En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mardi 23 Octobre 2018

Pour Brawn, Vettel n'est définitivement 'pas dans son assiette'
Sebastian Vettel a commis, à Austin, une nouvelle erreur en début de course, celle qui lui coûtera définitivement le titre mondial: le pilote Ferrari est parti en tête-à-queue alors qu'il luttait contre Daniel Ricciardo. Reparti en milieu de peloton, l'Allemand est tout de même remonté à la 4ème place, doublant Valtteri Bottas.

Les errements de Sebastian Vettel contrastent avec le week-end propre de Kimi Räikkönen, conclu par une victoire. De quoi donner encore plus de regrets au quadruple Champion du monde...

Ce contraste n'a pas échappé à Ross Brawn, le manager sportif de la F1.

"Lors d'un week-end où Kimi Räikkönen a prouvé que la Ferrari était une fois de plus vraiment rapide, le revers de la médaille fut incarné par Sebastian Vettel, qui, de nouveau, a commis des erreurs."

"Vendredi, il a commis une petite erreur, quand il a échoué à ralentir suffisamment sous drapeau rouge. Et il en a payé le prix avec une pénalité de trois places sur la grille."

"Ensuite, en course, il s'est de nouveau accroché avec une Red Bull, celle de Daniel Ricciardo cette fois-ci. Et une fois de plus, le pire est arrivé à Sebastian Vettel."

"Une nouvelle opportunité de réduire l'écart au championnat a été gâchée... surtout quand l'on voit ce que Kimi Räikkönen a fait dans l'autre voiture. Certainement, je ne peux pas jeter l'opprobre sur Sebastian Vettel, mais ces incidents ne peuvent plus être perçus comme des coïncidences. Ils ont tendance à indiquer, au contraire, que Sebastian Vettel n'est pas dans son assiette pour le moment."

Ross Brawn sous-entend très clairement que si Sebastian Vettel n'avait pas été aussi erratique, Ferrari aurait pu damer le pion à Mercedes cette année.

"C'est dommage parce que cette année, Maranello a pu lui offrir une voiture vraiment compétitive, dès le début de la saison. Depuis le début de l'ère hybride, Mercedes n'avait jamais rencontré une opposition aussi relevée et n'avait jamais dû pousser son développement aussi loin - grâce au travail des gars de Ferrari, ce qui inclut les pilotes."

"Maintenant, tout espoir de ramener le titre des pilotes en Italie s'amenuise et il est temps de faire nos calculs. Leur plus importante tâche à présent, est de découvrir comment aider Sebastian Vettel à tirer le maximum de son immense talent. Vous ne devenez pas quadruple Champion du monde par hasard et Sebastian n'a définitivement pas oublié comment gagner. Dans un sport aussi compliqué que la F1, vous n'atteignez vos objectifs que si toutes les pièces du puzzle s'emboîtent. Si une seule pièce manque, tout est compromis."
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene - Trop tôt pour imaginer un duel entre Vettel et Leclerc
L'arrivée de Charles Leclerc chez Ferrari à partir de la saison prochaine excite déjà toutes les imaginations et les espoirs de nombreux fans.

Il faut dire que le prodige monégasque ne démérite pas alors qu'il dispute cette année sa toute première saison en Formule 1. Depuis l'annonce de la titularisation du rookie dans la mythique Scuderia, une question semble être dans tous les esprits: qu'en sera-t-il si jamais Leclerc parvient à défier sur la piste Sebastian Vettel? Pour Maurizio Arrivabene, répondre à cette question n'est pas une priorité.

Malgré les exploits de Leclerc, le fait qu'il intègre une équipe de pointe après seulement une année en F1 peut étonner. Mais Arrivabene ne trouve pas cette titularisation si incohérente que cela.

"J'ai toujours dit que Charles et un pilote très, très talentueux. C'est la raison pour laquelle nous l'avons pris chez Ferrari. Je pense que pour la première fois de l'histoire récente de notre équipe, nous avons fait un bon pari, parce que vous avez à remonter jusqu'aux frères Rodriguez pour trouver quelque chose de similaire."

"J'ai donc dit qu'il était très talentueux, nous avons pris une décision, c'est plus ou moins dans la ligne des décisions que toutes les autres équipes prennent en ce moment avec les jeunes. Si vous prenez Mercedes, ils ont fait confiance il y a deux ans Bottas, qui était une sorte de rookie venant de Williams. Si vous regardez les autres équipes, Red Bull a Verstappen, un jeune pilote, pareil pour McLaren, de même pour Renault, donc nous sommes plus ou moins sur la même ligne."

