En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 25 Août 2018

Quatre transferts de pilotes dès Monza ou Singapour?
Lawrence Stroll a bien envie de précipiter le transfert de son fils dans sa nouvelle équipe, Racing Point FI.

Selon les rumeurs du paddock de Spa, qui était très animé ce soir, avec de nombreuses réunions entre plusieurs patrons d'équipes, Lance Stroll moulera son baquet dès mardi à l'usine de l'équipe, à Silverstone.

Interrogé à ce sujet à Spa, le Québécois n'a pas démenti. Le transfert pourrait donc se faire dès Monza, ou plutôt Singapour selon d'autres sources.

Cela provoquerait le départ d'Esteban Ocon. Le Français aurait même déjà rendu visite à McLaren pour s'installer dans le cockpit de la MCL33 mais sa grande taille poserait problème. Gil de Ferran n'a pas voulu démentir à Spa.

Toto Wolff, le directeur de Mercedes F1, qui gère la carrière du Français, admet qu'il y a du mouvement en vue, avant la fin de la saison.

"Pour que cela arrive, il y a une belle partie d'échecs qui doit se mettre en place. Il y a beaucoup de discussions en cours, mais ce n'est pas que la décision d'une seule partie (Stroll)."

L'Autrichien reconnait aussi que tout pourrait arriver dès Monza, la semaine prochaine. Ou alors à Singapour, le temps que toutes les parties se mettent d'accord.

Ocon remplacerait Stoffel Vandoorne, qui irait lui chez Sauber, à la place de Marcus Ericsson. Ce dernier se retrouverait sans volant puisque Williams remplacerait (pour la fin de la saison) Stroll par Robert Kubica. Pour 2019, Williams songe plutôt à un duo russe: Sergey Sirotkin / Artem Markelov.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton et Vettel défendent Ocon face à Stroll
Esteban Ocon a beau avoir signé un troisième temps absolument remarquable à Spa ce samedi, son avenir chez Racing Point Force India semble compromis: Lance Stroll devrait hériter de son volant, depuis le rachat de l'écurie par son paternel.

Le Français a confirmé à Sebastian Vettel qu'il devrait quitter Racing Point Force India la saison prochaine, dans un échange filmé par la FOM juste après les qualifications...

"Tu as quoi pour l'an prochain? Toujours rien?" demande Vettel à Ocon.

"Non, rien" répond Ocon.

"Est-ce que tu seras ici [chez Racing Point Force India]?"

"Non, la place est prise" regrette Ocon.

"Oh, par qui?" demande alors Sebastian Vettel.

"Devine!" répond Ocon. "Par celui qui a acheté l'équipe."

"Oui, mais l'autre volant?" demande Vettel.

"Eh bien, par l'autre personne [Sergio Pérez] qui amène de l'argent" conclut Ocon.

Trop peu soutenu financièrement par Mercedes, Esteban Ocon court donc le risque de se voir privé de volant l'an prochain... alors qu'il a brillé à Spa ce samedi.

Lewis Hamilton et Sebastian Vettel, seuls pilotes qu'Esteban Ocon n'a pas battus en qualifications à Spa, sont donc montés au créneau pour prendre la défense du Français dans cette période d'incertitude.

"J'ai toujours été un supporter d'Esteban" a déclaré Lewis Hamilton. "Ses performances sur la piste sont exceptionnelles."

"Malheureusement, la F1 est un endroit étrange où certaines équipes, au lieu de choisir des pilotes jeunes, choisiront surtout ceux qui apporteront de l'argent. La structure de la F1 est probablement mauvaise, en termes de redistribution des revenus."

"Je n'ai pas vu qui allait signer chez Racing Point Force India, ou quels baquets étaient disponibles. Mais Esteban doit être dans une des meilleures voitures, puisque c'est l'un des meilleurs pilotes. Vous ne pouvez laisser quelqu'un qui a plus d'argent passer devant un meilleur pilote. Ce ne devrait pas arriver. Le régulateur doit définitivement régler ce problème."

Sebastian Vettel rejoint tout à fait l'avis de son rival pour le Championnat du monde: il ne comprend pas pourquoi Esteban Ocon serait écarté pour des raisons extra-sportives...

"De l'extérieur, il est difficile de juger, mais je pense qu'il fait tout bien. C'est très bien d'être 3ème en qualifications, ce n'est pas le niveau de sa voiture! C'est très parlant d'y parvenir dans une session comme celle-ci, une session qui peut être assez chaotique et dans laquelle commettre une erreur est facile. Tout mettre ensemble est crucial, et c'est ce qu'il a fait."

"Malheureusement de nos jours, un nouveau gars arrive et il est un super-héros, et ensuite, un autre gars arrive, et il est le nouveau super-héros. Et le premier gars qui était là, est oublié, même s'il faisait du très bon travail."

McLaren et Williams sont les deux options qui restent à Esteban Ocon aujourd'hui. Le Français n'est pas le favori pour le baquet McLaren, et devra faire avec la concurrence de Robert Kubica ou Artem Markelov pour le volant Williams.

"Bien sûr, je ne sais pas quel sera mon futur pour le moment" confie le Français. "Je ne sais pas où je courrai l'an prochain ou ce que je ferai. La seule chose que je peux faire, c'est performer sur la piste, faire le même travail qu'avant, faire de mon mieux. Si vous faites un travail solide en F1, l'équipe ne peut vous renvoyer, elle a besoin de vous, donc c'est ce que j'essaie de faire."

Ce qui est certain, c'est qu'Esteban Ocon a été touché par le soutien des deux champions du monde.

"C'est incroyable d'entendre cela de Lewis et Seb. Je suis très heureux de l'entendre. Bien sûr, je veux courir l'an prochain et je fais tout pour y arriver, je travaille très dur tous les jours pour cela, et entendre ces propos formidables de ces deux champions, c'est fantastique. Je verrai ce que le futur me réservera. Je suis géré par Mercedes et ils ont pris des décisions géniales dans le passé pour moi, donc je suis sûr qu'il en sera de même dans le futur, je l'espère, et que tout se réglera pour moi."
source: Nextgen-Auto.com

Il y avait peut-être un peu mieux à faire pour Sauber
13ème et 14ème, Charles Leclerc et Marcus Ericsson ont réalisé un tir groupé pour Sauber aujourd'hui à Spa.

Le Monégasque attendait cependant mieux de cette séance, notamment grâce à la puissance du V6 Ferrari, et n'a pas hésité à se dire "un peu énervé" à la fin de la Q2.

"C'est dommage de s'être arrêté en Q2 aujourd'hui. Le ressenti était bon dans la voiture depuis le début du week-end, et nous sommes assez compétitifs sur cette piste. Certaines autres équipes avaient un surcroît de performance en réserve, et ont pu rester devant nous aujourd'hui. Nous avons eu quelques problèmes, il faut les régler pour les prochaines qualifications. Cependant, nous sommes optimistes, au vu de notre potentiel, pour pouvoir réaliser une bonne course demain. La météo jouera un rôle intéressant pour déterminer le résultat final."

Juste derrière son coéquipier, Marcus Ericsson a une fois de plus été battu, mais par un plus faible écart cette fois-ci.

"Le ressenti dans la voiture était bon et nous avons réalisé une performance solide, à la fois en EL3 et en Q1. Nous sommes entrés en Q2 mais malheureusement, en raison d'un problème technique sur ma voiture, nous n'avons pas pu entamer notre dernier relais, ce qui était un peu décevant. Malgré tout, le ressenti est très bon jusqu'à présent et je demeure confiant pour la course."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas était censé aider Hamilton en Q3
Valtteri Bottas prendra le départ depuis la dernière ligne de la grille de départ suite à des changements effectués sur son moteur, mais le Finlandais a tout de même participé aux qualifications du Grand Prix de Belgique. L'idée était d'aider Lewis Hamilton à prendre l'aspiration dans les longues lignes droites du circuit, mais il a renoncé avec la pluie en Q3.

"Cet après-midi, c'était un peu étrange, on a adopté une approche très différente de la qualification car on savait que le résultat n'aurait pas vraiment d'importance puisque je partirai de la dernière ligne" explique Bottas. "Notre plan initial était en fait de ne sortir qu'en Q1. Nous avons changé le plan peu de temps avant la séance, pensant que je pouvais donner à Lewis un peu d'aspiration, mais il a commencé à pleuvoir en Q3 et nous avons abandonné cette idée."

"Heureusement, cela n'a pas nui à notre plan initial puisque nous nous sommes qualifiés avec les pneus tendres qui sont ceux avec lesquels nous voulions commencer la course de toute façon. C'est un pur plaisir de rouler sur cette piste, donc j'ai vraiment hâte à demain et je suis confiant. Cette piste offre la chance de doubler et nous avons une très bonne voiture ici, donc j'ai hâte de relever le défi et j'essaierai de m'amuser un peu aussi."

