En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 29 Août 2018

Grosjean évoque l'avenir de la Formule 1
La Formule 1 travaille toujours sur sa future révolution, qui se prépare de plus en plus à n'être qu'une évolution réglementaire, mais les pilotes ne semblent pas trop informés de ce qu'il en ressortira, à l'image de Romain Grosjean, pourtant président de l'association des pilotes.

"Nous n'avons pas beaucoup d'informations sur 2021" admet le Français. "J'ai lu dans la presse qu'il s'agissait de pneus de 18 pouces, et j'espère vraiment que Bridgestone ou Michelin reviendront. Pour moi, l'un des gros problèmes avec la Formule 1 en ce moment, ce sont les pneus, les dépassements, ou même le fait de pouvoir suivre une autre voiture de près. Ce n'est tout simplement pas possible."

"C'est un peu dommage. J'ai lu à nouveau sur internet ce matin que les règles du moteur ne pourraient pas être modifiées. Je n'en sais rien. J'aimerais que plus d'équipes puissent se battre pour des podiums et parfois des victoires, comme en 2012 où nous avons eu sept vainqueurs lors des sept premières courses, c'était incroyable. C'est tout simplement génial pour le sport, génial pour le spectacle et génial pour les gens qui le regardent."

Ce resserrement permettrait aussi à de plus nombreuses équipes de jouer de vraies places d'honneur, telles que des podiums, voire même des victoires occasionnelles: "Ce serait bien, comme Lotus le faisait en 2012 et 2013. Je ne peux pas le prédire, et je ne veux pas être impliqué dans le jeu politique."

"La seule chose que nous pouvons dire en tant que GPDA et en tant que pilotes, c'est de quoi nous avons besoin pour de meilleures courses. Pouvoir exprimer ce dont nous avons besoin et ce que nous pensons. C'est le maximum que l'on puisse faire."

Il révèle enfin qu'il aimerait voir le retour des ravitaillements en essence: "Je n'en ai pas parlé avec le GPDA ou qui que ce soit, mais personnellement, j'aimerais les voir revenir. Les stratégies seraient un peu plus ouvertes. Pour l'instant, c'est un peu dicté, vous savez comment vous allez réagir. Quand vous manquez de carburant, vous manquez de carburant."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton n'est pas du genre 'à plomber le moral' de ses rivaux
Pour réussir en Formule 1, un pilote a besoin de beaucoup d'atouts dans sa manche: du talent, évidemment, mais aussi une bonne monoplace.

Le dernier élément qui peut faire la différence, lorsqu'on ne domine pas son adversaire pour le titre, comme c'est le cas pour Lewis Hamilton cette année face à Sebastian Vettel, c'est l'aspect psychologique.

Lorsque la RTBF lui demande si plomber le moral de son adversaire fait partie du jeu ou pas du tout, Hamilton répond:

"Honnêtement, je n'ai jamais eu l'impression d'avoir eu besoin de recourir à cela au cours de ma carrière, d'essayer de plomber le moral d'un autre compétiteur. J'essaie juste d'être le meilleur possible. Je n'essaie pas de jouer à quoi que ce soit, je n'essaie pas de les contrarier. Je veux que mes adversaires soient aussi à leur meilleur niveau! Je ne veux pas qu'ils aient d'excuses: une blessure, ceci, ou cela... Quand ils sont au top et que c'est toi qui gagne, c'est bien plus savoureux!"

Et faut-il être grossier, dur ou égoïste?

"Non, être grossier, certainement pas! Ça, dans la vie, en général, on n'a jamais le droit de l'être. Les plus grands compétiteurs doivent trouver le bon équilibre au niveau de l'égoïsme, parce que ton temps, ton énergie, tu dois l'économiser le plus possible."

Hamilton déclarait il y a quelques années tirer aussi sa force du fait qu'il arrive à faire d'autres activités en dehors de la F1. Il nuance aujourd'hui un peu.

"Ça dépend. Parfois c'est épuisant, parce que tu en fais trop, et parfois, la plupart du temps, ça a un impact positif sur moi. Pour moi, il s'agit de se mettre dans un très bon état d'esprit, je veux me sentir le mieux possible, je veux donner une bonne impression de moi, donner l'impression de faire du bon boulot, de bien communiquer... J'essaie donc d'être sans cesse dans une spirale positive."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly - Toro Rosso aura du mal à contrer le retour de Racing Point FI
Selon Pierre Gasly, Toro Rosso aura du mal à contrer le retour de Force India, devenue Racing Point FI, au Championnat des Constructeurs.

