En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 29 Avril 2017

McLaren signe avec Mercedes? Les deux parties démentent
McLaren aurait signé un contrat avec Mercedes pour la saison 2018! Telle est l'affirmation de l'ancien patron d'équipe, aujourd'hui consultant télé, Eddie Jordan.

L'Irlandais n'a pas hésité à donner l'information comme certaines aux téléspectateurs de Channel 4, en Grande-Bretagne.

Cette annonce a été rapidement démentie par McLaren.

"Je suis totalement en confiance pour vous dire que ce qu'a dit Eddie Jordan est faux", répond simplement Eric Boullier dans le paddock du Grand Prix de Russie.

Et du côté de Mercedes? Même démenti!

"McLaren n'a pas besoin de notre moteur. McLaren a besoin de surmonter une phase difficile dans sa relation avec Honda. Ils ont, ensemble, les ressources humaines et financières pour y parvenir, pour sortir de cette situation", ajoute Toto Wolff.

La FIA publiera à la fin du mois de mai les contrats "moteur" en vigueur pour la saison 2018.
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Mercedes a du souci à se faire
C'est lorsqu'il était chez Red Bull que Sebastian Vettel a décroché ses 4 couronnes de Champion du monde. Le directeur d'écurie, Christian Horner, connaît donc très bien le pilote. Selon lui, l'Allemand se surpasse à bord de sa Ferrari SF70H, ce qui n'est pas de bon augure pour Mercedes qui a pourtant dominé sans partage les trois saisons précédentes.

Pour le Britannique, les progrès de l'équipe de Maranello et surtout du quadruple Champion du monde sont évidents.

"Seb a mis le feu au turbo. Vettel et Ferrari sont la nouvelle référence", affirme-t-il.

"Pour moi, la Ferrari est la meilleure voiture de course du plateau. Il me semble également que la voiture est plus facile à régler que la Mercedes."

Horner sait très bien à quel point Vettel peut être rapide.

"Quand il sent que sa voiture est bonne, alors Seb met le turbo et il peut alors en quelque sorte passer la vitesse supérieure."

Le Britannique a une petite pensée pour la concurrence, notamment pour Mercedes qui lutte tant bien que mal face au Cheval Cabré pour conserver sa place de champion de monde.

"A la place du patron de Mercedes (Toto Wolff), je me ferais beaucoup de souci. Car Sebastian Vettel commet moins d'erreurs que Lewis Hamilton sur une saison. Il est mentalement extrêmement fort, peut-être plus fort que Lewis."

Quant au retour annoncé par Lauda et Wolff des consignes d'équipe chez Mercedes, Horner se montre compréhensif.

"Les gens doivent comprendre que la Formule 1 est un sport d'équipe. On trouve une hiérarchie très claire chez Ferrari. Bottas est nouveau chez Mercedes et Lewis fait en ce moment forte impression. Avec Hamilton Mercedes a sûrement de meilleures chances de remporter de nouveau le titre."

Pour Horner, le départ de Paddy Lowe, l'ancien directeur technique de l'équipe à l'Etoile, se fait significativement sentir.

"La séparation avec Paddy a de fortes répercussions. Ces trois dernières années, ses voitures étaient très fortes. Une douzaine de pilotes aurait pu gagner avec."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - On ne s'y attendait pas...
Toto Wolff a admis sa grande surprise d'être battu aujourd'hui par les Ferrari, en qualifications, en Russie.

Certes le patron de Mercedes avait constaté la grande forme de la Scuderia lors des essais libres mais il pensait que ses pilotes en avaient un peu plus sous le pied que ça. Visiblement, ce n'était pas le cas.

"Non, on ne s'y attendait pas. Valtteri (Bottas) était vraiment bien parti en plus... lorsqu'il a finalement commis une petite erreur dans la course à la pole. Je crois que c'était dans le virage numéro 12. Et cela va vite, lorsque les écarts sont si rapprochés. Tu ne peux pas être devant ainsi."

Quant au retard bien plus important de Lewis Hamilton, Wolff explique: "Lewis n'est pas très satisfait de sa voiture. Et je pense que sur une piste comme celle-ci, on a besoin d'avoir une voiture dans laquelle on se sent bien. Par ailleurs, Valtteri a toujours été très fort ici, lorsqu'il était chez Williams. C'est manifestement un circuit qui lui convient."

L'Autrichien reconnait les difficultés de Mercedes à tenir tête à Ferrari.

"C'est très serré en tête. Lorsque l'on observe les trois premières voitures, il n'y a que quelques petits centièmes de seconde qui les séparent. C'est fou. La pilule passe mal, ma foi... ça fait mal."

"Cela va être difficile demain, Ferrari a l'air forte ici, aussi bien dans la mise en température des gommes que dans la gestion de l'usure des pneus en rythme de course. Dans tous les cas, un dur combat nous attend. Nous verrons bien ce qu'il est possible de faire."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz devant Kvyat avant sa pénalité
Carlos Sainz a signé le onzième temps aujourd'hui en qualification, mais malheureusement pour lui, il devra reculer de trois positions sur la grille de départ à cause de sa pénalité reçue à Bahreïn pour son accrochage avec Lance Stroll.

"C'est comme si nous étions sur des montagnes russe ce week-end, nous avons eu des hauts et des bas", raconte Carlos Sainz. "Hier nous n'étions pas du tout compétitifs, mais nous avons récupéré aujourd'hui et c'est grâce au bon travail de l'équipe. Cela s'était très bien passé ce matin, mais nous savions que les voitures avec le moteur Mercedes allaient gagner quelques dixièmes. Les Force India et Massa ont fait la différence."

"Cette qualification a été difficile, car il était très compliqué de bien faire chauffer les pneus. Mon meilleur tour a été le premier que j'ai fait en Q2, mais lors du suivant, je suis tombé sur Hamilton dans le troisième secteur et je n'ai pas pu améliorer à cause de ça."

Quel sera l'objectif demain en course? "Ce sera une course très difficile. Les courses ici peuvent ressembler à une parade et ce sera donc très compliqué. Je vais essayer de prendre un bon départ et ensuite nous verrons bien ce que nous pourrons inventer au niveau de la stratégie. S'il y a des abandons devant nous, nous devrions viser la neuvième u l dixième place au minimum", ajoute le pilote espagnol.

Pour Daniil Kvyat, "la voiture était difficile à conduire tout au long de la séance. Je ne pense pas que nous étions en mesure d'aller en Q3. La voiture était bonne, l'équilibre et l'adhérence étaient bons aussi. Mais il nous manquait de la performance aujourd'hui."

"Sotchi est une piste spéciale et elle ne nous convient pas. Nous devons sans doute l'accepter, mais aussi essayer d'en tirer les leçons. Ce qui est sûr c'est que nous ne pouvions guère extraire aujourd'hui beaucoup plus de la voiture. Peut-être un dixième ou un dixième et demi, mais pas de quoi aller en Q3."

"La course est longue, il faut être patient ici, nous espérons que ce sera chaud en tête de la course, et que cela nous permettra de lutter pour les points. Tout est possible", conclut le régional de l'étape.
source: Nextgen-Auto.com

Sauber signe son pire samedi de l'année à Sotchi
C'est la première fois cette saison qu'aucune Sauber ne parvient à atteindre la Q2. Le déficit moteur était cette fois-ci trop important à combler pour les deux pilotes de l'écurie. Seule satisfaction pour l'écurie suisse: avoir évité la dernière place, puisque c'est Romain Grosjean qui a hérité du bonnet d'âne ce samedi.

