En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 29 Mai 2016

Pas de miracle pour Haas à Monaco
Conformément à ses résultats en qualifications, l'équipe Haas n'a pas connu la réussite en course à Monaco. Esteban Gutiérrez n'est toutefois pas passé loin d'inscrire des points mais n'a pas pu résister au retour des Williams tandis que la course de Romain Grosjean a été très vite compromise par une manoeuvre limite de Kimi Räikkönen.

"Kimi m'a poussé dans les barrières" explique simplement le Français. "J'ai dû faire marche arrière, j'ai perdu ma place et ma course était terminée. C'était compliqué de devoir rouler derrière une Manor. Il n'y avait qu'une ligne sèche et c'était impossible de doubler. J'ai fait environ soixante tours derrière la même voiture et j'ai essayé tout ce qui était possible. La bonne nouvelle est que le châssis était performant et que nous avons fait de bons réglages. J'étais devant Massa avant cet incident et je pense que nous aurions pu marquer des points, ce qui aurait été incroyable vu d'où nous partions."

"C'était une course difficile" renchérit Gutiérrez. "'ai des sentiments partagés, la première partie de course était très bonne, j'avais un bon rythme sous la pluie. Cependant, quand nous avons passé les ultra tendres je n'avais plus confiance en la voiture. Les choses se sont compliquées et à Monte Carlo, quand on n'a pas confiance, on perd beaucoup de temps. Nous avons beaucoup de choses à apprendre pour trouver plus de régularité et mieux comprendre les pneus."
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Cette erreur ne peut arriver qu'à Monaco
Daniel Ricciardo était parti pour aller remporter sa quatrième victoire en carrière ici à Monaco avant qu'une erreur de son équipe ne lui coûte une dizaine de secondes aux stands et la tête de la course. Une erreur assumée par l'équipe et expliquée par Christian Horner puisque ce sont les aménagements particuliers de Monaco qui ont empêché l'équipe de faire un changement assez rapide avant l'arrêt lors duquel les pneus tendres étaient prêts alors que les super tendres étaient demandés.

"Nous devons des excuses énormes à Daniel aujourd'hui car nous ne l'avons pas soutenu après sa pole position" regrette Horner. "Ce délai lui a coûté la tête de la course et il n'a pas pu dépasser Hamilton après, comme c'est souvent le cas à Monaco. Nous avons vu Hamilton chausser les ultra tendres au tour précédent, que nous ne pensions pas suffisants pour aller au bout, et nous avons décidé de mettre à Daniel le composé un peu plus dur. Il y a eu une mauvaise communication par rapport au composé qui était présent dans le garage à ce moment-là."

"Ici à Monaco, le mur des stands est en haut, le garage en bas et les pneus chauffent autant dans le garage que derrière le garage. Malheureusement, les pneus que nous voulions mettre n'étaient pas prêts à être amenés et étaient au fond du garage, il y a eu un peu de confusion car les mécaniciens avaient préparé les pneus tendres."

Insistant sur le fait que cette erreur ne se serait pas produite sur un autre circuit, Horner ne veut toutefois pas rejeter la faute sur le circuit qui n'est évidemment pas responsable de cette erreur.

"Je ne nous cherche pas d'excuses car il n'y en a pas, mais avec l'étroitesse des garages ici, c'est très compliqué d'avoir les pneus pluie, les intermédiaires et trois types de pneus secs dans le garage pour les deux voitures" poursuit-il. "C'est une erreur de communication qui a eu lieu en trente secondes, et ça n'aurait pas posé problème en temps normal. C'est un défi à Monaco pour toutes les équipes de ne pas être au même étage que les garages, les ingénieurs n'ont aucune vue sur les pneus présents dedans. Nous devons analyser précisément les faits pour qu'ils ne se reproduisent pas."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz est un peu déçu de sa huitième place
Carlos Sainz a solidement amené sa Toro Rosso dans les points, terminant huitième et marquant donc quatre points. L'Espagnol estime toutefois n'avoir pas saisi l'opportunité qui se présentait vraiment à lui après une course très particulière.

"Je ne suis pas si heureux de cette huitième place pour être honnête car j'ai l'impression qu'on pouvait jouer de gros points et qu'on n'a pas réussi à saisir notre chance de les marquer" tempère Sainz. "De mon côté, j'ai juste gardé la voiture loin des rails et j'étais rapide avec les trois types de pneus, je suis satisfait mais c'est décevant de perdre des places durant notre arrêt. Nous devons analyser pourquoi ça a été le cas car nous avons perdu beaucoup de points."

"ette huitième place représente quatre points, ce n'est pas si mal et je m'en serais satisfait si on m'avait promis un tel résultat avant le début du week-end, mais après être parti sixième d'une course aussi chaotique je suis sûr que nous aurions pu faire mieux. C'était la première fois que je pilotais sur le mouillé à Monaco et je dois dire que c'est la chose la plus difficile que j'ai eue à faire dans ma vie!"
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg déçu malgré sa sixième place
Nico Hülkenberg est parti depuis la cinquième position de la grille aujourd'hui, et malgré cette excellente qualification, c'est son coéquipier Sergio Pérez qui est finalement monté sur le podium, tandis que l'Allemand terminait à la sixième place.

"Au final ce fut une course décevante pour moi, même si je ramène quelques points. Je pense que nous n'avons pas fait notre premier arrêt au bon moment, ce qui m'a coûté plusieurs positions et m'a enfermé dans le trafic. Cela a tout simplement détruit ma course, car j'ai ensuite été bloqué tout le reste de l'après-midi. C'est très frustrant car j'avais le rythme pour être sur le podium aujourd'hui, mais c'est la course et cela se passe souvent ainsi à Monaco."

Hülkenberg se sentait vraiment à l'aise au volant de sa Force India aujourd'hui, comme l'illustre son dépassement sur Nico Rosberg juste avant le drapeau à damier.

"J'ai réussi à passer Rosberg avec une belle manœuvre à la sortie du dernier virage. Nos pneus étaient usés, la pluie commençait à tomber et il était donc très difficile de garder la voiture sur la piste. Je suis mieux sorti du virage et je pense que je l'ai battu de très peu. Dans l'ensemble, j'ai quand même le sentiment d'avoir manqué une énorme occasion. La voiture se comportait bien, elle me donnait beaucoup de confiance et je me sentais bien aujourd'hui, mais cela n'a pas tourné en ma faveur."
source: Nextgen-Auto.com

L'équipe Sauber s'est couverte de ridicule
C'est une image désastreuse qu'a montré l'équipe Sauber aujourd'hui à Monaco lorsque ses deux pilotes se sont accrochés à l'épingle de la Rascasse. Un incident qui a eu lieu un tour après que Sauber a demandé à Felipe Nasr de laisser passer Marcus Ericsson. Le Suédois estime n'avoir reçu aucun ordre contraire à ce dépassement mais a quand même été considéré comme fautif par les commissaires qui lui ont infligé une pénalité sur la grille pour la prochaine course.

