En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 16 Août 2018

Gasly, la prochaine pierre du mercato 2019?
La mise en place de l'échiquier des transferts pour 2019 se fait jour après jour, et ce malgré la pause estivale qui nous laissait présager d'un mois d'août des plus calmes. Après l'arrivée de Daniel Ricciardo chez Renault et le départ de Fernando Alonso de McLaren, c'est fort logiquement Carlos Sainz qui a été annoncé chez McLaren.

Fort logiquement, car ces récents développements viennent appuyer l'une des théories les plus solides de ses transferts 2019, qui agitent énormément de rumeurs, celle de Pierre Gasly chez Red Bull. En effet, Sainz éliminé de la liste des prétendants, alors que l'Espagnol était encore sous contrat avec le fabricant de boissons, Gasly devient le successeur logique de Ricciardo aux côtés de Max Verstappen.

Bien sûr, il ne faut pas parler trop vite car Red Bull n'est pas connue pour prendre les décisions qui semblent les plus évidentes au premier abord. Si le nouveau pilote Red Bull doit sortir de Toro Rosso, il apparaît évident que Gasly sera choisi plutôt que Brendon Hartley, car le Français domine nettement son équipier.

En revanche, Red Bull pourrait aussi réfléchir à une autre piste, menant par exemple à Kimi Räikkönen. Le Finlandais en a peut-être assez d'être pendu à la décision de Ferrari et pourrait prendre sa fin de carrière en main en signant par exemple pour une année chez Red Bull, qui était son soutien personnel lorsqu'il est passé en WRC.

Si c'était le cas, Gasly aurait une année de plus pour se familiariser un peu plus avec la Formule 1 et permettrait à Toro Rosso, peu satisfait de Hartley, de le remplacer par Lando Norris. Car il n'est pas impossible que le contrat de Sainz, que McLaren a obtenu en cassant l'option qui le liait à Red Bull, ait comporté une clause liant Norris à Toro Rosso.

Si Gasly est finalement promu chez Red Bull, ce sera alors possiblement un duo composé de Hartley et Norris qui sera aligné chez Toro Rosso. Pour Red Bull, le choix de Gasly semble toutefois extrêmement intéressant grâce aux connaissances qu'il possède au sujet du moteur Honda.

Quelle que soit la décision, il se pourrait en tous cas qu'elle intervienne dans les prochaines heures ou les prochains jours.
source: Nextgen-Auto.com

Simone Resta pense que Sauber peut faire encore mieux en 2019
Simone Resta, qui a rejoint Sauber en tant que directeur technique en remplacement de Jörg Zander, a vu les progrès de l'équipe depuis le début de la saison et constate avec plaisir l'évolution que fait son équipe vers le milieu de peloton. L'Italien a annoncé que l'équipe cherchait à recruter davantage et qu'elle se tournerait rapidement vers 2019.

"Je crois que l'équipe a montré un très bon niveau et une amélioration cette année, ce qui montre que les fondations sont là et que la compétitivité est là" a déclaré Resta. "L'équipe grandit en termes de taille et les bases techniques sont bonnes, il y a de bonnes installations en tant qu'équipe indépendante avec une bonne formation technique. Je pense qu'il y a tous les ingrédients pour faire un pas en avant. Mon objectif principal est 2019, mais il faut que ce soit une évolution graduelle pour que je puisse comprendre d'où nous partons."

En dépit de quelques changements de règlement, Resta est ravi d'avoir pu compter sur une voiture bien conçue comme celle de cette saison pour préparer les bases de la saison prochaine: "Il ne fait aucun doute que l'année prochaine, il y aura un grand changement en termes de réglementation aéro, de sorte qu'une partie du contenu ne peut pas être traduit d'une voiture à l'autre."

"Les principales parties de la voiture et les principaux règlements techniques en ce qui concerne la monoplace elle-même seront similaires, de sorte que je suis sûr que nous pourrons traduire la plupart du contenu d'une voiture à l'autre. Mais nous devons nous améliorer, et il y a beaucoup à faire et beaucoup de choses à débloquer."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz, 'parfait mélange de jeunesse et d'expérience' pour McLaren
McLaren n'a donc pas traîné à confirmer que Carlos Sainz remplacera Fernando Alonso l'an prochain dans la McLaren qui prendra donc le numéro 55. Un Espagnol en remplace un autre, et McLaren devient la troisième écurie de Sainz pour ce qui sera sa cinquième année en Formule 1.

