En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 20 Septembre 2018

Hamilton - On a besoin de Max Verstappen dans la lutte pour le titre!
Lewis Hamilton n'a rien contre Sebastian Vettel, mais il reconnaît qu'il aimerait se battre contre davantage de pilotes. Opposé à Kimi Räikkönen en Italie et Max Verstappen à Singapour, le Britannique a semble-t-il apprécié de retrouver d'autres concurrents.

"J'aime le combat, le défi" explique Hamilton. "Je ne veux pas toujours me battre contre le même rival. J'espère que la Red Bull sera compétitive avec le moteur Honda l'an prochain. On a besoin de Max dans la lutte pour le titre!"

Il explique ensuite que la lutte contre Vettel est toutefois très intense: "La pression est là pour nous tous. C'est très difficile pour les gens qui regardent notre lutte et ne sont pas impliqués, de ressentir ce que nous ressentons."

"La pression est plus forte que tout ce que j'ai connu. C'est la pression que l'on met sur soi et celle liée à nos envies de succès, qui entraînent donc des peurs, et on s'en met aussi vis à vis de toutes les personnes qui dépendent de nous, c'est à dire un grand nombre de gens."

Le quadruple Champion du monde ne préfère pas penser encore au titre, malgré les 40 points d'avance qu'il possède au championnat: "Je n'ai pas vraiment envie de parler des si et d'écarter quoi que ce soit. Je veux prendre les courses les unes après les autres plutôt que de dire: Si cela arrive, ou si cela arrive."

"La pression est si forte que tout ce que je peux faire, c'est essayer d'être performant tous les week-ends. Tout ce que je peux dire, c'est que j'exploite certainement davantage la voiture, mais je pense que ces trois dernières courses, lors des trois victoires, nous n'avions pas le dessus."
source: Nextgen-Auto.com

Le patron de la Formule E ouvre grand la porte à Alonso
Nelson Piquet Jr. courra de nouveau en Formule Électrique l'an prochain, cette fois-ci avec Jaguar.

Lors de la présentation de la nouvelle monoplace électrique, le Brésilien, ancien pilote de Renault, a été interrogé sur la perspective d'accueillir Fernando Alonso dans la discipline. L'Espagnol, qui a annoncé qu'il quitterait la F1 à la fin de la saison, devrait toutefois prochainement s'engager en IndyCar, bien que rien ne soit encore officiel.

"Je pense que ce serait formidable" a assuré le pilote de 33 ans. "Ce serait bon pas seulement pour la Formule E, mais aussi pour Fernando, de montrer aux gens qu'il est un vrai racer - peu importe la catégorie."

Le fondateur et dirigeant de la FE, Alejandro Agag, serait évidemment ravi, sur un plan marketing, d'accueillir le double Champion du monde. Et il lui ouvre bien évidemment la porte pour le futur.

"Je pense qu'il ira aux États-Unis cette saison, mais définitivement, pour la saison suivante, nous nous intéresserons à lui."

Comme en témoignent l'arrivée récente de Felipe Massa et l'engagement futur de Mercedes, la Formule E devient de plus en plus attractive. Assez pour attirer Fernando Alonso?

"Il y a toujours des gars qui n'acceptent pas de venir" concède Nelson Piquet Jr. "Ils disent toujours 'Oh, c'est une catégorie pour des voitures Duracell'. Mais vous voyez l'engagement des fans, le nombre de spectateurs qui viennent aux courses, vous voyez aussi l'intérêt des pilotes."

"Au début, ils se demandaient 'Qu'est-ce qu'il se passe? Les voitures vont-elles déjà à 240 km/h?'... Et maintenant, les pilotes commencent à nous appeler et à dire 'Pouvons-nous avoir un test?'."

Grâce à la nouvelle génération de monoplaces électriques, il n'y aura plus d'arrêts aux stands (les monoplaces pourront couvrir l'intégralité d'une course) et les vitesses devraient atteindre les 280 km/h.

"L'intérêt ne cesse de croître" se réjouit le Brésilien. "En particulier pour les pilotes, parce que les constructeurs sont déjà là, donc il y a de l'argent en jeu. Les pilotes veulent courir et gagner de l'argent."

