En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 31 Août 2018

Ferrari - Pas de pression pour confirmer notre duo 2019
Le nouveau directeur exécutif de Ferrari Louis C. Camilleri, est présent à Monza ce week-end.

Il a logiquement été interrogé sur le futur duo de pilotes de Ferrari, pour 2019 et, éventuellement 2020.

Camilleri est un ami de Kimi Räikkönen, ce qui pourrait avantager le Finlandais alors que Charles Leclerc attend sa chance.

"Nous ne sommes fixés aucun délai pour décider", dit-il.

L'homme de 63 ans a été désigné à la tête de Ferrari à la suite du décès soudain de Sergio Marchionne, qui avait l'air de préférer Leclerc pour épauler Sebastian Vettel.

Malgré tout, Räikkönen effectue cette année sa saison la plus solide depuis qu'il est revenu chez Ferrari en 2014, comptabilisant 8 podiums sur les 13 courses déjà disputées. Ces résultats pourraient être le sésame pour se voir offrir par Ferrari un nouveau contrat?

"Encore une fois, nous n'avons pris aucune décision pour le moment. Quand nous aurons pris cette décision, et il n'y a aucun délai, vous serez les deuxièmes, après l'équipe, à savoir. "

"Je connais très bien Kimi. C'est depuis longtemps un bon ami. Quant à prendre une décision, il s'agit d'une décision d'équipe. Dans la mesure où Maurizio Arrivabene est notre directeur d'écurie, c'est en fin de compte à lui que reviendra la prise de décision. Mais nous allons en discuter. Dès que nous saurons, nous vous dirons."

Camilleri souligne toutefois que l'heure n'est plus à opérer de grands changements chez Ferrari, et salue le travail accompli par l'équipe en 2018.

"L'équipe est lancée sur un bel élan. J'en suis heureux. C'est une grande équipe et je ne m'attends à aucun changement majeur. Je caresse l'ambition, comme tout le monde, de gagner les titres."
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul juge 'inadmissible' la colère de Verstappen envers Renault
La fiabilité de l'unité de puissance Renault est un sujet prêtant à controverse entre Red Bull et le motoriste tricolore, et les deux points de vue, au fur et à mesure des semaines, paraissent de plus en plus irréconciliables.

Max Verstappen a récemment redoublé de virulence dans ses critiques envers le moteur Renault: "Tu payes des millions pour un produit de qualité et puis tu dois à nouveau jeter l'éponge" déclarait, entre autres, le pilote Red Bull.

Cyril Abiteboul, que Nextgen-Auto.com a rencontré pour une interview exclusive dans le paddock de Monza, a dès lors tenu à remettre les pendules à l'heure: selon lui, la colère du Batave est "inadmissible."

"Il y a deux choses. Déjà, du point de vue de la fiabilité, nous faisons une saison qui n'est pas parfaite, mais qui est quand même aussi largement en progression par rapport à l'année dernière. L'an dernier, chaque organe dans le moteur connaissait de vraies faiblesses. Ici aujourd'hui, il n'y a qu'un seul organe qui nous pose véritablement un problème: il devrait y avoir la contre-mesure à partir de Sotchi - et j'espère que ce problème sera alors éradiqué."

"Donc je trouve qu'on a déjà fait un progrès énorme par rapport à l'année dernière. En revanche effectivement, on est toujours dans une philosophie qui est d'être très ouverts sur les décisions client, quant à la possibilité d'utiliser les dernières spécifications, qui peuvent parfois nécessiter certaines adaptations liées à l'intégration de leur côté."

"C'est typiquement ce qu'on a fait avec Red Bull et avec McLaren, sur le MGU-K, pour ne pas le citer. On préfère travailler beaucoup plus en partenariat avec nos écuries plutôt que de les traiter en écuries B, C ou D."

Cette philosophie relativement "ouverte" a pourtant une conséquence contre-productive, comme l'explique Cyril Abiteboul.

"Ce que je regrette surtout, c'est que ce mode de fonctionnement, que je trouve honorable, nous a un peu pénalisés, en tout cas dans la perception, dans la communication. Et je trouve complètement inadmissible qu'un pilote comme Max Verstappen, qui a eu un seul problème de fiabilité cette saison... le seul problème de fiabilité qu'il ait eu, c'est sur un MGU-K. Red Bull avait décidé de ne pas adopter la dernière spécification technique, avec les problématiques de fiabilité associées. Et ça, je trouve que c'est juste inadmissible."

"Ce n'est pas la Red Bull qui impacte notre moteur, c'est le fait que le management de Red Bull n'ait pas souhaité prendre les dernières évolutions."

La 4ème place du classement, un objectif encore insatisfaisant pour Abiteboul et Renault

Au-delà du feuilleton Red Bull-Renault, Cyril Abiteboul doit aussi, et surtout, gérer l'écurie de course au jour et le jour, de ce week-end à Monza jusqu'à Abu Dhabi. L'objectif est de glaner la 4ème place au classement des constructeurs.

Il y a un an, lors du Grand Prix d'Italie 2017, Cyril Abiteboul nous indiquait justement "vouloir consolider notre 4ème place sur le plan de la performance pure et commencer à inquiéter le Top 3, même si nous savons que ce sera le plus difficile."

Un an après, qu'est-ce qui l'emporte chez lui: la satisfaction d'occuper actuellement la 4ème place au classement des constructeurs (même si Haas n'est plus très loin), ou la frustration d'être encore à une seconde des meilleurs?

"Pour répondre directement, c'est la frustration d'être aussi loin des Top 3. Parce qu'on n'est absolument pas entrés en F1 pour se glorifier d'être 4ème ou 5ème, ou d'être le meilleur des autres, 'le premier des derniers'... En tout cas, notre ambition, c'est de se battre pour des podiums, puis pour des victoires, puis pour le championnat le plus rapidement possible."

"Mais force est de constater que l'écart est important. Après, je pense qu'il faut arriver à être un peu plus fins dans les analyses. Je pense qu'on a un rythme de développement qui nous permet à peu près d'évoluer au même rythme que les autres, plus ou moins. Mais clairement, si on veut les rattraper, il faut développer plus vite que les autres. Déjà, développer aussi vite que les autres, c'est une satisfaction, car on parle quand même d'écuries qui sont des mastodontes, et qui ont des capacités de développement extraordinaires. Mais la réalité, c'est qu'il va falloir qu'on soit capable de développer plus vite qu'eux pour pouvoir les rattraper: ça reste l'ambition."

"Et il y a effectivement une frustration énorme de voir qu'on est absolument pas dans cette première ligne, même si on fait tout pour y arriver."

'Red Bull n'a pas voulu libérer Sainz pour nous, du coup, on a pris Ricciardo!'

Pour rattraper Red Bull l'an prochain, Renault pourra compter sur un duo séduisant, composé de Nico Hülkenberg et de Daniel Ricciardo.

"Déjà, c'est une association que l'on envisage bien, on se projette complètement là-dedans" détaille Cyril Abiteboul. "C'est un duo de pilotes qui devrait bien fonctionner, parce que ce sont deux personnes de talent, extrêmement intelligentes et matures, qui ont de l'expérience. L'un a 31 ans, l'autre 29 ans... On a des pilotes qui ont de l'épaisseur, et qui vont comprendre que leur intérêt numéro 1, c'est de faire progresser l'équipe. Et cela se fait à deux, pas en tirant la couverture à soi."

"Quand je vois comment Nico a accueilli la nouvelle, à savoir extrêmement positivement, ça montre, d'abord, la confiance qu'il a en lui, et ensuite, l'opportunité que cela présente pour lui, de démontrer son propre talent. Ricciardo prend un risque courageux, un risque sur l'équipe, mais aussi un risque personnel, d'aller se mesurer à un pilote qui n'a jamais évolué directement en opposition par rapport aux pilotes des top-teams. Et ce sera intéressant pour la F1 de manière générale."

Renault aurait pu engager Carlos Sainz, mais il aurait fallu que Red Bull libère l'Espagnol de son contrat. L'écurie autrichienne l'a fait pour McLaren, l'aurait-elle fait pour Renault?

"Non, ils ne l'ont pas fait. Red Bull voit que l'on présente une menace à moyen terme, et ils ne nous font absolument aucun cadeau. Et à la limite, j'en suis flatté. Effectivement, cela fait des semaines que l'on faisait des pieds et des mains pour voir comment on pouvait obtenir la release de Carlos Sainz, et d'une certaine façon, cette intransigeance les a pénalisés, parce que celui qu'on a pris, c'est pas Sainz, c'est Ricciardo!"

