En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 14 Décembre 2018

S'il gagne, Verstappen est prêt à pardonner des casses à Honda
Max Verstappen semble plus conciliant avec Honda qu'avec Renault! Le Néerlandais affirme qu'il n'en voudra pas aux Japonais si son moteur explose parfois l'an prochain... tant que cela met son équipe en position de gagner plus souvent des courses.

"Cette année a été plutôt bonne malgré tout pour eux. Ils ont utilisé beaucoup de moteurs juste parce qu'ils pouvaient le faire, pour accélérer leur développement."

"Je préfère, probablement, gagner une course puis exploser un moteur après lors d'uen autre course, que d'être perpétuellement trop lent pour viser la victoire régulièrement", explique le pilote Red Bull.

Avec un châssis RB14 qui a été une référence cette année, la RB15 promet d'être encore à un haut niveau selon lui.

"Oui, ça semble très prometteur mais je veux aussi être réaliste. D'abord il faut construire la voiture, ensuite vérifier qu'elle est performante. Après, il faudra nous assurer que le moteur Honda est puissant et fiable aussi."

"C'est en tout cas une très bonne chose de voir qu'Adrian Newey est très impliqué sur la nouvelle voiture. C'est excellent même."
source: Nextgen-Auto.com

La claque subie en 2018 a poussé McLaren à une remise en cause
McLaren vient de vivre une très longue saison, pourtant mieux commencée que la précédente. Mais en deuxième partie d'année 2018, les monoplaces britanniques ont été reléguées en fond de grille au fil de la saison et ont peiné à atteindre la Q2 à plusieurs reprises. Zak Brown, le directeur de McLaren, assure que ces difficultés ont poussé l'équipe à se remettre en question.

"J'aurais préféré avoir une bonne année, mais bien sûr, cette année a été une surprise pour nous tous, ce qui nous a permis de nous regarder rapidement dans le miroir, de nous rapprocher de l'équipe et d'apporter quelques changements" a déclaré Brown.

"Sur le long terme, nous avons bénéficié parce que nous avons découvert de nombreux domaines dans lesquels nous avions des lacunes. C'est un bon point, car nous les avons corrigées ou sommes sur le point de le faire. Je pense que nous sommes maintenant en voie de guérison, comme je l'ai dit aux hommes et aux femmes de McLaren."

"Le développement va bien, le travail d'équipe, la collaboration, la communication, les responsabilités, toutes ces choses que nous n'avions pas réussi à accomplir vont maintenant bien. Mais il faut attendre que la voiture prenne la piste, c'est là que tout le monde pourra voir les progrès effectués au cours de l'hiver. Mais il est sûr que la saison a été mauvaise, McLaren vit une mauvaise période."

Le manque de point de référence, qui était une réalité lorsque McLaren avait un moteur exclusif avec Honda, a été mis en valeur cette année, face à Red Bull et Renault. Les lacunes du châssis de la MCL33 sont criantes: "Je pense que c'était certainement plus difficile de 2015 à 2017 parce que nous avions plus de difficultés à cerner nos points faibles."

"Donc, lorsque vous vous retrouvez dans une situation où vous avez un repère clair, en l'occurrence Red Bull, vous pouvez retrouver des certitudes. Je pense donc qu'en ce sens, le fait qu'il y ait eu deux autres équipes contre lesquelles nous pouvions nous mesurer directement, et que nous n'ayons pas pu faire le poids face aux deux, nous a aidé."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel explique son scepticisme face aux réseaux sociaux
Sebastian Vettel n'est présent sur aucun réseau social à titre personnel, là où l'intégralité de ses confrères utilisent ces plateformes pour se rapprocher de leurs fans. Même Kimi Räikkönen, pourtant pas le plus communiquant des pilotes, s'y est mis cette année. Mais pour Vettel, cela ne traduit pas la réalité.

"Les plates-formes font exactement le contraire de ce qu'elles prétendent" juge l'Allemand. "Elles ne montrent pas les vraies images. Si vous avez des millions de fans, alors aucune photo ne sort non censurée. C'est comme lorsqu'on pense connaître des gens de la télévision."