Le directeur de Ferrari tient donc à relativiser et ne souhaite surtout pas s'avancer sur ce que va donner sa nouvelle paire de pilotes l'an prochain.

"Il n'y a rien de nouveau. Il y aura deux gars, qui se battent ensemble et l'un contre l'autre. Enzo Ferrari disait que le premier concurrent d'un pilote est son coéquipier. Tant qu'ils sont concurrents, c'est une bonne chose qu'ils essayent d'atteindre la première et la deuxième place. S'ils sont du genre à se percuter l'un l'autre, alors ce n'est pas correct."

"Mais sérieusement, et en toute honnêteté, je pense que Leclerc a besoin d'acquérir de l'expérience encore pour réussir le travail. Il aura besoin d'essayer de gagner des courses - mais le principal objectif pour lui est d'accumuler de l'expérience et de faire toujours mieux. Il est trop tôt pour penser qu'à l'avenir ils vont se battre directement. Espérons pour nous que oui, mais je pense que c'est un peu trop tôt."
source: Nextgen-Auto.com

Renault F1 veut continuer sur cette lancée au Mexique
Contre toute attente, Renault F1 a sérieusement renforcé sa 4ème place au Championnat des Constructeurs à Austin, en plaçant des deux voitures dans le Top 10, en 6ème et 7ème place, soit les meilleures des autres.

L'équipe française a aussi profité de l'erreur de Romain Grosjean et de l'exclusion de la course de Kevin Magnussen chez Haas F1. Voilà l'écart reparti à la hausse, 22 points dorénavant, qu'il va falloir conserver lors des trois dernières courses, à commencer par le Mexique, dès ce week-end.

"Nous abordons le Grand Prix du Mexique dans la foulée de notre beau résultat à Austin, où non seulement nos deux voitures étaient confortablement installées au sein du top dix, mais où elles étaient aussi les deux premières derrière les écuries de pointe. Cela s'était déjà produit à Montréal plus tôt dans l'année", rappelle Cyril Abiteboul, directeur de Renault F1.

"Après quelques épreuves certes difficiles, cette performance intervient à un moment important de notre saison. Plus que les quatorze points gagnés sur nos plus proches rivaux, nous avons également démontré le véritable potentiel de notre combinaison "équipe-voiture-pilotes."

Cela dit, il y a peu de temps pour s'attarder sur ce résultat puisque nous nous rendons immédiatement à Mexico pour la prochaine manche. Nous nous efforcerons d'atteindre nos attentes habituelles concernant les performances en qualifications afin d'être bien placés et de connaître une bonne course.
"

"Il reste encore beaucoup de travail et de chemin à parcourir avant de voir le drapeau à damier à Abu Dhabi. Nous sommes conscients que nos adversaires donneront tout. Comme nos usines sont complètement tournées vers 2019, notre équipe de course et nos pilotes en feront de même pour nous assurer d'être à la meilleure place possible au Mexique, au Brésil et à Abu Dhabi pour défendre notre position au Championnat des Constructeurs."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen, la victoire de l'intelligence tactique pour Brawn
Enfin! Pour la première fois depuis le Grand Prix d'Australie 2013, Kimi Räikkönen a remporté une course. A Austin, le pilote Ferrari a résisté à Max Verstappen et Lewis Hamilton en fin d'épreuve, et a adressé un message à Maranello qui a choisi de le remplacer l'an prochain par le jeune Charles Leclerc.

Ross Brawn a été impressionné par le pilotage de Kimi Räikkönen, qui n'a pas commis de faute du week-end contrairement à Sebastian Vettel.

"Kimi Räikkönen a dû disputer 113 courses avant de pouvoir remonter sur la plus haute marche du podium. Sa victoire à Austin fut tout à fait méritée."

"Il a parfaitement conduit, sans faire d'erreurs, après avoir pris un départ brillant. Il a géré les pneus de manière intelligente et les a gardés assez froids durant les derniers tours, quand il avait Max Verstappen et Lewis Hamilton juste derrière lui. Sa victoire peut être en grande partie expliquée par son choix de rouler en ultratendres en Q2, lors des qualifications, alors que Sebastian Vettel, et les pilotes Mercedes, optaient pour les supertendres."

