En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 15 Juin 2016

Fernando Alonso aime déjà le circuit de Bakou
Arrivé hors des points à Montréal, Fernando Alonso ne préfère pas épiloguer et compte plutôt profiter de la découverte d'un nouveau circuit, celui de Bakou, dont il est l'ambassadeur. Un circuit qui, selon lui, devrait impressionner pilotes et observateurs par son caractère rapide et urbain.

"J'ai vraiment hâte de rouler à Bakou" explique Alonso. "Grâce à mon rôle d'ambassadeur, j'ai déjà vu les plans en détail et j'ai assisté à la naissance du circuit lors des derniers mois. Le tracé est un mélange impressionnant de l'intensité d'un circuit en ville, avec ses rues étroites, et d'un circuit plus traditionnel sur lequel on rencontre des occasions de dépasser et des vitesses élevées. C'est un bon équilibre entre ces deux mondes, il est bien plus rapide que les autres circuits en ville."

"Je suis enthousiaste à l'idée de ce défi et j'ai hâte de voir ce qu'il nous donnera la possibilité d'accomplir, tout ça nous est inconnu. J'ai déjà roulé sur la piste dans le simulateur et beaucoup de choses la rendent unique, à commencer par ces murs médiévaux à l'aplomb de l'asphalte fraîchement posé, des virages à sens anti-horaire et des dégagements quasi inexistants. Ce sont les ingrédients pour une course intense."

"En voyant le travail de développement à Bakou, maintenant que le circuit est quasiment terminé, il est clair que les organisateurs ont investi beaucoup de leur temps et de leurs ressources dans les infrastructures qui bordent la piste, et ça en fera un événement très important à l'échelle du pays. Il y a beaucoup de fans qui l'attendent depuis longtemps et j'ai hâte qu'ils voient cette course et que l'on puisse toucher un public que l'on ne connaît pas encore" poursuit-il.

L'Espagnol se désole un peu de la tournure prise par la course précédente au Canada, tout au long de laquelle la MP4-31 ne s'est pas montrée sous son meilleur jour et a atteint certaines de ses limites.

"Le week-end canadien avait bien commencé, mais en course notre rythme était moins bon que celui de nos adversaires. C'était difficile de maintenir les pneus en température et ils n'avaient pas les performances voulues, ce qui nous a amené à nous faire décrocher. Certaines caractéristiques du circuit de Bakou sont identiques et bien que ce soit un circuit en ville, il sera très exigeant pour les châssis et les moteurs. Nous aborderons la course comme d'habitude, en essayant de progresser à chaque séance d'essais."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton en pleine confiance avant Bakou
Lewis Hamilton aborde le Grand Prix d'Europe à Bakou en confiance, relancé au championnat après deux victoires successives à Monaco et à Montréal, ses premières depuis l'obtention de son titre mondial à Austin en 2015.

Le Britannique se rend donc sur cette toute nouvelle étape du calendrier de la Formule 1 en pleine forme.

"Le dernier week-end à Montréal a vraiment été positif pour moi: je me suis senti fort le vendredi, j'ai décroché la pole le samedi et j'étais sur une autre planète lors de la course le dimanche", lance Hamilton.

"L'équilibre était parfait, la voiture était performante quand j'en avais besoin. C'est tout ce qu'un pilote peut souhaiter."

"Après les 5 premières courses, je n'aurais jamais pu prédire que ma remontée puisse se faire aussi rapidement dans la bataille pour le titre. Mais tout se passe de mieux en mieux sur ma voiture au sein du garage, et nous retrouvons notre vraie force, notre unité, après des résultats qui n'ont pas été parfaits parce que les choses n'ont pas été parfaites."

"Tout ceci permet de redonner de la confiance à tout le monde, notamment aux personnes qui s'occupent de moi, dans mon garage. Gagner, c'est notre vie, nous travaillons tous les jours pour ça et quand nous allons nous coucher nous en rêvons."

