En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mardi 06 Février 2018

Le calendrier 2018 de Fernando Alonso sera chargé
Avec un double programme entre F1 et endurance, pour le compte de McLaren et Toyota, Fernando Alonso ne va pas s'ennuyer en 2018. Après avoir disputé le Rolex 24 pour United Autosports, il va disputer 25 voire 26 autres courses, selon que la manche de Fuji sera déplacée ou non.

Voici donc un tour d'horizon de la saison marathon qui attend l'Espagnol en 2018. En gras sont indiquées les dates correspondant à ses obligations pour le compte de Toyota en WEC mais aussi les 24 heures de Daytona qui ont eu lieu la semaine dernière. En italique, la course de Fuji pourrait s'ajouter à son programme, sous réserve d'un accord entre Toyota, propriétaire du circuit, et les organisateurs du championnat.

En plus de ces courses, son calendrier comportera les deux semaines d'essais sur fin février et début mars pour préparer la saison de F1, ainsi que des séances diverses avec Toyota et une journée de tests pour les 24 heures du Mans le 3 juin, entre Monaco et le Canada. Au niveau des essais de Formule 1, les pilotes participeront à deux jours d'essais à Barcelone après le Grand Prix d'Espagne, à deux journées sur le Hungaroring avant la pause estivale, et à deux jours à Abu Dhabi au lendemain de la fin de saison de F1.

27-28 Janvier - Rolex 24 - USA
25 Mars - Melbourne - Australie
8 Avril - Sakhir - Bahreïn
15 Avril - Shanghai - Chine
29 Avril - Bakou - Azerbaïdjan
5 Mai - 6 heures de Spa - Belgique
13 Mai - Barcelone - Espagne
27 Mai - Monaco - Monaco
10 Juin - Montréal - Canada
16-17 Juin - 24 heures du Mans - France
24 Juin - Le Castellet - France
1 Juillet - Spielberg - Autriche
8 Juillet - Silverstone - Grande-Bretagne
22 Juillet - Hockenheim - Allemangne
29 Juillet - Budapest - Hongrie
19 Août - 6 heures de Silverstone - Grande-Bretagne
26 Août - Spa-Francorchamps - Belgique
2 Septembre - Monza - Italie
16 Septembre - Marina Bay - Singapour
30 Septembre - Sotchi - Russie
7 Octobre - Suzuka - Japon
14 Octobre - 6 heures de Fuji - Japon
21 Octobre - Austin - USA
28 Octobre - Mexico City - Mexique
11 Novembre - São Paulo - Brésil
18 Novembre - 6 heures de Shanghai - Chine
25 Novembre - Yas Marina - Abu Dhabi
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes s'associe à Tommy Hilfiger pour remplacer Hugo Boss
Mercedes AMG a annoncé un partenariat avec Tommy Hilfiger qui prend effet immédiatement. En effet, la marque de prêt-à-porter remplace Hugo Boss et fournira les tenues de l'équipe. Son logo apparaîtra sur les combinaisons, les monoplaces et sur la devanture des garages de l'équipe.

Tommy Hilfiger prend donc la place de Hugo Boss, qui avait quitté McLaren fin 2014 pour rejoindre Mercedes. La marque a annoncé l'an dernier que 2017 serait sa dernière saison avec Mercedes puisqu'elle rejoignait la Formule E.

"Nous sommes ravis d'accueillir Tommy Hilfiger chez Mercedes-AMG Petronas et en Formule 1" a déclaré Toto Wolff. "C'est toujours intéressant d'embarquer dans un nouveau partenariat, surtout lorsque ça touche une zone importante pour l'image de l'équipe."

"Je suis positif quand au fait que ça dynamisera notre marque et que cela amènera une nouvelle impulsion à notre perception dans le paddock. Nous avons hâte de voir comment Tommy Hilfiger habillera l'équipe cette saison ainsi que de découvrir leurs plans pour les fans de Formule 1."
source: Nextgen-Auto.com

Webber estime que Ricciardo doit avant tout battre Verstappen
Daniel Ricciardo a décidé de ne pas encore prolonger son contrat avec Red Bull après 2018 afin de se laisser la liberté de chercher une autre équipe au cas où la sienne ne lui offrirait pas la chance d'être Champion du monde.

