En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 07 Octobre 2018

Alonso - On a la même voiture qu'on avait il y a un an
McLaren est de plus en plus à la peine au fil de la saison, et Fernando Alonso est formel, c'est le manque d'évolutions de la MCL33 qui est en cause. Il révèle que sa monoplace n'a pour ainsi dire pas évolué depuis la première course européenne, en Espagne.

"Nous n'avons pas apporté d'évolutions depuis l'Espagne" a déclaré Fernando Alonso. "Nous pouvons voir sur les photos et sur la piste que le reste des équipes dans le peloton apporte des choses course après course, et nous ne le faisons pas. Le problème n'est donc pas de savoir si c'est la même voiture qu'à Sotchi ou non. En fait, on a la même voiture que l'an dernier, il y a 12 mois."

Il explique ensuite sa différence d'état d'esprit entre sa saison chez McLaren et celle chez Toyota, en WEC: "En F1, j'essaye d'aider l'équipe à terminer le championnat à la sixième place. Nous nous battons contre Force India et Sauber alors que dans l'autre championnat, je me bats pour le titre mondial. Il n'y a aucun doute sur ce que je préfère comme objectif."

Si les propos d'Alonso peuvent étonner, Stoffel Vandoorne les confirme: "Nous n'avons pas vraiment développé la voiture depuis Barcelone. Jusque-là, nous étions déjà peu compétitifs. Ce n'est pas une surprise que nous n'ayons pas fait de progrès."
source: Nextgen-Auto.com

Sebastian Vettel déplore la direction prise par la F1
Aupravant, la Formule 1 était clairement le sommet des sports mécaniques, mais il semble à présent que seuls les plus riches et ceux qui ont les bonnes relations peuvent y parvenir.

Sebastian Vettel regrette que ce phénomène se propage même à sa racine, le karting.

"Le karting est devenu quelque chose qu'une famille normale ne peut plus se permettre, il y a tant de talents qui vont être laissés pour compte."

"Et je ne crois pas que je serais parvenu en F1 aujourd'hui si j'avais 20 ans de moins. Aujourd'hui il faut beaucoup d'argent en plus du talent."

"Malheureusement notre sport a beaucoup changé, et parfois j'ai l'impression que le business est plus important que les gens."

Le pilote Ferrari prend de nouveau en exemple la situation délicate dans laquelle se trouve Esteban Ocon, qualifiant le fait que son aventure en catégorie reine puisse se terminer abruptement comme "une injustice."

"Ce qui arrive à Esteban est l'exemple le plus parfait que la direction prise par la F1 n'est pas la bonne", conclut le pilote Ferrari.
source: Nextgen-Auto.com

Le cloquage récurrent des Pirelli frustre les pilotes
Le cloquage des pneus, ou "blistering" en version originale, est la principale difficulté que rencontrent les pilotes cette saison avec les Pirelli. La délamination subite et violente des pneus, comme en 2013, est de l'histoire ancienne, mais le blistering n'est-il pas une impasse aussi insidieuse? Comment le gérer durant un Grand Prix?

"Honnêtement, je pense que Pirelli a fait du très bon travail cette année" commence par remarquer Lewis Hamilton. "Les voitures sont plus rapides que jamais, nous avons plus d'appui que jamais, donc il y a davantage de pression mise sur les pneus. Et donc chaque fois qu'ils améliorent les pneus, nous améliorons la voiture et nous avons plus ou moins le même problème de cloquage. Mais Pirelli avait l'an dernier une gamme de pneus qui avait moins de cloquage. Je ne sais pas pourquoi ils ne l'ont pas réutilisée cette année, mais je suis sûr que c'est quelque chose qu'ils vont régler pour l'an prochain."

"Nous ne pouvons définitivement pas aller à fond tout le temps, et il faut gérer les températures pour être certain de ne faire qu'un arrêt en course - vous perdez tant de temps aux stands que vous essayez toujours de ne faire qu'un arrêt."

"Mais je n'ai pas de problème particulier avec ça. Il faut gérer avec habileté les pneus pour garder un rythme élevé en perdant aussi peu de temps que possible, tout en gardant les pneus en vie. Est-ce que nous préférerions ne pas avoir de cloquage? Bien sûr. Si l'on pouvait pousser tout le temps, sans faire surchauffer les pneus arrière, ça nous permettrait de nous suivre plus longtemps."

Valtteri Bottas s'est un peu moins plaint du cloquage des pneus que Lewis Hamilton tout au long de la saison, mais lui aussi reconnaît être un peu frustré par la situation.

"Nous avons dû faire beaucoup de gestion pneumatique lors de presque chaque course. Nous avons eu des problèmes de cloquage surtout lors des dernières courses. Une fois que les pneus atteignent une certaine température, nous savons que ça arrivera à un moment donné, donc nous essayons juste de ne pas dépasser ces températures et de gérer la situation sans trop pousser."

"Sur certains circuits, comme à Suzuka lors du Grand Prix de cette année, quand il fait chaud, sur une piste qui est très exigeante, c'est assez difficile, et parfois, vous avez vraiment le sentiment de conduire à un rythme de croisière, ce qui n'est pas idéal. Vous savez qu'il y a tant de potentiel dans ces voitures... et s'il fallait pousser à fond durant tout un relais, ce serait plus amusant. Mais c'est le même problème pour tout le monde aujourd'hui. Les voitures sont plus rapides que jamais. J'ai pu tester des pneus pour l'an prochain il y a deux semaines, et je suis sûr que Pirelli fait tout pour que ça soit un peu mieux en 2019."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne a hâte de changer d'air
Pour Stoffel Vandoorne, le Grand Prix du Japon a été de nouveau une course décevante.

Et les choses ne risquent pas de s'arranger pour le Belge: il lui reste 4 Grands Prix en F1 maintenant, avant de devoir trouver une place ailleurs. Vandoorne semble même voir cela de manière positive maintenant.

"J'essaie d'en profiter même si dans ces conditions, ce n'est pas facile du tout. Chaque week-end, on est presque dernier, on a l'air de rookie. Ce n'est pas du tout ce qu'on aime. On devrait être beaucoup plus haut. Malheureusement, c'est comme ça", confie le pilote McLaren Renault.

"Un changement de catégorie, ce sera bien. Les deux années que j'ai passées avec McLaren n'ont pas été faciles. Je pense que ce sont les pires années de l'équipe. Surtout en termes de résultat."

"Être dans un nouvel environnement me fera vraiment du bien. Je vais essayer de rester en contact avec la F1 d'une manière ou d'une autre. Je ne sais pas encore exactement comment. S'il y a des opportunités pour revenir, je ne vais pas revenir à tout prix mais que dans de bonnes conditions."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon - Williams, ma dernière chance pour l'année prochaine
Esteban Ocon n'a peut-être plus que 4 courses à passer en tant que titulaire en Formule 1, s'il ne retrouve pas rapidement un baquet pour 2019.

Et le Français l'a reconnu dans une interview pour 'RMC': il n'a plus qu'une seule solution, Williams, s'il ne veut pas être contraint à cette pause forcée dans sa carrière.

"Actuellement, il y a des discussions, mais rien de plus pour l'instant. Je ne sais pas quel est mon pourcentage de chance d'y signer. C'est ma dernière chance pour l'année prochaine. Ce n'est pas non plus la fin du monde si je ne me trouve pas sur la grille la saison prochaine. Je me préparerai, pour travailler l'aspect physique notamment. Et je reviendrai beaucoup plus fort en 2020", lance-t-il.

Ocon a aussi eu beaucoup de soutien de la part des pilotes. Du réconfort ou de l'énervement?