Toto Wolff détaille un peu plus l'idée qu'avait Mercedes: "Pour Valtteri, nous avons abandonné le plan avec Lewis en Q3 lorsque la pluie est arrivée, car cela aurait été trop risqué. Mais nous avons eu un aperçu de sa véritable performance lors de sa courte séance de qualification aujourd'hui, et j'espère qu'il pourra en faire bon usage demain depuis l'arrière de la grille."
source: Nextgen-Auto.com

Les Toro Rosso aux portes de la Q3 en Belgique
Pierre Gasly pourrait être déçu d'une 11ème place en qualifications après la sixième en Hongrie, mais le Français est conscient que ce résultat a autant de valeur, sur un circuit très rapide où la Toro Rosso allait forcément manquer de puissance et d'efficacité aérodynamique.

"La 11ème place est un très bon résultat aujourd'hui, c'était beaucoup mieux que prévu car nous savions que Spa est une piste qui ne convient pas forcément à notre voiture" se félicite Gasly. "En fin de compte, nous étions juste derrière le Top 10, donc je suis vraiment satisfait du résultat."

"Nous avons définitivement extrait le plus de la voiture aujourd'hui, je pense que l'écart par rapport à la Haas était de cinq dixièmes pour aller en Q3, donc je pense que c'était trop demander d'espérer un meilleur résultat. J'ai hâte d'être à la course, je pense que la dégradation de nos pneus a été très bonne, ce qui est un facteur positif pour demain."

Le moteur Honda pourrait toutefois pénaliser le Français: "Les voitures qui nous précèdent sont vraiment rapides, donc ce ne sera pas facile de les dépasser, mais si nous prenons un bon départ, nous pouvons faire un bon premier pas!"

Brendon Hartley termine juste derrière son équipier et admet une belle satisfaction: "Après les essais libres, nous savions qu'aujourd'hui allait être un défi. Je pense qu'en tant qu'équipe, nous avons tiré la plus grande partie de la performance de la voiture et cela nous a fait du bien. Arriver en Q3 aurait été un peu exagéré aujourd'hui, mais en fin de compte, c'était une assez bonne journée pour nous."

"J'aurais aimé que la pluie tombe un peu plus tôt parce que, historiquement, nous sommes assez bons dans des conditions mixtes, mais nous avons pu faire de notre mieux aujourd'hui. Onzième et 12ème sont de bonnes positions, d'autant plus que nous allons tous les deux remonter dans la hiérarchie après la pénalité de [Valtteri] Bottas. Nous sommes en bonne position pour nous battre pour les points demain."

En effet, puisque le pilote Mercedes s'élancera dernier, Gasly et Hartley prendront le départ respectivement aux dixième et 11ème places.
source: Nextgen-Auto.com

Grosse frustration pour Renault F1 en qualification à Spa
Renault F1 a connu la frustration à Spa-Francorchamps puisqu'aucune de ses monoplaces n'a disputé la Q2 lors des qualifications du Grand Prix de Belgique.

Les pénalités moteur de Nico Hülkenberg l'ont amené à faire l'impasse sur la séance après avoir signé le treizième temps sur son unique relais en Q1. Elles le contraindront également à s'élancer du fond de grille avant d'affronter les quarante-quatre tours de course demain. Souffrant d'un survirage excessif en Q1, Carlos Sainz s'est classé seizième.

"Mon seul tour était plutôt dans le rythme aujourd'hui, donc tout avait l'air de bien aller sur la voiture. La Q3 semblait excitante. Cela aurait été intéressant d'y être, mais avec la pénalité moteur, il était logique d'éviter la suite des qualifications pour économiser un bloc qui a encore beaucoup à faire", explique Nico Hülkenberg.

"Nous devons être réalistes, ce ne sera pas facile d'entrer dans les points demain. Cela dit, les dépassements sont possibles ici et notre vitesse de pointe était bonne jusqu'ici ce week-end. Je veux donc connaître une bonne course, m'amuser un peu et j'espère qu'il y aura une belle récompense à la fin."

"Les qualifications ne se sont pas déroulées comme prévu. Nous examinons ce qu'il s'est passé avec la voiture, car elle ne se comportait pas comme d'habitude", ajoute Carlos Sainz.

"C'était étrange, j'avais beaucoup de survirage alors que je n'en avais pas eu de tout le week-end. La monoplace semblait bonne hier et ce matin, et ce n'était soudainement plus le cas. C'est difficile à comprendre et nous allons analyser les données pour trouver pourquoi. C'est un circuit où l'on peut dépasser et demain est un autre jour. Nous tenterons donc de nous frayer un chemin jusqu'aux points."

Alan Permane, Directeur sportif, revient sur une journée difficile.

"Nous savions que Nico partirait du fond de grille avec les pénalités de son groupe propulseur. Nous n'avions donc prévu qu'un seul relais en Q1. Avec Carlos, nous devons mener une enquête approfondie sur sa voiture et ses données, car il est évident qu'il n'a pas pu extraire les performances de sa monoplace contrairement à ce qu'il avait fait jusqu'ici ce week-end."

Que peut espérer Renault F1 en partant du fond de grille?

"Spa propose un long tour où les dépassements sont possibles et où le risque de connaître un temps instable est toujours présent. Nous devrons donc maximiser chaque opportunité. En partant plus loin dans la hiérarchie, nous pouvons être plus créatifs sur la stratégie et nous tenterons de saisir la moindre occasion pour remonter."
source: Nextgen-Auto.com

5e, Grosjean a signé une performance au bon moment pour Haas
Romain Grosjean a toutes les raisons d'être satisfait par ses qualifications de Spa: alors que son futur est menacé par l'éclosion de Charles Leclerc, le Français a signé le 5ème temps, sous la pluie, en intermédiaires.

"Ce n'était pas facile, mais c'est formidable de connaître des qualifications comme celles-ci" confie-t-il, "en battant certaines écuries de pointe, et en finissant juste derrière les Force India, qui étaient très solides sous la pluie. Nous sommes rapides sous le sec aussi, ce qui est bien. Nous étions devant une des deux Red Bull la plupart du temps: c'est assez excitant aussi. J'étais prêt à tout donner pour la Q3, et ensuite la pluie est arrivée, ce qui a rendu le tout plus amusant. C'était juste pour prendre la bonne décision aux stands sur la fin: est-ce qu'il fallait faire un tour en slicks pour commencer? J'ai été tenté de le faire, mais j'ai pensé que la piste était juste trop humide, donc tout le monde a chaussé les inters. Je suis heureux de notre performance, surtout si l'on sait que lors de notre dernière qualification sous la pluie, nous n'étions pas si bons. Maintenant, nous sommes P5, devant certains gros bras. Ce sera une bataille très intéressante avec Force India demain - ou peu importe leur nom."

Kevin Magnussen partira quatre places plus loin et a signé le dernier temps de la Q3 - si l'on excepte Valtteri Bottas qui n'a pas roulé.

"Ce fut une Q3 assez mouvementée. Il y avait du potentiel pour être vraiment bon, et dans ce genre de conditions, vous pouvez faire une grande différence. Vous pouvez aussi tout gâcher, ce que j'ai fait. La piste était sèche lors du dernier tour. Je suis sorti en inters, et la piste était mouillée, avec des traînées d'eau. La piste n'allait pas pouvoir sécher, semble-t-il, donc il fallait pousser autant que possible. Ensuite au deuxième tour, les pneus étaient déjà morts. Au troisième tour, la piste était si sèche... vous pouviez du coup aller beaucoup plus vite. Mais aujourd'hui, j'ai manqué une opportunité, alors que les Force India et autres ont eu plus de chance. C'est excitant, mais c'est bien sûr décevant quand ça ne tourne pas en votre faveur. Mais au bout du compte, deux de nos voitures sont en Q3, c'est bien, et nous avons aussi fait de bons progrès sous la pluie en Q1 et Q2. Nous étions constamment dans le Top 10. Le rythme de la voiture est bon en course, donc demain devrait être intéressant."

Gunther Steiner se dit tout de même "très heureux" du résultat final de son équipe aujourd'hui, après la "loterie" de la Q3.

"Toute l'équipe a fait un travail fantastique depuis hier. Nous n'étions pas aussi solides que d'habitude vendredi, mais nous nous sommes très bien rattrapés, et c'est grâce au dur travail de tout le monde. Nous sommes maintenant en bonne position pour marquer des points avec nos deux voitures demain."
source: Nextgen-Auto.com

Désabusé, Vandoorne se plaint de McLaren
Stoffel Vandoorne avait été dernier des trois premières séances d'essais du week-end et malheureusement, aucun miracle n'a eu lieu pour le Belge, qui l'explique d'ailleurs en ces termes après avoir de nouveau terminé dernier des qualifications.