"J'imagine que Ferrari lui a suggéré cette option en partie en raison de la pénalité de Sebastian Vettel, en pensant qu'il pourrait prendre le dessus sur Lewis Hamilton et laisser Sebastian Vettel revenir. Le plan a fonctionné, étant donné que Kimi Räikkönen a immédiatement tiré profit de l'adhérence supplémentaire offerte par les pneus plus tendres, pour passer Lewis Hamilton au départ."

"Cependant, en raison de l'erreur de Sebastian Vettel et de son tête-à-queue, il appartenait entièrement au Finlandais d'essayer de gagner la course. Et c'est ce qu'il a réalisé, avec classe."

Ross Brawn sait que cette victoire fera du bien à la popularité du Finlandais et de la F1 en général. Sur le plan des audiences, le bénéfice est également pour Liberty Media...

"Il reste seulement trois courses à Kimi Räikkönen avant de finir sa deuxième carrière chez Ferrari. Il a mis la cerise sur son gâteau, à la fin d'une saison qui fut très solide pour lui - définitivement sa meilleure de ces dernières années."

"Il mérite vraiment ce succès, parce qu'il a toujours été, sans relâche, un grand professionnel et parce qu'il a toujours vraiment joué le jeu de son équipe. Il est l'un des pilotes les plus populaires, ce qui était évident à Austin. Je suis vraiment heureux de voir qu'il a finalement réussi à atteindre son objectif."
source: Nextgen-Auto.com

Haas F1 ne se prépare pas à une éventuelle suspension pour une course de Grosjean
Romain Grosjean a été pénalisé de 3 places sur la grille de départ pour le Grand Prix du Mexique, suite à sa collision lors du premier tour à Austin avec Charles Leclerc.

Le Français, qui a manqué son freinage, a surtout récolté un point de pénalité en plus sur sa licence. Il en est maintenant à 10 sur 12 possibles avant d'être suspendu pour une course.

S'il commet une erreur assez importante au Mexique ce week-end, il pourrait manquer le Grand Prux du Brésil.

A noter que la course a lieu le 28 octobre, Grosjean récupèrera un point le 29 (un point qu'il avait perdu il y a 12 mois, le compte se faisant sur 12 mois glissants).

Qu'en pense Günther Steiner, son patron?

"On en a blagué! Mais non, je ne suis pas du genre à mettre un pansement sur quelque chose qui n'a pas été blessé. Je n'ai donc pas pensé à un remplaçant au cas où... Mais si cela arrive, on le gèrera."

"Avec un peu de chance, ça n'arrivera pas. J'ai déjà tellement à faire que je ne vais pas commencer à travailler sur des choses qui pourraient arriver. Voilà ce que j'en pense."

"Et si ça arrive, il y a pas mal de pilotes que je pourrais appeler. Cependant je pense que tout se passera bien!"

La solution la plus évidente pour Steiner serait de confier la voiture au réserviste de Ferrari, Antonio Giovinazzi.

Du côté de la FIA, Charlie Whiting a bien noté la situation délicate de Grosjean.

"S'il arrivait à 12 points de pénalité le 28, je pense qu'il aura été vraiment fou! Il va devoir être très prudent d'ici la fin de la prochaine course et faire bien attention, évidemment, dans sa situation."
source: Nextgen-Auto.com

Marko est très optimiste pour le projet Red Bull Honda
Helmut Marko, consultant pour Red Bull Motorsport, est très satisfait de l'évolution du projet de son équipe, qui aura un moteur Honda pour les saisons 2019 et 2020. Il estime que Red Bull sera encore meilleure avec le moteur japonais.

"Nous aurons le moteur Honda l'an prochain et c'est un projet très prometteur" assure Marko, qui revient sur le problème de Daniel Ricciardo à Austin. "Il a eu un problème électrique. Pauvre Daniel! Il aura à vivre avec ces problèmes pendant encore deux ans.".

L'Autrichien fait évidemment référence au fait que Daniel Ricciardo a signé pour deux ans avec Renault. Néanmoins, ces problèmes précis arrivent beaucoup moins sur les autres voitures équipées du moteur Renault, la Red Bull étant une nouvelle fois la voiture la moins fiable parmi les utilisateurs du bloc français.