"Cela ne me dégoûte pas par rapport à ma situation. Entendre des choses pareilles venant de grands pilotes, cela fait chaud au cœur. Ce qui me déçoit, c'est de voir des éléments extra-sportifs rentrer en compte plus que la performance. Voilà l'aspect qui me déçoit. Mais c'est comme ça. J'ai la chance d'être bien soutenu par Mercedes."

On a encore vu Lance Stroll, son remplaçant chez Racing Point FI, et le Français garder de bonnes relations à Suzuka.

"Ce n'est pas de sa faute. Au départ, je n'étais pas censé rester chez Force India. J'avais des options ailleurs, dans de belles équipes. Cela ne s'est pas fait et c'est comme ça. Ce n'est pas encore officiel, mais c'est certain que Lance Stroll semble bien parti pour prendre ma place. Mais cela ne changera pas notre relation."

"Et je n'en veux pas non plus à ces équipes (Renault et McLaren). D'abord parce que je n'étais pas dans ces discussions (menées par Mercedes) et je ne sais pas exactement ce qu'il s'est passé. Ce n'est pas à moi de gérer tout cela. Je dois continuer à bien faire les choses, je dois continuer à leur prouver qu'ils ont eu tort. L'important, c'est d'obtenir de bons résultats et en particulier devant ces personnes qui auraient pu m'aider et ne l'ont pas fait."
source: Nextgen-Auto.com

Whiting recadre Verstappen et ses propos 'stupides'
En début d'épreuve au Japon, les commissaires ont infligé une sanction à un pilote qui a pu franchir tout de même la ligne d'arrivée en 3ème position: Max Verstappen avait pris 5 secondes de pénalité après avoir rejoint de manière trop agressive la piste. Le Néerlandais avait raté la chicane, mais s'était débrouillé pour rester devant Kimi Räikkönen en le tassant.

A la radio, le pilote Red Bull a estimé que le Finlandais n'avait qu'à ralentir s'il ne voulait pas être gêné...

Ce n'est pas la seule polémique ayant impliqué le Néerlandais en course. Max Verstappen poursuivait Valtteri Bottas, quand ce dernier a coupé la chicane, sans être pénalisé. Max Verstappen a alors dit qu'il couperait lui aussi la chicane à une prochaine occasion, s'il se retrouvait dans la situation du pilote Mercedes...

"C'était une déclaration stupide" tacle le directeur de course de la FIA, Charlie Whiting.

"C'était très clair: Valtteri Bottas a bloqué ses pneus, il a commis une erreur. Nous avons regardé les temps sur les mini-secteurs et il a en fait perdu une demi-seconde sur Max Verstappen. Il n'était pas menacé... Ce n'est pas comme s'il avait coupé le virage pour rester devant de cette manière, c'était juste une erreur."

Fernando Alonso et Lance Stroll ont eux aussi croisé le fer en piste à Suzuka, et ont tous les deux été pénalisés dans la manœuvre.

Le pilote Williams a écopé de cinq secondes de pénalité pour avoir forcé Alonso à sortir hors de la piste. Mais dans la foulée, le pilote McLaren a coupé la chicane et ainsi gagné un "avantage significatif" au chronomètre selon les commissaires de course, qui lui ont infligé une pénalité de 5 secondes également.

Fernando Alonso ne digère pas une telle pénalité ("Cela montre juste le faible niveau de la F1" a-t-il regretté) et considère n'avoir été que la victime du pilote Williams.

Le directeur de course lui a donc répondu.

"Les commissaires ont estimé que ce qu'a fait Fernando était parfaitement clair. Il a coupé la chicane, est passé rapidement par le gravier et est ressorti devant. C'était assez clair je pense: il a gagné un avantage en sortant hors de la piste. Les commissaires, cependant, ont estimé que Lance Stroll avait vraiment forcé Fernando Alonso à sortir de la piste. Donc on pourrait dire que c'est parce que Fernando Alonso a été poussé dehors par Lance Stroll qu'il a coupé la chicane."

"Mais ce n'était pas le cas. Il n'aurait pas dû gagner une place - de même que Lance Stroll n'aurait pas dû le pousser hors de la piste. Donc les commissaires ont estimé que chaque pilote méritait une pénalité de cinq secondes pour deux infractions prises séparément."

Pour éviter la pénalité, le pilote McLaren aurait simplement dû se remettre derrière la Williams, poursuit Whiting.

"S'il avait rendu sa position, je ne pense pas qu'il aurait été pénalisé... c'est évident."

"La deuxième fois qu'il a fait une chose pareille, il a rendu sa place à Brendon Hartley. Mais pas lors de la première fois."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli - Trois stratégies différentes dans le Top 5 de Suzuka
Lewis Hamilton mène un doublé Mercedes en n'effectuant qu'un arrêt aux stands et sans jamais céder le commandement. Les deux Mercedes respectent la même stratégie de soft - medium, mais derrière ces deux monoplaces, différents choix tactiques sont observés dans le Top 5. Exception faite de Daniel Ricciardo, parti 15ème en raison de soucis en qualifications, qui se classe 4ème à bord de sa Red Bull en calquant sa stratégie sur celle des deux premiers.

Un autre concurrent s'illustre. Il s'agit de Sebastian Vettel, 6ème pour Ferrari avec une combinaison supersoft - soft après avoir rétrogradé en fond de classement à la suite d'un incident de course.

Avec les températures, les charges d'énergie élevées générées par ce circuit de Suzuka et les conditions qui contrastent avec la météo observée hier, de nombreuses questions subsistaient, en terme de stratégie, avant le départ. La majorité des pilotes fut cependant en mesure de n'effectuer qu'un arrêt, aidés dans leur démarche par l'intervention de la voiture de sécurité.

Pirelli reste désormais sur le tracé de Suzuka en compagnie de Renault pour effectuer deux journées de tests de développement, mardi et mercredi, pour évaluer les pneumatiques prototypes 2019.

"Avec des températures bien plus élevées que les jours précédents, nous savions que le challenge serait intéressant, qui plus est sur cette piste très exigeante", commente Mario Isola, responsable de Pirelli F1.

"Ce fut effectivement le cas, et tout particulièrement dans les dernières boucles, sans pour autant nous priver de spectacle tant les luttes ont été somptueuses. Grâce à l'intervention du Safety Car, la plupart des pilotes fut en mesure de n'effectuer qu'un arrêt aux stands, et nous avons également pu observer de très longs relais avec les trois types de mélanges. Beaucoup ont choisi de conclure ce Grand Prix avec la gomme medium - équivalente à la soft de l'an passé - qui n'a pourtant été que peu utilisée durant les essais libres, et encore moins par des températures aussi douces."
source: Nextgen-Auto.com

C'est un Bottas frustré qui attend son heure
Qualifié deuxième derrière Lewis Hamilton, Valtteri Bottas a également franchi la ligne d'arrivée à cette position. Le Finlandais semble quelque peu frustré de devoir se plier aux consignes de Mercedes, même quand celles-ci sont implicites. Il revient également en détails sur sa lutte en fin de course avec Max Verstappen.

"Je pense que les qualifications ont été décisives et après le départ, j'ai su comment la course allait se dérouler" admet un Bottas résigné. "Mon travail aujourd'hui était de ramener la voiture en deuxième place. Il n'y a pas eu de panique. Ça aurait pu paraître plus difficile que ça ne l'était avec Max Verstappen. J'avais un peu de marge. J'avais des cloques sur les pneus, mais ce n'était pas un gros problème."

"Nous avons eu de la chance que Red Bull soit l'équipe qui nous défie et non Ferrari, car Red Bull n'a pas le même rythme. Nous devons remporter ce titre et le Championnat des Constructeurs. Je ne peux pas gagner le titre, alors j'espère que Lewis le gagnera, et le plus tôt sera le mieux."

