En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 16 Septembre 2018

Une course à oublier pour Bottas à Singapour
Valtteri Bottas n'a pas vécu un week-end positif à Singapour. Le Finlandais s'est qualifié en deuxième ligne et a terminé quatrième, la position qu'était la sienne au départ. Pire, il accuse près d'une minute de retard sur son équipier sous le drapeau à damier.

"Il ne s'est pas passé grand-chose pendant la course, j'espérais que d'autres variables entreraient en jeu et l'agiteraient un peu" admet Bottas. "On a eu qu'une seule safety car, mais elle est sortie trop tôt pour déclencher un arrêt au stand. C'est très difficile de se suivre et de se dépasser sur cette piste, donc une fois la safety car effacée, la course s'est déroulée sans incident."

"Le premier relais avec les pneus hyper-tendres a été très simple. Nous savions que le deuxième relais sur les pneus tendres serait plus difficile car il était très long et vers la fin, les pneus étaient morts. Je ne peux pas être satisfait de cette quatrième place, mais les qualifications nous ont empêché de faire mieux. Cependant, nous avons quand même obtenu un bon résultat pour l'équipe, ce qui est formidable parce que tout le monde a travaillé très dur pour améliorer la voiture et les réglages pour Singapour."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean risque un GP de suspension lors des 4 courses à venir
Romain Grosjean a pris 5 secondes de pénalité en course pour ne pas avoir respecté les drapeaux bleus à Singapour.

Le Français a préféré se défaire de la Williams de Sergey Sirotkin avant de laisser la place à Lewis Hamilton qui lui prenait un tour.

Cela n'a pas plus à la FIA qui a aussi décidé d'infliger au pilote Haas F1 deux points de pénalité en plus sur sa licence. Il arrive donc à un total de 9 points de pénalité, ce qui est très critique.

En effet, Grosjean pourrait se voir exclure pour un Grand Prix s'il commet une nouvelle grosse infraction (ou plusieurs petites) en Russie, au Japon, aux USA ou au Mexique. Trois points de plus et ce sera un bannissement pour une course, comme le prévoit le règlement pour tout pilote qui atteint 12 points de pénalité en moins de 12 mois.

Sans autre faute de sa part, la situation du Français s'améliorera à partir du 29 octobre, au lendemain de la course de Mexico, lorsqu'il regagnera un point perdu l'an dernier à la même date. Il en regagnera aussi 2 le 12 novembre.

Rappelons que Grosjean avait été suspendu pour une course, celle de Monza en 2012, après avoir causé un énorme crash au départ à Spa.

source: Nextgen-Auto.com

Verstappen n'aurait pas pu faire mieux que deuxième
Qualifié deuxième, Max Verstappen a terminé à la même place le Grand Prix de Singapour. Le Néerlandais n'aurait pas pu aller chercher la victoire mais estime avoir signé le meilleur résultat possible derrière Lewis Hamilton.

"Ce n'était pas mal. La voiture était juste très bonne, mais on le savait déjà" lance Verstappen. "C'est dommage pour le premier tour, on voit bien qu'il nous manque de la vitesse de pointe. Si nous étions ressortis en piste derrière [Sebastian] Vettel, nous aurions terminé troisièmes."

"A partir de là, l'équipe a appliqué une excellente stratégie pour nous permettre de revenir à la deuxième place. En gros, nous avons fait notre course et nous avons essayé de suivre Lewis autant qu'on le pouvait. A la fin, nous savions que la deuxième place serait le meilleur résultat possible, alors nous n'avions plus qu'à ramener la voiture à l'arrivée."

Il raconte les problèmes mécaniques subis, pour lesquells on l'a entendu se plaindre à la radio: "Je n'ai pas pris un départ parfait après mon arrêt aux stands, mais derrière la voiture de sécurité, il y a eu des problèmes et même des ratés de vitesse. La voiture n'arrivait pas à trouver de rapport, alors j'ai failli décrocher."

"J'avais besoin de changer de vitesse très rapidement pour me relancer. Pendant la course, le passage des vitesses a également été très difficile. Nous avons eu beaucoup de problèmes, mais dans l'ensemble je suis très content de la deuxième place."
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg n'est pas ravi par son point marqué à Singapour
Renault F1 a signé sa sixième double entrée dans les points de l'année en menant Carlos Sainz et Nico Hülkenberg aux huitième et dixième places du Grand Prix de Singapour disputé sur le circuit urbain de Marina Bay.

Tous deux ont pris des départs propres. Au premier virage, Carlos a dépassé Nico et a tenu son rang dans les premiers tours. Pour son 75ème Grand Prix, l'Espagnol a connu une course sereine, marquée par un long premier relais en Ultratendres et conclue en huitième position pour la deuxième fois d'affilée.

Parti en Hypertendres pour son 150ème départ en F1, Nico s'est arrêté tôt avant un long relais en Ultratendres. Sa course intelligente et mesurée jusqu'au drapeau à damier lui a permis d'inscrire ses premiers points depuis le Grand Prix d'Allemagne.

Avec cinq points en poche, l'équipe consolide sa quatrième place au Championnat des Constructeurs tout en portant son avance à quinze unités sur ses poursuivants.

"Je ne suis pas trop content de ce résultat, car je sais qu'il aurait pu être meilleur. J'ai perdu deux places au départ, ce qui nous a mis sur la défensive et nous l'avons payé cher. Nous nous sommes arrêtés tôt en voulant être agressifs sur l'undercut. Cela a bien fonctionné dans un premier temps, mais nous avons été gênés par le trafic par la suite. J'ai profité de l'accrochage devant moi pour entrer dans les points. Le résultat aurait toutefois pu être meilleur, donc je reste sur un sentiment mitigé", commente Nico Hülkenberg.

Carlos Sainz est lui "très satisfait du résultat. Je ne l'étais pas hier, mais je me suis réveillé en sachant que nous avions de bonnes chances en course. Nous avions un avantage sur la stratégie des pneumatiques en partant douzièmes et nous avons pris un bon départ pour augmenter nos chances d'être dans le top dix. La huitième place n'est pas un mauvais résultat aujourd'hui, mais j'aurais préféré finir plus haut! Ces cinq points sont importants pour le championnat et nous continuons de distancer nos rivaux. Dans l'ensemble, je suis content de cette journée puisque nous avons exécuté une bonne course."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo n'a rien pu faire pour passer les Finlandais
Daniel Ricciardo s'était mal qualifié hier à Singapour, il en a logiquement payé le prix aujourd'hui en course.

Sans incident au départ et malgré une stratégie décalée, le pilote Red Bull finit derrière tous les autres pilotes des trois top teams, à la 6ème place de ce Grand Prix de Singapour.

"Au final, la course a été un peu comme prévu, mais nous espérions pouvoir profiter d'une stratégie parfaite pour faire mieux. Nous avons essayé quelque chose de différent en restant longtemps en Hyper -tendres et nous avons eu un bon rythme", commente Ricciardo.