Nelson Angelo Piquet fut le premier champion de l'histoire de la Formule Électrique, avec un point d'avance sur Buemi. Lui aussi est parvenu à rentrer dans l'histoire à sa manière, même s'il n'a jamais été proche de remporter un titre de Champion du monde en F1 - son père en remporta trois.

"Quand vous êtes gamin, vous rêvez toujours de victoires, de célébrité, d'argent... Et à la fin, rien de tout cela ne se réalise dans votre vie. Il faut juste faire ce que vous aimez et profiter de ce que vous faites. Mais vous ne le comprenez qu'un peu plus tard dans votre vie. Je suis toujours en train de le comprendre. Je suis toujours jeune: pas marié, pas d'enfants, rien. Nous avons tous un but dans la vie. Mais moi, je cours toujours, j'ai une vie formidable, je suis en forme."

"Lewis Hamilton va être cinq fois Champion du monde et j'ai été le premier champion de l'histoire de la Formule E. C'est juste que la vie vous fait emprunter des chemins différents..."
source: Nextgen-Auto.com

Hartley met en cause l'évolution apportée par Toro Rosso en Autriche
Brendon Hartley a laissé entendre après le Grand Prix de Singapour que la Toro Rosso avait besoin d'évolutions pour revenir au niveau, après une manche nocturne très décevante. Le double Champion du monde d'endurance précise ses pensées, et met en cause la dernière grosse évolution de la STR13, apportée en Autriche.

"Je ne sais pas si d'autres équipes ont fait un meilleur travail que nous, mais il semble bien qu'avec les ultra-tendres, nous étions relativement plus compétitifs que grâce aux hyper-tendres" explique le Néo-Zélandais. "C'est difficile à dire pour l'instant."

"Je pense que c'est en partie parce que notre évolution en Autriche n'a pas apporté la performance dont nous avions besoin. Cela a posé quelques questions pour le développement en cours et tout le monde travaille vraiment dur pour résoudre ce problème."

Il assure toutefois que l'équipe est en plein mutation et qu'elle devrait rapidement revenir à un meilleur niveau avec des améliorations: "Il y a eu beaucoup de changements cet hiver avec Honda, notamment au niveau du personnel, mais aussi des changements dans le domaine aérodynamique donc je pense que nous allons en récolter les fruits plus tard dans la saison, mais je pense que personne ne cache le fait que l'amélioration n'a pas fonctionné en Autriche."
source: Nextgen-Auto.com

Lewis Hamilton veut se développer en tant que marque
Lewis Hamilton n'est pas qu'un pilote, puisqu'il est de plus en plus un homme d'affaires, au travers de ses partenariats avec différentes marques, dont Tommy Hilfiger, mais le Britannique révèle qu'il veut développer son nom en tant que marque, estimant qu'il en est déjà une.

"Je suis une marque et la Formule 1 fait partie de cette marque" a déclaré Hamilton.

"Bien sûr, la Formule 1 s'est assurée que je pourrais développer une marque, mais il faut faire encore davantage. Je suis arrivé dans cette partie d'un océan sans fond où les options sont illimitées."

Il rappelle toutefois qu'il n'oublie jamais ses racines, lui qui vient d'une ville de taille moyenne en Grande-Bretagne.

"Ma carrière en Formule 1 ne s'est pas développée à Stevenage, mais j'y ai appris à gérer les hauts et les bas de la vie."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg interdira à ses filles de faire de la course auto
Nico Rosberg a eu deux enfants avec sa femme Vivian mais il est déjà très clair pour lui qu'il leur interdira de faire de la compétition automobile.

Le Champion du monde 2016 sera probablement "aidé" dans sa tâche par le fait qu'il a eu deux filles, les femmes étant, pour le moment, moins attirées par les sports mécaniques que les garçons.

"Voir Naila et Alaia me demander de faire de la course automobile, ce serait mon plus grand cauchemar", explique Rosberg.

"Je ne les autoriserai pas en faire."

Sa femme Vivian est d'accord avec cette interdiction.

"Nous sommes ensemble (avec Nico) depuis 15 ans, et pendant tout ce temps, la peur a été mon compagnon."
source: Nextgen-Auto.com

Des progrès francs pour McLaren en 2019? Sainz est optimiste
McLaren n'est pas loin d'avoir la pire voiture sur certains circuits - même si le Grand Prix de Singapour a marqué un certain progrès. L'écurie de Woking, même dotée d'un moteur Renault, peine à afficher des performances dignes de son histoire.

