En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mardi 04 Décembre 2018

Renault Sport Formula One Team devient Renault F1 Team
A compter du 4 décembre 2018, l'écurie Renault de Formule 1 change de nom pour s'appeler Renault F1 Team.

Cette dénomination plus simple et plus naturelle (déjà utilisée par les médias et les fans, NDLR) a vocation à renforcer l'expression du lien qui existe depuis plus de 40 ans entre Renault et la F1.

Ce nouveau nom et le logo associé seront des atouts pour atteindre les objectifs stratégiques de développement de la notoriété et de l'image de la marque Renault par notre engagement en Formule 1, tout en continuant de soutenir tactiquement l'actualité produits de la gamme notamment dans le segment sportif.

Ce nouveau logotype est plus compact et plus lisible. Le losange, emblème de Renault y est directement associé sans séparation.
source: Nextgen-Auto.com

Toto Wolff dévoile ses meilleurs moments de l'année 2018
Toto Wolff a reconnu que la saison de Mercedes, qui a consacré l'équipe et Lewis Hamilton pour la cinquième fois, a été exceptionnelle en Formule 1. Mais pas seulement, puisque la firme à l'étoile a également remporté le titre en F2 avec son protégé George Russell, le titre en F3 avec Mick Schumacher, le DTM, et les deux titres en F1 Esport Series.

"Nous avons connu une année exceptionnelle chez Mercedes, avec tous les trophées que nous avons remportés" se félicite Wolff. "C'est pour moi un point culminant, car nous avons réussi à décrocher le titre avec Mick en F3 et George en F2, et les titres virtuels, ainsi que le succès en DTM."

"C'est donc ma première grande réussite, je dirais. La combinaison des victoires en DTM et en F3 en un week-end, puis le titre des pilotes en Formule 1, et enfin celui des constructeurs. C'était la disparition d'un énorme fardeau sur nos épaules."

Il explique également que la pole position de Hamilton à Singapour, et surtout la manière dont elle fut signée, reste l'un de ses grands moments de la saison: "Il parcourait le monde pour assister à divers défilés de mode, lançant sa collection, et beaucoup de gens lui ont demandé le jeudi: 'Comment pouvez-vous lui permettre d'être à New York et à Shanghai pendant 10 jours et de venir ensuite à la course?' Et puis il a tué tout le monde sur la piste le samedi."
source: Nextgen-Auto.com

Un GP dans les rues de Londres, plus qu'une simple alternative?
Silverstone entre dans sa dernière année de contrat avec la Formule 1 et n'a pour l'instant aucun plan pour pouvoir organiser la course en 2020 et après. Le circuit britannique n'est pas prêt à tous les sacrifices pour organiser le Grand Prix de Grande-Bretagne, mais le manager commercial de la F1, Sean Bratches, se veut confiant.

"Nous sommes très optimistes" a déclaré Bratches. "Il n'y a pas eu beaucoup de changements depuis la dernière fois que nous avons parlé. Nous avons des discussions et des conversations au sujet des termes commerciaux et nous essayons vraiment de chaque côté de conclure un accord. Silverstone est une marque extraordinaire. C'est le lieu du premier Grand Prix de l'Histoire."

Silverstone pourrait céder sa place à une manche totalement différente pour l'organisation du Grand Prix de Grande-Bretagne, qui pourrait arriver dans les rues de Londres: "S'il y a une chance que l'on puisse courir dans les rues de Londres, ce serait idéal, tant pour Londres que pour les fans de Formule 1 autour du monde."

La capitale anglaise avait déjà accueilli un festival de F1 qui avait été un véritable populaire. Le maire de Londres avait alors dit qu'il était prêt à discuter d'une course urbaine dans la ville. De son côté, le Président de la FIA, Jean Todt, a expliqué qu'il espérait voir la tradition d'un GP de Grande-Bretagne se poursuivre dans les années à venir.

"Je suis toujours surpris car je vois beaucoup de négativité, je veux voir de l'optimisme et le Grand Prix de Grande-Bretagne fait partie de l'histoire du sport automobile. Je suis très optimiste. Il y a une passion incroyable pour les sports mécaniques au Royaume-Uni, et une tradition. Il y a de grands événements et nous devons rester optimistes, mais il y a des points à régler et il faut que ça soit fait."
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone aurait trouvé un meilleur volant à Kubica
Bernie Ecclestone se serait mieux débrouillé pour sécuriser un bon volant à Robert Kubica en Formule 1, selon l'un de ses anciens représentants, Marcin Czachorski. Le pilote de 33 ans va revenir sur la grille, huit ans après son terrible accident.