"Bien entendu, il nous reste encore un très long chemin à parcourir cette saison, il y a encore du travail à faire. Mais, comme je l'ai déjà dit, il n'y a jamais eu de doutes dans mon esprit quant à mes capacités et celles de mon équipe à bien faire. J'ai démontré que j'étais toujours aussi concentré sur mon pilotage. Alors je suis maintenant impatient d'être à Bakou, de découvrir un nouveau pays et de voir ce que nous pourrons faire sur cette piste."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat et Sainz ont hâte de rouler dans les rues de Bakou
Comme tout le paddock, l'équipe Toro Rosso s'apprête à découvrir le circuit de Bakou. Un circuit en ville différent du profil urbain habituel puisqu'il sera constitué essentiellement de longues lignes droites, pas forcément idéales pour le moteur Ferrari de 2015 qui équipe la STR11.

"C'est toujours intéressant de découvrir une destination nouvelle", déclare Daniil Kvyat. "Comme tout circuit en ville, il réclamera beaucoup de travail sur les pédales et la direction. Il faut trouver les 'trucs' dans notre style de conduite car le pilote a plus de liberté pour passer les virages, avec plusieurs trajectoires. J'ai testé le circuit dans le simulateur, ça me donne une idée globale de ce à quoi je dois m'attendre et ça aide aussi les ingénieurs à établir des réglages de base, mais rien ne remplace l'expérience sur la piste."

"Concernant ce circuit, ce qui impressionne le plus quand on regarde le tracé est cette longue ligne droite qui va du virage 16 au premier virage. En début de tour, on aborde quatre virages successifs à angle droit et après, ça devient très intéressant: on va dans le centre historique de la ville pour ce qui semble être une portion très étroit où il faudra être très précis. C'est également rapide entre les virages 13 et 15 et je pense que le freinage dans ce dernier sera délicat. On prend le virage 16 à 90 degrés et après, on ne freine plus jusqu'à atteindre le premier virage de nouveau. Ce circuit me rappelle un peu le circuit urbain de Valence et ce sera un grand défi pour lequel je suis prêt! J'espère y voir beaucoup de supporters russes afin d'avoir la foule derrière moi."

Comme son équipier, Carlos Sainz a hâte de découvrir le circuit de ses yeux, bien qu'il ne sache pas trop ce qu'il en sera: "J'ai piloté sur ce circuit plusieurs fois dans le simulateur mais c'est toujours plus incroyable de le vivre en vrai. Les premiers virages sont à angle droit, mais c'est après que ça devient très intéressant. Ça me rappelle le circuit de Macao, surtout entre les virages 7 et 12 qui sont un enchaînement serré, mais aussi par sa longue ligne droite. La vitesse de pointe sera l'une des plus élevées de la saison. Je pense que le virage 15 sera difficile au niveau du freinage. J'espère que ce sera aussi bien qu'à Macao, que je considère comme l'un des meilleurs circuits."
source: Nextgen-Auto.com

Kaltenborn a perçu les progrès d'Ericsson chez Sauber
La directrice de l'équipe Sauber, Monisha Kaltenborn, estime avoir perçu un vrai progrès de la part de Marcus Ericsson lors des dernières courses.

Le Suédois, qui était régulièrement dominé par Felipe Nasr l'an dernier, commence à prendre l'avantage sur le Brésilien, au point que ce dernier pensait avoir des problèmes avec son châssis.

L'équipe suisse a analysé ce dernier et n'y a trouvé aucun problème.

"Marcus fait de bonnes courses, de plus en plus souvent. C'est une bonne chose. Il réussit aussi de bons dépassements en piste. Il progresse vraiment, il est plus constant, c'est une certitude. Il reste des choses à travailler et à améliorer mais il le sait. Il travaille sur lui-même", confie Kaltenborn.

"Tout cela est important pour la motivation de l'équipe qui n'est pas à son vrai niveau depuis deux ans. Il est essentiel que les pilotes soient au meilleur de leur forme pour tirer le maximum de ce que les ingénieurs et les mécaniciens leur donnent."