"J'étais sur un bon rythme avec les pneus ultra tendres, je lui reprenais trois à quatre secondes par tour" se défend Ericsson. "J'ai demandé à l'équipe la procédure à suivre et ils m'ont dit qu'il me laisserait passer du fait de la différence de rythme. Il m'a bloqué pendant sept ou huit tours, j'ai donc dit à l'équipe que j'allais l'attaquer et ils m'ont dit qu'il n'y avait aucun souci."

"J'étais derrière depuis tellement longtemps et j'ai vu avant avec Bottas (Ericsson a toutefois touché la Williams sans la dépasser, ndlr) et en GP2 que je pouvais passer ici. Je savais que c'était possible mais ça ne s'est pas passé comme prévu. Je suis certain que nous allons résoudre ce problème et avancer, c'est la compétition, nous devons discuter et régler le problème. Nous avons déjà eu de tels incidents que nous avons toujours dépassés."

Felipe Nasr, envoyé dans les barrières par Ericsson, regrette la manière dont les choses se sont produites et n'avait pas estimé avoir atteint le bon moment pour obéir aux ordres donnés par son équipe.

"Ce n'était pas nécessaire que les choses se terminent ainsi. Ma course était fantastique jusque-là depuis mon départ des stands et elle s'est terminée ainsi. Je les ai entendu me demander de le laisser passer plusieurs fois, mais je n'ai pas considéré que c'était le bon moment pour le faire. Je ne voyais pas la raison de cet ordre, je faisais ma course avec les voitures devant" justifie quant à lui le Brésilien.

"Après mon arrêt, j'ai laissé passer les leaders et j'ai subi les drapeaux bleus trois tours de suite. Quand j'ai commencé à reprendre mon rythme, Marcus avait évidemment des pneus plus chauds, mais les miens remontaient en température et je rattrapais Grosjean de deux secondes par tour car il était bloqué derrière une Manor. Avant que l'accident n'arrive, j'étais à moins d'une seconde de Grosjean et nous les rattrapions, il n'y avait aucune raison pour que nos deux voitures n'abandonnent. Qu'il y ait des consignes ou non, nos deux voitures doivent rester sur la piste, nous sommes équipiers avant tout."

Difficile dès lors d'imaginer les deux pilotes tomber d'accord...
source: Nextgen-Auto.com

Double abandon pour Renault F1 en Principauté
Renault F1 a été confronté à un double abandon lors d'un Grand Prix de Monaco particulièrement mouvementé.

Après le départ donné derrière la voiture de sécurité, Kevin Magnussen réalisait une course prometteuse en passant très tôt des pneus pluie aux intermédiaires. Sa prestation était ruinée par l'attaque incompréhensible de Daniil Kvyat, qui évoluait pourtant à un tour. Le Danois continuait jusqu'à ce qu'il décide d'abandonner après un nouveau contact avec les rails.

"Nous avons fait un bon début de course, tout particulièrement avec notre stratégie consistant à passer en pneus intermédiaires juste après la période sous safety-car. Nous avons été les premiers à le faire et il s'agissait de la meilleure option. Nous étions dans une bonne position et nous avons gagné beaucoup de places lorsque les autres sont passés par les stands. Malheureusement, Kvyat a perdu la tête et il m'est rentré dedans. C'est là que ma course s'est véritablement terminée. J'ai tout de même continué et nous avons tenté un pari en passant très tôt aux slicks, puisque nous n'avions plus rien à perdre. Puis j'ai tapé le mur et endommagé à nouveau l'aileron avant. J'étais alors à plusieurs tours du leader, avec une voiture ayant souffert et il était plus sage d'abandonner. C'est dommage de ne pas avoir connu un meilleur week-end, nous étions pourtant optimistes pour cette course. Nous devons maintenant nous tourner vers le Canada et espérer un meilleur week-end. À Montréal, nous devrions pouvoir tirer parti des récentes évolutions apportées sur la voiture."

La course de Jolyon Palmer était beaucoup plus courte. Au septième tour, il partait en aquaplaning dans ligne droite de départ et finissait dans les barrières de protection du virage de Sainte-Dévote.

"La motricité était épouvantable après la période passée derrière la voiture de sécurité et je me suis fait piéger. J'ai eu du patinage sur le cinquième rapport, en passant sur une ligne blanche. Je n'ai rien pu faire, j'étais juste passager d'une voiture qui a filé droit vers le mur. Nous savons évidemment que ces zones peintes sont particulièrement glissantes, mais elles sont partout ici. Je suis déçu car j'adore ce circuit qui m'a bien réussi par le passé. Mais je pense déjà au Canada pour mettre ce week-end derrière moi. Nous devons penser à la prochaine échéance en espérant un meilleur résultat."
source: Nextgen-Auto.com

Les Manor à l'arrivée mais très loin des points
Les deux Manor ont terminé la course à Monaco aujourd'hui, mais n'ont pas su tirer profit des circonstances pour marquer des points.

Pascal Wehrlein avait opté pour une bonne stratégie, mais elle n'a malheureusement pas porté ses fruits à cause des deux pénalités infligées à l'Allemand, pour être allé trop vite pendant la voiture de sécurité virtuelle et pour ne pas avoir respecté les drapeaux bleus.

"Pour être honnête ce fut une journée difficile. En début de course, alors que la piste était encore très mouillée, nous avons choisi de continuer avec les pneus pluie. Etant donné que les autres voitures sont rentrées pour chausser des pneus intermédiaires, cela nous a permis de gagner des positions, notre stratégie a donc parfaitement fonctionné. Nous étions en mesure de rester devant les Haas jusqu'au drapeau à damier, mais à cause des pénalités nous avons terminé derrière. C'est décevant, mais avant la course la 14ème place aurait pu sembler être un bon résultat."

Malgré tout, Wehrlein garde un bilan positif de son premier week-end monégasque.

"Ce fut un week-end difficile mais également très excitant car c'est la première fois que je courrais à Monaco, et mis à part cette déception, j'ai vraiment apprécié cette expérience."

Rio Haryanto termine à la 15ème place à quatre tours du vainqueur mais se dit avant tout honoré d'avoir pu participer à ce Grand Prix mythique.

"La course a été difficile aujourd'hui. Evidemment au début c'était délicat pour tout le monde étant donné les conditions, mais en réalité lorsque la course a débuté j'étais capable de tenir le rythme. Mes deux premiers relais étaient bons. Vers la fin ce fut plus compliqué, j'ai rencontré beaucoup de trafic et à cause des drapeaux bleus j'avais du mal à conserver mes pneus à la bonne température, ce qui m'a fait perdre du temps. Bien que ce fut une journée difficile, c'était un vrai privilège de courir mon premier Grand Prix de Monaco. Maintenant je suis impatient d'être au Canada, qui est un circuit qui devrait mieux nous convenir."
source: Nextgen-Auto.com

Trois accidents en un week-end pour Verstappen
Monaco a repris plus que jamais ses qualités de sélection cette saison, et Max Verstappen en a fait les frais ce week-end. Partant de la voie des stands après un accident en qualifications, lui-même précédé d'une sortie en essais libres, le jeune pilote a terminé sa course dans les rails du Casino, non sans avoir effectué une belle remontée avant.