"Que Red Bull cherche à nous ralentir sur notre progression, cela montre qu'ils sont inquiets."

Toujours à propos des pilotes, Artem Markelov, qui appartient à la filière Renault, est courtisé par Williams pour 2019. Renault est-elle prête à le libérer?

"Bien sûr, on ne veut absolument pas entraver la progression de nos pilotes. C'est ce que l'on a fait avec Sergey Sirotkin l'année dernière, pourquoi pas le faire avec Markelov cette année. On sera attentifs aux propositions."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso évoque sa journée à Monza et son test en Indy
Fernando Alonso ne s'est pas beaucoup épanché sur la journée du jour à Monza, côté piste.

Comme prévu les McLaren Renault souffrent sur cette piste ultra-rapide.

"Ce fut une journée limitée par la pluie le matin et l'accident de Marcus l'après-midi. Nous avons perdu du temps. Je n'ai pas pu, par exemple, faire de longs relais avec les pneus, je vais essayer de faire ça demain matin", confie l'Espagnol.

Il révèle que McLaren a préféré préparer le prochain Grand Prix.

"Nous avons dû faire des tests pour Singapour, avec la force d'appui maximale. Ce sont des tests importants, pour essayer d'améliorer la voiture pour ce Grand Prix que nous aborderons avec plus d'optimisme. Monza est difficile, mais après, cela nous sera plus favorable pour les points."

Ce qui a surtout fait parler Alonso, c'est la confirmation de son test en Indycar la semaine prochaine. Il a fait remarquer que ces tests ne sont pas décisifs pour sa décision pour la saison prochaine.

"En fait c'était déjà convenu quand j'ai annoncé mon retrait de la Formule 1 que je ferai ce test en IndyCar, c'était déjà prévu de le faire depuis des mois, avant même de prendre ma décision."

"J'aime essayer toutes sortes de voitures. L'année dernière, Andretti a voulu me faire essayer la configuration de la voiture sur un circuit routier mais il n'y avait pas de temps pour ça. Cette année, nous en avons l'occasion, mais pour l'année prochaine je ne pense pas que ce sera un jour clé. C'est un test pour m'amuser et voir comment les Indycar se comportent sur un circuit normal. Ma décision pour l'année prochaine ne se fera pas mercredi."

De son côté, Stoffel Vandoorne a roulé lors de la séance qui comptait, les Libres 2, sur le sec.

"Même si je n'ai pas fait les EL1 (remplacé par Lando Norris), je ne pense pas avoir beaucoup perdu par rapport aux conditions météorologiques. La Libre 2 était sèche et une séance beaucoup plus normale en dehors du crash de Marcus (Ericsson) au début."

"Je ne pense pas qu'il y aura des miracles pour nous ici ce week-end, nous nous attendions à ce que ce soit difficile et je pense que la libre 2 a déjà confirmé que cela va être difficile pour nous. Nous verrons ce que nous pourrons faire demain."
source: Nextgen-Auto.com

Leclerc - Le problème de DRS a été résolu
Marcus Ericsson est violemment sorti de la piste au début des Libres 2, lorsque son aileron arrière mobile (DRS) ne s'est pas refermé au freinage du premier virage, à près de 330 km/h.

L'accident a été spectaculaire et le Suédois a effectué plusieurs tonneaux. Il va bien mais ne s'est pas exprimé devant les médias ce soir à Monza.

Charles Leclerc a lui souffert du même problème de DRS sur sa Sauber, le Monégasque pense qu'une solution définitive sera trouvée d'ici demain.

"C'était très chaud parce que j'ai fait des tests après l'accident de Marcus. On ne savait pas si le DRS allait se fermer ou pas au bout de la ligne droite. J'ai eu le même problème en fait que Marcus mais j'ai eu plus de chance parce qu'il s'est refermé un peu plus tôt que lui", explique Leclerc.

"Nous avons trouvé le problème, nous l'avons résolu pour la séance en sacrifiant un peu de performance. Maintenant nous savons ce qu'il faut faire pour demain afin d'être à fond question performance."

Aujourd'hui Leclerc a dû désengager son DRS manuellement pour continuer à rouler lors des Libres 2.

"J'ai toute confiance en nos gars et je sais qu'ils savent ce qu'ils font lorsqu'ils m'envoient en piste. Si on me dit que c'est bon, alors ça l'est. Mais la cause est trouvée et nous avons fini la journée sur une bonne note avec le 9ème temps."
source: Nextgen-Auto.com

Un bon point de départ pour Hulkenberg et Sainz à Monza
Renault F1 a lancé ses préparatifs du Grand Prix d'Italie de F1 2018 sous le ciel couvert et pluvieux surplombant l'Autodromo di Monza.

Au petit matin, de fortes pluies se sont abattues sur le circuit de 5,793 km, détrempant alors la piste et limitant tout roulage. L'après-midi, les conditions se sont améliorées et ont permis à Nico Hülkenberg et Carlos Sainz de suivre le programme classique de comparaison des pneumatiques ainsi que des travaux aérodynamiques et mécaniques.

Nico a fini la journée au dixième rang en 1'23"063, un dixième de seconde seulement devant Carlos, douzième.

Alan Permane, Directeur sportif, revient sur cette journée côté technique.

"La piste était très mouillée au début de la première séance avant de sécher sur la fin. Nous avons chaussé les pneus pluie et intermédiaires sur les deux monoplaces. La voiture s'est bien comportée dans ces conditions et les deux pilotes ont atteint le top dix."

"Nous avons rempli notre programme lors d'un après-midi plus sec. Nous avons d'abord mené des essais aérodynamiques sur les deux voitures avant d'effectuer les traditionnelles simulations de qualifications et de course. Les monoplaces ont utilisé des niveaux d'appuis légèrement différents pour évaluer le compromis entre la vitesse de pointe et les performances en virage."

"Nous avons un peu roulé ce matin pour obtenir des données sur les pneus pluie et intermédiaires, et les retours étaient plutôt classiques: peu de choses à signaler!" note Nico Hülkenberg.

"Quand la piste a séché l'après-midi, nous avons eu l'occasion d'essayer de nouvelles pièces aérodynamiques qui semblaient bien fonctionner. Bien sûr, nous devons analyser les données pour tirer le maximum de notre voiture demain, mais c'est un bon point de départ."

Carlos Sainz ajoute que "c'était vraiment détrempé ce matin, mais c'était bien de réaliser quelques tours dans ces conditions."

"La voiture se comportait bien, comme c'était déjà le cas sous la pluie en Hongrie. Sur le sec, nous avons intégralement bouclé notre programme. C'était une bonne journée et nous devons maintenant tout étudier de près pour voir où nous pouvons trouver davantage de temps. Nous avons essayé de nouvelles pièces sur les deux voitures et nous allons tout assembler demain et tenter de nous positionner dans le top dix."

Nick Chester, directeur technique châssis, conclut:

"La pluie au début de la première séance ne nous a pas permis d'en apprendre beaucoup, mais nous sommes parvenus à travailler sur l'aspect mécanique. Comme nous l'avons vu sur d'autres pistes mouillées, la voiture fonctionnait bien dans ces conditions. Dans la seconde session, nous avons pu accomplir la majeure partie du programme normal, même si elle a été légèrement raccourcie avec le drapeau rouge au départ. Nos monoplaces avaient des niveaux d'appuis différents et nous allons examiner plus en détails les réglages pour en améliorer l'équilibre demain."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton est confiant mais place Ferrari devant Mercedes
Lewis Hamilton n'a presque pas roulé sur le mouillé et sur piste encore humide ce matin, et a donc profité de la séance de l'après-midi pour enchaîner les kilomètres. Il a semblé avoir quelques difficultés avec l'équilibre de sa monoplace dans les chicanes.

"Nous avons fait beaucoup de tours cet après-midi sur le sec et nous avons pu voir que, comme à Spa, nous avions un petit écart par rapport à Ferrari sur les courts et longs relais" déclare le Britannique.

"Mes tours de piste m'ont fait du bien, mais Ferrari a été un peu plus rapide aujourd'hui. Cela a été une grande bataille depuis un certain nombre de courses maintenant. Ils ont un petit avantage depuis le milieu de l'été. Mais nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour surmonter cela."

"Nous sommes tous en train de travailler d'arrache-pied dans chaque partie de l'équipe, et nous avons aussi du travail à faire ce soir. Mais il y a des domaines où nous pouvons voir des déficits. J'espère que nous pourrons faire un petit pas en avant en qualifications."