"Nous avons aussi du travail pour améliorer les choses mais tout le monde a constaté que Marcus a fait de grands progrès."
source: Nextgen-Auto.com

Transferts - Pérez flatté d'être lié à Ferrari
Sergio Pérez a été récemment lié à Ferrari dans les rumeurs sur le marché des transferts. Le Mexicain est évidemment flatté mais il ne veut pas s'enflammer et reste concentré sur son travail chez Force India.

"Si je réussis à rejoindre un top team, ce serait une grande opportunité pour moi. J'espère vraiment que cela arrivera dans un avenir proche parce que je souhaite disposer un jour d'une voiture capable de gagner un Grand Prix", déclare Pérez.

"Mais la chose la plus importante pour moi est de me concentrer sur le présent, de continuer à faire mon travail de la meilleure des façons. Nous avons une bonne voiture chez Force India même si les podiums ne sont guère envisageables à la régulière pour le moment. Nous voulons continuer à progresser et nous aimerions battre Williams. Cela reste un objectif ambitieux."

Bob Fernley, le patron de Force India, a déjà prévenu que Ferrari ne mettrait pas facilement la main sur le Mexicain, qui est un grand atout pour l'équipe de Silverstone, autant d'un point de vue sportif que commercial.

"Ces rumeurs sont flatteuses pour Sergio, il suscite l'intérêt mais, même si je ne veux pas aller dans le détail des contrats, je pense que nous aurons encore le même duo en 2017. Je ne suis pas inquiet", précise-t-il aujourd'hui à 'Autosport'.

La stabilité de notre duo Nico / Sergio ces deux dernières années nous a énormément aidés et ce serait bien d'avoir le même duo pour le nouveau châssis de 2017. Nous avons deux très bons pilotes qui travaillent très bien ensemble, alors pourquoi changer?
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone prudent concernant Las Vegas
Le promoteur du projet de Grand Prix de F1 à Las Vegas indiquait la semaine dernière être particulièrement confiant quant à l'organisation de cette course dans un avenir proche, grâce à l'arrivée d'investisseurs chinois déjà présents dans le Nevada.

Cette nouvelle aurait dû réjouir Bernie Ecclestone mais ce dernier tient à relativiser lorsqu'il est interrogé sur ce sujet.

"Les Américains parlent beaucoup mais lorsqu'il faut vraiment signer des contrats, rien ne se passe", dit-il, en référence à ce qui s'est passé ces dernières années avec le New Jersey.

Ecclestone se veut en revanche plus rassurant pour l'Allemagne.

"Je peux maintenant imaginer qu'il y ait une course là-bas en 2017", indique le Britannique, signifiant que Hockenheim ou le Nürburgring sont prêts à faire une proposition. Il ne restait en effet qu'une édition au contrat (pour Hockenheim en 2018) du GP d'Allemagne.

Selon la presse allemande, Ecclestone serait prêt à être le promoteur de ce Grand Prix.

Enfin concernant l'Argentine, "l'argent n'est pas encore là" et l'Afrique du Sud, "ce serait bien mais Kyalami est un circuit trop petit pour nous."
source: Nextgen-Auto.com

Prost n'est pas surpris par les problèmes de Haas
Haas F1 avait parfaitement débuté la saison, en tant que toute nouvelle équipe arrivant dans la catégorie reine. Une 6ème place pour Romain Grosjean en Australie puis une 5ème à Bahreïn laissait augurer d'une première année exceptionnelle.

Mais l'équipe est depuis rentrée dans le rang, ce qui n'étonne pas vraiment Alain Prost, qui considère que l'équipe américaine, qui s'appuie au maximum sur les pièces de Ferrari, n'est pas une "véritable" équipe de F1.

"Je ne sais pas comment les situer. L'équipe est américaine mais la base est un peu partout, donc je pense qu'il faut être un peu pragmatique, honnête et réaliste", confie-t-il à 'Canal +'.