Néanmoins, ce plan se heurte aussi à un autre obstacle en la personne de Max Verstappen. Le Néerlandais, arrivé chez Red Bull un peu plus de deux ans après Ricciardo, s'est clairement montré au niveau de l'Australien en 2017, voire un peu au dessus. Mark Webber estime que son compatriote n'aura pas beaucoup d'options s'il veut garder la main.

"Je pense que le mieux qu'il puisse faire, c'est de battre Max" explique Webber. "Il le sait et il va faire de son mieux pour cela. Il faut qu'il se concentre là-dessus pendant cinq ou six mois et qu'il regarde ensuite les options disponibles."

Les deux options que vise Ricciardo sont Ferrari, où Kimi Räikkönen dispute possiblement sa dernière saison, mais surtout Mercedes où l'avenir de Valtteri Bottas est incertain. Webber constate en tous cas qu'une potentielle alliance est évidente.

"Il y a un lien évident puisque tous les deu arrivent en fin de contrat, Daniel est un pilote de haut niveau et il y a une chance pour qu'il change d'équipe. Je ne pense pas que Mercedes se pressera à prendre une décision non plus, ils vont analyser de près les résultats de Valtteri afin de voir comment il roule, au moins jusqu'au Canada."

Bien que Max Verstappen soit tenu en très haute estime du côté de Milton Keynes, Webber assure que Red Bull ne le privilégiera pas à tout prix et reconnaît une certaine justesse de son ancienne équipe.

"Red Bull soutiendra le gars qui mène le championnat et fait le boulot. Si c'est Daniel, il a clairement une belle image là-bas, car c'est encore un produit Red Bull. Je ne pense pas que Helmut [Marko] serait déçu de le voir Champion du monde."

"Mais il aime aussi Max, ils sont tous les deux ses favoris. Cependant, si Daniel bat Max et que Red Bull est au plus haut niveau, pourquoi partirait-il? Au final, je ne pense pas que Dan soit intéressé par la couleur de sa voiture, il veut juste gagner. C'est son objectif et il en est capable, mais il doit se mettre dans une position où il peut avoir cette chance."
source: Nextgen-Auto.com

Fred Vasseur a restructuré Sauber en trois étapes à son arrivée
Lorsque Fred Vasseur est arrivé chez Sauber l'été dernier, la situation était très mal engagée. L'équipe naviguait à une seconde et demie de l'équipe la plus proche d'elle dans la hiérarchie, le moteur datant de 2016 n'était plus développé et c'est un contrat avec Honda qui l'attendait pour 2018. De quoi laisser au Français la possibilité de donner un grand coup de pied dans la fourmilière.

"Il faut remonter la pente, et ça passe par une restructuration dans de nombreux domaines et de nombreux départements" explique Vasseur à Auto Plus. "La tâche est ardue, et nous ne sommes pas aujourd'hui les mieux armés pour accomplir ce travail."

"En premier lieu, il a fallu s'occuper du contrat moteur. Nous avons perdu du temps sur ce sujet, sur les problèmes d'intégration au châssis. Il y avait beaucoup de travail déjà effectué sur le dessin 2018 avec le Honda."

Vasseur s'est empressé d'annuler le contrat avec Honda, bien que le développement avait déjà commencé autour du bloc japonais, et il a fallu revoir l'intégralité du développement, une fois le moteur Ferrari obtenu.

"Le positionnement de la batterie n'est pas le même, son contrôle non plus, les places prévues dans la coque diffèrent également, l'empattement et la taille du réservoir changent, le concept de la boîte de vitesses également, et au total le concept général n'est plus le même."

Car utiliser le moteur Honda revenait à utiliser la boîte de vitesses de McLaren: "Et je savais à 99% que McLaren se séparerait de Honda, donc ça compliquait tout. Il faudra d'ailleurs qu'à terme nous fabriquions chez Sauber notre propre boîte de vitesses. Pour l'heure, c'est une faiblesse de notre système."

La force des négociations entreprises par Fred Vasseur avec Ferrari a été d'obtenir un moteur de l'année en cours pour 2018, et non plus le moteur de l'année d'avant. Pour lui, il était évident qu'un déficit de performance tel que celui subi en 2017 condamnait quasiment l'équipe à la dernière place.

