En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 17 Février 2018

Verstappen - Perdre est la pire chose qui soit
L'hiver se termine pour chacun des 20 pilotes de Formule 1 qui vont remplir, cette semaine, leur devoir de personnalité publique auprès de leur équipe lors des présentations des nouvelles monoplaces, avant de s'envoler vers Barcelone pour les premiers essais de l'année.

"J'ai passé du temps en famille et avec mes amis en Autriche, chez moi à Monaco", déclare Max Verstappen au sujet de ses vacances hivernales. "C'était plutôt calme, je n'ai rien fait de fou. On est tellement habitué à bouger sans arrêt que ça fait du bien de passer une période sans trop d'activité."

Un hiver calme pour un pilote ne veut pas dire qu'il ne fait aucune activité puisque l'entraînement physique était quand même au menu. Malgré l'arrivée du HALO, qui ajoute du poids à la voiture, le Néerlandais refuse de trop perdre de poids, compte tenu de l'intensité physique que représente le pilotage des F1 de dernière génération.

"Le HALO est lourd, il pèse plus de six kilos et ce n'est pas une bonne chose pour moi. Je ne vais pas changer mon entraînement, sinon je ne me sentirai pas bien en course. Mais ce n'est pas idéal pour moi puisque je fais partie des pilotes les plus grands, et donc des plus lourds."

Il va retrouver dès lundi toute son équipe, puisque c'est le jour où sera révélée la nouvelle monoplace de Red Bull, la RB14. Il est déjà passé à l'usine à plusieurs reprises et y a trouvé une saine atmosphère.

"L'ambiance est bonne, tout le monde est heureux et motivé pour ce nouvel exercice après une très bonne fin de saison l'an dernier. Je pense que tout le monde a hâte de reprendre. Les vacances sont une bonne chose et il est nécessaire de recharger les batteries mais au bout d'un moment, on a envie d'y retourner."

Ce sera l'occasion pour Verstappen de retrouver Daniel Ricciardo, qui n'était pas présent lors de la manche de coupe du monde de saut à skis de Kitzbühel, en Autriche, où Red Bull a invité de nombreux sportifs, y compris Verstappen, Pierre Gasly et Brendon Hartley.

Max évoque, non sans humour, ce qui lui a le plus manqué chez son équipier: "Son sourire, il est très charmant! Mais je verrai de nouveau bientôt donc je le vis bien. Nous étions dans la neige, en Autriche, en train de regarder une compétition et lui passait du bon temps à Los Angeles."

Comme tout pilote de Formule 1, c'est surtout la réussite et le succès qui l'intéressent, comme il l'explique lorsqu'il lui est demandé ce qui le rend heureux: "Gagner des courses en F1, gagner des matchs dans le jeu vidéo Fifa... ça dépend de mes objectifs du moment!"

Et évidemment, Verstappen poursuit de manière très logique avec ce qui l'énerve le plus dans la vie: "Perdre, dans tous les cas c'est la pire chose qui soit".

Enfin, il évoque les conseils de son père, et particulièrement le principal qu'il lui ait donné, ainsi que la menace qui a suivi: "Garder les pieds sur terre, sans quoi il s'assurera que c'est bien le cas!"
source: Nextgen-Auto.com

Les tests de résistance du HALO sont impressionnants
L'intégration du HALO, le système de protection de la tête des pilotes, a donné lieu a des moments inquiétants pour les ingénieurs chargés de tester sa résistance, au travers de tests d'application de force toujours plus impressionnants.

James Allison, directeur technique de Mercedes, expliquait récemment que le HALO pouvait soutenir un bus londonien et Matt Morris, responsable de l'aérodynamique, confirme que les essais ont été très intenses.

"Cela a représenté un gros défi", reconnaît Morris. "Les charges sont très, très élevées. Nous savions que ce serait un défi et nous avons investi du temps et de l'argent pour tester de nombreuses pièces."

"On n'avait évidemment pas construit un châssis complet, mais nous avons construit différentes pièces d'essais. Il y avait des HALOs de test, des morceaux de HALO, des HALOs complets et nous avons analysé le comportement de ces diverses pièces. Nous avons trouvé quelques problèmes mais c'était assez tôt pour réagir et corriger ces problèmes."

Morris reconnaît que la validation totale du HALO a été établie tardivement et que certaines parties des essais destinées à obtenir la validation de la FIA ont été particulièrement stressantes.

"C'était serré. Je ne dis pas que nous l'avons validé au dernier moment, mais il y a eu quelques moments d'inquiétude quand nous faisions les tests statiques sur les angles obliques, là où le HALO prend la charge d'un bus londonien. Ce test est terrifiant à voir, du fait de la charge appliquée sur cette pièce."
source: Nextgen-Auto.com

Williams ne 'peut pas faire moins bien que 5ème' cette année
Claire Williams compte beaucoup sur la dernière production de Paddy Lowe et de ses équipes techniques, la FW41, pour redresser le team de Grove, en perte de vitesse depuis deux saisons.