Il révèle que sa première séance n'a pas été palpitante: "Nous nous sommes réveillés avec des pluies torrentielles ce matin, ce qui signifie que la première session a été moins chargée que d'habitude. Nous avons fait quelques tours de piste, mais après, c'était comme une journée au bureau quand on n'a pas trop de travail à faire. J'étais même en train de dormir dans la voiture à un moment donné!"

Le coéquipier de Hamilton, Valtteri Bottas, a également été spectateur de la première séance: "Comme prévu, Ferrari semblait très rapide sur le sec. Ce ne sera pas facile, mais il nous reste encore quelques points à améliorer pour les qualifications. Par rapport à Spa, la voiture se sentait mieux dans les virages lents, ce qui est un bon pas dans la bonne direction. Les prévisions météo pour demain ne sont pas tout à fait concluantes, nous devons donc nous préparer à tout et beaucoup tourner lors des derniers essais libres, qu'ils soient secs ou mouillés."
source: Nextgen-Auto.com

Les Haas F1 proches du Top 10 après les Libres 2 en Italie
Les essais libres de Haas F1 se sont plutôt bien déroulés mais il n'est pas certain que l'équipe américaine puisse jouer la place de meilleure des autres ce week-end.

Malgré un moteur Ferrari que l'on dit plus puissant que le Mercedes, les Racing Point Force India pointaient un à deux dixièmes devant lors des Libres 2, sur le sec. La Sauber de Charles Leclerc et la Renault F1 Nico Hülkenberg sortaient même Romain Grosjean du Top 10.

Le Français reste toutefois confiant. "Ce fut une assez bonne journée. C'était mouillé ce matin et sec cet après-midi. J'étais assez heureux du fonctionnement de la voiture durant l'après midi, que ce soit à vide ou avec le plein. C'était bien. L'équipe a fait du bon travail de réglages sur la voiture avant d'arriver ici. Nous avons fait quelques ajustements de réglages avec les nouvelles pièces, mais vraiment la voiture a été bonne."

"Avec la piste mouillée de ce matin et le drapeau rouge en EL2 - où j'ai été content de voir Marcus (Ericsson) sortir indemne de sa voiture après un gros accident - nous avons essayé de boucler notre programme comme nous le pouvions. Nous avons perdu un peu de temps de piste, mais nous avons réussi à faire tout ce que nous voulions."

Kevin Magnussen était lui moins satisfait de sa VF-18 avec le réservoir moins rempli, en prévision des qualifications.

"Ce ne fut pas trop mal. Les EL1 se sont fait sur piste mouillée, mais nous avons pu effectuer quelques relais dans ces conditions, ce qui est bien pour avoir une petite idée sous la pluie. On dirait que cela va être sec demain, du moins, c'est ce que les prévisions météo ont l'air de dire."

"Nous avons eu un peu l'occasion durant les EL2 de nous préparer à cela. La voiture semble OK. Je pense qu'il y a encore un peu de travail à faire sur les relais à vide, mais cela a l'air correct avec le plein. Nous avons effectué du travail sur les réglages, comme toujours, et nous avons regardé comment faire travailler les pneus correctement ainsi que trouver un bon équilibre avec la voiture. Ce sont des trucs normaux, rien de spectaculaire. On devrait être bons demain."
source: Nextgen-Auto.com

Les Red Bull pas à l'aise à Monza, la course comme objectif
Les Red Bull ont semblé au même niveau qu'à Spa-Francorchamps, ce vendredi à Monza. En effet, les pilotes sont nettement en retrait des deux équipes de pointe, mais aussi largement devant le peloton emmené par les Racing Point Force India.

"C'était bien aujourd'hui, les mêmes conditions pour tout le monde" a déclaré Max Verstappen. "Heureusement, nous avons eu une deuxième séance sur le sec où nous avons pu essayer un certain nombre de choses. En qualifications avec des conditions sèches, je pense que nous sommes trop lents, mais à long terme, cela semble plus positif. Si c'est suffisant pour vraiment se battre, je ne pense pas."

"Du point de vue de la voiture, le comportement était bon, je suis content. Mais c'est certainement la pire piste pour nous, je ne m'attends pas à des miracles et nous allons essayer d'en tirer le meilleur parti. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'opter pour une stratégie pneumatique différente demain, car les deux composés se sont très bien comportés."

Verstappen ne sait pas s'il installer la spécification C demain dans sa voiture: "Je ne sais pas encore si nous utiliserons le moteur C demain, nous déciderons cela au dernier moment lorsque nous aurons examiné les données. Nous devons juste continuer à travailler et essayer d'améliorer notre voiture et ensuite nous verrons où nous en sommes."

Daniel Ricciardo a été victime d'un petit souci en début de première séance mais a pu rouler sans souci: "Nous avions l'air plus compétitifs sur les longs relais cet après-midi, mais sur les plus courts, Ferrari a été très rapide et nous avons encore un grand écart par rapport à Mercedes. Nous avons définitivement comblé l'écart sur les longs relais, ce qui est prometteur pour la course, mais il reste encore un peu à trouver."

"J'ai utilisé la spécification C pour la première fois qui semblait bien fonctionner. Nous ne saurons pas vraiment comment il s'est comporté jusqu'à ce que nous examinions les données, mais cet après-midi, nous avons fait du bon travail avec lui et nous espérons qu'il montre de bons chiffres. Demain, je ne roulerai pas beaucoup et il est possible que je ne participe pas aux qualifications car je vais commencer à l'arrière de toute façon. Je pense que dimanche, nous aurons une voiture assez bonne pour remonter le peloton et viser le Top 5."

Ricciardo a enfin une pensée pour Marcus Ericsson, violemment accidenté en début de deuxième séance: "Pour être honnête, c'est juste bon de voir que Marcus va bien parce que c'était un gros accident et un souci pour nous tous. Il a eu une journée bien plus dure que moi."
source: Nextgen-Auto.com

Perez et Ocon ont hâte de se mesurer aux qualifs demain
Très bonne première journée à Monza pour les Racing Point FI de Sergio Pérez et Esteban Ocon.

Le Mexicain a profité des conditions de piste allant en s'asséchant ce matin pour signer le meilleur chrono des Libres 1. Mais c'est la compétitivité de la VJM18 sur la piste sèche, lors des Libres 2, qui réjouit surtout les deux pilotes de l'équipe fraichement sauvée de la faillite.

"Ce fut une bonne journée et je suis assez confiant quant à notre niveau de performance pour ce week-end à Monza", commente Sergio Pérez.

"Les vendredis ne signifient pas grand chose, mais il est toujours agréable de terminer la séance du matin en tant que pilote le plus rapide. Dans l'après-midi, nous avons travaillé sur nos réglages et nous avons trouvé une très bonne base de référence."

"Je suis vraiment impatient de me lancer dans les qualifications demain car nous avons de bonnes chances d'être dans les meilleurs, quel que soit le temps. Nous avons pu rouler sur tous les types de gommes et dans toutes les conditions, alors nous sommes bien préparés."

"La journée a été bien remplie avec une bonne préparation pour le week-end", poursuit Esteban Ocon.

"Nos septième et huitième temps de la deuxième session montrent que nous avons un bon rythme sur le sec comme sur le mouillé. Je suis optimiste pour demain! La voiture a été rapide toute la journée, mais il y a des domaines où nous pouvons nous améliorer et je pense qu'il y a plus à venir."

"La deuxième session a été plus courte que d'habitude à cause du drapeau rouge, mais c'est la même chose pour tout le monde et je pense que nous sommes aussi bien préparés que tous les autres."
source: Nextgen-Auto.com

Williams envisage un week-end meilleur que les précédents
L'équipe Williams a vécu un vendredi moins pire que les autres. Affichant un bon rythme sous la pluie ce matin, l'équipe a semblé capable de devancer McLaren et de lutter face à Toro Rosso en deuxième séance.

"C'était un très bon vendredi. Nous avons eu un bon rythme sur le mouillé, mais il est difficile de dire comment nous serons demain car nous ne savons pas quel temps il fera" analyse Sergey Sirotkin. "La journée d'aujourd'hui a été faite de bonnes performances."

"Les conditions nous ont favorisé car elles n'ont pas été chaudes. J'ai eu quelques problèmes tout au long de mon tour que nous devons comprendre et voir si nous pouvons les régler ou non. Ils m'ont coûté pas mal de temps sur mon meilleur tour. Sans cela, je pense que nous n'aurions pas été loin des dix premiers, ce qui est bon signe. C'est un bon début de week-end."