Pascal Wehrlein, quoi qu'il en dise, peut tout de même avoir des motifs de satisfaction aujourd'hui. Revenu de blessure à Sakhir il y a deux semaines, l'Allemand a une nouvelle fois battu son coéquipier et partira 18ème.

"Je ne peux être satisfait du résultat. J'ai fait une erreur lors de mon premier tour en qualifications, ce qui m'a définitivement coûté du temps. Dans l'ensemble, j'ai eu des difficultés avec l'équilibre de la voiture. De plus, notre vitesse en ligne droite n'est pas assez bonne. Les pneus se sont comportés de manière différente par rapport à Bahreïn, mais c'est la même chose pour tout le monde."

L'écart entre les deux pilotes Sauber se chiffre à 175 millièmes. Mais Wehrlein était à plus d'une seconde de Fernando Alonso, le 15 de la Q1. La marche était donc trop grande ce week-end.

Marcus Ericsson partira 19ème et il ne peut décemment pas se montrer heureux de sa performance personnelle aujourd'hui. Le Suédois a tout de même été gêné par un problème moteur et le trafic.

"C'est un résultat décevant. Je pense que nous avons fait quelques progrès aujourd'hui en EL3 et ensuite en qualifications. Malheureusement, nous avons identifié un problème d'unité de puissance en EL3, et nous n'avons pas été pleinement capables de le réparer pour la qualification. Je suis sûr que nous réglerons ce problème pour la course. Par-dessus le marché, j'ai eu des drapeaux jaunes lors de mon dernier tour en Q1. Nous aurions pu être plus proches de la Q2 sans ces problèmes, mais c'est la course. Cependant, je suis toujours positif, puisque nous progressons dans la bonne direction."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon en Q3, première!
Force India a réalisé une qualification solide aujourd'hui en Russie en plaçant ses deux voitures en Q3. Même si Sergio Pérez et Esteban Ocon n'ont pas réussi à faire mieux que 9ème et 10ème dans les douze dernières minutes de ce samedi, ils ont une nouvelle double arrivée dans les points en ligne de mire.

Sergio Pérez s'est qualifié en Q2 dans les dernières minutes de la première partie des qualifications - le Mexicain a assuré le coup, serein et déterminé. Mais il n'est pas satisfait de son tour rapide en Q3.

"Ce n'était pas une qualification idéale pour moi, mais au bout du compte, nous avons obtenu un bon résultat et nous pouvons être satisfaits de notre présence en Q3. Je n'ai pas fait le tour parfait. Je sens que j'ai perdu un peu de temps en route, et quand les écarts sont si serrés, un dixième de seconde nous aurait placé deux places plus haut. Ce n'était pas facile de mettre les pneus dans leur bonne fenêtre de fonctionnement et de les garder performants sur l'ensemble d'un tour. De plus, les conditions de piste ont beaucoup changé par rapport à hier et je pense que cela a affecté tout le monde. La clef pour demain sera d'avoir un bon départ et d'atteindre sans problème le virage 2. C'est un virage délicat et par le passé, il y a eu beaucoup d'action ici au départ. Je suis optimiste pour la course et je pense que nous pouvons envisager de progresser de quelques places par rapport à notre position de départ."

Esteban Ocon n'a terminé qu'à un dixième de son coéquipier pour obtenir la 10ème place sur la grille. Le Français a réussi à atteindre la Q3 pour la première fois de sa carrière. Il est donc légitimement plus satisfait que son coéquipier plus expérimenté.

"C'est ma première apparition en Q3 de ma carrière et je suis assez heureux de notre performance aujourd'hui. L'équipe a fait un travail incroyable pour améliorer la voiture entre chaque session et je me suis senti très à l'aise dès le début des qualifications. J'ai fait quelques petites erreurs sur mon tour de Q3 donc je suis un peu frustré, parce qu'il y avait l'opportunité d'être encore plus haut sur la grille. Si je peux prendre un départ propre demain, tout est ouvert. C'est important que je tire le maximum de ma meilleure qualification en F1 pour marquer quelques points."

Robert Fernley, le directeur d'écurie adjoint, a réussi son objectif: placer ses deux voitures dans le Q3. A Bahreïn, ses deux monoplaces étaient parties bien plus loin sur la grille. Le rythme de course de la Force India fera-t-il une fois encore la différence demain?

"Le Top 10 était notre objectif aujourd'hui et c'est encourageant de voir que les deux Force India soient en Q3 pour la première fois de l'année. L'équipe a fait un excellent travail ces derniers jours pour extraire de plus en plus de performance de la voiture et les résultats d'aujourd'hui montrent les progrès que nous avons faits. Les tours de Q3 des deux pilotes étaient propres et soignés, mais ils ont tous les deux eu le sentiment qu'il y avait un peu plus de vitesse dans la voiture et qu'ils avaient le potentiel d'être encore mieux placés sur la grille. Malgré tout, nous verrouillons la 5ème ligne de la grille et c'est notre meilleure performance en qualifications de l'année. Cela nous donne toutes les chances de marquer de bons points demain."

Force India a l'occasion demain de consolider sa 4ème place au Championnat des Constructeurs. Mais il faudra d'abord battre Felipe Massa et Nico Hülkenberg en course.
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg en Q3, Palmer dans le mur
Nico Hülkenberg a mené Renault F1 à son troisième top dix consécutif en qualifications, une nouvelle bonne performance à mettre à son crédit

Dimanche, l'Allemand occupera la huitième place sur la grille de départ du Grand Prix de Russie.

"Je pense que c'était le mieux que nous pouvions faire avec notre package actuel. De ce point de vue, l'après-midi était donc satisfaisant. La course sera le vrai défi. Jusqu'ici, notre rythme a été plus difficile en course cette saison. Avec nos dernières améliorations, demain nous permettra de juger où en est la voiture. Nous allons attaquer comme toujours en espérant rapporter de bons points."

S'il avait manqué une grande partie des EL3 en raison du remplacement de son groupe propulseur, Jolyon Palmer semblait également avoir le rythme pour se hisser dans les dix premiers pour demain. Un passage sur un vibreur dans son dernier tour en Q1 l'éliminait en l'envoyant dans le mur de pneus.

"Je dois adresser un grand merci à tous les membres de mon équipe et tous ceux qui ont travaillé si dur dans le garage ce week-end. Ils ont vraiment été incroyables et il y a encore un peu de travail qui les attend. J'attaquais fort et j'ai trop emprunté le vibreur, ce qui m'a envoyé vers le mur de pneus. J'étais légèrement en difficulté après avoir manqué les EL3, mais tout peut arriver en course donc j'espère de meilleurs lendemains."

Alan Permane, Directeur Sportif, souligne que "c'est bon d'avoir à nouveau une voiture dans le top dix. Nico s'est imposé comme un pilote régulier en Q3. C'est excellent et nous sommes convaincus que la voiture en a encore davantage en réserve avec nos prochaines améliorations. Malheureusement pour Jolyon, il avait aisément le rythme pour entrer en Q3, mais il devait en être autrement aujourd'hui."