"C'est une scène d'expression personnelle qui rapporte de l'argent. L'utilisateur n'apprend rien vraiment. C'est dans la catégorie du divertissement. Je n'ai pas besoin de communiquer. Pourquoi devrais-je dire aux gens où je suis maintenant? Je ne veux critiquer personne qui le fait, chacun a la liberté de faire ce qu'il veut, mais je ne fais pas partie de cette course."

S'il admet l'importance des nouvelles technologies, le pilote Ferrari n'en est pas un adepte: "Sur le plan sportif, la puissance des ordinateurs nous aide énormément. Ce n'est que grâce à cela si nous avons pu développer et construire des monoplaces aussi rapides que celles que nous pilotons actuellement."

"En général, je suis très sceptique sur tout ce monde. Il sera intéressant de voir jusqu'où nous irons. En fin de compte, c'est à chacun de décider par lui-même à quel point il veut faire partie de ce monde numérique" conclut le quadruple Champion du monde.
source: Nextgen-Auto.com

Le règlement 2019 est utile aux changements prévus en 2021
Ross Brawn a expliqué que les travaux effectués sur le règlement 2019, censé aider aux dépassements dès la saison prochaine, vont aussi servir pour le règlement 2021, qui sera charger de rebattre les cartes et rajeunir la Formule 1. Il explique notamment que c'est sur l'aéro que ces connaissances se jouent.

"Ce que nous avons appris de ce programme aéro sera très important pour la prochaine étape, en 2021" assure Brawn. "Le point sur lequel appuyer est une philosophie et une culture, pas juste des stratégies à un seul arrêt. Si nous n'atteignons pas tout, nous voulons atteindre au moins cela, nous apprendrons de cela, on se penchera dessus."

"On continuera avec la réglementation suivante et nous continuerons de faire cela jusqu'à ce que nous ayons des monoplaces qui puissent s'affronter plus efficacement, ce qu'elles ne peuvent pas faire pour le moment. C'est utile de voir si les équipes ont été capable d'évoluer et de prendre différentes directions parce que nous ne voulons pas découvrir cela en 2021."

Les voitures seront grandement simplifiées, notamment sur l'aileron avant (photo, en essais), et les premières simulations vont en ce sens, promettant une traînée aérodynamique réduite, mais il faudra désormais voir quels résultats sont apportés en piste: "Jusqu'à ce que la voiture tourne, nous ne savons pas quelles solutions sont créées."

"Mais à partir des prédictions, on atteint environ 20% d'amélioration. Donc nous sommes au quart du chemin, de ce que nous pensons pouvoir atteindre. Mais ce n'est pas une amélioration sans retours, il est hors de question de faire cela et de ne pas chercher à faire mieux après."
source: Nextgen-Auto.com

Lowe admet avoir sous-estimé le travail à faire chez Williams
Paddy Lowe n'a pas vécu une première saison complète chez Williams facile.

Arrivé en mars 2017, il a été en charge de la FW41 de 2018. Tout le monde s'attendait à voir celui qui avait accumulé tant de connaissances chez Mercedes, sur la monoplace championne du monde depuis 2014, donner un énorme coup d'accélérateur à Grove. Et c'est tout le contraire qui s'est produit...

"Je suis arrivé chez Williams pour faire la différence mais il ne faut pas oublier que la Formule 1 est un sport d'équipe", rappelle Lowe pour sa défense.

"2018 a été une année extrêmement difficile pour Williams, mais la bonne chose c'est que les gens ont reconnu les problèmes et nous travaillons fort dessus. Je ne vais pas me mettre à faire des prédictions et dire que nous allons améliorer rapidement notre place au championnat, mais je sais que nous serons meilleurs. Nous avons déjà passé le tournant nécessaire pour y parvenir."

Il sera de toute façon difficile de faire moins bien: Williams a largement fini à la dernière place du Championnat des Constructeurs, la 10ème. Concernant 2018, il admet qu'il n'avait pas bien mesuré l'ampleur de la tâche pour redresser l'équipe de Frank et Claire Williams.

"Cela a été dur, très dur même, que ce soit pour les gens à l'usine comme pour ceux qui voyagent sur les courses. Pour les pilotes aussi, pour tout le monde en fait", admet Lowe.