Si Bottas est si pressé, c'est bien parce qu'il aura ensuite carte blanche pour aller chercher la victoire, ce qui ne lui est clairement pas permis actuellement, d'autant que Hamilton livre une copie parfaite lors de chaque week-end.

"Tout dépend de la situation, comme la course en Russie, mais j'essaie toujours de garder le rythme pour essayer de le défier. Hier, lors des qualifications, j'ai eu l'impression que les choses allaient de mieux en mieux pour moi et qu'au bout du compte, c'était assez serré entre nous."

"Aujourd'hui, après le départ, je savais ce qui allait se passer. Nous avions pour consigne de faire le doublé, et c'est tout. Il ne reste plus beaucoup de courses et à un moment, il va forcément remporter le titre. Nous verrons bien."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Un week-end incroyable à Suzuka
Lewis Hamilton avait peu de mots après la course de Suzuka, quelques heures après l'arrivée, pour qualifier sa nouvelle victoire en Formule 1.

Plus qu'une victoire presque décisive pour son 5ème titre mondial, le pilote Mercedes tenait à rendre hommage à un circuit de légende, qui lui a donné beaucoup de plaisir ce week-end.

"C'était incroyable ce week-end ici. Le circuit aussi est incroyable. Avec les appuis aérodynamiques de cette année, nous avons des sensations au niveau du pilotage qui sont géniales ici. J'ai vraiment essayé de m'assurer que je me dépasse moi-même pour être au niveau. J'ai été tout le long de la course sur le fil du rasoir avec les pneus."

En sortant de sa voiture, Hamilton avait décrit Suzuka comme "le meilleur au monde". Il maintient ce qu'il a dit dans l'excitation du moment.

"Oui, oui, c'est le meilleur circuit de notre calendrier. Monaco et Singapour sont aussi géniaux, j'adore le fait qu'ils n'ont pas été ruinés par trop de zones de dégagement. Toutes les pistes de F1 devraient être ainsi."

Pressé d'en dire plus à ce sujet, il ajoute:

"Quand j'étais encore un enfant, je voulais piloter à Monaco et ici, à Suzuka. C'est un circuit exceptionnel. Lorsque j'étais dans le tour d'honneur, j'ai vraiment voulu m'arrêter, prendre un moment et le faire en marchant et penser à tous les grands pilotes qui ont roulé ici."

"Quand vous songez au temps où Ayrton (Senna) pilotait ici... J'ai toujours l'impression d'être l'enfant de ma petite ville de Stevenage. C'était si lointain pour moi à ce moment-là. Même si je suis ici maintenant, Ayrton et les autres... ils sont toujours présents dans ma tête. Cela ne me semble pas réel."
source: Nextgen-Auto.com

Pour Wolff, Vettel n'a pas commis d'erreur face à Verstappen
Sebastian Vettel a-t-il commis une nouvelle erreur grossière en tentant de dépasser Max Verstappen dans Spoon ce dimanche, ou bien l'Allemand avait-il raison de tenter le dépassement sur la Red Bull à ce moment de la course?

Le débat divise déjà le paddock: tandis que certains accusent le pilote Ferrari, Toto Wolff, le directeur de Mercedes, estime que Sebastian Vettel n'a pas vraiment commis de faute dans la manœuvre.

"Je ne suis pas certain qu'il ait commis une erreur. Il est bien remonté depuis la 9ème place sur la grille, et il était un solide 4ème à cet instant."

"Quand vous êtes un pilote de course, il faut décider d'y aller ou non... la porte semblait ouverte, il a tenté le coup, et ensuite, il y a eu un incident de course qui l'a fait reculer en queue de peloton."

Tandis que Sebastian Vettel doit souvent remonter le peloton après s'être accroché en piste, Lewis Hamilton est lui beaucoup plus serein. 67 points séparent désormais en conséquence les deux rivaux pour le titre. Mais y a-t-il vraiment encore rivalité? Mercedes n'a-t-elle pas tué le suspense au Japon?

"Il faut rester concentré et prendre les courses les unes après les autres" tempère Toto Wolff.

"Je ne pense pas que vous ayez le trophée entre vos mains jusqu'à que ce soit vraiment le cas. Nous n'avons pas remporté le Championnat des Pilotes aujourd'hui, ni celui des constructeurs - nous en sommes un peu plus loin d'ailleurs."

"Donc notre approche, c'est de prendre les Grands Prix les uns après les autres, et d'essayer de maximiser les résultats chaque week-end. C'est un objectif ambitieux à réaliser sur tous les circuits, dans toutes les conditions. Aborder chaque week-end de course comme si un nouveau championnat commençait le vendredi: cette approche a fonctionné jusqu'à présent."

Lewis Hamilton pourrait remporter le titre mondial dès la prochaine course à Austin, s'il marque au moins 8 points de plus que Sebastian Vettel.
source: Nextgen-Auto.com

Steiner - Leclerc est venu percuter Magnussen
Si la Formule 1 était un concours de mauvaise foi, la jeune équipe Haas serait déjà au sommet de la discipline. Coutumier des incidents dangereux et stupides en ligne droite, Kevin Magnussen s'est illustré une nouvelle fois ce jour à Suzuka, en se décalant au dernier moment devant Charles Leclerc.

Le Monégasque s'était déjà décalé, Magnussen a mis un gros coup de volant vers la gauche et le nez de la Sauber a touché une roue de la Haas, causant la crevaison puis l'abandon du Danois.

A la manière de son pilote, Günther Steiner n'hésite pas une seule seconde à rejeter la faute sur Leclerc, estimant que celui-ci est venu percuter son pilote: "L'incident avec Kevin, durant lequel Leclerc est venu le percuter, nous a retiré une voiture."

"Il l'a percuté. Kevin n'a pas freiné. Il ne l'a pas poussé hors piste ou autre, Kevin a juste bougé vers sa ligne et il est venu le percuter Que pouvait-il faire? Simplement le laisser passer? C'était avant le point de freinage, ils n'étaient pas en train de freiner."

Mais Steiner, visiblement convaincu, va encore plus loin et confirme qu'il rejette la faute sur Leclerc: "Exactement, c'est ce que je pense. Il [Leclerc] doit juger ce qu'il peut et ne peut pas faire. Kevin ne l'a pas tassé en étant à côté, il était clairement devant car il a pu se déplacer devant."

Une déclaration franchement répréhensible, tant le pilote s'en sort déjà bien de ne pas avoir été pénalisé. Si l'on peut comprendre les directeurs d'équipe voulant défendre leurs pilotes, on a notamment vu Christian Horner rester neutre face à la pénalité infligée à Max Verstappen.

Il explique ensuite les problèmes subis par Romain Grosjean: "Il a eu des soucis techniques sur sa voiture et avec la maniabilité de celle-ci. Puis il y a eu le souci avec [Sergio] Pérez qui a dépassé sous régime de voiture de sécurité virtuelle, et que nous devons encore analyser. Le point positif est que nous reprenons trois points à Renault."
source: Nextgen-Auto.com

Ericsson a effectué une belle remontée au Japon
Marcus Ericsson a fait une belle remontée depuis le fond de la grille à Suzuka mais le Suédois n'a pas réussi à marquer des points pour Sauber.

Il termine à la 12ème position en partant de la 20ème place, un signe évident que la Sauber méritait mieux qu'un zéro pointé au Japon suite à ce résultat et à l'abandon de son équipier, Charles Leclerc.

"Nous savions que cela allait être une course difficile, mais si on prend en considération le fait que nous étions 20ème au départ, terminer 12ème est un résultat dont nous pouvons nous satisfaire", commente-t-il.

"Nous avons eu un bon rythme en course et la voiture était plutôt pas mal. J'ai roulé sur le même train de pneus durant la majorité de la course, ce qui a demandé beaucoup de gestion de ma part."