"Il n'y a pas eu de miracle!" regrette-t-il. "On a eu beaucoup de soucis depuis le début du week-end. En terme de performance, nous sommes les derniers à chaque séance. Cette qualification n'est donc pas vraiment une surprise."

"Je m'attendais à ce niveau de performance car nous n'arrivons pas ici avec des améliorations sur la voiture. Ce résultat en qualif prouve qu'on ne va pas dans la bonne direction. La préparation n'a pas été bonne, mais je pense que ça n'aurait pas changé grand chose. C'est dommage pour les supporters présents ici pour me soutenir."

Vandoorne commence à montrer les crocs face à McLaren: "Je ne peux même pas préparer la qualification correctement avec tous les tests à faire. Alonso a son expérience pour lui mais moi je dois découvrir les pneus les plus tendres en Q1. C'est frustrant. Je veux faire de mon mieux mais en ce moment c'est difficile. Il ne faut pas se laisser abattre, même si les rumeurs sont de plus en plus dures envers moi."

Comme l'an dernier, les pilotes McLaren voulaient jouer l'aspiration, mais Vandoorne a été poussé hors piste par Valtteri Bottas ce matin en libres 3: "Je ne pense pas qu'il y aurait eu un miracle non plus sans l'incident. Nous voulions jouer toutes nos cartes, notamment avec l'aspiration mais on n'a pas beaucoup progressé, ça n'a pas fait une grande différence pour moi."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen - Et pour quelques litres de moins...
Kimi Räikkönen semblait en mesure de viser la pole position sur le circuit de Spa-Francorchamps, même sous la pluie. Mais le Finlandais et son équipe ont fait un mauvais choix stratégique en Q3...

Après avoir signé le meilleur temps en Q1 et en Q2, Kimi Räikkönen s'est classé à la 6ème place en fin de Q3. Comment expliquer ça? Tout simplement car il avait embarqué très peu d'essence en début de Q3, car son ingénieur a pensé (comme chez Red Bull) que la pluie allait s'intensifier et qu'il n'y avait donc aucune raison de s'y attarder... mais c'est l'inverse qui est arrivé!

"Ma voiture se comportait bien, je n'ai eu aucun problème technique", explique Kimi Räikkönen. "Nous avons tout simplement manqué de chance, car nous n'avons pas embarqué assez d'essence pour faire un tour de plus pour continuer à nous battre pour la pole position."

Avec quelques litres d'essence en plus, Kimi Räikkönen pouvait-il viser la pole position?
"Je ne sais pas, mais ce que je sais c'est que nous sommes très loin de la position que nous voulions. C'est décevant, mais la course se dispute demain et ce sera une autre histoire", conclut le Finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Sirotkin bat Stroll du côté de Williams
Malgré le moteur Mercedes, Williams n'a pu faire de miracles dans les lignes droites et les courbes de Spa. Sergey Sirotkin, 18ème, a terminé devant Lance Stroll. Seul l'infortuné Stoffel Vandoorne a été dominé par les monoplaces de Grove aujourd'hui.

"C'est dommage, puisque les qualifications ne m'ont pas paru aussi mauvaises" regrette cet après-midi le pilote Russe. "Comme hier, notre voiture était plus équilibrée, plus stable, plus compréhensible, et nous nous attendions à obtenir plus de performance aujourd'hui, et ce fut le cas. Mon tour était vraiment bon, mais dans la dernière chicane, je n'ai pas pris la corde, donc Fernando a fini un demi-dixième devant moi. Autrement, je l'aurais battu je pense, mais pas de beaucoup, car c'était la limite de la performance de la voiture. Malheureusement, vous vous dites que vous avez fait un bon boulot, mais quand vous regardez la feuille des temps, ce n'est pas le cas. C'est troublant pour moi parce que j'ai senti des progrès aujourd'hui."

Futur pilote Racing Point Force India, Lance Stroll devra hausser son niveau de jeu pour faire aussi bien que Sergio Pérez et Esteban Ocon. Le Canadien a été battu par son rookie de coéquipier ce samedi.

"Ce fut très difficile, et c'est juste une session décevante. La voiture était difficile à conduire. J'ai commis une erreur au premier virage, j'ai juste bloqué mes pneus, et je suis de nouveau sorti au large au virage 13, donc j'ai aussi perdu quelques dixièmes ici. Mais il nous manque vraiment pas mal de performance pour concurrencer les autres au chrono. Pour la course, je doute honnêtement que nous puissions réaliser un exploit, puisque nous sommes assez lents en lignes droites, et pas si bons dans les virages. Cependant, je donnerai le meilleur de moi-même, puisque tout peut arriver au premier virage et à l'Eau Rouge au départ. Donc je vais essayer de gagner quelques positions au départ."

Ce fut malheureusement une session comme une autre pour Williams, c'est-à-dire une session "très décevante" confirme Paddy Lowe.

"La voiture n'est pas assez rapide. Nous perdons beaucoup de temps en lignes droites, même si nous sommes raisonnablement compétitifs dans le deuxième secteur. Notre voiture n'est pas configurée pour pouvoir performer de manière solide ici. Néanmoins, toutes mes félicitations à Racing Point Force India pour avoir verrouillé la deuxième ligne. Nous, nous aurions commencé la Q3 en intermédiaires, pour sûr!"

A noter que les pénalités de Valtteri Bottas et Nico Hülkenberg feront remonter les Williams de deux crans demain.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso s'y attendait...
Fernando s'attendait à un week-end difficile en Belgique au volant de sa McLaren et il n'a pas été déçu jusqu'à présent puisqu'il a signé le 17ème temps aujourd'hui en qualification.

"Nous n'avions pas de grandes attentes ici", déclare Fernando Alonso. "Nous avions déjà constaté en essais libres que cela allait être difficile de passer la Q1 en qualification. Cette qualification a été compliquée et c'était prévisible. Rien de neuf. Nous allons prendre le départ de très loin, comme lors d'autres Grands Prix, mais le dimanche, nous avons toujours visé les points."

"Nous savions que nous allions avoir deux week-ends difficiles ici et à Monza, mais nous devons faire de notre mieux avant de retourner à l'attaque à Singapour et sur les autres circuits qui nous conviendront mieux", poursuit le champion espagnol.

Fernando Alonso a décidé de quitter la F1 à la fin de la saison et ce n'est pas le résultat d'aujourd'hui qui va lui faire regretter cette décision, même s'il affirme que cela n'a rien à voir...

"La décision que j'ai prise n'est pas due à mes résultats. En 2004, Michael Schumacher avait remporté le titre mondial en Hongrie, à la moitié du championnat, et nous avons continué jusqu'à la fin. Cela n'a rien à voir avec les résultats. Je suis content de ce que j'ai fait. Je suis un petit gars d'Oviedo qui a remporté deux titres mondiaux et qui 17 ans plus tard a envie de tourner la page pour passer à autre chose", ajoute-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

Racing Point Force India en deuxième ligne pour ses débuts
Esteban Ocon a réalisé la meilleure qualification de sa carrière avec le troisième temps sur la grille de départ. Une performance remarquable alors que son avenir s'inscrit en pointillés et que Racing Point Force India dispute son premier Grand Prix sous cette identité.

"Les gars ont fait un travail fantastique, ils ont changé les pneus très vite et j'ai réussi à terminer troisième" déclare un Ocon ravi. "Troisième à Spa dans ces conditions, c'est fantastique! Après les temps difficiles traversés par le team ces dernières semaines, cela illustre notre nouveau départ dans un contexte plus sain."

"C'est évidemment inattendu de partir si haut sur la grille, mais je savais que l'opportunité était à saisir quand j'ai vu la pluie tomber. L'équipe a fait un super boulot en changeant les pneus très rapidement et j'ai pu avoir un tour relativement clair. On verra où cela nous emmènera demain, mais il vaut toujours mieux être devant."

Esteban Ocon a été vu dans la voie des stands en discussion avec Sebastian Vettel, qui lui demandait s'il resterait chez Racing Point Force India l'an prochain. Ocon a répondu à l'Allemand qu'il n'allait pas garder son volant, avant d'ajouter, en réponse à Vettel, qu'il serait occupé "par celui qui finance", donc Lance Stroll.

Sergio Pérez a complété le magnifique résultat de Racing Point Force India avec la quatrième place, juste derrière Ocon: "Un grand résultat pour l'équipe avec tous les problèmes qu'on a eus. Les derniers mois ont été difficiles et la séance de qualifications était chaotique."

"J'ai failli avoir un accident dans le Raidillon de l'Eau Rouge et je suis chanceux d'être ici. J'espère que nous aurons de la pluie demain. Nous ne devons pas nous emballer, mais nous avons un très bon rythme et nous sommes très rapides dans les lignes droites."
source: Nextgen-Auto.com

La pluie a ruiné la qualification des Red Bull
Les Red Bull de Daniel Ricciardo et Max Verstappen étaient assurées d'une place sur la troisième ligne, au minimum, à Spa. Mais la pluie en fin de qualification a chamboulé leurs plans...