Williams pensait être sur la bonne voie pour remonter dans le groupe de top teams en 2014 et 2015, en finissant à la 3ème place du Championnat des Constructeurs.

Mais l'avantage fourni par le moteur V6 Mercedes ces deux années-là s'est peu à peu estompé et l'équipe a de nouveau glissé à la 5ème place, en 2016 et 2017. Pire, Force India, dotée du même moteur mais d'un budget encore plus serré, a fait mieux lors de ces saisons.

"Cette saison va être très difficile dans le milieu de peloton mais nous ne pouvons faire moins bien que 5ème!", lance Claire Williams.

"McLaren a un nouveau moteur, Renault F1 continue à progresser en investissant énormément dans son équipe et son moteur. Il va y avoir une sacrée compétition en 2018, malheureusement pour nous."

"Mais c'est notre responsabilité de faire en sorte que ces équipes ne nous dépassent pas au championnat. Force India reste une équipe fantastique, qui a totalement mérité sa 4ème place en 2017."

"Nous devons changer ce qu'il faut pour rester devant parce que nous sommes en F1 depuis 40 ans maintenant, nous avons le personnel, 700 employés pour la partie compétition. Nous devons donc être capables de produire une voiture compétitive. Je ne vais pas fixer d'objectif précis, ce serait trop dangereux je pense. Mais, encore une fois, nous ne pouvons faire moins bien que 5ème."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - Je dois être au rendez-vous cette année
Après avoir passé une saison aux côtés de Lewis Hamilton chez Mercedes, Valtteri Bottas reste confiant d'avoir les capacités et le talent de pouvoir battre son talentueux équipier britannique.

Le Finlandais avait bien démarré sa saison 2017 avant que le nouveau quadruple Champion du monde s'échappe et le mette de plus en plus en difficulté.

"Rien ne me fait penser que je ne peux pas le battre cette année. Bien entendu, Lewis est un des meilleurs pilotes de Formule 1, un quadruple Champion du monde qui est toujours à fond. Mais j'ai réussi à me prouver, à moi-même, quelques fois, que j'avais en moi ce qu'il faut pour le battre."

"Je l'ai fait de temps en temps. A moi maintenant d'être performant de manière constante sur toute une année", ajoute Bottas.

"Je ne dois plus avoir des week-ends où je suis à deux dixièmes derrière lui. Je dois être là tout le temps, quelles que soient les conditions en piste, la nature de l'asphalte ou les températures. Je dois être au rendez-vous."

Bottas pense que ce sera plus facile d'y arriver lors de sa 2ème année avec Mercedes.

"Oui, grâce au développement fait avec l'équipe sur la nouvelle voiture. Tout va dans la bonne direction, cela sera plus adapté à mon style de pilotage. Bien sûr, cela reste ma vision, théorique, il faudra le vérifier. Je dois aussi savoir m'adapter mais je pense que je suis un pilote bien plus complet qu'il y a un an, quand je suis arrivé chez Mercedes."

A moins d'une semaine de la présentation de la F1 W09 (le 22 février), le Finlandais est clair sur ses objectifs.

"Je pense que tout le monde connait mon but, c'est celui de tout pilote: devenir Champion du monde. J'ai vraiment envie d'y arriver. Je ferai tout ce qu'il faut pour ça!"
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo aimerait être pilote de MotoGP... ou musicien dans un groupe
Hors des circuits, Daniel Ricciardo avoue arborer souvent son désormais célèbre sourire. La vie trépidante de pilote de Formule 1 ne lui laisse pas de temps libre et il avoue que lorsqu'il sort des circuits, il lui faut peu de chose pour être heureux.

"Les choses simples", avance-t-il comme réponse. "Quand je rentre chez moi en Australie, j'aime voir mes amis et le soleil me rend heureux. Je me rends compte à chaque fois que je rentre d'Europe à quel point j'aime le soleil! En revanche, le mauvais temps est une chose qui m'énerve."

S'il n'était pas pilote et qu'il pouvait échanger son métier avec un autre, il avoue sans réfléchir qu'il aimerait être... pilote! L'Australien reconnaît une grande admiration pour les pilotes moto et explique qu'il se laisserait bien tenter par la vie de rock star.

"J'ai toujours été fasciné par les deux-roues donc j'aimerais être pilote, en motocross ou en MotoGP. Sinon, j'aimerais être musicien et faire partie d'un groupe, ça serait sympa. J'ai rencontré Mumford & Sons récemment, je suis fan depuis très longtemps et en apprenant à les connaître, j'ai pu constater que la vie de tournée semble très amusante."

