En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 03 Septembre 2018

Hamilton - La stratégie initiale était de s'arrêter bien plus tôt
L'équipe Mercedes a encore joué l'intimidation lors du Grand Prix d'Italie, faisant mine à plusieurs reprises de sortir des stands pour accueillir Lewis Hamilton, sans que ça ne soit le cas. Charlie Whiting, directeur de course, n'y a pas vu d'inconvénient, et Hamilton confirme qu'il s'agissait bien d'hésitations de la part des mécaniciens et des stratégistes.

"La stratégie initiale était de s'arrêter bien plus tôt, mais au fil de la course... comme je l'ai dit, la communication était excellente", explique le leader du championnat. "Je communiquais au sujet des pneus, je les gardais en bonne forme. Je pouvais voir que Kimi [Räikkönen] était en difficulté et j'étais capable de rester dans la seconde. Je crois que je gardais un écart de huit ou neuf dixièmes, et le relais s'étendait, encore et encore."

"J'étais un peu surpris que l'on ne s'arrête pas avant Kimi. Je pensais que nous aurions fait l'undercut. Quand Kimi est rentré, j'ai pu augmenter mon rythme. Mes tours suivants ont été très solide et j'espérais donc faire l'overcut [le dépasser en s'arrêtant après]. Je m'assurais d'attaquer et d'étendre mon avance, pour pouvoir m'arrêter. Mais il est ensuite revenu dans la bonne fenêtre à cause des pneus, donc j'ai encore et encore attendu."

Il explique avoir été étonné de la bonne durée de vie des pneus super-tendres, qui n'ont pas cloqué, contrairement au composé plus dur: "Nous avons tenu aussi longtemps que possible, et même quand ils m'ont arrêté, j'étais surpris car les pneus étaient encore bons et je rattrapais Valtteri [Bottas]. Je pense que c'était important et une très bonne décision de le faire à ce moment-là, afin que je puisse réduire l'écart et revenir derrière les gars."
source: Nextgen-Auto.com

La décision de Michelin est respectée par les directeurs techniques en F1
Michelin l'a annoncé, Jean Todt l'a confirmé ce week-end à Monza: la firme clermontoise n'a pas participé à l'appel d'offres pour devenir le prochain fournisseur pneumatique en F1, pour la période 2020-2023.

Parmi les raisons évoquées par Michelin, une peut interpeller les ingénieurs de la F1: une dégradation trop élevée des pneus ne serait pas intéressante pour l'image de Michelin, ou pour démontrer tout le savoir-faire de leurs spécialistes en termes de durée de vie.

Ben Agathangelou, chef de l'aérodynamique chez Haas, comprend-t-il la position exprimée par Michelin?

"Nous pouvons voir la nature des pneus avec lesquels nous roulons aujourd'hui. Bien sûr, le sport a immensément évolué ces quatre ou cinq dernières années, au niveau de la compréhension, de la gestion et de l'utilisation stratégique du comportement des pneus que nous avons. Au bout du compte, je ne peux pas parler à la place de Michelin pour expliquer leurs motivations: c'est une entreprise formidable. J'ai travaillé avec eux par le passé et ils ont été plus que capables de répondre aux objectifs que nous leur avions fixés. Et je peux donc pas parler en leur nom."

Mattia Binotto, le directeur technique de Ferrari, estime également qu'il est "très difficile et de commenter" la décision de Michelin.

"Je sais que la FIA s'occupe de l'appel d'offres. Ils le font de leur propre côté, ils ont commencé le processus, ont fixé leurs objectifs. Nous n'avons pas été impliqués. Donc, sans être impliqué, il est difficile de vraiment rendre un jugement sur ce sujet. Mais je suis d'accord avec Ben. Donc Michelin a certainement fait le choix qui leur paraissait le plus profitable."

Aldo Costa, spécialiste de l'ingénierie chez Mercedes notamment, a replacé la problématique dans une perspective plus globale.