"C'est un peu dommage de ne pas avoir commencé la course d'une meilleure position, parce qu'il aurait été possible d'entrer dans les points. Ce fut tout de même un jour positif et j'ai hâte d'avoir une nouvelle chance de rentrer dans le Top 10 à Austin."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton ne comprend pas ce qui arrive à Ferrari et Vettel
Lewis Hamilton a été interrogé sur la possibilité pour lui de remporter le titre dès le prochain Grand Prix aux Etats-Unis.

Un doublé Mercedes, dans le même ordre qu'aujourd'hui, lui suffirait, quel que soit le résultat de Sebastian Vettel. Il faut en effet à Hamilton 8 points de plus que l'Allemand pour empocher son 5ème titre alors qu'il reste encore 4 courses.

Personne ne pouvait imaginer tel scénario durant l'été. Puis, depuis Monza, la chute de Ferrari s'est accélérée. A la grande surprise du Britannique!

"Tout d'abord je veux dire que vous devez viser haut et ainsi, tout naturellement, lorsque vous commencez la saison, vous mettez la barre haute, le titre. Puis, en milieu de saison, nous avons eu cette petite période où l'on ne gagnait plus, et nous avons poussé de nouveau pour nous assurer de revenir encore plus fort."

"C'est ce que nous espérions réussir, mais ça n'arrive pas toujours. Pour atteindre notre objectif, je pense que nous avons tous travaillé très dur."

"Ensuite, concernant la performance de Ferrari et Sebastian... bien sûr, je ne m'attendais pas à... ils ont été très forts jusqu'à la mi-saison, puis il y a eu Monza et Singapour, le moment où ils ont vraiment perdu de la performance."

"Je n'avais pas du tout anticipé le fait qu'ils perdent du rythme à ce point. Pas seulement le fait qu'ils ont perdu beaucoup de performance.... Leurs performances n'ont pas été aussi solides qu'elles ont pu l'être auparavant. Je n'ai pas vraiment une réponse à ce qui arrive, ce n'est pas une chose sur laquelle je me suis vraiment concentré. Je suis sûr que Sebastian peut vous dire pourquoi."

"Nous, nous nous sommes juste concentrés à essayer de faire le meilleur travail possible et maximiser le potentiel selon nos propres capacités, c'est tout ce que nous pouvons faire."
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg peut au moins se réjouir du résultat de Sainz à Suzuka
Renault F1 a retrouvé les points à l'occasion du Grand Prix du Japon, Carlos Sainz se battant jusqu'à l'arrivée pour finir dixième à Suzuka.

Mais la déception a aussi été de mise pour Nico Hülkenberg, contraint à l'abandon.

Parti seizième avec des Pirelli Médiums (blanc) neufs, l'Allemand est rentré aux stands au trentième tour pour chausser un train de Tendres (jaune) neufs. Hülkenberg a dû se retirer au trente-septième tour, victime d'un problème à l'arrière de sa monoplace.

"Aujourd'hui, nous avons essayé une stratégie différente en partant seizièmes avec les Médiums. Nous avons pu afficher un bon rythme par rapport à ceux qui étaient sur des gommes plus tendres, mais notre tâche était compliquée vu d'où nous nous élancions. Nous pensions pouvoir faire durer les Médiums un peu plus longtemps et c'était dommage de devoir abandonner. Quelque chose semblait étrange à l'arrière après notre arrêt. Même si je n'ai pas marqué de point, Carlos et l'équipe ont réalisé une superbe course. C'est un bon résultat, crucial dans l'optique du championnat. Nous savons qu'il nous reste beaucoup de travail jusqu'à la fin de la saison, mais nous continuons de nous battre."

Treizième sur la grille, Sainz s'est élancé en Tendres neufs qu'il a troqués pour des gommes Médiums neuves au trente-deuxième passage. Il a ainsi effectué un long premier relais, couronné d'un bel arrêt, avant d'exploiter ses pneumatiques neufs en fin de course pour s'emparer du dernier point en jeu à trois tours du drapeau à damier.

"C'était très amusant et toute l'équipe a réalisé une course très positive. Nous avons pris un bon départ en dépassant quelques voitures pour être tout près du top dix et nous avons dû effectuer d'autres dépassements en piste. Ce point est la meilleure chose que nous pouvions espérer en partant treizièmes et il s'agit donc d'un excellent résultat. L'équipe a fait du superbe travail: la stratégie, l'arrêt aux stands... Tout a fonctionné. Nous savions que nous allions devoir nous battre ce week-end. C'est donc positif de marquer un point et nous devons maintenant nous appuyer là-dessus lors des quatre dernières courses."

Renault F1 conserve la quatrième place du Championnat des Constructeurs avec huit unités d'avance sur ses plus proches rivaux, Haas F1.
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen pénalisé par... Verstappen
Kimi Räikkönen pouvait prétendre à une place sur le podium au Japon, mais une mauvaise rencontre avec Max Verstappen l'a fortement pénalisé.

Le Néerlandais de chez Red Bull a été pénalisé de cinq secondes pour cet accrochage avec la Ferrari du Finlandais en début de course à Suzuka, mais c'est bien ce dernier qui a perdu le plus dans cet accident.

"Après mon contact avec Max (Verstappen), j'ai vu des morceaux de ma voiture voler. Ma voiture a été endommagée du côté gauche, sur le fond plat", explique Kimi Räikkönen.

"Cela a eu bien sûr une influence négative sur ma course. J'ai perdu beaucoup d'appuis aérodynamiques et il n'y avait pas grand-chose à faire. Il est impossible de savoir quelle aurait été ma course sans cet accident à la chicane."

"Nous avons continuellement amélioré la voiture cette fin de semaine, je la pilotais de mieux en mieux, mais malheureusement, le résultat est celui que nous avons obtenu aujourd'hui."

"Ce week-end a donc été difficile et décevant. Il faudra maintenant faire une analyse approfondie afin que nous abordions la prochaine course dans de meilleures conditions pour que nous puissions nous battre", ajoute le Finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Hartley s'effondre en course après une superbe qualif
Qualifié sixième, Brendon Hartley a terminé 13ème du Grand Prix du Japon. Un mauvais départ et un rythme en deçà des espérances ont eu raison de ses espoirs de Top 10.

Pour celui qui cherche à sauver sa place chez Toro Rosso pour 2019, cette qualification qu'il croyait être une aubaine n'a fait que mettre en lumière une course très difficile.

"Je n'ai pas l'impression d'avoir fait été trop mauvais au départ de la course, mais je n'ai pas réussi à déployer toute la puissance" regrette Hartley, qui a perdu cinq places à l'extinction des feux.

"Pendant tout le premier relais, je n'ai pas eu beaucoup d'adhérence et une mauvaise motricité qui m'a coûté beaucoup de temps."

"Puis lors du deuxième relais, je me suis retrouvé dans le trafic, j'ai fait quelques dépassements sur les deux Williams mais je suis finalement resté coincé derrière Marcus. C'est vraiment dommage que les deux voitures ne soient pas dans les points après un résultat aussi prometteur hier en qualifications."
source: Nextgen-Auto.com

Les Williams terminent en queue de peloton
Dans la lutte pour la dernière place du classement (hors abandons), les McLaren ont cette fois-ci pris le dessus sur les Williams. Avec la pénalité de Lance Stroll (5 secondes pour avoir gêné Fernando Alonso et 2 points de pénalité sur le permis), c'est d'ailleurs à peu près tout ce qu'il faut retenir d'une nouvelle course à oublier pour l'écurie de Grove.