"Mais un circuit urbain, c'est vraiment génial si vous êtes en pole, sinon ce n'est pas seulement difficile pour dépasser mais aussi pour suivre les autres. La qualification est tellement importante ici et la course a été vraiment perdue hier pour moi."

6ème de la course, l'Australien admet qu'il n'a pu faire mieux avec sa Red Bull.

"Je pouvais rattraper Kimi, je restais près de lui pendant quelques tours et ensuite je devais reculer pour préserver mes pneus. J'avais le rythme pour revenir dans sa boîte de vitesses mais je n'ai jamais été assez proche pour tenter un dépassement."

"Je devais vraiment espérer une erreur ou que Kimi et Valtteri commencent à se battre afin d'en profiter. Mais rien..."

Ricciardo a tout tenté jusqu'au bout.

"Je me suis rapproché de Kimi dans le virage 13 au dernier tour, mais ce n'était pas assez proche."

"Les circuits urbains sont mes circuits préférés en termes de pilotage, mais ils peuvent aussi être frustrants. A Monaco, j'ai entendu Lewis se plaindre à la septième place, et maintenant je comprends de quoi il se plaignait."

"Je pense que tout le monde était dans le même bateau. J'aurais aimé me battre pour mieux aujourd'hui, mais je ne le pouvais pas. Hier soir, nous avons passé plusieurs heures à essayer de tout comprendre et j'espère qu'en Russie tout se mettra en place."

"Nous continuerons à nous battre, à essayer de nous améliorer et peut-être que nous pourrons gagner sur un circuit auquel nous ne l'attendons pas. Maintenant, je vais sauter dans un bain de glace et me rafraichir!"
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen s'est ennuyé aujourd'hui en course
Cinquième sur la grille de départ, Kimi Räikkönen a franchi la ligne d'arrivée en cinquième position. Et il n'hésite pas à dire qu'il s'est ennuyé pendant deux heures. Nous n'étions donc pas les seuls...

"Il ne s'est pas passé grand-chose aujourd'hui en course", raconte Kimi Räikkönen. "Ma voiture était rapide et se comportait bien, mais la plupart du temps j'étais coincé derrière quelqu'un et je devais gérer l'usure de mes pneus. Les dépassements sont impossibles sur ce circuit si le gars de devant ne fait pas une grosse erreur. J'ai remarqué que Bottas avait des difficultés avec son pneu arrière droit et je me suis approché plusieurs fois de lui, mais pas assez pour le dépasser."

"Il était difficile de le suivre dans le deuxième secteur, car je perdais mes appuis aérodynamiques. Nous avons allongé notre premier relais en pensant que la voiture de sécurité allait monter en piste, mais ce n'est pas arrivé. La qualification est la clé de cette course et bien sûr, quand on part un peu en retrait, la course est très ennuyeuse. Nous voulions bien sûr faire mieux, nous avons fait de notre mieux et c'est le résultat que nous avons obtenu", ajoute le Finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Sirotkin a bouchonné le peloton, Stroll en a profité
Sergey Sirotkin n'a fini que 19ème du Grand Prix, mais il en aura été l'un des principaux animateurs. Le Russe a dû s'arrêter dès le 3ème tour, en raison d'une crevaison (débris). Il a alors tenté de rallier l'arrivée, créant un bouchon dans les rues de Singapour, dont Sergio Pérez fut la principale victime. Le pilote Williams est finalement repassé une deuxième fois par les stands avant de recroiser le Mexicain en piste. Il a, enfin, écopé d'une pénalité de cinq secondes pour n'avoir pas respecté les drapeaux bleus.

"C'était un combat, je me suis battu tout le long" réagissait-il après l'arrivée. "Nous étions dans une bonne position au début de la course, et ce jusqu'au contact avec la Force India. Le contact a grandement endommagé ma voiture et après cela, c'était juste une question de survie. C'est une course où il est difficile de dépasser, donc je me suis battu aussi dur que je le pouvais pour protéger la voiture et garder ma position, mais tour après tour, cela devenait de plus en plus difficile, la voiture partait en lambeaux. J'ai tout donné pour obtenir la meilleure performance."

Lance Stroll, qui s'élançait en tendres, a vécu une course plus tranquille et surtout plus efficace: il a terminé 14ème, devant Romain Grosjean.

"C'était un peu le chaos autour de moi, donc j'en ai probablement bénéficié. Je suis vraiment heureux du résultat final, 14ème, c'est un résultat formidable étant donné notre rythme hier et tout au long du week-end. Ce n'était pas facile, je dirais plus mentalement que physiquement. Je me suis senti assez bien physiquement dans la voiture. Mentalement, j'étais sur les nerfs, je n'avais pas de marge d'erreur. Ce n'est pas facile puisque chaque millimètre compte ici, sinon, vous tapez dans le mur. J'ai essayé de tout extraire de la voiture à chaque tour, ce qui bien sûr est très difficile sur une course de 61 tours. Je m'en suis bien tiré donc je suis heureux."

Comme prévu, Williams avait un meilleur rythme en course qu'en qualifications, ce qui a relativement contenté Paddy Lowe, qui félicite d'ailleurs le travail de ses pilotes.

"Sergey a fait un travail fantastique en gérant ses pneus et son rythme, et en gardant les voitures derrière lui malgré une pression énorme. Lance a profité du trafic et des différents embouteillages pour optimiser son arrêt aux stands. Il a fini dans une meilleure position qu'on pouvait l'espérer. Il a hérité de 14ème position en raison de la pénalité de cinq secondes de Romain Grosjean, que nous chassions vers la fin."

"Les pilotes ont tiré le maximum de la voiture aujourd'hui, je les félicite."
source: Nextgen-Auto.com

Ericsson, un peu frustré mais heureux de sa 11ème place
Charles Leclerc a réussi à rentrer dans les points pour Sauber aujourd'hui à Singapour, mais pas Marcus Ericsson.

Le Suédois a toutefois mené une très belle course dans les rues de la ville-état et a terminé à la 11ème place, à la porte des points.

"J'ai fait une très bonne course aujourd'hui, Charles un peu mieux que moi et il finit dans les points", commente Ericsson.

"Malheureusement il n'y a pas eu beaucoup d'abandons devant, ce qui valorise aussi nos belles positions à l'arrivée."

"Notre rythme était bon et nous n'avons fait aucune erreur. Cela reste donc un peu frustrant de finir si proche du Top 10. J'ai fait de mon mieux mais je suis ressorti derrière les leaders (à un tour) après mon arrêt et j'ai dû laisser ici ou là des secondes pour laisser passer le Top 6."

