En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 20 Septembre 2017

Massa - Lowe fait enfin évoluer les mentalités chez Williams
Felipe Massa estime que les choses bougent enfin chez Williams, suite à l'arrivée de Paddy Lowe. Mais c'est déjà trop tard pour cette fin de saison 2017, et peut-être trop tard pour lui: l'équipe de Grove ne devrait en ressentir les effets que l'année prochaine. Le Brésilien ne sera peut-être pas là pour en profiter...

"Je ne pense pas que nos problèmes pourront être réglés cette saison. Nous pouvons encore améliorer un peu la voiture lors des prochaines semaines, sous l'impulsion de Paddy, mais c'est tout. Il nous fallait une mentalité différente pour le développement. C'est enfin le cas mais c'est trop tard pour cette année", explique Massa.

"Beaucoup de mentalités, beaucoup d'idées pour lesquelles j'ai milité pendant trois années.... tout ça n'avait pas changé. Maintenant c'est le cas. Mais ce n'est pas pour l'avenir immédiat, ce sera pour le futur."

Massa salue donc l'impact de Lowe, transfuge de Mercedes.

"Oui, il a beaucoup aidée à changé les choses. Lui et la mentalité de l'équipe. Il y avait tant d'erreurs commises mais maintenant, c'est corrigé. Dommage que nous n'ayons pas pu faire progresser la FW40 comme nous l'aurions voulu cette année. Mais la vision des gens, leur façon de penser, est déjà différente et ça servira à Williams pour 2018."

Lorsqu'on lui demande ce que Lowe apporte, il précise: "une idée complètement différente du développement d'une F1!"

"Je crois que Williams peut en bénéficier dès l'an prochain. Mais c'est impossible de dire à quel point parce que vous ne savez pas à quel point les autres progressent."

"Tout le monde connait maintenant les règles, des règles qui seront les mêmes. Nous savons que les autres ne sont pas stupides. Mais, avec une mentalité différente, nous pouvons reconstruire les choses de la bonne façon."
source: Nextgen-Auto.com

Boullier 'triste' de quitter Honda, mais McLaren ne pouvait plus attendre
Après des semaines de suspense, le feuilleton McLaren-Honda a pris fin la semaine dernière. McLaren quittera bien Honda pour être motorisé par Renault l'an prochain.

En coulisses, on imagine que ce dossier a mobilisé beaucoup de ressources dans l'écurie de Woking. Eric Boullier, le directeur de la compétition de McLaren, a-t-il quelques détails croustillants à révéler sur cette rupture? A quand remonte le projet de McLaren de quitter son motoriste?

"Le moment crucial, c'était après les tests de Barcelone, quand nous avons essayé de travailler pour aider Honda à améliorer la situation en très peu de temps, y compris en ayant des discussions avec les autres motoristes. Et sans rentrer dans les détails, il est devenu évident que Honda ne remplirait de nouveau pas l'objectif sur lequel nous étions tombés d'accord pour cette saison. Ensuite, pendant l'été, nous savions que nous devions prendre une décision: rester ou ne pas rester. Je ne peux pas donner une date précise pour fixer un point de non-retour, mais Honda n'a pas rempli les objectifs fixés pour l'été."

L'idée au début de ce partenariat était de revivre la même aventure qu'à la fin des années 1980. Mais McLaren et Honda ont donné l'impression, du même coup, de ne parler que du passé sans vivre dans le présent.

"Je ne pense pas" tempère Boullier. "En fait, l'idée était formidable: faire revivre l'histoire de McLaren. Je pense que c'était plus ou moins l'approche de ce projet au début. La situation aurait pu être totalement différente si d'autres décisions avaient été prises au début. Mais c'est toujours facile de le dire avec le recul."

En passant chez Renault, McLaren a renoncé à son statut d'écurie d'usine. N'est-pas le plus difficile à vivre pour le Français?