"Avec Fernando, je suis juste allé à l'extérieur du 130R, je suis passé dans l'herbe et je suis revenu sur la trajectoire, nous avons eu un contact et Fernando a juste tiré tout droit, donc nous avons tous les deux reçu des pénalités" se défend Lance Stroll.

"C'était juste un incident typique du premier tour, quand ça devient chaud. J'ai juste voulu dire que je ne l'avais pas poussé délibérément. Après, la course fut assez mauvaise. Rien n'a joué en notre faveur aujourd'hui, c'était juste vraiment une mauvaise course."

16ème, Sergey Sirotkin a terminé devant son coéquipier mais derrière Stoffel Vandoorne. Il regrette que sa stratégie agressive n'ait pas porté ses fruits.

"Ce fut une journée difficile. Nous avons dû changer de stratégie en passant à deux arrêts. Elle semblait la plus rapide, mais avec le trafic, nous n'avons pas eu la chance de l'exploiter pleinement, donc c'était une course difficile. Nous avons pu éviter les problèmes en piste et gagner quelques places ici et là, donc c'est bien de ce point de vue... Mais au bout du compte, nous n'avons pas fini aussi bien que voulu. Une course très difficile... Mais l'équipe a fait le maximum aujourd'hui. Dans notre situation, personne n'aurait pu mieux faire, donc je suis très fier des efforts des gars."

Paddy Lowe, le directeur technique, qualifie lui aussi de course "décevante" cette épreuve japonaise. S'il n'y avait qu'un point positif à retirer du Grand Prix? "Notre fiabilité fut bonne, les deux voitures ont franchi la ligne d'arrivée."
source: Nextgen-Auto.com

Pérez a été le meilleur des autres aujourd'hui au Japon
Sergio Pérez ne dispose pas d'une Mercedes, d'une Ferrari ou d'une Red Bull et sa septième place à l'arrivée du Grand Prix du Japon est donc une petite victoire pour lui. Il savoure.

"C'est un bon résultat, le meilleur que nous pouvions espérer", se félicite Sergio Pérez.

"Après notre mauvaise qualification d'hier, nous avons gagné de nombreuses positions en course. Je pense que nous avons fait le maximum. Nous avions un bon rythme et une bonne stratégie."

"Nous savions que nous allions devoir être agressifs pour battre les Haas. J'ai presque dépassé Grosjean après son arrêt au stand, mais j'ai perdu un peu de temps en me battant avec Leclerc. A la relance, après la voiture de sécurité virtuelle, j'ai pu me rapprocher très fort de Grosjean et je l'ai attaqué. Je suis vraiment très content de nos performances d'aujourd'hui. Cette course a été fantastique", ajoute le pilote mexicain.
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne 'dépassé un peu partout' lors de ce GP du Japon
Pour Stoffel Vandoorne, les Grands Prix se suivent et se ressemblent au volant d'une McLaren Renault en net manque de performance.

19ème au départ, 15ème à l'arrivée, le Belge n'a pas fait de miracles, comme Fernando Alonso, lors de ce Grand Prix du Japon disputé sur le circuit de Suzuka.

"C'était une longue course pour nous. Le début n'était pas chouette du tout, on perdait des positions. Il n'y avait pas grand-chose à faire face aux voitures plus rapides, elles nous passaient en ligne droite un peu partout", commente-t-il au micro de la 'RTBF'.

"Après le premier relais, on a bien récupéré malgré la dégradation des pneus. On a pu appliquer la stratégie à un seul stop et on a réussi à terminer 15ème. Je pense que c'était plus ou moins le maximum pour nous aujourd'hui."

McLaren n'était pas la dernière équipe en piste aujourd'hui: Williams a fini derrière.

"On était dans la course avec eux. Aujourd'hui, ils avaient une voiture un tout petit peu plus rapide que la nôtre mais avec la dégradation, on a pu faire un tout petit mieux qu'eux."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz marque un point très apprécié
Carlos Sainz a marqué le point de la dixième place et il ne l'espérait pas vraiment. C'est que l'Espagnol a dû se retrousser les manches pour aller le chercher celui-là!

"Ce point m'a demandé beaucoup de travail et il est assez inattendu", raconte Carlos Sainz. "J'ai pris un bon départ, j'ai pu dépasser quelques voitures et je me suis très rapidement rapproché des points. Je ne m'attendais pas à avoir un aussi bon rythme aujourd'hui. Je ne m'attendais pas à marque ce point et je l'apprécie d'autant plus."

"A la mi-course, j'ai senti que j'avais un frein qui se refroidissait bien et l'autre pas. Au freinage, ma voiture tirait à droite et je devais faire très attention. Je ne pouvais pas attaquer autant que je le voulais mais nous avons trouvé des solutions avec les ingénieurs et ça s'est amélioré peu à peu. Je ne pensais faire autant de dépassements ici et celui sur Gasly en fin de course a été très agréable", poursuit l'Espagnol.

Carlos Sainz semble de plus en plus à l'aise au volant de sa Renault. "Je comprends tout beaucoup mieux, mon travail avec les ingénieurs est mieux coordonné. Nous signons de très bons résultats en cette deuxième moitié de saison. Nous marquons des points sur des circuits où cela nous semblait impossible. J'aurais bien aimé savoir ce que j'aurais fait en début de saison si la situation avait été la même. Toutefois, nous sommes encore loin du niveau souhaité et nous ne marquons pas autant de points que nous le voudrions", conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen est à 4 points d'une course de suspension
Pénalisés lors du Grand Prix du Japon, Max Verstappen, Fernando Alonso et Lance Stroll ont tous trois dans le même temps perdu des points sur leurs permis.

Le pilote Red Bull a été sanctionné de cinq secondes de pénalité pour être revenu sur la piste de manière agressive sur Kimi Räikkönen, après avoir manqué la corde à la dernière chicane. Les commissaires ont estimé que le Néerlandais avait "coupé la chicane et rejoint la piste sur la trajectoire, au virage 17, puis percuté la voiture 7 [Kimi Räikkönen]".

Un seul point lui a été retiré sur son permis, mais le total de Max Verstappen devient inquiétant: avec 8 points, il est aujourd'hui à 4 points d'une suspension.

Lance Stroll a lui été jugé coupable d'une collision avec Fernando Alonso à la chicane. Il a écopé de deux points de pénalité, ce qui fait monter son total à 6.

Fernando Alonso, dans la même action, avait alors coupé la chicane, empochant au passage "un avantage significatif" au chronomètre selon les commissaires. L'Espagnol a seulement trois points de pénalité sur les douze permis.

De manière plus étonnante, Kevin Magnussen a été blanchi bien qu'il ait subitement changé de trajectoire en pleine ligne droite pour barrer la route à Charles Leclerc. Le Danois, traité de "stupide" par Charles Leclerc, a certes ruiné sa course dans la manœuvre. Les commissaires ont néanmoins jugé qu'aucun pilote "n'était pleinement ou majoritairement à blâmer pour l'incident".
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo au pied du podium et pilote du jour
Quinzième sur la grille de départ, Daniel Ricciardo a décroché la quatrième place à l'arrivée du Grand Prix du Japon.

Sa course a été remarquable et elle lui vaut la distinction honorifique de "pilote du jour" donnée par les fans sur Internet.

"Etant donné ma position sur la grille de départ, je ne savais pas où j'allais terminé la course aujourd'hui", raconte Daniel Ricciardo.

"Je savais que j'allais dépasser quelques voitures, mais j'aurais été très optimiste si j'avais pensé à prendre la quatrième place. Lorsque vous partez loin sur la grille à cause d'une pénalité, penser à la quatrième place est réaliste, mais même mon patron m'avait dit que ce serait trop optimiste de viser ce résultat."

Daniel Ricciardo a pourtant eu un petit souci technique en course.