"C'est très décevant, surtout pour l'équipe", reconnait-il. "Ça n'aurait pas dû se produire, j'ai bloqué mes roues au troisième virage et j'ai quitté la trajectoire. C'était encore humide et j'ai commencé à glisser, je ne pouvais plus rien y faire. Je me suis un peu fait mal aux genoux mais je vais bien."

Verstappen préfère retenir les côtés positifs de son second week-end en principauté: "En termes de rythme nous pouvons être satisfaits. Je vais me concentrer sur la prochaine course, tout s'était bien passé en Espagne, pas du tout ici, je vais maintenant aller au Canada avec un esprit combatif."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel regrette de ne pas avoir réussi à dépasser Massa
Sebastian Vettel a terminé le Grand Prix de Monaco à la même position qu'il l'avait entamé: la quatrième. L'Allemand considère que les choix stratégiques de Ferrari ont été bons lors de la course, mais estime qu'il est resté trop longtemps bloqué derrière la Williams de Felipe Massa pour pouvoir prétendre au podium.

"Notre stratégie était la bonne. La piste était très glissante en début de course et il était donc délicat de ne pas partir à la faute. Nous avons fait notre premier arrêt très tôt et c'était le bon choix. Mais je devais alors trouver le moyen de dépasser Felipe ce que je n'ai pas réussi à faire, et cela nous a fait perdre beaucoup de temps par rapport aux leaders. Nous sommes restés empêtrés dans ce groupe jusqu'à ce que tout le monde retourne aux stands pour mettre des pneus pour piste sèche."

"Je ne suis pas totalement satisfait parce que même s'il très difficile de dépasser ici, je pensais en être capable. J'étais plus rapide que Felipe. Je ne comprends pas pourquoi il resté en piste si longtemps, ce ne fut pas idéal pour nous. Cela n'avait pas beaucoup de sens d'aller si loin avec les pneus pluies, mais c'est ainsi."

"Si les Williams s'étaient arrêtées en même temps que tout le monde, les choses auraient été très différentes. C'était un pari de notre part, mais il fallait que je sois capable de dépasser. Nous avons rattrapé le groupe de Rosberg qui était avec les pneus pluies. Ils se sont arrêtés, ce qui devait nous permettre de revenir sur les leaders parce que nos pneus intermédiaires étaient plus efficaces sur piste séchante. Mais les choses ne sont pas déroulées comme prévues. Si j'avais passé Felipe dès le départ, alors nous aurions pu jouer les deux premières places. Mais nous avons perdu notre dynamique à ce moment là et donc perdu la course."

Vettel se montre donc philosophe et même s'il espérait faire mieux aujourd'hui, il retient également le bon rythme affiché par sa Ferrari.

"C'est donc une occasion manquée, mais je l'accepte et je prends mes responsabilités" conclut Vettel. "La voiture était assez rapide pour obtenir un meilleur résultat, mais on est à Monaco et donc il n'est jamais facile de dépasser."
source: Nextgen-Auto.com

Daniil Kvyat prend aussi 3 places de pénalité
Comme Marcus Ericsson, Daniil Kvyat aura droit à 3 places de pénalité sur la grille de départ du Grand Prix du Canada.

Le pilote russe de Toro Rosso essayait de revenir dans le même tour que les hommes de tête, après avoir subi un problème électrique lors du début de la course. Sur son chemin il a croisé Kevin Magnussen, avec qui il a eu plusieurs petits accrochages successifs avant que cela se termine dans les rails à la Rascasse.

Les commissaires de la FIA l'ont jugé coupable mais Kvyat n'est pas de cet avis.

"Il m'a bloqué deux fois de manière très ferme deux virages auparavant. J'ai essayé d'aller à l'intérieur et il m'a totalement bloqué. Comme je ne pouvait pas aller dans le mur, je suis allé sur lui. Quand vous tombez sur un pilote qui se comporte comme ça, l'accident arrive", commente Kvyat.

"C'est encore une course à oublier", ajoute-t-il. "Nous avons encore gâché une opportunité. Il faut être mieux organisé parce que ce n'est pas normal que je reste bloqué avec le limiteur de vitesse des stands à 60 km/h lors du départ de la course. C'est vraiment très dur de tout perdre avant même que la course ne démarre."

"C'est d'autant plus dommage que la voiture a un très gros potentiel. Ce genre de petites erreurs casse tout."
source: Nextgen-Auto.com

Un seul point pour consoler Williams
Décidément, Monaco ne sourit pas à l'équipe Williams. Qualifiés en dehors des dix premiers, comme c'est le cas depuis plusieurs années, Massa et Bottas n'ont pas fait illusion dans les rues de la Principauté. Le Brésilien enregistre un petit point et termine juste devant Bottas, qui perd toutefois sa onzième place suite à une pénalité pour son accrochage avec Gutiérrez. "C'est une journée compliquée, avec un départ sous la pluie" explique Massa. "C'était une course difficile à terminer, c'est donc une bonne chose d'avoir réussi. C'était le week-end le plus compliqué de la saison jusqu'ici mais un point vaut mieux que zéro."

Une déception partagée par son équipier qui n'a pas connu une course simple et repart sans point du sud de la France: "C'est bien sûr décevant de finir en dehors des points. Nous devons revoir notre stratégie et comprendre pourquoi nous avons perdu autant de places quand la piste a séché. Il est possible que nous nous soyons arrêtés au mauvais moment mais les conditions étaient piégeuses aujourd'hui et la course n'était pas simple."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Des sentiments partagés
Toto Wolff assume entièrement les consignes qu'il a données à Nico Rosberg aujourd'hui, expliquant que les problèmes apparents sur la voiture de Rosberg, ainsi que la différence de rythme entre les deux Mercedes, a rendu cette décision évidente.

"C'était comme s'il avait une voiture endommagée, c'est pour ça qu'on a pris cette décision", expique Wolff. "Nous en avons débattu pendant un long moment, car ce n'est pas dans nos habitudes, mais c'était évident qu'il avait un problème. Nous lui avons d'abord demandé d'accélérer s'il le pouvait, et sinon de laisser passer Lewis, ce que nous lui avons demandé de faire au tour suivant."

Le patron de Mercedes ressent toutefois des sentiments partagés entre la victoire de la Mercedes numéro 44 et la septième place décevante de Rosberg.

"Nico a eu un mauvais arrêt aux stands et la voiture n'avait pas un rythme assez bon et il a eu toute sa malchance sur une seule course, c'est pour ça qu'il a terminé septième. Nous sommes heureux pour Lewis qu'il ait gagné la course de cette manière, ce qui arrive au bon moment, mais c'était vraiment une mauvaise course pour Nico. Ce sont vraiment des sentiments partagés", conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Button regrette le manque de communication avec son équipe
Jenson Button a terminé neuvième cet après-midi à Monaco, et estime qu'il devrait y avoir plus de communication avec son écurie concernant la stratégie.

Button était particulièrement déçu que lorsqu'il a demandé à passer aux stands, McLaren ne l'ait pas prévenu que cela allait le faire ressortir derrière la Manor de Pascal Wehrlein.