"La base, c'est un partenariat avec Ferrari, et c'est Dallara qui est derrière et qui construit la voiture. Ce n'est donc pas une vraie équipe qui peut construire tout. C'est donc normal qu'ils aient été très bien au début, parce qu'en début de saison les autres équipes n'étaient pas tout à fait prêtes, mais les grosses équipes qui développement beaucoup auront toujours l'avantage."

"Je pense donc qu'il faut laisser cette équipe tranquille, travailler un peu. Je pense qu'ils vont être dans le ventre mou pendant pas mal de temps, et après il faut savoir s'organiser ou se réorganiser pour pouvoir développer, et ce n'est peut-être que dans un an ou deux que nous verrons quel potentiel ils ont. Mais pour l'instant, à la régulière, je ne pense pas qu'ils peuvent faire beaucoup mieux que viser la dixième ou la douzième place, mais ce n'est que mon avis."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg - Chaque détail sera susceptible de faire la différence
Parti de la 2ème place au Canada et prêt à dépasser son coéquipier Lewis Hamilton dès le départ, Nico Rosberg avait finalement vu sa manœuvre échouer. Obligé de court-circuiter le deuxième virage, l'Allemand avait alors repris la piste aux alentours de la 10ème position et dû se contenter de la 5ème place à l'issue du Grand Prix.

"La course de Montréal ne s'est malheureusement pas déroulée comme prévu. Mais ce sont des choses qui arrivent quand on repousse les limites, et je ne changerai pas d'approche ni ne commencerai à céder. Je me bats pour remporter ce championnat, pas pour me contenter d'être deuxième."

Et à peine une semaine plus tard, c'est en Azerbaïdjan que la Formule 1 déposera ses bagages.

"Nous nous rendons maintenant à Bakou, et ce sera un immense défi: c'est un circuit complètement nouveau et tracé au beau milieu de la ville, ce qui le rend encore plus difficile. J'ai évidemment un peu travaillé dans le simulateur afin d'avoir un premier aperçu de ce à quoi je devrai m'attendre et apprendre le tracé."

"Ferrari et Red Bull sont maintenant très proches de notre rythme, alors chaque minuscule détail que nous pourrons améliorer ce week-end sera susceptible de faire la différence. Je suis impatient de me rendre en piste et d'apprendre à connaître le circuit comme la ville et, avec un peu de chance, de reprendre la main après quelques courses compliquées."
source: Nextgen-Auto.com

Nasr - Mon premier choix reste Sauber
Alors que Sauber lutte toujours pour sa survie en Formule 1, ses pilotes Marcus Ericsson et Felipe Nasr s'étaient accrochés à Monaco suite à une manœuvre un peu trop optimiste du Suédois. Si l'affaire a été réglée en interne, il n'en fallait pas plus pour que certaines rumeurs annoncent une séparation définitive entre Sauber et Nasr, qui n'avait pas respecté une consigne de l'équipe. Cependant, le Brésilien tempère.

"Mon premier choix reste Sauber, évidemment. J'ai un contrat avec l'équipe jusqu'à la fin de l'année. Je dois prendre mes options en considérations pour voir ce qu'il est possible de faire, mais je ne peux pas exclure Sauber."

Mais après l'affaire de Monaco, il se dit que les relations entre Nasr et Ericsson sont au point mort et que la directrice de l'écurie, Monisha Kaltenborn, est également mécontente. De son côté, Nasr avait indiqué avoir "plus d'une option" pour 2017.
source: Nextgen-Auto.com

Le Brésil en grande difficulté économique
Le Brésil subit une grave crise économique et l'organisation des Jeux Olympiques de Rio cet été n'arrange rien aux finances de l'état.

Cette situation menace directement l'avenir du Grand Prix du Brésil, qui risque de ne pas pouvoir financer les travaux exigés par Bernie Ecclestone sans le soutien du pays et de la ville de São Paulo.