Lance Stroll partage, non sans quelques réserves, l'optimisme du Russe: "C'est mieux que d'habitude, mais nous verrons ce que demain apportera. Nous avons l'air un peu mieux maintenant, mais le vendredi, il est difficile de savoir ce que les autres font avec les niveaux de carburant et tout cela, nous aurons une meilleure idée demain. Nous avons bien roulé et ce matin, c'était amusant de sortir sous la pluie pour quelques tours."

"C'était court, puisqu'il n'y a eu que trois tours, mais il a quand même ramené de bons souvenirs de l'année dernière. J'aime ce genre de piste, car c'est toujours amusant de freiner à 330 km/h et de viser le dernier mètre de la zone de freinage. C'est très difficile, car il faut vraiment s'y préparer et avoir la confiance nécessaire pour choper les freins le plus tard et moduler la pression au bon moment. À Monza, nous voyons aussi de beaux dépassements, ce qui nous donne un peu de chance de gagner des places dans la course, ce qui est génial."
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso à l'aise sous la pluie... moins sur le sec
Les pilotes Toro Rosso ont fait une belle première séance d'essais libres à Monza, mais ni Pierre Gasly ni Brendon Hartley n'ont pu réitérer sur le sec, en deuxième séance. Au contraire, la Toro Rosso semble souffrir de son manque de vitesse notamment dû au moteur Honda.

"Aujourd'hui a été une journée bien remplie" se félicite toutefois Gasly, cinquième ce matin. "Entre la pluie du matin et la sécheresse de l'après-midi, nous avons pu analyser la voiture dans les deux conditions. Nous avons eu un bon début de journée sous la pluie, et cet après-midi, nous avons fait du bon travail sur les longs relais."

"Dans l'ensemble, nous devons travailler et essayer de trouver plus de performance car la voiture ne se comportait pas très bien, je pense qu'il y a place à l'amélioration pour demain. Espérons qu'il y aura de la pluie pour nous, ce qui égalisera un peu le peloton et rendra les choses plus excitantes."

Brendon Hartley est du même avis que son équipier: "C'était un vendredi positif à Monza, j'étais quatrième ce matin sous la pluie et j'ai même mené un moment, ce qui était sympa! La voiture s'est très bien comportée dans les conditions intermédiaires ce matin, mais nous avons eu un petit problème avec elle l'après-midi."

"Cela a signifié que nous sommes restés longtemps dans le garage à cause de quelques problèmes sur la carrosserie. Nous avons manqué un peu de temps de roulage, mais je dirais quand même que c'était une bonne journée et que nous sommes dans le bon rythme."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen frustré par une courte journée de travail
La pluie et l'accident de Marcus Ericsson ont ralenti le travail des équipes à Maonza aujourd'hui, c'est aussi le cas pour Kimi Räikkönen, au volant de sa Ferrari SF71H.

Le Finlandais était comme à son habitude peu prolixe en termes de commentaires à l'issue de cette séance libre 2 prometteuse pour Ferrari ce week-end.

"Malheureusement, nous n'avons pas pu rouler beaucoup aujourd'hui. Ce matin, il pleuvait et il y avait tellement d'eau sur la piste au début. Et dans l'après-midi Ericsson a eu un accident quelques minutes après le drapeau vert, ce qui a provoqué un drapeau rouge. Ce n'était pas évident de travailler sur les réglages dans ces conditions", commente le pilote Ferrari.

"Dans l'ensemble, je reste heureux avec le peu que nous avons pu faire sur le sec, c'était sans doute une chance de nous mettre dans la bonne direction pour la suite."

"Demain, nous poursuivrons le travail entamé aujourd'hui, ce que nous avons l'habitude de boucler le vendredi normalement. Nous aurons différentes choses à essayer."

Räikkönen est optimiste.

"La voiture est compétitive ici comme ailleurs. Alors, sans aucun doute, je vais essayer de gagner dimanche, comme toujours."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel est 'confiant' malgré sa sortie de piste à Monza
Sebastian Vettel a signé le meilleur temps du jour à Monza, malgré une sortie dans les graviers à la Parabolica, heureusement sans conséquence pour lui.

L'Allemand estime sa voiture assez compétitive ici, après les Libres 1 et 2, même s'il a très peu tourné ce matin sous la pluie.

"Aujourd'hui, nous avons eu droit à un peu de tout, je n'ai pas fait grand chose ce matin, mais les choses se sont bien passées l'après-midi. L'équilibre de la voiture n'est pas encore parfait. Je pense que nous pouvons travailler là-dessus pour demain, même si nous ne savons pas quel temps il fera, mais la voiture fonctionne et nous avons encore du potentiel à en tirer."

Pourquoi a-t-il si peu tourné sur piste mouillée ce matin?

"Nous avons eu un petit problème, je voulais rouler mais nous avons dû vérifier ce qu'il en était", commente Vettel, sans confirmer la nature du problème.

"C'était bien de revenir en piste cet après-midi, même si j'ai perdu un peu de temps lorsque je suis sorti de la piste. J'ai juste poussé un peu trop fort."

Räikkönen estime que Ferrari a de bonnes chances de gagner dimanche.

"Il semble mieux connaître notre situation que moi", répond Vettel.

"Je ne sais pas mais la voiture a bien fonctionné, donc nous espérons confirmer dans les prochains jours. La voiture est assez compétitive."
source: Nextgen-Auto.com

GP d'Italie - Essais libres 2
Le palpitant des spectateurs postés au circuit de Monza (Italie) a bondi dès les premières minutes de la seconde séance d'essais libres du vendredi. Alors à l'entame de son premier tour chronométré, Marcus Ericsson (Sauber) est parti dans une impressionnante série de tonneaux au niveau du premier freinage.

Le Suédois a perdu le contrôle de sa machine à cause d'un DRS récalcitrant; celui-ci a refusé de se refermer lors que le pilote a planté les freins. Quelque peu sonné, Marcus Ericsson est heureusement sorti de l'épave par ses propres moyens avant d'être emmené au centre médical pour un check-up de routine.

Revenu dans son stand, le pilote Sauber a pu regarder la fin de la séance et notamment un relatif retour à la normale. Sur une piste désormais sèche, la hiérarchie est devenue normale, avec les écuries de pointe à l'avant et les outsiders en milieu de tableau.

Magie de la Formule 1, le code couleur est parfaitement agencé: deux bandes rouges (les Ferrari) devancent une paire de bleu (Mercedes), du bleu marine (Red Bull) puis le rose (Racing Point Force India). Sebastian Vettel (Ferrari) a été le plus rapide de ce lot grâce à un tour en 1'21"105 réalisé en gommes super tendres.

L'Allemand s'est fait toutefois une sacrée chaleur à une demi-heure du terme. Le porteur du numéro 5 est rentré trop vite dans la Parabolique, a perdu l'adhérence et a fini dans les graviers à l'extérieur, éraflant un bout d'aileron arrière.

Les Mercedes tiennent la comparaison malgré des performances disparates (Lewis Hamilton troisième à 287 millièmes, Valtteri Bottas quatrième à 698 millièmes). Il suffit de remonter jusqu'aux Red Bull pour constater un écart de l'ordre de la seconde pleine.

Dans sa lutte interne, Esteban Ocon (Racing Point Force India) bat d'un cheveu son équipier Sergio Pérez, lequel avait réalisé la meilleure performance de la matinée. Gêné par le même problème de DRS que son collègue Marcus Ericsson, Charles Leclerc (Sauber) s'insère dans le Top 10 avec le neuvième temps, devant les Renault et les Haas. Pierre Gasly (Toro Rosso) est rentré dans le rang avec son 14ème chrono. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Alonso ne souffre pas de son 'faible' palmarès en F1
Fernando Alonso le concède sans problème: s'il disposait d'une voiture capable de gagner des courses, il n'aurait pas pris sa (première?) retraite de la Formule 1, à partir de la fin de l'année.

L'Espagnol admet toutefois qu'il ne s'amuserait tout de même pas autant que dans d'autres disciplines.

"J'ai lu que je m'arrêtais parce que je n'étais pas compétitif, ce qui est en partie vrai. Si je gagnais toutes les courses, je serais encore là. Mais c'est aussi vrai que ce ne serait pas aussi amusant qu'ailleurs parce que la Formule 1 est trop prévisible et seules deux équipes ont actuellement de vraies chances de gagner", confie le pilote McLaren.

Le palmarès de Fernando Alonso pourrait donc bien s'arrêter à 32 victoires et 2 titres de Champion du monde, pour celui qui est considéré comme l'un des meilleurs pilotes au monde mais avec relativement peu de succès par rapport à d'autres.