"Cela reste du bon travail pour notre équipe et j'espère revenir dans les points à Sotchi."
source: Nextgen-Auto.com

Un dimanche à oublier pour Haas
Voilà une course à oublier pour l'écurie Haas Aucun des deux pilotes n'est dans les points alors que la qualification de Romain Grosjean par exemple (8ème) pouvait laisser penser que le Top 10 était à sa portée aujourd'hui en course.

Une pénalité de 5 secondes fait rétrograder Romain Grosjean de sa 13ème place à la 15ème pour non respect des drapeaux bleus, mais bien sûr, cela ne change pas grand chose pour lui.

"Je crois que cette course a été frustrante pour tous les pilotes qui se sont qualifiés entre la 7ème et la 10ème place avec les pneus hyper tendres", explique Romain Grosjean. "Ces pneus étaient vraiment très peu compétitifs en course. Ils étaient morts après seulement 10 tours alors que les gommes ultra tendres ont fait bien plus, je pense jusqu'à 40 tours! Nous allons devoir réfléchir à ça, car j'étais à fond du premier au dernier tour."

"Je me suis donné au maximum et je ne termine pas dans le Top 10. Je suis désolé si j'ai gêné d'autres pilotes, ce n'était pas intentionnel. Je me battais contre Sirotkin qui roulait ici comme un pilote de karting. Je n'ai pas pu ralentir (en voyant les drapeaux bleus), car Sergey était devant moi et Pierre (Gasly) était dans ma boîte. J'ai dépassé Sergey et lorsque ce fut fait, j'ai enfin pu laisser Lewis (Hamilton) passer", ajoute le pilote français.

La course de Kevin Magnussen a été encore plus frustrante. "Cette journée a été longue pour moi. Ce fut une journée très difficile pour l'équipe. Le meilleur moment de ma journée a été le record du tour (en fin de course avec des pneus hyper tendres neufs). Cela ne vaut pas grand-chose, peut-être un petit sourire. Nous allons tourner cette page et revenir à l'attaque en Russie."
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso n'avait pas le rythme pour les points
Dès les essais libres, les Toro Rosso étaient loin d'être aussi rapides que l'an dernier dans les rues de Singapour.

Pierre Gasly, 13ème de l'épreuve, a tout de même limité les dégâts en comparaison de son coéquipier. Une deuxième moitié de Grand Prix plus complexe a mis fin à ses ambitions de Top 10.

"C'était une course un peu étrange aujourd'hui. J'ai pris un bon départ, gagné trois places et j'étais 12ème à la fin du premier tour. Nous avons fait un pari avec les pneus et commencé en hypertendres, mais à la fin, c'était beaucoup plus difficile que prévu. Et j'ai vraiment souffert pour les faire durer à la fin du relais. Après le premier arrêt, j'étais au milieu du bazar entre Sergey Sirotkin et Romain Grosjean, et avec tous les drapeaux bleus j'ai perdu pas mal de temps. J'ai essayé de faire le maximum dans la voiture, mais je n'avais pas le rythme pour me battre pour les points durant tout le week-end."

Brendon Hartley a évolué dans le fond du peloton et a nouveau déçu, en qualifications comme en course, alors qu'il doit sauver son baquet. Le Néo-Zélandais a une excuse: sa stratégie fut loin d'être optimale.

"Nous avons lancé les dés en l'air aujourd'hui et décidé de nous arrêter tôt. J'étais plus rapide que les gars devant moi en hypertendres. Nous sommes passés aux ultratendres et beaucoup de monde a couvert notre arrêt, ce qui nous a remis dans le trafic, donc ça n'a pas vraiment fonctionné. Nous avons décidé de faire un autre arrêt aux stands et j'ai été bloqué derrière la Williams et perdu une place face à Kevin Magnussen. Nous n'avions pas le rythme pour les points aujourd'hui. C'est décevant puisque nous placions de grands espoirs en cette course."

"C'était une course difficile, nous avons vu l'arrivée mais il n'y a rien d'autre à fêter. Nous avons choisi de commencer en hypertendres parce que nous savions que nous aurions peut-être une meilleure durée de vie avec ces pneus que nos concurrents. Nous avons espéré combler notre retard durant le premier tour. C'était un peu délicat parce qu'Esteban Ocon a tapé le mur, mais nous étions très compétitifs dans le premier relais en hypertendres. Nous avons tenté différentes choses pour progresser dans le peloton, mais ça n'a pas fonctionné."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne finit hors des points à Singapour
Fernando Alonso a terminé "meilleur des autres" aujourd'hui, à la 7ème place du Grand Prix de Singapour. Mais Stoffel Vandoorne, son équipier, n'était pas sur ses traces pour espérer finir dans le Top 10.

Le Belge n'augmente toujours pas son compteur de points et se justifie par son résultat de la veille en qualifications.

"C'était un bon Grand Prix pour nous, je pense que notre seul défaut, c'était de partir depuis la dix-huitième place", lance Vandoorne au micro de la 'RTBF'.

"On a pris un bon départ, mais on n'a pas vraiment pu en profiter dans le premier tour suite à tout ce qu'il s'est passé. On a ensuite livré une bonne course. Notre premier relais était très, très bon, on a réussi à faire fonctionner les pneus pendant très longtemps. On a pu faire la différence en restant longtemps en piste avant de passer par les stands, et d'ensuite disputer une bonne fin de course."

Vandoorne avait assez peu roulé lors des libres, pour diverses raisons: tests à mener pour McLaren, problème techniques...

"J'espère que lors des prochains week-ends de course, cela se passera un peu mieux, et qu'on ne rencontrera pas de problèmes. Jusqu'à présent, on a vécu beaucoup de week-ends difficiles, avec plein de problèmes lors des essais libres. Et avec le niveau de performance de la voiture, tout doit être parfait pour pouvoir progresser."

"Il reste six Grands Prix à présent, je vais essayer de faire le mieux possible, de faire mon boulot, avec l'équipe. C'est la seule chose que je peux faire pour le moment. La situation n'est pas facile, mais je ne peux pas faire grand-chose en plus. Avec un week-end clean, sans soucis, cela devrait aller mieux."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff ne comprend pas pourquoi Vettel n'a pas mis les tendres
Comme à Monza, Mercedes n'était pas censée disposer de la voiture la plus performante à Singapour. Et comme à Monza, la Scuderia a finalement été distancée par la maestria de Mercedes et surtout de Lewis Hamilton.

Les Flèches d'Argent - du moins celle du Britannique - étaient beaucoup plus rapides cette année que l'an dernier à Singapour, circuit qui traditionnellement a pu leur poser problème. En 2018, Mercedes semble avoir trouvé la formule.

"J'ai le sentiment que c'est quelque chose d'important" réagissait Toto Wolff, ravi, après l'arrivée. "Pas pour le championnat, mais pour notre voiture ici à Singapour."

Avec cette victoire, Lewis Hamilton creuse encore son avance sur Sebastian Vettel: 40 points séparent désormais les deux rivaux. Le titre est-il en poche? Forcément, Toto Wolff demeure encore méfiant...