Le président de la FOM a confirmé que le Grand Prix de cette année "pourrait être le dernier" si les promesses de modernisation du circuit ne sont pas tenues.

Ecclestone serait déjà en discussions avec l'Argentine pour remplacer le Brésil, au cas où, mais il pourrait s'agir d'un simple moyen de pression dans les négociations, comme il en a l'habitude.

Les organisateurs du Grand Prix ont en effet tenu à rassurer: leur course est assurée jusqu'en 2020 selon eux.
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen espère parler contrat rapidement
Après avoir perdu sa place de titulaire puis de pilote de réserve chez McLaren, Kevin Magnussen a pu cette année retrouver un baquet en Formule 1 avec le retour de Renault. Et même si le constructeur français est à la peine en 2016, le Danois de 23 ans espère continuer à faire partie de l'aventure.

"J'espère que les négociations ne démarreront pas trop tard dans la saison", déclare ainsi Magnussen au journal danois 'Ekstra Bladet'. "J'ai horreur de ça. Espérons que nous entamerons les discussions le plus tôt possible."

"Au bout du compte, ce n'est pas de mon ressort. Je suis très heureux d'être là avec Renault, et j'aimerais continuer à faire partie de ce projet. Je ne peux pas dire tellement plus."

Selon 'Ekstra Bladet', Magnussen a signé un contrat d'un an avec Renault mais disposerait d'une option pour 2017.
source: Nextgen-Auto.com

Réactions mitigées à l'approche du Grand Prix d'Azerbaïdjan
Cette semaine, la Formule 1 s'apprête à débarquer pour la première fois de son histoire en Azerbaïdjan pour traverser pied au plancher sa capitale, Bakou. Le tracé propose en effet une très longue ligne droite et une petite excursion dans les ruelles étroites de la vieille ville, et si certains pilotes semblent s'extasier à l'idée de découvrir le circuit, d'autres comme Lewis Hamilton paraissent pour l'instant moins convaincus.

"Bakou, un circuit urbain? On peut qualifier Monaco de circuit urbain. La piste de Bakou est tellement large en certains endroits... je ne sais pas pourquoi ils dessinent des circuits comme ça. Mais j'espère en tout cas que ce sera palpitant!"

De son côté, Sebastian Vettel a eu l'occasion d'essayer virtuellement le tracé dans le simulateur: "il me semble y avoir quelques parties intéressantes et d'autres plus simples. En tout cas, il fera plus chaud qu'au Canada!"

Si Bakou "fait un peu penser à Valence" selon Daniil Kvyat, Felipe Massa estime que les moteurs les plus puissants tireront leur épingle du jeu puisqu'on s'attend à voir de très hautes vitesse de pointe, et que "c'est un peu comme Sotchi, mais avec une section très étroite."

Et évidemment, Red Bull ne s'attend pas à être à la fête puisque l'écurie a calculé qu'elle perdrait "1,2 seconde au tour sur la ligne droite principale."
source: Nextgen-Auto.com

Marko - Nouveau règlement, Red Bull à l'avant
Récemment, Helmut Marko déclarait que Red Bull s'était attachée les services de Daniel Ricciardo au moins jusqu'en 2018. Persuadé de la qualité du tandem formé avec Max Verstappen, le consultant au sport automobile estime aujourd'hui que son écurie s'est préparée au mieux pour 2017 et son changement de règlementation.

"À chaque fois que les règlements ont été bouleversés, Red Bull a pu se battre a l'avant", a déclaré Marko au magazine allemand 'Sport Bild'. "Grâce aux changements de règles, aux performances en hausse de Renault et tout particulièrement à nos pilotes, nous serons les principaux concurrents de Mercedes en 2017."