"Je comprends de ce que les gens pensent, que c'est dommage. Je les remercie de me considérer comme l'un des meilleurs mais il ne faut pas avoir de la peine pour mon palmarès: je me sens extrêmement chanceux et privilégié d'avoir réussi tout ça. La F1 et le sport m'ont beaucoup donné, je ne pense donc pas au côté négatif sur mon nombre de titres."

"Il est vrai qu'avec 5 ou 7 points en plus, ici ou là selon les années, j'aurais pu être au moins 5 fois Champion du monde. Mais j'aurais aussi pu en avoir 0, avoir 0 victoire ou 0 podium parce qu'il faut être au bon endroit au bon moment en F1. Beaucoup de pilotes de talent en ont souffert ou en souffrent encore. Moi j'ai pu réussir certaines choses."
source: Nextgen-Auto.com

Stroll adoubé par Jordan comme propriétaire de Racing Point FI
Directeur de l'équipe Jordan, qu'il a fondée puis dirigée entre 1991 et 2005, Eddie Jordan a vu sa structure évoluer plus ou moins positivement.

D'abord sous les traits de Midland, dirigée par le magnat russe Alex Shnaider, puis en tant que Spyker, avant que Force India ne vienne sur la grille pendant un peu plus de 11 saisons, jusqu'à ce que Lawrence Stroll en prenne le contrôle la semaine dernière.

Eddie Jordan loue le travail de Shnaider, Colin Kolles et Vijay Mallya, artisans de la survie de l'équipe: "Ce qu'ils ont tous fait est remarquable. Les réalisations de Force India, quand on pense au peu de moyens qu'ils ont eu au cours des dix dernières années, sont absolument stupéfiantes."

L'Irlandais a également tenu à exprimer toute sa confiance envers Lawrence Stroll.

"Je peux vous dire que l'homme dévoué à la réussite, Lawrence Stroll, fera un travail incroyable ici. Regardez ce qu'il a fait avec Tommy Hilfiger. Regardez ce qu'il a fait avec Michael Kors. Regardez ce qu'il a fait avec toutes les marques dans lesquelles il a été impliqué."

Stroll est en effet l'un des responsables du succès des deux marques citées, et Jordan explique que Racing Point Force India pourrait elle aussi valoir de l'or entre ses mains.

"L'homme a une touche de Midas. S'il peut mettre 10% de cette touche dans cette équipe, cette équipe sera absolument géniale."
source: Nextgen-Auto.com

Vasseur - Si on enlevait les chicanes à Monza, ça nous profiterait!
D'une certaine manière, Sauber court aussi à domicile cette semaine à Monza: le sponsor-titre de l'écurie suisse est Alfa Romeo, et Sauber est bien sûr motorisée par Ferrari.

Ce week-end particulier devrait d'ailleurs, sur le papier, être profitable aux monoplaces blanches: la puissance de l'unité de puissance Ferrari, dans sa dernière spécification, avantagera forcément Sauber Alfa Romeo ce week-end à Monza.

Frédéric Vasseur, que Nextgen-Auto a rencontré dans le paddock, s'estime par conséquent assez confiant sur la compétitivité de son équipe devant le public lombard, même s'il regrette en plaisantant que la FIA n'ait pas pensé à "enlever les chicanes"!

"Je pense qu'on est plutôt dans une dynamique générale positive, et qu'on progresse course après course, même si on a été un peu malchanceux - ou manqué d'opportunisme - depuis deux ou trois week-ends" regrette-t-il.

"Mais peu importe, le niveau de performance s'élève, et Monza est, sur le papier, quelque chose qui nous convient bien."

En parallèle de ce week-end de course, Frédéric Vasseur doit encore gérer l'annonce du line-up de Sauber pour 2019. Charles Leclerc et Marcus Ericsson seront-ils conservés? Antonio Giovinazzi est-il dans les starting blocks pour leur succéder? La silly season a été très animée, ce qui pour le moment suspend les plans de l'écurie suisse.

"En même temps, Monza, c'est encore très tôt" tempère le directeur français de l'écurie. "Très souvent, il ne se passait rien d'ici Monza. Là, c'est le vrai bazar. Ce que je veux surtout pour les miens, c'est qu'ils ne s'éparpillent pas trop, qu'ils pensent à Monza. Donc j'essaie de faire en sorte qu'ils demeurent concentrés sur la course."

En cette deuxième moitié de saison, Sauber doit résister au retour en force de Racing Point Force India - Lawrence Stroll a récemment racheté Force India.

Haas s'est opposée à ce que la nouvelle écurie Racing Point Force India touche les primes correspondant aux résultats de l'année précédente. De quel côté se range Frédéric Vasseur? N'aurait-il pas été plus intéressant - quoique plus cynique - de bloquer aussi le transfert de revenus à Racing Point Force India?

"Non, ça ne me gêne pas, dans le sens où il faut reconnaître à M. Stroll le fait de sauver une équipe. Encore une fois, plutôt que de se bagarrer sur la répartition des revenus de Force India, il est plus important d'avoir 10 équipes sur la grille, et non d'avoir quelques euros de plus, même si c'est beaucoup d'euros, pour Williams, Sauber, les petites équipes. Car ça ne va pas changer notre vie non plus."

"Mais si on commence à perdre des teams, on peut tous être dans la situation de Force India un jour, et on ne s'en sortira pas. Entre les textes et ce qui est fait, il y a toujours un peu d'écart. Je pense que l'intérêt commun est de faire ainsi."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso va tester une monoplace d'IndyCar le 5 septembre
A la suite de son départ acté de la Formule 1, Fernando Alonso cherche toujours une discipline où courir en plus du WEC, dont la saison se terminera en juin prochain avec l'édition 2019 des 24 heures du Mans.

L'Espagnol a jeté son dévolu sur l'IndyCar où il pourrait concourir pour la Triple Couronne avec une victoire à l'Indy 500. Il s'y était montré à son avantage en 2017, menant plusieurs tours avant que son moteur ne rende l'âme.

McLaren a confirmé aujourd'hui que l'Espagnol va essayer mercredi prochain, le 5 septembre, une monoplace du championnat dans sa configuration routière, puisqu'un kit aérodynamique différent de celui sur ovale y est utilisé.

Ce test pourrait avoir lieu sur le Barber Motorsports Park, pour le compte de l'écurie Andretti Autosport, qui avait déjà engagé la monoplace d'Alonso à l'Indy 500 l'an dernier, mais les détails de ce test restent encore inconnus.
source: Nextgen-Auto.com

Stroll chez Racing Point Force India après Singapour?
Le changement d'équipe de Lance Stroll est sur toutes les lèvres dans le paddock, et en particulier la date à laquelle ça se fera. Alors que des rumeurs le plaçaient dans une voiture rose dès ce week-end à Monza, cela ne devrait pas arriver à Singapour non plus.

"Je ne pense pas que cela va se produire rapidement" a déclaré Claire Williams, rappelant que ça dépend aussi de la vente de Force India. "Il y a encore beaucoup d'obstacles à franchir dans le cadre de la vente en particulier. Une fois que ce sera fait, je pense que les choses vont commencer à bouger. Je ne pense pas que nous verrons un changement avant Singapour."

Elle pense en réalité que les choses bougeront après Singapour: "Je ne sais pas, peut-être autour de la Russie, Austin, quelque chose comme ça. Je pense qu'il faut attendre de voir. C'est une vraie cible mouvante en ce moment."

Du côté de Racing Point Force India, on préférerait viser plus tard que Singapour, un circuit compliqué où il serait préférable de posséder deux pilotes pouvant faire un retour d'expérience sur la voiture, comme l'explique le directeur de l'équipe, Otmar Szafnauer.

"Je ne pense pas. Nous devons voir ce que nous allons faire l'année prochaine, nous avons encore beaucoup de points à marquer cette année. Nous sommes neuvièmes maintenant et que nous avons l'intention de viser un peu plus haut, alors nous devons nous concentrer là-dessus. Nous nous inquiéterons des pilotes à une date ultérieure" précise-t-il.

Une progression qui est espérée dès ce week-end à Monza: "C'était notre plus grosse récolte de points de l'année, 18 points à Spa, et nous avons besoin d'obtenir de bons points ici aussi. J'espère que cette piste nous conviendra aussi, et qu'il y aura une grosse évolution à Singapour. On doit se concentrer sur ce qu'on fait de mieux, c'est la course."
source: Nextgen-Auto.com

La Formule 1 dévoile le calendrier provisoire pour 2019
La FOM a dévoilé aujourd'hui à Monza le calendrier provisoire de la saison 2019.