"Ce n'est pas joué. Il reste six courses et beaucoup de points à inscrire. Nous avons gagné grâce à notre rythme aujourd'hui. Nous avons compris la voiture et les pneus et je me sens revigoré pour le reste de la saison maintenant."

"Nous avions parlé avant la course avec James Allison, et la décision a toujours été claire: nous passerions les tendres. C'était un meilleur pneu et un bon choix, mais Sebastian Vettel ne les a pas chaussés."

"C'est vraiment une victoire au mérite, grâce à notre véritable rythme. Nous avons les cartes en main maintenant pour comprendre comment travailler sur notre voiture et nous allons voir comment nous pourrons la transformer d'ici la fin de saison."

"C'est important de ne pas être dépassé en raison d'un under-cut et de gérer les pneus. Quand j'ai vu Max Verstappen rester proche de la Ferrari, je me suis dit 'yes!'. Ensuite Sebastian Vettel s'est arrêté et Lewis a contrôlé le rythme."

Au-delà du talent indéniable de Lewis Hamilton, qu'est-ce qui explique la Mercedes ait été aussi performante, pour une fois, sur ce tracé singapourien? Le directeur technique, James Allison, n'évoque pas un ingrédient en particulier.

"Ce fut une course tendue pour nous. Tout le long. Une voiture de sécurité aurait pu nous priver d'une tête de course bien méritée. A tout moment."

"Nous avons lentement fait progresser la performance de notre voiture. Dans le dernier secteur à Budapest, nous étions solides. L'an dernier, nous n'étions nulle part dans ce secteur. Nous avons refait peu à peu notre retard ces 12 derniers mois."

"Lewis a fait le travail, mais nous lui avons donné la voiture pour y arriver, et c'est une immense source de fierté pour nous. Lewis est une vraie machine cette année, et il élève superbement son niveau de performance."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz offre quelques points de plus à Renault
Juste derrière son compatriote Fernando Alonso sur la grille de départ, Carlos Sainz a franchi la ligne d'arrivée du Grand Prix de Singapour en 8ème position, juste derrière... Fernando Alonso.

"J'ai pris un bon départ, meilleur que ceux qui avaient des pneus hyper tendres comme moi", raconte Carlos Sainz.

"J'ai failli dépasser Fernando (Alonso), mais j'ai dû m'écarter pour éviter Nico (Hülkenberg). Ce fut une course difficile, mais nous avons atteint l'objectif qui était la 7ème ou la 8ème place. Dommage qu'il n'y ait pas eu plus d'action à l'avant, cela nous aurait probablement permis de marquer quelques points de plus. Mais bon, je suis 8ème ou plutôt 2ème derrière Fernando..."

Carlos Sainz est l'un des pilotes qui a croisé la route de Sergio Pérez aujourd'hui et ce dernier était vraiment dans un mauvais jour...

Quatrième du Championnat des Constructeurs, Renault a encore augmenté son avance sur l'écurie Haas et cela n'a pas échappé à Carlos Sainz.

"C'est une bonne chose, c'est certain. Je crois que nous avons marqué des points trois fois au cours des quatre dernières courses. Les choses se font peu à peu, surtout le dimanche", ajoute-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

Une course chaotique pour Pérez à Singapour
Sergio Pérez a subi une course compliquée, marquée dès le premier tour par un accrochage avec Esteban Ocon. Le Mexicain est revenu sur cet incident et regrette que ça ait compromis les chances de gros points de son équipe.

"C'est un incident malheureux" regrette Pérez. "Alors que je remettais les gaz, j'ai été percuté par une voiture, je ne savais pas que c'était Esteban. J'étais vraiment désolé, ça nous brise le cœur. Je n'ai pas grand chose d'autre à dire."

"Je suis désolé pour l'équipe globalement. J'aurais aimé voir Esteban ou pouvoir faire les choses différemment. C'était une journée difficile pour nous après une bonne qualification mais c'est la course et j'espère que nous pourrons progresser dans les prochaines courses pour marquer des points."

Par la suite, il s'est retrouvé coincé derrière Sirotkin, ce qui a ruiné sa course. Enervé, le Mexicain a mis un gros coup de volant envers le Russe en pleine ligne droite, ce qui lui a valu un drive through et trois points de pénalité sur son permis.

"La stratégie nous a permis un excellent premier relais mais nous étions ensuite derrière Sirotkin et je n'arrivais pas à le passer. Puis il y a eu ce contact. C'était une bonne qualification mais la stratégie aujourd'hui était mauvaise."

"Je savais que ma course n'était plus entre mes mains. Nous avons sous-estimé les mauvais effets de cette stratégie car la Williams n'était pas si lente et donc difficile à dépasser. Je faisais surchauffer mes freins et mes pneus, je me suis battu avec Sirotkin et il y a eu ce contact."

Otmar Szafnauer, directeur de l'équipe, s'est montré agacé par ce nouvel accrochage, le premier depuis Spa en 2017, lorsque des consignes avaient été placées: "Cela faisait un an. C'est à Bakou l'année dernière que nous avons instauré les règles, renforcées ensuite à Spa. De Spa jusqu'ici, ce n'est pas arrivé."

"Alors, on revient aux anciennes règles. Nous leur avons permis de courir dans le premier tour alors qu'auparavant, nous ne leur permettions pas, et maintenant nous pouvons retirer cela. Et s'ils continuent à le faire, notamment au premier tour, il y a d'autres moyens de les séparer et nous espérons que nous n'aurons jamais à les employer."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso marque quelques points de plus pour McLaren
Onzième sur la grille de départ, Fernando Alonso marque les points de la septième place après une course remarquable. Qui peut croire que ce pilote a annoncé il y a peu qu'il allait quitter la F1 à la fin de l'année? C'est pourtant ce qu'il va faire et c'est bien dommage.

"La vérité est que le feu d'artifice à la fin de la course salue les vainqueurs, surtout Lewis Hamilton qui grâce à son tour extraordinaire hier en qualification avait déjà la moitié de la victoire en poche", commente Fernando Alonso. "Quant à nous, je crois que nous avons fait le maximum. Nous avons pris un bon départ et ensuite nous aurions pu avoir le meilleur tour en course si Magnussen n'avait pas chaussé les pneus hyper tendres en fin de course. Pour nous, cette course a été magique."

Fernando Alonso a eu un peu de chance en début de course lorsque les deux Force India se sont accrochées.

"Cela s'est passé juste devant moi et j'ai pu m'en débarrasser. Ensuite, la course s'est résumée à contrôler l'écart avec celui qui était devant moi et avec celui qui me suivait. Il nous fallait aussi choisir le bon moment pour changer nos pneus afin de conserver notre position. La voiture s'est bien comportée depuis le premier tour. Nous avons marqué de bons points. Chaque fois que nous venons à Singapour, nous savons que nous aurons peut-être des occasions à saisir, mais il faut être prêt à les saisir."