"La course de Nico semble être ouverte vu sa position de départ. Jolyon n'est pas idéalement placé, donc nous étudierons la moindre opportunité stratégique pour exploiter au maximum le rythme de la voiture", conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen en Q2 devant Grosjean
Le circuit de Sotchi n'est pas le préféré de la Haas Ferrari, c'est une évidence. Mais Kevin Magnussen peut avoir la satisfaction d'avoir participé à la Q2, ce que son équipier Romain Grosjean n'a pas eu le plaisir de faire.

C'est toutefois une maigre consolation pour le Danois. "Notre équipe est plus en difficulté ici que lors des trois premières courses", avoue-t-il. "Ce n'est pas parfait, mais cette 14ème place est ce que je pouvais faire de mieux aujourd'hui. Toutefois, avec un tour parfait, j'aurais pu probablement atteindre la 11ème place, car il y a très peu entre la 14ème et la 11ème position."

"Je pense que personne n'a réussi à faire un tour parfait dans notre groupe. Nous avons été malchanceux avec nos freins ce week-end, mais je pense que nous avons une bonne voiture pour la course. J'espère que nous allons être bien placés dans le premier virage et que nous pourrons faire une belle course après ça", ajoute Magnussen.
source: Nextgen-Auto.com

Les Red Bull luttent davantage avec Williams qu'avec les leaders à Sotchi
Les pilotes Red Bull doivent se languir le Grand Prix d'Espagne. En attendant de franches évolutions aérodynamiques, les monoplaces autrichiennes ont été purement et simplement incapables de suivre le rythme des Ferrari et Mercedes en qualifications. Pire, Felipe Massa a même battu Max Verstappen pour le gain de la 6ème place sur la grille.

Daniel Ricciardo, en retrait par rapport à son coéquipier hier, a été performant au moment décisif pour obtenir la 5ème place. Mais il pointe à 1,8 seconde de la pole...

"Je souhaiterais plutôt regarder ma position pour le moment. Nous savions que la 5ème place serait l'objectif le plus élevé possible en qualifications. Nous nous sommes battus pour cela ce week-end. Donc je suis heureux de sortir de notre petite bataille avec cette 5ème place. J'ai regardé les temps et l'écart avec la 1ère place est important. Mais nous savions que ce circuit ne serait pas une force pour nous."

"Ce n'est pas une chose sympathique à savoir, mais l'an dernier, j'étais à 1,7 seconde de la pole, et je suis à 1,8 seconde de la pole cette année. Et deux courses après [à Monaco] nous étions en pole position. Je vais rester positif et accepter cette 5ème place aujourd'hui."

Battu par un Felipe Massa en verve, Max Verstappen, qui partira de la 7ème place, fait la moue et dit surtout avoir peiné dans le dernier secteur, le plus sinueux du circuit.

"Après la Q2, ça a été très décevant. J'ai eu deux trains de pneus en Q3 mais je me plaignais déjà, en Q2, parce que je perdais vraiment beaucoup d'adhérence dans le dernier secteur, au freinage, avant le virage 13. Je perdais l'arrière et je surchauffais les pneus."

"Avec les deux trains en Q3, c'était simplement de pire en pire. Normalement, avec moins d'essence dans la voiture, vous devriez faire mieux, mais j'étais plus lent."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso ne se fait plus aucune illusion
Le moteur Honda est le cauchemar de Fernando Alonso, il ne faut plus en douter. Le champion espagnol estime en effet qu'il lui fait perdre trois secondes par tour sur le circuit de Sotchi, rien de moins!

Fernando Alonso s'est écrié en Q2: "c'est incroyable!" De quoi parlait-il au juste? "Je voulais dire que ce que nous perdons dans les lignes droites est incroyable. Je crois que nous perdons 1"3 dans le premier secteur, car il n'y a qu'un seul virage là-bas. Et nous n'avons aucun autre problème dans ce secteur", explique Alonso.

"Nous perdons 2,5 à 3 secondes dans les lignes droites de ce circuit. Nous le savions avant de venir ici, mis lorsque la qualification arrive, on en veut toujours un peu plus. Je pense avoir fait une qualification parfaite. Mon meilleur tour en Q1 devrait être difficile à refaire. En Q2, j'ai fait quelques petites erreurs, mais en Q1 c'était parfait et c'est ce que je vais retenir."

"J'ai sept dixièmes d'avance sur mon équipier qui a la même voiture et c'est quelqu'un qui a gagné dans toutes les catégories avant d'arriver en F1. Je me sens donc toujours au sommet de ma forme, au sommet de ma carrière", affirme le champion espagnol.

Quels sont ses espoirs pour la course de demain? "Ce sera plus ou moins la même chose qu'à Bahreïn, en Chine ou en Australie et ce sera encore similaire à ce que nous verrons en Espagne, à Monaco, au Canada. Je suis là du jeudi au dimanche et je tente de vous répondre le plus poliment possible, mais ça me semble un peu monotone. C'est toujours la même histoire, mais c'est comme ça en F1."

"Nous pouvons déjà dire que Ferrari et Mercedes vont se disputer le titre alors que Red Bull essayera de terminer sur le podium. Williams va marquer des points et les autres essayeront de faire la même chose quand ceux de devant le leur permettront. Quant à nous, nous allons essayer de faire une belle course demain en étant conscients de nos limitations", conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Massa amène Williams au niveau de Red Bull en Russie
Williams continue d'enchaîner les bonnes qualifications, du moins avec Felipe Massa, car le Brésilien a encore signé la sixième place à Sotchi aujourd'hui et s'élancera aux côtés de Daniel Ricciardo en troisième ligne demain.

"C'était une bonne séance pour nous" se félicite Massa. "C'est génial de voir que nous sommes au milieu des Red Bull. Ils étaient meilleurs que nous lors des trois premières courses, que ce soit en qualifications ou en course, mais ce circuit nous convient et nous sommes à leur niveau. Je suis heureux de ma position de départ et je suis heureux de pouvoir espérer me battre contre eux. J'essaierai tout ce que je peux, je suis très motivé et j'espère que tout se passera bien."

Lance Stroll n'a pas affiché un trop mauvais rythme en qualifications et était parti pour atteindre la Q3 avant une erreur infime qui l'a fait monter sur un vibreur et perdre une poignée de dixièmes suffisante à l'éliminer en Q2. Il partira onzième demain.

"C'est malheureux car je pense que la Q3 était possible et je me suis raté à la fin de mon tour en Q2" regrette le Canadien. "Je n'ai pas fait le tour de chauffe que je voulais et c'est très important ici de mettre les pneus en fonctionnement. J'ai pris un bon départ dans ce tour mais j'ai perdu l'adhérence dans le dernier secteur, j'ai fait quelques petites erreurs et j'ai perdu l'arrière."

"J'étais en avance de quelques dixièmes mais je n'ai pas réussi à conserver cet avantage. Je pense que ce week-end sera difficile jusqu'au bout avec les pneus, afin de les faire fonctionner au mieux, mais nous pouvons faire une bonne course en partant onzième, la course sera longue."

Paddy Lowe s'est montré ravi de la performance de Massa et de sa proximité avec les Red Bull et a tenu à remercier à la fois son équipe mais aussi à féliciter la Scuderia pour sa première ligne.