"C'est un sujet de discussion habituel - qu'est-ce qui est le mieux à faire pour garantir un bon spectacle, et qu'est-ce qu'il faudrait faire pour avoir la meilleure performance? Bien sûr, du côté de la performance, au sujet des pneus plus particulièrement, la situation actuelle n'est pas la meilleure; mais pour le spectacle, c'est la voie que nous avons suivie depuis très, très longtemps, c'est la tendance que le groupe stratégique et la communauté de la F1 ont souhaité emprunter. Donc nous devons définir les objectifs - et ça doit être fait par la structure gouvernante, ou au bout du compte par ceux qui font partie du groupe stratégique. Quant à la direction qu'il faut prendre du point de vue pneumatique - pour le bien du spectacle ou du sport - le manufacturier unique doit suivre ce qui a été décidé."

Simone Resta, le directeur technique de Sauber, a souhaité enfin rester prudent de son côté.

"Tout ce que je peux dire, c'est que nous respectons énormément Michelin pour leur histoire, leur maîtrise technologique, et nous respectons aussi énormément leur décision. Et si leur stratégie ne répond pas aux exigences du business model de la F1, alors, j'en suis désolé, mais comme souvent, on ne peut pas réconcilier deux points de vue opposés en fin de compte."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso explique son engouement pour les 500 Miles d'Indianapolis
Vainqueur des dernières 24 Heures du Mans, Fernando Alonso a déjà glané deux des trois épreuves composant la Triple Couronne. Pour rejoindre Graham Hill, il ne lui manque plus qu'une victoire aux 500 Miles d'Indianapolis.

Maintenant que l'Espagnol a annoncé qu'il ne piloterait plus en F1 l'an prochain, tout le monde s'attend à ce qu'il s'engage à plein-temps en IndyCar en 2019. L'actuel pilote McLaren avait déjà tenté de remporter les 500 Miles d'Indianapolis en 2017, et avait même mené 27 des 200 tours de l'épreuve, avant d'abandonner sur panne moteur.

Alors qu'il apparaît blasé par la F1, Fernando Alonso est au contraire enthousiaste au moment d'évoquer les 500 Miles d'Indianapolis.

"C'est une course que les gens considèrent comme l'une des plus grandes du sport auto. L'une des trois plus grandes courses, avec Le Mans et le Grand Prix de Monaco. Donc juste pour cette raison, les 500 Miles d'Indianapolis sont un défi assez spécial."

"De surcroît, j'ai découvert l'an dernier comment il fallait approcher cette course, comment il fallait piloter ces voitures, gérer les dépassements. Par rapport à la F1, tout est assez différent."

"Et sortir de cette zone de confort que nous avons ici - car vous avez probablement appris tout ce qu'il était possible d'apprendre - recommencer de zéro, c'était assez fascinant. J'ai aimé ce sentiment. Et je suis heureux de travailler dans ces nouvelles catégories, pour explorer de nouveaux défis qui vous donnent le sentiment de revivre de nouveau, de repartir de rien."

Heureux de son engagement en IndyCar sur un plan sportif, Fernando Alonso a aussi été surpris de l'engouement populaire et médiatique provoqué par son engagement outre-Atlantique.

"C'était une surprise dès le premier jour. Quand nous avons testé la voiture trois semaines avant la course, nous avons eu deux millions de vues sur YouTube, c'était la première surprise - alors qu'une seule voiture roulait."

"Et ensuite, ce sentiment s'est confirmé durant le week-end de course. A partir de ce moment, je pense que j'ai réalisé que je pouvais faire différentes choses dans ma vie, loin de la F1, et que malgré tout, ces nouveaux défis pouvaient avoir un impact énorme sur moi, mais aussi sur le sport auto en général."

Alonso s'est envolé pour les USA juste après Monza, où il testera dès mercredi une Indycar sur un circuit routier, ce qu'il n'avait pu faire jusqu'à présent. Cela devrait le conforter dans sa probable décision de rouler à 100% en Indy l'an prochain.
source: Nextgen-Auto.com

Lowe est ravi pour Williams et félicite ses pilotes
Williams s'attendait à être performante en Italie et n'a pas déçu. Lance Stroll s'est qualifié dixième et a terminé la course une position de mieux, tandis que Sergey Sirotkin a manqué de peu la Q3 et termine dans les points grâce à la disqualification de Romain Grosjean.

