En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 12 Octobre 2017

Comment Rosberg a utilisé un faux pas de Hamilton en 2016
Lewis Hamilton n'est pas un pilote facile à battre, encore moins avec la même voiture.

C'est ce qu'a pu constater Nico Rosberg au cours de ses dernières années chez Mercedes. L'Allemand a toutefois réussi à battre, sur le fil, son ancien équipier l'année dernière.

Et il révèle aujourd'hui avoir profité d'une faiblesse du Britannique, lors du Grand Prix du Japon, en 2016.

"Il n'a suffi que d'une conférence de presse pour faire vaciller tout son week-end", confie Rosberg, en référence à la conférence du jeudi lors de laquelle Hamilton avait joué avec son smartphone puis unanimement critiqué tout le week-end pour cela par la presse, y compris celle de son pays.

"Ces remarques m'ont donné la victoire à Suzuka l'an passé. Cela a perturbé son week-end parce que cela a causé un vrai bordel autour de lui. Il a fait plusieurs erreurs en piste en suite, et notamment au départ. Cela lui a coûté la course, j'ai pu m'échapper."

Rosberg rappelle à quel point un pilote est sensible à ce qui l'entoure.

"C'est parce que, mentalement, nous sommes tous totalement à la limite. Il y a tant d'intensité. C'est extrême et quand il y a une bataille entre deux pilotes, cela se joue à un cheveu. Toute petite chose peut faire basculer l'avantage dans un camp ou dans l'autre."

La guerre des mots entre deux pilotes a-t-elle donc un impact sur les résultats?

"Oh oui..." confirme Rosberg, qui en a "autant joué qu'en avoir été victime."
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene - Ferrari n'abandonne jamais
Ferrari a maintenant très peu de chances de décrocher le moindre titre mondial cette année.

La Scuderia n'a plus son destin entre les mains et Mercedes peut remporter les deux titres, pilotes et constructeurs, dès le prochain Grand Prix à Austin. Et si Lewis Hamilton n'y parvient pas aux USA, il aura encore trois balles de match à transformer, grâce à une belle avance de 59 points.

Malgré cela, la Scuderia ne compte pas se relâcher et se concentrer sur sa monoplace 2018.

"Des choses se sont passées, qui n'ont pas été plaisantes, mais nous n'abandonnons jamais", lance Maurizio Arrivabene à propos des problèmes de fiabilité et des abandons de Ferrari lors des trois dernières courses.

"Pour gagner contre Mercedes, et cette année nous avons réussi à les battre à plusieurs reprises, il faut juste pousser encore plus. Nous ne sommes pas inférieurs à eux, notre voiture a prouvé qu'elle était très, très bonne."

L'Italien concède que les titres sont probablement perdus mais il souhaite "gagner les 4 dernières courses."

"Ce serait le meilleur signal à donner à nos fans et à nos rivaux avant la saison 2018", conclut-il.

source: Nextgen-Auto.com

Lauda - la F1 risque de s'auto-détruire si elle devient trop sûre
Niki Lauda a vécu de l'intérieur les années 70 en F1, particulièrement meurtrières, et a lui-même survécu à ce fameux accident de 1976 dans l'enfer de la Nordschleife au Nürburgring. Il est donc forcément très bien placé pour évoquer l'aspect sécuritaire en F1.

Pour le responsable de Mercedes, la F1 ne doit pas faire fausse route et trop mettre l'accent sur la sécurité au détriment du spectacle. L'Autrichien ne risque pas d'apprécier l'introduction du halo...

"N'essayons pas de continuer à essayer de rendre la F1 complètement sûre, parce que la F1 n'intéressera plus personne à la fin... Ces pilotes de F1 devraient être les meilleurs au monde. C'est ce que les gens veulent voir... Parfois, les gens aiment voir des accidents, voir où sont les limites... Si nous allons trop loin sur la sécurité, je pense que la F1 se détruira elle-même."

Depuis son accident, et pour masquer ses cicatrices, Niki Lauda porte une casquette rouge qui ne le quitte plus. Cette casquette n'est-elle pas la preuve que la sécurité est toujours un sujet en F1?

"Cette casquette est une protection pour moi, une protection contre les gens stupides qui me regardent stupidement. Ils veulent toujours voir ce qu'il se passe d'extraordinaire sous cette casquette, et donc cette casquette me protège, je suis plus à l'aise avec elle..."

"Il y a eu des incidents où j'ai été blessé par des personnes... Ils m'ont traité de si mauvaise manière qu'ils ne me considéraient que pour savoir ce qu'il y avait sous ma casquette, et cela m'ennuyait vraiment. Donc quand ils se pointaient, je leur disais: regardez mes yeux si vous voulez me parler, pour l'amour du Christ!"