"La communication entre l'équipe et moi n'a vraiment pas été assez bonne", a déclaré Button.

"Si j'avais su que j'allais me retrouver derrière une Manor, alors qu'il n'est pas possible de dépasser ici, je ne serais sans doute pas repassé par les stands. Je présume qu'ils s'attendaient à voir Wehrlein s'arrêter, mais cela ne s'est pas produit. C'était la bonne chose à faire au regard de la performance des pneus, mais pas au regard du trafic."

"L'équipe a marqué 12 points aujourd'hui, et nous n'aurions pas fait mieux si la piste était restée sèche. Je cours pour l'équipe et pour moi-même - c'est un super résultat pour l'écurie dans son ensemble. Cependant nous n'avons pas marqué ces points grâce à nos performances mais grâce à notre stratégie."
source: Nextgen-Auto.com

Ericsson, Wehrlein et Bottas pénalisés à Monaco
La course de Monaco a été particulièrement agitée aujourd'hui notamment à cause de la pluie qui s'est abattue en début de course sur le circuit, et plusieurs pilotes se sont vus pénaliser pour leur comportement.

Marcus Ericsson a reçu une pénalité de trois places sur la grille du Grand Prix du Canada après avoir percuté son coéquipier Felipe Nasr.

Juste avant cet accrochage, Sauber avait demandé à Nasr de laisser passer Ericsson alors que les deux pilotes étaient lancés à la poursuite de Pascal Wehrlein et Romain Grosjean.

Nasr n'a pas suivi la consigne de son écurie ce qui a contraint Ericsson a tenté une manœuvre très audacieuse au virage de la Rascasse, qui s'est terminée en accrochage.

En plus de cette pénalité, Ericsson s'est également fait retirer deux points de son permis, et n'en possède désormais plus que six.

Wehrlein s'est quant à lui vu infliger une pénalité de quatre points sur son permis, d'une part pour avoir été trop lent pendant la voiture de sécurité virtuelle et d'autre part pour avoir ignoré les drapeaux bleus, ainsi que deux pénalités de 10 secondes chacune pour ces deux infractions.

Enfin Valtteri Bottas perd deux points sur son permis suite à un accrochage avec Esteban Gutiérrez.

Les commissaires ont également convoqué Daniil Kvyat et Kevin Magnussen pour leur demander de s'expliquer sur leur accrochage en début de course, ainsi que Kimi Räikkönen.

Le Finlandais a touché le rail au virage du Loews, ce qui a entraîné la casse de son aileron avant qui est ensuite passé en dessous de sa Ferrari.

Alors en perdition, il a ensuite contraint Romain Grosjean à percuter le mur au virage suivant, avant de continuer à rouler dans le tunnel alors que son aileron était toujours bloqué sous sa voiture. Il a finalement abandonné en se garant après la chicane du port.
source: Nextgen-Auto.com

Le meilleur résultat de la saison pour Alonso
Fernando Alonso a profité d'une course animée pour enregistrer un très bon résultat avec une belle cinquième place. L'Espagnol reconnaît un plaisir bien plus procuré par ce résultat que par le rythme décevant de sa MP4-31.

"C'est toujours très satisfaisant de réussir à finir une course aussi difficile", déclarait l'Espagnol après la course. "Ce qui est le plus plaisant, c'est cette cinquième place. On s'en fout un peu d'être heureux ou non quand le résultat est décevant. On ne peut pas en tirer beaucoup de conclusions, cette piste est trop unique, trop différente, mais ce résultat est le meilleur de l'année. Notre niveau de compétitivité n'était pas excellent, nous avons eu du mal à nous mettre dans le rythme tout le week-end et il nous reste beaucoup de choses à améliorer."

"C'est toujours plaisant d'arriver au bout d'une course difficile, et celle-ci l'était. Elle l'était dès le départ, avec aucune visibilité derrière la voiture de sécurité, et devoir ensuite choisir de passer les pneus intermédiaires sans aucune idée de leur niveau d'adhérence, car nous roulions pour la première fois sur piste humide. Le plus compliqué a été de passer aux pneus pour le sec car la piste ne faisait qu'un mètre de large puisque seule une toute petite trajectoire était sèche, et en mettant un pneu en dehors c'était l'accident assuré. C'est tout simplement Monaco", conclut Alonso.
source: Nextgen-Auto.com

Une course cauchemardesque pour Rosberg
Pour la deuxième course d'affilée, Nico Rosberg a vécu un Grand Prix difficile ce dimanche à Monaco. L'Allemand a commencé sa course par des problèmes de freins qui l'ont contraint à laisser passer Hamilton, et l'a terminée en perdant la sixième place au profit de Nico Hülkenberg sur la ligne d'arrivée.

"Je suis déconcerté par ce manque de rythme", explique Rosberg. "Je ne me sentais pas du tout en confiance au début avec les pneus, et ça ne s'est pas bien passé pour moi aux stands, on a eu un problème. En résultat de ce problème, j'ai perdu du temps et me suis retrouvé dans le trafic, j'ai dû attendre et j'ai perdu encore plus de temps car des voitures derrière m'ont rattrapé. C'est ce qui arrive quand on est derrière une autre voiture à Monaco."

Rosberg a été contraint de laisser passer Hamilton en début de course alors que l'Anglais bouillonnait derrière et affichait un rythme nettement supérieur. Une consigne à peine déguisée venue du garage Mercedes fut donnée et que Nico Rosberg accepte avec le plus grand fair-play puisque Lewis Hamilton lui a pris trois secondes par tour après l'avoir dépassé.

"C'était assez évident, je n'étais pas du tout dans le rythme. Lewis avait une chance de remporter la course, et il l'a fait. C'était logique de la part de l'équipe de lui donner cette chance, ça fait un peu mal mais c'était évident."

Pour couronner le tout, Hülkenberg a fini par dépasser Rosberg sous les gouttes de pluie qui faisaient leur retour: "Il avait les pneus tendres et ils étaient en meilleur état, j'étais en ultra tendres et mes pneus étaient morts. Dès qu'il a commencé à bruiner, mes pneus se sont refroidis et les siens ont gardé leur température, ce qui leur a donné une meilleure adhérence. Je suis déçu de ma course, je voulais gagner à domicile et je n'ai pas réussi."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen - Tout le week-end a été mauvais
Kimi Räikkönen a été contraint à l'abandon dans les premiers tours du Grand Prix de Monte-Carlo après une erreur au Loews. Le Finlandais a ensuite été rappelé à la Direction de Course pour expliquer ce qui est arrivé après son accident.

Après la bonne deuxième place à Barcelone il y a deux semaines, Kimi Räikkönen s'est pris les pieds dans le tapis en course. Il reconnait n'avoir jamais trouvé le bon feeling avec sa voiture, puis il a fini contre les barrières à Loews.

"Ce ne fut pas une course facile, tout le week-end a été mauvais, mais heureusement nous avons montré lors des courses précédentes que nous pouvons revenir en forme lors des prochaines courses", dit-il.