Alors que l'écurie allemande peut compter sur deux pilotes de haute volée avec son triple Champion du monde Lewis Hamilton et l'actuel leader du championnat Nico Rosberg, Marko estime que son duo est encore plus prometteur: "je dis simplement que Ricciardo et Verstappen feront encore mieux. Ils sont tous deux capables de décrocher le titre mondial ces deux prochaines années."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton est surpris de l'évolution du championnat
Mal engagée, la saison de Lewis Hamilton a pris son envol depuis Monaco et l'Anglais a enchaîné deux victoires tout en voyant Nico Rosberg terminer à de modestes septième et cinquième places. De 43 points de retard au soir de Barcelone, Hamilton est revenu à 9 points de son équipier et voit ses espoirs de titres revivre.

"Je n'aurais jamais pu l'envisager. Si j'avais dû parier, je n'aurais jamais misé là-dessus" plaisante-t-il. "Je pensais que Monaco serait un résultat unique, mais ce n'est pas le cas et j'ai encore fait une course solide au Canada. Le départ a été difficile, on part premier et deuxième et on termine premier et cinquième. Je sais à quel point les gars travaillent dur pour que l'on puisse signer des doublés, donc je me sens un peu mal pour ça car on a déjà signé des doublés et ça permet que chaque côté du garage célèbre la course. C'est positif au niveau du classement mais je sais que Nico ne va rien lâcher."

"Je vais continuer à essayer de sortir le maximum de la voiture tant que je le peux, et je pense qu'elle va rester aussi forte. Nous serons solides course après course. Il y a encore des choses à revoir comme les départs, quand on aura travaillé dessus on espère faire les résultats escomptés."

La saison n'en est toutefois qu'à son tiers puisqu'il reste quatorze courses, et Hamilton ne se voile pas la face: la route est longue avant de penser à un quatrième titre.

"Je suis conscient que c'est bien trop tôt pour y penser. Je n'ai douté à aucun moment de ma vitesse cette saison, ou de ce que je peux faire dans la voiture, pas un instant, mais on ne sait jamais ce qu'il peut se passer. Nous avons rencontré problème après problème, je ne m'attendais pas à un bon résultat à Monaco et pourtant j'ai gagné là-bas et j'ai fait la pole à Montréal. J'étais dans un bon rythme aux essais mais la voiture était phénoménale en course, très très rapide. J'avais de la vitesse quand je voulais et je me sentais bien à son volant" ajoute-t-il.

Hamilton sait aussi que sa fin de saison comportera au moins une grosse pénalité.

"J'ai toujours moins de moteur que Nico et je sais qu'à un moment je devrai en utiliser un 6ème et partir dernier. Cela jouera un grand rôle. L'équipe me dit qu'on pourrait réussir à rester à 5 moteurs en gérant au mieux mais cela dépendra des courses. A Montréal par exemple, sur la fin, j'ai vraiment pu économiser mon moteur."
source: Nextgen-Auto.com

Les quatre motoristes désormais très proches en performance
Mercedes, Ferrari, Renault et Honda: tel est l'ordre dans la hiérarchie des performances des moteurs. Mais cette hiérarchie s'est très nettement resserrée depuis le début de la saison selon le responsable de la performance de Williams.

Rob Smedley affirme en effet que la Formule 1 est déjà proche d'une équivalence entre les 4 motoristes.

"En qualifications, il n'y a plus beaucoup de différences entre les moteurs. C'est devenu particulièrement évident au Canada, un circuit de moteurs. Il suffit de constater que les vitesses de pointe sont très similaires, que ce soit avec ou sans DRS. Les écarts des deux années précédentes n'existent plus", explique-t-il.

"Aujourd'hui, toutes les meilleures voitures sont presque une égalité dans ce domaine. Tout le monde a rattrapé son retard même si Honda a encore un peu plus de travail que les autres. Mais il ne faut pas oublier qu'ils sont arrivés un an après les trois autres dans cette règlementation des V6 turbo."

"Ils ont encore un déficit de puissance mais pas autant que les gens peuvent l'imaginer. Il est certain que Mercedes, Ferrari et Renault sont maintenant à un niveau très similaire."
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene - Ferrari progresse mais ce n'est pas suffisant
Les progrès de Ferrari lors du dernier Grand Prix sont évidents mais ils ne sont toujours pas assez satisfaisants pour le directeur de la Scuderia, Maurizio Arrivabene.