Pour autant, Carlos Sainz, qui sera le pilote titulaire de l'écurie l'an prochain avec Lando Norris, garde espoir dans le potentiel de son prochain employeur. Il compte sur des progrès notables, dès 2019.

"Je dois être optimiste parce que c'est dans ma nature... mais je suis aussi vraiment optimiste parce que je pense que McLaren a beaucoup appris cette année."

"En utilisant le même moteur que Red Bull et Renault, ils ont réalisé qu'ils devaient faire des changements dans bien des domaines. Et à partir du moment où ils ont réalisé qu'ils n'avaient pas une voiture assez compétitive, ils ont commencé à faire de grands changements dans l'équipe."

"J'espère que ces changements pourront déjà se remarquer en 2019."

En signant chez McLaren, Carlos Sainz a privé de volant Stoffel Vandoorne mais encore Esteban Ocon, qui eux aussi lorgnaient sur un volant à Woking. L'Espagnol pense-t-il qu'il méritait vraiment plus ce baquet?

"Je ne pense pas que je suis un privilégié, mais je crois aussi que j'ai mérité ce volant, je ne l'ai pas gagné au Loto. Bien sûr, Ocon aurait aussi mérité un volant et Stoffel Vandoorne aurait parfaitement pu rester, mais la F1 est un sport compétitif, qui ne dépend pas que de vous-même."

Carlos Sainz sait bien que la F1 est un environnement compétitif: Renault n'a pas souhaité le retenir, pour faire place nette à Daniel Ricciardo. Mais le compatriote de Fernando Alonso n'a aucune rancune envers Enstone.

"Eh bien, vous ne devez pas franchement vous expliquer longuement quand il s'agit de Daniel Ricciardo. Pour un pilote comme lui, placer sa confiance en Renault, c'est un message très fort, et je pense que Renault a joué intelligemment le coup."

"De mon côté, je dépendais des négociations avec Red Bull, et Renault ne souhaitait pas attendre davantage."

L'an prochain, Carlos Sainz pilotera à nouveau avec un moteur Renault à l'arrière de la voiture. Or, il se murmure que Honda s'apprêterait à dépasser, grâce à sa dernière évolution, Viry en termes de puissance moteur. L'Espagnol n'est-il pas trop inquiet?

"Quelles que soient ses écuries partenaires dans l'histoire, Honda a toujours développé un package très compétitif et j'ai un respect immense pour eux" commente-t-il simplement.

Face à un rookie l'an prochain, Lando Norris, Carlos Sainz devra absolument être devant au classement pour ne pas ternir sa réputation. La pression sera lui.

"Chez McLaren pour le moment nous ne nous battons pas pour des titres, nous nous battons pour revenir peu à peu, pour retrouver ces positions à l'avant. Pour ce faire il nous faut deux bons pilotes qui rapportent autant de points que possible. Même si mon expérience dit que je suis le pilote numéro 1, nous allons tous les deux pousser pour faire progresser McLaren."
source: Nextgen-Auto.com

Buemi signe chez Nissan en Formule E et tire un trait sur la F1
Sébastien Buemi a été entrevu dans le paddock de Singapour le week-end dernier, et le Suisse était cité comme un candidat sérieux à un baquet Toro Rosso pour 2019. Alors qu'il avait déjà assuré que ça ne se ferait pas, c'est désormais une certitude.

En effet, il a signé un nouveau contrat en Formule E avec e.dams, anciennement Renault e.dams, et qui sera désormais l'équipe Nissan e.dams, puisque le constructeur japonais prend le relais du Losange, engagé à 100% en Formule 1.

Buemi quitte donc la liste des potentiels candidats chez Toro Rosso, où Helmut Marko avait envisagé un moment de réengager le Champion de la saison 2 de Formule E, mais le baquet destiné à un pilote expérimenté devrait revenir à Daniil Kvyat.

Parmi les autres candidats potentiels dans la deuxième équipe Red Bull, on avait envisagé Alexander Albon, ancien protégé de la filière. Mais le pilote Dams en Formule 2 va continuer avec son actuel employeur, mais en Formule E, où il sera l'équipier de Buemi en 2019 / 2020.
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen voudrait faire les 24 heures de Daytona et du Mans
Kevin Magnussen avait déjà envisagé en début d'année la possibilité de rouler en endurance, et le pilote Haas serait en discussions avancées pour rejoindre son père au volant d'une Corvette lors des 24 heures de Daytona, ainsi que pour les 24 heures du Mans.

