En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 1999 » Grand Prix d'Espagne » Conférence de presse

Grand Prix d'Espagne

Catalogne - Conférence de presse

Dimanche 30 Mai 1999
16h35
M. Häkkinen (McLaren)
1 Mika Häkkinen
(McLaren MP4/14-Mercedes)
en 1h34'13"665
D. Coulthard (McLaren)
2 David Coulthard
(McLaren MP4/14-Mercedes)
à 0'06"238
M. Schumacher (Ferrari)
3 Michael Schumacher
(Ferrari F399)
à 0'10"845

Les interviews d'après course

A-
A
A+
Question: Mika, la course a semblée facile pour vous aujourd'hui. Etait-elle aussi facile que cela?
Mika Häkkinen: Non, évidemment pas. Je sais que ce n'est jamais facile, bien que parfois ca y ressemble. Mais vous avez besoin d'énormément de concentration dans une course, particulièrement quand vous êtes en tête. J'ai creusé un grand écart par rapport à David et à Michael, et cela a rendu difficile de maintenir la concentration au maximum de toute manière. J'ai dû également faire attention avec les retardataires et parfois également avec de l'huile sur la piste. Des choses peuvent se produire à tout moment dans une course, et quand vous êtes en tête vous devez redoubler de concentration. Autrement, ça a été une course fantastique.

Q: Etiez-vous près de conduire à 100% de la voiture?
MH: J'étais toujours à 100%.

Q: En terme de vitesse?
MH: En outre...

Q: David, un bon départ vous a propulsé en 2ème place au premier virage et vous suiviez Mika. Mais vous sembliez plus lent dans le deuxième secteur. Y avait-il quelque chose qui se passait mal?
David Coulthard: Quand j'étais toujours avec mon premier train de pneus j'ai eu un peu de survirage, ainsi j'ai appelé par la radio pour dire à mon équipe d'ajuster les pressions pour mon deuxième train. Malheureusement, cela m'a donné du sous-virage dans les grandes courbes tandis que j'avais toujours du survirage dans les virages plus lents. Evidemment je pouvais voir que Michael poussait fort, et j'ai encore eu beaucoup de trafic. Chaque fois que je remontais derrière un groupe de voitures je perdais au moins une seconde au tour, ce qui a aidé Michael à revenir. Néanmoins, nous sommes parvenus à rester devant Michael. Alors sur le dernier train de pneus l'équilibre était bien mieux après un autre ajustement.

Q: Les retardataires vous ont-ils autant géné qu'à Imola?
DC: Non, ca ne pouvait pas être pire. J'ai juste passé plus d'un tour derrière Damon avant qu'il ne s'écarte.

Q: Michael, à Monaco il s'est avéré que vous avez gagné la course dans les 50 premiers mètres alors qu'ici vous la perdez dans les 50 premiers mètres. Que s'est-il passé à ce moment?
Michael Schumacher: En fait j'ai pris tout à fait un bon départ. Mais alors je me suis trouvé bloqué entre Eddie et David et je ne pouvais aller nulle part pour les passer. J'ai réellement dû freiner, pour éviter de leur rentrer dedans. Cela a donné à Villeneuve la chance de me passer. J'aurais pu le dépasser dans les 5 premiers tours, mais cela aurait impliqué beaucoup trop de risques. J'ai pensé: "Ne le fais pas, attends la suite des évènements". Alors la course a commencé à devenir intéressante, parce que j'étais seulement 15 secondes derrière David et je pouvais le rattraper avant le deuxième arrêt. Malheureusement je suis entré en même temps qu'une Arrows et j'ai perdu du temps. Je suis donc ressorti derrière David. Néanmoins, nous avons eu une bonne course et j'ai obtenu quatre points utiles pour le championnat.

Q: Michael, après la course vous avez passé un long temps dans le parc fermé en examinant la partie arrière de la McLaren. Que recherchiez-vous?
MH: Il voulait voir à quelle point elle était belle (rires...). Et je ne suis pas étonné!
MS: Evidemment ces types ont une bonne voiture, et vous voulez toujours regarder tout ce qui pourrait être intéressant. Vous trouvez toujours quelque chose d'intéressant. J'étais juste en train de regarder des détails...

Q: Mika, la prochaine course est au Canada, sur un circuit artificiel comme Melbourne. Comment évaluez-vous vos chances?
MH: Bien, notre voiture n'est certainement pas encore à sa performance optimale. Nous avons toujours beaucoup de travail à faire, pour la rendre plus rapide. Les ingénieurs travaillent très dur, ils étudient étroitement toutes les données des essais et des courses, et il y a beaucoup de choses à venir, pour le châssis et le moteur. Je crois qu'ils trouveront, et bien que cela puisse prendre un moment, nous allons y arriver. Nous verrons ce qui se produit. Mais beaucoup de choses vont venir, je le garantis.
source: DailyF1.com
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.