"Nous avons fait notre tour rapide en début de Q3 en pensant que la pluie allait s'intensifier et c'est la raison pour laquelle nous avons mis très peu d'essence dans la voiture", explique Daniel Ricciardo. "Nous n'avons donc pas eu la possibilité de faire plus de tours. Je pense que nous avons été malchanceux."

"Nous avons essayé de trouver le compromis idéal pour la voiture, mais ce n'est pas encore arrivé. Il fait chaud maintenant, mais il y a 15 minutes, il faisait glacial. Nous avons été malchanceux aujourd'hui, mais demain sera un autre jour", ajoute le pilote australien.

Max Verstappen a eu le même problème que son équipier.

"Nous pensions avoir la bonne stratégie en emportant très peu d'essence, mais il a arrêté de pleuvoir alors qu'il était possible de faire encore trois tours. Nous avons réglé la voiture pour une course sur le sec, car il ne pleuvra pas demain. Nous ne sommes pas aussi rapides que les Mercedes et les Ferrari, mais nous serons juste derrière elles. Nous allons faire de notre mieux pour remonter et nous verrons bien comment cela se passera."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel visait la pole... mais la pluie est arrivée
Sebastian Vettel avait de bonnes chances de battre les Mercedes aujourd'hui en qualification sur le circuit de Spa en Belgique, mais ça, c'était avant l'arrivée de la pluie en Q3...

Sous la pluie, et dans une certaine confusion il faut le dire, la Ferrari de l'Allemand a en effet dû se contenter de la deuxième place derrière la Mercedes de Lewis Hamilton.

"C'était confus", déclare Sébastian Vettel.

"Et peut-être que je n'étais pas aussi calme qu'il aurait fallu au volant de la voiture. Quoi qu'il en soit, je suis content de ma deuxième place sur la grille. Ce n'était pas vraiment de la pluie et la piste n'était pas vraiment sèche. C'était quelque chose entre les deux. Je savais que le seul tour qui avait de l'importance était le dernier."

"Ce fut un peu chaotique et pas vraiment génial d'un point de vue du management. Je ne pense pas que nous avons tout fait à la perfection lors du dernier tour, nous avons en effet manqué de batterie."

"Notre chrono n'est pas fantastique, mais dans ces conditions, nous devons l'accepter même si nous étions assez rapides pour décrocher la pole. Ce fut très amusant, mais nous n'avons pas été récompensé comme nous le devions étant donné que nous pouvions faire mieux", conclut Vettel.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - 'L'une des séances les plus difficiles' de ma carrière
Lewis Hamilton a signé sa 78ème pole position en carrière à Spa-Francorchamps, après un week-end dominé jusqu'ici par les Ferrari. Le Britannique a battu Sebastian Vettel au milieu de la piste séchante.

"C'était l'une des séances de qualifications les plus difficiles dont je me souvienne, c'était très serré", analyse-t-il.

"Aucun de nous n'avait piloté sous la pluie ce week-end et je ne peux même pas vous dire à quel point c'était difficile."

"J'avais de l'espoir car les Ferrari étaient très rapides dans les lignes droites, et je ne peux qu'insister sur les difficultés que ça apportait. La piste était sèche par endroits, mais en réalité elle était humide. Je suis sorti deux fois mais je suis heureux d'avoir réussi à faire un bon tour. Tout le monde était à la limite."

Espérait-il cette pluie pour renverser la situation?

"Non, je ne me sens pas invincible dans ces conditions. J'adore juste piloter sous la pluie. Mais je ne voulais pas la pluie. Je m'attendais à ce que soit proche avec Ferrari sur le sec. J'avais de quoi les battre à la régulière, ce qui est excitant pour demain."
source: Nextgen-Auto.com

GP de Belgique - Essais qualificatifs
Attendues depuis le début du week-end à Spa-Francorchamps, les averses sont venues balayer le tracé ardennais de 7,004 km dans l'ultime portion des qualifications.

Les ondées ne furent que passagères et sur une piste séchante, Hamilton accroche la 78ème pole de sa carrière, record absolu amélioré, en intermédiaires alors que les Ferrari avaient dominé les débats de la tête et des épaules sur le sec jusqu'à présent.

Son grand rival au championnat Sebastian Vettel (Ferrari) limite bien les dégâts en s'adjugeant le 2ème chrono à plus de sept dixièmes. Au 3ème rang, on retrouve un formidable Esteban Ocon qui décroche le meilleur résultat de sa carrière en qualifications. Alors que les rumeurs entourant son avenir circulent dans le paddock de Spa-Francorchamps, le Normand répond en piste.

Le Français vient récompenser le travail de son écurie, devenue officiellement Racing Point Force India jeudi dernier et dont les tourments financiers et juridiques ont alimenté la chronique tout l'été. Le bonheur est total pour la structure de Lawrence Stroll puisque Sergio Pérez termine 4ème pour sceller une deuxième ligne 100% rose dimanche.

Belle journée pour les Français également puisque Romain Grosjean (Haas) livre un dernier tour très solide, synonyme de 5ème position. Il devance un Kimi Räikkönen (Ferrari) pourtant très en verve depuis les premiers tours de roues.

Le Champion du monde 2007 n'est pas le seul à s'être fait piéger par le timing et la météo. C'est également le cas des Red Bull de Max Verstappen et Daniel Ricciardo qui ont signé un temps trop tôt et n'ont pu ainsi enchaîner quand la piste s'améliorait. Le Néerlandais s'élancera demain depuis la 7ème position, un rang devant son coéquipier australien.

Kevin Magnussen conclut son effort à la 9ème place et précède Valtteri Bottas. Le Finlandais, pénalisé sur la grille de départ en raison de l'introduction de nouveaux éléments moteur, n'a pas tenté le diable en Q3 après s'être fait une grosse frayeur dans Blanchimont.

Alors qu'elles avaient montré de belles dispositions durant les séances libres, les Sauber de Charles Leclerc et Marcus Ericsson s'arrêtent en Q2, tout comme les Toro Rosso-Honda de Pierre Gasly et Brendon Hartley. Nico Hülkenberg, qui sait depuis vendredi qu'il devra partir depuis la voie des stands, n'a pas signé de temps durant la phase intermédiaire de la séance qualificative.

En difficulté depuis le début du week-end, les McLaren de Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne accompagnent les Williams de Lance Stroll et Sergey Sirotkin dans la charrette de la Q1, le Belge fermant la marche au cours d'un Grand Prix national qui tourne au cauchemar. L'autre éliminé de la première phase des qualifications est une petite surprise puisqu'il s'agit de Carlos Sainz. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Renault n'a pas eu besoin d'offrir plus que Red Bull à Ricciardo
Renault F1 a un budget moindre que celui des trois top teams, Mercedes, Red Bull et Ferrari.

Alors, dans le paddock de Spa, on se demande bien comment le constructeur français peut financer un salaire comme celui de Daniel Ricciardo. Faudra-t-il couper d'autres dépenses?

Visiblement irrité par ces allégations, Cyril Abiteboul a répondu fermement.

"D'abord, à mon avis, Renault peut se permettre d'acheter pratiquement tout. Renault est le plus grand constructeur automobile impliqué dans la Formule 1, point final", lance le Français, rappelant ainsi la dimension du groupe Renault-Nissan face à Daimler Benz (Mercedes) ou Fiat Chrysler (Ferrari).

"Nous pouvons donc nous permettre d'acheter tout ce qui a du sens. Il ne s'agit alors que d'une question de rapport qualité / prix et de la pertinence de dépenser cette somme en fonction de l'évolution de notre équipe."

"Deuxièmement, je ne pense pas que nous ayons été le plus offrant pour obtenir Daniel, sans entrer dans les détails", ajoute Abiteboul, suggérant que Red Bull offrait plus.

"Il s'est impliqué dans notre projet et pas pour une question d'argent. Je ne pense pas que ce serait cool de cataloguer ainsi Daniel."

"Et enfin, il ne serait pas logique de faire appel à un pilote en faisant des concessions sur notre capacité à financer le développement du moteur ou du châssis. Donc, pour abréger, son recrutement signifie évidemment une augmentation de notre budget."

Selon Abiteboul, Ricciardo a en tête la réussite d'un projet similaire, il y a 6 ans.

"Daniel a certainement dans son esprit le pari que Lewis Hamilton a fait (fin 2012) de quitter McLaren pour Mercedes. Tout le monde essaye de faire cette comparaison. Evidemment, j'espère pour nous que nous serons capable de la soutenir, ce qui veut dire que Renault et Daniel entreront ensemble dans les livres de l'histoire de la F1."
source: Nextgen-Auto.com

Mazepin menace Racing Point FI d'une action en justice
C'est confirmé: la société Uralkali (entreprise appartenant au milliardaire russe Dimitri Mazepin, père du pilote Nikita Mazepin) menace Racing Point FI d'une action en justice.