Avec un compteur remis à zéro, l'équipe de Silverstone a déjà marqué 18 points à Spa, ce qui la laisse à 12 points seulement de Toro Rosso. Et il reste encore 8 courses à disputer.

"Quand on regarde le nombre de points que Racing Point a marqué en Belgique, cela va être difficile de rester devant. Et elle sera en position de force à Monza avec son moteur Mercedes. Elle pourrait bien nous repasser devant en l'espace de deux courses seulement", constate, réaliste, le Français.

Gasly espère certainement une petite déroute pour Sergio Pérez et Esteban Ocon en Italie.

"Parce qu'une fois que nous aurons passé Monza, les circuits à venir conviendront mieux à notre voiture. Nous devrions pouvoir nous battre un peu plus contre eux. Nous ne pourrons certainement rien faire à Monza face à Racing Point mais il sera important d'essayer de les maintenir derrière nous après."

Le pilote Toro Rosso espère surtout une très bonne course à Singapour.

"Si nous marquons de gros points là-bas, ce sera intéressant pour la fin de la saison."
source: Nextgen-Auto.com

Marko préfère voir Vettel et Ferrari triompher cette année
Helmut Marko, consultant au sport automobile de Red Bull, a apporté son soutien à son ancien pilote de la filière autrichienne, Sebastian Vettel, pour remporter le titre mondial cette année.

Si l'Allemand y parvient, il décrochera sa 5ème couronne mais sa 1ère hors de Red Bull Racing.

"Je préfère voir Ferrari gagner cette année que Mercedes encore une fois de plus. Sebastian est le plus fort actuellement du côté du mental et il peut compter sur la meilleure voiture", déclare Marko.

Selon lui, Vettel a ce qu'il faut pour reprendre la situation en main au championnat.

"Je me rappelle d'une saison (2012) où nous étions 50 points (42 en réalité) derrière Fernando Alonso. Sebastian a rattrapé ça parce qu'il a alors livré une prestation d'une précision extrême en fin de saison. J'espère qu'il saura reproduire ça."

Cette précision c'est pourtant ce qui lui a manqué lors des courses avant Spa.

"Peut-être que la pression sur lui et sur Ferrari est si grande... Mais il n'avait jamais fait ce genre d'erreurs chez nous."
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen salue un 'superbe partenariat' entre Haas et Ferrari
Haas F1 a signé un nouveau bon résultat d'ensemble à Spa, ce qui réjouit Kevin Magnussen avant d'aborder Monza, dès ce week-end.

Le Danois pourra compter sur le moteur Ferrari, le plus puissant du plateau désormais selon l'avis général du paddock.

"C'est un superbe partenariat avec Ferrari, nous avons vraiment des pièces compétitives. Nous n'avons pas du tout à nous plaindre. Ferrari est l'un des leaders en F1 avec sa technologie et nous avons bénéficié de cette relation. Nous en sommes très heureux", commente Magnussen.

Avec une telle puissance, s'attend-il à voir le record de Monza, le tour le plus rapide de l'histoire de la F1 - 1:19.525 par Juan Pablo Montoya en 2004 - tomber cette année?

"J'en doute parce qu'avec cette génération de F1 nous allons très vite en virage mais moins en ligne droite avec la trainée aérodynamique générée, notamment par les pneus plus larges. Et pour aller vite à Monza, il faut surtout de la vitesse de pointe. A l'époque de Montoya, les F1 allaient incroyablement vite en ligne droite. Donc je doute que nous battions ce temps ce week-end."

Grâce à ces appuis cependant, Monza est devenu beaucoup plus facile pour les dépassements.

"On peut maintenant dépasser partout. C'est probablement le meilleur circuit du calendrier pour ça. Il y a en plus une superbe ambiance autour du circuit, avec les fans italiens, très passionnés. Une course à Monza, c'est toujours une expérience fantastique."
source: Nextgen-Auto.com

Après Spa, Toro Rosso souhaite une nouvelle bonne surprise à domicile
Toro Rosso dispute ce week-end son Grand Prix à domicile, puisque l'écurie sœur de Red Bull est basée non en Autriche ou en Angleterre, mais à Faenza.

Sur un circuit de puissance moteur, Honda passera certainement au révélateur Monza. De quoi confirmer les progrès entrevus à Spa? Pierre Gasly et Brendon Hartley l'entendent bien de cette oreille.