"Bravo à notre équipe qui a vécu un week-end sans problème, et félicitations à Ferrari pour leur première ligne verrouillée depuis le Grand Prix de France 2008, quand Felipe et Rob Smedley faisaient partie de leur effectif."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen - La pole était à ma portée...
Kimi Räikkönen a cru de longues minutes pouvoir enfin retrouver une pole position en Formule 1 mais le dernier effort de son équipier, Sebastian Vettel, lors de la Q3 à Sotchi l'a privé de ce plaisir.

Le Finlandais est donc un peu déçu de sa 2ème place, d'autant plus qu'il a fait une erreur en partant au large dans le dernier virage.

"Bien entendu, l'objectif est toujours d'être devant", reconnait Räikkönen lorsqu'on lui demande s'il est déçu.

"Mais je me sens bien plus à l'aise avec la voiture ce week-end. J'ai malheureusement eu un peu de trafic dans mon tour de mise en chauffe de mes gommes. Je n'ai donc pas pu les faire bien fonctionner tout de suite, lors de la première tentative."

"Ensuite c'était un peu plus compliqué mais j'étais à la limite, dans les temps de la pole. J'ai essayé de rattraper un peu de temps dans le dernier virage mais j'ai fait une faute qui me coûte cher."

"Je suis en tout cas plus heureux que lors des dernières qualifications. Nous avons maintenant tous les outils pour être devant. Un doublé pour l'équipe, ce n'est pas si mal!"
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene - Ferrari a deux très bons pilotes
Maurizio Arrivabene est bien sûr le patron le plus heureux du paddock aujourd'hui puisque ce sont ses deux Ferrari qui prendront le départ du Grand Prix de Russie depuis la première ligne. Mais c'est demain que la course aura lieu et il demande à ses hommes de se concentrer sur cet objectif.

"Je suis très content, mais ceci étant dit, il faut rester calme", déclare Maurizio Arrivabene. "Cette qualification est très bonne pour nous, mais ce qui me réjouit le plus, c'est que nous avons une voiture fantastique et deux pilotes extraordinaires. Et j'ai bien dit deux pilotes! C'est très agréable de les voir sourire, mais cela ne va pas durer très longtemps, car nous devons désormais nous concentrer sur la course."

Kimi Räikkönen est donc de retour dans les petits papiers du patron. "Il avait probablement du mal en début de saison, mais là il a le pied droit très lourd. Hier, les pilotes m'ont dit qu'ils s'amusaient beaucoup au volant de la voiture. Quand un pilote est à ce niveau, il s'amuse toujours, car cela signifie que la voiture est compétitive. Je veux donc remercier l'équipe, les tifosi, mais maintenant nous allons tous penser à la course de demain", ajoute Arrivabene.
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - Ferrari était plus rapide aujourd'hui
Valtteri Bottas avait des sensations un peu contrastées à l'issue des qualifications à Sotchi.

Le Finlandais, qui peut se réjouir d'avoir encore battu Lewis Hamilton dans cet exercice, constate toutefois que Ferrari a progressé au point de se placer devant sur un tour rapide maintenant.

Pour Bottas, 3ème sur la grille en Russie, la partie s'annonce serrée pour demain.

"Nous pouvons clairement voir des résultats des qualifications que Ferrari était plus rapide aujourd'hui. Nous étions plus proches sur la fin mais pas assez..." constate-t-il.

"Tout le week-end ils ont eu l'avantage sur nous en rythme pur. Ils arrivent à sortir bien plus des pneus ultra-tendres que nous. Sur le rythme de course par contre, c'est serré."

"Nous avons progressé avec les pneus aujourd'hui mais pas assez visiblement. Nous sommes sur la deuxième ligne mais, comme d'habitude, c'est demain qui comptera."

Bottas est-il surpris de voir Ferrari plus rapide le samedi maintenant?

"Nous n'avons jamais été confiants d'avoir la voiture la plus rapide ici. Ferrari est très forte à Sotchi. Et lors des trois premières courses, ils ont montré leur rythme le dimanche aussi. Ils seront encore forts demain et difficiles à battre."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton constate les dégâts
Relégué en deuxième ligne, derrière les Ferrari et son équipier Valtteri Bottas, Lewis Hamilton estime que rien n'est perdu pour lui et il pense bien sûr au podium. Quant à la victoire, il estime lui-même que ce ne sera pas facile...

"Tout restera à jouer demain", déclare Lewis Hamilton. "Je n'ai tout simplement pas été assez rapide aujourd'hui, je perdais tout dans le dernier secteur. Je perdais une demi-seconde dans le dernier secteur et nous avons donc du travail devant nous."

"Les Ferrari sont les plus rapides sur un tour et généralement aussi en conditions de course et il sera donc intéressant de voir comment cela se passera demain pour nous. Mon objectif est bien sûr de progresser dans le classement, mais mes longs relais n'étaient pas très bons hier. J'espère qu'ils seront meilleurs demain", ajoute le champion anglais.
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean - La voiture est nulle part
Romain Grosjean s'attendait à souffrir avec sa voiture avant les qualifications mais certainement pas à signer le dernier temps.

Demain le Français s'élancera toutefois 19ème grâce à la pénalité de 15 places infligée à Stoffel Vandoorne.

Le pilote Haas n'avait pas le sourire en sortant de sa monoplace après la Q1.

"Quels points positifs? Il n'y en a pas du week-end", dit-il à 'Canal+'.

"La voiture ne me convient pas, et ce dès mon premier tour de roue sur ce circuit vendredi. Pour couronner le tout, je me prends encore un drapeau jaune dans mon dernier tour rapide."

"Il faut vraiment discuter, et trouver une règle pour les drapeaux jaunes. Maintenant cela fait trois fois en 4 courses qu'une Haas se fait éliminer de la qualification à cause de ça."

Aurait-il pu passer en Q2 malgré ses problèmes?

"Oui, oui. J'étais en avance de près d'une seconde sur le temps à battre (celui de la 15ème place) mais bon c'est comme ça."

Ce matin Haas est repassée aux freins Brembo parce que "les Carbone Industrie s'usaient trop vite. Et les Brembo n'étaient pas si mal. Mais bon la voiture est nulle part et demain je ne vois pas comment je pourrais finir dans les points."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne 17ème et puis dernier
Stoffel Vandoorne était assuré de prendre le départ depuis la dernière ligne de la grille de départ avec les 15 places de pénalité auxquelles il a droit pour changement de plusieurs éléments de son moteur, mais il espérait bien sûr faire mieux que le 17ème chrono...

"Nous savions avant la qualification que nous allions prendre le départ depuis le fond de la grille de départ", explique Vandoorne. "Notre objectif était donc de penser surtout à la course de demain afin de faire de notre mieux, même si nous savons que les dépassements seront difficiles pour nous."

"Toutefois, je continue à croire qu'il peut arriver beaucoup de choses durant une course. J'espère que la journée de demain sera meilleure et que nous pourrons faire quelque chose de bien. Aujourd'hui, c'était plus ou moins le début de ma saison", ajoute le pilote belge.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel ravi de la 47ème pole de sa carrière!
Sebastian Vettel a réussi à placer, enfin, sa Ferrari en pole position. Il devance son équipier et les deux Mercedes, de quoi le réjouir pour la 47ème pole de sa carrière, signée aujourd'hui à Sotchi.