"En F1, il est très difficile de se redresser très rapidement, plus que dans la grande majorité des sports. Et c'est ce que j'ai découvert ici: il m'a fallu creuser très loin dans les problèmes. Quand j'en découvrais un, un autre se situait derrière. Il a fallu aller à la racine."

"C'est pour ça que je qualifie 2018 de très bonne année pour Williams 'en interne'. Parce que même si nous avons gagné en 2012, ou avons été très forts en 2014 et bien placés ensuite dans le peloton, les fondations actuelles de l'équipe ne permettaient pas de revenir à la victoire comme souhaité lors du plan annoncé il y a quelques années."

"Nous avons donc commencé en 2018 un nouveau processus, et nous avons posé des bases bien plus solides pour 2019 et la suite."
source: Nextgen-Auto.com

Steiner pense que Haas est victime de son succès face à la concurrence
L'équipe Haas a été impliquée à de nombreuses reprises dans des affaires judiciaires, ou en tous cas extra-sportives cette année. Selon Günther Steiner, le directeur de l'équipe, c'est le niveau de celle-ci qui a poussé la concurrence à s'acharner. Toujours dans le rôle de la victime, Steiner assure qu'il ne fait pas cela par plaisir et qu'il n'aime pas devoir aller auprès des commissaires.

"Je ne suis pas fier d'aller voir les commissaires et d'avoir à utiliser les avocats" assure-t-il. "Je ne suis pas fier de cela. Mais je pense que cela a à voir avec les performances, et parfois quand vous êtes une petite équipe vous devez vous battre pour vous-même. Nous devons nous battre correctement en piste."

"Nous avons été impliqués dans différentes choses mais il est certain que c'est en rapport avec le fait que nous soyons performants, à un niveau auquel personne ne s'attendait à nous voir. Cela ne nous aide pas. Mais quand vous êtes nouveau, vous devez traverser cette phase et faire votre place, c'est quelques chose de normal."

Il admet que ces affaires l'ont perturbé, et il a fait en sorte que ça ne perturbe pas le fonctionnement de son équipe.

"Nous avons été impliqués dans la moitié des affaires extra-sportives, et ce que j'essaie de faire, c'est que ça me distraies surtout moi, et je garde juste un tout petit groupe de personnes autour de moi, plutôt que d'impliquer du monde. Je n'aime pas faire autrement, ce n'est pas efficace et ça distrait du monde car plus il y a de personnes impliquées, plus ça parle et plus ce groupe grandit."

"Comme lors de la plainte déposée par Renault, nous étions quatre et c'est tout. Tout le monde était bien informé des raisons pour lesquelles nous avons agi de la sorte, juste pour que les autres gars ne soient pas distraits. J'ai juste essayé de minimiser les distractions. On sait que ça va toujours distraire tout le monde, mais on ne sait jamais à quel point."
source: Nextgen-Auto.com

Giovinazzi a beaucoup discuté avec Räikkönen à Abu Dhabi
Antonio Giovinazzi va faire des grands débuts en Formule 1 avec une première saison complète chez Sauber. L'Italien avait disputé deux courses avec l'équipe début 2017, mais uniquement dans le rôle de débutant.

Deux ans plus tard, il lancera sa carrière dans la discipline reine et va faire équipe avec Kimi Räikkönen. Alors que Charles Leclerc lui avait dit être plus proche de Sebastian Vettel que du Finlandais, Giovinazzi a été étonné de trouver un Räikkönen loquace lors des essais d'après-saison.

"Charles a dit qu'il parlait à Vettel de temps en temps, et un peu avec Kimi" a expliqué Giovinazzi, qui raconte avoir fait plus ample connaissance avec Räikkönen lors des essais d'Abu Dhabi. "Mais le jour des essais, j'ai beaucoup parlé avec lui, comme jamais avant."

"Il est très motivé par cette nouvelle expérience, donc en tant que Champion du monde, qui gagne de nouveau, il m'aidera à progresser et je ne refuserai aucune aide."
source: Nextgen-Auto.com

Le règlement 2021 prend forme, Brawn ne veut pas le dévoiler
Ross Brawn a expliqué que le règlement 2021 est en train d'être établi par la FIA et Liberty Media, qui a établi un cahier des charges plus précis sur les attentes, les besoins et les contraintes du règlement. Désormais, la tâche est difficile car il faut obtenir la validation des équipes sans en dévoiler trop de choses, et trop en avance.