Le Normand raconte en quoi ce Grand Prix est spécial pour Toro Rosso.

"J'arrive en Italie au début de la semaine, je visite l'usine Toro Rosso et j'ai vraiment hâte d'arriver à Monza, même s'il est probable que ce soit un week-end compliqué pour nous. Spa aussi était supposé être un week-end difficile, mais en nous battant dur, nous avons réussi à tirer le maximum de chaque opportunité pour finir de nouveau dans les points."

"J'ai de bons souvenirs de Monza puisque j'ai signé la pole ici lors de mes deux dernières apparitions, en GP2. Mais ce sera une nouvelle expérience étant donné la vitesse incroyable des F1 en lignes droites: les ingénieurs m'ont dit que nous devrions atteindre les 360 km/h. La sensation de vitesse est réelle, et c'est une chose - parmi tant d'autres - qui rend ce circuit si spécial."

"Vous passez presque 80 % de votre tour à fond, donc c'est important de ne pas perdre de la vitesse dans les chicanes. Il faut donc faire un du bon travail pour passer sur les vibreurs, afin d'avoir une bonne traction en sortie de virage."

"J'ai hâte de disputer cette dernière course en Europe, pour ce qui est aussi un Grand Prix à domicile pour nous. Donc beaucoup des membres de notre équipe vont se déplacer de l'usine au circuit, pour nous soutenir ce week-end."

Après un Grand Prix de Belgique plus décevant, Brendon Hartley doit lui rebondir en vue de conserver la confiance de Toro Rosso.

"Monza, c'est un circuit dont l'histoire est immense, ce qui fait que l'ambiance est spéciale dès que vous arrivez sur le circuit. Et j'ai vraiment hâte de conduire une F1 ici pour la première fois."

"Monza est réputé pour les vitesses que vous atteignez en piste, et en tant que pilote de F1, vous devenez presque insensible à ce genre de sensation avec le temps, puisque nous passons beaucoup de temps à très haute vitesse."

"Les suspensions sont si bonnes maintenant, que les voitures sont assez stables. Mais je pense qu'à Monza, à Ascari, et dans la Parabolica, freiner à plus de 350 km/h sera une expérience formidable, puisque nous courrons avec aussi peu d'appui que possible, étant donné le package aérodynamique spécifique à Monza. Donc les voitures auront un pilotage différent pour tout le monde. Peut-être que ça améliorera le spectacle en réalité, puisque nous perdrons moins d'appui en proportion quand nous suivrons des autres voitures. Habituellement, nous avons tant d'appui et d'adhérence, que le grand public ne s'aperçoit pas que nous faisons beaucoup de corrections au volant, même si vous le ressentez vraiment quand vous êtes dans la voiture. Donc sur une piste comme Monza, avec moins d'appui, ce genre de problème se verra davantage."

"Les distances de freinage seront aussi plus longues avec moins d'appui, ce qui pourra créer plus d'opportunités pour dépasser. En un sens, ce sera un petit plus difficile pour nous, mais ce week-end procurera pas mal de plaisir, pour sûr. La météo peut aussi être un facteur."

"Ce sera une course à domicile pour Toro Rosso, donc je m'attends à voir beaucoup de drapeaux tricolores parmi les autres drapeaux."
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul tire un trait sur Spa et se concentre sur Monza
Cyril Abiteboul, le directeur de Renault F1, a déjà hâte d'être en Italie.

Le Français veut en effet oublier la mauvaise course en Belgique, sanctionnée par un zéro pointé et des places de pénalité pour Nico Hülkenberg à Monza.

"La course de Spa n'était pas la meilleure des rentrées. Nous savions que ce serait un week-end difficile avec le remplacement prévu du groupe propulseur de Nico et la pénalité qui en résultait. Nous avons ensuite décidé de faire de même avec Carlos après ses difficultés en qualifications. Cela nous a relégué en fond de grille. Des réglages aérodynamiques agressifs aux choix de pneumatiques... Nous avons essayé différentes mesures pour remédier à cette situation délicate, sans succès", analyse Abiteboul.

"De son côté, Nico a commis une erreur de jugement au départ. Il n'est pas réputé pour cela et je suis sûr qu'il en tirera les leçons et qu'il tournera vite la page. Carlos a profité au mieux des circonstances et il a manqué les points de justesse."

"Les résultats de la Belgique ne reflètent pas notre place réelle", souligne Abiteboul.

"Nous reprendrons donc tout de zéro à Monza tout en restant concentrés sur notre stratégie de développement."