"Au-delà d'un possible écart de performances entre les deux unités, il y a d'autres raisons à cela. Ne pas utiliser le moteur de l'année vous interdit les évolutions au cours de la saison, celles du moteur et celles du carburant. Ce sont des évolutions qu'il est impossible de reporter sur le moteur précédent."

"Et puis il y a une question de communication c'est-à-dire le message que vous envoyez à l'équipe. En l'occurrence: nous ne faisons pas tout ce qu'il faut pour la performance. Nous ne sommes pas la plus grosse équipe de la grille, et si de plus, on démarre avec un moteur de l'année précédente, en étant les seuls dans ce cas sur la grille, vraiment ça ne fait pas rêver, et ça ne motive pas."

La dernière étape dans le processus de changement pour Vasseur a été de passer un accord pour obtenir le soutien d'Alfa Romeo en tant que motoriste. En réalité, le Français a commencé à travailler sur cet accord deux jours après son arrivée chez Sauber, lors d'une réunion d'un groupe stratégie de l'équipe: "Nous avons évoqué Alfa Romeo, puis le lien qui pouvait se renforcer."

"Assez rapidement, nous avons entrevue la solution et ensuite, il a fallu plus de huit semaines de négociations. Elles ont paru longues, mais quand vous constatez que mi-juillet, vous annoncez que vous ne voulez plus du moteur Honda et que début décembre, il y a la présentation du projet Alfa Romeo, c'est finalement assez court."
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso précise le déroulement de la présentation de sa STR13
Toro Rosso a donné des détails supplémentaires quant à la présentation de sa nouvelle monoplace, la STR13. Celle-ci sera la première à sceller le partenariat entre l'équipe italienne et le motoriste Honda, nouvellement arrivé aux côtés de la deuxième équipe de Red Bull.

La nouvelle monoplace sera révélée dans la voie des stands le 26 février au matin à 8h10, soit 50 minutes avant le début des essais hivernaux. Elle prendra la piste officiellement à 9h, bien qu'elle aura déjà tourné dans un but promotionnel quelques jours plus tôt.

Toro Rosso a également annoncé qu'à 10h, les dirigeants de l'équipe ainsi que les porte-paroles se tiendront à disposition pour répondre à une série de questions au sujet de la saison à venir.

Rappel des dates de présentation de toutes les équipes:

- Williams FW41: 15 février
- Alfa Romeo Sauber C37: 20 février
- Renault R.S.18: 20 février
- Ferrari (nom inconnu): 22 février
- Mercedes F1 W09: 22 février
- McLaren MCL33: 23 février
- Force India VJM11: 25 février
- Toro Rosso STR13: 26 février à 8h10
source: Nextgen-Auto.com

La fiabilité de Honda sera cruciale cet hiver pour Toro Rosso
Toro Rosso a signé avec Honda pour 2018 et l'équipe italienne va devoir reprendre le concept qu'utilisait McLaren en 2017. Le moteur a été développé durant l'année 2016 et a continué à évoluer en 2017, mais James Key explique que le plus important sera de le fiabiliser pour les essais hivernaux afin de profiter de ce nouveau partenariat.

"Je pense que ça fait une grande différence" explique le directeur technique de Toro Rosso. "Cela fonctionne pour nous comme pour Honda, il est important pour nous tous d'être dans cette situation. Quand nous avons roulé avec le moteur Ferrari de 2015, en 2016, c'était un moteur bien établi. Il avait fait une saison entière, ses problèmes avaient été effacés et nous avons eu un moteur très fiable qui nous a permis de faire des essais hivernaux intenses. Cela fait la différence."

La fiabilité a été un problème pour Toro Rosso à chaque fois que Renault a été impliqué dans l'équipe, depuis l'arrivée des V6 turbo hybrides: "Nous avons vécu différentes expériences! L'an dernier, nous avons fait la moitié du kilométrage de 2016 en essais et en 2014, nous avons très peu roulé, le tout à cause du moteur, donc c'est important."

"Nous verrons où nous en sommes, cela est important pour Honda aussi et nous espérons que tout se passera bien. Il pourrait y avoir des problèmes initiaux avec certaines choses, mais les essais sont faits pour cela."
source: Nextgen-Auto.com

Lando Norris prêt à quitter McLaren si aucune porte ne s'y ouvre
Lando Norris a reconnu qu'il serait prêt à quitter McLaren si l'équipe britannique ne lui offrait pas une chance en Formule 1 rapidement et qu'il estimait la mériter. Il va disputer la saison de F2 cette année et sera impliqué dans le développement de McLaren, bien qu'il ne fera pas d'essais libres.