"Corvette peut voir le potentiel d'une équipe père / fils au Mans" a déclaré Jan Magnussen, le père du pilote. "Mais ils ont besoin d'une équipe pour quatre courses et le souci, c'est que Kevin ne peut faire que deux courses de 24 heures car les autres coïncideront avec une course de F1. J'essaie de les faire changer d'avis pour que Kevin fasse seulement les deux."

Le principal intéressé ne semble pas croire à une issue positive: "Nous y travaillons, mais pas très sérieusement. Je ne pense pas que ça arrivera en 2019." De son côté, Gene Haas, propriétaire de l'équipe de F1, a donné son accord à Magnussen pour toute course qui ne perturbe pas le programme de l'équipe.
source: Nextgen-Auto.com

Palmer se demande si Räikkönen n'aurait pas dû prendre sa retraite
Jolyon Palmer est désormais consultant pour une chaîne anglaise et fait des chroniques d'après-course lors des week-ends de Grand Prix. Sa dernière chronique s'est surtout penchée sur le choix - inattendu - de Kimi Räikkönen, qui rejoindra Sauber l'an prochain.

"Dans l'ensemble, Räikkönen a eu une brillante carrière en F1. Je me souviens de l'avoir vu faire des performances hypnotisantes pour McLaren, avant de remporter son titre avec Ferrari en 2007. Et il a généré une énorme et loyale base de fans avec sa personnalité d'Iceman" explique Palmer dans sa chronique.

"Mais les résultats n'ont pas été là ces dernières années. Il n'a pas surclassé un coéquipier depuis la première partie de saison 2013 contre [Romain] Grosjean chez Lotus. En 2014, il a marqué un tiers des points de son coéquipier Fernando Alonso lors de son retour chez Ferrari."

"Heureusement pour lui, Alonso est parti à la fin de cette année là et il est plus proche de [Sebastian] Vettel depuis. Mais ce n'est qu'en 2016 que Räikkönen s'est retrouvé à moins de 100 points de son coéquipier à la fin de l'année. Cette année se déroule de la même façon, l'écart entre les deux se creuse à 67 points et il reste six courses à disputer."

Et Palmer de s'interroger sur le bien-fondé de continuer une carrière déjà bien remplie dans une équipe normalement vouée à l'accueil de jeunes pilotes: "Räikkönen aura 41 ans à l'expiration de son contrat de deux ans chez Sauber, et la carrière des pilotes ne cesse de s'allonger, ce qui rend la tâche encore plus difficile pour les nouveaux talents de rejoindre la grille."

"S'ils sont toujours au sommet de leur forme, comme Alonso semble l'être à 37 ans, avec une brillante septième place pour McLaren à Singapour dimanche, alors il n'y a bien sûr aucune raison de s'arrêter. Mais, ironiquement, Alonso a décidé d'arrêter la F1 à la fin de l'année."

L'ancien pilote Renault estime que les meilleurs jours de la carrière du Finlandais sont derrière lui: "Mais pour Räikkönen, si l'on fait abstraction de son regain de forme, il semble que son meilleur souvenir remonte à un certain temps. Néanmoins, son expérience pourrait aider Sauber à se développer à court terme, à condition qu'il puisse conserver sa motivation dans une voiture dans laquelle il ne pourra surement faire que marquer des points."

En revanche, le Britannique se félicite de constater que Kimi Räikkönen est un authentique passionné de Formule 1: "Et même si c'est surprenant, c'est agréable de voir que Räikkönen est toujours amoureux de la F1 et du plaisir de piloter."
source: Nextgen-Auto.com

Sotchi n'exclut pas de passer à une course de nuit
Après avoir longuement hésité, la Russie n'exclut plus maintenant de transformer sa course en Grand Prix de nuit, à l'instar de ce qui se fait à Singapour.

Sotchi, qui est au calendrier depuis 2014, a bien du mal à remplir ses tribunes et attirer des touristes. Une course de nuit pourrait ajouter une dimension spectaculaire qui manque un peu au tracé dessiné aux seins des installations dédiées aux Jeux Olympiques d'hiver de l'époque.