"J'ai pris un bon départ dans cette séance et je me sentais bien à l'aise. J'avoue avoir perdu un peu de rythme en Q2", explique l'Allemand.

"Ensuite, en Q3, mon premier run n'a pas été très propre, j'ai donc repoussé mes espoirs pour mon run final. Et j'ai finalement réussi à améliorer dans ce dernier secteur!"

"J'ai vu mon temps, je savais que j'étais en pole mais j'ai tout de suite demandé à la radio qu'on me tienne au courant des autres. Et quand on m'a dit que c'était bon, j'ai juste sauté de joie dans mon baquet."

"Franchement, notre voiture a été phénoménale ici cette après-midi."

Est-ce la preuve que Ferrari est définitivement de retour?

"De retour? Regardez les trois premières courses de la saison. Bien entendu, Mercedes a été très forte, en qualifications notamment. Être devant eux, c'est énorme. Je suis certain toutefois qu'ils seront très forts demain. Valtteri avait un rythme de course impressionnant hier."

"Partir devant est un avantage mais rien n'est fait pour la victoire. Ca va être serré encore demain!"
source: Nextgen-Auto.com

GP de Russie - Essais qualificatifs
Sebastian Vettel a décroché la pole du GP de Russie à Sotchi, battant pour la première fois de l'année les F1 W08 dans l'exercice des qualifications. Le leader du championnat a signé le nouveau record du tour en bouclant le tracé russe en 1'33"194 lors de la dernière tentative, ce qui lui permet de décrocher sa première pole depuis le GP de Singapour 2015 et la 47ème de sa carrière.

La Scuderia Ferrari a monopolisé la première ligne avec Kimi Räikkönen. Les Mercedes doivent se contenter de la deuxième ligne avec Valtteri Bottas précédant son coéquipier Lewis Hamilton de près d'une demi-seconde.

Felipe Massa (Williams) a pris la 6ème place et se retrouve entre les Red Bull de Daniel Ricciardo et Max Verstappen. Nico Hülkenberg (Renault) suit au 8ème rang en précédant les Force India de Sergio Pérez et Esteban Ocon.

Esteban Ocon (Force India) s'est qualifié de justesse pour la Q3 du GP de Russie en décrochant la 10ème place avec 2 dixièmes d'avance sur Carlos Sainz (Toro Rosso), premier éliminé de la deuxième séance. L'Espagnol a précédé de deux centièmes Lance Stroll (Williams) et Daniil Kvyat séparés en seulement 4 millièmes. Kevin Magnussen (Haas) et Fernando Alonso (McLaren) ont complété la liste des éliminés.

Romain Grosjean (Haas) a été le moins rapide dans la Q1 du GP de Russie à Sotchi. Le Français partira de la dernière ligne avec Stoffel Vandoorne (McLaren), 17ème de la séance, qui a écopé d'une pénalité de 15 places pour changement d'éléments sur son Power Unit. Le Belge a fini devant les Sauber de Pascal Wehrlein et Marcus Ericsson.

Jolyon Palmer (Renault) a tout tenté pour se qualifier en Q2, mais le Britannique a terminé dans le mur alors que son équipe venait de changer son moteur pour le début des qualifications. L'ancien champion GP2 a échoué à un demi-dixième de Kevin Magnussen (Haas), dernier qualifié pour la deuxième séance. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Mercedes appliquera des consignes 'plus rapidement' et 'si nécessaire'
Mercedes a clairement changé de point de vue sur les consignes d'équipe depuis sa défaite à Bahreïn, il y a deux semaines.

Niki Lauda affirme que son équipe n'hésitera pas à y recourir en course ce week-end si la situation l'impose, c'est-à-dire pour faire barrage à Sebastian Vettel si la victoire peut être au bout.

"C'est logique en un sens: si je ne peux pas aller plus vite que mon équipier, je dois laisser la place pour qu'il tente d'aller battre Vettel", confie Lauda.

"Le plus gros problème pour Bottas et Hamilton, nos pilotes, c'est Vettel maintenant. C'est celui qu'ils doivent battre."

On remarquera que Lauda écarte déjà Räikkönen de l'équation alors qu'il a signé le 2ème temps ce matin lors des Libres 3.

Quoi qu'il en soit ce changement de philosophie est justifié selon l'Autrichien.

"Dans le passé nous n'avions aucune consigne parce que nous dominions avec nos deux voitures et nous n'avions aucun ennemi, aucune autre voiture était capable de vraiment se placer entre les nôtres. Cette année, après trois courses, on peut voir que c'est complètement différent."

"Ferrari est compétitive, Vettel est juste là, il ne fait pas d'erreur et nous livre une bataille réellement intéressante. Alors notre nouvelle philosophie est que si un de nos pilotes ne peut pas aller plus vite que l'autre et qu'il le gêne, il doit penser à l'équipe et ne pas bloquer son équipier. Ce n'est pas une consigne en tant que tel."

Du bon sens donc, selon Lauda.

"Pour qu'elle soit juste, cette philosophie doit s'appliquer aux deux pilotes. Et ce sera le cas. Lors de la dernière course, c'est Lewis qui était plus rapide. Si la situation s'inverse, Valtteri en profitera. Reste à voir si cela se produira."

Pour Toto Wolff, le mot "consigne" n'est plus le bon non plus.

"Les consignes cela fait référence au passé, à ce qui avait lieu il y a 15 ou 20 ans, quand une équipe plaçait clairement un pilote devant l'autre, un n°1 et un n°2 pour le championnat, très tôt dans la saison."

"Si nous avons une différence de rythme entre nos voitures, que nous en connaissons la cause comme ce fut le cas à Bahreïn, alors nous interviendrons probablement à nouveau. Nous avons appris de Bahreïn, nous aurions pu agir plus vite pour laisser plus de chances à Lewis. Nous agirons plus vite, si nécessaire. Il n'en reste pas moins que c'est toujours délicat de demander à un pilote de laisser son équipier le dépasser parce qu'il a un problème avec sa voiture. Ca ne semble pas juste mais..."

Il n'y a donc pas de n°1 et de n°2 chez Mercedes?

"Non. Et demandez à Ferrari, ils vous diront la même chose. Après la 3ème course de la saison, vous ne pouvez pas choisir. La dynamique que nous avons chez nous a fonctionné les trois dernières années, avec deux pilotes qui se poussent à la limite. Et c'est ce que nous voulons continuer à faire avec Lewis et Valtteri."
source: Nextgen-Auto.com

Dépassements et spectacle? Tout va bien, ne changez rien!
Il ne doit plus y avoir de craintes pour les dépassements en Formule 1, avec ces nouvelles monoplaces.

C'est ce que pense Niki Lauda après ces trois premières courses de la saison, les premières avec des voitures plus performantes, plus larges et plus appuyées au sol par l'aérodynamique. Des caractéristiques qui faisaient craindre pour le spectacle en piste.

"J'entends encore des critiques. Mais les gens sont fous! Ces voitures sont de vraies Formule 1 de compétition. Des machines de guerre. Et les pilotes ont pu se dépasser en Chine et à Bahreïn. De vrais et beaux dépassements. Que demander de plus? Plus de dépassements encore? Ceux qui ne font que compter le nombre brut sont stupides."