Red Bull a demandé à Honda d'accélérer le développement de son bloc propulseur, quitte à sacrifier de nombreuses courses pour Toro Rosso avec des pénalités, mais Marko assure que Toro Rosso en bénéficie aussi: "Cela n'est pas seulement bénéfique pour nous, mais aussi pour eux. Honda est déjà devant [Renault], pas seulement en qualifications mais aussi en course."

La remontée fulgurante de Max Verstappen à Austin n'est pas surprenante selon Marko: "Avec lui, il ne faut jamais être surpris. Nous avions un plan avant la course, sur le nombre de voitures qu'ils devait dépasser dans les premiers tours, et cela s'est déroulé bien mieux que prévu."
source: Nextgen-Auto.com

Hartley est agacé par les questions sur son futur
Toro Rosso négocie fermement avec Nissan et Alexander Albon pour rompre le contrat du Thaïlandais et s'assurer ses services pour 2019 aux côtés de Daniil Kvyat. Si Christian Horner niait l'existence de liens entre les deux parties, le patron de e.dams, Jean-Paul Driot, a assuré que Helmut Marko l'avait contacté au sujet du pilote. Le consultant Red Bull assure que rien n'est encore fait.

"Nous n'avons pas encore pris de décision, les décisions importantes prennent du temps" révèle Marko.

Brendon Hartley regrette d'être au centre d'une situation dont il n'a aucun contrôle, et admet être perturbé par ces interrogations: "Je suis satisfait de mes courses mais c'est de plus en plus pénible de répondre à des questions chaque semaine sur mon futur."

"Je lis que je dois battre mon équipier pour prouver ce que je vau, mais j'étais devant Pierre [Gasly] à Singapour avant les consignes d'équipes, et encore devant lui en Russie avant que ma voiture ne lâche. J'étais aussi plus rapide en qualifications à Suzuka et j'étais aussi devant à Austin. On verra ce qu'il se passe."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton s'inquiète des écarts entre les écuries
La différence de rythme entre les écuries de pointe et le reste du peloton est un problème selon Lewis Hamilton, surtout si l'on le rejoint au fait que les voitures ont des difficultés à se dépasser. Le pilote Mercedes explique que prendre un tour à d'autres voitures est devenu très compliqué.

"Quand on arrive à moins de cinq secondes, on sent immédiatement l'effet de l'air turbulent" analyse le Britannique. "Les autres gars font leur course donc ils ne veulent pas ralentir trop pour vous. Je suis resté coincé derrière les Toro Rosso et je n'arrivais pas à m'en rapprocher."

"C'est une saison difficile, il y a trop de différence de vitesse entre les voitures. C'est un sérieux problème pour le sport."

Oubliant que la F1 a compté des équipes qui peinaient à l'époque à se placer dans les 107 % des meilleures écuries, Hamilton fait cas de l'écart entre les meilleurs et la fin du peloton: ""Comment Williams et McLaren peuvent être à trois secondes? C'est trop. Nous avons besoin de changer les règles pour réduire les différences de vitesse, et on aura alors de belles courses comme on voit en MotoGP."
source: Nextgen-Auto.com

Ross Brawn explique pourquoi la course de dimanche était serrée
Ross Brawn est revenu sur la Grand Prix des Etats-Unis, à Austin, qui a donné lieu à un final grandiose avec une lutte à trois pilotes entre Kimi Räikkönen, Max Verstappen et Lewis Hamilton, qui sont montés sur le podium.

"La série de quatre victoires consécutives de Hamilton a pris fin, mais il s'est quand même légèrement rapproché de son cinquième titre" juge Brawn. "Maintenant, il doit juste être patient et retarder les festivités d'au moins une autre semaine."

"Les trois pilotes sur le podium ont franchi la ligne en moins de trois secondes. Ils ont tous utilisé des stratégies pneumatiques différentes, par choix dans le cas de Räikkönen et Hamilton et par nécessité pour Verstappen, qui est parti de l'avant-dernière ligne de la grille."

Le directeur technique de la F1 note la rareté d'une telle situation, où les équipes ont souvent tendance à se neutraliser au niveau des stratégies: "C'est inhabituel en Formule 1, où le niveau de sophistication en termes de simulation et de stratégie est si élevé que l'on n'obtient généralement pas une telle différence, surtout quand il s'agit des trois meilleures équipes."