Ce calendrier reste à 21 courses, grâce à de nouveaux accords signés avec Hockenheim et Suzuka.

La saison commencera plus tôt, le 17 mars à Melbourne, et se finira plus tard... le 1er décembre, toujours à Abu Dhabi.

Des petits ajustements de date peuvent encore être faits mais, à 95%, ce calendrier est proche du calendrier définitif.

"C'est un grand plaisir pour moi d'annoncer que le brouillon du calendrier 2019 de la Formule 1èmest constitué de 21 courses, comme l'était celui de cette année", a déclaré Chase Carey.

"De plus, nous somme honorés que les promoteurs du Grand Prix du Japon, présent depuis très longtemps, aient donné leur accord pour un contrat à long terme qui assurera à nos loyaux fans japonais de profiter de la Formule 1 pour des années supplémentaires."

"Je suis également ravi de confirmer que grâce à l'aide de Mercedes-Benz, des automobile clubs ADAC et AvD, et du ministère des transports et infrastructures numériques allemand, nous avons trouvé un accord avec la ville d'Hockenheim et le promoteur Hockenheimring qui permettra une course supplémentaire sur ce circuit légendaire en 2019."

"Cela démontre le travail conjoint des actionnaires de la Formule 1 afin e lui assurer un futur à long-terme, ainsi qu'à ses fans."

15-17 Mars Australie Melbourne
29-31 Mars Bahreïn Sakhir
12-14 Avril Chine Shanghai
26-28 Avril Azerbaïdjan Bakou
10-12 Mai Espagne Barcelone
23-26 Mai Monaco Monaco
7-9 Juin Canada Montréal
21-23 Juin France Paul Ricard
28-30 Juin Autriche Red Bull Ring
12-14 Juillet Grande-Bretagne Silverstone
26-28 Juillet Allemagne Hockenheim
2-4 Août Hongrie Hungaroring
30 Août-1 Septembre Belgique Spa-Francorchamps
6-8 Septembre Italie Monza
20-22 Septembre Singapour Marina Bay
27-29 Septembre Russie Sotchi
11-13 Octobre Japon Suzuka
25-27 Octobre Mexique Mexico City
1-3 Novembre États-Unis Circuit of The Americas
15-17 Novembre Brésil Interlagos
29 Novembre-1 Décembre Abu Dhabi Yas Marina
source: Nextgen-Auto.com

Horner confirme que Kvyat a une chance de revenir chez Toro Rosso
Daniil Kvyat fait bien partie des pilotes considérés par Red Bull pour un retour en Formule 1 chez Toro Rosso.

La petite équipe de Faenza va devoir remplacer Pierre Gasly (titularisé chez Red Bull Racing) au moins, peut-être même Brendon Hartley selon d'autres rumeurs peu favorables au Néo-Zélandais.

Dans le paddock de Monza, il dit que le Russe, actuellement pilote en simulateur de Ferrari, s'est remis en contact avec son ancienne équipe.

"Il y a toujours des rumeurs à ce moment de l'année, et souvent plus chaudes encore à Monza. Mais c'est vrai que la situation chez Toro Rosso est assez ouverte et tout le monde est considéré. Pour répondre à la question, oui, Daniil est un des pilotes qui sont sur notre liste."

Kvyat avait fait ses débuts chez Toro Rosso en 2014, avant d'être promu rapidement chez Red Bull Racing suite à la décision de Sebastian Vettel de partir chez Ferrari. Mais il a eu du mal sous la pression et a dû laisser sa place au cours de la saison 2016 à Max Verstappen.

Kvyat avait été rétrogradé chez Toro Rosso, avant d'être remplacé avant la fin de la saison 2017.
source: Nextgen-Auto.com

Michelin refuse finalement de participer à l'appel d'offres
Michelin a fait savoir aujourd'hui qu'ils ne participeraient pas à l'appel d'offres de la FIA pour les pneus de 2020 à 2023 en Formule 1.

Sans surprise, le constructeur français, qui plaidait pour des pneus de 18 pouces depuis de nombreuses années, a été refroidi par le fait de devoir fournir des pneus de 13 pouces en 2020, pour une saison. Seul Pirelli peut se permettre ce luxe sans coûts exorbitants, puisqu'ils sont déjà fournisseurs. Mais un autre facteur a aussi été pris en considération.

"Nous avons reçu les détails techniques sur lesquels la FIA veut étudier les offres et nous les avons étudiés avec attention. Nous sommes ravis que les recommandations de Michelin de passer à des 18 pouces, comme en Formule E, ont été suivies."

"Mais la demande de fournir des pneus de 13 pouces pour la seule saison 2020, ainsi que le fait que la dégradation des pneus doit faire partie du spectacle, vont contre nos principes de management efficient des ressources et du respect pour ce que la technologie d'un pneu durable représente."

"Michelin a donc décidé de ne pas répondre à cette invitation de la FIA à participer à l'appel d'offres. Nous allons continuer à suivre le développement de la Formule 1, en liaison avec les instances dirigeantes, lors des prochaines années."
source: Nextgen-Auto.com

GP d'Italie - Essais libres 1
Sergio Pérez a signé la meilleure performance du peloton lors de la première séance du vendredi, marquée par l'arrivée de la pluie et un bon rythme affiché par les Toro Rosso.

Le moment marquant de cette matinée à Monza (Italie) est venu du ciel, avec une importante averse qui a détrempé le circuit transalpin peu avant le début des Essais Libres 1. Par conséquent, la hiérarchie de cette séance ne veut pas dire grand-chose quant à la performance de chacun.

Disputée intégralement sur une chaussée humide, la séance a permis aux seconds couteaux de s'immiscer en haut de la feuille des temps. Ainsi, les Toro Rosso de Brendon Hartley et Pierre Gasly (finalement quatrième et sixième) monopolisaient les deux premières places à moins de dix minutes du terme, jusqu'à ce que Kimi Räikkönen (Ferrari) se décide à remettre de l'ordre dans le classement.

Le Finlandais a notamment été le premier à passer des gommes intermédiaires en milieu de session. Il termine pourtant la séance au deuxième rang, devant le Français Esteban Ocon (Force India) dont l'avenir est toujours inconnu, mais battu par Sergio Pérez (Force India). Le Mexicain a roulé une demi-seconde plus vite que Kimi Räikkönen grâce à un tout dernier tour dans des conditions climatiques réchauffées.

Les favoris pour le titre ont été discrets. Lewis Hamilton (Mercedes) finit à la porte du Top 10 (+2"546) tandis que Sebastian Vettel (Ferrari) n'a pas forcé sa mécanique pour conclure en 17ème place (+3"867).

Romain Grosjean (Haas), auteur de plusieurs blocages de roue au niveau de la deuxième chicane, a réalisé le 15ème chrono. Remplaçant de Stoffel Vandoorne (McLaren) aux côtés de Fernando Alonso, Lando Norris ferme la marche à plus de quatre secondes.

Les pilotes Red Bull ont vécu un début de journée rythmé. Premier à s'élancer avec des pneus pluie, Daniel Ricciardo a tourné au ralenti dès son tour d'installation en raison d'un souci mécanique. Une fois le problème réparé, l'Australien a pu reprendre la piste. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Gasly chez Red Bull - 'Un grand pas à faire l'an prochain, mais rien d'impossible'
Pierre Gasly court encore pour Toro Rosso, mais il sait qu'il grimpera dans la Red Bull dès l'an prochain pour remplacer Daniel Ricciardo. Se sent-il prêt aujourd'hui pour succéder à l'Australien?

Devant Nextgen-Auto à Monza, Pierre Gasly est apparu en réalité assez serein et confiant en sa capacité à répondre aux objectifs qui lui seront fixés l'an prochain, par le Dr Marko et Christian Horner.

"Oui, c'est un grand changement. Mais plusieurs pilotes, comme Sebastian Vettel, y sont parvenus, donc c'est possible. C'est ainsi que je vois les choses. Cela fait partie de mes objectifs en F1: je veux arriver au sommet, et j'essaie de toujours prendre exemple sur ce genre de personnes."

"Donc oui, c'est un grand pas à faire, mais ce n'est pas impossible d'y arriver: si Red Bull m'a fait confiance, c'est parce qu'ils croient en moi, en mon potentiel. Ils ont été heureux du travail que j'ai fait, pas seulement lors des derniers mois, mais depuis que j'ai rejoint le programme Red Bull. Je me sens bien depuis que je suis en F1, j'ai senti que je m'améliorais course après course, depuis mon premier Grand Prix en Malaisie. Bien sûr, ça allait super vite, plus que ce à quoi je m'attendais peut-être... Mais je suis excité par les défis qui m'attendent."