"Nous avons de sérieux doutes concernant la procédure des enchères qui a mené à l'acquisition de Force India (par Lawrence Stroll, ndlr)", fait-elle savoir dans un communiqué.

"Nos avocats Debevoise & Plimpton ont écrit aux administrateurs judiciaires, FRP Advisory, pour les informer que si des explications non satisfaisantes ne sont pas fournies d'ici le 10 septembre à 11h (heure française), une action en justice sera lancée."

Mazepin estime que son offre comportait plus de garanties que celle de Stroll, avec, notamment un plan à 5 ans.
source: Nextgen-Auto.com

Horner défend la communication de Red Bull sur Honda
Renault F1 a clairement remis en cause les progrès faits par Honda, suite aux récentes attaques de Christian Horner, le patron de Red Bull, qui sera motorisée par les Japonais.

"Dire que Honda a progressé en fiabilité alors qu'ils en sont à 11 ou 12 moteurs, vous pouvez faire avaler ça à un jeune pilote mais pas à Daniel Ricciardo", a lancé Cyril Abiteboul à Spa.

Dans une guerre des mots partie pour durer jusqu'au divorce à Abu Dhabi, Horner défend Honda et son bilan.

"Certains de ces changements étaient tactiques et pas basés purement sur la fiabilité. Nous poussons Honda dans cette phase de développement et donc ils essayent d'être agressifs", explique-t-il.

"Nous avons confiance dans ce que nous voyons, les investissements qu'ils font et la qualité des ressources humaines impliquées dans leur projet."

"Les choses progressent dans la bonne direction, vraiment. Maintenant seul le temps dira si cela suffira. Et vous allez voir encore des nouvelles pièces moteur chez Honda cette année mais c'est dans le cadre du développement pour 2019."

Autrement dit: Red Bull et Honda sacrifient volontairement Toro Rosso cette saison...
source: Nextgen-Auto.com

Les noms des pneus seront bien simplifiés en 2019
Supertendres, ultratendres, hypertendres, tendres, durs, superdurs... l'extension de la gamme pneumatique de Pirelli cette année a eu une conséquence: semer la confusion chez les fans, même parfois avertis!

L'an prochain, heureusement, Pirelli a décidé - ou a été plutôt forcé par la FIA et Liberty Media - de simplifier ces appellations. Il existera toujours le même nombre de pneus (sauf si le superdur disparaît). En revanche, en week-end de Grand Prix, les trois pneus seront appelés "dur", "médium" et "tendre", peu importe leur véritable position dans la gamme Pirelli.

Ce système de simplification a été formellement intégré aux exigences de l'appel d'offres soumis par la FIA, afin de déterminer le prochain fournisseur pneumatique, de 2020 à 2023.

En attendant, Pirelli a pris ses dispositions pour apporter ce système simplifié dès l'an prochain, même si les peintures sur les côtés des pneus ne seront pas encore tout à fait prêtes, confirme le responsable de Pirelli, Mario Isola.

"C'est le plan. J'ai mené toutes les investigations nécessaires dans l'entreprise pour comprendre si c'est faisable, parce que bien sûr, cela a une implication sur la production, la logistique, notre manière de gérer les pneus et le marketing aussi."

"J'ai mené une enquête dans tous les départements pour s'assurer que nous ne faisions rien de mal. Et cela a été confirmé, c'est faisable. Bien sûr il nous faut encore travailler dessus."

"Les trois noms sont clairs: dur, médium et tendre. Mais les trois couleurs sont encore en discussion."

"C'était une requête de la F1 et de la FIA, et nous avons fait les changements nécessaires pour s'assurer d'y parvenir en 2019. La prochaine étape, c'est de définir les couleurs, et d'annoncer officiellement que nous avons choisi d'aller dans cette direction."

Pour les fans les plus hardcore, Pirelli annoncera toujours aux fans la "vraie nature" des trois pneus choisis par week-end, précise Mario Isola.

"Il reste des points à déterminer: il faut toujours donner un nom aux composés pour vous donner l'information la plus complète sur leur vraie nature. Et il faut aussi informer les fans sur les pneus utilisés en essais privés, parce que tous les pneus sont alors disponibles. Et il faut comprendre comment nous devons peindre les pneus sur les côtés."

"Durant les essais de pré-saison, je peux imaginer qu'il y aura un peu de confusion. Mais j'espère que nous pourrons régler cela en week-end de course, car nous aurons alors seulement trois composés. C'est un changement complet d'approche par rapport au passé."

D'ores et déjà, dans leurs conversations radio, les écuries parlent déjà de pneus durs, médiums et tendres...

"Ils parlent aussi de prime, option et pneus 'quali', ce qui date d'il y a 15 ans probablement" s'amuse Mario Isola. "Nous ne pouvons pas changer cela, mais maintenant, nous avons les pneus durs, médiums et tendres. Donc peut-être que nous pouvons utiliser ces noms."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne - Je suis meilleur que Norris et Ocon
Le bilan de Stoffel Vandoorne face à Fernando Alonso n'est clairement pas suffisant, selon McLaren en tout cas, pour envisager une titularisation du Belge pour 2019 dès maintenant.

La pression a été mise sur le Belge par Zak Brown ces derniers jours et par Gil de Ferran à Spa: Vandoorne va devoir hausser son niveau de jeu s'il ne veut pas être remplacé par un autre pilote. Lando Norris, Esteban Ocon et d'autres sont dans l'attente...

Vandoorne n'est pas aidé par la compétitivité de sa voiture, ni par sa fiabilité, comme hier.

Lorsque le journal L'Equipe lui demande si ce n'est pas trop dur d'avoir fait tous ces efforts pour arriver au top et se retrouver au pire moment de l'écurie mythique qu'est McLaren, il répond: "cela fait partie du sport" en soupirant.

"Je ne peste pas contre la malchance. Non, non. Surtout pas! Je ne pense pas comme ça. Il y a beaucoup de pilotes qui rêveraient d'être à ma place même si les résultats ne sont pas ceux que l'on espérait. Il faut faire avec."

"Ce n'est pas facile. Nous sommes dans un environnement très individualiste et très concurrentiel. Il n'y a pas grand chose que je puisse changer. Je fais partie des vingt pilotes au départ, comme j'en rêvais petit."

Dans le journal belge 'la Dernière Heure', il se défend même face à ceux qui convoitent son baquer.

"Je suis meilleur que Lando et Esteban!" lance-t-il. "J'espère bien être en F1 l'an prochain, oui. En tout cas, je fais tout pour."

"J'ai vécu deux années très compliquées. On a passé des mauvais moments ensemble, mais j'ai toujours réussi à gérer. Les évènements ont rarement tourné en ma faveur, mais je suis toujours là, toujours très motivé. Après la pluie viennent les bons temps j'espère! J'ai envie que l'aventure continue, car je suis convaincu que le pire est derrière et que l'on va connaître des jours meilleurs le team et moi."

"Je n'ai pas encore pu montrer ce que je vaux vraiment. Il est clair que tout serait plus facile avec une voiture compétitive. Le problème aujourd'hui est que l'on sait que la voiture n'est pas bonne. Et du coup, on ne prépare pas les week-ends de course."

"On fait des sortes de séances d'essais, on essaie d'améliorer l'auto, on expérimente des pièces pour l'année prochaine. Ce n'est pas l'idéal. Parfois, je dois tester telle pièce sans dépasser une certaine vitesse. Et puis on arrive en qualifs sans être vraiment prêt. Je ne peux pas réellement construire mon week-end."

"Et dans un tel contexte, l'expérience dont jouit Fernando fait une grande différence. Moi, je manque de rythme, de tours. Souvent je ne pousse pas réellement l'auto avant le samedi après-midi. Tout serait plus facile pour moi si c'était simple. Si on travaillait directement pour le Grand Prix."
source: Nextgen-Auto.com

GP de Belgique - Essais libres 3
Déjà dominatrice vendredi, la Scuderia Ferrari place ses deux SF71H en haut de la feuille des temps. Sebastian Vettel arrête le chronomètre sur un temps de 1'42"661 signé en pneumatiques Super-Tendres et devance son coéquipier Kimi Räikkönen de 63 petits millièmes.

Les bolides rouges précèdent les Flèches d'Argent de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas. Le leader du classement pilotes émarge à 0"137 de son rival direct au championnat. Le temps de son acolyte finlandais, à plus de huit dixièmes, n'est pas représentatif puisque Bottas devra s'élancer depuis le fond de grille en raison d'une pénalité moteur.