Et le développement passe par l'arrivée d'un moteur Spec C dont l'équipe française ne profitera pas pourtant. Seule Red Bull en disposera en Italie.

"Dernière course européenne de la saison, le Grand Prix d'Italie est un moment important pour l'équipe car il marque la fin d'un cycle. Nous nous préparons à un week-end délicat compte tenu des caractéristiques du tracé et aux nouvelles pénalités de Nico, mais nous restons déterminés à saisir toute opportunité qui se présentera et notamment à profiter de ce circuit de référence pour mesurer notre situation moteur dans des conditions si possible plus claires qu'à Spa", commente le Français.

"Notre avance sur nos concurrents (Haas) s'est réduite, mais nous ne sommes pas découragés; la saison est encore longue et l'objectif de maintenir notre classement jusqu'au dimanche soir d'Abu Dhabi est tout à fait à notre portée."

"Nous avons de nouvelles évolutions prévues sur le châssis à Monza et nous espérons qu'elles se comporteront aussi bien que celles introduites à Spa."
source: Nextgen-Auto.com

Berger compare Mick Schumacher à son père
Mick Schumacher posait quelques doutes quant à ses capacités, avec des résultats peu convaincants en F4 puis F3. Cependant, l'Allemand semble avoir trouvé la solution à ses problèmes puisqu'il a remporté trois courses, une lors de chacun des trois derniers meetings.

"Le gars montre tout à coup les gènes Schumacher" explique Gerhard Berger, qui a couru contre son père Michael Schumacher. "Il a progressé et montre ses capacités."

Berger est ravi de voir le fils du pilote le plus titré de l'Histoire être enfin performant et espère que le pilote de 19 ans trouvera sa route jusqu'à la F1: "J'espère que ça continuera comme ça. Tout est ouvert pour lui. Tout le monde serait ravi de voir Mick marcher dans les traces de son père."
source: Nextgen-Auto.com

Monza est 'le pire circuit possible' pour la McLaren
McLaren a vécu un week-end incroyablement difficile à Spa, et une amélioration notable des performances des monoplaces anglaises n'est hélas pas prévisible à Monza, bien au contraire.

McLaren souffre en vitesse de pointe, alors même que Monza est le circuit de puissance moteur par excellence. Il faudra sans doute que Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne réalisent des prouesses, rien que pour parvenir en Q2...

En attendant, Fernando Alonso essaiera de savourer son très probable dernier Grand Prix d'Italie...

"Monza est un circuit très spécial pour moi et j'ai beaucoup de très bons souvenirs ici. La sensation que procure Monza est différente de bien des circuits, peut-être en raison de son histoire, ou des fans, je ne suis pas sûr. Mais les émotions que vous ressentez quand les fans envahissent la piste après la course... c'est unique au monde! Il y a tant de passion ici."

"Pour nous, nous savons que ce week-end sera difficile, comme à Spa. Des meilleures pistes arrivent pour nous, bien sûr, mais Monza joue sur toutes les faiblesses de notre package. Nous devrons juste travailler aussi dur que possible pour voir ce qu'il est possible de faire."

"Après l'accident à Spa dimanche dernier, je sais que l'équipe a travaillé très dur pour s'assurer que nous ayons assez de pièces pour cette course - qui arrive tout de suite après Spa. Je leur suis très reconnaissant et je donnerai le maximum, même si je sais que ce sera un week-end difficile."

Stoffel Vandoorne n'a plus le choix de son côté: pour garder son volant l'an prochain, il devra réussir un coup à Monza ou lors des prochaines courses.

"Bien sûr, Monza sera un défi pour nous, comme nous en avons fait l'expérience à Spa. Notre voiture souffre sur des pistes à haute vitesse et à faible appui, et Monza, c'est probablement la version extrême de ce type de circuits!"

"Malgré tout, l'équipe travaille aussi dur que possible pour s'assurer que nos Grands Prix soient aussi bons que possible. Je suis autant déterminé que les gars de l'équipe pour obtenir le meilleur résultat, en dépit des limites de notre package."

"J'apprécie vraiment de courir à Monza. La piste est incroyable, et a beaucoup d'histoire. Tout pilote de F1 ne peut ignorer sa réputation, puisque c'est l'une des pistes les plus célèbres et excitantes du calendrier."

Gil de Ferran est chargé de maximiser la performance en piste des McLaren chaque week-end... Autrement dit, son travail tient de la tâche herculéenne à Monza. Il surveillera aussi de près Lando Norris, qui sera en piste une nouvelle fois en EL1.