Que pense Alonso de la course de Grosjean qui l'a touché lui et Carlos Sainz? "Il se concentrait tellement sur nous qu'il s'est fait dépasser par Hülkenberg et ensuite par tout le monde. C'est un classique chez eux", ajoute Alonso avec son ton mordant.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel met les choses au clair concernant Ferrari
Bien conscient que ses premiers propos, à la sortie de sa voiture, pouvaient être interprétés comme une attaque envers son équipe, Sebastian Vettel a rectifié le tir lors de la conférence de presse.

Pas question de critiquer la stratégie de Ferrari selon l'Allemand.

"Je défendrai toujours l'équipe. Les décisions prises pendant la course étaient nécessaires pour gagner et il faut être agressif pour ça."

"Ce que nous avons tenté, l'undercut, était évident. Mais ça n'a pas fonctionné."

"La stratégie était de passer Lewis mais c'est dommage d'avoir perdu la 2ème place prise à Max après le départ."

"Red Bull a très bien réagi à notre erreur et ils nous ont passé. A partir de là, la priorité était d'éviter un nouvel arrêt et de finir à la 3ème place."

Vettel veut rester confiant.

"Nous avons toujours une très bonne voiture. Nous avons été très compétitifs ce week-end mais le résultat final, pour Kimi comme pour moi, ne reflète pas notre performance. C'est ce que j'ai voulu dire quand j'ai déclaré que nous n'avons pas exploité tout ce que nous avions."

La situation au championnat est délicate.

"Lewis ne s'attendait pas à me prendre 10 points ici, c'est ce qu'il a dit. Et je ne m'attendais pas à en perdre 10 sur lui. Mais je n'ai jamais cru que nous avions la voiture la plus rapide comme les gens l'ont dit. Et encore moins avec une grosse marge."

"Aujourd'hui nous étions un peu plus lents mais il est difficile de tirer des conclusions après ma course. Mais nous n'avons pas peur des circuits à venir."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton ne pensait pas triompher à Singapour
Lewis Hamilton a remporté une nouvelle victoire inattendue cette saison, à Singapour. Comme en Allemagne et en Hongrie, le Britannique ne partait pas favori vendredi après les essais libres, mais une pole position autoritaire et une course parfaitement maîtrisée lui permettent un septième succès cette saison.

"Je suis crevé, j'ai eu l'impression que c'était la plus longue course de ma vie, je suis heureux qu'elle soit terminée. L'équipe n'a jamais rien lâché, elle nous a fait confiance, à Valtteri [Bottas] et à moi, et à nos capacités" se félicitait Hamilton à l'arrivée. "J'ai eu l'impression que c'était la plus longue course de ma vie. Max s'est bien défendu. Quelle journée et quel week-end!"

"J'ai été un peu malchanceux dans le trafic, ces gars n'arrêtaient pas de bouger et c'était difficile de les suivre. Max a été chanceux je pense, et les gars ne me laissaient pas passer. J'ai vraiment eu peur mais une fois que j'étais repassé, j'ai pu accélérer et creuser l'écart."

"C'était une longue course mais c'était amusant. Cette piste est incroyable, surtout avec ces voitures. J'ai pris un bon départ et j'ai pu contenir le peloton et contrôler mes pneus, en attaquant uniquement lorsque j'en avais besoin. C'est devenu un peu plus tendu vers la fin avec les pilotes retardataires, on pouvait sentir l'aspiration des voitures à 5 ou 6 secondes d'elles mais on ne voyait pas les drapeaux bleus."

Il admet ne pas avoir compris la méforme de Ferrari et Sebastian Vettel en qualifications et en course, alors que les monoplaces au Cheval cabré semblaient intouchables en début de week-end: "Il se sont bien battus ce week-end, je ne sais pas trop ce qu'il s'est passé avec leurs performances."

Une méforme dès les qualifications qui lui a permis de signer une pole position spectaculaire: "Nous savions que Ferrari serait impressionnante ici et qu'il faudrait une performance spéciale pour les battre. C'était un instant monumental pour nous en tant qu'équipe. Je ne pensais pas repartir de Singapour avec 10 points d'avance en plus, mais je suis très heureux."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel quitte Singapour avec sa tête des mauvais jours
Sebastian Vettel va quitter Singapour avec la tête des mauvais jours... celle qu'il avait déjà hier après la qualification, mais en pire.

Le champion allemand espérait en effet gagner la course ce week-end afin de reprendre quelques points à Lewis Hamilton, mais c'est ce dernier qui a remporté la victoire et qui prend 10 points de plus à son rival de la Scuderia Ferrari.

Sebastian Vettel doit en effet se contenter de la plus petite marche du podium. "Nous n'étions pas assez rapides, nous n'étions pas dans le bon rythme en course. Nous avons essayé d'être agressif en début de course, mais cela n'a pas fonctionné. Le pire, c'est que nous n'avions pas d'autres options stratégiques et nous nous sommes donc contenté de rejoindre l'arrivée."

"Lorsque je pense à la course d'aujourd'hui, je me dis que nous n'avons aucune chance au championnat. J'avais dit avant de le début du week-end que les seuls qui pouvaient nous battre, c'étaient nous-même. Je crois que nous n'avons pas tirer le meilleur de notre package aujourd'hui", ajoute Vettel.
source: Nextgen-Auto.com

Leclerc termine neuvième après la course la plus dure de sa carrière
Charles Leclerc a terminé neuvième du Grand Prix de Singapour, après une très longue course. Heureux de sa performance, le futur pilote Ferrari explique à quel point cette course nocturne est la plus compliquée de la saison.

"La course la plus dure de loin, vraiment... vraiment difficile" avouait-il, haletant, en fin de course. "Chaque fois on pense qu'il reste deux ou trois tours. En milieu de course, je pensais qu'il me restait à peu près cinq tours, et ensuite ils arrivent à la radio, ils te disent qu'il reste encore 30 tours, c'est difficile."

Il se félicite d'une telle performance et remercie son équipe pour les conditions dans lesquelles il a tourné: "Une course parfaite de notre part, la stratégie, on a fait tour qualif après tour qualif, la gestion des pneus était parfaite. Neuvième après un vendredi difficile comme on a vécu, c'est incroyable."
source: Nextgen-Auto.com

GP de Singapour - Course
On a cru un moment pouvoir assister à un duel de titans entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel dans les rues de Singapour. 3ème sur la grille du circuit de Marinay Bay, l'Allemand sait qu'il doit agir vite et effacer l'obstacle Max Verstappen. Il y parvient habilement juste avant l'apparition de la Voiture de Sécurité, lancée en piste après un contact entre les deux Force India dans le premier enchaînement, Esteban Ocon étant envoyé dans le mur par un Sergio Pérez agité ce dimanche soir.