"J'ai eu du mal à avoir un bon comportement, une bonne motricité ce week-end. Cela s'est bien passé en qualifications mais sous l'eau c'était difficile. J'ai essayé de piloter au maximum, mais quand je me suis retrouvé contre le mur, j'ai cassé mon aileron."

Räikkönen a trainé son aileron avant sur plusieurs centaines de mètres, ce qui n'a pas plu aux commissaires. Le Finlandais s'en étonne.

"Je ne sais pas pourquoi on m'a appelé à la direction de course. C'était probablement une formalité à faire. Je devais garer la voiture hors du tunnel, parce que je ne pouvais pas laisser la voiture en plein milieu de cette partie de la piste. Je devais aller plus loin."
source: Nextgen-Auto.com

Un très beau podium pour Pérez à Monaco
Auteur d'un podium impressionnant en Principauté, Sergio Pérez a tenu à remercier son équipe pour les décisions stratégiques qui lui ont permis d'enregistrer un tel résultat. Le Mexicain n'a pas non plus chômé mais tient à remercier avant tout son équipe. "Je suis très heureux, l'équipe a fait un super travail au niveau de la stratégie et en m'appelant aux stands au bon moment, c'est une journée incroyable pour nous, et mon troisième podium avec l'équipe", se félicite-t-il.

"C'est très spécial pour nous de l'enregistrer à Monaco, surtout dans ces conditions. Je veux dédier ce podium à Vijay Mallya, notre patron, qui nous soutient énormément en ce moment. Je pense que nous avons pris les bonnes décisions, les meilleurs pneus à utiliser étaient les tendres à la fin, j'ai d'abord contrôlé mon rythme mais Seb était très rapide, plus que moi, mais j'économisais mes pneus et j'ai pu attaquer quand j'en avais besoin car ils étaient en bon état", conclut Pérez.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo frustré - Les pneus auraient dû être prêts!
Il est très rare de voir Daniel Ricciardo sans son légendaire sourire mais la 2ème place qu'il a obtenu à Monaco aujourd'hui aurait dû être une victoire sans une énorme erreur de la part de son équipe.

Au moment de rentrer chausser ses pneus super tendres pour finir le Grand Prix sur une piste devenue enfin sèche, ses pneus n'étaient pas prêts! Il a perdu plusieurs secondes, de quoi laisser passer Lewis Hamilton en tête et gagner la course.

"Ca fait mal. Ces pneus auraient dû être prêts. C'est l'équipe qui m'a appelé pour rentrer aux stands. Je n'ai vraiment pas envie d'en parler", lance l'Australien après la course.

"Cela fait deux semaines de suite que je me fais avoir. Je pense que j'étais le plus rapide ici, dans toutes les conditions. La 2ème place ne le montre pas."

"Deux courses de suite, deux courses de suite..." ajoute Ricciardo, visiblement dégoûté par les erreurs de son équipe. "Ce n'est pas moi qui ait fait le choix de rentrer au dernier moment. Vraiment, deux fois de suite, ça fait vraiment très mal. C'est dur à encaisser."

C'est Helmut Marko qui est allé présenter ses excuses face aux médias.

"Nous avons donné cette victoire sur un plateau à Mercedes. Malheureusement il y a eu beaucoup d'incompréhension et une erreur de communications chez nous. Nous allons enquêter pour savoir quoi exactement. C'est une erreur humaine. Je suis vraiment très désolé pour Daniel et tout ce que nous pouvons faire c'est lui présenter nos excuses."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Tout s'est enfin passé comme je l'espérais!
Lewis Hamilton l'aura attendu longtemps mais elle est enfin là, sa 44ème victoire. Son chiffre porte-bonheur lui aura servi aujourd'hui puisque le Britannique a réussi à prendre le dessus sur Daniel Ricciardo grâce à une énorme boulette de Red Bull Racing dans les stands.

Hamilton a résisté ensuite à l'Australien et s'est imposé.

"Grâce à Dieu aujourd'hui tout s'est enfin passé comme je l'espérais. Honnêtement, je ne trouve pas mes mots", déclare Lewis au pied du podium.

"J'ai prié pour avoir une journée comme celle-là et elle est enfin arrivée!"

Hamilton ne savait pas s'il pourrait faire toute la fin de la course avec les ultra tendres, sans s'arrêter.

"C'était le plus long des relais possible avec ces pneus! Il faut vraiment réussir à comprendre comment vous pouvez utiliser les pneus pour les emmener au bout. Je pense que le dernier tour était presque celui de trop. La performance commençait à partir et il y a eu la pluie..."

"Je tiens à féliciter Daniel, il a conduit de manière exceptionnelle tout le week-end. C'est l'un des meilleurs pilotes contre lequel j'ai dû me battre. Je pense que nous allons avoir encore beaucoup de batailles ensemble. Il est déçu mais il doit être fier de son pilotage."
source: Nextgen-Auto.com

GP de Monaco - Course
Après avoir vu Nico Rosberg dominer les quatre premières courses de 2016, et après l'accrochage avec son équipier en Espagne, Lewis Hamilton a mis fin à sa disette de victoires, qui courait depuis l'épreuve d'Austin en 2015, théâtre de son troisième sacre mondial.

Le Britannique a réalisé une course parfaite, avec une stratégie opportune et un seul arrêt aux stands en passant directement des gommes pluie aux pneus ultra-tendres, quand la plupart des pilotes ont opté pour un relais en pneus intermédiaires. Magnussen (Renault) avait initié le mouvement dès la rentrée de la voiture de sécurité qui avait mené le peloton durant les huit premiers tours.

Le pilote Mercedes a également profité de l'erreur de Red Bull lors d'un passage dans la pitlane de Daniel Ricciardo, en tête depuis le départ. L'Australien a perdu beaucoup de temps, les pneus n'étant pas prêts au moment de son arrivée à son emplacement.

Revenu en tête, Hamilton a contenu les assauts de Ricciardo, bloquant à une reprise la tentative du pilote de Milton Keynes à la sortie de la chicane du tunnel. L'écart entre les deux pilotes variera au gré des voitures de sécurité virtuelles, mais Hamilton franchira finalement la ligne en vainqueur.

Derrière le duo qui a animé la lutte pour la victoire, Sergio Pérez (Force India) se hisse sur le podium en devançant la Ferrari de Sebastian Vettel. Fernando Alonso (McLaren) apporte les points de la cinquième place à Woking et devance Nico Hülkenberg (Force India) qui termine sixième après avoir dépassé dans le dernier tour la Mercedes de Nico Rosberg, en délicatesse ce dimanche à Monaco.

L'Allemand, victime de problèmes de température de freins, a laissé passer sur ordre de son équipe, Hamilton en début de course et n'a jamais pu suivre le rythme des leaders. Carlos Sainz (Toro Rosso) suit au classement devant Jenson Button (McLaren) et Felipe Massa qui apporte un point à Williams.

L'épreuve a été marquée par de nombreux incidents, dont le plus impressionnant de Jolyon Palmer dès les premières minutes de la course. Le pilote Renault est parti à la faute dans la ligne droite des stands, percutant le rail avant de finir sa course dans l'échappatoire de Sainte-Dévote.