"Toute l'équipe adore retourner en Italie chaque année. Monza est un lieu légendaire, les fans sont incroyables et nous savons, en tant que racers, à quel point ce Grand Prix est spécial dans le calendrier."

"Une fois de plus, nous donnerons à Lando [Norris] un peu plus d'expérience derrière le volant de la MCL33 le vendredi matin, en EL1. C'est une autre opportunité pour lui de continuer son développement, cette fois dans la voiture de Stoffel, et de continuer à faire un travail positif pour l'équipe, comme il l'avait fait à Spa."

"Comme tout le monde l'a vu, notre dernier week-end fut difficile. Mais nous en avons retiré certaines leçons importantes. Maintenant, nous concentrons tous nos efforts sur notre préparation, pour connaître un Grand Prix d'Italie aussi bon que possible."
source: Nextgen-Auto.com

Monza va discuter de son contrat avec Liberty Media
La tenue du Grand Prix d'Italie ce week-end tombe bien puisque le circuit de Monza doit revoir son engagement avec la Formule 1 et veut négocier avec Liberty Media pour la tenue de l'événement dans les prochaines années.

"Ce ne sera pas simple, mais nous essaierons de repenser le contrat avec Liberty Media" explique Angelo Sticchi Damiani, directeur du circuit. "En Europe, les autres circuits souffrent beaucoup, l'Allemagne est en difficulté et de nombreuses sources disent qu'ils ne seront pas en mesure de financer le Grand Prix."

"Il est temps de se regarder dans les yeux. Nous ferons tout ce que nous pouvons pour continuer les discussions et ne pas s'arrêter en 2019. Nous voulons aller jusqu'en 2022, quand le Grand Prix de Monza aura 100 ans" conclut Sticchi Damiani.
source: Nextgen-Auto.com

A Monza, Mercedes pense souffrir face à Ferrari cette année
Mercedes a pu profiter de la pluie à Spa pour signer la pole et priver Vettel d'une domination totale en Belgique, mais l'équipe allemande n'a rien pu faire contre la vélocité des Ferrari sur la distance de la course.

C'est évidemment un signe négatif avant d'aborder Monza, le circuit le plus rapide du calendrier selon Toto Wolff, le directeur.

"Nous ne sommes pas revenus dans la forme souhaitée après la pause estivale. La course de Spa a clairement montré que la Ferrari était la meilleure voiture sur cette piste, tant en termes de performance que de gestion des pneus. En fin de compte, nous n'étions tout simplement pas assez rapides pour menacer Vettel après avoir pris les devants au premier tour", commence l'Autrichien

"Pour ce qui est des points positifs, nous sommes tout de même repartis avec plus de points que Ferrari - grâce à de solides efforts de Lewis et de Valtteri mais aussi à cause de la malchance du côté de Räikkönen", reconnait-il.

"Cependant, il est clair que nous devons trouver plus de performance si nous voulons continuer à marquer plus de points que nos concurrents. Au cours de cette saison, l'équilibre des performances a changé à plusieurs reprises entre Ferrari et nous, donc personne ne peut rien prendre pour acquis à ce stade. Il suffit de garder la tête dans le guidon, de nous concentrer sur le développement de notre voiture et de prendre les choses course par course."

Wolff souligne un autre point positif: le comportement de l'évolution 3 du moteur 2018 dimanche dernier.

"Nous avons fait un grand pas en avant en Belgique avec nos nouveaux moteurs mais nous devons continuer à développer rapidement au cours des prochaines semaines."

Mercedes arrive maintenant sur les terres de Ferrari, à Monza, en Italie. Ce circuit a été très favorable aux Flèches d'Argent ces dernières années. Mais le moteur Ferrari est devenu le plus performant selon le paddock. Alors qu'espère Toto Wolff pour ce week-end?

"Nous attendons avec impatience la course à Monza - la dernière des courses européennes et un Grand Prix avec une ambiance vraiment géniale, grâce à des milliers de fifosi. L'année dernière, nous avons célébré un doublé à Monza. Cette année, personne ne s'attend à ce que ce soit facile et nous devrons muscler notre jeu pour aller chercher la victoire. La Ferrari a été incroyablement rapide sur les lignes droites, ce qui est certainement un avantage sur un circuit comme Monza. Mais nous allons les affronter avec tout ce que nous avons."
source: Nextgen-Auto.com

Jos Verstappen ne comprend pas la décision de Ricciardo
Daniel Ricciardo a créé la surprise cet été en passant de Red Bull à Renault pour 2019. L'Australien a eu envie d'un nouveau défi et il s'est aussi dit qu'il quittait l'équipe à cause de tensions avec Max Verstappen. Ce qui nie en bloc le père de ce dernier.