"Cela s'explique probablement par le fait que personne n'avait pu rouler avec des pneus slicks vendredi, car la piste était mouillée pendant les trois heures d'essais. Cela signifiait que les équipes disposaient de moins de données que d'habitude sur lesquelles elles pouvaient baser leurs plans de course, ce qui augmentait la marge d'erreur."

Cela pourrait-il faire pencher la balance en faveur de la réduction des essais libres? Ou la restriction des données?

"Pour utiliser une métaphore du football, lorsque deux équipes jouent parfaitement, un zéro-zéro est la conclusion logique. En Formule 1, lorsque toutes les simulations sont élaborées dans les moindres détails, elles convergent toutes vers la même stratégie optimale."

"Moins il y a de données, mieux c'est, donc, le spectacle est-il meilleur? C'est définitivement plus incertain et c'est un autre sujet de discussion, puisque l'on cherche des moyens de rendre notre sport encore plus excitant, du premier au dernier tour, comme ce fut le cas ce dimanche à Austin."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen pense que Honda a bénéficié de la rupture avec McLaren
Max Verstappen s'est montré très critique cette année envers Renault, et notamment envers la puissance et la fiabilité du bloc français, et avoue avoir hâte de passer au moteur Honda, qui propulsera les Red Bull à partir de la saison prochaine.

"Je suis très excité à cette idée de l'an prochain, car Honda est évidemment très rapide en qualifications maintenant. Cela s'est encore vu à Austin", a reconnu le Néerlandais.

"Bien sûr, nous voulons terminer cette année aussi bien que possible, mais toute l'équipe est déjà impatiente pour la saison prochaine. Tout le monde est vraiment motivé. Les données provenant des bancs d'essai sont très prometteuses."

Il estime que le soutien apporté au manufacturier japonais par Toro Rosso puis Red Bull est l'une des causes de cette réussite, contrairement aux difficultés de collaboration entre Honda et McLaren dans le passé.

"Ils ont eu la possibilité de faire leur travail et de construire le moteur qu'ils voulaient. Ils ne doivent plus s'occuper de l'équipe qu'ils devaient gérer. De nouvelles personnes sont arrivées, le management est nouveau et tout semble aller bien. Nous devrons voir comment ça évolue, mais ça va dans la bonne direction et j'en suis heureux."
source: Nextgen-Auto.com

Whiting défend le règlement en cas de drapeau rouge
Charlie Whiting a tenu à défendre la règle du drapeau rouge, qui a coûté trois places sur la grille à Sebastian Vettel à Austin. Selon lui, il se doit d'appliquer des règles strictes car on lui demande souvent de donner des règles précises, qu'il défend. Il rappelle que cette règle n'est qu'une déclinaison de la règle que les pilotes doivent sans cesse respecter.

"Il est préférable d'avoir une règle absolue, car on nous demande constamment à quel point ils doivent ralentir" explique le directeur de course de la FIA. "C'est comme avec tout ce que les équipes font sur les voitures, elles veulent savoir jusqu'où elles peuvent aller. Il faut une limite claire et c'est une chose facile à suivre et je pense que c'était une erreur de pilotage."

"Je pense que c'est une approche parfaitement logique parce que le principe était qu'il n'y avait pas d'obligation de dire exactement combien vous ralentiriez quand un drapeau rouge était sorti, ce qui semblait en contradiction avec le fait d'avoir à le faire quand une voiture de sécurité, virtuelle ou non, était déclenchée. Les équipes ont estimé que nous devions utiliser exactement le même système pour un drapeau rouge."

"Nous avons eu trois cas où les pilotes n'ont pas respecté cette règle. L'une d'elles était une erreur du pilote qui a admis ce qu'il avait fait, c'était Daniel [Ricciardo] en Australie. Esteban [Ocon] à Suzuka et Seb cette fois-ci, je ne sais pas exactement ce qu'ils ont fait, pourquoi ils n'ont pas respecté le temps delta comme nous l'appelons, mais ils l'ont pourtant déjà parfaitement géré sous voiture de sécurité et VSC.C'est assez clair, chaque panneau lumineux était rouge vif, ce n'est pas comme s'il y avait une chance de les rater."