Ecclestone a récemment déclaré que Kubica méritait une bonne voiture l'an prochain, et le Polonais va faire son retour chez Williams, bonne dernière au classement en 2018.

"Je pense que si Bernie était encore à la tête de la F1, il aurait trouvé une voiture compétitive pour Robert" a déclaré Czachorski. "La F1 aurait bénéficié de cela. Mais Robert a ses propres plans et connaît le chemin à suivre. Nous devons lui faire un peu confiance."

Des déclarations qui rappellent à quel point il était important que Bernie Ecclestone laisse le contrôle de la F1 à quelqu'un d'autre, tant il n'est pas logique que le dirigeant de la discipline ait son mot à dire sur le choix des équipes...
source: Nextgen-Auto.com

Selon Briatore, Alonso reviendrait en F1 avec Mercedes ou Ferrari
Fernando Alonso a quitté la Formule 1 au terme de la saison 2018 et assure pour le moment qu'il n'y reviendra pas. Mais selon l'un de ses managers, Flavio Briatore, l'Espagnol pourrait être tenté par un retour s'il venait à recevoir une offre de l'une des deux meilleures équipes du plateau.

"S'il y a une offre de Mercedes ou Ferrari, reviendrait-il? Je le pense. Je ne peux pas savoir, mais dans un marché fantaisiste, je le pense" assure l'ancien directeur de Renault.

Selon Briatore, aucune autre équipe ne pourrait intéresser Alonso: "Il n'y a que deux équipes. Les autres solutions sont de finir quatrième, cinquième ou sixième. Je pense qu'avec son talent, il pourrait être le meilleur pilote avec [Lewis] Hamilton si vous le mettez dans la meilleure voiture. Nous verrons ce qu'il se passera dans quelques mois ou un an."

"Il veut se reposer, et je pense qu'après tant d'années, beaucoup l'ont fait, comme [Alain] Prost. Il a besoin d'une période de relaxation. Il a eu des années frustrantes avec les performances ridicules de McLaren, mais Fernando s'est toujours comporté de manière impeccable et a toujours piloté au-delà du meilleur niveau."
source: Nextgen-Auto.com

Silverstone ne fera pas de folies pour garder son Grand Prix
La F1 verra-t-elle Silverstone en 2020? Le maintien du Grand Prix du Royaume-Uni sur le mythique circuit anglais, est plus que jamais en suspens, principalement pour des raisons budgétaires.

Le BRDC (British Racing Drivers' Club), propriétaire du circuit, a déjà activé une clause de sortie qui fait qu'à l'heure actuelle, aucune course à Silverstone n'est au programme pour 2020. Le BRDC exige que Liberty Media offre des conditions contractuelles plus avantageuses, alors que l'événement est lourdement déficitaire depuis plusieurs saisons.

Le premier Grand Prix de l'histoire fut organisé à Silverstone en 1950. A l'heure où la discipline s'apprête à célébrer son 1000ème Grand Prix, la fin de la F1 à Silverstone ferait sûrement mauvais genre. C'est un des arguments sur lesquels compte le BRDC pour gagner son bras de fer avec Liberty Media et la FOM.

Présent lors des BRDC Awards aux côtés de Chase Carey, Stuart Pringle, directeur général du circuit de Silverstone, a prévenu: le BRDC n'est pas prêt à un geste financier significatif pour garder le Grand Prix au-delà de 2019.

"Nous nous sommes retrouvés dans le pétrin puisque notre business était seulement financé par le Grand Prix. Donc il a fallu nous diversifier, et nous le faisons. Nous allons construire un hôtel, nous avons ouvert le 'Silverstone Expérience', et nous avons quelques logements de luxe supplémentaire. Aston Martin est maintenant locataire du site."

"Les choses vont vraiment dans la bonne direction, et cela nous met en confiance pour dire que nous voulons, Dieu merci, garder le Grand Prix, mais pas à n'importe quel prix. Nous allons avoir un business plus diversifié, nous pourrons survivre sans le Grand Prix. Mais nous aimerions vraiment le garder."