Mais croyant par erreur qu'Hamilton rapporte une dégradation rapide de ses gommes Hyper-Tendres, Vettel et Ferrari tentent un arrêt anticipé et l'Allemand repart en Ultra-Tendres. Une boucle plus tard, le pilote Mercedes s'arrête pour couvrir tout nouveau Safety Car et repart tranquillement devant son rival au championnat avec le composé Tendre.

Les malheurs de Seb ne sont pas finis puisque Verstappen parvient à lui récupérer la deuxième place à la faveur d'un arrêt plus rapide et d'une sortie des stands musclée. Les jeux sont faits.

Malgré quelques frayeurs au moment de prendre un tour à des retardataires impliqués dans des bagarres de chiffonniers, Hamilton maîtrise la course et l'écart avec la Red Bull et la Ferrari de pointe derrière lui. Leurs coéquipiers respectifs - Valtteri Bottas, Kimi Räikkönen et Daniel Ricciardo - complètent un Top 6 sans surprise.

Profitant d'une stratégie décalée avec un premier relais plus long, Fernando Alonso (McLaren) et Carlos Sainz (Renault) signent de solides 7ème et 8ème places en prenant le meilleur sur les pilotes qualifiés dans les 10 premiers mais contraints de partir avec la gomme Hyper-Tendre.

Charles Leclerc fête sa promotion chez Ferrari par un retour dans les points avec la 9ème place pour Sauber, tandis que Nico Hülkenberg permet à Renault de placer ses deux voitures dans le Top 10. Le Losange se donne un peu d'air au classement Constructeurs puisque ni Haas, ni Force India ne parviennent à engranger des unités sous les projecteurs de Marina Bay.

Auteur de sa 69ème victoire en carrière, Hamilton compte désormais 40 points d'avance sur Vettel à six courses du but. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Ocon regrette une occasion manquée à Singapour
La course d'Esteban Ocon n'a duré que trois virages, quelques centaines de mètres avant un accrochage avec Sergio Pérez qui l'a envoyé dans le mur. Le Français se désolait d'une situation déjà vue par le passé, même si l'accrochage n'est pas spécialement pointé du doigt d'un côté ou de l'autre.

"J'ai revu les images mais je ne vais pas analyser" explique-t-il au micro de 'Canal+'. "J'ai pris un super départ, je sentais la voiture super bien dans le peu de course que j'ai fait. J'ai vu une ouverture au virage 3 puis j'ai senti un coup et ensuite, j'étais dans le mur."

Ocon regrette que son équipe, mieux située que ce qui était attendu, ne profite pas d'une telle occasion pour marquer des points, d'autant que la course agitée de Pérez l'a fait terminer en fond de classement.

"Ce qui est dommage c'est qu'on avait une super vitesse pour terminer avec les deux voitures dans les points. La course est pas encore finie, mais on ne va pas marquer de points."

Invité à commenter le fait qu'il s'agit du troisième accrochage en deux saisons avec Pérez, Ocon est prudent: "Je ne commenterai pas."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo ne vise pas un podium avec Renault avant 2020
Daniel Ricciardo a surpris le monde de la F1 cet été en annonçant son départ chez Renault pour l'année prochaine. L'Australien est conscient du défi qui l'attend et avoue même qu'il ne se voit pas jouer le podium l'an prochain, alors que le meilleur résultat de Renault jusqu'ici reste une cinquième place, depuis son retour en 2016.

"Je pense qu'il est réaliste de dire que je pourrais faire des 'shoey' sur les podiums en 2020" explique Ricciardo.

"Je ne veux pas exclure la possibilité d'un podium l'an prochain mais je pense qu'il faudra des circonstances particulières comme une course folle, du genre de Bakou 2016. Je pense qu'il faudra 12 mois supplémentaires pour vraiment être candidats au podium."

Il pense toutefois qu'il n'aurait pas été mieux loti en restant chez Red Bull, qui aura un moteur Honda l'année prochaine.

"Je pense qu'il est difficile pour le moment de se battre pour le titre dans autre chose qu'une Ferrari ou une Mercedes, et ce pour les 12 prochains mois."

"Red Bull sera une inconnue avec Honda, mais les favoris seront encore Ferrari et Mercedes. Je pense que 2019 allait être une année de construction, peu importe ma décision, donc j'essaierai de faire cela pour être prêt à attaquer en 2020."
source: Nextgen-Auto.com

L'idée de la 3ème voiture discutée ce mercredi
Toto Wolff a du mal à placer ses pilotes junior en Formule 1 alors il a repris à son compte une idée défendue il y a quelques années par Ferrari et Bernie Ecclestone: introduire une 3ème voiture par équipe.

La prochaine réunion du Groupe Stratégie aura lieu mercredi.

"Je pense que nous allons en discuter à cette occasion. Mais comme je ne suis pas celui que l'on écoute en ce moment en F1, mes idées ont tendance à finir à la poubelle. Il vaudrait peut-être mieux que je me taise et que cette idée soit portée par quelqu'un d'autre", lance le directeur de Mercedes F1 à Singapour.

Wolff sait qu'il aura peu de soutiens: Ferrari a contourné la restriction à 2 voitures par équipe en s'alliant avec Sauber et Haas. Red Bull dispose elle de deux équipes pour tester puis promouvoir ses jeunes pilotes une fois arrivés en F1.

"Mon idée permettrait aussi d'avoir plus de voitures sur la grille, une possibilité pour des jeunes de se battre avec des voitures compétitives contre des pilotes plus expérimentés."

Le négatif? "J'en conviens: pour les petites équipes, avoir trois Mercedes, trois Ferrari et trois Red Bull devant elles, c'est un argument qui joue contre cette idée."

"Mais nous avons des réponses comme les laisser participer aux libres et qualifications mais ensuite organiser une course uniquement entre les 3ème voitures. C'est une idée. Ou alors elles ne marquent pas de points au Championnat des Constructeurs."

L'idée de la 3ème voiture a peu de chances d'aboutir avant que la Formule 1 ne réduise vraiment ses coûts et que toutes les équipes soient plus compétitives. Soit pas avant 2022 ou 2023, si les règles de 2021 sont bien adoptées comme prévu avec une restriction budgétaire qui sera conséquente pour les top teams.
source: Nextgen-Auto.com

Pérez veut ramener Racing Point Force India à la 4ème place
Sergio Pérez a révélé qu'il trouverait fantastique que Racing Point Force India parvienne à terminer devant McLaren au Championnat des Constructeurs, alors qu'elle a vu son compteur de points remis à zéro après la pause estivale.

"Pour le moment, nous sommes septièmes, donc l'objectif est la sixième place, ce qui serait incroyable si nous parvenons à battre McLaren avant la fin de saison" avoue le Mexicain.

"Mais pour moi, ça n'a pas grand intérêt. Je veux faire les calculs après Abu Dhabi pour voir combien de points nous aurons marqué d'ici là, et savoir si nous finissons quatrièmes ou non. C'est un calcul très simple à faire et c'est mon plus grand objectif, qu'on retrouve la quatrième place en fin de saison."