"C'est difficile à le dire aujourd'hui. Nous sommes des clients privilégiés de Renault. Nous avons le même moteur et le même accès aux informations que Renault ou Red Bull, donc c'est un vrai partenariat avec Renault. Nous avons aussi la possibilité de travailler avec eux, de leur proposer des idées pour le futur qui pourraient être prises en considération. Cela nous permettra aussi d'influencer le futur. Mais effectivement, nous ne sommes plus pleinement une écurie d'usine. Mais c'est comme à l'école. Vous devez regarder les plus et les moins, et en regardant tout cela, nous avons pris notre décision: nous pensons que c'est la meilleure décision pour McLaren, pour au moins les trois prochaines années."

"Légalement et contractuellement, nous sommes à égalité avec Renault et Red Bull. Mais oui, parfois, vous prenez des décisions affectives! Et vous favorisez quelqu'un. Mais comme je l'ai dit, légalement et contractuellement, nous sommes à égalité."

Eric Boullier est Français et a travaillé à Enstone par le passé. En quoi cette affinité a-t-elle joué dans la décision finale?

"Je vis en Grande-Bretagne depuis neuf ans maintenant et vous pouvez vraiment voir une différence culturelle. Et quand il s'agit de comprendre des cultures différentes, j'ai vraiment beaucoup progressé avec Honda! Mais certainement, comme j'étais un étranger en Angleterre, j'ai souvent fait de la diplomatie entre Honda et l'Angleterre, certainement pour aider à réduire les différences culturelles entre Honda et McLaren."

Même si certains mots peu amènes ont pu être lâchés par Honda après cette rupture, Eric Boullier assure que la décision de quitter les Japonais a été "très dure" à prendre.

"Tout le projet était de recréer l'héritage du passé. Sur le papier, tout semblait bien. Mais la manière avec laquelle ce projet a été mené n'était pas la bonne, de toute évidence. Heureusement, nous avons réussi à trouver un accord à l'amiable et Honda a compris que tout l'investissement qui avait été réalisé trouverait une récompense à un moment donné. Nous, nous ne pouvons plus attendre. Mais Honda peut être récompensé avec une autre équipe. Je suis vraiment heureux de voir qu'ils aient décidé de rester en F1 et de s'engager avec une autre équipe. Personnellement, je me sens un peu triste de voir que ça n'a pas marché. Mais ce furent trois années très intenses."
source: Nextgen-Auto.com

Palmer et Sainz ont bluffé Brawn à Singapour
A Singapour, Carlos Sainz et Jolyon Palmer ont réalisé leurs meilleures courses en carrière en F1, avec une 4ème place pour l'un et une 6ème pour l'autre. Pourtant, ils étaient dans des états d'esprit totalement différents. Jolyon Palmer avait conscience qu'il ne serait pas reconduit par Renault l'an prochain et que Singapour pouvait même être son dernier Grand Prix. De son côté, Carlos Sainz savait qu'il serait bientôt un pilote Renault et qu'il remplacerait, en Malaisie ou en 2018, son compère britannique.

Ross Brawn a été impressionné par la manière avec laquelle Jolyon Palmer a encaissé le coup psychologiquement.

"Comment réagiriez-vous si vous arriviez sur le circuit en découvrant que votre équipe avait décidé de ne pas prolonger votre contrat l'an prochain? Vous avez deux choix: tout d'abord, tout laisser tomber; mais vous pouvez aussi vous accrocher et essayer de prouver que votre équipe a pris la mauvaise décision. Jolyon Palmer a choisi la deuxième option, et il a connu son meilleur week-end en F1."

"Jolyon a commencé de la 11ème place sur la grille et était 6ème à l'arrivée. Il avait passé toute la course dans les points. C'était une formidable manière de réagir et le meilleur moyen de prouver aux directeurs d'équipe qu'il avait plus en réserve - plus que ce qu'il a pu prouver cette saison jusqu'à présent."

Ross Brawn a été tout autant bluffé par la performance de Carlos Sainz, qui a été "le meilleur des autres" à Singapour.