La sanction infligée à Ricciardo en début de saison a été le précédent pour Ocon et Vettel, et Whiting estime que c'est un sujet sérieux à respecter: "Si quelqu'un ne ralentit pas pour un drapeau rouge, c'est sérieux, je pense. Dans nos lignes directrices, nous avons une pénalité de cinq places sur la grille. Les lignes directrices sont exactement comme leur nom l'indique, des lignes directrices."

"Les commissaires estimaient que ce que Daniel avait fait à Melbourne n'était pas trop grave, ils ont imposé une pénalité moins lourde. Bien sûr, il a surement estimé qu'il s'agissait d'une grosse sanction, mais c'est devenu un précédent. Je pense que quand on le regarde cela à froid, c'est une mauvaise chose de ne pas ralentir assez pour un drapeau rouge, quelle que soit la façon dont c'est fait."
source: Nextgen-Auto.com

S'il n'est pas chez Williams, Kubica vise un poste de réserviste chez Ferrari
Robert Kubica réfléchit à plusieurs options pour 2019, et surtout à ce qu'il fera s'il n'obtient pas le volant Williams, qu'il convoite aux côtés de plusieurs pilotes. Il s'est notamment placé plus haut sur la liste de Williams après avoir visité les bureaux de la compagnie pétrolière polonaise PKN Orlen, afin qu'elle devienne son soutien financier.

"Les gens pensent que c'est de l'argent pour moi, mais ça ne l'est pas. C'est pour que la Pologne soit représentée à un niveau international en tant que pays" a-t-il assuré.

Le volant Williams est convoité par plusieurs pilotes, notamment Esteban Ocon, qui est la solution favorite de Claire Williams si le budget de l'équipe est sain, indépendamment de l'argent amené par le deuxième pilote.

Parmi les concurrents au Français et au Polonais à ce baquet, on trouvait principalement deux pilotes Russes, Sergey Sirotkin et Artem Markelov. Le père de ce dernier, qui est aussi son principal soutien financier, a des soucis avec la justice, et le nom du pilote de F2 n'a plus vraiment été cité depuis que l'affaire est sortie.

Pour Sergey Sirotkin, qui fait une première saison très honorable chez Williams, la situation pourrait bien se compliquer puisque le directeur de SMP, Boris Rotenborg, aurait vu ses avoirs financiers gelés en Europe du fait de ses liens avec Vladimir Poutine, et la situation pourrait bien se compliquer puisqu'il a lui-même attaqué les banques qui ont gelé ses actifs. Dès lors, la situation pourrait évoluer très lentement et priver Sirotkin d'un contrat en 2019.

Si Ocon est finalement choisi chez Williams, Kubica pourrait tenter sa chance dans un rôle de troisième pilote chez Ferrari, laissé vacant par Antonio Giovinazzi et Daniil Kvyat, qui sont partis respectivement vers un poste de titulaire chez Sauber et Toro Rosso.

Kubica avait signé un contrat pour 2012 avec la Scuderia et admet qu'avoir manqué cela à cause de son accident de février 2011, qui l'a tenu éloigner de la compétition pendant plusieurs années, "c'était difficile, en plus de mes blessures, il y avait la douleur supplémentaire de penser que j'aurais pu courir pour Ferrari."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne n'est pas assez agressif pour la Formule 1 selon Brown
Stoffel Vandoorne aura probablement du mal à retrouver une place en Formule 1 à l'avenir, et la dernière critique de son patron actuel, Zak Brown, ne devrait pas l'aider.

Selon l'Américain, le Belge est un peu trop tendre pour la F1, pas assez "agressif" dans son approche avec une équipe de catégorie reine.

"A-t-il été trop corporate? Non, je ne dirais pas ça. C'est un très, très chouette gars, mais peut-être qu'il aurait dû être un peu plus agressif avec nous", confie Brown à la 'RTBF'.

"Quand Fernando n'aime pas quelque chose sur la voiture, il n'hésite pas à élever la voix. Peut-être que pour Stoffel, c'est plus difficile à faire dans cet environnement."

Fernando Alonso estime lui de son côté que "Stoffel n'a pas eu de chance de se retrouver chez McLaren à cette période, et avec les voitures qu'il a eues à sa disposition au cours de ces deux années."