Et s'il était musicien, il prendrait sans hésiter le rôle de leader de son hypothétique groupe: "J'ai toujours voulu être capable de chanter. Ce serait encore mieux de jouer de la guitare et chanter. Je chante dans la douche et je chante dans la voiture. Je chante partout en réalité, mais je chante très mal."

En tant que pilote de Formule 1 et membre de la galaxie Red Bull, il est amené à rencontrer de nombreuses stars. Néanmoins, il en cite trois qu'il adorerait inviter à manger: "Will Ferrell, LeBron James et Sophia Bush."

Soit dans l'ordre: l'acteur de la comédie sur la Nascar 'Talladega Nights', le meilleur basketteur actuel en NBA et une actrice de séries télévisées.
source: Nextgen-Auto.com

Brawn explique le changement de philosophie de la F1
Un an après l'arrivée de Liberty Media à la tête de la Formule 1, les principales décisions qui ont été prises concernent les fans, avec notamment l'arrivée d'un service de streaming, la création de fan zones, mais aussi le développement des réseaux sociaux. Ross Brawn, directeur technique de la discipline, confirme que ces changements ont été décidés en ce sens.

"Je pense que ce qui a changé, c'est la philosophie", explique l'ancien directeur de Ferrari. "La philosophie est désormais de faire passer les fans en premier afin de produire le plus grand spectacle au monde."

"Il faudra du temps pour établir toutes les informations dont nous avons besoin, pour faire toutes les analyses et ensuite, commencer à effectuer les changements dont nous considérons qu'ils feront progresser notre sport. C'est un cycle en deux, trois ou cinq ans."

Brawn explique que d'un point de vue de fonctionnement, Liberty Media veut éviter de réagir trop rapidement en réglant les problèmes à court terme uniquement: "Il y avait une tendance à un style très réactif. Dès qu'il y avait un problème, tout le monde se réunissait pour tenter de le régler."

"Ce n'est pas comme cela que l'on gère une équipe. On gère plutôt un projet en essayant d'avancer, d'évoluer et de prendre des décisions basées sur des preuves. J'ai toujours considéré que la F1 n'avait jamais vraiment évolué autour de ces principes et je regardais les courses de F1 de chez moi en me disant qu'elle pouvait évoluer autrement."
source: Nextgen-Auto.com

Lowe - Sergey Sirotkin a été sélectionné au mérite
La nomination de Sergey Sirotkin comme titulaire chez Williams continue de faire couler de l'encre, et ce sera certainement le cas jusqu'à ce que le Russe signe des résultats qui feront taire ses détracteurs.

Lors de la présentation de la Williams, Paddy Lowe a réitéré ses propos de soutien à son nouveau pilote, expliquant avant tout que le processus de sélection avait été "incroyablement fatigant". Le directeur technique de l'équipe anglaise a même déclaré: "C'est le processus le plus fatigant dans lequel j'ai été impliqué avec l'équipe technique".

"Sergey a été simplement sélectionné au mérite. L'équipe ne connait rien aux finances, elle n'est pas impliquée dans les comptes et personne n'était au courant de ce genre de facteurs. La décision a été prise uniquement à partir des données."

Lowe décrit ensuite le fonctionnement de la filière russe SMP Racing, dont est issu Sirotkin: "Ce n'est pas souvent dit mais Sergey vient du programme de SMP Racing. C'est une académie de pilotes qui couvre l'intégralité de la Russie, de l'Europe de l'Est et de la Scandinavie. Ils ont 1500 pilotes sous leur aile actuellement, dont beaucoup commencent très tôt en karting."

"C'est un très bon programme, bien plus important en taille que celui de Red Bull, pourtant bien plus connu. Sergey est le premier diplômé de ce programme à atteindre la Formule 1 et il s'est formé en F3 et en F2. Je pense qu'il ne pourrait pas mieux préparé pour ses débuts en tant que pilote de F1 et je ne m'inquiète pas de ses performances."
source: Nextgen-Auto.com

Kaltenborn revient en sport auto avec sa propre équipe de F4
Monisha Kaltenborn n'avait plus d'activité depuis son éviction de chez Sauber, où elle officiait comme directrice d'équipe. Elle revient désormais en Formule 4 en tant que propriétaire de l'équipe KDC Racing, qu'elle a fondée avec l'entrepreneur monégasque Emily Di Comberty. L'équipe aura une licence suisse pour courir et sera basée entre Barcelone et le circuit de Catalunya.

"Le sport auto est et restera ma plus grande passion", a déclaré Kaltenborn. "Depuis presque vingt ans, j'ai occupé des postes importants en sport auto et c'est une logique que je continue."

