En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 10 Octobre 2018

Brawn - Verstappen est devenu le pire cauchemar de Ferrari à Suzuka
Dans sa chronique d'après-course, Ross Brawn est revenu sur le Grand Prix de Red Bull au Japon, et a abordé les difficultés de Max Verstappen, très performant samedi et dimanche, face aux Ferrari avec lesquelles il s'est accroché.

"Max Verstappen est devenu le pire cauchemar de Ferrari à Suzuka" reconnaît Brawn. "Il est entré en collision avec Kimi Räikkönen à la fin du premier tour, ce qui lui a valu une pénalité de cinq secondes contestée, et le Finlandais a non seulement perdu la quatrième place face à son coéquipier Vettel, mais surtout l'aérodynamisme de sa voiture était compromis, surtout à l'avant."

"Quelques tours plus tard, il y a eu un autre incident, cette fois avec Vettel, et l'Allemand a perdu en subissant des dégâts lors du contact, en faisant un tête à queue pour repartir 19ème. Cette fois, les commissaires ont estimé que c'était un incident de course."

Pour Brawn, la surprise vient donc de Red Bull, qu'il n'attendait pas à un tel niveau: "Quoi qu'il en soit, Max a démontré que, sur cette piste, le Red Bull pouvait combattre Ferrari et les Mercedes de Valtteri Bottas sur un pied d'égalité. En effet, le Néerlandais a poursuivi Bottas pour la deuxième place jusqu'au dernier tour, même s'il n'a jamais vraiment eu l'occasion de passer."

Il a évidemment noté également la remontée de l'autre Red Bull, celle de Ricciardo, qui est parti 15ème pour terminer au pied du podium: "Dans l'autre Red Bull, Daniel Ricciardo s'est également illustré, l'Australien terminant tout juste hors du podium après être parti de la 15ème place sur la grille. C'était encore une autre grande remontée, après la sienne et celle de Verstappen à Sotchi."

"Red Bull déplore sans doute les problèmes de fiabilité qu'ils rencontrent avec Renault, car cette relation qui a apporté beaucoup de succès et de gloire à l'équipe de Milton Keynes et à l'usine de moteurs Viry de Renault touche à sa fin."
source: Nextgen-Auto.com

Liberty sera vraiment jugé sur l'après-2020 pour les écuries
Liberty Media a racheté la F1 en janvier 2017 et mène actuellement une entreprise de rénovation du sport, en vue de renforcer le spectacle et l'équité de la lutte en piste. Budgets plafonnés, règlement aérodynamique... de nombreux chantiers ont été lancés par les Américains.

Un an et demi après le rachat de la F1, quel bilan dressent aujourd'hui les directeurs d'écurie?

"Liberty Media a dû passer bien sûr, par un processus d'apprentissage" commence par remarquer Christian Horner, grand ami par ailleurs de Bernie Ecclestone.

"Ils ont dû comprendre ce qu'est la F1, et je pense que bien des choses sont plus faciles pour eux maintenant. Ils ont massivement investi dans le marketing de ce sport, ils ont mis en place des évènements promotionnels, des roadshows... Ils ont davantage ouvert les plateformes digitales, les réseaux sociaux, pour attirer de nouveaux publics sur la F1. Ils ont introduit l'e-sport, donc ils explorent aujourd'hui des nouveaux territoires pour la F1 et je pense que l'élément-clef par la suite pour eux, ne sera pas tant la promotion et le marketing - ils semblent bien rôdés sur ces points - mais ce qu'est le produit en lui-même."

"Et la clef de leur succès dépendra de la nature du règlement pour 2021. A quoi ressemblera la F1 dans dix ans? Bien sûr, c'est de la responsabilité de Liberty Media et de la FIA d'apporter les bonnes réponses à cette question."

Une pointe de nostalgie peut être décelée dans la réponse de Franz Tost, le directeur de Toro Rosso. Mais il reconnaît aussi que Liberty Media a engagé des chantiers décisifs pour l'avenir.

"Jusqu'à présent, ils ont repris un sport qui était très bien organisé par Bernie Ecclestone. Il y a des contrats en cours jusqu'en 2020 et cela signifie que leur influence n'ait pas été si spectaculaire. Néanmoins, ils ont fait un travail formidable pour promouvoir la F1 avec toutes ces nouvelles idées, surtout sur les réseaux sociaux. Mais leur travail décisif, c'est de créer les nouvelles règles et d'amener la F1 vers cette nouvelle ère. Et c'est alors que nous verrons à quel point ils sont bons - à partir de 2022, 2023, quand le nouveau règlement sera vraiment installé."