L'équipe anglaise peut surtout se féliciter d'avoir accompli une telle performance dans une course qui n'a connu aucun rebondissement important.

"L'équipe et les pilotes ont fait du bon travail, non seulement en parvenant à faire finir les deux voitures lors d'une course qui peut s'avérer difficile, mais aussi parce que nous avons vraiment disputé la course aujourd'hui", se félicite Lowe.

Il expliquait son point de vue avant d'apprendre la disqualification de Grosjean, alors que Sirotkin était 11ème: "Malheureusement nous n'avons inscrit des points qu'avec une seule voiture. Cela aurait été génial si Sergey avait pu passer la ligne d'arrivée dans les points. Il a effectué un superbe week-end et il n'a commis aucune erreur, donc ce fut un peu immérité."

"Cela étant dit, bravo à Lance. Il est parti d'une meilleure position sur la grille et par conséquent, il a pu avoir une meilleure position durant la course. Il a effectué une course extrêmement contrôlée, il a su dépasser quand cela a été nécessaire et il a décroché un point. Bravo aux pilotes et à l'équipe sur place et à l'usine. Nous avons réalisé beaucoup de développements en coulisses et je pense que ces pas en avant positifs commencent à fonctionner."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton salué, Ferrari vivement critiquée après Monza
La prestation de Lewis Hamilton hier à Monza a épaté son ancien équipier chez Mercedes, Nico Rosberg. Le Champion du monde 2016 estime que le Britannique a su déployer son meilleur pour venir à bout des Ferrari, qui jouaient à domicile.

"Lewis a piloté de manière incroyable. Quand on voit ce genre de course de sa part, c'est la raison pour laquelle il est considéré comme l'un des meilleurs de tous les temps. Il l'a démontré à bord d'une voiture qui était inférieure à la Ferrari."

"Il a parfaitement exécuté son départ et a réussi à avoir Sebastian, ce qui à fait commettre à ce dernier une énorme erreur, encore une fois, puis Lewis a réussi à dépasser Kimi plus tard. Cela ne peut pas être mieux. Hamilton pilote de manière phénoménale et il se trouve sûrement au sommet de sa carrière."

"Il a performé au moment crucial à Monza et a joué un bon coup aux Ferrari ce week-end alors que c'était course à domicile, où ils étaient les favoris."

Rosberg pointait du doigt avant même le départ les erreurs trop nombreuses de Ferrari. Monza en a encore été l'exemple selon lui.

"Avoir deux voitures en première ligne, c'est le genre d'opportunités qu'il faut utiliser contre Lewis. Et Vettel et Ferrari n'en profitent pas. Les deux Ferrari ont préféré se battre pour la tête plutôt que d'assurer les deux premières places après quelques virages."

"À chaque fois que Vettel a une opportunité, il la gâche complètement. Maintenant, il va y avoir quelques courses plus difficiles pour Ferrari sur le papier. Ce n'est pas top pour eux."

Pour Damon Hill, qui commentait la course de Monza aux côtés de Rosberg sur 'Sky Sports', "Ferrari a un problème et il s'appelle Lewis Hamilton. C'est la raison pour laquelle il vaut chaque centime qu'on lui donne. Sebastian Vettel a craqué sous la pression, il faut le dire."

Martin Brundle, encore un ancien pilote de F1, estime que Ferrari avait les voitures dans le mauvais ordre sur la grille.

"Je pense que Ferrari s'est plantée une épine dans le pied dès samedi, parce qu'ils auraient dû hisser Vettel en pole avec l'aspiration de Räikkönen. Mercedes a déjà montré à Hockenheim qu'ils étaient préparés à jouer le jeu en équipe, et cela s'est de nouveau produit à Monza, quand Bottas a permis à Hamilton de remonter sur Räikkönen. Cela aurait dû être Vettel en pole et Räikkönen derrière pour le défendre, les Rouges auraient alors été couverts."