Seule la victoire compte pour l'Italien et ce résultat n'est toujours pas arrivé depuis le début de la saison.

"Nous devons rester humbles parce que nous sommes conscients de notre position. L'équipe a bien réagi depuis Barcelone et a compris beaucoup de choses sur la voiture. Nous savons comment mieux exploiter les pneus, comment arriver plus rapidement à un meilleur réglage du châssis. Il nous reste un écart avec Mercedes à combler. Il n'est plus très grand mais ce n'est pas encore suffisant parce que nous voulons gagner", déclare Arrivabene.

La Scuderia devra confirmer qu'elle est sur le bon chemin ce week-end.

"Nous verrons à Bakou ce qui se passera mais il semble déjà clair que nous devons poursuivre sur la voie actuelle. Le travail de préparation de la voiture est bien meilleur. La base est bonne, le moteur a progressé, nous avons obtenu des réponses à nos interrogations."

Le moteur est-il maintenant au niveau de celui de Mercedes?

"Pour pouvoir le dire il faudrait gagner. C'est seulement quand nous le ferons que nous pourrons le dire. Pour l'instant il faut travailler. La déception était de mise à l'arrivée de la course à Montréal mais, à tête reposée, nous devons être heureux des progrès enregistrés."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull s'attend à perdre plus d'une seconde sur la ligne droite de Bakou
Red Bull ne s'attend pas à être au niveau de Mercedes sur le circuit de Bakou, la faute à la longue ligne droite de 2 kilomètres, inhabituelle pour un circuit urbain.

Même si le moteur Renault a progressé, Helmut Marko estime que sur cette seule ligne droite, son équipe perdra plus d'une seconde par rapport aux Mercedes.

"La très longue ligne droite de Bakou ne va pas nous aider. Nos simulations informatiques indiquent nous allons y perdre 1 seconde et deux dixièmes au tour. Même si notre châssis est excellent, cela sera presque impossible à rattraper dans les virages", déclare le consultant au sport automobile de Red Bull.

"Sur ce circuit, nous espérons au mieux être au niveau des Ferrari, à la chasse derrière les Mercedes."

Daniel Ricciardo et Max Verstappen essaieront de compenser le manque de puissance du moteur Renault en roulant avec des ailerons légèrement moins braqués.
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Mercedes a raison de laisser ses pilotes se battre
Red Bull Racing voulait éviter d'y avoir recours, mais elle a fini par appliquer des consignes d'équipe dans son histoire, entre Sebastian Vettel et Mark Webber. Cependant, son patron, Christian Horner, pense que Mercedes a raison de laisser ses pilotes se battre comme Toto Wolff le permet depuis 2014.

"Pour moi, leur dernière touchette à Montréal au départ, c'était un incident de course. C'était musclé mais cela ne nécessitait pas de prendre des mesures", déclare Horner lorsqu'on lui demande s'il en parlerait aux pilotes à la place de Wolff.

"Ce sont juste deux pilotes que ne veulent pas laisser le moindre centimètre à leur équipier pour le championnat. Et c'est parfait ainsi. Je doute qu'ils pensent en équipiers une fois en course, ils se battent pour le même bout d'asphalte."

"Je ferais la même chose que Toto: je les laisserais se battre pour le titre. Ils sont en course tous les deux. A moins de condamner l'un d'eux à être pilote n°2, il faut les laisser se battre."

Horner a pourtant demandé à ses propres pilotes d'intervertir les positions en début de course, Ricciardo étant plus rapide que Verstappen.