"La FIA et nous-mêmes avons publié un cadre de travail sur ce que pourrait être la voiture, avec des tâches pour chaque équipe afin d'en examiner les aspects" explique Brawn. "Ce n'est pas suffisant pour les équipes pour se lancer dans la conception d'une voiture, nous essayons délibérément que ce soit le cas."

"Nous ne voulons pas que des équipes avec beaucoup de ressources gagnent du temps sur ceux qui n'en ont pas. Mais c'est un équilibre difficile parce qu'il y a un argument tout aussi valable selon lequel plus l'émission de l'information est tardive, plus elle convient aux équipes qui ont beaucoup de ressources."

L'objectif est de ne pas obliger les équipes à travailler sur plusieurs concepts de front, ce qui augmenterait les dépenses: "Les équipes auront environ un an pour travailler sur la conception de ces voitures, je pense que c'est le bon calendrier. Une fois qu'elles ont conçu leurs voitures 2020, elles doivent pouvoir se concentrer sur 2021."

"Chaque fois que l'on introduit un changement de concept assez important dans la réglementation, il est possible pour une équipe de consacrer ses ressources à ce projet et de sauter d'une année à l'autre, accepter son niveau du moment et de sacrifier une année pour se consacrer pleinement à l'année suivante."
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene préfère parler de 2019 que des rumeurs sur Ferrari
Maurizio Arrivabene n'a pas voulu commenter les nouvelles rumeurs qui secouent l'usine de Ferrari depuis quelques jours.

La presse italienne affirme qu'il pourrait être évincé de la Scuderia, ou son directeur technique Mattia Binotto pourrait partir ailleurs, suite à des mésententes chroniques entre les deux hommes.

Une source interne chez Ferrari a rajouté de l'huile sur le feu en affirmant que Sergio Marchionne prévoyait "un rôle plus important pour Mattia Binotto."

"Nous ne savons pas exactement lequel mais il n'y a pas beaucoup d'harmonie depuis entre lui et Arrivabene."

Le dossier serait toujours entre les mains de John Elkann, qui chercherait à apaiser les tensions et à résoudre le conflit plutôt qu'à se séparer d'un des deux hommes, puisque Ferrari ne cesse de progresser en F1.

C'est d'ailleurs ce qui donne de l'optimisme à Arrivabene, plus enclin à commenter ses espoirs pour 2019, toujours portés sur son pilote n°1, Sebastian Vettel.

"Sebastian est un garçon qui doit encore exprimer le meilleur de lui-même au volant d'une Ferrari, je suis certain qu'il y parviendra l'année prochaine", dit-il, avec une légère critique, avant de concéder que Ferrari a aussi sa part de responsabilité.

"Cette année, nous avons perdu en demi-finale. Mais nous n'abandonnons pas. Evidemment, nous devons aussi progresser d'un cran de notre côté. Nous devons comprendre toutes les erreurs que nous avons faites, tous ensemble."

Arrivabene confie aussi une mission à son chef de file.

"Seb doit apprendre beaucoup de choses à Charles Leclerc", conclut l'Italien.

"Nous avons une grande confiance en Charles, c'est un grand talent mais nous devons le protéger et faire en sorte que son arrivée dans une équipe telle que Ferrari ne crame pas ce talent."
source: Nextgen-Auto.com

Les budgets plafonnés sont sur la bonne voie selon Liberty
Plusieurs patrons d'équipes de Formule 1 soulignaient, avant de partir en "vacances" après le dernier Grand Prix à Abu Dhabi, s'inquiéter de la lenteur des discussions concernant les Accords Concorde pour 2021.

Un des volets importants de ces accords commerciaux concernent évidemment l'introduction du fameux budget plafonné.

Ross Brawn assure aujourd'hui que la Formule 1 reste "dans le bon timing" pour que cette contrainte budgétaire arrive d'ici deux ans.


"Nous avons eu des discussions plutôt constructives avec les équipes", affirme le directeur sportif de la F1.