"Je suis 100% certain de cela" explique Jos Verstappen. "Ils s'entendent très bien. Il y a évidemment de la compétition en qualifications et en course, mais leur relation est très bonne, de mon point de vue."

"C'est pour ça que je ne comprends pas [la décision de Ricciardo]. Passer d'une équipe de pointe à une plus petite équipe, je ne sais pas si c'est la bonne décision. Je n'aurais pas fait ça."

Il a également nié le fait que Red Bull avantage Max Verstappen, qui a signé très rapidement une prolongation de contrat, et rappelle que l'équipe a pour habitude de jouer l'équité: "Ils l'ont toujours fait dans le passé et ils le font encore."

Enfin, Jos Verstappen a salué la décision de Red Bull de recruter Pierre Gasly aux côtés de son fils, rappelant que les deux n'ont, à priori, pas de souci l'un avec l'autre: "C'est comme ça que ça devrait être. Je pense que Max s'entend bien avec Pierre."
source: Nextgen-Auto.com

Force India était à quelques jours d'une fermeture définitive
Otmar Szafnauer a été désigné directeur d'équipe de la nouvelle entité Racing Point Force India, qui succède immédiatement à Force India au Championnat du monde 2018.

Le nouveau directeur reconnaît que le sauvetage opéré par la mise en administration lancée par Sergio Pérez et le rachat par Lawrence Stroll se sont faits à quelques jours seulement d'une fermeture définitive.

"C'était assez proche" reconnaît Szafnauer. "Je pense que certains des créanciers avaient des actions en justice pour emprunter la voie de l'insolvabilité plutôt que la voie de l'administration. La différence significative est qu'en cas d'insolvabilité, vous fermez les portes et vous vendez les actifs et c'est terminé."

"Avec l'administration, l'administrateur essaie de trouver une solution pour que l'entreprise puisse continuer à fonctionner. Et nous étions très près de basculer dans l'insolvabilité plutôt que dans l'administration. Ce n'était qu'une question de jours ou de semaines. La solution était donc bonne pour l'équipe, les employés, les fans et je pense que la Formule 1 en général."

Maintenant que l'équipe est repartie sur de bons rails, non sans un imbroglio de dernière minute, jeudi dernier, en Belgique, cela permet de voir venir: "Toutes les dettes seront payées à 100% par le nouveau consortium qui a acheté l'équipe. Nous ramènerons la dette à zéro. C'est juste une question de timing du moment où cela se produit. Les nouveaux propriétaires ont également l'intention d'investir dans les ressources de l'équipe à moyen terme."

"Il s'agira d'un plus grand nombre de personnes, embauchées stratégiquement, et ce sera aussi une infrastructure plus technique. Par exemple, je pense que nous avons commandé la prochaine étape de notre mise à niveau de la CFD (dynamique des fluides par ordinateur). C'est un petit exemple, il y aura d'autres choses."

Racing Point Force India a bien débuté à Spa avec 18 points d'un coup, et vise toujours la sixième place qu'était la sienne avant de voir ses points annulés chez les constructeurs: "Nous devons maintenant continuer à faire ce que nous faisons le mieux, et c'est avec les ressources dont nous disposons, les ressources humaines et les infrastructures dont nous disposons, c'est de faire de notre mieux avec la voiture sur la piste."

"Et maintenant que notre situation financière s'est légèrement améliorée, nous devons aussi voir comment nous pouvons l'élargir pour accroître encore davantage notre performance. Ce sont les deux choses que nous devons faire. L'une est immédiate et l'autre un peu plus à mi-parcours."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean espère toujours 'des opportunités' pour sa carrière
La place de Romain Grosjean l'an prochain en F1 est loin d'être assurée. Le pilote français pourrait être remplacé par Sergio Pérez ou Charles Leclerc chez Haas.

Monza est un circuit où l'avenir des pilotes se joue ou se dévoile parfois. Romain Grosjean en sait-il donc plus, alors que le Grand Prix d'Italie est prévu ce week-end?