"Je pense que c'est une bonne chose pour lui de changer d'environnement, il a gagné dans toutes les compétitions auxquelles il a participé au cours de sa vie. La Formule 1, c'est la seule discipline en sports moteurs où le talent ne suffit pas pour surpasser les défauts de la voiture."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon pourrait bien prendre la place de Bottas
Valtteri Bottas aurait des raisons de craindre pour sa place chez Mercedes à plus ou moins court terme.

Gwen Lagrue, responsable des jeunes chez Mercedes, a confié lors du dernier Grand Prix qu'Esteban Ocon avait déjà signé pour 2020 avec une équipe de Formule 1, sans vouloir dire s'il s'agissait de Mercedes.

"Je ne peux pas le dire mais il a signé pour une équipe, c'est sûr a 100%", selon Lagrue.

Ces propos confirment ceux de Toto Wolff qui déclarait, comme nous vous le rapportions: "je peux garantir qu'Esteban sera dans une bonne voiture en 2020."

Lagrue ajoute aussi qu'en 2019, "Ocon sera soit chez Williams, soit 3ème pilote Mercedes ET Force India."

D'autres imaginent bien Bottas devoir laisser sa place au Français dès l'an prochain s'il n'y a pas d'accord avec Williams.

C'est le cas de l'ancien pilote de F1, Robert Doornbos, aujourd'hui consultant pour la télévision néerlandaise.

"Bottas a été très décevant lors de cette 2ème moitié de saison. Peut-être que Mercedes commence à penser à mettre Ocon dans sa voiture. Oui, Hamilton est un rude concurrent mais Bottas est au moins 3 ou 4 dixièmes à chaque course. Ocon pourrait faire mieux."
"Je pense qu'il y a certainement assez de temps pour racheter le contrat de Bottas, en tout cas cela ne serait pas une surprise pour moi.
"
source: Nextgen-Auto.com

Les budgets limités, la clé d'une F1 plus équitable
Le sujet d'un budget limité en Formule 1 est toujours d'actualité, et les petites équipes se battent face aux mastodontes financiers que sont Mercedes, Ferrari et Red Bull. Limiter ces budgets serait une bonne idée pour réduire l'écart entre les trois meilleures équipes et le reste du peloton, selon Gene Haas.

"Cela nous aidera probablement. Cela réduira leurs départements de recherche et développement. Parce que là où nous avons une personne, eux ils en ont 5. Pour moi, 5 personnes, c'est autant de sources de confusion sur la direction à prendre mais ça semble marcher pour eux. De toute façon, ce qui peut réduire leur avantage technologique sera d'une grande aide."

"En tout cas le système ne va pas. Si rien n'est fait, nous ne pourrons jamais rattraper l'écart actuel" regrette le propriétaire de l'équipe américaine.

Claire Williams est d'accord avec Gene Haas: "Je rejoins Gene, il n'y a aucune chance que des équipes comme la mienne, qui tournent avec un budget de 120 millions à l'année, puissent concurrencer pour la victoire ou le championnat des équipes comme Ferrari, Mercedes ou Red Bull, qui dépensent deux fois plus, si ce n'est pas trois ou quatre, notre budget. Pour moi, il n'y a pas d'équité et ce n'est pas comme ça que devrait être un sport compétitif."

"L'argent qu'on a ne devrait pas entrer en ligne de compte et cela devrait plutôt être le talent qui nous amène le plus loin, plutôt que le fait de dépenser trois fois l'argent d'une autre équipe. J'ai hâte que les budgets limités soient mis en place et je pense qu'il y aura du travail restant pour offrir à notre sport un futur durable et qui corresponde à l'ADN de notre sport et de son Histoire, duquel on s'éloigne actuellement, selon moi."

Une pensée partagée par Zak Brown, dont l'équipe McLaren est pourtant l'une des mieux placées en termes de budget, mais pas en termes de résultats: "Je pense la même chose. Je ne pense pas que ça fasse des miracles et qu'un budget limité procède à une refonte totale du peloton. Il faut aussi des règles qui permettent d'avancer, et nous nous y penchons tous."

"Mais on voit que tous les sports ont une sorte de budget limité ou de limitation des salaires, et l'un des plus populaires est la NFL, où tout le monde est au même niveau et où l'on voit des rebondissements et des champions surprise, et je pense que ce serait bien pour notre sport. Mais à la fin, je pense que les meilleures équipes parviendraient à se mettre en avant, et ce serait mieux que ce soit un peu imprévisible et donner des chances aux autres de retrouver la plus haute marche du podium."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.