"Je pense vraiment que chez Ferrari ils gâchent leurs chances. Et même à Hockenheim, ils auraient pu faire en sorte que Vettel passe Räikkönen plus facilement pendant la course."
source: Nextgen-Auto.com

Brown - Norris fait partie de notre plan de relance
Plusieurs noms étaient envisagés chez McLaren aux côtés de Carlos Sainz pour 2019, notamment ceux d'Esteban Ocon et de Sergio Pérez, mais c'est finalement en son pilote junior que McLaren a décidé de placer sa confiance. Le pilote aura 19 ans lorsqu'il fera ses débuts en F1, et le directeur de McLaren est ravi de cette recrue déjà bien connue de l'équipe.

"Nous sommes ravis de révéler finalement notre duo complet chez McLaren pour 2019", affirme Zak Brown. "Nous pensons que Lando est un talent fantastique, plein de potentiel, et que nous avons gardé bien au chaud chez McLaren pour cette raison précise."

"Nous savons déjà qu'il est rapide, qu'il apprend vite, qu'il a la tête sur les épaules. Nous voyons énormément de potentiel dans notre futur commun. L'investissement que nous avons fait sur sa jeune carrière avec du développement dans le simulateur et du temps dans la voiture a été mérité et il continue à prouver ses capacités, tant au volant que dans son travail avec les ingénieurs."

D'après Brown, l'objectif est de développer une relation à long terme avec un jeune pilote, à la manière de ce qui fut fait avec Lewis Hamilton et de ce qui a été manqué avec Vandoorne, toujours dans le but de relancer la machine McLaren: "Lando fait partie de notre plan de relance de nos opérations en Formule 1 dans le futur, et il a déjà développé une solide relation avec l'équipe."

"Lando et Carlos forment un duo impressionnant qui, malgré sa relative jeunesse, a déjà une belle expérience en Formule 1 et avec McLaren, et ils représentent la prochaine génération de pilotes McLaren qui feront avancer l'équipe. A court terme, nous nous concentrons pour réussir les meilleurs résultats possibles fin 2018, mais nous sommes déjà très motivés par les opportunités de l'année prochaine."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton a adoré se battre contre Räikkönen
Lewis Hamilton et Kimi Räikkönen ont fait le spectacle à Monza lors du Grand Prix d'Italie. Les deux hommes ont lutté toute la course et se sont dépassés à plusieurs reprises, le Britannique prenant finalement l'avantage. Il raconte les différentes manœuvres qui l'ont mené à la victoire.

"Cette bataille était géniale", reconnaît Hamilton. "La relance était bonne et ensuite, dans la ligne droite qui a suivi, Kimi m'a repassé, et bien que ce ne soit jamais agréable de perdre une position, c'était une superbe manœuvre de sa part. J'ai laissé de la place, et j'espérais que nous aurions la possibilité de nous battre plus tard."

"Je me tenais aux alentours d'une seconde de retard la plupart du temps. J'espérais donc avoir une chance à un moment, mais ce n'est jamais facile de se rapprocher, même si les voitures sont de mieux en mieux. J'espère que les voitures de l'année prochaine seront meilleures en termes de possibilité qu'elles offriront de se suivre."

Hamilton remercie Räikkönen d'avoir lutté proprement et estime avoir offert au public une bataille qui représente bien ce que doit être la Formule 1: "Lors de la dernière attaque, il a défendu à l'extérieur. Il est allé vers la droite et j'ai pensé un peu à aller vers la gauche, et ça ne m'a posé aucun problème car il s'agissait juste de freiner tard au premier virage, c'était très serré. Kimi a été très, très correct. Il m'a laissé de la place. C'était une bataille acharnée, appelez cela comme vous voulez, mais c'était ce que doit être la course automobile."
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Norris chez McLaren avec Sainz en 2019
De la même manière que l'équipe avait annoncé la retraite de Fernando Alonso puis son remplacement par Carlos Sainz dans la foulée, McLaren a fait de même avec celui de Stoffel Vandoorne. En effet, il aura fallu quelques dizaines de minutes après l'annonce du départ de Stoffel Vandoorne pour que Lando Norris soit annoncé comme son remplaçant. Il fera équipe avec Carlos Sainz en 2019.