Liberty Media, en réaction, a déjà évoqué la piste d'un Grand Prix organisé plutôt à Londres. Chase Carey souhaite ainsi vivement garder un Grand Prix organisé dans la nation historique de la F1, mais lors de son intervention aux BRDC Awards, il n'a pas mentionné spécifiquement Silverstone...

"Nous avons été très clairs: il faut construire un sport sur ses fondations, et les fondations de ce sport sont en Europe. Les fans historiques de la F1 sont en Europe."

"Nous sommes engagés pour s'assurer que le sport soit solide en Europe. Nous pouvons engager des fans, de nouveaux fans aussi autour du monde. La réalité, c'est que nos évènements sont plutôt organisés sur une base de long terme, donc il y a beaucoup de stabilité dans ce que nous faisons."

Silverstone doit encore affronter la concurrence de nouvelles courses. Un Grand Prix du Vietnam a été annoncé récemment, et Liberty Media tourne aussi son regard hors d'Europe...

"Mais nous pensons qu'il faut apporter un vent de renouveau à la F1" poursuit Chase Carey. "Il est important d'aller dans certains endroits pour capturer l'imagination de nouvelles personnes. Cela dit, nous voulons nous assurer de continuer à chérir ce qui a donné tant de valeur à ce sport depuis si longtemps."
source: Nextgen-Auto.com

Montezemolo - Cette année, Hamilton aurait gagné avec Ferrari
Luca di Montezemolo a tenu à saluer les performances de Lewis Hamilton en 2018. L'Italien a jugé que le Britannique a largement mérité son cinquième titre mondial et assure qu'il aurait triomphé aussi au volant d'une Ferrari. Néanmoins, il précise ne pas vouloir se montrer méchant envers Sebastian Vettel.

"Cette année, Hamilton a fait la différence durant sa meilleure saison depuis le début de sa carrière" assure Di Montezemolo. "Il a eu des moments de faiblesse et de crise, mais cette année, il aurait gagné avec Ferrari. Je ne dis pas ça pour diminuer Vettel, qui a la possibilité de se reconstruire avec une bonne voiture."

Il va même plus loin en assurant que Vettel n'est pas le seul responsable de la défaite, et que Ferrari devra le soutenir, surtout avec l'arrivée de Charles Leclerc: "Cette équipe Ferrari est très différente que celle que j'ai quittée en octobre 2014, en termes d'hommes et de mentalité. Ferrari a fait une bonne voiture cette année, qui était meilleure que la Mercedes en certaines situations. Mais il manquait cette chose finale."

"Vettel a fait quelques erreurs décisives, mais pour le championnat, il aurait fallu tout faire pour lui faire garder le moral. C'est un pilote de grande classe et toujours proche de l'équipe. Il doit être soutenu dans la frustration, encore plus avec l'arrivée d'un garçon solide à ses côtés. [Michael] Schumacher a aussi fait des erreurs dans les premiers jours, mais il est toujours important de parler clairement dans le vestiaire et de soutenir l'équipe en public."
source: Nextgen-Auto.com

Brown contredit Alonso, la MCL33 a été développée jusqu'en octobre
Alors que 2018 avait débuté de manière convenable pour McLaren, l'écurie anglaise a perdu pied au fur et à mesure de la saison, jusqu'à disposer d'une des pires monoplaces du plateau avec la Williams.

Pourquoi une telle dégringolade? Fernando Alonso, lors du Grand Prix du Japon, en octobre dernier, livrait une explication claire: "Les écuries en milieu de grille ajoutent constamment de nouvelles pièces chaque week-end. Nous voyons toujours toutes les autres équipes apporter des évolutions. Nous, depuis l'Espagne probablement, nous n'en avons pas."

Le constat du double Champion du monde rejoint en partie celui, récemment exprimé, du Cheikh Mohammed bin Essa Al Khalifa, le président bahreïni du McLaren Group: selon lui, McLaren avait trouvé un "problème fondamental" trop tardivement sur la MCL33 pour être réglé dans la saison.

Zak Brown, le directeur exécutif de McLaren Racing, s'est aujourd'hui inscrit en faux contre les déclarations de Fernando Alonso. Selon l'Américain, McLaren a bien continué de travailler sur la MCL33 jusqu'au Grand Prix des États-Unis, en octobre.

"Nous avons de toute évidence construit une voiture de course décevante, dont le résultat n'a pas été à la hauteur du travail de développement fourni."