"Et d'ailleurs, si j'ai l'air horrible, j'ai l'excuse d'un accident! Des gens n'ont pas cette excuse, ils sont horribles!" rajoute Lauda, toujours aussi direct et franc.

Dans son travail de directeur non-exécutif de Mercedes, Niki Lauda a dû affronter de nombreuses crises, dont celle, majeure, provoquée par la retraite surprise de Nico Rosberg l'an dernier. L'Autrichien n'a toujours pas avalé la pilule...

"Je pense que gagner un Championnat du monde... eh bien, c'est facile, d'une certaine manière, parce que vous pouviez compter sur la meilleure voiture au monde, et vous pouviez y arriver. Mais gagner plus de championnats... c'est là qu'on voit la différence entre les pilotes."

"Quand vous gagnez plus de championnats, vous devez être le meilleur chaque année. Vous devez améliorer votre pilotage, comprendre les voitures. Vous conduisez des voitures différentes, vous devez maîtriser différentes règles techniques. Donc les vrais bons pilotes sont les multiples champions du monde."

Niki Lauda lui-même est un de ces "vrais bons pilotes" selon ses propres dires, puisqu'il a remporté trois titres, deux avec Ferrari et un dernier avec McLaren.
source: Nextgen-Auto.com

La famille De Villota trouve un accord avec Manor
En 2012, María de Villota, pilote de développement pour Manor, s'encastrait dans la plateforme de déchargement d'un camion, après quelques tests effectués en ligne droite à l'Aérodrome de Duxford.

La pilote avait perdu l'usage d'un œil lors de l'accident, et, par suite de ses blessures neurologiques, décéda en octobre 2013, à l'âge de 33 ans.

L'Inspection du travail britannique a pu enquêter sur l'accident et en a conclu que l'écurie Manor (Marussia à l'époque) ne saurait être tenue coupable pour ces faits. La famille de María de Villota, insatisfaite, a alors attaqué l'écurie pour obtenir réparation.

Cependant, un accord a aujourd'hui été trouvé avec la famille de María de Villota pour mettre un terme à cette procédure judiciaire.

"C'était un accident tragique. Ce fut un choc pour l'équipe et Maria nous manque profondément" a déclaré un porte-parole officiel, représentant les intérêts de Manor.

Le cabinet d'avocats d'affaires britannique Slater and Giordon et la famille de María de Villota, dans une déclaration commune, ont remercié chacun des fans de Manor et souhaitent que le mouvement "Maria's Legacy" poursuive son engagement de nombreuses années encore.

Le programme "Maria's Legacy" a été créé pour participer à des programmes de recherche en faveur des enfants et des personnes atteintes de maladies neurodégénératives et aux ressources limitées.
source: Nextgen-Auto.com

Trois moteurs par saison? La FIA s'égare totalement pour Honda
L'hiver dernier, Honda a révolutionné son concept moteur, ce qui s'est ressenti sur le plan de la fiabilité en début de saison. Le motoriste japonais semble aujourd'hui avoir mieux apprivoisé son V6, plus fiable mais aussi plus performant, même si de grands progrès demeurent encore à accomplir, comme l'a prouvé la récente pénalité de Fernando Alonso à Suzuka (35 places).

Yusuke Hasegawa, le responsable du projet F1 chez Honda, est ainsi confiant pour la saison prochaine: Honda ne va pas changer diamétralement de concept et cette stabilité devrait aider ses équipes.

"Cette année, le plus gros problème, c'est que les fondations de l'unité de puissance n'étaient pas suffisamment solides, dès le début. Donc tout le temps, il fallait développer le moteur, le faire évoluer, et introduire des évolutions lors d'un Grand Prix, sans que nous puissions auparavant nous assurer de la fiabilité ou la performance de ces évolutions."

"Pour l'an prochain, bien sûr, nous n'avons rien confirmé, mais au moins, nous avons une base de départ qui est le moteur actuel. Donc nous pouvons au moins utiliser ce moteur, et nous pouvons développer notre développement sur ces bases. Ensuite, dès que nous aurons une fiabilité et une performance assurées, nous pourrons introduire les évolutions sur un Grand Prix. De cette manière, avant d'introduire des évolutions, nous aurons plus de latitude pour étudier les impacts en termes de performance et de fiabilité."

Néanmoins, la saison prochaine, Honda sera confronté à une épineuse problématique: la FIA entend réduire le nombre maximal d'éléments moteur autorisés à trois...

"C'est un défi très difficile" regrette le responsable nippon. "Bien sûr, pour Honda, et quelques uns des manufacturiers, avoir trois moteurs, c'est très difficile. Trois moteurs, cela ne va pas réduire les coûts, donc les équipes sont toujours poussées à améliorer la performance de leurs trois moteurs, donc c'est pourquoi il faut mettre plus de budget. Si la FIA veut réduire les coûts en réduisant le nombre de moteurs autorisés à trois, elle va arriver à la conséquence totalement inverse."