Kimi Räikkönen (Ferrari) est également venu percuter les barrières au niveau du Loews, et a, dans la foulée, bloqué Romain Grosjean (Haas), avant d'abandonner quelques mètres plus loin. Le Français a pu poursuivre son effort, pour finalement terminer 14ème.

Déjà parti à la faute en qualifications, Max Verstappen (Red Bull) a conclu sa course dans le rail au niveau de la courbe de Massenet en haut de la montée de Beau-Rivage. Les deux Sauber de Felipe Nasr et Marcus Ericsson ont également été contraintes à l'abandon, après s'être accrochées à la Rascasse, et Kevin Magnussen (Renault) n'a pu franchir la ligne d'arrivée, après une erreur notamment à Mirabeau.

Avec ce succès, Lewis Hamilton revient à 24 points de son équipier au classement général du Championnat du monde. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Pirelli n'aura pas beaucoup de temps pour développer ses pneus
Pirelli a finalement signé un nouvel accord avec la FIA, faisant de lui le fournisseur officiel de la Formule 1 au-delà de 2017.

Paul Hembery a confirmé que le contrat était enfin signé avec la FIA et la FOM pour les trois prochaines années.

Ce samedi, le manufacturier italien a dévoilé un premier prototype de ses pneus pour l'an prochain, qui seront plus larges, plus lourds et plus rapides.

"Il s'agit de la première version" a déclaré Mario Isola, le directeur de course de Pirelli.

La prochaine étape aura lieu en août, où Pirelli testera ses pneus sur des voitures de 2015 modifiées fournies par Ferrari, Red Bull et Mercedes, afin de simuler les niveaux d'appuis qu'auront les voitures l'an prochain.

"Nous allons avoir un programme d'essais très intense, parce que la version finale de nos pneus doit être prête à la fin du mois de novembre ou début décembre" ajoute Isola. "Nous n'avons donc pas tant de temps que ça."

"Les nouveaux pneus et les nouvelles voitures seront 4 à 5 secondes plus rapides."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren souffre des pressions de pneus imposées par Pirelli
Eric Boullier, le directeur de McLaren, a reconnu que son équipe souffrait toujours des pressions de pneus minimums imposées cette année par Pirelli.

Certaines écuries ont réussi à résoudre cette difficulté plus rapidement que d'autres, et sont mêmes soupçonnées d'utiliser des astuces pour réduire leurs pressions de pneus pendant la course, alors que celles-ci sont conformes aux prescriptions de Pirelli lorsque les voitures quittent leur garage ou sur la grille de départ.

Un tel procédé offre un avantage à ces écuries et McLaren a donc demandé à la FIA des clarifications sur ce qui était ou non possible en matière de pressions de pneus.

"Pour être honnête, je ne sais pas ce que font les autres équipes" a déclaré Boullier.

"Nous pouvons avoir un avis ou des suspicions, mais nous devons avant tout nous concentrer sur nos propres problèmes. Je suppose que nous ne sommes pas la seule équipe qui n'arrive pas à tirer le meilleur des pneus."

"Nous travaillons là-dessus. Ces pressions très élevées ont un impact certain sur l'adhérence de la voiture, et provoquent également plus de graining."
source: Nextgen-Auto.com

L'avenir de Monza a été discuté à Monaco
Alors que les négociations concernant l'avenir de Monza et du Grand Prix d'Italie n'en finissent pas, un nouveau round vient de se jouer à Monaco.

Selon la presse italienne, Angelo Sticchi Damiani, le président de l'Automobile Club Italien, a rencontré Bernie Ecclestone dans la Principauté alors que Monza n'a toujours pas obtenu de prolongation pour la saison prochaine.

"Nous avons abordé toutes les questions, directement et indirectement, concernant Monza" a déclaré Damiani.

"Je pense qu'un des problèmes majeurs est qu'il y a eu beaucoup d'incompréhensions et de mauvaises interprétations. J'ai donc expliqué clairement la situation, en indiquant les efforts que chacun pouvait consentir sur la question financière."

Cependant, Damiani n'a pas voulu commenter les rumeurs selon lesquelles Imola essaye de tirer profit de cette situation pour accueillir la course au détriment de Monza.

"J'ai déjà dit des choses désagréables ces derniers jours et je ne souhaite pas les répéter."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Nous voulons que Hamilton soit authentique
Alors que Lewis Hamilton connaît un début de saison difficile, marqué par des problèmes techniques à répétition et des incidents de course, le Britannique laisse parfois poindre son agacement face à ces coups du sort.

Toto Wolff, le directeur de Mercedes, se montre toutefois indulgent avec son pilote, qui a le mérite de ne pas baisser les bras face à l'adversité.

"Lewis est quelqu'un qui extériorise beaucoup et donc il est facile de voir lorsqu'il a une mauvaise journée. C'est ainsi, c'est son caractère, mais il a très bien su rebondir après Barcelone. Chez certains pilotes il est possible de voir la frustration et chez d'autres non. Il est clair que nous sommes tous contrariés par cette situation, subir tous ces problèmes mécaniques qui gâchent notre performance. Mais nous voulons qu'il soit authentique, il n'y a pas de problème."
source: Nextgen-Auto.com

Raïkkönen devrait continuer chez Ferrari en 2017
Selon Pino Allievi, le journaliste italien le plus respecté du paddock, Kimi Räikkönen devrait conserver son baquet chez Ferrari la saison prochaine.

"Pour l'instant, l'avenir de Kimi chez Ferrari est assuré" a déclaré Allievi.

Des rumeurs étaient dernièrement apparues selon lesquelles Ferrari chercherait à remplacer le Finlandais, notamment par Nico Rosberg ou Daniel Ricciardo.

"Chaque jour je lis un nouveau nom" a déclaré Sebastian Vettel, qui a déjà clairement exprimé son souhait de voir rester Räikkönen.

"Ce n'est un secret pour personne que je m'entends très bien avec Kimi. On travaille très bien ensemble. On partage beaucoup de choses sans rien craindre l'un de l'autre. C'est le pilote le moins politique que je connaisse. C'est aussi le plus silencieux et le moins causant. Je ne suis pas le boss. Ce n'est pas moi qui décide ni qui recrute. Je n'ai pas de pouvoir mais on peut me demander. C'est agréable de voir que l'on pense à moi. Cela renforce ma volonté de faire gagner cette équipe."

Allievi a donc de bonnes nouvelles pour l'Allemand.

"Je sais que pour l'instant, Ferrari ne considère aucune autre option. Ils se pencheront sur la question en Juillet et si Kimi est toujours sur la même dynamique que lors des cinq premières courses, il sera là l'an prochain."
source: Nextgen-Auto.com

Button veut rester chez McLaren-Honda
Jenson Button a déclaré qu'il souhaitait continuer à piloter pour McLaren-Honda la saison prochaine.

Cependant, il apparaît de plus en plus clairement que McLaren compte le remplacer par Stoffel Vandoorne en 2017.

"Tant que j'ai la chance de pouvoir piloter une voiture compétitive, et peut-être que ce sera une McLaren l'an prochain, je souhaite rester en F1" a déclaré Button.