"On peut dire que ça dépendra de ce qu'il fait" a expliqué Norris en parlant de Fernando Alonso. "Je devrais attendre de voir ce que fait Fernando car je pense que l'équipe est heureuse avec [Stoffel] Vandoorne."

"Je peux progresser et me développer en tant que pilote en 2018. Mon objectif est évidemment d'être chez McLaren mais s'il n'y a pas de place pour moi, je devrai regarder vers d'autres opportunités qui se présentent."

Il explique qu'il est toutefois prêt à attendre afin de rester dans l'équipe qui lui donne sa chance et qui l'aide à franchir les étapes avant la F1: "S'ils me disent qu'il n'y aura pas de place pour moi, je devrai évidemment partir. Si ce n'est que pour un an, je pense que je continuerai avec McLaren."
source: Nextgen-Auto.com

Performance ou fiabilité? Cowell explique le dilemme de Mercedes
On sait que les F1 disposent de différents modes de puissance: mode qualifications, mode économie...

La gestion de ces modes définissant la puissance moteur est devenue de nos jours cruciale, notamment le dimanche en Grand Prix, explique Andy Cowell, le responsable du département moteur de Mercedes. Pour l'ingénieur de l'équipe allemande, c'est une question d'ingénierie certes, mais aussi de ressenti personnel du pilote.

"Nous avons le mode qualifications, et deux autres modes que nous utilisons en course. C'est habituellement Lewis Hamilton qui décide de changer de mode, de passer au mode économie, ce qui suscite toujours un peu d'anxiété chez nous! Pourquoi fait-il ça? Que se passe-t-il?"

"Cela nous renvoie au fait qu'il soit la seule personne connaissant la performance globale de la voiture, parce qu'il est le seul dans la voiture. Il sait ce qu'il se passe durant une course, il connaît la façon dont une course se déroule, et il se dit 'tiens, ces pneus ont toujours une bonne durée de vie, nous avons pu sauter l'arrêt aux stands, je vais passer en mode économie parce que je sais que je suis en sécurité. Donc c'est lui qui décide de passer en mode économie. Nous sommes plus en mode 'Eh bien on dirait qu'il est en sécurité, maintenant, allons vérifier si c'est vraiment le cas'... Et il nous faut deux tours pour le vérifier, alors que Lewis est déjà passé en mode économie."

"Parfois cependant, les stratégistes peuvent voir des menaces que Lewis ne peut voir - par exemple, un pilote qui a choisi de faire un arrêt supplémentaire et qui va sprinter en revenant sur nous à la fin de la course. Mais dès que Lewis a cette information, il nous dit 'OK, je repasse en mode attaque!'."

Parfois Lewis Hamilton se montre réticent à repasser en mode attaque... et c'est là qu'il fait parler sa science du pilotage, poursuit Cowell.

"Il peut revenir nous demander 'Donnez-moi un objectif de temps au tour'. Au final c'est toujours lui qui dispose de cette vision globale sur la voiture, alors que nous ne regardons que des aspects localisés de la voiture, qui, mis tous ensemble, donnent le rythme de la voiture."

Le mode économie est devenu crucial de nos jours, et le sera plus encore l'an prochain, avec une limite de moteurs autorisés tombant à 3 par saison... Comment Andy Cowell s'y prend-t-il pour relever ce nouveau défi de fiabilité?

"Ce sera la même chose pour tous les pilotes. Pour les ingénieurs, il faut se demander comment supprimer les faiblesses actuelles du moteur. Et pouvons-nous trouver un meilleur moyen de faire fonctionner le moteur sans aggraver ses faiblesses?"

"Et avec tout ça, nous devons toujours nous assurer que notre qualité standard demeure remarquable, comme elle l'a toujours été. Depuis la création du sport auto, il a toujours fallu que le moteur ait une certaine qualité initiale... Donc cette règle, ce n'est pas l'introduction d'un nouveau paramètre. C'est simplement un changement de chiffre."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.