"Oui et non... Je pourrais être fixé sur mon avenir demain, ou dans un mois. Vous ne savez jamais dans ce sport. Je serais très heureux de rester. Il pourrait y avoir d'autres opportunités qui pourraient être bien sympathiques aussi. Je ne sais pas. Ce que je sais, c'est que je veux rester en F1. Je suis chanceux d'être un pilote avec de l'expérience, avec 10 podiums en F1 aussi. Il n'y a pas beaucoup de pilotes ici qui ont obtenu autant de podiums et qui ont autant d'expérience. Cela joue en ma faveur. Bien sûr, le début de la saison ne plaide pas pour moi en revanche, parce qu'il ne fut pas formidable. Mais je suis confiant, j'ai réglé la plupart des problèmes que j'avais et je suis prêt à avancer."

Romain Grosjean assure qu'il a fait en sorte de corriger ses points faibles: mais quels étaient-ils en particulier?

"J'ai commis des erreurs que je n'aurais pas dû commettre. J'ai pris le problème à la racine, pour comprendre pourquoi. Au début de cette année, le maniement de la voiture n'était pas aussi bon qu'espéré. Mais cela ne signifie pas que je n'étais pas rapide. C'était un problème un peu plus complexe que cela."

Le Français pourrait-il profiter de l'effet domino provoqué par Daniel Ricciardo sur le marché des transferts, pour saisir une opportunité au cas où?

"Cela a ouvert un peu le marché. Chaque fois qu'un pilote part à la retraite, c'est le cas. Il y a un volant de disponible chez McLaren potentiellement. Red Bull a bien sûr promu Pierre Gasly. Mais ils savent qu'ils sont dans une situation difficile avec Toro Rosso, parce qu'ils n'ont plus assez de jeunes pilotes ayant une Superlicence. C'est en fait assez amusant. Peut-être que cela va ouvrir des opportunités pour certaines personnes, donc nous verrons."

En rejoignant Haas, Romain Grosjean visait initialement un volant Ferrari à court ou moyen terme. Sent-il que le vent a tourné? Espère-t-il encore un volant dans une écurie de pointe aujourd'hui?

"Je n'ai pas de boule de cristal... Peut-être que ça pourrait être le cas. Ou non. On ne sait jamais. Bien sûr, si je cours, c'est pour gagner des courses et être Champion du monde. Aujourd'hui, la F1 est assez fermée, les écuries de pointe sont toujours les mêmes, ce qui est un peu dommage. J'espère que ça va s'améliorer dans le futur. Mais d'un autre côté, Daniel qui va chez Renault, c'est un peu une surprise pour tout le monde. Red Bull a promu Pierre, ce qui est formidable pour lui, mais ils auraient aussi pu s'intéresser à un pilote avec plus d'expérience, et alors, la chance aurait pu frapper à votre porte. On ne sait jamais."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo et Verstappen savent que rien ne sera facile à Monza
Comme l'an dernier, Daniel Ricciardo écopera de pénalités moteur sur la grille à Monza. Red Bull a confirmé que l'Australien devrait changer ses pièces moteur, alors qu'il a déjà dépassé son quota.

Qu'importe, comme l'an dernier encore, il tentera de réussir une très belle remontée dans le peloton avec une stratégie agressive.

"Monza déborde de fans italiens. Je les adore tous et c'est sympathique d'être un peu plus aimé encore grâce à mes racines italiennes! Monza a les meilleures pizzerias du monde, mais je ne vais pas vous dire leurs noms, puisque j'aimerais toujours y aller sans faire la queue pendant des heures!"

"La piste est belle, elle est très rapide et elle est incroyable. J'ai réalisé certains de mes plus beaux dépassements ici, et je prévois d'en faire encore plus cette semaine, puisqu'il semble que je vais devoir écoper de pénalités moteur. Bien sûr, ce n'est pas idéal, mais Monza, c'est une course de puissance moteur - et nous n'y avons pas été en très bonne forme ces dernières années. Pour moi, ça s'annonce très amusant, et très animé dimanche! L'an dernier, j'ai fini 4ème en partant 16ème, donc je ne vais pas m'ennuyer!"

Contrairement à son coéquipier, Max Verstappen pourrait être en mesure de défendre ses chances à la loyale ce week-end. Qui sait, avec un peu de pluie en qualifications, une surprise est envisageable...

"Monza, c'est une piste rapide, très rapide. Elle est très amusante mais dans le même temps, elle n'est pas idéale pour nous et notre voiture. C'est une piste old-school, une des dernières qui restent, donc courir ici, sur une piste tant chargée d'histoire, est tout à fait spécial. Et j'ai toujours hâte de revenir ici."