C'est la nouvelle société en charge de promouvoir le Grand Prix de Russie, Rosgonki, qui envisage cette transformation.

"Nous essayons toujours de trouver la meilleure option qui séduirait les fans d'un côté et qui soit justifiée d'un point de vue économique de l'autre", commente Alexei Titov à propos du passage à une course de nuit.

"Nous avons actuellement, a priori la meilleure option, avec le parc olympique qui se détache de la mer et des montagnes en toile de fond. C'est magnifique à la télévision en septembre."

"Mais nous ne pouvons pas écarter le fait qu'une course de nuit soit une meilleure option encore."

La question qui se pose est évidemment celui du financement de l'éclairage du circuit, dont le coût est estimé à 10 à 15 millions d'euros environ.
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso va attendre de voir si Ticktum obtient sa superlicence
Toro Rosso va annoncer un pilote à Sotchi le week-end prochain, et ce sera vraisemblablement Daniil Kyvat, qui fera son retour dans l'équipe en 2019. Le Russe sera donc confirmé chez lui, mais Toro Rosso prévoit d'attendre un moment avant d'annoncer son futur équipier.

"Nous prévoyons d'annoncer un seul pilote à Sotchi" explique Helmut Marko. "Il est important d'avoir un pilote validé à l'avance. Il n'y a pas d'urgence à remplir l'autre baquet. Nous pouvons même attendre jusqu'aux essais hivernaux."

Red Bull attendrait en réalité de savoir si Dan Ticktum va avoir ses points de superlicence. Le pilote affilié Red Bull dispute la F3 Européenne cette saison et même s'il est champion, ce qui ne semble pas évident puisque Mick Schumacher est sur ses talons, il lui faudra disputer aussi l'Asian F3 winter series afin de valider les points manquants.

Selon les dernières rumeurs, Red Bull négocie un bon volant dans la discipline pour mener Ticktum jusqu'à la Formule 1 dès 2019.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen - Alonso n'a jamais été une option pour 2019
Fernando Alonso et Christian Horner se sont affrontés par médias interposés cet été, le premier assurant qu'il avait reçu et refusé une offre de Red Bull pour 2019, le second expliquant que l'équipe autrichienne n'avait jamais été intéressée par l'Espagnol. C'est aujourd'hui Max Verstappen qui vient corroborer la version de son patron.

"Alonso n'a jamais été une option pour 2019. C'est une chose que je sais" a déclaré le Néerlandais, qui s'exprime ensuite au sujet de son futur équipier, Pierre Gasly.

"Je pense que je peux très bien m'entendre avec Pierre, et je pense qu'ils ont pris cela en compte, donc je suis satisfait de savoir qu'ils l'ont choisi."

Verstappen a réitéré son opinion selon laquelle la Red Bull est la meilleure voiture du plateau, ralentie par un "médiocre" moteur Renault.

"Nous l'avons vu à Singapour. Nous espérons que l'an prochain, avec l'arrivée de Honda et son budget nettement supérieur à notre motoriste actuel, nous continuerons dans la bonne direction."

"Nous avons les bonnes personnes, il nous faut juste une très bonne combinaison qui jusqu'ici n'a pas été idéale. Ce sera difficile d'être au niveau l'an prochain, mais j'espère que nous aurons une bonne chance en 2020. En tant qu'équipe, nous avons une mentalité de vainqueurs, et ce sera aussi le cas du côté du moteur."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso sur le point de signer chez Harding en IndyCar?
Le dossier Fernando Alonso en IndyCar aurait accéléré ces dernières heures, et ce situerait désormais du côté du Harding Racing. Le dossier reste toutefois très flou. Courant août, avant son essai avec Andretti à Barber, Alonso avait déjà été envoyé du côté de l'équipe par certaines rumeurs liant Harding et Andretti.

Harding est devenue Harding Steinbrenner Racing après qu'un nouvel investisseur est arrivé, et à déjà confirmé un duo composé de Patricio O'Ward et Colton Herta pour l'an prochain, mais n'a pas apporté d'informations quant à l'identité du motoriste.

Les deux jeunes pilotes ont couru lors de la dernière manche de la saison à Sonoma, et le premier cité a terminé neuvième en course, après une très belle cinquième place en qualifications.