"C'était aussi un week-end spécial pour Carlos Sainz. Le vendredi, il a été annoncé qu'il conduirait pour Renault en 2018 et celui qui est toujours un pilote Toro Rosso, a célébré cette nouvelle en accrochant son meilleur résultat en carrière. La 4ème place, c'était un résultat absolument incroyable pour lui. Il a tiré profit de chaque opportunité qui s'est présentée à lui. Il a aussi superbement défendu sa position, quand Sergio Pérez lui a mis la pression."

"Ces 12 points marqués par Sainz ont aussi une immense valeur pour Toro Rosso au classement des constructeurs. Le résultat réduit l'écart avec Williams, 5ème au classement, à seulement 7 points, et laisse Toro Rosso 10 points devant Renault. Bien joué Carlos! Et bonne chance à lui pour la prochaine étape de sa carrière."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton liste trois courses où Mercedes devrait être en difficulté
Est-ce une manière de mettre la pression sur son adversaire principal? Lewis Hamilton a assuré aujourd'hui que Sebastian Vettel gardait encore ses chances d'être titré cette saison, en dépit du retard de 28 points qu'il accuse désormais. Le pilote Mercedes pense que certains circuits à venir ne devraient pas vraiment convenir à sa monture.

"Au Japon, vous avez besoin de beaucoup d'appuis, donc définitivement, ce ne sera pas le circuit où nous serons les plus forts. Au Brésil, les autres seront solides aussi, et au Mexique, les équipes avec le plus d'appuis pourraient avoir le dessus."

"Honnêtement, je pense que ce sera très serré. C'est difficile à dire. Nous verrons quand nous y serons."

Le triple Champion du monde estime donc que Ferrari, mais aussi Red Bull, devraient mener la vie dure à Mercedes d'ici la fin de la saison.

Du côté de Niki Lauda en revanche, l'optimisme est de mise. Le directeur non-exécutif de Mercedes a fait ses comptes, et ils sont bons!

"28 points, ce n'est pas mauvais pour nous. Jusqu'à présent, c'était toujours deux ou trois points d'avance pour Hamilton ou Vettel. Mais 28, c'est un coussin. Je dirais que c'est un premier petit pas en avant..."
source: Nextgen-Auto.com

Auer reste en contact avec Force India pour un volant en F1
C'est sans surprise que Force India pourra toujours compter, l'an prochain, sur les services de Sergio Pérez et d'Esteban Ocon.

Lucas Auer, le jeune pilote prometteur du giron Mercedes, qui a testé pour Force India cette saison à Silverstone, ne sera donc pas titulaire dès la saison prochaine. Le neveu de Gerhard Berger s'y attendait visiblement et assure que cette double annonce ne change "pas grand-chose" à son plan de carrière.

"Ce test à Silverstone, c'était une immense marque de confiance en moi, et je suis toujours en contact avec Force India. Mais je concentre aussi sur le DTM."

Auer occupe actuellement la 2ème place du championnat DTM, mais il ambitionne évidemment un volant en F1 à court ou moyen terme. Son oncle Gerhard (qui est aussi le dirigeant du DTM) pense que Lucas a "encore ses chances" pour percer en F1.

"Vous pouvez déjà le voir parce qu'il a été invité à tester pour Force India, sans que je l'ai aidé pour cela. Il a vraiment travaillé de lui-même pour obtenir ce test. Il a une très bonne chance de gagner le titre en DTM. Et avec ce test, il a montré que son arrivée en F1 était quelque chose de réaliste."
source: Nextgen-Auto.com

Haas désamorce les tensions suite à des consignes d'équipe
Il y a eu de petites tensions au sein de l'équipe Haas F1 après la course de Singapour.

Lors du Grand Prix, Gunther Steiner, le directeur de l'équipe américaine, avait demandé à un moment à Kevin Magnussen de laisser sa place à Romain Grosjean, a priori plus rapide que lui.

Le Danois s'était emporté à la radio et à l'arrivée à la télévision.

"Après la course, j'ai dit à la télévision que cette décision nous avait coûté des points. Mais la situation était un peu différente de ce que je pensais", dit Magnussen aujourd'hui en s'excusant.