"Nous avons développé la voiture tout du long, jusqu'au Grand Prix des États-Unis, donc certaines déclarations disant que nous avions arrêté le développement à partir de l'Espagne, étaient très peu pertinentes."

"Mais je pense qu'une partie du développement réalisé durant la deuxième moitié de la saison, avait plus pour but d'en apprendre davantage sur la voiture de l'an prochain."

"J'ai confiance, l'équipe travaille dur ensemble, nous avons bien sûr fait des changements pour comprendre et identifier les domaines dans lesquels nous avons commis des erreurs, pour éviter de les répéter l'an prochain."

Après cette nouvelle saison à oublier, McLaren en est revenue au même point qu'en 2016, avec une 6ème place au classement des constructeurs (7ème si Racing Point Force India n'avait pas perdu tous ses points en cours d'année). Le prix à payer fut considérable, après la perte du sponsoring de Honda.

Mais selon Zak Brown, rejoindre Renault n'a pas été une décision si contre-productive pour McLaren, qui a pu ainsi cerner de manière plus précise les faiblesses de son département châssis.

"Nous avions rencontré des difficultés ces trois dernières années, donc il était plus difficile de les comprendre quand il y avait tant de variables différentes qui ne performaient pas. Quand vous vous retrouvez dans une situation où vous avez une référence claire, qui est Red Bull, alors, vous pouvez sortir certaines variables de l'équation, et il y a moins de domaines à analyser."

"En ce sens, cela aide si nous avons deux équipes auxquelles nous pouvons directement nous mesurer [Renault et Red Bull]. Et nous avons manqué de performance par rapport à ces deux équipes."

L'an prochain, McLaren n'aura plus qu'une écurie de référence, puisque Red Bull a choisi d'être motorisée par... Honda.
source: Nextgen-Auto.com

Racing Point n'a pas encore dévoilé son véritable nom
Racing Point Force India est devenue Racing Point tout court sur la liste des engagés de la FIA mais ça ne sera pas le nom définitif de l'équipe.

C'est ce que confie le directeur de l'équipe, Otmar Szafnauer, à 'Reuters'.

"Ce n'est pas notre nom permanent, c'est juste que nous sommes bloqués par le nom de notre structure légale (déposée en août) avant que nous puissions le changer. Cela ne sera pas Racing Point", explique-t-il.

Le propriétaire, Lawrence Stroll, n'a pas fait de révélation sur ce que sera ce nom et il faudra peut-être patienter encore deux bons mois avant de le savoir.

Selon Szafnauer, le nom sera "probablement annoncé" au moment du lancement de la prochaine monoplace. Bien évidemment, la FIA doit approuver ce changement de nom... ainsi que les autres équipes. Haas F1 pourrait bien faire blocage!
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton s'explique sur son test d'une Superbike
Lewis Hamilton s'est officiellement exprimé sur son essai privé d'une Yamaha sur le circuit de Jerez.

Il reconnait avoir adoré sa journée passée sur deux roues dimanche, sur le circuit de Jerez mais il insiste bien sur le fait qu'il ne compte pas passer en compétition moto même si cela lui plairait beaucoup.

"Le pilotage de cette superbike me manque déjà. J'ai toujours aimé les deux roues, plus que les voitures d'ailleurs. J'ai toujours voulu une moto depuis mon enfance mais mon père a préféré me donner un karting et je lui en suis reconnaissant", explique le pilote Mercedes.

"C'est ma nouvelle passion que de piloter une moto sur circuit. J'ai d'ailleurs le plus grand respect pour les pilotes en moto. C'est une discipline bien différente de la F1 même si elle requiert aussi les mêmes bases comme du temps, de la patience, l'oubli de la peur, la concentration, de l'agilité et de la prise de risques. Tout ce qui rend un sport excitant."

"Oui j'aimerais courir en moto mais ces gars sont à un tel niveau que je vais juste me concentrer à profiter du pilotage sur circuit, à trouver les limites."

Hamilton a aussi interpellé Valentino Rossi: "Valentino, j'ai besoin de venir à ton ranch dès que possible!"

En effet, le multiple Champion du monde italien de moto possède une infrastructure à Tavullia, sa ville, dans laquelle il entraine les jeunes de son académie, la VR46.

"Lewis est un grand fan de moto, il suit les courses et il m'envoie souvent des textos. Mais il exagère un peu, nous ne sommes pas les seuls, à moto, à prendre de vrais risques. Mais il peut, il doit venir à mon ranch un jour."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.