"J'ai ressenti comme un choc et je ne sais pas ce que c'était. Ca m'est arrivé sur le sixième rapport. Est-ce que cela venait de la boîte? Je ne sais pas. Le choc a été puissant, cela ne sentait pas très bon pour moi, mais finalement il n'y a eu aucun souci. Les pneus tendres étaient bien. Je ne pensais pas pouvoir faire autant de dépassements et c'est ça qui me fait sourire. C'était chaud et j'adore ça", ajoute l'Australien.
source: Nextgen-Auto.com

'Ce n'est pas fait' - Wolff ne sabre pas encore le champagne
Lewis Hamilton et Valtteri Bottas ont, sans surprise, survolé le Grand Prix du Japon. Le nouveau doublé de Mercedes ne scelle pas encore la course au titre mondial mathématiquement, mais avec désormais 67 points de retard sur Lewis Hamilton, Sebastian Vettel n'a plus grand-chose à espérer en 2018.

Le Britannique écrase la F1 depuis la reprise. Toto Wolff ne peut qu'être admiratif de son pilote numéro 1.

"Il n'a fait aucune faute tout au long de la saison. Nous, nous en avons commise une à Melbourne avec la stratégie. Nous avons eu aussi un problème sur la voiture au Red Bull Ring quand Lewis était en tête."

"Il est vraiment sur une vague incroyable, fort dans la tête, la voiture lui va, et il adore conduire."

Cette fois-ci, la course a été beaucoup plus tranquille sur le muret des stands: Toto Wolff n'a pas eu à ordonner à Valtteri Bottas de laisser passer Lewis Hamilton...

"On en avait beaucoup discuté, parce que la première chose que Valtteri m'ait dite à Sotchi, c'était 'je comprends absolument la situation, si j'avais été dans ta position, j'aurais fait la même chose'. Mais Lewis avait dit 'moi ça ne plaît pas, parce que Valtteri aurait dû gagner aujourd'hui, il était plus fort... A Suzuka, je veux justifier que je peux être Champion du monde"."

"Le départ a été bon pour nous. Quand vous êtes en confiance, vous pouvez pousser fort et quand vous sentez la voiture bien réagir, alors, vous êtes capable d'atteindre vos objectifs."

La sérénité de Mercedes contraste nettement avec la précipitation et la fébrilité de la Scuderia Ferrari. Comment Toto Wolff fait-il pour mieux gérer la pression?

"Après Spa, on est retourné à l'usine et on a dit 'nous ne sommes que la deuxième voiture, il faut trouver la solution'. Et on a commencé à vraiment travailler fort. Notre esprit, c'est de dire qu'on aime ce qu'on fait, on a le meilleur job du monde, on va sur des beaux circuits, on aime la pression, et on est arrivé à la canaliser dans une positivité avec laquelle on récolte les résultats maintenant."

"Les progrès que nous avons fait depuis Spa sont bons. Nous aimons la pression, nous l'embrassons. Le lundi matin, nous commençons par une réunion pour examiner les erreurs commises lors du week-end, et pour les régler. Cela signifie que des gens comme James Vowles [chef de la stratégie] peuvent dire ce qu'il faut dire, au moment où il le faut."

Le Championnat du monde apparaît plié pour tout le monde... sauf pour Toto Wolff qui demeure très prudent, comme à son habitude.

"C'est si important de vous réinventer en tant qu'équipe et de vous fixer de nouveaux objectifs. Nous avons des attentes ambitieuses, nous n'avons pas encore gagné les deux championnats mais nous y travaillons."

"Ce n'est pas fini, il faut toujours rester sceptique, parce que ce n'est pas fait."
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Max ne sera pas populaire en Italie aujourd'hui
Christian Horner se félicite du beau résultat de Red Bull au Grand Prix du Japon. Max Verstappen a signé un nouveau podium à Suzuka tandis que Daniel Ricciardo est remonté de la 15ème à la quatrième place en course.

"Une très bonne journée pour nous, nos deux pilotes se sont bien débrouillés. Daniel a fait une belle course pour remonter à travers le peloton depuis la quinzième place, c'était excellent de voir nos voitures troisième et quatrième" analyse le directeur de l'équipe.

"En conditions de course, nous étions compétitifs. Nous avons perdu un peu d'appui aérodynamique à cause des dommages causés par l'incident avec Kimi [Räikkönen], mais Max mettait la pression sur Valtteri à la fin et je pense que nous avons manqué de tours."

"Pour Daniel, c'est facile de doubler, il a encore une fois fait preuve d'une belle attaque. J'espère que nous passerons un bon week-end pour le Grand Prix des Etats-Unis et j'espère que Daniel sera de retour sur le podium également, mais nous misons aussi sur le Mexique."

Verstappen s'est accroché avec Räikkönen après un retour en piste peu contrôlé et a été pénalisé de 5 secondes. Horner ne défend pas son pilote outre mesure: "Max a fait l'erreur avec Kimi et il n'avait plus d'espace, alors comment se décaler? Il a eu de la chance de s'en sortir sans trop de dégâts, il a écopé d'une pénalité et il a quand même réussi à prendre l'avantage sur Kimi."

En revanche, Verstappen s'est aussi accroché avec Sebastian Vettel, sans que le pilote Red Bull ne soit responsable: "Pour moi, c'était un incident de course et les commissaires ont pris la bonne décision. Seb était un peu opportuniste et est arrivé trop tard. Max se défend tout le temps et ça lui a coûté cher aujourd'hui. Mais ça a coûté cher à Sebastian."

Horner estime toutefois que Vettel a perdu ses derniers espoirs de titre.

"Malheureusement, c'est la fin du championnat pour Sebastian et Max ne sera pas populaire en Italie aujourd'hui."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso quitte Suzuka sans le moindre point
Fernando Alonso ne s'attendait pas à marquer des points aujourd'hui au Japon et ses prédictions se sont vérifiées. Chez McLaren, on se bat désormais pour éviter les dernières places du classement et plus vraiment pour les points...

C'est en effet en 14ème positon que Fernando Alonso est passé sous le drapeau à damier. La pénalité de cinq secondes pour avoir coupé la chicane tout en prenant le dessus sur Sirotkin ne l'a bien sûr pas aidé.

"On ne peut rien y faire maintenant. Mais je me souviens que lors du briefing des pilotes vendredi, on avait dit qu'une voiture ne pouvait pas bouger au freinage. Je pensais donc que c'est celui qui avait fait ça qui allait recevoir la pénalité, mais cela ne s'est pas passé comme ça", explique-t-il.

"Quoi qu'il en soit, cela n'a pas changé grand-chose. Nous étions loin des points aujourd'hui, toujours entre la 12ème et la 14ème position. J'espère que nous pourrons être un peu plus compétitifs lors de la prochaine course et que nous pourrons avoir un meilleur rythme."

Fernando Alonso va maintenant quitter Suzuka mais pas le Japon puisqu'il va disputer dimanche prochain la manche du WEC avec Toyota sur le circuit de Fuji.

"Je vais me rendre à Fuji cette fin de semaine et j'espère que nous pourrons signer un bon résultat là-bas. Je veux aider Toyota à décrocher la 1ère et la 2ème place chez eux, à domicile. J'espère que nous allons marquer beaucoup de points pour le championnat", conclut l'Espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Ocon entre satisfaction et frustration au Japon
Esteban Ocon s'était qualifié huitième à Suzuka, mais son erreur en essais libres, où il n'a pas assez ralenti après le drapeau rouge, il a perdu trois places sur la grille.

Onzième au départ, il a réussi à aller chercher la neuvième position en course, mais regrette une erreur qui lui a coûté davantage de points.