L'avis du directeur non exécutif de Mercedes a été partagé à Sotchi par le directeur adjoint de Force India, Bob Fernley.

"Les dépassements sont peut-être moins nombreux mais ils sont plus inattendus et beaucoup moins dépendants du DRS. C'est excitant."

"Moi aussi j'étais inquiet avant cette saison mais toutes les peurs ont maintenant disparues. Le spectacle est bien meilleur que je ne l'attendais."
source: Nextgen-Auto.com

Isola - Nous sommes plutôt heureux de nos nouveaux pneus
La révolution promise par Pirelli a bien eu lieu, avec l'arrivée de pneus plus larges mais surtout plus durs, et donc plus résistants. Après trois courses sur trois circuits très différents, il est déjà temps pour le manufacturier de tirer un bilan.

"Je dois dire que nous sommes plutôt heureux de nos nouveaux produits et nous avons plus d'expérience sur la gamme tendre car nous l'utilisons souvent" explique Mario Isola. "Je pense que notre plus grande progression a été au niveau de la surchauffe des gommes, qui avait beaucoup d'effet l'an dernier et que les pilotes regrettaient, donc nous avons travaillé sur une nouvelle famille de composés."

"On ne peut pas éviter la surchauffe car quand on suit une autre voiture, on perd de l'appui et la surface chauffe, mais les pilotes peuvent rapidement corriger le tir et repartir au combat, ce qui était important. Nous amenons un produit qui a ces caractéristiques et nous récupérons des données pour ceux de l'an prochain. Nous avons 25 journées d'essais cette année et nous voulons faire encore mieux."

Des nouveaux pneus qui donnent satisfaction aux équipes, si bien qu'aucun changement n'est prévu dans le cours de l'année, même si des améliorations sont possibles: "C'est toujours compliqué de changer en cours de saison car ça modifie l'équilibre entre les équipes, donc on doit en discuter prudemment avec les équipes et la FIA."

"Pour le moment, le pneu médium est loin du tendre en termes de performance sur un tour et nous devons encore bien comprendre les pneus durs car nous ne les avons pas utilisés et ils le seront à Barcelone."

Lors des essais de Bahreïn, Ferrari a prêté une voiture à Pirelli et a engagé Sebastian Vettel pour mener des essais sur le prototype des nouveaux composés en vue de 2018.

"C'était le premier essai donc nous avons pris quelques informations sur la direction que nous voulons prendre à l'avenir. Nous avons testé différents prototypes et différentes solutions. Les essais se font à l'aveugle pour le pilote et l'équipe, on a juste essayé quelques points de départ avec les tendres, les médiums et les durs afin de définir une direction de développement."

Les pneus de cette saison sont plus difficiles à exploiter pleinement, malgré une fenêtre d'utilisation plus large sur la durée. Les équipes essaient encore de trouver la solution miracle pour exploiter au mieux les gommes.

"Tout le monde essaie d'utiliser les pneus au mieux et leur comportement est différent car les composés et la philosophie des matériaux sont différents. Leur comportement se rapproche des composés les plus durs, on n'a pas un pic d'adhérence, on a une phase de chauffe et ensuite on atteint une adhérence constante" analyse Isola.

"Dans le passé, les pilotes sentaient le pic d'adhérence et ensuite la dégradation tandis que maintenant, c'est un comportement différent. Les pneus sont aussi sûrement plus sensibles aux petits ajustements de réglages et cela signifie qu'ils sont éprouvés différemment. La fenêtre de fonctionnement n'est pas plus fine que dans le passé."

Au milieu d'une Formule 1 qui essaie de se réinventer et de donner plus de liberté aux pilotes et aux équipes, Pirelli refuse de laisser toute latitude à ses clients pour choisir les composés pneumatiques et préfère les prédéfinir et réfute l'idée que les pneus utilisés ne soient pas les mêmes à l'avant et à l'arrière, comme le suggérait récemment Alain Prost.

"Je ne suis pas totalement contre ce choix mais je pense que le plus gros problème serait de trouver un bon équilibre pour la voiture. Ce serait plus une question pour eux que pour moi. Je pense que nous avons fait un bon pas en avant il y a deux ans en changeant les règles et en choisissant trois composés par course que les équipes peuvent répartir comme elles le souhaitent."

"Nous pouvons toujours discuter à l'amélioration des règles dans le futur. J'ai entendu parler de la possibilité du retrait de l'obligation d'utiliser deux différents composés en une course. Cela garantit au moins un arrêt et une stratégie différente. Si l'on retire cette règle, je ne suis pas sûr toutefois que tout le monde se cale sur les mêmes pneus et la même stratégie car toutes les gommes ne tiennent pas la course entière."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff tacle Alonso sur l'Indy 500
Le fait que McLaren s'attaque à la fabuleuse aventure de l'Indy 500 le mois prochain trouve principalement sa raison dans l'égo de Fernando Alonso. C'est du moins ce que pense ouvertement le directeur de Mercedes, Toto Wolff.

Récemment, McLaren et Honda ont surpris le monde de la course en annonçant que l'Espagnol ne va pas piloter lors du Grand Prix de Monaco afin de tenter de remporter la célèbre course américaine, qui a lieu le même week-end.

Wolff se montre dubitatif sur l'entreprise de McLaren.

"Les gros titres sont bons pour les sports mécaniques..." lance-t-il.

"Mais de mon point de vue, je ne peux pas comprendre que McLaren ne fasse pas appel à Alonso à Monaco. Il aurait définitivement pu marquer des points, bien que, bien sûr, ce ne soit pas aussi prestigieux qu'un trophée obtenu à Indianapolis."

"Je pense que cela ne consiste qu'à flatter l'égo d'Alonso", conclut l'Autrichien.
source: Nextgen-Auto.com

GP de Russie - Essais libres 3
Sebastian Vettel s'est de nouveau montré le plus rapide lors des EL3 du GP de Russie. Le pilote de la Scuderia Ferrari a amélioré le temps référence des essais en bouclant un tour du circuit de Sotchi en 1'34"001, soit un dixième de mieux que sa performance de la veille. Son coéquipier Kimi Räikkönen est le plus proche mais le Finlandais pointe malgré tout à plus de 3 dixièmes.

Les Mercedes restent en retrait même si Valtteri Bottas n'a terminé qu'à quelques millièmes de son compatriote. Le pilote nordique garde l'avantage sur Lewis Hamilton qui pointe à plus d'une demi-seconde.

En pointant au 5ème rang, Max Verstappen (Red Bull) marque la rupture dans le peloton puisqu'il évolue à plus d'une seconde du meilleur temps. Son coéquipier Daniel Ricciardo a pris la 8ème place. L'Australien a rencontré un problème mécanique l'obligeant à brièvement s'arrêter en piste.

Nico Hülkenberg a placé la première Renault R.S.17 au 7ème rang derrière Felipe Massa (Williams), mais son coéquipier Jolyon Palmer continue de souffrir avec sa monture. Après un changement de châssis dans la nuit, l'écurie d'Enstone a dû procéder au changement du moteur pendant la séance d'essais. Le Britannique n'a pu boucler que 4 tours.

Kevin Magnussen a complété le top dix en pointant derrière Carlos Sainz (Toro Rosso), premier pilote à plus de 2" de la référence, mais son coéquipier Romain Grosjean semble toujours en difficulté sur la Haas VF-17 alors que l'écurie américaine a procédé pendant la nuit au changement des freins en remplaçant les Carbon Industrie par les Brembo.