"Etre annoncé comme pilote McLaren est un rêve qui devient réalité", a reconnu le Britannique. "Bien que je fasse partie de l'équipe depuis un moment, c'est spécial, et j'espérais que ça devienne réalité."

"J'aimerais remercier l'équipe entière pour cette opportunité incroyable et pour avoir cru en moi. Je suis très reconnaissant de l'implication de McLaren dans mon évolution en me permettant de développer mon expérience dans une voiture de Formule 1 en testant les vendredi lors des deux derniers Grands Prix."

Son avenir étant assuré, Lando Norris va désormais essayer de remporter le titre de Formule 2, alors qu'il possède 22 points de retard sur George Russell avec deux manches à disputer: "Pour le reste de 2018, je reste concentré sur le championnat de Formule 2. Mon objectif est de remporter le titre avant de rejoindre McLaren à temps plein."

"Ce sera difficile, mais je me battrai autant que je peux pour les quatre dernières courses. Je travaillerai étroitement avec McLaren pour profiter de chaque opportunité d'apprendre de la part des pilotes, ingénieurs et mécaniciens, afin de me donner la meilleure préparation pour l'année prochaine."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat aurait un accord avec Toro Rosso pour 2019
Alors que l'on pensait Daniil Kvyat fini pour la Formule 1 après avoir été rétrogradé chez Toro Rosso puis congédié par l'équipe et viré du programme Red Bull, il avait gardé un pied dans la discipline en signant chez Ferrari comme pilote de développement.

Peu avant le Grand Prix d'Italie, Christian Horner confirmait que le Russe faisait partie de la short-list de Toro Rosso pour 2019: "Il y a toujours des rumeurs à ce moment de l'année, et souvent plus chaudes encore à Monza. Mais c'est vrai que la situation chez Toro Rosso est assez ouverte et tout le monde est considéré. Pour répondre à la question, oui, Daniil est un des pilotes qui sont sur notre liste."

Toro Rosso n'a pour le moment pas de pilotes pour l'an prochain puisque Pierre Gasly va chez Red Bull et que Brendon Hartley ne donne pas satisfaction. Dès lors, la piste d'un pilote expérimenté mène vers Daniil Kvyat, qui ne semble pas rancunier envers son ancien employeur.

Des sources proches du dossier ont même révélé l'existence d'un accord entre le pilote et Toro Rosso pour 2019, moins d'un an après que Kvyat a été viré de l'équipe en cours de saison. Si c'était le cas, il s'agirait là d'un retour improbable, mais d'une opération pas si mauvaise pour les deux parties, puisque le pilote peine à trouver une place et que l'équipe est à court de talents dans sa filière. L'identité de son potentiel futur équipier reste totalement inconnue à ce jour.
source: Nextgen-Auto.com

Brown remercie Vandoorne et annoncera son remplaçant plus tard
McLaren vient de confirmer que Stoffel Vandoorne quittera l'équipe à la fin de la saison mais son remplaçant n'a pas encore été désigné, comme le déclare Zak Brown.

Le directeur de McLaren a 3 options principales: Esteban Ocon, Sergio Pérez ou Lando Norris, pour remplacer le Belge. Les discussions avec Mercedes et Racing Point FI se sont poursuivies à Monza pour voir ce qui peut être fait pour 2019.

En attendant, l'Américain a salué le pilote belge.

"Nous sommes extrêmement reconnaissants du dévouement, du travail et de l'engagement de Stoffel durant son passage chez McLaren. Stoffel est un pilote de course talentueux avec une liste incroyable de succès dans sa carrière junior. Nous sommes fiers d'avoir joué un rôle dans sa percée en Formule 1, depuis son rôle de pilote d'essai à ses fantastiques débuts à Bahreïn en 2016."