Steiner a confirmé qu'il s'agissait vraiment d'optimiser la stratégie des deux pilotes.

"Il n'y a pas de favoritisme. Romain et Kevin sont traités de manière égale mais, durant les courses, nous avons des décisions à prendre depuis le muret des stands."

"Nous avons parlé et tout a été clarifié. Peut-être que nous avons heurté certaines sensibilités mais nous avons expliqué pourquoi nous avons fait ça et ça a été accepté."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren - Alonso veut rester, assure Boullier
Maintenant que McLaren a quitté Honda pour Renault, Fernando Alonso va-t-il se décider à prolonger avec l'écurie de Woking pour la saison prochaine?

Telle est en tout cas l'ambition d'Eric Boullier, le directeur de la compétition de McLaren. Et à en croire le Français, le pilote espagnol lui-même serait enclin à rester au sein de son écurie pour une saison supplémentaire.

"Il le dit depuis des mois: ce qui l'intéresse seulement, c'est avoir une voiture compétitive. C'est ce qui compte pour lui. Pour nous, McLaren, nous sommes heureux de voir que nos actionnaires aient pris une décision fondée sur l'aspect sportif, et non sur l'aspect commercial. L'ADN de McLaren, c'est être compétitif: l'équipe a toujours été dans le Top 3, et ce doit être de nouveau notre place. Aujourd'hui nous savons que nous un châssis décent, qui devrait nous permettre d'être de nouveau dans le Top 3 avec un moteur de niveau équivalent, donc pour nous, comme entreprise, il est important d'être compétitif, peu importe quel rôle joue Fernando dans ce cadre."

"Nous devions prendre une décision pour nous. Mais si vous voulez être compétitif, vous n'avez pas seulement besoin d'un moteur, vous avez aussi besoin d'un pilote. C'est là que Fernando entre en jeu. Nous avons fait ce que nous avons fait d'abord pour McLaren. Mais le package inclut aussi le pilote."

Eric Boullier prend donc bien le soin de rappeler que la décision du changement de motoriste n'a pas été avant tout influencée par les souhaits de Fernando Alonso. Il n'en reste pas moins que du même coup, le double Champion du monde est "très proche" d'une prolongation de contrat.

"Fernando veut rester. Vous pouvez le voir dans son langage corporel, dans sa manière de s'exprimer. Il faut régler des détails sur le plan du marketing, et Zak Brown y travaille."

A Singapour, Fernando Alonso a aussi rappelé qu'il attendait d'en savoir plus sur le potentiel du moteur Renault avant de prendre une décision.
source: Nextgen-Auto.com

Michael Schumacher transféré aux Etats-Unis?
Michael Schumacher pourrait poursuivre sa convalescence aux Etats-Unis, selon les informations recueillies par le magazine allemand 'Bravo'.

Peu de choses sont connues depuis l'accident de ski du septuple Champion du monde fin 2013, si ce n'est que son cerveau a été gravement touché et que sa récupération se fait dans un secret total dans sa maison en Suisse, au bord du Lac Léman.

Dans les médias rien n'a filtré sur la condition réelle de l'Allemand. Peut-il parler ou communiquer seulement avec son corps? Cela n'a fait que l'objet de spéculations.

La famille Schumacher pourrait le transférer près de Dallas, au Texas, où elle possède un ranch.

Là-bas, Schumacher aurait toutes les attentions de la part d'un spécialiste du cerveau, Mark Meeks.

"Nous avons une grande expérience des patients qui souffrent de ce genre de traumas. Il n'y a pas probablement aucune clinique en Europe qui traite autant de cas que nous", dit-il.

Ce transfert pourrait constituer un nouvel espoir pour améliorer l'état de santé de Michael Schumacher.
source: Nextgen-Auto.com

Stroll prouve de plus en plus qu'il a sa place en Formule 1
Un pilote est en train de se distinguer de plus en plus par son talent naturel, un pilote fortement critiqué pourtant en début de saison: Lance Stroll.