"Nous sommes très heureux que Carlos nous rejoigne en tant que pilote McLaren", explique Zak Brown. "Nous l'avons évalué depuis un moment et nous le considérons en haute estime parmi la prochaine génération de jeunes talents qui émergera dans le classement de la Formule 1."

"Carlos amène un parfait mélange de jeunesse et d'expérience. Bien qu'il n'ait que 23 ans, il disputera sa cinquième saison dans la discipline avec nous et nous amènera beaucoup d'expérience, puisée en Formule 1 et aussi auprès de notre partenaire Renault."

Selon Brown, c'est une bonne idée de remplacer Alonso par un pilote qui s'est imprégné du même esprit et de la même culture, en plus du fait que les deux se soient côtoyés: "Ce n'est pas un secret que Carlos est un grand admirateur de Fernando et ça correspond très bien qu'il prenne sa place, en étant un Espagnol au nom légendaire en sport automobile. Nous pensons que ce sera parfait de l'avoir et nous sommes ravis qu'il vienne en 2019 et après."

Quant à l'équipier de Sainz, il sera annoncé "plus tard"... ce qui signifie que Stoffel Vandoorne est toujours sur la sellette.
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Carlos Sainz rejoint McLaren en 2019
Carlos Sainz a été confirmé par McLaren comme titulaire en 2019 et après, puisque l'équipe annonce qu'il a signé un contrat pluriannuel. L'Espagnol prend la succession de Fernando Alonso, qui a révélé il y a deux jours qu'il ne serait pas en Formule 1 en 2019.

Sainz pilotera donc pour sa troisième écurie en carrière, après avoir roulé pour Toro Rosso et Renault. Non retenu par le Losange pour 2019, puisque celui-ci a recruté Daniel Ricciardo, Sainz trouve refuge chez McLaren, ce qui ouvre un peu plus la porte à l'arrivée de Pierre Gasly chez Red Bull l'année prochaine.

"Je suis ravi de finalement pouvoir confirmer que je serai un pilote McLaren à partir de la saison 2019", a déclaré Sainz. "C'est une chose que j'ai attendue depuis un moment et je suis ravi d'ouvrir ce chapitre de ma carrière."

"J'ai été fan de McLaren aussi longtemps que je puisse me souvenir. C'est un grand nom qui possède un héritage incroyable, et la liste de pilotes qui ont piloté pour l'équipe comporte nombre de mes héros."

Il a évidemment un mot pour Alonso: "Fernando est bien sûr l'un d'entre eux, et c'est particulièrement spécial de prendre son baquet en tant que prochain pilote espagnol au volant d'une McLaren."

"Pour finir, je tiens à remercier tout le monde chez McLaren de me donner l'opportunité de réaliser un rêve d'enfance. Cette équipe a un plan à long terme et j'ai hâte de jouer un rôle dans ce voyage vers le retour au succès."
source: Nextgen-Auto.com

Bientôt des courses de F1 historiques avant les Grands Prix
La Formule 1 souhaite enrichir le programme des week-ends de Grand Prix avec des courses entre anciens pilotes de la catégorie reine, dans le cadre de son plan visant à rendre son offre plus attrayante.

Les acteurs de la F1 n'étant pas vraiment enthousiastes à l'idée de disputer une course qualificative le samedi puis une course principale le dimanche, Liberty Media pense à organiser des Grands Prix "historiques".

"Nous parlons d'organiser des courses dites 'Légendes'", confie Sean Bratches, directeur marketing.

"L'histoire joue un rôle prépondérant dans le sport et les pilotes en font partie, et quand on voit des voitures historiques en piste, les fans en parlent", ajoute-t-il, rappelant le succès qu'avait eu la démonstration de Keke et Nico Rosberg à Monaco.

Le format n'est pas encore clair mais l'idée est que ces courses servent de support à la compétition principale du week-end, la F1, tout comme les F2, GP3 et Porsche Supercup.

Les courses que Bratches qualifie de "Légendes" ont déjà eu lieu pour la première fois en 2005 et avaient été baptisées Grand Prix Masters. Cette compétition avait duré deux saisons mais n'était pas organisée pendant les Grands Prix de F1.

Les participants devaient être des pilotes à la retraite qui avaient participé en F1 au moins deux saisons et âgés de plus de 45 ans. Nigel Mansell avait gagné en 2005 la série, et l'année suivante, ce fut Eddie Cheever.
source: Nextgen-Auto.com

Michael Schumacher va poursuivre sa convalescence au soleil
Michael Schumacher va bientôt pouvoir quitter sa résidence de Gland, en Suisse, où il mène sa convalescence à l'abri des regards indiscrets pour une autre résidence, plus au soleil.