Brown reconnait qu'il a été difficile pour Vandoorne de briller avec les monoplaces de 2017 et 2018.

"Il est clair que nous n'avons pas fourni à Stoffel les outils nécessaires pour montrer son vrai talent, mais tout au long de notre relation, il s'est avéré être un excellent pilote à l'esprit d'équipe. Son éthique de travail est impressionnante, il a une grande réputation au sein de l'équipe et nous avons vraiment apprécié travailler avec lui. Bien sûr, nous aurions aimé avoir plus de succès ensemble, mais cela ne l'empêche pas de faire toujours partie de la famille des pilotes McLaren."

"Pour l'instant, nous nous tournons vers l'avenir et vers les derniers Grands Prix de 2018, où je sais que Stoffel et Fernando (Alonso) s'efforceront de se battre pour marquer autant de points que possible avant de baisser le rideau sur cette saison."

"Nous souhaitons à Stoffel tout le meilleur dans la direction qu'il choisira de suivre dans sa carrière, et nous le soutiendrons jusqu'au bout. Nous annoncerons l'équipier de Carlos Sainz pour la saison 2019 en temps voulu."
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - McLaren se séprare de Stoffel Vandoorne
McLaren a confirmé à midi que Stoffel Vandoorne quittera bien l'équipe à la fin de la saison.

Le Belge, qui n'a pas convaincu face à Fernando Alonso, va maintenant essayer de rebondir dans une autre équipe, Toro Rosso ou Sauber étant des pistes pour lui.

"Je suis très reconnaissant à McLaren d'avoir eu confiance en moi au cours des cinq dernières années. J'ai rejoint McLaren en tant que jeune pilote et, depuis, j'ai vu ma carrière progresser au sein de l'équipe, de pilote de développement jusqu'à pilote de réserver et, enfin, titulaire."

"Même si nous n'avons pas atteint le succès escompté, j'ai vraiment apprécié les deux dernières saisons de course pour McLaren et j'ai une excellente relation avec tous les membres de l'équipe."

"Mon passage chez McLaren a été un grand chapitre de ma carrière et je suis reconnaissant pour l'opportunité qu'elle m'a donnée d'acquérir une expérience précieuse en Formule 1. J'ai l'intention de tout donner pour les sept dernières courses de la saison et j'annoncerai plus tard mes projets pour la saison prochaine."
source: Nextgen-Auto.com

Whiting - Les faux arrêts aux stands 'font partie du jeu'
L'équipe Mercedes a de nouveau provoqué Ferrari en faisant sortir ses mécaniciens dans la voie des stands à Monza, une pratique pourtant interdite par la FIA qui juge qu'il est dangereux de faire sortir du personnel dans les stands sans raison viable.

Néanmoins, Charlie Whiting, le directeur de course, a finalement décidé que ce n'était pas important et comme en Allemagne, où il avait vaguement rappelé Mercedes à l'ordre, il estime que ce n'est pas un problème.

"Mon sentiment est et reste que ça fait partie du jeu", explique Whiting. "Nous n'aimons pas les équipes qui restent dans la voie des stands si elles ne font pas un arrêt, si elles sortent comme si elles allaient en faire un."

"S'ils le faisaient à chaque tour, je pense que nous aurions quelque chose à dire. Mais ils ont dû penser à s'arrêter puis ont changé d'avis. A moins que quelqu'un fasse quelque chose d'ouvertement incorrect, je ne pense pas que nous ferons quoi que ce soit."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly accuse Alonso d'être trop agressif en piste
Fernando Alonso ne se fait pas que des amis en Formule 1, alors qu'il va quitter la discipline en fin de saison. Après s'être écharpé avec Kevin Magnussen dimanche, le Danois accusant Alonso de "se prendre pour Dieu" et déclarant "avoir hâte qu'il prenne sa retraite", c'est Pierre Gasly qui s'est opposé à l'Espagnol en course.