Lance Stroll (Williams) a fini aux portes du top dix devant Esteban Ocon (Force India) qui a précédé le pilote national Daniil Kvyat (Toro Rosso). Le Russe a terminé devant Fernando Alonso (McLaren) et Sergio Pérez (Force India). Stoffel Vandoorne (McLaren) s'est classé 17ème devant les Sauber de Marcus Ericsson et Pascal Wehrlein. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Red Bull doute des conclusions de la FIA sur les performances des moteurs
Red Bull a déjà remis en question les conclusions de la FIA et de Charlie Whiting concernant la convergence des performances.

Comme nous vous le rapportions ce matin, le directeur de course de la FIA a annoncé que, selon ses calculs, les trois meilleurs moteurs de la Formule 1 (Mercedes, Ferrari et Renault) se tiennent en 3 dixièmes de seconde au tour, sur un châssis équivalent "simulé".

C'est aussi ce rapport remis au Groupe Stratégie qui va permettre à Honda de recevoir de l'aide, peut-être de la part de Mercedes.

Mais Helmut Marko, le consultant de Red Bull, ironise déjà sur les conclusions de ce rapport.

"Quelle méthodologie a été adoptée? La FIA a probablement pris seulement en compte les tours de chauffe et de rentrée aux stands! Pérez a dit que Ferrari avait rattrapé Mercedes et que Renault n'était pas loin. Mais il a probablement dit ça parce que Nico Hülkenberg a été plus rapide que lui à Bahreïn", lance l'Autrichien.

Pour Marko, il est clair que le V6 Renault n'est pas dans les trois dixièmes annoncés.

"Sans aucun doute, Renault a encore du travail et les évolutions vont bientôt arriver."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat a une bonne chance de rester chez Toro Rosso selon Marko
Daniil Kvyat a une bonne chance de garder son baquet chez Toro Rosso en 2017.

Le Russe, qui s'est maintenant remis de sa rétrogradation de Red Bull Racing à la petite équipe de Faenza, a repris confiance en lui selon Helmut Marko, le consultant au sport automobile de Red Bull et responsable de la filière des jeunes pilotes.

"Daniil pilote très bien maintenant. Je ne vois aucune raison pour laquelle il devrait quitter notre équipe. Il a retrouvé sa confiance", confie l'Autrichien.

Mais Toro Rosso risque bien de ne plus pouvoir accueillir de jeunes talents rapidement si les pilotes actuels y stagnent. Marko en convient.

"Oui, dans un avenir proche, Kvyat n'aura pas la chance de retourner chez Red Bull, parce que nous avons sous contrat deux pilotes. Des contrats qui expirent à une certaine date mais je peux déjà vous dire que c'est au minimum après 2018."

"Nous prendrons une décision au sujet de Kvyat et de son maintien chez Toro Rosso au début de l'été."

Christian Horner, le patron de Red Bull Racing, confirme: "Daniil fait du bon travail maintenant, sa confiance grandit. La seule raison qui nous a poussée à le garder dans notre programme c'est parce que nous avons toujours cru en son talent. Red Bull a ses deux pilotes pour cette saison et la prochaine, mais après ça, tout est possible."

Red Bull devra aussi régler le cas de Carlos Sainz, qui trépigne d'impatience à l'idée de rejoindre un top team. Et si les deux pilotes actuels sont maintenus chez Toro Rosso en 2018, Pierre Gasly devra encore patienter un an de plus...
source: Nextgen-Auto.com

Alonso 'très ouvert' à un changement d'équipe pour 2018
Fernando Alonso a laissé poindre un nouveau signe d'impatience très clair à Sotchi: il n'attendra pas des lustres que le moteur Honda soit enfin au niveau.

Les Japonais parlent d'une amélioration de la situation d'ici à la mi-saison, peut-être dès le Canada. Cette évolution risque fort de jouer sur l'avenir de Fernando Alonso chez McLaren. L'Espagnol a en effet clairement fait savoir qu'il était prêt à changer d'équipe pour 2018 si nécessaire.

"Il est probable que je sois vers la fin de ma carrière en Formule 1. J'ai 35 ans donc je suis certain d'avoir moins de temps devant moi qu'il y en a déjà eu derrière moi. Combien de temps puis-je encore attendre? Eh bien, pas beaucoup, vraiment pas beaucoup", lance Alonso.

"Chaque année vous faites de votre mieux en espérant vous battre pour des titres, des victoires ou même des podiums. Nous allons donc voir quelles sont les options pour l'année prochaine, quelle va être l'amélioration de McLaren, quelles seront leurs perspectives."

"Tout le monde sait que mon contrat se termine cette année et que j'ai la liberté que je n'ai pas eu avant de changer d'équipe, ou non."

"Pour l'instant je suis très ouvert à toutes les possibilités mais, le plus important à ce moment de ma carrière, c'est d'être heureux. Et cela veut dire gagner. Aussi vite que possible."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari soulagée par le retrait du système de jetons
Ferrari a travaillé dur tout l'hiver pour rattraper le retard sur Mercedes tant au niveau de la voiture que de son moteur. Un travail accompli si l'on en croit le niveau de la Scuderia en ce début de saison.

"Ce fut un travail très difficile au fil de l'hiver car nous savons que l'approche générale est de faire au maximum mais nous savons aussi que nous avions un bel écart à combler" explique Luigi Fraboni, chef des opérations moteur chez Ferrari.

"Nous avons travaillé sur tout, au final on a besoin de travailler sur l'énergie, sur la puissance, sur la fiabilité et le poids. Toutes ces choses sont sur notre liste et nous en avons déjà fait un grand nombre, nous avons atteint le résultat souhaité et j'en suis ravi. Ce n'est pas le niveau que nous souhaiterions à la fin car nous développons encore le moteur."

De là à rendre le Ferrari plus puissant que le Mercedes? "Il est difficile de dire qui est meilleur et qui est plus lent. Le rythme des voitures a été proche lors des dernières courses et l'évolution de la puissance dépend du circuit et de la voiture."

"Mercedes a un avantage en qualifications. Savoir d'où ça vient est plus compliqué, mais nous sommes satisfaits de notre rythme en course pour le moment" poursuit Fraboni.

La philosophie a changé quant à l'introduction des évolutions puisqu'elles étaient régies par le système de jetons l'an dernier alors que cette saison, les manufacturiers ont la liberté de développer leur moteur comme ils le veulent.

"Nous sommes heureux de faire disparaître ce système de jetons afin de pouvoir développer le moteur continuellement. Pour le moment, le problème est d'amener le maximum à chaque course. C'est plus flexible de ce côté, nous essayons de saisir cette chance. Nous essayons plus de choses en sachant que nous sommes plus libres."
source: Nextgen-Auto.com

Massa se voit faire encore une année de plus
Felipe Massa a reconnu apprécier sa nouvelle carrière chez Williams.

Tiré de sa retraite débutante pour remplacer Valtteri Bottas, parti chez Mercedes pendant l'intersaison, le Brésilien qui vient de fêter ses 36 ans estime qu'il peut encore poursuivre l'année prochaine si l'envie est là.