"On progresse un peu dans tout avec le temps: la confiance, l'expérience... En Formule Renault 3.5. je me battais avec Carlos [Sainz] qui était avec DAMS, et DAMS était au-dessus d'Arden. Mais j'ai clairement fait des progrès dans ma gestion de course. En qualifications, ça n'a jamais été un problème, j'ai toujours été rapide. En course, avec l'expérience, j'ai bien progressé ces dernières années, notamment en roulant avec beaucoup de pilotes d'expérience. Et dans trois ans, je serai encore plus fort qu'aujourd'hui."

Pierre Gasly a déjà franchi le pas du GP2 à la F1 avec succès, et se montre donc prêt à gravir de nouveau une marche potentiellement épineuse, en passant de Toro Rosso à Red Bull. Comment a-t-il fait pour gérer ce saut qualitatif entre les catégories junior et la catégorie suprême?

"Il y a un niveau en F1 qui est beaucoup plus élevé que dans les autres catégories" poursuit-il. "Donc il faut être vraiment très malin, car les autres sont très malins dans leur manière de défendre, d'attaquer. Il y a beaucoup plus de respect en F1, tout le monde sait mieux gérer les espaces qu'on donne à chacun. Et il y a moins d'accidents que dans les catégories inférieures."

"Sûrement moins de fougue aussi, car en catégories inférieures, on veut faire des coups, impressionner, et on prend peut-être alors des risques un peu plus inutiles. Alors qu'en F1, on représente une écurie, il faut rapporter les points, et on ne peut pas se permettre de tenter des trucs de fous."

Pierre Gasly a été préféré à Carlos Sainz par Red Bull, alors même que l'Espagnol avait terminé champion de Formule Renault 3.5. - le Français fut vice-champion. Quels sont les facteurs, sur un plan d'abord sportif, qui ont fait depuis la différence?

"Il faudrait le demander à Helmut. Mais il s'est passé beaucoup de choses depuis 2014. On a tous les deux évolué. Je suis allé en GP2, en Super Formula, je suis rentré en F1. Lui [Carlos Sainz] a été en F1 directement, donc Red Bull, cela fait quatre-cinq ans qu'ils voient la manière avec laquelle on évolue, avec laquelle on travaille pour l'équipe. Ils regardent notre performance."

"Ils avaient toutes les informations nécessaires pour faire leur choix. Ils ne m'ont pas expliqué pourquoi j'ai été choisi. Peut-être que je leur demanderai un jour! Mais le plus important, c'est que j'ai été choisi. Ils ont regardé les options qu'ils avaient, et ils ont choisi de me prendre pour l'année prochaine."

"Je sais qu'ils sont super contents des résultats que j'ai avec Toro Rosso, parce que personne ne s'attendait à ce que nous soyons aussi performants sur certains Grands Prix, donc ils sont très contents de cela. Après, je pense qu'il y a plusieurs facteurs qui ont fait qu'ils ont pris leur décision. Je dis ça, mais je ne sais pas exactement sur quoi ils se sont basés. Mais vu que c'est une décision importante pour eux, ils ont regardé toutes leurs options. S'ils ont décidé de me prendre, c'est parce qu'ils croient en moi, parce qu'ils ont été contents du travail que j'ai fait."

Pierre Gasly est-il d'ores et déjà monté dans le simulateur pour commencer le travail sur la prochaine Red Bull?

"Pas encore, mais bientôt."

D'une manière générale, comment se passe le travail de développement sur la Red Bull de 2019? Le Français y est-il associé étroitement?

"A Spa, déjà, je suis monté dans la voiture pour checker deux-trois trucs. Ensuite, on va commencer avec l'équipe à travailler, et on va le faire le plus tôt que possible, car tout ce qu'on peut faire à l'avance, c'est important pour l'année prochaine."

"Il y a des dates qui vont être prévues pour que je commence à travailler dans le simulateur, pour que je commence à voir des personnes de l'usine, pour commencer cette relation avant, plutôt que d'attendre la saison prochaine."
source: Nextgen-Auto.com

Pérez est déjà assuré quant à son avenir
Sergio Pérez a été interrogé quant à son avenir à Monza, et n'a pas manqué de laisser des indices. S'il ne confirme pas avoir signé chez Racing Point Force India, il admet en revanche que son futur est déjà acté.

"Oui, c'est juste une question de timing pour l'équipe" répond-il. "Où je serai, je le sais. Ils feront l'annonce quand et où ils veulent le faire."

Il n'a pas parlé de son équipe actuelle, mais a toutefois fait référence à la compétitivité de l'équipe, tandis qu'il émet des réserves quant à un potentiel passage chez McLaren: "Si j'avais des garanties de pouvoir être compétitif, et s'il y avait un grand projet derrière, pourquoi pas?"

"Mais je devrais connaître mieux les détails de leurs plans et mieux comprendre la situation de l'équipe. L'objectif est d'être dans une équipe compétitive dans les prochaines saisons et je pense qu'il est possible d'être dans le top trois."

Selon lui, les ingénieurs sont plus libres de travailler chez Racing Point Force India, car ils ne sont pas sujets à une grosse pression. "C'est la différence entre nous et des équipes comme Toyota, McLaren ou Renault."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas pense que Mercedes n'appliquera pas de consignes trop rudes
Mercedes a révélé réfléchir à l'application de consignes dans les prochaines courses, si Valtteri Bottas perd encore du terrain sur Lewis Hamilton, afin de privilégier la course au titre du Britannique et d'aider lui et l'équipe à conquérir une cinquième couronne respective. Mais Bottas pense que ces consignes ne seraient pas trop restrictives.

"Je ne pense pas que, de toute façon, je perdrais complètement la liberté de gagner la course si j'en étais capable" rassure-t-il. "Cela dépend de la situation, s'il y a des points clairs ou un moyen d'éviter que Lewis ou moi perdions des points, nous verrons comment faire". Cela dépendra toujours de la situation et j'ai confiance en l'équipe quant au respect de ses deux pilotes, et au fait qu'elle ne fera rien de trop dur."

Mercedes doit désormais composer avec un paramètre qui n'avait plus été vécu depuis 2013, le fait de ne pas posséder la voiture la plus rapide: "Cela n'a certainement pas changé la dynamique de l'équipe. En fait, cela nous motive encore plus qu'avant, sachant que nous devons travailler dur, nous devons nous améliorer parce que nous voulons gagner."

"Ce n'est pas comme si ce n'était pas le cas avant, mais quand l'équipe avait la meilleure voiture, nous avions fixé nos propres objectifs pour progresser à chaque course. Maintenant, l'objectif est plus simple, une voiture plus rapide et une équipe plus rapide. Cela nous motive évidemment plus, mais je ne peux pas voir un esprit différent ou une dynamique différente, nous travaillons toujours à fond."
source: Nextgen-Auto.com

Le Vietnam donne son feu vert pour un Grand Prix à Hanoi
Après des discussions en coulisses avec Liberty Media et la FOM, le gouvernement vietnamien vient de donner son feu vert à l'idée d'organiser un Grand Prix dans son pays, dans les rues de la capitales, Hanoi.

Chase Carey, le patron de la Formule 1, avait indiqué il y a quelques semaines être excité à l'idée d'avoir une course dans cette partie du monde.

"Tous les ministres du gouvernement et nos agences soutiennent l'idée de créer un nouvel évènement attractif à Hanoi", déclare le responsable du cabinet gouvernemental, Mai Tien Dung.

Dung n'a pas indiqué quand un accord final serait signé avec la Formule 1, ni quand une première course pourrait avoir lieu.

Le premier ministre Nguyen Xuan Phuc a en effet fait savoir que la ville n'aura pas de budget d'état pour construire les infrastructures nécessaires. Les fonds devront venir du privé selon Dung. L'état pourrait toutefois payer le prix du plateau à la FOM.

Ce dernier confirme aussi que la population locale soutient le projet.

"Les autorités de la ville ont consulté les personnes des quartiers concernés par la course, leur opinion, et elles ont toutes montré leur soutien. Elles y voient un bon moyen d'attirer plus de tourisme encore."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo ne doute pas de sa décision de rejoindre Renault
Daniel Ricciardo s'est décidé pour Renault F1 il y a presque un mois maintenant mais l'Australien admet ne pas être revenu sur sa décision dans son esprit ni même avoir de regrets après avoir entendu tous ceux qui pensaient que son pari était plus fou que de rester avec Red Bull, même équipée du moteur Honda.

