En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 19 Novembre 2017

Sao Paulo risque bien de perdre le GP du Brésil selon Ecclestone
C'est Bernie Ecclestone qui avait négocié le contrat en cours avec Interlagos, un contrat qui prévoyait notamment de grosses rénovations sur le circuit, en termes d'infrastructures.

Le paddock devait même être déplacé sur l'autre ligne droite du circuit mais, faute d'argent, tout a été arrêté par la ville.

L'ancien grand argentier de la F1, qui passe maintenant beaucoup de son temps au Brésil, admet qu'il ne sait pas ce qu'il adviendra de ce Grand Prix.

"Le contrat se termine en 2020. Il est difficile de dire ce qui arrivera après pour le moment. Pour garder le Grand Prix du Brésil à São Paulo, la ville doit dépenser de l'argent. Le maire Joao Doria essaye lui de vendre le circuit. Il a intérêt à trouver un acheteur qui est préparé à tout ce qui devra être fait", prévient Ecclestone.

Le Britannique était lui-même dans le rang des acheteurs potentiels mais il a vite passé son chemin. La tâche sera encore plus ardue maintenant selon lui.

"Il n'y aura plus de Brésilien en Formule 1 l'an prochain (sur la grille."

Certains prédisent déjà de mauvaises retombées pour la F1 si le Brésil perd sa course dans 3 ans. Ecclestone n'y croit pas.

"La Formule 1 a besoin de deux choses: des pilotes champions du monde ou à succès. Et Ferrari. C'est ce qui garde la Formule 1 en vie."

"Le Brésil a lui besoin d'un homme comme Vladimir Poutine, il réglerait tout. C'est difficile de suivre ce qui se passe dans le pays, il y a des nouvelles tous les jours. Il semblerait que tout le monde est corrompu au Brésil", conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton pense toujours à faire une course de Nascar
Une idée trotte toujours dans la tête de Lewis Hamilton: participer un jour à une course de Nascar.

Le pilote britannique, qui ne se voit pas continuer en sport automobile après sa carrière en F1 parce qu'il a "trop de défis différents à mener et de passions en dehors de l'automobile", admet qu'il pense toujours à ces grosses berlines à moteur V8 qui roulent aux Etats-Unis sur des ovales et quelques circuits routiers.

"Je suis toujours en Formule 1 pour le moment, mais, à un moment, à l'avenir, j'envisage de faire une course en tant qu'invité su possible. Je n'écarte en tout cas pas cette idée."

Hamilton avait testé la Chevrolet de Tony Stewart en 2011, sur le circuit routier de Watkins Glen, alors qu'il était pilote McLaren.

Et, fin 2015, il avait passé toute une journée avec Jeff Gordon au bord de l'ovale de Homestead-Miami.

"Il y a certaines choses qu'ils font clairement mieux que nous en Formule 1. Nous pouvons apprendre d'eux. Le spectacle était grandiose, notamment pour les fans. Un peu comme en DTM, les fans peuvent approcher de très, très près les garages et les pilotes. C'était vraiment une course très cool... et j'espère en faire une un jour", avait-il déclaré à l'époque.

"J'ai trouvé ce sport bien plus intéressant en vrai que devant la télévision. C'est un monde bien différent de la F1, les équipes sont plus petites, ça m'a rappelé mes jours en Formule 3. La technologie est aussi plus simple mais l'ambiance est réellement fantastique et les tribunes sont noires de monde."

"Pour les fans, comme un tour ne dure que 30 secondes, ils ont toujours des voitures sous leurs yeux. Elles font un bruit de tonnerre et sont très rapides. La course peut sembler longue, 267 tours je crois, mais j'ai vraiment apprécié. J'ai essayé de comprendre la stratégie, les différences entre les voitures."

"Ça m'a donné envie d'en piloter une, j'ai vraiment envie de faire une course de Nascar un jour. Il n'est pas certain que je commence par un ovale toutefois, plutôt un circuit routier."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso boucle ses essais avec Toyota à Sakhir
Fernando Alonso, pilote McLaren Honda en Formule 1 cette année, et McLaren Renault l'année prochaine, a bouclé aujourd'hui ses premiers essais avec une voiture d'Endurance.

Au volant de la Toyota TS050 hybride n°8, sur le circuit de Sakhir, le double Champion du monde a ajouté 76 tours cette après-midi aux 37 déjà effectués ce matin.