"On avait un bon rythme c'est clair, on a eu une voiture compétitive tout le week-end" explique Ocon.

"On prend un bon départ, on récupère le maximum de positions mais ce n'est pas suffisant avec la vitesse qu'on a, il faut se qualifier mieux et ne pas faire d'erreurs. Je ne suis quand même pas satisfait du week-end."

Il avoue en tous cas avoir pris du plaisir pendant cette course agitée pour lui.

"C'est toujours sympa ici à Suzuka, quand on met les pneus neufs et qu'on sort des stands, ça double dans tous les sens. De retour en piste, j'en ai doublé cinq en trois tours, mais ça aurait été plus sympa de se battre plus à l'avant."
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene - Pourquoi parlons-nous toujours des erreurs?
Comme hier à Suzuka, Maurizio Arrivabene avait la mine des mauvais jours après la course du Grand Prix du Japon.

Mal qualifiées, les Ferrari ont eu à faire avec Max Verstappen pendant que les Mercedes signaient un doublé tranquille.

"Hier, nous avons rencontré le problème que tout le monde sait en qualifications, et j'ai dit que j'étais un peu déçu - mais nous gagnons et nous perdons ensemble."

"Je dois dire que l'équipe et les pilotes ont très bien réagi. Nous avons eu des incidents durant la course et il était clair que la victoire n'allait pas être entre nos mains aujourd'hui."

A-t-il fait une croix sur le titre pilotes?

"Concernant les prochaines courses, je sais que la situation a l'air impossible mais notre défi est de réussir l'impossible."

Vettel a-t-il fait une nouvelle erreur de jugement sur son dépassement sur Verstappen? L'Italien botte en touche...

"Pourquoi parlons-nous toujours des erreurs? Nous avons eu l'information de la pénalité de Max très tard et Sebastian faisait son travail. SI vous voulez parler d'un incident de course, je suis d'accord, mais nous n'étions pas en mesure d'exploiter notre potentiel si nous restions derrière lui."
source: Nextgen-Auto.com

Quatre points pour Haas grâce à Grosjean
Cinquième au départ, Romain Grosjean se montrait déçu à l'arrivée. Le Français révèle avoir eu un problème sur sa monoplace tout au long de la course. Pierre Gasly a dit à la radio que l'arrière de la Haas avait des flammes, et Grosjean pense qu'il y avait une casse sur l'arrière de sa voiture.

"Une bonne course, on a eu plein de soucis techniques avec la voiture, elle n'allait pas droit en ligne droite, un élément a dû casser, peut-être sur la suspension" se hasarde le pilote Haas, qui s'est énervé de voir Sergio Pérez le dépasser en fin de période de virtual safety car.

"Au restart de la safety car, je suis à trois dixièmes trop devant sur le delta, et lui est à 2,4 secondes derrière, donc il est en gros à 2,1 secondes. Mais dès que la course est relancée, il me passe, donc ce n'est pas normal, je savais que s'il était derrière, je pouvais le garder derrière."

"Mais une fois devant je n'ai rien pu faire surtout avec les pneus mediums trop froids et le problème technique. Honnêtement, au bout de 3 tours j'ai cru qu'on abandonnait. Je suis quand même content de garder Esteban [Ocon] derrière moi."

Il reconnaît un bilan frustrant pour cette course: "Renault marque finalement un point, nous on en marque pas autant qu'on le doit. Puis le côté frustrant, c'est que les mecs devant peuvent faire trois tête-à-queues, ils finissent tout le temps devant nous."

Dans l'autre Haas, Kevin Magnussen a vite abandonné après avoir été touché par Charles Leclerc, qu'il a tassé en pleine ligne droite en se décalant comme il le fait habituellement, au dernier moment à 300 km/h. Mais pour autant, le Danois joue la carte de la victime.

"Il m'a touché la roue arrière, j'ai eu une crevaison" lance-t-il. "Est-ce que je suis trop agressif? Non. Je pense avoir été percuté par l'arrière, pas l'inverse, j'ai du mal à comprendre pourquoi ce serait ma faute. C'est facile de blâmer les autres mais au final, je n'ai pas été pénalisé. Et j'ai abandonné."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel y croit encore un peu
Sebastian Vettel a terminé le Grand Prix du Japon à la sixième place alors que son rival pour le titre - Lewis Hamilton - a remporté la victoire. Autant dire que ses chances de remporter un cinquième titre mondial à la fin de cette saison se sont réduites à peau de chagrin...

Sebastian Vettel aurait pu viser une place sur le podium, mais Max Verstappen s'est mis sur son chemin et leur accrochage en début de course a forcé le champion allemand à se relancer depuis la dernière position.

"Je poussais pour le dépasser", raconte Sebastian Vettel. "Je n'étais pas désespéré de ne pas pouvoir le dépasser, car je savais qu'il avait reçu une pénalité de cinq secondes (pour avoir sorti l'autre Ferrari de Räikkönen). Mais lorsqu'il m'a vu, il a défendu sa position. Je me suis mis à l'intérieur et selon moi, il a poussé alors qu'il n'aurait pas dû le faire."

"Quant à l'accident qu'il a eu avec Kimi, je trouve que ce n'est pas juste que c'est toujours à l'autre de lui laisser de la place. Ensuite, je suis remonté dans le classement sans problème. Il faut toujours laisser de la place aux autres, car pour ce qui me concerne, je n'en avais pas", poursuit Vettel.

Regrette-t-il cette incompréhension avec Max Verstappen? "Non. Il est certain qu'avec le recul on se dit qu'on aurait fait les choses différemment, mais c'est facile de dire ça. J'étais plus rapide que lui, nous étions côte à côte dans le virage, mais il ne m'a pas laissé assez de place et nous nous sommes touchés."

Faut-il qu'il oublie désormais le titre mondial? "Je ne sais pas. J'ai vu que dans nos stands, les gars étaient toujours aussi excités. La motivation est toujours là. Ce sera difficile, mais nous n'avons plus rien à perdre. Nous allons nous battre. Nous avons eu des problèmes et je ne pense pas que cela puisse être pire à l'avenir", conclut le champion allemand.
source: Nextgen-Auto.com

Leclerc ne comprend pas que Magnussen ne soit pas pénalisé
Charles Leclerc n'a pas vécu un week-end simple, d'une élimination en Q2 jusqu'à un abandon en fin de course. Bien parti dans les premières boucles, le Monégasque a été victime d'une manœuvre très dangereuse de Kevin Magnussen, qui s'est décalé devant lui.

"Je pense qu'on était performants, en course je n'ai rien pu faire au départ, j'étais pris en sandwich entre [Brendon] Hartley, qui n'est pas bien parti, et une autre voiture, j'ai été doublé par plusieurs pilotes à ce moment-là" explique Leclerc.

Il revient sur l'incident avec le pilote Haas, et ne comprend pas pourquoi son rival n'a pas été pénalisé: "On a vu ensuite ce qu'il s'est passé avec Magnussen, je comprends pas pourquoi il n'y a rien dans ces situations, alors qu'on a déjà vu des pénalités pour des cas similaires."

"Une année c'était [Max] Verstappen à Spa, qui s'était décalé de la même manière devant Kimi [Räikkönen]. Il y avait eu une grosse polémique, il avait fait exactement pareil, et là ils ne font rien, je ne comprends pas trop, je demanderai des explications. Si on peut faire ça, je le ferai aussi, en plus ça a ruiné ma course et la sienne."

Leclerc a fini par abandonner.

"Nous ne savons pas encore à quel niveau cela a cassé, à l'avant gauche ou à l'arrière droit. Nous allons devoir analyser ça. Nous n'étions plus en lice pour des points mais ça aurait été bien de finir la course."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly déçu de manquer les points à Suzuka
Après de très bonnes qualifications, Pierre Gasly avait de bons espoirs de résultat correct à Suzuka, puisqu'il prenait le départ au septième rang. Néanmoins, tout ne s'est pas déroulé comme prévu en dépit d'un bon envol.