"La Formule 4 est une série plutôt récente et une classe de course dans laquelle je vois un grand potentiel, spécialement pour développer de jeunes pilotes, ce qui me plaît grandement. En Formule 4, on peut déjà voir des pilotes qui deviendront de grands champions."

"En tant que co-propriétaire, j'ai une voix décisive dans la stratégie de l'équipe et ma priorité est de préparer de jeunes pilotes à un avenir dans le sport automobile. Mes années d'expérience en Formule 1 sont utiles. Le quotidien de l'équipe sera géré par notre manager, Josep Trinidad, en qui j'ai une grande confiance."

L'équipe révélera bientôt ses sponsors et ses pilotes, mais Kaltenborn a déclaré qu'il est pour le moment trop tôt pour les annoncer.
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean et son ingénieur de course, une relation primordiale
La F1 devient de plus en plus un sport technologique où le moindre petit changement dans les réglages peut avoir de grandes conséquences sur les performances des monoplaces. Des facteurs comme la relation de confiance existant entre le pilote et son ingénieur de course, ou la qualité des retours techniques et du dialogue au sein de l'écurie, sont donc devenus des facteurs d'autant plus primordiaux de nos jours.

Haas a souvent reproché à Romain Grosjean d'être trop négatif dans ses commentaires radio. Le Français entretient pourtant une relation dynamique et productive avec son ingénieur de course, Gary Gannon, qui a rejoint l'écurie américaine dès 2015 pour préparer la saison 2016.

Interrogé sur l'importance de sa relation avec Romain Grosjean dans les résultats de Haas, Gary Gannon n'y va pas par quatre chemins: "C'est important pour tout. Tout d'abord sur le plan technique, nous avons beaucoup d'informations venant de la voiture, mais le retour d'expérience du pilote est essentiel pour comprendre quel est le plus gros problème. Je pourrais examiner toutes les données, mais ça ne me dirait pas ce qui empêche Romain de prendre un virage de telle ou telle manière, donc c'est essentiel."

"Romain est un pilote très technique et intelligent donc ses retours techniques sont très approfondis, très complets. Cette relation est ainsi très importante pour la compréhension technique de la voiture."

Romain Grosjean n'est pas anglophone de naissance et à la difficulté de la traduction technique, s'ajoute la difficulté de la traduction langagière. Comment le pilote français s'y prend-t-il pour mettre les bons mots sur ce qu'il ressent?

"Tout est une question de traductions, de choisir entre différentes traductions. Ce n'est pas facile. Pour moi en tant que pilote, je dois traduire en mots mon ressenti sur la voiture, et ensuite traduire cela à l'ingénieur et ensuite l'ingénieur doit traduire ce que je dis en quelque chose qui fasse sens en termes de données."

"Le langage que vous utilisez et le niveau de détails que vous pouvez transmettre sont très importants. Plus vous vieillissez, plus vous vous assurez que ces traductions sont faciles à faire, pour ne pas donner un feedback que l'ingénieur ne pourra comprendre. Si vous ne le faites pas, alors, vous allez avoir du mal à tirer le maximum de votre package."
source: Nextgen-Auto.com

Latifi va faire deux jours d'essais hivernaux avec Force India
Nicholas Latifi avait été confirmé par Force India début janvier dans le rôle de réserviste et aujourd'hui, le Canadien a précisé une partie de son programme via un communiqué diffusé sur son site et sur les réseaux sociaux. Il y annonce sa participation à une séance d'essais libres au Canada, devant son public.

"Je n'ai jamais couru ni même piloté sur le circuit Gilles Villeneuve donc ce sera ma première chance de découvrir cette piste incroyable", déclare Latifi, qui poursuivra également en F2 avec Dams.

"Je suis super heureux de piloter devant les fans canadiens et je suis sûr que ce sera le grand moment de ma saison. J'essaierai de profiter au maximum du moment mais je suis conscient que la priorité sera de travailler sur le programme d'essais et de donner à l'équipe les informations attendues."

Son programme ne sera pas seulement constitué de cette sortie au Canada puisqu'il fera d'autres séances d'essais du vendredi, mais il prendra surtout le volant pour deux journées des essais hivernaux de Barcelone, où il testera la nouvelle monoplace de Force India.

"Je suis ravi de reprendre le volant bientôt. Je piloterai le dernier jour de chacune des deux semaines, ce qui est idéal car ça me donnera plusieurs jours pour observer le fonctionnement de l'équipe pour écouter les retours d'Esteban [Ocon] et Sergio [Pérez]. Je sais que ce temps en piste est crucial, aussi tôt dans la saison, donc mon objectif sera de donner les meilleurs retours pour aider l'équipe à développer la voiture."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.