"Ils sont assez bien organisés, ils ont des gens très expérimentés au sein de la FOM et ensemble, avec la FIA, ils devraient être en mesure de régler tous les petits problèmes de la F1, surtout pour resserrer les performances dans le peloton, pour rendre la distribution des revenus plus équitable et bien sûr, pour s'assurer que les revenus restent au même niveau que durant l'ère Bernie Ecclestone. Je suis assez convaincu qu'ils feront du bon travail."

Le Français Frédéric Vasseur, directeur comme Franz Tost d'une écurie de milieu de grille (Sauber), confirme que Liberty Media adopte un mode de gestion "très ouvert".

"Ils lancent des enquêtes sur de nouveaux projets, ils lancent de nouvelles idées, ouvrent de nouvelles portes... Mais je pense qu'à un moment donné, nous aurons besoin d'obtenir des résultats - tout le monde en aura besoin. Et nous verrons alors quelle sera la prochaine étape."
source: Nextgen-Auto.com

Pérez veut une 'quatrième place théorique' pour Racing Point Force India
Sergio Pérez reste confiant quant à un bon résultat pour Racing Point Force India, malgré le fait que la structure, qui a officiellement débuté à Spa-Francorchamps, ait vu ses points du début d'année totalement effacés. Il garde encore des objectifs élevés et vise d'ores et déjà la sixième place de McLaren.

"Pour l'instant, nous sommes septièmes, donc le prochain objectif est la sixième place, ce qui sera incroyable si nous parvenons à battre McLaren avant la fin de la saison" expliquait-il récemment, avant d'avouer qu'il voudrait faire le calcul des points marqués par Force India et ceux par Racing Point FI.

"Mais pour moi, c'est hors de propos. Je veux calculer après Abu Dhabi combien de points nous avons marqués cette année et si nous terminons quatrième ou non. C'est très facile à faire, ce sont des mathématiques, et mon plus grand objectif est de terminer quatrième théoriquement, à la fin de l'année."

Une quatrième place théorique qui ne devrait pas être sa position réelle après avoir perdu 59 points inscrits en début d'année, avec lesquels Racing Point Force India serait aujourd'hui quatrième du classement: "J'ai toujours dit que pour moi, c'est la quatrième place du championnat qui compte. Nous voulons juste remonter au maximum."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon - Je ne peux pas faire grand chose de plus
Esteban Ocon admet qu'il ne peut rien faire de plus pour obtenir un baquet (chez Williams) en 2019.

Le Français, qui attend de voir si les négociations entre Mercedes et l'équipe de Grove vont aboutir, doit patienter en attendant. Ses résultats parlent pour lui mais, malheureusement, pas son compte en banque.

"Je ne peux malheureusement pas faire grand-chose de plus", confie-t-il à 'RMC'.

"L'écurie Mercedes est contente de mes résultats, les équipes me regardent. J'ai beaucoup de bonnes retombées. Pour l'instant, ce que je fais plaît à tout le monde. Mais voilà, même si je continue à faire de bonnes choses, cela ne change rien à ma condition, malheureusement."

"C'est ça qui me déçoit aussi. Mais de bien faire, cela ne me nuira jamais. Et j'ai donc pour objectif de continuer comme ça."

Et pour garder sa motivation, rien ne vaut l'approche qu'il a en ce moment chez Racing Point Force India.

"J'ai faim. J'ai faim de résultats. J'ai faim de victoires, et je veux devenir Champion du monde de Formule 1. Je ne pense qu'à cela. Ma vie tourne autour de la F1 et quand je me réveille tous les matins, en allant m'entraîner, et lors des voyages, je suis motivé par ce rêve de titre. Je n'oublie pas d'où je viens et tous les sacrifices que ma famille et moi avons dû faire pour arriver jusque-là. C'est important de s'en rappeler, et cela me motive aussi."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren explique ses choix de gommes plus dures
McLaren a étonné avec des choix de pneus axés sur les pneus les plus durs au Japon, tandis que ce sera de nouveau le cas aux Etats-Unis. Face à une rumeur qui voulait que l'équipe ait oublié de soumettre ses choix à Pirelli, Gil de Ferran explique cette stratégie.

"Plus tôt dans l'année, il était généralement admis que notre voiture fonctionnait mieux avec des composés plus durs" détaille le Brésilien. "Particulièrement sur ce type de piste avec des G très élevés et beaucoup d'enchaînements de virages, c'était un choix plus approprié."

"Il s'avère que nous nous sommes trompés. Nous avons passé tout le week-end à essayer de faire face à un choix non optimal que nous avons fait. Et c'est tout ce qu'il y a à faire. C'était une sélection délibérée."