La jeune recrue de Williams semble apprendre de ses erreurs et montrer qu'elle sait profiter de conditions difficiles pour signer de bons résultats au volant d'une FW40 Mercedes très moyenne cette saison.

Ce fut encore le cas à Singapour selon Ross Brawn, le manager sportif de la Formule 1.

"Il semble que, quand il pleut, nous ayons un nouveau nom à surveiller: Lance Stroll. En qualifications à Monza, beaucoup de personnes, moi y compris, ont été très impressionnées par son niveau de pilotage sous la pluie, dans des conditions difficiles", dit-il.

"Son habileté à piloter sous la pluie lui a permis de devenir le plus jeune pilote à partir en première ligne d'un Grand Prix en Italie. Et, à Singapour ce dimanche, Lance a de nouveau montré son talent quand la piste est glissante et piégeuse."

"Il est parti de l'avant-dernière ligne, il n'a pas fait une erreur au départ et il a progressé peu à peu dans le classement jusqu'à la 8ème place en se contentant d'un seul train de pneus intermédiaires, avant d'être l'un des premiers à affronter la piste séchante en slicks."

"Et tout cela s'est déroulé sur un circuit sur lequel il n'avait jamais roulé auparavant, et qui ne convenait pas vraiment à sa Williams. Sa performance a été naturellement un peu passée sous silence par ce qui s'est passé en tête de la course mais Lance est train de prouver, discrètement mais rapidement, qu'il mérite vraiment sa place en Formule 1."

Voilà des bons mots de la part d'une des personnalités les plus reconnues du paddock qui feront certainement plaisir au Québécois!
source: Nextgen-Auto.com

Raikkonen - Cela ne sert à rien de débattre de l'accident
Kimi Räikkönen croit qu'il ne sert à rien de continuer à analyser l'accident du départ, qui a de toute façon été classé comme un incident de course par les commissaires de la FIA.

La plupart des personnalités et des médias ont eu tendance à mettre la collision en chaine sur le dos de Sebastian Vettel, qui a tassé un peu trop agressivement sur sa gauche Max Verstappen.

Mais d'autres l'ont défendu, comme Lewis Hamilton, qui estime que l'Allemand avait les deux autres voitures dans son angle mort et qu'il ne pouvait pas deviner que Räikkönen avait pris un si bon départ.

"Je ne pense pas qu'il faut chercher à blâmer quelqu'un absolument", commente Räikkönen.

"Le résultat final est de toute façon le même, quelle que soit la façon dont vous analysez la chose. Ce qui compte c'est après, et ça ne fait aucune différence sur les points au championnat. Ca reste à zéro. Nous ne pouvons rien y changer, nous n'étions plus dans la course de toute façon."

"Abandonner après quelques centaines de mètres, avec les deux voitures, c'est évidemment bien loin de ce que nous espérions."

Räikkönen avait lui une vision claire de la situation, contrairement à son équipier.

"Oui, oui, je pouvais voir ce qu'ils faisaient, tous les deux. J'ai dépassé Max et j'ai été touché par l'arrière à droite. Mais il réagissait à la manœuvre de Seb. Mais cela ne sert à rien de lancer un débat là-dessus."

"Ce genre de choses arrive en F1 et c'était mauvais pour nous cette fois. Il y a toujours des visions différentes mais, tout ce que je sais, c'est que je n'aurais rien pu faire de différent pour éviter ce qui est arrivé."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren a deux semaines de retard à rattraper
Le changement de moteur au dernier moment de McLaren, qui passe de Honda à Renault dès 2018, ne devrait pas avoir d'impact trop important sur le planning de l'équipe de Woking et la future MCL33.

Selon Eric Boullier, le directeur de McLaren, ce sont environ deux semaines de travail perdues mais qui pourront être rattrapées avec un peu plus de travail.