"Malheureusement, je ne mène pas le championnat MotoGP comme Valentino Rossi le fait à 38 ans. Mais je suis là, je me bats et je le fais bien", confie Massa à 'Reuters'.

"Je suis concentré à 100% sur cette saison mais... si je peux courir à un bon niveau, avec une bonne équipe, alors je me vois faire une année de plus."

"Si je me sens à l'aise, si je sens que je fais du bon travail et que je suis important pour beaucoup de gens alors pourquoi pas? Je suis en forme, plus en forme même que lors de toutes mes précédentes années en Formule 1."

Massa admet que les voitures 2017 lui ont fait un peu peur pendant l'hiver.

"Je ne savais pas comment allait être cette voiture alors, c'est certain, il fallait s'entrainer vraiment, vraiment dur. J'ai pris un peu de muscles et finalement je me sens vraiment bien."

"J'ai toujours été très clair: je reste en Formule 1 pour une équipe que je crois être professionnelle, mais qui me donne aussi du plaisir et pour qui je compte. Je crois que je peux le faire. En fait je le fais déjà", ajoute-t-il pour en revenir au sujet de son avenir.

"Je pense que je m'en tire bien, j'apprécie les nouvelles règles et les nouvelles voitures, le pilotage requis. Ces monoplaces correspondent d'ailleurs mieux à mon style, c'est pourquoi je me sens bien au volant. Nous n'avons fait que 3 courses mais je pense, qu'avec Williams, nous avons fait du bon travail."
source: Nextgen-Auto.com

Les trois meilleurs moteurs se tiennent en trois dixièmes de seconde
Dans un souci d'équité, la FIA a décidé de vérifier les données de chacun des moteurs, comme il avait été convenu, afin d'assurer une certaine parité entre les équipes que les trois constructeurs fournissent. Charlie Whiting a confirmé que les essais effectués ne donnent pas plus de trois dixièmes d'écart entre les moteurs Mercedes, Ferrari et Renault.

"Il y a eu beaucoup de discussions l'an dernier au sujet de l'obligation de fournir des moteurs, ce que tout le monde a validé, et nous l'avons ajouté au règlement" rappelait Whiting. "Mais une partie de cet accord était la convergence des performances et tout le monde était d'accord."

"Il était convenu que trois des quatre constructeurs se tiennent en trois dixièmes d'ici à Barcelone. C'est un peu plus compliqué que cela car il y a une méthodologie très détaillée pour simuler cela et c'est seulement basé sur les données que nous possédons."

Une convergence qui a bien été atteinte selon les dernières recherches effectuées: "Nous prenons toutes les données des trois premières courses et nous avons des ingénieurs à Genève qui font des simulations et avec Fabrice Lom, les analysent selon la méthode validée par les motoristes, afin de transformer ces simulations en temps au tour à Barcelone."

"Nous avons annoncé les résultats au Groupe Stratégie l'autre jour et nous avons cette convergence. La convergence est validée car les trois meilleurs motoristes se tiennent en trois dixièmes à Barcelone. Cela ne s'applique qu'au moteur évidemment."

Ces essais n'ont pas pour but d'aider les constructeurs qui auraient raté leur moteur et c'est pourquoi Honda n'est pas inclus dans ces situations et se trouve encore loin en termes de performances.

"Il n'était pas question d'aider qui que ce soit, il était question d'établir si les mesures introduites, notamment le retrait des jetons, avaient fonctionné. C'était l'une des raisons pour lesquelles on a fait tous ces changements et il semble que ça a fonctionné" conclut Whiting.
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli fait tomber le record du circuit de Sotchi dès les Libres 2
Le pneumatique ultra-tendre a permis de battre le record de Sotchi dès ses débuts sur cette piste, le pilote Ferrari Sebastian Vettel abaissant la marque en 1'34"120 durant les EL2. Il éclipse ainsi la référence établie par Nico Rosberg en Q2, l'année dernière, en 1'35"337.

Les chronos devraient encore progresser au fil du week-end dans la mesure où le revêtement évolue constamment. Même s'il offre davantage de grip que l'an passé, il demeure très glissant et n'engendre qu'une faible dégradation de la gomme.

Les températures ont été relativement élevées hier, le thermomètre affichant des valeurs de 27°C et 42°C sur l'asphalte cet après-midi.

"L'écart est d'environ une seconde entre chaque mélange , soit l'objectif que nous nous étions fixés en début de saison", se félicite Mario Isola.

"Les super-tendres et ultra-tendres sont donc les pneumatiques que nous devrions voir chaussés ici en qualifications et en course. Même si la piste est légèrement plus abrasive que par le passé - une évolution logique dans le cycle de vie du bitume - elle demeure lisse et glissante, n'engendrant qu'une faible dégradation de la gomme. Une stratégie à un arrêt devrait donc être privilégiée, dimanche, avec un départ en ultra-tendres et une fin de parcours en super-tendres."
source: Nextgen-Auto.com

Honda assure avoir choisi le bon concept pour son moteur
Les difficultés rencontrées par Honda en ce début de saison se sont matérialisées ce week-end puisque Stoffel Vandoorne a reçu une pénalité de 15 places pour le dépassement du quota de moteurs attribués pour l'ensemble de la saison.

Avec des performances toujours en retrait, le bilan est totalement négatif pour Honda mais Yusuke Hasegawa assure que le concept du bloc propulseur, totalement revu pour cette saison 2017, est le bon.

"Je ne pense pas que nous ayons fait une erreur" a-t-il assuré à Sotchi. "Compte tenu de nos performances l'an dernier, nous savions que nous devions tout changer, pas seulement le moteur lui-même mais le système de combustion afin de pouvoir modifier l'ensemble."

"Nous avons réussi à réduire le poids et rabaisser le centre de gravité dans certaines zones, mais nous n'avons pas réussi à en tirer assez de puissance. Oui, ce n'est qu'une excuse, mais nous avons encore besoin de temps, je ne pense pas que nous ayons fait une grosse erreur, la direction prise était la bonne."

Hasegawa n'a pas tiré un trait sur une bonne fin de saison et espère pouvoir prouver le potentiel de ce moteur: "Puisque le concept de base est le bon, nous croyons encore pouvoir faire de bons progrès en milieu de saison."

Les rumeurs sont nombreuses au sujet de l'engagement de Honda puisqu'on prête au manufacturier la volonté d'équiper une deuxième équipe, Sauber, mais que tout le monde se demande si un tel échec ne pourrait pas être, comme en 2008, la cause d'un départ précipité.

"Arrêter notre activité en F1 nous a amené un grand retard technologique à rattraper, donc nous devons rester plus longtemps. Pour le moment, nous sommes totalement impliqués dans cette activité et notre management est derrière le projet."

Sans préciser s'il s'agit de Sauber et si les négociations sont bien avancées, le directeur du projet F1 de Honda confirme que le constructeur a désormais les ressources pour fournir deux équipes, après trois années à se consacrer à un seul client.

"Depuis la création de ce département Formule 1, nous nous sommes engagés à soutenir la discipline. De ce point de vue, il est de notre devoir de fournir plusieurs équipes. Nous pensons aussi que travailler avec deux équipes sera bénéfique car nous récupérerons plus de données et nous aurons plus de chances de roulage. Nous ne refusons donc pas d'équiper une ou deux équipes supplémentaires."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.