"Il y aura un nouveau règlement, des voitures plus rapides, ce sera donc une année excitante à vivre."

Lorsqu'on l'a interrogé spécifiquement sur un éventuel retour chez Williams en 2017, Button est resté évasif: "Je suis satisfait du travail de McLaren et de Honda et je souhaiterais être là lorsqu'il portera ses fruits."

En tout cas, il semble minimiser la possibilité qu'il signe un contrat pour plusieurs saisons.

"J'ai atteint un âge où l'on souhaite avoir la liberté de choisir."

"Il peut y avoir des détails qui viendront affecter mon choix, dans mon cas il s'agit du fait d'affronter Alonso et des nouvelles règles, parce que nous parlons de voitures qui seront 3 à 4 secondes plus rapides."
source: Nextgen-Auto.com

Massa n'est pas certain de continuer chez Williams
A Monaco le marché des transferts a commencé à s'agiter et il ne devrait pas concerner Ferrari et Mercedes.

Sauf surprise, Nico Rosberg et Kimi Räikkönen devraient conserver leurs baquets et l'attention se porte donc sur d'autres équipes. Et parmi les plus compétitives qui disposent de bons baquets disponibles, il y a Williams.

Felipe Massa a reconnu que 2016 pourrait être sa dernière saison pour l'équipe de Grove. Les rumeurs envoient déjà Jenson Button à sa place (remplacé par Stoffel Vandoorne chez McLaren) ou encore Daniil Kvyat, qui sait qu'il n'a plus aucun avenir dans la filière Red Bull.

"A partir de Monaco, vous commencez à parler des transferts et les pilotes comme les équipes démarrent les discussions pour l'avenir. Je suis déjà dans cette phase, pour essayer de comprendre ce qu'il se passe sur le marché des transferts. Pour le moment je ne sais pas."

"Mon intention est d'essayer de garder un bon baquet pour plusieurs années encore. Je pense que cela n'a rien d'impossible. J'ai une chance de poursuivre chez Williams, je crois, mais je dois aussi négocier avec d'autres équipes. Quand votre contrat se termine il faut voir quelle est la meilleure direction à prendre. Mais pour l'instant, il faut d'abord observer le marché."
source: Nextgen-Auto.com

Berger - Il va falloir se pencher sur les détails du contrat de Rosberg
Alors que le contrat de Nico Rosberg chez Mercedes expire à la fin de la saison 2016, le pilote allemand s'est assuré les services de Gerhard Berger afin de l'aider à négocier une éventuelle prolongation avec la marque à l'étoile. L'Autrichien s'en explique à Monaco.

"Les choses sont assez simples: je connais Nico depuis qu'il est enfant et j'ai couru contre père Keke pendant des années. La semaine dernière, ils m'ont contacté pour savoir si je pouvais leur faire une faveur et négocier le nouveau contrat de Nico, afin qu'il puisse se concentrer totalement sur le championnat. J'ai répondu 'Bien sûr!' C'est une sorte de retour à l'envoyeur."

Alors que Rosberg pointe en tête du championnat et que Mercedes est toujours la référence, la logique voudrait qu'ils continuent ensemble, même si des rumeurs concernant Ferrari sont apparues.

"Je pense que chacun comprend la position de l'autre: Mercedes veut conserver Nico et Nico veut rester chez Mercedes. Mais bien sûr, il va falloir se pencher sur les détails et fixer le cadre. Pour être honnête, je serais très surpris que nous commencions des négociations avec une autre équipe. Mais on ne sait jamais. Clairement Mercedes est la piste que nous privilégions."

Alors que lors du Grand Prix d'Espagne, Dieter Zetsche, le président de Daimler, avait annoncé que Rosberg avait un contrat chez Mercedes pour l'an prochain, il semblerait que les négociations n'aient pas encore commencé.

"Je pense que la question principale est de savoir quand les négociations commenceront. Laissons passer Monaco, puis nous nous réunirons autour d'une table."
source: Nextgen-Auto.com

Les objectifs des nouveaux pneus Pirelli pour 2017
Pirelli a présenté hier à Monaco la nouvelle dimension de ses pneumatiques 2017. Il s'agit d'une évolution technique d'importance qui aura un effet direct sur l'équilibre et l'esthétique des monoplaces engagées l'année prochaine, la première figurant sur le contrat de trois ans pour la fourniture des enveloppes de Formule 1.

Voici les éléments techniques majeurs ainsi que les points règlementaires relatifs à cette nouvelle génération de pneumatiques:

RÈGLEMENTS. En 2017 sera introduit un nouveau règlement technique, qui met notamment l'accent sur une augmentation de la charge aérodynamique. Afin de remplir l'objectif d'amélioration des chronos, et en corrélation avec cet accroissement des appuis, décision a été prise d'élargir les pneumatiques, avec des voies par conséquent plus larges.

OBJECTIFS. La Formule 1 souhaiterait, grâce à ces nouvelles règles, que les temps soient inférieurs de l'ordre de 5 secondes au tour. Une partie de ce gain devra être permis grâce aux meilleures performances offertes par les gommes, en courbes et à l'accélération.

LES NOUVELLES DIMENSIONS. Les nouvelles enveloppes sont 60 mm plus larges à l'avant, et de plus de 80 mm à l'arrière, soit une augmentation de 25% de la taille des produits 2017 par rapport aux actuels. Sont concernés les trois types de pneumatiques: slicks, intermédiaires et pluie.

ZONE DE CONTACT. La zone de contact (surface en contact avec le sol, à pression équivalente) sera optimisée grâce à sa dimension, mais également par sa forme.

TESTS. Pirelli a mis en avant la nécessité, auprès des teams et de la FIA, de modifier le règlement sportif relatif aux essais de pneumatiques car il faut que des tests des nouvelles gommes puissent se dérouler dès cette année, et a proposé et obtenu:

1. d'organiser des essais avec des monoplaces 2012, 2013 ou 2014 chaussées de pneumatiques aux dimensions actuelles, mais dotés d'éléments prototypes (construction et mélange) pour préparer 2017.

2. d'offrir un total de 25 jours de tests avec des voitures modifiées utilisant des pneumatiques prototypes aux dimensions 2017.

CALENDRIER. Des essais avec des monoplaces 2012, 2013 ou 2014 équipées de gommes aux dimensions actuelles ont d'ores et déjà été organisés au mois de mai et se poursuivront tout au long de l'été, conformément à un accord conclu avec les teams. Les tests avec les enveloppes au format 2017 débuteront quant à eux au début du mois d'août, respectant un programme défini avec les écuries participantes: Ferrari, Red Bull et Mercedes.
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Renault prolonge avec Red Bull et fournira de nouveau Toro Rosso
Renault Sport Racing et Red Bull Racing ont confirmé, sans surprise, la prolongation de leur partenariat actuel portant sur la fourniture de groupes propulseurs, actuellement badgés TAG Heuer, pour les saisons 2017 et 2018.

Renault Sport Racing renouera également sa relation avec Scuderia Toro Rosso en 2017 et en 2018.

Durant cette période, tant Red Bull Racing que Scuderia Toro Rosso bénéficieront du groupe propulseur V6 Turbo Renault tout en ayant l'opportunité de le badger selon leurs souhaits.