"Bien entendu c'est un défi que de changer de plan aussi tard. Maintenant nous allons devoir travailler 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour rattraper environ deux semaines. Parce que l'idéal aurait été d'avoir eu cette décision au début du mois. Mais, deux semaines, c'est récupérable", explique le Français.

Boullier affirme que cela ne met pas en péril les projets en course pour le futur châssis.

"Non, nous n'aurons pas à faire le moindre compromis pour 2018. Bien entendu, nous n'avons pas la même expérience de ce moteur que Renault F1 et ses clients, nous devons découvrir le package qui nous sera fourni."

"Mais je pense que nous pouvons faire confiance à nos ingénieurs pour faire un très bon travail, rattraper les deux semaines et bien intégrer le moteur. Cela va être néanmoins une lourde charge pour eux mais je suis heureux de voir qu'il y a beaucoup d'énergie au sein de McLaren pour repartir du bon pied aussi vite que possible."

Le travail de McLaren sera facilité par le fait que la MCL32 a prouvé être une très bonne voiture (hormis son moteur).

"Oui, même s'il y a un changement de moteur, ce sera une évolution et pas une révolution. Cela ne changera pas notre approche pour 2018 ou le développement en fin de saison. Il y a juste une charge de travail en plus pour rattraper ces deux semaines."
source: Nextgen-Auto.com

Allison - Mercedes méritait sa victoire à Singapour
James Allison, le directeur technique de Mercedes, a reconnu que la chance a bien aidé l'équipe allemande à gagner le Grand Prix de Singapour. Mais cette victoire reste toutefois méritée pour la W08, pilotée jusqu'à la 1ère place par Lewis Hamilton et la 3ème par Valtteri Bottas.

La tâche du triple Champion du monde a été nettement facilitée par la triple élimination au départ des deux Ferrari et de Max Verstappen. Mais Hamilton avait aussi le bon rythme selon Allison.

"C'était un week-end difficile pour nous avant la course, c'est vrai, et les cartes ont été en notre faveur lors des premiers virages. Mais, après cette grande dose de chance, nous avons aussi justifié notre victoire avec une très belle course, un très bon rythme. Nous ne pouvons donc pas être plus heureux que de voir Lewis et Valtteri en tirer le meilleur", commente Allison.

Il reconnait que Mercedes ne s'attendait pas à un tel résultat.

"Lors des deux semaines qui précédaient, et malgré les centaines d'heures de travail et les milliers de simulations de réglages, rien ne nous permettait d'espérer un résultat comme celui-ci."

"Cela prouve à quel point la Formule 1 peut être incroyablement complexe, imprévisible et que cela reste un sport avec, comme on le dit, sa glorieuse incertitude."

"C'est évidemment un excellent résultat pour nous dans l'optique des titres, le résultat de Singapour nous donne un bon élan. Mais il reste encore beaucoup de chemin à faire avant dans cette course aux couronnes mondiales."
source: Nextgen-Auto.com

Brawn n'enterre pas Ferrari pour le titre
Ross Brawn, le manager du sport en Formule 1, sait que le Championnat du monde est encore loin d'être joué alors qu'il reste pas moins de 150 points à attribuer au Championnat des Pilotes et 258 au Championnat des Constructeurs.

Le Britannique pense que Ferrari et Sebastian Vettel ont encore le temps de se relever de la terrible double élimination au départ du Grand Prix de Singapour.

"La perte des points pourrait effectivement s'avérer coûteuse, surtout pour Sebastian, qui est maintenant à 28 points de Lewis Hamilon. Mais, il n'y a pas de raison de paniquer", affirme Brawn.

"Je sais très bien, de mon temps en tant que directeur technique de Ferrari, ce qu'il est possible de faire malgré ce genre de situation. Il reste 6 courses, pas mal de points à prendre et Ferrari a un ensemble compétitif à sa disposition."

"Je pense, j'ai même le sentiment, qu'il y a pas mal de retournements de situation à attendre d'ici la finale à Abu Dhabi", prédit Brawn pour conclure.

Hamilton n'a donc pas commencé à manger sa part de pain noir selon lui...
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.