Les deux hommes ont abordé le premier virage de la course côte à côte et Gasly accuse Alonso d'avoir été très agressif. En effet, les deux monoplaces se sont touchées, le Français a dû passer par les vibreurs, et sa voiture avait ensuite de lourds dégâts aérodynamiques.

"J'étais à l'extérieur et il m'a serré hors de la piste", regrette le pilote Toro Rosso. "Je suis allé sur le vibreur mais il a touché ma voiture et l'a endommagée. Je ne pense pas que ce soit correct, les pilotes doivent laisser de la place à leurs concurrents."

En effet, ce genre de manœuvre est généralement sanctionnée de 5 secondes de pénalité, mais Gasly s'agace surtout de voir Alonso faire moins attention: "Il sait qu'il ne sera pas en Formule 1 l'an prochain donc il se comporte de manière plus agressive que d'habitude. Je sais qu'il n'aime pas notre équipe car nous utilisons des moteurs Honda, mais ce n'est pas une manière de se comporter."
source: Nextgen-Auto.com

Horner et Renault rassurent au sujet du moteur de Ricciardo
L'équipe Red Bull s'attendait à souffrir à Monza, et les choses auraient pu être meilleures si Max Verstappen n'en avait pas fait qu'à sa tête, tassant Valtteri Bottas, et pris une pénalité de 5 secondes qui lui a coûté le podium, tandis que l'autre monoplace a abandonné.

"Après un bon départ, Max a réussi à passer Valtteri Bottas dans la chicane, puis à éviter l'incident du virage 2 et à boucler le premier tour en troisième place", analyse Horner. "Il a ensuite été en mesure de consolider cette position et de garder Valtteri derrière tout au long du premier relais."

"Nous avons creusé une fois que nous avons trouvé une fenêtre et changé pour les pneus tendres, et le rythme de Max était assez fort pour maintenir la position de piste de Valtteri qui allait toujours avoir l'avantage à la fin de la course avec les pneus plus frais."

En revanche, Horner refuse d'admettre que son pilote est fautif dans la touchette face à Bottas: "Alors qu'il se défendait face à la Mercedes au premier virage, les commissaires ont malheureusement jugé qu'il n'avait pas laissé suffisamment d'espace, ce qui lui a valu une pénalité de cinq secondes, le faisant passer de troisième à cinquième. Néanmoins, Max a fait du bon travail."

Daniel Ricciardo remontait du fond de grille quand son moteur a lâché, mais Horner semble dire que le souci ne se situait pas au niveau du bloc propulseur.

"Daniel est remonté tôt dans la course et faisait du bon travail dans le peloton mais malheureusement nous avons eu un problème qui nous a fait abandonner. La voiture avec beaucoup de fumée qui sortait de l'admission d'air. Nous ne sommes pas encore tout à fait sûrs de la cause, mais c'est un problème d'embrayage qui est soupçonné par Renault."

Renault a en effet confirmé depuis un problème d'embrayage, ce qui évitera une pénalité moteur pour Ricciardo à Singapour.
source: Nextgen-Auto.com

La frustration est de rigueur chez Ferrari après Monza
Maurizio Arrivabene semblait avoir d'autres envies et d'autres ambitions pour son équipe à Monza. Qualifiés en première ligne, Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel ont terminé deuxième et quatrième après des difficultés stratégiques pour le premier et un tête à queue en début de course pour le deuxième.

"Ce n'est certainement pas le résultat que nous cherchions à donner à nos fans, qui nous ont soutenus avec style tout au long du week-end, ce dont je les remercie au nom de toute l'équipe", lance le directeur de Ferrari visiblement frustré.

"Après la collision à la deuxième chicane, Kimi a dû se battre seul face à deux adversaires, tandis que Seb, dans une voiture très endommagée, s'est battu pour remonter dans la hiérarchie. Nous savons que nous avons une voiture très forte, ce qui a été clairement démontré par le fait que nous avons monopolisé la première ligne de la grille de départ."