Pour rappel, Ferrari et Mercedes disposent de la nouvelle spécification de leur propulseur maison ce week-end à Spa-Francorchamps.

La session a été interrompue par un drapeau rouge dans les 10 dernières minutes, conséquence d'une sortie de piste de Stoffel Vandoorne (McLaren). Le Belge, qui voulait prendre l'aspiration de son coéquipier Fernando Alonso sur la ligne droite qui mène aux Combes, a tenté de dépasser rapidement Bottas, intercalé entre les deux MCL33, après le Raidillon de l'Eau Rouge.

Le pilote Mercedes n'a pas vu Vandoorne arrivé vite derrière lui et l'a ainsi involontairement tassé dans l'herbe à gauche. Cet incident est venu conclure une nouvelle séance très compliquée pour McLaren. Alonso et Vandoorne échouent aux deux dernières positions, à plus de quatre secondes pleines des temps de référence.

Derrière les Ferrari et Mercedes, Max Verstappen et Daniel Ricciardo complètent un Top 6 au look très familier même si les Red Bull sont repoussés à plus de 1"3 de leur rivales italiennes et allemandes.

Charles Leclerc poursuit sa montée en puissance au fil des séances. Le Monégasque de Sauber hisse sa C37 et son puissant moteur Ferrari au 7ème rang. L'ancien champion GP3 et Formule 2 emmène dans son sillage Sergio Pérez (Racing Point Force India), Nico Hülkenberg (Renault) et Esteban Ocon (Racing Point Force India), meilleur représentant français des EL3.

Les Haas de Romain Grosjean et Kevin Magnussen continuent de faire profil bas en pointant respectivement aux 12ème et 14ème places. Performances timides également du côté de Toro Rosso-Honda avec les 15ème et 16ème chronos de Pierre Gasly et Brendon Hartley.

Malgré une voiture pas franchement folichonne, Williams parvient à placer ses deux FW41 devant des McLaren à bout de souffle. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Tost est ravi pour Gasly, un pilote 'talentueux et très rapide'
Pierre Gasly est ravi de rejoindre Red Bull l'an prochain... mais Franz Tost devra se faire à la perte du pilote Français en 2019. Telle est la rançon du succès pour Toro Rosso: dès qu'un jeune pilote performe au-dessus de la moyenne, le risque est de le voir partir pour Red Bull Racing!

Franz Tost est conscient de perdre un pilote "hautement talentueux, très rapide, expérimenté - parce que Gasly, c'est un exemple qui montre comment bien faire progresser un pilote."

On sent autant de regrets que d'admiration dans les propos du directeur de Toro Rosso au sujet du Normand...

"Il a connu beaucoup de succès dans toutes les catégories inférieures. Il y a gagné des courses, des championnats, et une fois arrivé chez Toro Rosso, il était déjà assez expérimenté. Il est rapide, il a une bonne compréhension technique, il sait bien gérer les pneus, et donc je suis convaincu qu'il fera un très bon travail chez Red Bull Racing."

Toro Rosso doit donc rechercher dès à présent un remplaçant à Pierre Gasly. Or les opportunités se font plutôt rares dans la filière Red Bull. Toro Rosso pourrait-elle alors proposer un contrat à Stoffel Vandoorne, s'il venait à être écarté par McLaren?

"Nous verrons. Red Bull débat de différents noms et je suis convaincu que dans un futur proche, ils arriveront avec un nom. Aucune décision n'a été encore prise, donc il faut juste attendre l'annonce de Red Bull."

Dans les négociations avec McLaren, au sujet du cas Lando Norris ou de celui de Stoffel Vandoorne, la situation contractuelle de James Key entrera aussi en jeu. L'ingénieur a signé pour McLaren mais est encore sous contrat avec Toro Rosso... Franz Tost a-t-il des commentaires à faire à ce sujet?

"Je ne me soucie pas des plans de McLaren. Le fait est que James a un contrat avec Toro Rosso."

Franz Tost, visiblement remonté au sujet du cas James Key, est plus détendu lorsqu'il s'agit d'évoquer les futurs partages de technologie l'an prochain avec Red Bull. En effet, Toro Rosso comme Red Bull disposeront l'an prochain du même moteur Honda... ce qui ouvre des opportunités.

"Nous aurons une coopération très étroite avec Red Bull Technology l'an prochain, parce que nous aurons les mêmes pièces à l'arrière - la même unité de puissance, la même boîte de vitesses et la même suspension. Tout ce qui sera permis par le règlement, nous l'aurons en commun. Oui, et nous aurons aussi la même suspension avant en partie. C'est tout, mais c'est beaucoup. Parce que vous savez que si vous partagez tout l'arrière de la voiture, vous partagez aussi l'hydraulique, l'électronique, tout cela."
source: Nextgen-Auto.com

Norris est satisfait de ses premiers essais libres en F1
Lando Norris a goûté à sa première séance d'essais libres en Formule 1 ce vendredi à Spa-Francorchamps. Le Britannique a signé le 18ème temps et a rempli son programme avant de quitter le garage McLaren pour retourner dans celui de Carlin, son équipe de Formule 2.

"C'était une journée très chargée, jonglant entre F2 et F1" reconnaît-il. "J'ai dû monter sur mon vélo pour rejoindre le paddock F1 à temps pour les essais libres. C'était un peu stressant mais ça valait le coup! Ça a été une bonne journée, dans tous les cas."

"J'étais un peu nerveux le matin car c'est évidemment très excitant d'être de retour en voiture, surtout à Spa, qui est probablement l'une de mes pistes préférées. Nous avons bien réussi notre programme et j'ai fait un bon nombre de tours. J'ai piloté ici dans le passé en F4, Formule Renault, Formule 3, Formule 2 et F1 maintenant, donc je sais comment chaque voiture passe par ici!"

Il détaille ensuite le programme qui lui a été soumis: "Nous avons fait quelques essais aéro et aucun relais n'avait de bonne performance, ce qui était une bonne chose à faire, donc ce n'était pas une question de vitesse, mais plutôt de trouver une certaine constance."

"C'est très différent de conduire en Formule 1, principalement à cause de la pression. Il y a beaucoup plus de gens ici. Je pense que c'est une bonne chose que je puisse voir en avance ce que c'est que de conduire un week-end de course, et d'avoir une idée approximative de ma position par rapport à Stoffel [Vandoorne] et Fernando [Alonso]."

Il se dit qu'il pourrait être de retour dans la MCL33 la semaine prochaine le vendredi matin, à la place de Vandoorne, et l'Anglais se dit prêt: "Après avoir fait le test de Budapest, je me sens prêt à toute occasion de sauter dans la voiture, et je suis de plus en plus à l'aise avec tout ce que je fais, de sorte qu'il ne me faut pas beaucoup de temps pour me préparer."
"Avec si peu d'opportunités de rouler en F1 actuellement, je pense qu'il faut tirer le meilleur parti de toute chance de piloter, d'apprendre et de faire ses preuves, d'être cohérent, d'être rapide, d'être fiable et de donner de bons retours, ce que j'ai l'impression d'avoir fait.
"
source: Nextgen-Auto.com

Wolff ne veut pas laisser tomber Ocon, menacé de perdre son baquet
L'avenir d'Esteban Ocon semble directement menacé par le rachat de Force India par Lawrence Stroll.

La famille du pilote québécois pourrait préférer associer Lance à Sergio Pérez, qui a un contrat en bonne et due forme pour 2019 (l'option est en sa faveur) et rapporte en plus près de 10 millions d'euros avec ses sponsors mexicains.

Certains voient déjà le Français remplacer Stroll chez Williams, mais l'équipe de Grove pourrait confier le volant à Kubica, lui aussi doté de quelques sponsors. Le Polonais affirme être prêt.

"Si je suis chez Williams, dans le paddock, lors de tous les Grands Prix, c'est parce que je suis prêt à prendre le volant s'il le faut. Et je suis aussi prêt pour 2019 si on me le demande."

Le Français n'a pas de sponsor mais un constructeur derrière lui, Mercedes. Cela pourrait aussi faire pencher la balance si la réduction sur la facture du moteur est assez significative. Ces chiffres sont tenus secrets en général.

"Je ne me fais pas de souci pour mon avenir. J'ai connu des jours bien pires que cela, comme par exemple lorsque j'ai cru devoir carrément arrêter le sport auto en 2016. Si j'étais seul, je ne dis pas. Mais lorsqu'on est bien entouré, l'inquiétude est minime", confie Ocon à 'l'Equipe'.

Il fait évidemment référence à Mercedes et Toto Wolff, le patron de l'écurie.

"Esteban est, à mon sens, le meilleur des jeunes actuels du plateau. Ce grand talent ne restera pas sans avenir. Il sera, un jour, Champion du monde. Cela se fera sur Mercedes ou sur une autre voiture. Nous n'abandonnons pas Esteban. Même s'il faut trouver des voies alternatives pour 2019."