"Les meilleurs virages de ce circuit? La dernière chicane, Ascari, et le dernier virage, la Parabolica. Prendre le dernier virage à la corde n'est pas facile, mais quand vous y arrivez, c'est vraiment sympathique."

"J'ai été à Milan à plusieurs reprises, mais seulement pour le business, donc je n'ai pas eu l'occasion de visiter la ville. Mais la nourriture est une des meilleures au monde."

"Les fans italiens arriveront en force, comme toujours, pour supporter Ferrari, puisqu'ils sont très passionnés, et c'est vraiment agréable à regarder. J'espère que la foule orange pourra rivaliser avec la foule rouge cette année!"
source: Nextgen-Auto.com

Stroll a bien rendu viste à Racing Point FI hier
Lance Stroll a bien rendu visite à celle qui devrait être sa future équipe, en 2019 au plus tard, Racing Point Force India.

Le Québécois a visité les installations de Silverstone ce mardi, désormais détenues par son père et le consortium d'investisseurs qu'il a réussi à mobiliser autour de son projet.

Stroll aurait également moulé son baquet mais il devrait tout de même courir ce week-end chez Williams, ce qui laisse un répit à Esteban Ocon, pilote Racing Point FI.

Le Français est annoncé sur le départ vers McLaren, dès Singapour, si Stroll arrive à ce moment-là. Mais sa grande taille l'empêcherait d'être vraiment à l'aise à bord de la MCL33 à moteur Renault.

Ocon pourrait s'en accommoder selon quelques sources... ou être privé de la fin de la saison en attendant 2019 et l'arrivée de la MCL34. Selon les dernières rumeurs, McLaren est bien la dernière chance qu'il reste au Français pour sauver sa place en F1 à court terme.
source: Nextgen-Auto.com

Ericsson progresse et veut continuer sur sa lancée
Marcus Ericsson a vécu un début de saison difficile face à Charles Leclerc, mais le Suédois ne perd pas espoir de bien figurer à Monza, et lors des courses suivantes. Il aime à rappeler qu'il est souvent meilleur sur les courses de fin de saison.

"Je suis un gars de la deuxième moitié de l'année!" s'amuse-t-il. "Pour une raison ou une autre, je suis toujours fort en deuxième partie d'année, mais j'ai eu de bonnes vacances d'été et j'ai analysé la première moitié de l'année."

"J'ai essayé d'aborder ce week-end avec une approche un peu différente, en essayant de me concentrer encore plus sur moi-même et de ressentir davantage la voiture. Je me suis vraiment concentré sur cela et sur mes sensations lorsque je conduis."

Il pense que ça a déjà porté ses fruits avec une quatrième entrée dans les points: "J'ai eu l'impression que tout le week-end, j'étais plus à l'aise dans la voiture que je ne l'ai été depuis longtemps. Tout le week-end, j'ai été très fort, j'ai été vraiment sur un bon rythme vendredi et même samedi en qualifications."

"Aussi comparé à Charles, puisque c'est la comparaison facile que tout le monde fait, nous étions très proches ce week-end. C'est l'objectif pour moi, cette lutte l'un contre l'autre, et je pense que j'ai fait du bon travail là-bas. Je dois continuer ça à Monza cette semaine."

Compte tenu de la précarité du marché des transferts et de la place de chacun des pilotes, Ericsson est conscient que les bonnes performances seront cruciales pour obtenir un bon volant l'année prochaine, alors qu'il reste encore la moitié de ceux-ci non attribués officiellement..

"C'est très important et je pense que cette période de l'année va être critique. Dans les cinq dernières courses, j'ai marqué des points à trois reprises et j'ai marqué le double des points sur la même période."

"Je pense que c'est une bonne statistique qu'il est important de montrer à Fred [Vasseur, directeur de Sauber] et à l'équipe pour voir que je fais une différence. Il faut donc que je continue à faire de telles performances parce qu'il sera essentiel que j'obtienne un contrat pour l'année prochaine."

"Maintenant, l'équipe s'améliore de plus en plus et je sais que la compétition pour les sièges est beaucoup plus élevée qu'elle ne l'a été au cours des deux ou trois dernières saisons ici. Maintenant, c'est un environnement très compétitif, et je sais qu'il y a beaucoup de pilotes intéressés. Je dois donc continuer à marquer des points et à faire de bonnes performances."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.