En attendant de commencer son partenariat avec Toro Rosso, Honda essaie de limiter les pénalités sur la grille avec McLaren d'ici la fin de la saison, pour marquer autant de points que possible. Or la pénalité, évitable, de Fernando Alonso à Suzuka, a sans doute empêché l'Espagnol de marquer de bons points.

"La voiture a montré un bon rythme à Suzuka. Je pense que nous étions plus rapides que Williams, plus rapides que Haas et Renault. Donc je pense que nous avions la performance de marquer au point, si nous avions pris un départ."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton ne va pas tenter de choses folles
Lewis Hamilton avait indiqué qu'il n'allait pas changer d'approche et tout faire pour gagner toutes les courses qui restaient au calendrier de la saison.

Mais le Britannique a la possibilité de remporter son 4ème titre mondial dès le prochain Grand Prix aux Etats-Unis.

Avec 59 points d'avance, il devra toutefois en marquer 16 de plus que Sebastian Vettel pour y parvenir. Ce qui signifie gagner et espérer que Vettel finisse 6ème ou moins bien, ou finir 2ème et Vettel finisse 9ème ou moins bien.

Quelle approche va donc avoir Hamilton? Un peu plus de prudence!

"Ce serait génial de gagner ce titre à Austin mais tout ne dépend pas que de moi. J'aborde chaque course avec la volonté de gagner, ça, ça ne change pas. Mais je ne vais pas tenter des choses folles, évidemment. Et vous savez que je ne suis pas du genre à faire ça parce que je ne me fais pas souvent pénalisé. Je pense que ça va aller", explique Hamilton.

La meilleure preuve qu'il ne fera rien de fou?

"Vous l'avez vu en Malaisie. Je savais que je ne pourrais pas gagner face à Max Verstappen. Je sais comment gérer un week-end de course avec mon expérience. Cela me permet de savoir quand je dois attaquer et quand je dois me freiner un peu."

A noter que le Britannique avait gagné son 3ème et dernier titre à Austin, en 2015, face à Nico Rosberg.
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen - En 2018, nous serons plus forts encore
La Scuderia aurait-elle raté en 2017 une occasion unique de remporter les deux titres mondiaux? Tel n'est pas le sentiment de Kimi Räikkönen. Pour le Finlandais, la Scuderia pourrait même encore être plus forte la saison prochaine.

"Bien sûr, nous aimerions signer un doublé à chaque course. Mais le succès dépend de beaucoup de choses. Cette année, nous sommes clairement allés dans la bonne direction, nous avons fait du bon travail pendant l'hiver. Et je suis sûr que nous serons encore plus forts l'an prochain."

Ferrari peut en outre compter sur la très bonne entente entre Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel...

"Nous avons une bonne relation" confirme le Finlandais "et cela nous aide pour aborder les problèmes que nous rencontrons, et pour les résoudre ensemble. J'ai rencontré Sebastian dès qu'il est arrivé en F1 et nous sommes devenus amis. Mais bien sûr, sur un circuit, nous voulons terminer devant l'autre!"

Même après 15 saisons de F1, le Champion du monde 2007 ne compte pas encore tirer sa révérence.

"Généralement, je n'ai pas de plan, même pour la semaine prochaine. Peut-être qu'après la F1, je courrai en rallye, pour m'amuser. Le pilotage et la compétition sont les seules raisons pour lesquelles je suis toujours en F1. J'ai toujours le sentiment que je peux gagner des courses et me battre pour le championnat."
source: Nextgen-Auto.com

Des pénalités à étudier pour les deux pilotes Red Bull
Daniel Ricciardo et Max Verstappen auront encore besoin d'un moteur neuf chacun avant la fin de la saison.

Les deux pilotes Red Bull seront donc pénalisés lors de l'une des quatre courses restantes et Helmut Marko a un plan pour limiter la casse.

"Nous sommes arrivés au bout de notre quota et nous avons encore un changement de moteur à faire sur chacune de nos voitures", confirme le consultant au sport automobile de l'équipe autrichienne.

Red Bull n'a pas identifié de circuit particulièrement faible en cette fin de saison. Alors elle ne mettra pas ses oeufs dans le même panier.

"Nous allons devoir partir du fond de la grille à deux occasions mais nous ne le ferons pas lors de la même course. Ainsi, Daniel et Max auront leurs pénalités sur deux circuits différents. Ce qui veut dire que nous aurons au moins une voiture devant à chaque fois."