C'est évidemment suffisant pour faire naître de nouvelles rumeurs s'appuyant sur la triangulation de liens entre Alonso, Andretti et Harding. Il se pourrait donc que l'arrivée de Steinbrenner permette à Harding d'aligner une troisième voiture pour Alonso en 2019.

De nombreuses interrogations devront être réglées avant que ça puisse se faire, à commencer par le motoriste de Harding et la possibilité de liens avec Andretti. En effet, Andretti a un contrat avec Honda jusqu'à fin 2019, tandis que Harding a utilisé des moteurs Chevrolet cette saison.

Il semble compliqué de faire rouler Alonso dans une voiture à moteur Honda, puisqu'il roule pour le compte de Toyota en WEC, mais il semble aussi compliqué de créer une base technique commune entre Andretti et Harding si le moteur utilisé n'est pas le même.

Dès lors, peut-on envisager Andretti apposer simplement son nom durant une saison sur une monoplace de Harding, à la manière d'un sponsor, avant de récupérer Alonso en 2020?

Même si la rumeur Alonso / Harding prend de l'ampleur depuis quelques heures, une chose est sure: le nombre de problématiques à démêler pourrait repousser une éventuelle annonce à la mi-novembre.
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene assume d'être allé contre le choix de Vettel pour Leclerc
Maurizio Arrivabene a lourdement pesé dans la décision de Ferrari, qui a préféré écarter Kimi Räikkönen pour faire place nette à la jeunesse de Charles Leclerc. Le dirigeant italien est ainsi allé à l'encontre du souhait de Sebastian Vettel, qui n'a jamais caché qu'il aurait aimé continuer à faire équipe avec son ami et coéquipier finlandais.

Pour autant, le poids de l'Allemand dans l'équipe n'a en aucun cas influencé Ferrari et Maurizio Arrivabene, ainsi que l'a fermement assuré le dirigeant de la Scuderia.

"Les temps changent. Le plus important est de conserver notre ADN, mais aussi de regarder vers le futur. Sebastian est notre pilote, et non le directeur de notre équipe, avec tout le respect que je lui dois."

"Mon travail est d'examiner la situation dans sa globalité, de discuter avec mes supérieurs, et de présenter un plan pour le long terme."

L'arrivée de Charles Leclerc a fait l'objet d'une série à suspense estivale dont seule la silly season a le secret. Un an de plus chez Sauber? Un passage chez Haas? La signature du Monégasque chez Ferrari a longtemps été hypothétique, avant d'être confirmée. Le principal intéressé lui-même dit avoir vibré au moment d'apprendre la nouvelle, ce qui témoigne de son incertitude comme de son excitation.

"Tout le monde dans le paddock pense que je le savais depuis longtemps, mais je l'ai seulement appris à Monza, entre le samedi et le dimanche. Maurizio m'a appelé et m'a dit que c'était fait. Avant, il n'y avait que des rumeurs. La réalité, c'est que je ne savais rien et que j'attendais une décision de Ferrari."

"C'est incroyable, c'est fou. Depuis que je suis gamin, j'ai rêvé d'être un pilote Ferrari. C'est probablement le baquet le plus couru dans le paddock."

Charles Leclerc n'a que 20 aujourd'hui et aura forcément fort à faire face à un quadruple Champion du monde l'an prochain. Pour autant, il ne veut pas faire de Sebastian Vettel son "mentor".

"En tant que coéquipiers, il est difficile d'agir comme un mentor. Mais nous nous respectons beaucoup et il a été d'ores et déjà très sympathique avec moi."

"Par le passé, nous avons beaucoup échangé et notre relation est bonne. J'apprendrai définitivement beaucoup de lui parce que conduire à côté d'un tel champion est toujours d'une grande aide pour un jeune pilote comme moi."

Charles Leclerc a cependant affirmé récemment qu'il ne serait pas le "numéro 2" de Sebastian Vettel.
source: Nextgen-Auto.com

Réduire l'appui pour favoriser le spectacle - la F1 fait marche arrière
Une fois encore, la F1 est-elle condamnée à faire marche arrière? En 2017, le règlement a été revu pour que les voitures aient plus d'appuis et de vitesse en virage. L'objectif était de rendre le rendu visuel plus spectaculaire, et de refaire de la fatigue physique un critère discriminant entre les pilotes. Du même coup, il est aujourd'hui plus difficile pour deux voitures de se suivre, ce qui nuit au spectacle...