Avec les bons résultats de Spa et Monza, c'est la place qu'occuperait l'équipe si elle n'avait pas vu ses compteurs remis à zéro cet été. Elle est actuellement à 20 points de McLaren.

"C'est le moment d'être performants. Nous sommes assez optimistes avec la nouvelle évolution. Singapour n'est généralement pas notre piste préférée et j'espère que nous serons compétitifs ce week-end afin de marquer de nombreux points avec les deux voitures."

"Les évolutions se situent un peu partout. Le fond plat, le tableau de bord, et d'autres choses. Il était prévu à l'origine que l'on ait cette évolution ici, à Singapour, mais ce n'était pas certain que ce soit finalement le cas."
source: Nextgen-Auto.com

Lowe - Un choc de voir Williams si loin en qualifications
Williams a réalisé à Singapour sa pire séance qualificative de l'année, en terminant à 1"3 de Stoffel Vandoorne, 18ème. Cette énorme contre-performance intervient après deux courses encourageantes à Spa et Monza, les deux pilotes ayant même terminé dans les points en Italie.

"Nous avions un rythme plutôt encourageant en course à Monza, avec un rythme tout aussi correct en qualifications" explique Paddy Lowe, directeur technique. "C'est un peu un choc d'arriver ici et d'être si loin du rythme. Il y a une année lumière entre nous et les autres."

"Il y a quelque chose de spécifique sur ce tracé et nous devons comprendre et voir pourquoi ça nous a affectés. Je suis sûr qu'on en tirera de bonnes leçons. Je pense que ce circuit est assez extrême, avec le plus gros grip et les pneus les plus tendres. Il y a surement quelque chose de mauvais sur la voiture que ça amplifie, et je pense que c'est le résultat de cela que nous avons vu. La bonne nouvelle est qu'il y a des informations valables à en tirer."

Lowe s'attend à de meilleures performances en course: "Notre rythme sur les longs relais était meilleur en essais libres. Je pense que nous pourrons être au niveau des voitures devant nous, même si nous partons du fond de grille. Et c'est probablement la course la plus difficile entre les conditions, la longueur de la course et le travail à fournir par les pilotes. Nous allons tout donner."
source: Nextgen-Auto.com

Robertson - Je voyais Kimi continuer après Ferrari
Le choix de Kimi Räikkönen de poursuivre en Formule 1 dans une équipe de milieu de grille, après avoir appris que Ferrari ne prolongerait pas son contrat, a étonné énormément de personnes dans le paddock, mais aussi les fans.

Même si des rumeurs évoquaient déjà l'arrivée du Finlandais chez Sauber il y a quelques semaines, personne n'y croyait vraiment. Räikkönen avait souvent laissé entendre qu'il finirait sa carrière en F1 avec la Scuderia.

Pour son manager, Steve Robertson, était-ce aussi une surprise? Pas vraiment.

"Kimi adore le pilotage. Oui, il aurait pu arrêter là, mais il aime piloter ces Formule 1, qui sont le top du top."

"Personnellement, je savais qu'il chercherait à continuer. Je croyais au fait que s'il ne pouvait pas rester chez Ferrari, il trouverait une autre option. Et il n'y avait pas beaucoup de solutions."

Robertson indique que c'est bien Räikkönen lui-même qui a pris contact pour démarrer les négociations avec Sauber.

"Kimi a rencontré l'équipe en premier puis m'a transmis le dossier. Sauber était intéressée, Kimi aussi, et ça s'est fait naturellement. Comme toujours dans la carrière de Kimi, sans discussions inutiles."

N'aurait-il pas mieux valu finir sa carrière dans une équipe au top comme Ferrari plutôt que de faire ce qui pourrait être des saisons de trop?

"Kimi a passé 8 saisons chez Ferrari, une équipe légendaire, c'est déjà incroyable. Peu de pilotes sont restés aussi longtemps. Cela ne s'effacera pas. Maintenant, il va certainement décider de finir sa carrière là où il l'a commencé."
source: Nextgen-Auto.com

Renault veut des points avec ses 2 voitures aujourd'hui
Renault F1 a de bonne chances de marquer des points aujourd'hui, avec Nico Hülkenberg en 10ème position sur la grille de départ du Grand Prix de Singapour. Juste derrière lui, Carlos Sainz s'élancera de la 12ème place.

Sur le papier, ce sont de bonnes positions pour le départ pour l'équipe française mais Alan Permane, directeur sportif, admet qu'il espérait mieux côté performances de la voiture.

"Nous sommes dixième et douzième sur la grille. Ce n'est pas là où nous voulions être après le rythme prometteur affiché vendredi. La voiture n'est pas assez rapide sur un circuit qui aurait dû jouer en faveur de nos forces et nous devons travailler pour comprendre nos lacunes", dit-il.
Que peut-il espérer de la course?

"Du côté de Carlos, nous avons des options au niveau de la stratégie puisqu'il aura le libre choix de ses pneumatiques. Ces pistes doivent être explorées pour la préparation de la course. Pour Nico, c'est un peu plus difficile. Lorsque vous atteignez la Q3, vous voulez être septième ou huitième pour profiter d'une bonne position de piste. C'est légèrement plus compliqué quand vous êtes dixième. Nous restons positifs et nous viserons les deux voitures dans les points."

Renault souhaite en effet profiter de la mauvaise position sur la grille de départ de Kevin Magnussen, le pilote Haas, dans la lutte pour la 4ème place au Championnat des Constructeurs.
source: Nextgen-Auto.com

Le frère de Niki Lauda donne de bonnes nouvelles
Le frère de Niki Lauda a donné des nouvelles rassurantes de ce dernier. A la suite d'une transplantation pulmonaire, l'Autrichien est toujours à l'hôpital de Vienne, et devrait y rester encore un moment, mais c'est désormais un membre de sa famille qui donne des nouvelles.

"Dieu merci il va bien mieux maintenant" explique Florian Lauda, 68 ans.

"Il parle au téléphone avec l'équipe et regarde les courses à la télévision."

Il admet que son frère aura besoin de temps pour aller mieux.

"Evidemment il aura besoin d'une bonne remise en forme et il ne sera pas de retour à la normale rapidement. Mais c'est un dur, et c'est ce qui l'a rendu célèbre. Il est très concentré dans des situations difficiles."
source: Nextgen-Auto.com

Russell intéresse Williams... mais pas Ocon
Dans le paddock de Singapour, Toto Wolff continue les discussions avec certaines équipes pour placer ses jeunes pilotes.

Et Williams semble prête à embaucher George Russell pour l'année prochaine, selon les dernières spéculations: il ne manquerait plus que la signature de Wolff, ce qui fermerait une nouvelle piste à Esteban Ocon.