Le partenariat entre Renault et Red Bull Racing deviendra alors l'une des relations châssis-moteur les plus longues et fructueuses en F1. Formé en 2007, le duo a depuis remporté quatre titres mondiaux chez les constructeurs et chez les pilotes, ainsi que 51 victoires.

Scuderia Toro Rosso et Renault étaient partenaires en 2014 et en 2015.

"Nous sommes très heureux de nous associer avec deux équipes aussi fortes que Red Bull Racing et Scuderia Toro Rosso. Avoir des partenaires compétitifs démontre la confiance que ces deux teams accordent au groupe propulseur amélioré de Renault et à notre organisation dans son ensemble", commente Jérôme Stoll, Président de Renault Sport Racing.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - Je veux prouver que je peux le faire avec Ferrari
Sebastian Vettel a pris le relais de Fernando Alonso chez Ferrari et le pilote allemand s'est donné pour mission de réussir là où Ferrari et l'Espagnol ont échoué ensemble: décrocher le titre mondial.

Si la Scuderia est incontestablement plus proche de Mercedes cette année, il semble encore lui manquer quelques dixièmes pour inverser la tendance. Et la pression s'est faite naturellement plus grande de la part de l'Italie et du président, Sergio Marchionne.

"Cette pression d'être chez Ferrari, je savais qu'elle serait là au quotidien en signant. Nous savons tous que cette écurie est spéciale. C'est ce qui en fait sa force. Je me sens honoré d'y participer. Je suis très fier de désormais faire partie de son histoire. Et je le serais encore plus si j'arrivais à gagner un ou plusieurs titres mondiaux au volant d'une voiture de la Scuderia", relativise Vettel dans une interview pour le journal 'L'Equipe'.

"Chez Red Bull, n'oubliez pas que j'avais le docteur Marko. Et il n'était pas mauvais pour vous mettre une sacrée pression! (...) Vivre avec les journalistes italiens est différent de ce que je vivais chez Red Bull, c'est vrai. Ferrari n'est pas qu'un constructeur, c'est un état d'esprit, une façon de vivre. On ne peut pas se passer de parler au quotidien de la Scuderia. Même lorsque cela va mal, on renforce la légende de cette équipe."

A Barcelone comme à Monaco, Red Bull semble avoir pris l'ascendant sur Ferrari...

"Nous nous sommes rapprochés des Mercedes. Je regarde toujours devant. Et ce sont les Mercedes que je vois. À Barcelone, notre mauvais samedi explique nos difficultés en course du dimanche. Mais nous avons tout de même nos deux voitures sur le podium. En termes de vitesse pure, nous sommes devant les Red Bull et pas loin des Mercedes."

"Nous ne sommes pas encore arrivés à vivre un week-end parfait. Il y a toujours un problème moteur, un pépin mécanique, une mauvaise stratégie au mauvais moment, un accrochage. Il reste beaucoup de courses pour prouver mes dires. C'est une question de temps."

Le titre mondial semble toutefois encore promis à Mercedes cette année. Lewis Hamilton pourrait devenir quadruple Champion du monde, comme Vettel.

"Cela peut sans doute plus déranger Alain Prost car il ne pilote plus. Moi, je suis encore en F1, et je peux encore gagner. Voilà deux ans que le titre m'échappe mais la motivation grandit. Comme l'appétit. J'ai prouvé que je pouvais être Champion du monde. Je veux maintenant prouver que je peux le faire avec Ferrari."

"De son côté Rosberg, Nico est plutôt bien parti", admet-il. "S'il continue ainsi, avec l'écart qu'il a creusé, cela pourrait marcher pour lui. Mais la raison pour laquelle nous montons dans la voiture le dimanche, c'est que rien n'est jamais écrit. La preuve avec Max Verstappen à Barcelone. On peut gagner."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli - En théorie, deux arrêts seraient plus rapides
Le pilote Red Bull Daniel Ricciardo décroche au Grand Prix de Monaco sa première pole position en Formule 1, chaussé des nouveaux pneumatiques P Zero Violet ultra-tendres qui se sont révélés plus d'une demi-seconde plus rapides au tour que les P Zero Rouge super-tendres.

Ils ont ainsi naturellement été le choix par défaut en qualifications, utilisés du début à la fin par les concurrents, à l'exception de Force India qui utilisa les super-tendres en Q1 et en Q3, ainsi que Ricciardo qui signa son meilleur chrono en Q2 avec ce mélange, dont il disposera au départ de la course. La pole de l'Australien, en 1m13.622s, fut près d'une seconde et demie plus rapide que la référence établie l'an passé, et lui permet par la même occasion de battre le record de la piste.

Cette dernière ayant été ouverte à la circulation à la suite des essais libres, jeudi, et après l'épreuve de GP2, vendredi, l'évolution traditionnelle des conditions au cours d'un week-end ne se vérifie jamais à Monaco. La dernière séance libre organisée samedi matin a donc été déterminante pour jauger le grip disponible avant les qualifications. Les températures du circuit ont atteint jusqu'à 48°C, soit les valeurs les plus élevées observées ce week-end.

Comme c'est souvent le cas à Monaco, les qualifications ont été interrompues à cause de divers incidents, et tout déploiement de la voiture de sécurité, en course, aura une influence sur la stratégie, et donc sur le résultat final.

"Monaco nous a comme toujours offert une qualification des plus excitantes. Les pilotes en connaissent son importance tant il est difficile de doubler ici", observe Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport.

"Cette épreuve est traditionnellement marquée par des stratégies à un arrêt aux stands, et pourtant. Désormais que nous avons introduit les pneumatiques ultra-tendres, deux pit-stops se révèlent être en effet l'option la plus efficace. La théorie ne se vérifie cependant pas toujours en pratique et il sera intéressant d'observer les solutions privilégiées par chacun. L'usure et la dégradation ont été très contenues, jeudi, même avec l'ultra-tendre, et avec le roulage réalisé samedi avec ce mélange, les teams sauront désormais comment réduire davantage ces phénomènes."

Les observations menées sur les pneumatiques:

Tendres: Absents des qualifications.

Super-tendres: Chaussés par Force India en Q1 et en Q3, ainsi que par Ricciardo en Q2. Ce mélange pourrait être une alternative pour ceux qui souhaiteront allonger leur premier relais.

Ultra-tendres: Plébiscités car offrant les meilleures performances jamais vues à Monaco.

Stratégies de course: Deux arrêts aux stands représentent, théoriquement, l'option la plus efficace à Monaco, mais cela ne tient pas compte du trafic et des dépassements, deux des challenges les plus difficiles à relever en Principauté. Un seul et unique pit-stop devrait donc être la norme. Le schéma idéal consistant à débuter en "ultrasoft", avant de basculer sur les "soft" au 18ème tour. Si l'on s'arrête à deux reprises, on privilégiera en revanche une combinaison ultra-tendres / ultra-tendres / tendres avec arrêts aux 14ème et 28ème tours.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez le solde de points restant sur le permis de chaque pilote et l'historique des pénalités!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.