En 2019, afin de simplifier les dépassements, la FIA a revu le règlement notamment au niveau des ailerons. Les temps au tour devraient chuter avec cette perte d'appuis.

En 2021, les changements devraient être plus radicaux encore: comme l'a déclaré Ross Brawn, le manager des sports mécaniques, le règlement aura alors pour conséquence de ralentir les voitures, en diminuant le niveau d'appui, pour favoriser les batailles en piste.

"Je pense qu'il y aura moins d'appuis qu'aujourd'hui" a confirmé l'ancien ingénieur de Ferrari. "Les voitures sont assez impressionnantes maintenant mais si elles continuent à se développer au rythme actuel, alors, je pense qu'il faudra que nous leur fassions faire marche arrière. Le règlement de l'an prochain sera un pas en arrière concernant le niveau d'appuis. Il y aura un ajustement, mais comme cela arrive inévitablement en F1, le niveau d'appuis remontera de nouveau."

"Le niveau d'appui absolu sera probablement moindre, mais ce qui compte le plus, c'est la nature de cette appui, de son comportement."

"C'est intéressant de voir que l'IndyCar a réduit son niveau d'appui de manière substantielle, et au moins, sur les circuits routiers, les pilotes sont très positifs au sujet de la nature de la course. Ils ont quelques problèmes sur les ovales, mais c'est un environnement assez unique. Mais sur les circuits routiers, leur retour est assez positif - de la part des équipes et des pilotes - même s'ils ont beaucoup moins d'appuis qu'auparavant."

A l'heure actuelle, les voitures perdent jusqu'à 50 % de performance aérodynamique en suivant une autre voiture. L'objectif de la FIA et de Liberty Media est de réduire ce nombre à 20 % en 2021.

"En travaillant sur 2021" poursuit Ross Brawn, "nous avons identifié des mesures qui, immédiatement, apporteraient un bénéfice en termes de sensibilité quand une voiture suit l'autre. Ces gains proviennent de la nature de l'écoulement de l'air entre la voiture de devant et celle qui la suit."

"Donc l'an prochain sera un pas dans la bonne direction et je pense que ce sera un baromètre très important pour nous, afin de voir l'ampleur de l'impact de ces changements sur la capacité des voitures à se suivre. L'an prochain, nous serons capables de mesurer cet impact [la perte de performance quand une voiture suit l'autre], donc c'est une première étape. Ce sera une étape très intéressante, afin que nous vérifiions si nous sommes bien dans la bonne direction, avant de mettre en place des changements plus importants."
source: Nextgen-Auto.com

Latifi va retrouver Racing Point Force India à Sotchi
Nicholas Latifi ne semble pas faire partie des plans pour 2019 de Racing Point Force India, mais le Canadien va quand même rouler une nouvelle fois avec l'équipe en essais libres, à Sotchi. Ce sera sa cinquième apparition au volant de la VJM11, après deux essais libres du vendredi et deux journées d'essais privés.

"C'est génial d'avoir une nouvelle opportunité au volant et de pouvoir avoir davantage d'expérience en week-end de Grand Prix" a déclaré le jeune pilote. "J'ai fait plus de 450 kilomètres avec la voiture en Hongrie début août et j'ai hâte de revenir en essais libres, c'est un défi totalement différent."

"C'est important de continuer à apprendre et à développer mon expérience. Ce sera ma troisième séance du vendredi, et j'ai toujours été de plus en plus à mon aise dans la voiture. Mon objectif est de faire du bon travail pour l'équipe et de ramener la voiture en un morceau en fin de séance, collecter des données et effectuer un bon retour technique."

"J'ai été à Sotchi une seule fois avant, en 2015, mais il est important de trouver un rythme correct aussi vite que possible. Ce que nous ferons dans cette séance influencera directement la suite du week-end de course."

La Formule 2 verra son avant-dernier week-end de la saison se dérouler en Russie, et Latifi participera donc au week-end dans la discipline en plus des essais de F1: "C'est la première fois que je cumulerai une séance en essais libres en F1 avec une manche de F2 et j'ai hâte de voir ce que ça donnera. Les séances du vendredi vont s'enchaîner et je vais littéralement sauter d'une F1 à une F2 en courant dans le paddock entre les deux."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.