En effet, Wolff aurait préféré trouver une place pour le Français, toujours sans baquet, mais l'équipe de Grove ne semble pas intéressée par le Français. Probablement trop grand pour le châssis 2019 conçu par Paddy Lowe et ses équipes...

En échange de la titularisation de Russell, Mercedes réduirait évidemment la facture moteur. De 2 à 5 millions d'euros, comme c'est habituellement le cas.

Wolff semble aussi avoir abandonné l'idée de caser Ocon chez Sauber. La place disponible aux côtés de Kimi Räikkönen semble maintenant bien réservée à Antonio Giovinazzi, le 3ème pilote Ferrari.
source: Nextgen-Auto.com

Toto Wolff veut 16 courses de 80 minutes par saison
Contrairement à ce qu'a déclaré souhaiter la FIA, appuyée sur ce point par Liberty, Toto Wolff a expliqué qu'il serait positif à une réduction du nombre de courses par année. Selon lui, il faudrait revenir au niveau du début des années 2000, avec 16 courses par saison.

"Cela signifie moins de revenus à court terme, mais un produit plus exclusif et plus valeureux à long terme" analyse l'Autrichien, qui estime que les courses sont trop longues et que la limite devrait être de 80 minutes au lieu de 120.

"Cela nous aiderait à attirer l'attention des plus jeunes spectateurs, qui ont des fenêtres de concentration moins longues à cause des nouveaux formats numériques" précise-t-il.

Il estime aussi que la mise en place du plafonnement budgétaire ne pourra pas se faire facilement: "Ce qui est sûr c'est que la course entre Red Bull, Ferrari et nous, coûte des millions pour gagner quelques centièmes. Mais si les équipes de pointe dépensent aujourd'hui 290 millions, elles ne peuvent pas dire 'hourra, on aura 150 millions de budget dans deux ans'. Cela signifierait beaucoup de restructuration."
source: Nextgen-Auto.com

'Une vieille Champ Car' - Arrivabene tacle les concepts pour 2021
A quoi ressembleront les F1 en 2021? La FIA a dévoilé à Singapour trois concepts, dont le concept "2" aux couleurs de Ferrari et le concept "3" (aux couleurs Mercedes) au look beaucoup plus agressif et félin. L'objectif est de rendre les voitures plus attractives tout en améliorant le spectacle en piste.

Maurizio Arrivabene, le directeur de Ferrari, a réservé un accueil froid à ces esquisses. Les négociations des prochains Accords Concorde s'annoncent toujours autant épineuses entre Liberty Media, la FIA et la Scuderia.

"C'est un bon exercice. J'ai demandé à nos ingénieurs ce qu'ils en pensaient. Ils ont dit que c'était un peu décevant selon eux. Car ça ressemble à une vieille Champ Car. Mais c'est un exercice", lance l'Italien, rejoignant ainsi un peu l'avis de Fernando Alonso.

En 2021, la FIA entend par ailleurs imposer un budget plafonné, à hauteur de 200 millions d'euros environ pour commencer (selon les dernières spéculations). On sait que Maurizio Arrivabene et Ferrari ne sont pas les premiers partisans d'une telle mesure qui réduirait les écarts sur la grille.

"L'objectif de tout le monde est de réduire les coûts" explique le directeur de la Scuderia. "La question n'est pas 'faut-il le faire?', mais 'comment le faire?'. Comment voulons-nous continuer à développer des voitures qui soient belles pour le public? Ce n'est pas une question facile. Tout le monde a parfois ses propres préférences, mais je crois qu'au bout du compte nous pouvons trouver une solution."

"Tout le monde veut économiser de l'argent. Réduire les coûts, ce n'est pas économiser de l'argent, ce sont deux choses différentes. Cela dépend de la manière avec laquelle tout cela est mis en place."

Sergio Marchionne avait plusieurs fois agité le chiffon rouge d'un retrait de Ferrari de la F1, afin de faire pression sur les instances. Louis Camilleri, depuis sa prise de fonctions, adopte un ton un peu plus conciliant. Qu'en pense Maurizio Arrivabene?

"Ce sera une décision stratégique qui impliquera tout le groupe. Si d'une manière ou d'une autre, un accord ne prend pas en considération la position de Ferrari sur le marché, l'ADN de Ferrari... Je le répète, c'est une décision stratégique."

"Concernant le futur, les Accords Concorde, j'en parle avec notre PDG, Louis Camilleri. La décision ne m'appartient pas."

"Bien sûr, je fournis des renseignements, nous en discutons, mais Louis Camilleri est la personne qui ira parler avec les personnes compétentes."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli - La pole de Singapour explosée de plus de 3 secondes
Après que le pilote Ferrari Kimi Räikkönen, chaussé des P Zero Rose hypersoft, a battu le record de la piste, vendreid, lors des essais libres, c'est à Lewis Hamilton, à bord de sa Mercedes, d'établir un nouveau temps de référence avec ce même type de gomme hier.

Son chrono présente d'ailleurs le plus gros écart de la saison lorsque l'on compare les Grands Prix de 2017 et 2018: 3 secondes et demi de mieux!

Le pneumatique Rose hypersoft se révélant environ 1"5 plus performant que l'ultrasoft sur un tour, tous les pilotes l'ont utilisé pour réaliser leur meilleure performance en Q2, le deuxième segment des qualifications qui détermine le type de gomme chaussé au départ. Certains ont néanmoins tenté d'accéder à la Q3 en ultrasoft, mélange que seule l'écurie Mercedes privilégia auparavant en Q1.

Le niveau de dégradation de l'hypersoft devant être élevé, on peut s'attendre à observer deux arrêts aux stands pour les concurrents qui s'élanceront avec. A contrario, cette dégradation est quasi nulle sur le soft qui doit permettre de ne respecter qu'un pit-stop.

La stratégie de course sera toutefois influencée par la possible intervention de la voiture de sécurité - apparue lors de chaque édition du Grand Prix de Singapour - qui pourrait offrir un timing opportun pour regagner la voie des stands et changer d'enveloppe.

"Nous avons observé en qualifications un intrigant mix de solutions tactiques, influencées par notre décision de proposer le mélange hypersoft à Singapour", constate Mario Isola, responsable de Pirelli F1.

"Ses performances ne faisaient l'objet d'aucun doute, mais il fallait tenir compte de sa dégradation assez élevée à l'heure de définir les stratégies. C'est pour cette raison que nous avons assisté à divers choix en qualifications, et il sera fascinant de voir quelle option se sera révélée la meilleure."

"L'autre variable proviendra du fait que Singapour est une épreuve de longue durée et animée par l'apparition quasi-certaine de la voiture de sécurité. Les stratégies devront donc être flexibles pour être en mesure de saisir sa chance en fonction des circonstances. Les trois mélanges peuvent jouer un rôle potentiel dans la stratégie, et tout particulièrement le soft qui ne subit presqu'aucune dégradation."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.