Corinna, sa femme, a racheté une propriété qui appartenait à Florentino Pérez, le président du Real Madrid, selon le journal suisse L'illustré. Et cette maison de 30 millions d'euros est évidemment tout aussi sécurisée sur l'île espagnole de Majorque.

La résidence se situe dans la station balnéaire d'Andratx, au sud-ouest de l'île.

"Je peux vous confirmer officiellement que Michael Schumacher va venir s'installer dans notre commune et que tout se met place ici pour l'accueillir", révèle la maire du village, Katia Rouarch, au journal 'L'illustré'.

Est-ce une bonne nouvelle pour Schumacher et sa famille, nous l'espérons tous. Mais le journal précise qu'il y a aura toujours la nécessité de disposer d'un personnel médical sur place, en cours de recrutement.

Les forces de police de la station ont déjà été prévenues, l'arrivée du septuple Champion du monde étant prévue dans les prochains jours ou prochaines semaines, sans plus de précision.
source: Nextgen-Auto.com

Le moteur Renault au niveau des Mercedes et Ferrari en 2019
Renault F1 ne serait pas loin d'égaler les performances pures des moteurs Mercedes et Ferrari selon Cyril Abiteboul, le patron de l'équipe française.

Encore quelques mois de travail et une nouvelle version du moteur pour 2019 pourrait enfin rebattre les cartes selon lui.

D'après le Français, l'écart n'est déjà plus très grand.

"C'est difficile à exprimer en chiffres car tout le monde a des chiffres différents. Nous pensons qu'en course, nous sommes encore 10 à 15 chevaux derrière Ferrari et Mercedes et entre 30 et 45 chevaux devant Honda", révèle Abiteboul.

"C'est un peu plus difficile à quantifier en qualification. Le châssis joue un rôle trop important et, avec Red Bull, la comparaison est injuste, car ils sont en retard sur le développement du carburant par rapport à nous."

Cette affirmation peut sembler très optimiste mais le directeur de Renault F1 s'en explique.

"Le moteur est assez bon pour mettre une voiture en pole position, gagner des courses et se battre pour le titre. Red Bull le prouve. Sans leurs problèmes, ils seraient maintenant pleinement dans le combat pour le titre. Et seulement deux de ces problèmes concernaient le moteur."

"Nous sommes dans la feuille de route concernant l'écart à combler. Je suis convaincu que nous allons rattraper Mercedes et Ferrari en 2019, peut-être même les dépasser", insiste-t-il.

Des propos qu'il nuance tout de suite: "je suis satisfait de l'augmentation de la performance. Pas encore de notre fiabilité."
source: Nextgen-Auto.com

Coulthard est fan de la lutte entre Hamilton et Vettel
David Coulthard a quitté la Formule 1 il y a dix ans mais il en reste très proche au travers de ses activités avec Red Bull ainsi que par son poste de consultant pour la chaîne anglaise Channel 4. L'Ecossais estime aujourd'hui que la lutte opposant Lewis Hamilton à Sebastian Vettel est l'une des plus belles de l'Histoire.

"Cette saison est l'une des meilleures depuis longtemps, et possiblement la meilleure de l'Histoire. Elle restera dans l'Histoire" explique Coutlhard. "Lewis et Sebastian ne sont pas simplement rapides et concentrés, ils ont aussi des caractères très différents."

"Et Valtteri Bottas et Kimi Räikkönen sont deux équipiers qui ne jouent pas nécessairement les porteurs d'eau. Au bout du compte, ce seront les forces de chacun qui seront décisives, pas les faiblesses. Ce sera seulement après Abu Dhabi que nous pourront compter qui a fait le plus d'erreurs et combien de points ont été perdus, pas avant."

Il estime que Hamilton, qui a l'image d'un pilote agressif, en est tout le contraire: "Il n'aime pas les problèmes, à vrai dire. Après Bakou l'an dernier, il voulait parler d'homme à homme pour clarifier la situation avec Vettel. Sebastian est pareil, mais c'est un père de famille et il est très mature. Je pense qu'ils se respectent sportivement, bien qu'ils soient trop différents pour être amis."
source: Nextgen-Auto.com

Chester veut optimiser la Renault R.S.18 pour battre Haas
Cyril Abiteboul, le patron de Renault F1, l'a confié récemment: il n'est pas question de sacrifier le développement de la voiture de 2019 pour sauver à tout prix la 4ème place au Championnat des Constructeurs cette saison.