Charlie Whiting confirme que McLaren a donné ses choix à temps: "Je n'ai pas été mis au courant d'un quelconque retard. C'était il y a longtemps. Si la sélection n'est pas faite la veille de la deadline, nous appelons généralement les équipes pour leur rappeler. Mais elles y pensent seules."
source: Nextgen-Auto.com

Jos Verstappen - Vettel est habitué à ce que tout le monde s'écarte
Max Verstappen a signé son troisième podium en 5 courses et son cinquième Top 5 consécutif, dimanche dernier à Suzuka. Son père Jos est ravi que son fils ait réussi à mettre derrière lui une entame de championnat catastrophique, mais il est également revenu sur l'accrochage entre le pilote Red Bull et Sebastian Vettel.

"Je pense que si vous approchez de ce virage à une vitesse de 270 ou 280 km/h, alors que vous devez prendre à 200 km/h, cela ne vous laisse qu'un très court moment pour freiner. Je pense que ce n'était pas le bon endroit pour faire cette action" juge le père de Max.

"Vettel est habitué à ce que tout le monde s'écarte de son chemin. C'est certainement le cas des pilotes qui ont un moteur Ferrari. On peut le voir dans la course. Sebastian sait combien il est difficile de dépasser Max et je pense qu'il était un peu trop optimiste."

Vettel a déclaré qu'il irait discuter en privé avec Verstappen, ce qu'apprécie le père de ce dernier: "J'espère qu'il le fera, Max pourra aussi avoir son mot à dire quand ils parleront. C'est mieux que d'avoir tout rapporté via les médias sociaux."

L'ancien pilote Stewart Grand Prix est heureux de voir les progrès de son fils sur l'ensemble de la saison: "Vous pouvez voir qu'il a progressé au cours de l'année. Après Monaco, il a pris des mesures positives. Il pense maintenant un peu plus pendant les courses."

"Lui ai-je dit de faire ça? Oui, plusieurs fois. Nous discutons de tout et il écoute parce que nous avons convenu que je peux toujours avoir mon mot à dire, mais à la fin, il fait ce qu'il veut."

Il se positionne également en faveur du plus jeune vainqueur de l'Histoire dans l'incident qui l'a opposé à Kimi Räikkönen: "Il essayait de se remettre en piste. Kimi est à côté de lui pendant que Max doit ressortir du virage. Cela aurait été plus facile pour lui s'il était simplement allé tout droit, comme Valtteri [Bottas] l'a fait plus tard. Il ne l'a pas fait parce qu'il craignait d'être puni. En tant que pilote, vous n'avez aucune idée de ce qui est juste."

"Avant tout, un pilote doit savoir ce qui est permis et ce qui ne l'est pas. Cela n'est pas encore très clair. L'un coupe le virage et rien ne se passe, l'autre essaie de retourner sur la piste et est puni. Ce n'est pas juste."
source: Nextgen-Auto.com

Renault veut assurer la quatrième place avant de passer à la vitesse supérieure
Renault vit une deuxième partie de saison difficile, dans laquelle elle voit Haas se rapprocher dangereusement pour la quatrième place du classement des constructeurs. Il attend du mieux sur les prochains circuits que sont Austin et Mexico.

"Les deux dernières courses, en Russie et au Japon, ont été un peu difficiles, mais ces circuits ne correspondaient pas aux caractéristiques de notre monoplace. Les prochains tracés, particulièrement les deux qui arrivent, nous conviennent mieux" assure l'Allemand.

"La bataille est serrée au milieu du peloton. Les autres équipes ont beaucoup travaillé pour nous poser des difficultés ces derniers temps et nous ne nous sommes pas non plus montrés sous notre meilleur jour. Mais nous avons toujours une bonne voiture et je crois que l'on peut rebondir lors des quatre dernières courses et conserver la quatrième place au classement."

Nico Hülkenberg admet qu'il faudra un long moment à l'équipe pour être au niveau attendu comme objectif final: "Dans l'ensemble, et même s'il y a eu de moins bons moments, je pense que notre saison a été plutôt bonne. Cette quatrième place est un progrès par rapport à l'an dernier."

"L'équipe va dans la bonne direction. J'ai vu l'équipe grandir énormément et constaté l'engagement et l'investissement de Renault. Les locaux et les équipements ont été améliorés, il y a eu des embauches, plus de ressources. Tout ce que l'on peut attendre d'un constructeur."

Mais si Renault est revenue en F1, c'est pour faire mieux que la quatrième place actuelle: "Notre ambition est toujours d'être aux avant-postes, de se battre pour les podiums et les victoires dans quelques années, mais nous sommes encore en phase de développement. Je pense que nous avons mis en place la bonne structure sur laquelle construire dans les prochaines années."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel avait la mauvaise approche cette année, selon Briatore
Sebastian Vettel a été sujet à de nombreuses critiques pour avoir gâché ses chances de titre mondial cette année, au point que Lewis Hamilton est venu demander aux médias de respecter son rival. Pour Flavio Briatore, l'Allemand est bien responsable de ses déconvenues, mais plutôt par une erreur d'approche.