"Je n'ai pas eu de doutes. Je sais que pour le moment la structure chez Red Bull est plus forte. Mais mon esprit a fait le switch vers un projet à long terme, vers la couleur jaune de Renault. Je me suis senti bien quand j'ai signé avec eux. Je sais dans quoi je m'engage", explique-t-il à Monza.

Cela fait quelques semaines que la décision a été prise mais il n'y a eu qu'une course depuis, à Spa. Comment cela s'est-il passé avec les membres de l'équipe?

"Je dois dire que ça n'a pas été étrange. A un niveau très minime on va dire. Je m'attendais en arrivant le jeudi à Spa à ce que cela le soit un peu plus avec l'équipe ou les médias. Mais même en conférence de presse, les gens n'ont pas chercher à creuser trop loin. Il semble y avoir du respect et de la compréhension."

"Du côté de l'équipe j'avais pu voir Christian (Horner) et quelques gars à l'usine avant d'aller en Belgique. Pour les autres, les mécaniciens sur le circuit, tout le monde a compris. Ils savent bien que je ne pars pas parce que l'un d'entre eux m'a contrarié ou quelque chose comme ça."

"En Formule 1 il y a beaucoup de transferts, les pilotes mais aussi les mécaniciens et les ingénieurs. Beaucoup savent ce que c'est que de vouloir changer à un moment. Bref je ne pouvais pas rêver mieux en termes de respect et de maturité."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne veut faire fonctionner sa collaboration avec McLaren
La saison de Stoffel Vandoorne n'a pas été de tout repos, avec des résultats en qualifications qui, sans être catastrophiques en termes d'écart avec Fernando Alonso, ont été très difficiles avec un 13-0 pour l'Espagnol jusqu'ici. Mis sous pression par la signature de Carlos Sainz et les ambitions de Lando Norris, Vandoorne garde espoir.

"J'aimerais que ça marche avec McLaren parce qu'il est évident que nous traversons une période difficile et que la récompense serait beaucoup plus belle si nous parvenions à retrouver une position gagnante ensemble" admet le Belge.

"Je pense que j'ai assez prouvé par le passé que je suis capable de gagner des courses, des championnats. Je n'ai pas oublié comment piloter une voiture. On sait que la situation est compliquée en ce moment et on ne peut que s'améliorer."

"Quand tu traverses des luttes et que tu réussis à revenir au sommet, c'est beaucoup plus gratifiant, mais nous verrons."

"Je pense que Fernando Alonso est probablement le plus habitué à conduire dans des situations compliquées, disons, donc j'ai eu un très bon point de repère. Je pense que si les conditions sont meilleures et que tout se passe un peu mieux, il y a beaucoup plus de possibilités d'être beaucoup plus proches l'un de l'autre."

L'écart avec l'Espagnol est pour lui le point positif de sa saison: "Peut-être que je n'ai pas vraiment devancé Fernando en qualifications, mais j'ai été très proche. Ce qui est peut-être plus important que d'avoir un seul coup de chance et d'être devant. Je préfère être dans un certain laps de temps, disons. A partir de là, j'ai encore besoin de faire un petit pas en avant."

Dernier de toutes les séances et de la course à domicile, à Spa, Vandoorne refuse d'endosser toute la responsabilité des résultats catastrophiques qu'il enregistre et rappelle que McLaren stagne: "Nous avons commencé à un niveau de performance raisonnable cette saison en marquant pas mal de points dans les deux premières courses. Comme je l'ai dit, nous n'avons pas progressé aussi bien que certains de nos concurrents."

"Je pense que l'année prochaine, nous devons absolument faire un bon pas en avant, l'objectif pour nous cette année était d'être plus ou moins la quatrième équipe la plus rapide que nous n'avons pas réussi à atteindre jusqu'à présent. Je ne pense pas que cette cible devrait vraiment changer."

Quant à ses attentes pour ce week-end, elles sont limitées...

"Le Grand Prix de Belgique était très compliqué pour nous, on a eu beaucoup de problèmes. Ce week-end est un nouveau challenge. On sait que ça ne sera pas très différent ici. Spa et Monza c'est peut-être les pires circuits pour nous en ce moment. La seule chose qui pourrait être positive pour nous, ce serait la pluie. C'est possible qu'il y en ait aux essais libres et en qualifications. On verra si ça peut nous donner une opportunité."
source: Nextgen-Auto.com

Sirotkin n'est pas 'trop inquiet' pour son avenir en F1
Sergey Sirotkin n'a pas beaucoup brillé lors de la première moitié de saison, alors qu'un rookie se doit de faire ses preuves très vite en Formule 1, la catégorie reine pour espérer rester.

Le Russe est même le seul pilote du plateau à ne pas avoir de points encore. Mais il explique que, pour l'instant, il n'a pas peur concernant son avenir chez Williams même si certains changements possibles du côté de Racing Point Force India pourrait redistribuer les cartes.

Sirotkin est suffisamment confiant dans sa relation avec son écurie pour ne pas trop s'en faire pour l'instant.

"Je dois évidemment suivre les changements de pilotes sur le marché, les transferts qui pourraient probablement survenir. Je dois malheureusement reconnaître ne pas savoir beaucoup plus que ce que je peux lire sur les sites internet, mais en ce qui me concerne - je l'ai déjà dit plusieurs fois à ce jour - je pense être en bonne position au sein de l'équipe", confie Sirotkin.

"Paddy Lowe et Claire Williams ont suffisamment expliqué que la voiture était difficile à piloter et peu compétitive. Il est difficile de marquer des points, même pour Lance, qui est plus expérimenté que moi en F1."

"Je pense que je suis plutôt heureux de mon travail. Williams sait où j'en suis, ils savent ce qu'ils peuvent tirer de moi, donc si vous voulez une réponse concrète, je ne suis pas trop inquiet pour mon avenir."

Sirotkin a réalisé un bon Grand Prix à Spa puisqu'il évoluait dans la zone des points pour la toute première fois. Il a toutefois fini 12ème.

"C'est bien d'arriver vers les points, mais le plus important était surtout d'avoir enfin le rythme pour nous battre, pas seulement que j'y sois uniquement grâce à des faits de courses, mais parce que nous avions le rythme pour cela. C'était un très bon week-end. Je pense que nous pouvons tirer beaucoup de choses positives de cela."
source: Nextgen-Auto.com

De Ferran satisfait des prestations de Norris en EL1
Lando Norris est un prétendant sérieux pour un baquet chez McLaren pour la saison prochaine, mais le directeur de la compétition Gil de Ferran insiste sur le fait que les relais effectués en essais libres par le jeune Britannique sont destinés à des fins de développement plus qu'à une réelle évaluation. Norris s'est bien débrouillé à Spa durant sa séance du vendredi matin, alors qu'il a réalisé les essais libres 1 dans le baquet de Fernando Alonso.

À Monza, le pilote de 18 ans va s'assoir à la place de Stoffel Vandoorne ce vendredi matin pour effectuer la première séance d'essais libres, mais de Ferran nie le fait que le travail réalisé par Norris lors des essais libres va déterminer l'identité du pilote qui sera aux côtés de Carlos Sainz en 2019.

" Vous appelez cela une évaluation, j'appelle cela du développement."

" Il est très difficile d'évaluer un pilote durant un essai libre, ou durant une séance d'essais ou lors d'une séance de qualification. Je pense que vous devriez prendre du recul et avoir un avis plus ouvert. Cela a été la même chose pour tout le monde. Je pense que ces séances d'essais libres sont plus pour Lando une occasion de découvrir et de l'aider dans le plan de développement. "

Toutefois, de Ferran reconnaît qu'il a été jusqu'à présent impressionné par les performances et la contribution du jeune pilote.

" Une des choses qu'il a est qu'il s'adapte très rapidement à n'importe quelle nouvelle situation."

" Je l'avais déjà remarqué lors des tests qu'il a déjà réalisés et la même chose se passe ici. En plus des raisons de développement, nous voulions lui laisser faire les essais libres 1 à cause des différents niveaux d'appuis, à cause du fait qu'il y a beaucoup plus de voitures sur la piste et plus d'évolution sur le circuit, et nous voulions lui offrir cette expérience. Il a réussi à être rapide très vite sur la piste et a fait du bon travail pour nous, il n'a commis aucune erreur. Il a été tout à fait bien."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.