La menace Haas F1 est pourtant là. Nick Chester, le directeur technique châssis, compte toutefois sur des évolutions déjà lancées et qui devraient arriver après la pause pour tenter de maintenir l'avantage.

"Nous savons que nous ne pouvons pas ne rien faire. Nous allons devoir développer la voiture un peu mais il y avait déjà des choses dans les tuyaux, des choses qui arriveront après la pause estivale", confirme Chester.

"Nous verrons quelle est la situation à 5 ou 6 courses de la fin de la saison, mais la plupart des évolutions sont déjà lancées dans les tuyaux de toute façon."

La situation est d'ailleurs la même chez Haas F1, comme le confiait Günther Steiner: tout le développement tourne maintenant autour de la voiture 2019.

Alors, qui de Renault F1 ou de Haas sortira vainqueur de la bataille pour la place de meilleure des autres en 2018? Impossible de le prédire pour l'instant selon Chester.

"C'est juste trop serré, il y a 21 points d'écart. Il suffit que Haas répète son résultat en Autriche et tout cet écart sera effacé d'un coup. Nous devons faire en sorte de continuer à travailler pour trouver de la performance dans la voiture avec ce que nous avons et ce qui va arriver."
source: Nextgen-Auto.com

Briatore ne ferme pas une porte définitive à la F1 pour Alonso
Flavio Briatore a commenté la décision de Fernando Alonso, qui a annoncer qu'il quitterait la Formule 1 fin 2018. Il explique que l'Espagnol en avait marre de se battre pour ne pas pouvoir faire mieux que septième ou huitième, et souvent moins bien, mais ne comprend pas qu'une équipe plus huppée n'ait pas voulu de lui.

"Je peux expliquer la décision de Fernando, cela ne faisait aucun sens de continuer à piloter pour être septième ou huitième, au maximum. Un pilote perd sa motivation" analyse Briatore.

"Mais je trouve aussi étrange que dans cette ère de la Formule 1, il n'y ait apparemment pas de place sur la grille pour un pilote comme Fernando."

Christian Horner disait récemment qu'Alonso amène le chaos dans les équipes où il passe, ce qui fait bien rire Briatore.

"Je suis ami avec Christian, mais sur ce sujet ce n'est pas la personne à qui parler. Il dit des choses amusantes! S'il y a une équipe qui n'est pas capable de tenir ses pilotes, c'est Red Bull."

"C'est exactement la raison pour laquelle Daniel Ricciardo s'en va. Fernando a piloté pour moi et il a glorifié l'équipe Renault, il était un équipier exemplaire pour les autres pilotes et une référence pour les ingénieurs."

L'ancien directeur de Benetton et Renault précise qu'il s'agit plus d'une année sabbatique pour Alonso que d'une véritable retraite de la Formule 1, bien que ce dernier pourrait aussi ne pas y revenir.

"Nous verrons bien. Il faut avant tout finir la saison de F1 et de Championnat du monde d'endurance. Je pourrais comprendre qu'il veuille faire une pause. Il est cependant trop tôt pour parler d'un adieu définitif. En Formule 1, les choses changent rapidement et il ne faut jamais dire jamais. J'aimerais voir Fernando dans une Mercedes ou une Ferrari."
source: Nextgen-Auto.com

Villeneuve - Vettel essaierait de manger Leclerc vivant
Jacques Villeneuve ne croit pas à la rumeur envoyant Charles Leclerc chez Ferrari en 2019 aux côtés de Sebastian Vettel. Celle-ci a pris du plomb dans l'aile lorsque Sergio Marchionne est décédé, et Villeneuve pense que Kimi Räikkönen fait un travail suffisant pour que Ferrari le garde.

"Bien sûr, regardez le travail qu'il a fait" explique le Québécois. "Il est troisième au championnat, il est souvent plus rapide que Vettel et quand il ne l'est pas, il est un dixième derrière. Il est essentiel dans le développement de la voiture."

"Toute l'équipe fonctionne de manière fantastique maintenant. Mettez un jeune lionceaux aux côtés de Vettel, que fera-t-il? Il essaiera de le manger vivant. Soit il le détruira, soit ça finira mal et l'équipe se retrouvera plus lente que les deux dernières saisons, donc ça ne sera pas constructif."