L'Espagnol a procédé à 7 relais de huit à neuf tours à Bahreïn, améliorant son meilleur chrono de la matinée (1:43.709) en 1:43.013.

Avec un totale de 113 tours en une seule journée, Alonso a donc eu une bonne impression de ce qu'est une voiture du WEC, même s'il est resté à près de 2 secondes et 8 dixièmes de la référence du jour, la Porsche de Timo Bernhard, qui ne participera pas au WEC l'année prochaine.

"Nous n'avons pas fait rouler Alonso avec peu d'essence ou avec des pneus neufs pour des tours rapides", a expliqué Pascal Vasselon, le directeur technique de Toyota.

Pour référence, l'autre rookie testé par Toyota, le Français Thomas Laurent, a signé un temps un peu moins rapide en 1:43.273, au volant de la Toyota n°7.

Cet essai débouchera-t-il sur un contrat pour Fernando Alonso, qui désire plus que tout faire Le Mans afin de gagner la Triple Couronne (Monaco F1 - La Mans et Indy 500)? C'est à Toyota d'en décider, la priorité restant pour l'Espagnol la Formule 1 avec McLaren Renault en 2018.

Alonso peut toutefois disputer presque toutes les épreuves du WEC l'an prochain avec Toyota, il n'y a qu'un seul conflit de date, en fin de saison. Soit après les 24 Heures du Mans...

"C'était une super journée", commente Alonso. "Tester une LMP1, c'est génial pour n'importe quel pilote, ces voitures sont incroyables à piloter, très constantes dans les relais."

"Un jour, ce sera bien de rouler en Endurance. Je ne sais pas quand ce sera mais c'est un but à moyen terme pour moi d'y rouler régulièrement après la Formule 1."

Alonso ne ferme donc pas la porte à une participation réduite, dès 2018. Toyota également.

"Ce test était une bonne opportunité pour lui comme pour nous", ajoute Vasselon. "Nous avons maintenant le temps de penser à l'avenir."
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone - Liberty doit se remettre au standard de la Formule 1
Bernie Ecclestone était de retour, de manière discrète, sur un Grand Prix de Formule 1, le week-end dernier, au Brésil.

Il passe désormais beaucoup de temps dans ce pays, celui de sa femme Fabiana, à la tête d'une plantation de café. Mais, pour celui qui est président d'honneur de la Formule 1, un titre simplement honorifique, son éviction soudaine de la tête du sport par Liberty Media ne passe toujours pas.

Et il ne mâche pas ses mots concernant les actions des Américains, en répétant cette fameuse comparaison lancée il y a quelques mois...

"J'ai toujours respecté la Formule 1 comme s'il s'agissait d'un restaurant trois étoiles au Michelin. Ce n'est pas bien de traiter la F1 comme si c'était du fast food", déclare Ecclestone à Folha, un média brésilien.

"Liberty doit se réveiller, je n'ai rien contre eux mais je suis désolé de ce qui arrive. C'est comme si vous donniez à un dentiste le travail d'un médecin. Ils sont au standard américain. C'est bien en dessous de ce que vaut la Formule 1. Tous ceux qui ont été impliqués en F1 pendant les 40 dernières années attendent un standard plus élevé."

Pourquoi avoir vendu la F1 alors?

"Nous avons pensé que c'était le bon moment. Peut-être que nous avons eu tort. Mais je n'ai pas de regrets."

Ecclestone pense-t-il avoir été dupé? Il s'attendait à rester 3 ans en tant que consultant pour accompagner Liberty.

"Non. Si j'avais senti qu'on m'avait dupé, j'aurais fait quelque chose. Mais c'est le genre de choses qui arrive. J'ai vendu mon business. Peut-être qu'ils n'ont pas su comment me dire comment partir alors ils m'ont donné cette position de président d'honneur. Mais ils ne l'ont rien promis lors de la vente. Chase Carey voulait ma place, c'est comme ça."

"Ce n'est pas un manque de respect, sinon ils n'auraient pas acheté la société, le fruit de mon travail. J'ai juste été surpris d'avoir été écarté ainsi."

Accepterait-il de revenir?