"Il n'y a pas de problème. Max avait un peu plus de mal que Daniel avec ses pneus. Mais la voiture de sécurité virtuelle est intervenue et Max a pu sortir de la zone de DRS. Il n'y avait plus de raison d'interférer. Nous les prévenons, comme nous l'avons fait avec Max. Après au bout d'un certain moment, s'il faut vraiment agir, nous leur demandons clairement. Mais cela n'a pas été nécessaire."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso - McLaren peut travailler sur deux fronts en même temps
McLaren et Honda ont vécu un début de collaboration difficile l'an dernier, et bien que les choses s'améliorent, l'équipe ne pointe qu'à la septième place du Championnat des Constructeurs. Une progression après la neuvième place en 2015, ce qui est au passage le pire résultat de leur histoire, mais pas encore de quoi se satisfaire.

Fernando Alonso pense toutefois qu'avec 57 points de retard sur Williams, McLaren peut encore aller chercher la quatrième place tout en commençant à travailler sur la voiture de la saison prochaine.

"Je le pense, nous serons plus compétitifs sur certains circuits que sur d'autres" prévoit-il. "La situation est particulière à cause du changement de règlement l'année prochaine qui implique que l'on choisisse jusqu'à quel moment on pense au développement de la voiture actuelle. Dans une situation normale, nous pourrions continuer à progresser et terminer assez près des trois premières équipes."

"Mais il y a beaucoup à faire et les équipes finiront par arrêter le travail pour cette année et peut-être que l'on sera coincé à ce niveau de performance en fin de saison. Ce qui est sûr, c'est que nous progressons, nous allons dans la bonne direction avec beaucoup de choses à venir qui vont nous rendre encore plus compétitifs. Pour pouvoir battre Mercedes, mon objectif principal depuis deux ans, je pense que c'est la bonne équipe et, j'espère, le bon moment."

Alonso est toutefois confiant quant aux capacités de McLaren à préparer 2017 sans sacrifier la saison en cours: "Pour l'équipe c'est très important de finir cette année aussi haut dans le classement que possible. On ne peut pas arrêter pour cette saison donc on va essayer de faire les deux. Nous sommes une grande équipe et nous pouvons travailler sur les deux fronts en même temps."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz veut être champion du monde avec Red Bull
Au moment même où son avenir au sein de la filière Red Bull s'obscurcit, Carlos Sainz est sur toutes les lèvres quant à son possible transfert vers des équipes concurrentes, à commencer par Ferrari, mais l'Espagnol assure qu'il n'en est rien. Bien qu'il soit opposé à une concurrence sévère pour une place chez Red Bull, il assure vouloir remporter son premier titre avec Red Bull.

"Je pense que Red Bull, si je fais du bon travail, me donnera ma chance" explique l'Espagnol. "Je ne sais pas comment, mais je suis convaincu que si je leur montre ce que je dois montrer, ils me feront une place et me permettront de me battre pour le championnat avec eux car c'est ce que je veux faire. Beaucoup de gens parlent de Mercedes ou Ferrari mais j'aimerais décrocher mon premier titre avec Red Bull car ils m'ont soutenu depuis le début. Il n'y a pas d'autre équipe actuellement dans laquelle j'aimerais être champion."

"Piloter une Red Bull est mon objectif et le sera toujours, et je reconnais que j'aurais aimé être choisi. Mais dans mon esprit, vu comment est gérée ma carrière, ce n'était pas envisageable de changer d'équipe après quatre courses dans une saison. Donc quand ils ne m'ont pas choisi, je leur ai dit que ce n'était pas un problème, que mon moment n'était pas venu. Je continue à faire ce que je dois faire car ils me l'ont demandé et m'ont dit que ma chance arriverait, et c'est ce que je cherche aujourd'hui."

Franz Tost, directeur de Toro Rosso, est l'un des premiers à avoir remarqué le pilote et pense qu'il est prêt à piloter au plus haut niveau: "Si tout se met en place, il a le potentiel pour gagner des courses. Et en en gagnant, il peut gagner un championnat, il en a les moyens. Mais je ne pense pas que Red Bull le libérera de tout contrat car ils ont investi beaucoup d'argent et de temps dans sa carrière et qu'il est très talentueux."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.