a actuellement avant 2020."

"En 2019, nous allons continuer à nous développer, avec lui et avec Nico. Notre plan, déjà annoncé lors de notre retour, est de commencer à gagner des courses en 2020. Puis de lutter pour le titre à partir de 2021."

Abiteboul compte maintenant sur un pilote reconnu comme être l'un des meilleurs, cela ne laissera donc guère la place au doute sur la qualité des futures Renault de F1.

"Oui, mais c'est aussi une reconnaissance du travail que nous avons fait lors des deux dernières saisons et celle-ci. Son talent, son charisme, c'est un grand bonus pour nous. A nous de lui rendre la pareille avec les meilleures monoplaces à l'avenir."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.