"Après avoir été en charge du sport pendant 40 ans, cela reviendrait à demander à Liberty quoi faire, comme si j'étais un tueur à gage. Comme si on vous proposait de tuer quelqu'un, vous vous demanderiez ce que vous devez faire."
source: Nextgen-Auto.com

Hartley - Sans ma victoire au Mans, il n'y aurait pas eu de F1
Brendon Hartley a reconnu lors de sa dernière course en WEC pour Porsche, ce week-end aux 6 heures de Bahreïn, qu'il n'aurait certainement pas eu de nouvelle chance d'arriver en Formule 1 chez Toro Rosso sans sa victoire aux 24 Heures du Mans en juin dernier.

"Être en haut du podium au Mans fait définitivement partie de mes meilleurs souvenirs de ma période en Endurance. C'est évidemment le plus gros succès de ma carrière à ce jour, cela passe avant mes débuts en Formule 1 il y a quelques semaines", confie le Néo-Zélandais, qui a été titularisé pour toute la saison 2018.

"Je suis certain que sans cette victoire, je n'aurais pas eu ma chance en Formule 1. Le Mans signifie beaucoup de choses pour beaucoup de gens. Je sais ce qu'en pense Helmut Marko. Les voitures d'Endurance sont très rapides aujourd'hui et monter en haut du podium au Mans, devenir Champion du monde dans cette catégorie, cela signifie beaucoup."

Porsche en a maintenant terminé avec son programme en LMP1, victime directe, comme Audi, des coupes budgétaires de Volkswagen suite au "Dieselgate."

"Il n'y a rien de positif évidemment, tout le monde aurait aimé continuer cette aventure, encore et encore. Je reste lié à la marque et nous verrons quels programmes ils auront à l'avenir. Pour moi, les choses ont évidemment très bien fonctionné et encore plus que je l'espérais puisque cela a permis de relancer ma carrière sur la voie de la Formule 1. Mais, au sein de l'équipe, nous sommes tous un peu en colère de devoir clore cet incroyable chapitre."
source: Nextgen-Auto.com

Il y aura bien 3 moteurs par pilote en 2018
Le Groupe Stratégie de la Formule 1 n'a pas adopté la proposition de Renault F1, présentée par Red Bull Racing, de maintenir à 4 le nombre de moteurs par pilote pour la saison 2018.

Dans le cadre de l'évolution du règlement sportif, la FIA avait prévu lors de l'arrivée des V6 turbo hybrides que le nombre de moteurs passerait à 3 en 2018, ceci afin de limiter encore plus les coûts pour les équipes clientes.

Mais les motoristes capables de tenir 7 Grands Prix avec un seul moteur ne sont pas légion, même après 4 ans dans cette règlementation technique! Seuls Mercedes et Ferrari devraient être capables de tenir cet objectif (en l'état actuel des choses) ou, au moins de minimiser le nombre de pénalités.

Pour Renault et Honda c'est une autre histoire. La saison 2017 a encore été mauvaise de leur côté question fiabilité, notamment chez les Japonais.

Qui a voté contre Renault F1? Ferrari. Les Italiens ont avancé que des travaux de fiabilisation de son V6 étaient bien avancés, mais c'est surtout un avantage stratégique en moins pour Red Bull Racing et Renault F1. Cette position a été soutenue par Mercedes, qui a confirmé que Andy Cowell avait maintenant pour tâche principale depuis quelques mois de fiabiliser le V6 actuel.

Voilà qui promet encore des grilles de départ bien chamboulées par les pénalités en 2018, ce dont veut se débarrasser Ross Brawn et Liberty Media à moyen terme.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Le mental et le respect, deux aspects essentiels pour lui
Lewis Hamilton pense que c'est sa force mentale qui lui a permis de remporter le titre de Champion du monde cette saison.

Le Britannique, qui a révélé qu'il avait averti Vettel en coulisses de ne plus lui manquer de respect comme à Bakou, s'en prend aussi à Rosberg et cite Alonso comme seul exemple qu'il ait eu à suivre dans sa carrière.

"La clé de cette année a été la force mentale. Il a fallu résister à des choses, comme l'accrochage à Bakou. Mais j'ai dit à Seb en privé qu'il ne devrait jamais plus me manquer de respect comme cela à l'avenir", dit-il.

"J'ai eu beaucoup de respect de la part de certains pilotes et j'apprécie beaucoup cela. Seb s'est excusé et nous sommes passés à autre chose. C'est important d'avoir le respect de vos rivaux. Et quand c'est réciproque, c'est un grand sentiment."