"Contrairement aux autres initiatives qui ont tenté de mettre en place ce plafond, il sera cette fois au coeur des règles techniques et sportives."

C'est en effet grâce à des règles plus intelligentes que la FOM et la FIA veulent faire passer la pilule aux plus grandes équipes, toujours méfiantes lorsqu'on leur dit qu'il faudra diviser par deux voire trois leurs dépenses.

L'autre volet important de ces Accords Concorde concerne la répartition des revenus entre les équipes. Brawn se veut aussi optimiste sur ce sujet.

"Cette distribution plus équitable qui est souhaitée entre les équipes est compensée par la réduction des coûts envisagée dans les règles. Pour les grandes équipes, cela veut dire que ce sera un gain aussi. Je ne vois pas une équipe qui ne serait pas plus performante avec ce nouveau système."
source: Nextgen-Auto.com

Brawn - Les constructeurs devront aider un éventuel nouveau motoriste
Liberty Media et la FOM ne veulent pas laisser l'impression que la Formule 1 n'avance pas sur le sujet des règles de 2021... ou pire, qu'ils auraient cédé face aux motoristes.

Si les V6 turbo hybrides devraient garder la même base, Ross Brawn a tenu à annoncer que les constructeurs actuels devraient respecter de nouvelles règles qui permettront à un nouveau motoriste d'entrer dans le sport, dont le partage de pièces et de technologie!

"Nous avons trouvé un compromis puisque les motoristes actuels ne souhaitent pas changer de fusil d'épaule. Il va y avoir des règles qui obligeront les motoristes déjà engagés à aider les nouveaux. Il y aura des pièces et de la technologie qui devront être partagées si c'est requis", annonce le directeur sportif de la F1.

Brawn admet que "nous souhaitions un changement plus radical mais c'est toujours un bon pas dans la bonne direction. Il y aura aussi des choses qui permettront à un pilote d'avoir davantage la main sur ce que fait son moteur, ce qui est aussi une bonne chose pour le sport."

Et Brawn assure que cette idée a le soutien de Mercedes, Ferrari, Renault et Honda.

"Il y a eu une reconnaissance de leur part sur le fait qu'ils ne peuvent pas fermer la porte derrière eux. Si nous commençons à avoir un intérêt sérieux de la part d'un autre constructeur ou fournisseur, ils doivent coopérer pour aider ce motoriste à entrer en F1."

Voilà une idée qui pourrait séduire Aston Martin, allié à Cosworth. Pas sûr toutefois que Porsche accepterait, sur le plan de l'image, de recevoir l'aide d'un constructeur concurrent!
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari annonce la date de présentation de sa F1 2019
Ferrari a annoncé la date de présentation de sa nouvelle monoplace, ce sera le 15 février.

Maurizio Arrivabene a ainsi confirmé que la nouvelle monoplace, au nom encore inconnu (nom de code interne: projet 670), sera prête à temps pour les essais de Barcelone qui se disputeront trois jours après.

"J'ai pu voir la nouvelle voiture il y a deux semaines, en phase d'assemblage. J'ai été plus occupé sur les histoires de budget et d'Accords Concorde ces derniers temps mais les gars avancent bien à l'usine", explique l'Italien.

"Nous sommes à un état avancé dans la production mais, comme toujours, nous saurons si nous avons bien travaillé seulement à Barcelone, quand nous pourrons nous comparer aux autres sur la piste."

Arrivabene ajoute que le projet a été lancé plus tôt que prévu.

"Il y a de nouvelles règles aérodynamiques. Le groupe mené par Mattia Binotto travaille donc dessus depuis plusieurs mois déjà. Certaines pièces de la voiture sont donc déjà en production. Le moteur 2019 avance bien lui aussi, il fait beaucoup de relais sur le banc."

"Nous allons pousser le développement au maximum pendant l'hiver, donc les pièces les plus sensibles à la performance seront produites au dernier moment. Et le 15 février, quand nous présenterons la voiture, tout devra être prêt."

"C'est pour cela qu'il est encore trop tôt pour avoir une idée sur le look définitif de la voiture. Les simulations se poursuivent mais il est encore trop tôt pour connaitre les vraies performances finales. Tout le monde va travailler dur pour que la voiture soit prête le 15 février."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.