Villeneuve précise sa pensée et pense que Leclerc doit être totalement prêt au moment d'arriver chez Ferrari: "Charles fait encore quelques erreurs, ce serait bien pour lui, ce serait géant, mais il faudrait que Ferrari le prépare pendant deux ans."

"Ferrari est comme Mercedes, ce n'est pas une équipe pour préparer les pilotes. C'est une équipe de pointe. Les top teams achètent et paiet les pilotes quand ils sont à leur meilleur niveau. C'est pour les préparer que les équipes junior existent."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso sur la touche, la sanction justifiée d'une carrière mal gérée?
Si Fernando Alonso a décidé de quitter la F1 à l'issue de cette saison, c'est avant tout parce qu'il ne pense pas pouvoir bénéficier d'une voiture compétitive - se battant pour le titre - en 2019. McLaren est en effet embourbée dans une crise structurelle, qui remonte à la saison 2013 au moins - avant la signature avec Honda.

Quant à Ferrari, Mercedes ou Red Bull, seules écuries de pointe capables de viser le titre l'an prochain... Fernando Alonso y est indésirable.

Mais pourquoi donc Fernando Alonso se retrouve-t-il aujourd'hui dans cette situation inextricable, englué dans une écurie de milieu de grille? Est-ce une question de malchance? Ou bien ne faut-il pas blâmer en tout premier lieu... Fernando Alonso et personne d'autre? Car est en cause, non pas le talent personnel de l'Espagnol, qui est indéniable, mais plutôt sa fâcheuse tendance à semer la zizanie au sein de chaque équipe.

Remontons le temps. En 2007, Fernando Alonso avait ainsi formé un duo explosif avec Lewis Hamilton chez McLaren. Furieux que Ron Dennis ne lui accorde pas le statut de pilote numéro 1 face à un rookie, Fernando Alonso était allé jusqu'au chantage en menaçant de transmettre à la FIA des mails compromettants, au sujet de l'affaire d'espionnage de Ferrari par McLaren.

Hélas pour l'ancien pilote Renault, Ron Dennis était déjà passé aux aveux auprès du régulateur. McLaren avait écopé de 100 millions d'amende. En tant qu'actionnaire à 40 % de McLaren, Mercedes avait dû régler 40 millions d'euros. L'on comprendra donc aisément pourquoi Toto Wolff ne veut pas prendre le pari d'associer à nouveau Lewis Hamilton à Fernando Alonso...

L'éthique de travail de Fernando Alonso ne serait pas non plus sans reproche. Selon Pat Symonds, contrairement à Michael Schumacher, l'Espagnol ne sympathise qu'avec les ingénieurs qui peuvent lui servir - tandis que le Kaiser parlait à tout le monde, sans discrimination.

Toujours sur le plan déontologique, l'implication réelle de Fernando Alonso dans le "crash-gate" du Grand Prix de Singapour 2008 fait aujourd'hui toujours débat. Si le double Champion du monde a été blanchi par la FIA, nombreux sont les observateurs dans le paddock à clamer que Fernando Alonso "ne pouvait pas ne pas savoir".

Ancien président de la FIA, Max Mosley a lui-même confié récemment ses doutes à ce sujet...

"J'avais engagé un détective expérimenté, un ancien de Scotland Yard, ainsi qu'un avocat très expérimenté, pour interroger Alonso. Ils ont tous les deux conclu qu'Alonso ne savait pas. En se fondant sur son langage corporel et tout le reste."

"Tout le monde disait 'Alonso devait être au courant, bien sûr qu'il savait'. Mais je me suis toujours appuyé sur l'enquête de mon détective et de mon avocat - parce que ces personnes sont habituellement bien formées pour dire qui ment et qui ne ment pas."

"Si je devais mettre ma main à couper, je dirais qu'Alonso ne savait pas. Mais je ne me sentirais pas très rassuré..."

Au-delà de cette éthique de travail discutable, Fernando Alonso a fait des mauvais choix évidents de carrière. En 2007, Red Bull lui avait proposé un volant pour la saison d'après. L'Espagnol refusa.

Et un responsable de l'écurie autrichienne de conclure, avec une pointe d'amertume pour Alonso: "S'il avait accepté notre offre, il serait septuple Champion du monde aujourd'hui, il aurait gagné tous les titres remportés par Sebastian Vettel, et celui de 2009 aussi."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.