"Pour en revenir au mental, c'est la clé pour beaucoup d'athlètes. Cela fait la petite différence sur les performances, mais c'est ce qui vous sépare de la victoire. Pour moi, cela fait donc une grande différence."

L'environnement Mercedes semble aussi lui aller comme un gant.

"Je suis arrivé chez Mercedes (en 2013) plein d'énergie. Maintenant, ce qui a changé, c'est mon implication dans le travail, elle est bien meilleure et efficace aujourd'hui. Si j'avais pu appliquer ça dès le début de ma carrière, j'aurais probablement 5 titres mais cela ne change pas la face du monde."

Il fait évidemment référence à sa défaite face à Rosberg l'an dernier.

"Cela ne m'a rien appris, rien du tout. Perdre le championnat m'a permis d'être un meilleur pilote. Nico ne m'a rien appris. Le seul équipier qui m'a appris des choses et que j'ai suivi, pendant un an, c'était Fernando. Et c'était ma première année en F1."

"Après ça, c'est l'expérience qui a fait la différence. Je n'ai rien pris à un autre pilote, j'ai juste appris à développer et à débloquer mes capacités."

D'une certaine manière, Hamilton commence à penser comme un certain Michael Schumacher, qui possède encore les deux plus beaux records de la F1: 91 victoires, 7 titres.

"Je n'y pense pas", se défend le quadruple Champion du monde. "J'ai bien du mal à imaginer être encore en F1 quand il sera temps de viser un 7ème titre. Mais je ne peux pas dire jamais. Il faut déjà profiter de ceux qui ont été gagnés. 4 c'est déjà incroyable."

"Bien sûr, je veux tout gagner pendant mes années qui me restent en F1. Plus de victoires et plus de titres. Dépasserai-je Michael? Je ne sais pas. Mais si je ne gagne aucun autre titre, ça ne sera pas la fin de ma vie. J'ai plein d'autres défis à relever après la F1."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso en piste aujourd'hui avec la Toyota LMP1
Ce dimanche, Fernando Alonso fera sa toute première apparition dans une voiture du Championnat du monde d'Endurance FIA (WEC), en essayant la TS050 HYBRID, le prototype LMP1 de Toyota.

La confirmation est venue hier soir, de la part de Toyota, après les fortes spéculations qui ont duré pendant plus d'une semaine. La situation contractuelle de l'Espagnol, toujours lié à McLaren mais encore et surtout à Honda (le concurrent commercial principal de Toyota), n'a pas dû aider.

Ce test, qui aura lieu sur le Bahrain International Circuit, verra le double Champion du monde de Formule 1 rejoindre Mike Conway et Thomas Laurent (sélectionné dans le cadre du Rookie Test du WEC) dans le cockpit de l'une des voitures de Toyota Gazoo Racing qui était en piste hier pour les 6 Heures de Bahreïn.

Le pilote McLaren F1 est déjà familier du paddock du WEC: en 2014, en tant que Grand Marshal, il avait abaissé le drapeau français pour donner le départ des 24 Heures du Mans. Cette même année, l'Espagnol avait été un spectateur très intéressé sur le circuit de Bahreïn, où il avait rendu visite à son ami - et ancien adversaire en Formule 1 - Mark Webber.

De longue date, Fernando Alonso a fait part de son envie de piloter un prototype LMP1 du WEC, et a entamé des discussions pour s'essayer à l'avenir aux courses d'endurance.

Il est présent sur le Bahrain International Circuit depuis samedi en tant qu'invité de la famille royale bahreïnie.

Toyota a confirmé que "pour préparer cet essai, Fernando a rendu visite à l'équipe à Cologne le mardi 7 novembre pour mouler son baquet et faire une séance en simulateur."

Hisatake Murata, le président de l'équipe, ajoute:

"Nous sommes très excités de voir Fernando tester notre voiture. Lors de sa visite à Cologne, tous ceux qui l'ont rencontré ont pu ressentir son enthousiasme et sa passion pour notre sport. C'est est un vrai compétiteur. Nous respectons beaucoup son intérêt pour les différentes formes de sport automobile et c'est un plaisir de lui offrir cette chance de conduire une voiture hybride LMP1. Il sera intéressant d'entendre ses commentaires sur notre TS050 HYBRID."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.