Mais Arrivabene est conscient du chemin à parcourir pour avoir une équipe opérationnelle aussi forte que celle de Mercedes: "Maintenant, l'important est de réagir en équipe, de façon ordonnée et déterminée, sans jamais baisser les bras. Il y a encore un long chemin à parcourir dans le championnat et nous nous préparons déjà pour le prochain défi à Singapour."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli - Un arrêt à Monza... mais non sans problèmes
Troisième sur la grille de départ, le pilote Mercedes Lewis Hamilton remporte le Grand Prix d'Italie au prix d'une stratégie d'un arrêt aux stands et d'une parfaite gestion de ses pneumatiques, qui ont toutefois fini à la limite.

Le Britannique s'élance en gomme supersoft - qui, samedi, fut utilisée par Kimi Räikkönen sur sa Ferrari pour établir la moyenne au tour la plus rapide de l'Histoire de la Formule 1 - avant de basculer sur la soft au 28ème tour.

A la suite d'un contact avec la Ferrari de Vettel après 30 secondes de course, Hamilton se retrouve en deuxième position à l'issue du premier tour, blotti dans l'aileron de Räikkönen, et parvient à allonger son premier relais par rapport à son rival qui regagne la voie des stands au 20ème passage.

Même s'il reprend ensuite la piste derrière Räikkönen, il profite d'enveloppes plus fraîches pour réduire l'écart, puis porter une attaque lorsque le pilote Ferrari rencontre des problèmes de cloquage sur l'un de ses pneumatiques désormais bien usés.

Vettel, dernier au terme de la première boucle en raison de son accrochage avec Hamilton, remonte en quatrième position grâce à deux pit-stops et une combinaison supersoft - soft - supersoft.

Si une pluie intermittente est apparue vendredi et samedi, le Grand Prix se déroule sur une piste totalement sèche et par de hautes températures, ajoutant ainsi un élément stratégique dans la mesure où ces conditions n'avaient pas été rencontrées jusqu'alors.

"Les conditions rencontrées en course proposaient un contraste saisissant avec celles des deux jours précédents, offrant aux teams un challenge intéressant à relever puisqu'ils partaient dans l'inconnue", reconnait le responsable de Pirelli F1, Mario Isola.

"En l'absence de données véritablement représentatives, ils ont ainsi dû adopter une stratégie flexible, mais lorsqu'ils étaient bien tenus, et en dépit des contraintes inhérentes à Monza, les pneumatiques ont permis de n'observer qu'un seul et unique pit-stop, tout en établissant samedi un record unique dans l'Histoire de la F1."

"Lewis Hamilton a parfaitement géré sa gomme, et tira le meilleur parti de son arrêt tardif pour effectuer un joli dépassement sur Räikkönen en fin de parcours."
source: Nextgen-Auto.com

Szafnauer souligne le travail effectué chez Racing Point FI à Monza
Otmar Szafnauer est un homme comblé. Son équipe a inscrit 14 points de plus à Monza, après les 18 de la semaine dernière, ce qui porte le total de Racing Point Force India à 32 unités en deux courses. Le directeur de la nouvelle équipe tient avant tout à souligner le travail qui se cache sous une telle performance.

"Revenir de Monza avec 14 points en poche est une bonne récompense au nouvel énorme effort produit par l'équipe", explique Szafnauer, qui a découvert tard hier soir l'exclusion de Romain Grosjean et a permis de faire gagner une place à chacun de ses deux pilotes.

"La voiture a livré des performances solides dès le début des essais libres, et malgré des qualifications qui n'ont pas été les meilleures samedi, nous avons su bien revenir avec les deux voitures dans les points."

"Esteban était sur le point de doubler [Romain] Grosjean dans les derniers tours de la course, et même si nous n'avions pas la voiture la plus rapide, nous avons réussi. Sergio était juste derrière Esteban, pareil pour lui, il s'est battu de la 14ème place pour arriver jusqu'à la huitième, ce qui fut un énorme effort."

"La stratégie que nous avons adoptée et qui consistait à rappeler les deux voitures sur le tard a très bien fonctionné pour nous et a assuré le fait d'avoir un bon rythme tout le long de l'après-midi, ainsi qu'un petit avantage pneumatique à la fin."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.