En toute logique, l'un des pilotes sera pénalisé à Austin et l'autre à Mexico.
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes refuse tout triomphalisme et se méfie toujours de Ferrari
Avec une avance confortable au classement des pilotes comme au classement des constructeurs, Mercedes ne peut-elle pas déjà sortir le Chandon du frais pour célébrer l'obtention de deux nouveaux titres mondiaux?

Evidemment, du côté de l'état-major allemand, le discours se veut prudent et responsable: pour Toto Wolff, il n'est pas question de vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tuée...

"Quelque chose est certain seulement quand il ne peut en aller autrement" assure ainsi le directeur de Mercedes.

"Cette année se déroule l'un des championnats au monde les plus rudes depuis longtemps, et maintenant, nous devons tout continuer à bien faire pour que cette saison soit un succès pour nous."

Toto Wolff a d'autant moins confiance que Mercedes ne semble toujours pas avoir compris le fonctionnement de sa voiture...

"Notre voiture est toujours une diva. Et le destin de Sebastian lors des trois dernières courses montre avec quelle rapidité la situation peut évoluer. En course, l'imprévisible peut toujours arriver, et il y a toujours 100 points en jeu. Nous n'allons pas nous relâcher, pas avant l'obtention du titre."

Niki Lauda est particulièrement bien placé pour savoir qu'un titre peut se jouer jusqu'à la dernière minute.

"Suzuka était un incroyable pas en avant. Mais le titre n'est toujours pas en poche. Mais la situation semble meilleure et plus facile pour nous maintenant."

Pour le directeur non-exécutif de Mercedes, il est vrai que l'écurie allemande cherche toujours à cerner le comportement de cette "diva".

"Pour le moment, tout le monde cherche encore des réponses."

Un des points faibles de la Mercedes est d'ailleurs sa faiblesse quand il s'agit de suivre une autre voiture.

"C'est en raison de notre package aérodynamique" explique Lauda. "Pour éviter le problème, il nous faut mener une course."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari renforce son contrôle qualité avec une nouvelle recrue
Le président de Ferrari, Sergio Marchionne, avait promis un renforcement du contrôle qualité chez Ferrari, c'est désormais chose faite.

L'Italien a puisé dans les ressources du groupe Fiat Chrysler qu'il dirige et a transféré l'un de ses meilleurs éléments, une Espagnole, Maria Mendoza, experte en métaux et en produits chimiques depuis 5 ans au sein de Fiat.

Elle a dirigé un groupe de 25 personnes qui a amélioré, avec succès, les voitures de la marque italienne.

Mendoza travaillera sous les ordres de Mattia Binotto, le directeur technique, mais aura toute l'autorité nécessaire pour faire remonter les problèmes au plus haut niveau si nécessaire, le temps que la situation de la fiabilité chez Ferrari se stabilise.

Autant dire que Sergio Marchionne souhaite avoir des rapports directs sur les faiblesses et les avancées de la Scuderia.

De son côté Niki Lauda fait une révélation.

"Nous avons aussi eu, sur une de nos Mercedes, un problème de bougie le matin avant la course à Suzuka. Et, avec la permission de la FIA, nous avons eu l'autorisation de la changer. Dans le cas de Vettel, je pense que le problème était plus grave qu'un simple problème de bougie", déclare le directeur non exécutif de Mercedes.

Blâmer son fournisseur (NGK) afin d'éviter une nouvelle crise dans la presse italienne? C'est ce que sous entend clairement Lauda...
source: Nextgen-Auto.com

Premier test réussi pour Kubica chez Williams mais...
Robert Kubica a bien testé une première fois la Williams de 2014, c'était hier, sur le circuit qui accueille le Grand Prix de Grande-Bretagne.

Le pilote polonais a connu une journée "réussie avec la FW36 à Silverstone" selon Williams. C'est le seul commentaire qui a été fait par l'équipe de Grove, qui n'a pas révélé de chronos ni le nombre de tours parcouris par l'ancien pilote de F1.

Paddy Lowe avait prévenu à Suzuka: ces tests de Kubica et Paul Di Resta resteront secrets.

"Nous ne révèlerons aucune information de ce qui se passera dans ces tests - c'est un sujet qui restera en privé chez nous. Je tiens à souligner que cela ne signifie pas que ce sont les seuls pilotes que nous sommes en train de considérer pour 2018. Nous envisageons de nombreux pilotes, Robert et Paul ne sont que deux de nos possibilités", disait-il.

Contacté par nos soins, le porte-parole de Williams confirme: "nous ne dévoilerons aucune information pour le moment."

Williams pourrait communiquer la semaine prochaine, à l'issue de la 2ème séance de test prévu au Hungaroring. Cette fois Kubica sera confronté à Paul Di Resta, qui roulera la journée d'après. L'Ecossais avait roulé en Hongrie à la place de Felipe Massa et constituera donc un bon point de repère pour Williams.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.