Une année hors d'un baquet en Formule 1 est donc possible selon Wolff. Cela ne plairait évidemment pas à Ocon.

"J'ai totale confiance dans Toto. À 100%. Il reste des opportunités."

L'une de ces opportunités serait un prêt du Français à McLaren, si l'équipe de Woking souhaite se passer des services de Stoffel Vandoorne. Les réponses tomberont d'ici quelques jours ou quelques semaines...
source: Nextgen-Auto.com

Le penchant de Räikkönen pour l'alcool fait réagir
Kiimi Räikkönen a récemment publié sa biographie, en finlandais et en suédois, avant que sa traduction anglaise n'arrive dans quelques semaines.

Et certains de ses révélations ont déjà été reportées dans les médias, notamment du côté des boissons alcoolisées.

Cela a d'ailleurs commencé tôt: rentré tard et ivre après une permission dans le cadre de son service militaire (obligatoire dans son pays), il croyait qu'il ne serait pas autorisé à participer à une course. Sa solution? Prendre la fuite! Mais un accord avec l'armée finit par tout résoudre.

La boisson est devenue plus problématique lorsqu'il a mal vécu son remplacement par Fernando Alonso chez Ferrari.

Revenu en F1 avec Lotus, il a reconnu qu'il a passé 16 jours entre le Grand Prix de Bahreïn et d'Espagne à boire énormément, pour fêter sa 2ème place! Il s'est arrêté la veille des essais. Et il a fini 3ème à Barcelone.

La passion de Räikkönen pour la fête n'est pas un mythe mais le Finlandais a reconnu s'être bien calmé depuis.

Ces révélations n'ont pas choqué à Spa. Nico Hülkenberg, qui n'est pas contre quelques bières de temps en temps, explique.

"Est-ce que ce serait possible encore aujourd'hui? Ca dépend de votre talent. Mais pourquoi pas. Cela pourrait même vous aider dans certains cas. L'alcool aide certaines personnes à se lâcher."
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen et Grosjean attendent une annonce Haas 'bientôt'
Les pilotes Haas F1 semblent être dans le même bateau pour connaitre leur avenir en 2019.

Kevin Magnussen est encore sous contrat pour l'année prochaine, mais l'option est en la faveur de l'équipe américaine. Il ne se fait toutefois pas trop de soucis.

"C'est bien de ne pas être dans le bal des spéculations cette année. Mais j'ai été en contact avec l'équipe ces dernières semaines à ce sujet et je crois qu'il y aura une annonce bientôt. Haas veut connaitre ses deux pilotes je crois avant de tout confirmer", dit-il à Spa.

C'est beaucoup plus d'incertitude du côté de Romain Grosjean, qui pourrait être remplacé par Charles Leclerc si Ferrari prolonge bien Kimi Räikkönen comme le paddock de Spa semble le dire à peu près à l'unisson.

"Ce week-end à Spa, le prochain à Monza, c'est un peu tendu pour parler contrat. Je pense que l'équipe y pensera après. Moi je veux continuer sur ma bonne lancée récente et oublier ma première partie de saison, où j'ai commis des erreurs et connu la malchance aussi."

"Oui, j'ai fait des erreurs que je n'aurais pas dû faire avec mon expérience, mais ce n'est pas évident de trouver un pilote avec 10 podiums, 130 Grands Prix, qui a contribué au redressement de Lotus après 2014 et qui a été capable de débuter avec Haas et de l'aider à progresser."

"Je sais que beaucoup de monde veut venir chez Haas", admet Grosjean. "C'est normal car c'est une très belle équipe qui se bat actuellement pour la quatrième place du championnat. Mais je suis bien ici et je pense que j'ai bien travaillé avec l'équipe depuis le début."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren voulait donner une chance à Norris en conditions réelles
McLaren a pris une décision très rare ce week-end en Belgique, celle de faire rouler un troisième pilote en essais libres du vendredi matin. Lando Norris a donc fait sa première séance officielle dans le cadre d'un week-end de GP et s'en est pas mal sorti compte tenu des conditions.

"Nous investissons dans Lando depuis quelques années" explique Gil de Ferran, directeur sportif de l'équipe. "Nous essayons de lui donner le plus d'exposition possible. C'était l'occasion pour lui de piloter la voiture lors d'un week-end de grand prix, ce qui est une situation différente avec plus de gens sur la piste et beaucoup d'évolution de celle-ci. Il y a aussi un niveau d'appui aérodynamique complètement différent, ce qui aide au développement."

La comparaison directe a eu lieu avec Stoffel Vandoorne, même si le Belge a encore été ennuyé par des soucis mécaniques, mais sa position semble s'affaiblir d'heure en heure chez McLaren, et De Ferran ne semble pas prêt à le défendre complètement, notamment auprès de la RTBF qui l'a interrogé au sujet du pilote.

"Stoffel est un garçon bourré de talent, un garçon possédant un excellent esprit d'équipe et qui ne compte pas ses heures de travail. Il est très apprécié au sein de l'équipe. Sincèrement, nous n'avons pas encore choisi notre deuxième pilote. Je crois que Stoffel doit se concentrer sur chaque week-end de course afin de récolter un maximum de points pour l'équipe."

"Doit-il être plus agressif? Je ne pense pas car chaque pilote est différent. Nous essayons d'aider Stoffel et Fernando durant chaque week-end. Une situation comme celle de Stoffel est inhérente aux sports mécaniques car, en F1 par exemple, il n'existe que vingt volants. Ça fait partie du jeu. Je ne peux spéculer sur ce qui peut se produire ou ne pas se produire."

Après deux mois dans l'équipe, De Ferran commence à comprendre ses rouages mais aussi ses défauts, comme il l'explique. Le travail qu'il y a accompli en quelques semaines a été tellement intense qu'il reconnaît avoir l'impression d'en faire partie depuis bien plus longtemps.

"Ecoutez, vous pensez que je suis ici depuis deux ou trois mois mais de mon point de vue, c'est comme si c'était déjà une vie! Cela fait de longues heures et j'ai pris le temps de vraiment évaluer ce qui se passe dans l'équipe et essayer de mieux connaître les gens et de comprendre ce que tout le monde fait dans l'équipe."

"Et l'une des choses qui est claire pour moi, c'est qu'il y a beaucoup de talents au sein de l'équipe, en haut et en bas de l'organisation, donc je suppose que ma principale priorité est vraiment de débloquer ces talents et, je l'espère, de transformer cela en de meilleurs résultats."

Le directeur de McLaren a également été interrogé au sujet de l'IndyCar et d'un potentiel engagement de McLaren dans la discipline, mais il a botté en touche: "Comme vous le savez, l'IndyCar est toujours à l'étude, mais nous n'avons pas encore pris de décision et je pense que lorsque nous l'aurons fait, nous vous le ferons savoir."
source: Nextgen-Auto.com

A Spa, Pirelli note des écarts plus importants que prévu entre les gommes
Au volant de sa Ferrari, Kimi Räikkönen démontre à nouveau ses performances sur le circuit mythique de Spa-Francorchamps, dominant les essais libres du vendredi grâce aux pneumatiques P Zero Rouge supersoft.

Son chrono de 1'43"355, établi durant les EL2, est par ailleurs près de 1"5 plus rapide que celui réalisé durant cette même session en 2017.

En dépit de quelques gouttes de pluie le matin, la piste est restée sèche et les températures plutôt basses, permettant aux écuries de multiplier les kilomètres et de recueillir de précieuses données. Celles-ci pourraient en effet se révéler cruciales en prévision de la course si, comme annoncé, des averses se produisent ce week-end.

Jusqu'à présent l'écart de performance entre les mélanges supersoft et soft est de l'ordre de la seconde, soit une valeur plus importante que prévue. Cette différence est cependant amenée à évoluer en fonction des conditions météorologiques.

"La piste s'est révélée très rapide dès les essais matinaux, notamment grâce à la gomme que nous fournissons également, déposée lors des 24 Heures de Spa", explique Mario Isola, responsable de Pirelli F1.

"Nous n'avons assisté à aucune surprise, à l'exception de l'écart de performance entre les deux gommes les plus tendres que nous imaginions autour de 0"6, et ce même si le circuit est le plus long de la saison."

"Nous nous attendions par ailleurs à une différence de 0"8 entre les soft et les medium. Nous allons donc devoir scrupuleusement décortiquer les données pour le confirmer."

"Tout le monde s'attend à voir des averses, mais les prévisions ne cessent d'évoluer. Un phénomène habituel dans cette région!"

"Jusqu'à présent, à l'exception de quelques traces de cloquage, les pneumatiques se sont très bien comportés sur ce qui constitue l'un des tracés les plus exigeants de la saison pour la gomme."
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul qualifie de 'blague' la communication de Red Bull sur Honda
Cyril Abiteboul s'est attaqué à la communication de Red Bull autour de Honda, après les dernières attaques de Christian Horner et Max Verstappen sur le moteur français.