"J'ai pris un bon départ, je pars septième, je double Brendon [Hartley] au départ, il y a [Sebastian] Vettel qui passe dans le premier secteur mais c'était bien, j'ai réussi à rester proche de Romain [Grosjean]" se remémore le Français.

"On n'a pas pu changer les réglages moteurs par rapport à hier, la FIA n'a pas voulu que l'on change les réglages donc c'était plus compliqué. C'était bon, mais la stratégie n'a pas été bonne, avant mon arrêt j'ai les deux Force India derrière moi, mais après l'arrêt, je ressors derrière les Williams. J'ai eu des cloques sur les pneus et la fin de course était compliquée."

Gasly a été vu se défendre contre Kimi Räikkönen, pendant que Max Verstappen devait s'arrêter, mais Gasly nie une stratégie entre les deux équipes chapeautées par Red Bull: "Non, j'ai fait ma course, je l'ai pas forcément bloqué, je ne lui ai pas ouvert la porte, c'est la course, je savais pas que Max s'arrêtait, ce n'était pas volontaire... je voulais juste perdre le moins de temps possible."
source: Nextgen-Auto.com

Quatrième doublé de 2018 pour Mercedes, les deux titres en vue
Lewis Hamilton a manqué le hat trick de peu mais a écrasé le week-end du Grand Prix du Japon en dominant les séances d'essais libres, en signant la pole position et en remportant sa 71ème victoire en carrière.

"J'ai adoré, tout le week-end a été génial pour l'équipe" lance le Britannique. "C'est un super doublé pour Mercedes et une démonstration de la vraie force qui nous anime. Je n'ai pas pu gérer les pneus comme je le voulais, donc j'ai dû en prendre soin. Tous les gars font un travail énorme pour créer cette bête."

"Ce circuit est le meilleur au monde, je ne sais pas pourquoi ils n'en font plus des comme celui-ci. Je cours depuis très longtemps, mais la joie que je ressens est toujours la même. J'ai toujours l'impression que c'est ma première victoire."

Avec les erreurs de Sebastian Vettel, il a 67 points d'avance sur son rival et aura simplement besoin d'inscrire neuf points de plus que lui pour être titré dès Austin, où Hamilton est toujours très fort: "Nous sommes de plus en plus forts dans l'équipe cette année. Austin est généralement une piste qui nous convient, j'ai hâte de lâcher la bête là-bas."

Valtteri Bottas a été un solide deuxième en course et permet à Mercedes de signer son quatrième doublé de la saison.

"Initialement, tout semblait bon en course et je savais ce que je devais faire donc j'ai exécuté le plan. J'ai eu des cloques dans le second relais et c'était difficile, mais mon boulot était de terminer deuxième. Aucune inquiétude pour la voiture, on a économisé le moteur et il n'y a pas eu de problème."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen 'heureux' d'être sur le podium
Max Verstappen a terminé 3ème à Suzuka, un nouveau podium pour lui sur le circuit japonais (son 3ème consécutif).

Le Néerlandais a termine derrière les Mercedes et admet qu'il ne pouvait espérer mieux même s'il a mis la pression à Valtteri Bottas en fin de course.

"Nous n'avions pas vraiment la chance d'aller chercher Valtteri avec les dommages que j'avais sur le fond plat suite à la collision avec Sebastian (Vettel) à Spoon."

"Au niveau des pneus, c'était bien mieux dans le 2ème relais mais je pense que Mercedes a bien géré devant."

La course du pilote Red Bull a été marqué par deux accrochages avec les Ferrari.

"J'ai tiré droit à la chicane au début de la course et je suis revenu comme j'ai pu. Je ne pouvais braquer plus! Kimi a choisi la mauvaise trajectoire et nous nous sommes touchés. Mais je ne pouvais rien faire. Selon moi, ces 5 secondes de pénalité étaient ridicules mais je les ai surmontées."

"Quant à la collision avec Sebastian... dans ce virage (Spoon), vous ne pouvez pas dépasser. Je lui ai même laissé de la place mais il a sous-viré dans ma voiture."

"C'est dommage mais je suis heureux d'être sur le podium."
source: Nextgen-Auto.com

GP du Japon - Course
Parti depuis la pole position, le pilote Mercedes mène de bout en bout pour s'imposer à Suzuka et creuser l'écart au Championnat du monde sur un Sebastian Vettel en perdition.

Après un petit tour de course, le chef de file de Ferrari avait pourtant gommé en partie les gaffes stratégiques de la veille en qualifications. Seulement 8ème sur la grille, Vettel a avalé les Toro Rosso avant même l'enchaînement des Esses et profité d'une chamaillerie entre Max Verstappen et Kimi Räikkönen à la chicane pour se hisser au 4ème rang.

A la suite d'un contact entre Kevin Magnussen et Charles Leclerc, la Voiture de Sécurité a été appelée en piste. Le temps pour les commissaires de course d'étudier la bagarre Verstappen/Räikkönen et d'infliger une pénalité de temps de 5 secondes au bouillant Néerlandais.

Dès lors, Vettel aurait pu attendre un peu dans les échappements de la Red Bull mais l'Allemand, sentant peut-être le titre lui filer entre les doigts, était visiblement impatient d'effacer l'obstacle Verstappen pour aller en découdre avec les Mercedes en tête de la course.

Vettel a alors tenté une manœuvre très optimiste sur le Batave dans la courbe de Spoon et accroché la Red Bull après le re-départ. Punition immédiate: tête-à-queue du pilote Ferrari, qui est retombé en 19ème position. Le frisson est passé.

Même s'il a rapporté quelques soucis dans les passages de rapport et autres légères pertes de puissance, Hamilton n'a jamais été inquiété et enchaîne un 3ème succès de rang, le 9ème de la saison, et le 71ème en carrière.

Le Britannique creuse par ailleurs un écart quasi-définitif par rapport à Vettel, qui a profité de la supériorité éclatante de sa monture pour remonter jusqu'en 6ème position.

Hamilton devance en effet son rival de 67 points à quatre courses du but et pourra coiffer une 5ème couronne mondiale dès Austin dans 15 jours.

Valtteri Bottas et Max Verstappen ont animé les derniers tours de course en offrant une jolie lutte pour la place de dauphin. C'est finalement le Finlandais de Mercedes qui a prévalu.

Contraint de partir 15ème après avoir été victime d'un énième problème de fiabilité sur son moteur Renault samedi, Daniel Ricciardo a signé une jolie remontée en course pour franchir la ligne en 4ème position.

Ferrari a bu le calice jusqu'à la lie puisque Räikkönen n'a pas été en mesure de pallier les errances de son coéquipier. Les SF71H ont conclu leur week-end nippon aux 5ème et 6ème rangs.

Le Top 10 est complété par Sergio Pérez (Force India), Romain Grosjean (Haas), Esteban Ocon (Force India) et Carlos Sainz (Renault).

Pierre Gasly, qui bénéficiait de la dernière évolution du moteur Honda sur les terres du constructeur japonais, échoue à la porte des points après être pourtant parti 7ème sur la grille.

Son coéquipier Brendon Hartley a tout perdu au départ en raison d'un envol moyen. Le Néo-Zélandais, qui lutte pour garder son baquet l'an prochain, a dû se contenter de la 13ème place.

McLaren et Williams ont fermé la marche au terme d'un nouvel après-midi de souffrance pour les deux écuries britanniques. Au rayon des abandons, on retrouve Nico Hülkenberg (Renault), Leclerc et Magnussen. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.