"Il finira deuxième, et c'est toujours une fine démarcation entre le vainqueur et le premier des perdants" explique un Briatore moins virulent que certains de ses compatriotes. "Je pense que Sebastian a fait beaucoup d'erreurs cette année."

Selon lui, Vettel pense trop à la victoire lorsqu'il devrait assurer, comme on a pu le voir notamment à Bakou, en France ou au Japon: "Il doit apprendre qu'une course fait 53 tours, pas un seul. Vous n'avez pas besoin de gagner toutes les courses pour être Champion du monde, il faut marquer des points."

Briatore a également ramené une part de responsabilité à Ferrari dans cet échec et a estimé que la Scuderia "a fait beaucoup d'erreurs stratégiques dans les trois ou dernières courses."
source: Nextgen-Auto.com

Pas de modification du système de points en F1 pour 2019
Ces dernières semaines, les équipes de Formule 1 discutaient avec la FOM et la FIA d'une possibilité de revoir le système de points en vigueur depuis 8 ans maintenant.

L'idée était de récompenser le Top 15, voire même le Top 20, afin de s'assurer qu'il y ait des bagarres à tous les étages du peloton et que les classements pilotes et constructeurs soient les plus fidèles possibles au niveau réel de chacun.

Mais l'idée ne semble pas avoir passé le stade du Groupe Stratégie, lors de la dernière réunion qui a eu lieu.

"Cela a bien été discuté", confirme Charlie Whiting. "Ce n'est pas une règle qui bouleverse tout et aurait dû attendre 2021. Mais il n'y a pas eu d'accord pour l'introduire en 2019."

Quelle est la cause de ce désaccord? L'écart de points entre les places.

Selon Günther Steiner, il faut plus qu'un simple écart d'un point entre les 7ème et 8ème place, s'il y en a aussi un seul entre la 14ème et la 15ème.

Cela reviendrait donc à bouleverser totalement la proportion des points attribués, en partant par exemple sur une base de 100 points pour le vainqueur. Les discussions ont donc été reportées d'une année.
source: Nextgen-Auto.com

Vers un duel entre Albon et Wehrlein pour la place chez Toro Rosso?
Helmut Marko a fait un point sur la liste des pilotes candidats au deuxième baquet chez Toro Rosso, aux côtés de Daniil Kvat. Il estime toujours avoir un grand nombre de candidats potentiels, dont un certain Pascal Wehrlein, ancien pilote du giron Mercedes et désormais libre de tout contrat.

Interrogé à savoir si Wehrlein est le favori, Marko s'est amusé en répondant que ce dernier est "très loin" dans la liste si celle-ci est classée par ordre alphabétique.

Les rumeurs d'une arrivée d'Alexander Albon, se font de plus en plus insistantes.

Brendon Hartley, actuellement en place dans l'équipe, espère encore conserver sa place, bien que Toro Rosso lui ait annoncé qu'il devait battre Pierre Gasly pour cela.

"Les résultats ne le montrent pas, mais je sais que j'ai progressé à chaque course. Je me concentre sur mon travail à chaque course et j'espère que je serai sur la grille l'an prochain."
source: Nextgen-Auto.com

Brawn ne voyait pas Hamilton écraser la deuxième partie de saison
Les six victoires et la deuxième place de Lewis Hamilton en six courses ont scellé la saison, ou presque. Pour Ross Brawn, Mercedes ne devait certainement pas s'attendre à plier aussi vite la saison, après avoir remporté deux victoires inattendues avant le mois d'août, en Allemagne et en Hongrie.

"Pendant la pause estivale, je doute que Lewis ou son équipe aient cru pouvoir le faire si tôt" juge Brawn au sujet de la possibilité du Britannique d'être champion à Austin. "Les victoires consécutives en Allemagne et en Hongrie ont compensé la déception du champion en titre à Silverstone, où il était clair que Sebastian Vettel disposait de la voiture la plus compétitive que Mercedes aie eu à affronter dans cette ère hybride."

"De Hockenheim à ce jour, Lewis a accumulé 168 points sur un maximum possible de 175, alors que son rival au titre n'en a obtenu que 93. Certains week-ends, Hamilton a a rendu une copie parfaite, tandis que sur d'autres, l'équipe l'a aidé, comme ce fut le cas à Sotchi, ou ils ont simplement bénéficié des erreurs des autres."

Brawn admet que les chiffres parlent d'eux-mêmes: "Cela signifie qu'il a 67 points d'avance et qu'il lui suffit de marquer huit points de plus que Vettel à Austin pour égaler le nombre de titres de Juan Manuel Fangio. Un autre doublé pour Mercedes signifierait une grande fête dans la maison Hamilton."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.