Les patrons de la marque autrichienne n'ont cessé de louer les progrès de Honda ces derniers mois, tout en critiquant la fiabilité du V6 de Renault. Pour le Français, cela ne passe pas.

"C'est complètement injuste envers Renault. Honda est en pleine évolution mais quand je vois qu'ils en sont déjà à leur 11ème ou 12ème moteur de l'année, chez Toro Rosso, c'est franchement une blague", dit-il.

"Je pense que Daniel (Ricciardo, qui rejoindra Renault) n'a pas été impressionné non plus par cette communication de Red Bull où Honda semble toujours parfait."

"Cela peut influencer un jeune pilote comme Pierre Gasly, mais pas quelqu'un d'expérimenté comme Daniel. Je ne pense pas que Daniel croit que Honda est si parfait que ça!"

Abiteboul affirme qu'au moins Renault a tenu un discours de vérité, cela a d'ailleurs peut-être séduit l'Australien.

"Nous mettons toujours les faits sur la table. Daniel connaissait notre proposition, il connait nos ressources, il sait que nous avons du travail du côté de la technique. Nous savons que nous ne sommes pas au niveau de Red Bull côté châssis, et ce sera peut-être encore le cas en 2019. Mais Daniel le sait au moins."
source: Nextgen-Auto.com

Racing Point FI, un rachat qui inquiète certains patrons
Le sauvetage de Force India, devenue Racing Point Force India dans l'intervalle, est certainement une bonne nouvelle à court terme pour la F1.

Cependant, avant le rachat de l'écurie, Renault et toutes les écuries qui craignaient de voir la nouvelle structure devenir l'écurie B de Mercedes, ont montré une vive inquiétude, bloquant l'opération de sauvetage. Nul doute que les futurs liens de Mercedes avec Racing Point Force India seront regardés de près par Renault et consorts.

Cyril Abiteboul était un de ceux qui craignaient que Force India devienne une équipe B d'une écurie de pointe, au point de bloquer le sauvetage de l'écurie pendant un moment. Le Français a pourtant approuvé le rachat de Force India par Lawrence Stroll: a-t-il donc changé d'avis sur ce point? Ou obtenu des garanties de la part de Liberty Media?

"Non, pour être extrêmement clair, nous n'avons pas changé d'avis. Nous n'avons jamais voulu causer des difficultés supplémentaires à Force India. Nous ne sommes que dix équipes aujourd'hui, ce qui est pour moi le minimum pour que la F1 soit un sport soutenable. Du point de vue des opportunités possibles pour les jeunes pilotes aussi, bien sûr, plus d'équipes, ça veut dire plus d'opportunités. Donc avoir plus d'équipes est préférable que d'en avoir moins. Donc clairement, nous n'avons pas voulu précipiter des mauvaises nouvelles du côté de Force India."

"Cela dit, il est vrai que nous avons demandé des garanties à Liberty Media pour que dans le futur, il ne soit plus nécessaire d'être dans un groupe d'équipes pour pouvoir se battre pour des championnats ou des victoires. C'est définitivement notre ambition. Mais nous n'avons pas aujourd'hui la capacité ou la possibilité de former une alliance particulière pour nous permettre d'avoir une équipe junior ou partenaire. Nous avons un partenariat avec McLaren, et ce partenariat pourrait être étendu pour partager davantage nos technologies. Mais ce n'est pas vraiment quelque chose que nous voudrions nous voir être imposé pour nécessairement gagner."

"Donc c'est le genre de clarifications que nous avons demandées à Liberty Media. Bien sûr, nous n'aurions pu obtenir une réponse sous la forme de la publication d'un nouveau règlement - le temps était compté pour sauver Force India. Mais en particulier dans le contexte actuel - nous discutons des budgets plafonnés, des restrictions des ressources - ce débat va devenir plus important. Nous avons eu des discussions. Je crois que nous partageons la même vision que Ross Brawn et Chase Carey au sujet du futur du sport. Nous n'avons pas de garantie ferme, mais nous comprenons que nous voyons les choses de la même façon."

Interrogé sur le même sujet, Gil de Ferran, le directeur sportif de McLaren, a botté en touche en renvoyant la question à Zak Brown. "Nous voulons une F1 qui soit soutenable et divertissante" s'est-il contenté de répondre. Le successeur d'Eric Boullier veut avant tout se concentrer sur la piste.

Christian Horner a plus d'expérience pour s'exprimer sur ce sujet épineux des équipes B. Et il est particulièrement bien placé, puisque Red Bull a ouvert le bal en créant Toro Rosso...

"Il y a bien sûr des bénéfices économiques, en particulier pour les petites écuries. Red Bull et Toro Rosso ont le même propriétaire, donc il y a bien sûr des économies d'échelle. Mais il faut être prudent. Certainement, nous n'avons jamais cherché à utiliser la même soufflerie, les mêmes outils techniques, pour le bénéfice d'une seule équipe. S'il peut y avoir des gains financiers à travers un partage de technologies, c'est très bien, et c'est quelque chose qui devrait être creusé."

"Mais nous ne voulons pas que potentiellement, Ferrari puisse avoir deux écuries clientes, et que ces écuries clientes soient au service de la R et D de l'écurie-mère. C'est quelque chose qui, j'en suis sûr, sera abordé dans les prochaines négociations des Accords Concorde - c'est une opportunité en or pour régler ce problème."
source: Nextgen-Auto.com

Horner raconte en détail la volte-face de Ricciardo
La signature de Daniel Ricciardo avec Renault fut assurément l'une des sensations de l'été et a surpris tout le monde dans le paddock... y compris les dirigeants de Red Bull en personne.

"Ce fut certainement une grande surprise en apprenant la nouvelle" a confié Christian Horner à Spa devant la presse.

Le déroulé des événements laissait fortement croire que Daniel Ricciardo allait prolonger son contrat... Mais l'Australien a pris tout le monde à revers! Christian Horner raconte ces mois où tout s'est joué...

"Bien sûr, nous parlions de ce sujet depuis le mois de février. Dietrich Mateschitz [le PDG de Red Bull] s'est impliqué à partir de Barcelone. Et ensuite, jusqu'au Grand Prix d'Autriche, tout semblait s'être plus ou moins décidé."

"Il y avait un accord sur l'essentiel. Il fallait seulement régler la paperasse. Tout cela est arrivé à Hockenheim et à Budapest."

"Ensuite, après la Hongrie, Daniel a décidé qu'il voulait un contrat d'une seule année. Dietrich n'était pas d'accord. Et donc, le lundi après-midi, Daniel a finalement eu ce qu'il voulait devant lui."

"Il a conduit la voiture le mardi, aux essais privés à Budapest, et ensuite, j'ai pensé que même s'il avait obtenu tout ce qu'il avait demandé, Daniel ne se sentait toujours pas totalement à l'aise et voulait aller ailleurs."

"Bien sûr, ce fut une surprise. S'il devait partir, nous pensions que ce serait pour Mercedes ou Ferrari."

Christian Horner reconnaît ainsi bien volontiers une surprise - il s'agit d'une mauvaise surprise sans aucun doute étant donné que Red Bull voulait conserver Daniel Ricciardo. Vu les conditions de ce transfert, le dirigeant en veut-il à son pilote?

"C'est sa décision et il faut bien sûr la respecter pleinement. Il le faut, car... Enfin, j'ai tout de même pensé qu'il m'avait un peu promené au début. J'ai pensé que c'était une plaisanterie faite à l'occasion des vacances d'été! Je m'attendais à devoir signer les papiers, à régler la paperasse... Daniel avait même enregistré un message vidéo pour annoncer sa prolongation."

"Mais quand il m'a dit pour la troisième fois qu'il partait, j'ai réalisé que c'était pour de vrai. Il faut juste lui souhaiter bon vent... Il fut un pilote formidable, vraiment formidable pour Red Bull, et nous serons déçus de le voir partir."

Christian Horner a dû ensuite s'occuper d'annoncer la nouvelle à ses employés, pour faire en sorte que cette nouvelle n'affecte pas trop le moral de l'équipe.

"Ils ont été assez surpris. Bien sûr l'annonce est sortie vendredi, juste avant la pause estivale. L'équipe avait deux semaines de repos devant elle pour digérer la nouvelle. Daniel était à l'usine lors de cette semaine pour parler à ses ingénieurs et mécaniciens. Il a parlé au reste de l'équipe le jeudi. Les gens étaient déçus en un sens, mais c'est la F1."

"Nous avons un immense réservoir de talents en interne. Nous serons tristes de le voir partir, mais dans le même temps, cela ouvre la porte pour un autre jeune pilote, Pierre Gasly."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.